Les troubles chez les tout-petits surexposés aux écrans

Plus d'informations
15 Mar 2016 22:18 - 17 Mai 2017 09:03 #16152 par Loys
"Trop d’enfants privés de langage à cause des écrans" (Gaëlle Guernalec-Levy)
Sur "Gynger" du 12/03/16 par Gaëlle Guernalec-Levy : "Trop d’enfants privés de langage à cause des écrans"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Mai 2017 08:33 - 17 Mai 2017 13:06 #18953 par Loys
"Explosion des troubles chez les tout-petits surexposés aux écrans" (Le Figaro)
Dans "Le Figaro" (abonnés) du 17/05/17 : "Explosion des troubles chez les tout-petits surexposés aux écrans"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
31 Mai 2017 10:19 - 14 Fév 2018 11:02 #19076 par Loys
Tribune "« La surexposition des jeunes enfants aux écrans est un enjeu majeur de santé publique »" (Le Monde)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Jui 2017 22:36 - 14 Jui 2017 23:38 #19105 par Loys
"Pas plus d'une heure d'écran par jour pour les 2 à 5 ans" pour la Société canadienne de pédiatrie
Dans "Le Devoir" du 2/06/17 : "Pas plus d'une heure d'écran par jour pour les 2 à 5 ans"

Connectez-vous pour voir le message entier.


Synthèse de la Société canadienne de pédiatrie : www.cps.ca/fr/documents/position/le-temp...t-les-jeunes-enfants

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Jui 2017 09:56 - 13 Jui 2017 23:18 #19151 par Loys
"Les jeux vidéo ne causent PAS de troubles du développement" (Yann Leroux)
Réponse à côté de la plaque de Yann Leroux : www.internetactu.net/2017/06/09/non-les-...nt-pas-responsables/
Yann Leroux continue sur son blog du 13/06/17 : "Les jeux vidéo ne causent PAS de troubles du développement"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jui 2017 15:18 - 19 Jui 2017 23:27 #19190 par Shane_Fenton
"Les jeux vidéo ne causent PAS de troubles du développement" (Yann Leroux)
Pour répondre à la question que tu te poses dans les commentaires de l'article de Yann Leroux : "pourquoi accorder autant de crédit à quelqu'un comme Christopher Ferguson ?" : tout simplement parce que Ferguson "fait le job", contrairement à beaucoup de défenseurs patentés du jeu vidéo (dont Yann Leroux lui-même, soit dit en passant).
A savoir qu'il est du même niveau que ses adversaires et détracteurs qui étudient la violence des médias (Craig Anderson, Brad Bushman, Douglas Gentile...) : il fait partie de l'American Psychology Association, il fait de la recherche dans le domaine, ses articles paraissent dans des revues scientifiques de haut rang avec comité de lecture, et jusqu'à preuve du contraire, il n'est pas financé par l'industrie du jeu vidéo ou tout autre organisme à but lucratif. On peut penser ce qu'on veut de son travail, de ses interventions et de ses intentions, mais pour ce qui est du débat sur les effets des médias, on est obligé de composer avec lui. Ce n'est pas le seul, il y en a d'autres (Patrick Markey, Andrew Przybylski, etc...), mais c'est le plus médiatisé.
C'est certes un polémiste, et il n'a jamais caché ses intentions : il s'est inséré dans ce domaine de recherche pour contester et faire contrepoids aux travaux de Craig Anderson & cie. Mais à mes yeux, ces derniers sont aussi des polémistes quand ça les arrange, et au passage, ils ont depuis des années cautionné les pamphlets d'un autre polémiste, Dave Grossman, qui est présenté comme un "expert" en violence des médias sans aucune légitimité académique (pour ne rien dire de ses autres opinions controversées ). Les deux camps (parce que malheureusement on peut parler de "camps") se détestent, se méprisent et s'invectivent depuis des années, sans qu'aucun n'ait le monopole du vice ou de la vertu. Quand on lit le livre que Ferguson a co-écrit avec Patrick Markey ("Moral Combat : Why the War on Violent Video Games is Wrong"), on comprend mieux les raisons de cette hostilité mutuelle.
Maintenant, on peut se poser une question corollaire : pourquoi les défenseurs du jeu vidéo se sentent obligés de les défendre partout, tout le temps, n'importe lesquels, pour n'importe quel usage (quitte à englober sans distinction tous les écrans et tous les publics dans cette défense), et pourquoi considèrent-ils comme des ennemis irréductibles des gens dont les prises de position ne sont pas forcément en contradiction avec les leurs ? (après tout, quand on y réfléchit, vouloir réduire la consommation d'écrans en tous genres pour les enfants en bas âge ne devrait pas remettre en cause la valeur culturelle ou artistique du seul jeu vidéo pour ses praticiens adultes)
Là encore, j'ai un élément de réponse, à savoir qu'il arrive au jeu vidéo ce qui est arrivé à la bande dessinée :

En très peu d'années, autour de 1968, le discours dominant sur la BD est passé sans nuance de l'opprobre à l'adulation. Le résultat de cette inversion de polarité est cette attitude invraisemblable des publics de la BD (médias, institutions, mais aussi lecteurs « moyens ») qui consiste à soutenir contre toute évidence que tout est bon dans la BD, alors qu'il y a quarante ans, tout, absolument tout, y était mauvais. Cette admiration militante pouvait avoir une utilité stratégique tant que la BD était considérée avec soupçon, mais elle est devenue incongrue : l'instituteur rétrograde qui confisquait les illustrés de ses élèves, le militant communiste vitupérant les bandes dessinée « américaines » sont aujourd'hui des retraités déjà âgés. On se demande d'autre part dans quel monde vivent les enseignants (du primaire au supérieur) auteurs d'introductions générales au médium destinées à leurs collègues et les auteurs des thèses sur la BD, qui se croient tenus, les uns et les autres, de répéter à peu près toutes les dix pages que la bande dessinée est une forme narrative à part entière et qu'elle souffre d'un injustifiable mépris. [...]
Tout se passe en somme comme si ces gens bénins avaient le sentiment que la « réhabilitation » de la BD et le consensus dans l'admiration dont bénéficient leurs produits étaient des espèces de miracles, de caprices de l'histoire, et comme s'ils vivaient dans la crainte qu'un mal embouché quelconque révèle brusquement que la BD, c'est bête et mal dessiné et que tout le monde le croie.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jui 2017 22:29 - 19 Jui 2017 23:27 #19195 par Loys
"Les jeux vidéo ne causent PAS de troubles du développement" (Yann Leroux)
L'analogie est assez parlante, en effet. Cette défense systématique devient absurde quand Yann Leroux défend les jeux vidéos PEGI-16/18 face à une tribune qui s'intéresse aux tout-petits et n'aborde pas la question des jeux vidéos. Tu auras noté que M. Guillaud ne veut pas me répondre sur ce point !
Je partage assez ton analyse s'agissant de M. Ferguson et j'ai bien conscience que ses recherches sont validées scientifiquement (ce qui n'en fait pas des dogmes pour autant : toute recherche, dans un sens comme dans l'autre, peut faire l'objet de critique). Mais l'engagement polémique me semble contraire à l'éthique scientifique.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Jui 2017 21:49 - 20 Jui 2017 07:53 #19225 par Loys
"La surconsommation de télévision produirait des symptômes semblables à ceux de l'autisme" (Serge Tisseron)
Contre-attaque de Serge Tisseron : "La surconsommation de télévision produirait des symptômes semblables à ceux de l'autisme chez les enfants" (19/06/17)

Connectez-vous pour voir le message entier.

Commentons :

Depuis un mois, le docteur Ducanda, médecin de PMI de son état, a endossé le costume du lanceur d'alertes. En mettant en avant le cas d'enfants âgés de 2 à 4 ans passant plus de six heures par jour devant un écran, elle agite le spectre de l'autisme : la surconsommation de télévision produirait des symptômes semblables à ceux de ce handicap. Avec un tel épouvantail, elle n'a pas de peine à convaincre les parents qu'il faut d'urgence réduire la consommation d'écrans de leurs enfants!

Des "symptômes semblables" mais qui disparaissent rapidement avec la mise à distance des écrans : il ne s'agit donc pas d'autisme à proprement parler, sauf à caricaturer le propos de Mme Ducanda pour mieux le discréditer.
A noter la prudence se M. Tisseron avec l'emploi du conditionnel ("produirait") : l'exposition de tout-petits plus de six heures par jour ne semble pas l'inquiéter.

Mais la très grande majorité des parents limite déjà cette consommation à des durées bien inférieures, et ceux qui laissent leur enfant six heures par jour devant un écran le laisseraient probablement six heures devant un mur blanc en cas de panne de leur récepteur!

Quel curieux relativisme en deux temps :
- Non, un mur blanc ne produit pas les mêmes effets sur l'attention qu'un objet conçu pour la happer, comme le reconnaît M. Tisseron dans la suite de l'article en parlant de "pièges" des écrans.
- M. Tisseron, qui ne donne aucun chiffre sur l'exposition des tout-petits, n'évoque pas l'évolution des temps d'exposition de plus en plus longs et de plus en plus précoces. Il s'agit ici de minimiser autant que possible le phénomène.

Alors, à quoi et à qui est destiné un tel discours? À faire accepter, semble-t-il, un certain nombre de propositions qui ne doivent plus rien au point de départ de cette campagne.
Une campagne pas vraiment originale
Pour s'en tenir à ces dernières années, trois campagnes successives ont été lancées pour alerter sur les dangers des écrans chez les jeunes enfants. L'année 2001 a vu la création du Collectif Inter associatif Enfance et Médias, le CIEM. Il regroupait plus de 16 associations nationales, familiales, d'éducation populaire, de parents d'élèves, de syndicats d'enseignants, de recherche sur les médias et l'enfance... afin de poser les questions de la vulnérabilité des mineurs faces aux écrans.
La seconde campagne est celle que j'ai initiée en 2006, en lançant sur le site yapaka.be une pétition contre les chaînes de télévision spécifiquement dédiées aux enfants de moins de trois ans. Elle a donné lieu au conseil "pas de télé avant trois ans", largement relayé par l'ensemble des médias, mais aussi par le conseil supérieur de l'audiovisuel et le ministère de la santé.
En 2008, j'ai lancé dans la continuité la campagne des balises 3/6/9/12 de façon à aider les parents à comprendre comment introduire les différents écrans auprès de leurs enfants, sur quelle durée et à quel moment.

On a bien compris que M. Tisseron était le vrai et seul "lanceur d'alerte" sur ces questions, même si la présente réponse semble bien aller dans l'autre sens. Et de fait, les déclarations sans cesse contradictoires de M. Tisseron contribuent à brouiller le débat public sur la question des écrans.

Enfin, en 2013, l'Académie des sciences a publié un avis intitulé "L'enfant et les écrans". Il y était notamment écrit: "Toutes les études montrent que les écrans non interactifs (télévision et DVD) devant lesquels le bébé est passif n'ont aucun effet positif, mais qu'ils peuvent au contraire avoir des effets négatifs: prise de poids, retard de langage, déficit de concentration et d'attention, risque d'adopter une attitude passive face au monde. Les parents doivent être informés de ces dangers. Les pédiatres et les médecins généralistes peuvent jouer un rôle d'alerte important auprès des familles. Ils ne doivent pas hésiter à interroger les parents sur la présence d'un poste de télévision dans la chambre de l'enfant et sur son temps de consommation d'écran". Quant au paragraphe consacré aux tablettes, il préconisait de limiter leur utilisation aux usages accompagnés, sur des périodes courtes, en complémentarité avec les jouets traditionnels.

M. Tisseron oublierait-il qu'il est l'un des auteurs de cet Avis très controversé de 2013. :santa:
Aux écrans comme la télévision l'Avis opposait les tablettes interactives, "des outils numériques parfaitement adaptés dès les premiers âges de la vie".
Cet Avis vantait leurs vertus pour les 2-6ans et même pour les 0-2 ans : "Dans ce cadre d’éveil précoce, une tablette numérique interactive – à la fois visuelle et tactile – peut très bien, avec le concours d’un adulte (parents, grands-parents) ou d’un enfant plus âgé, participer au développement cognitif du bébé (du point de vue postural, dès 6 mois le bébé est capable de se tenir assis seul – ou un peu aidé – devant une tablette). L’écran « high-tech » est donc un objet d’exploration et d’apprentissage parmi tous les autres objets du monde réel, des plus simples (peluches, cubes en bois colorés, hochets) aux plus élaborés (tablettes numériques tactiles). [...] En conclusion, d’un point de vue psychologique, l’exposition passive aux écrans est dangereuse et déconseillée. En revanche, les tablettes tactiles (plus exactement, visuelles et tactiles) peuvent contribuer dans un contexte relationnel, avec l’aide des parents, grandsparents, ou enfants plus âgés de la famille, à l’éveil précoce des bébés au monde des écrans. C’est le format le plus proche de leur intelligence. On inventera certainement à ces tablettes numériques de multiples usages pédagogiques, cognitifs et ludiques pour les bébés, ce qui facilitera ensuite leur emploi à l’école. [...] Pour les bébés de demain, il est évident que ce « soi écologique » devra intégrer très naturellement, intuitivement – au même titre que les tables d’éveil multi-sensorielles classiques – ces nouveaux objets numériques de l’environnement familial (ou de la crèche) telles les tablettes tactiles dont on annonce déjà des formats plus souples et déformables."
M. Tisseron réécrit donc de façon singulière l'Avis qu'il a lui-même signé en 2013, transformant de manière amusante un jugement très favorable sur les écrans interactifs en mise en garde beaucoup plus prudente.

En dénonçant l'existence chez les enfants soumis à une surconsommation d'écran de troubles du langage, de l'attention et de la concentration, et de difficultés relationnelles, la pétition lancée par le docteur Ducanda n'innove donc pas vraiment. En revanche, ce qui est certain, c'est que les situations extrêmes qu'elle met en avant et sa référence à l'autisme donnent à son alerte un impact émotionnel considérable... que la suite de son propos ne fait qu'amplifier.

Alarmisme dénoncé par Serge Tisseron, éteigneur d'alerte.

L'épouvantail de l'addiction
Tout d'abord, le docteur Ducanda exhume l'expression "d'addiction à la télévision" des poubelles de l'histoire où elle a été reléguée par l'ensemble des études scientifiques menées depuis trente ans.

Cette expression n'est nulle part employée par Mme Ducanda. Après la déformation, l'invention de propos. D'ailleurs, nulle part dans sa réponse M. Tisseron ne donne le lien vers la tribune d'origine...

Elle reçoit évidemment sur ce chemin le soutien de certains addictologues qui rêvent qu'une reconnaissance officielle de cette "nouvelle pathologie" draine vers leurs consultations tous les parents inquiets de voir leurs ados scotchés aux écrans. L'avis de l'Académie de médecine de 2012 et celui de l'Académie des sciences de 2013, qui se sont prononcés contre l'existence d'une telle addiction, ont douché leurs espoirs. Ils en plaçaient aussi beaucoup dans le DSM 5 et là aussi, ils ont été déçus. Une nouvelle chance s'offre à eux avec les jeunes enfants, d'autant plus qu'ils sont assurés de bénéficier du soutien discret du lobby pharmaceutique. La reconnaissance d'une telle pathologie pourrait en effet constituer pour les laboratoires un cheval de Troie qui leur permettrait d'investir dans un second temps le champ des enfants, puis celui des adolescents.
Des molécules "anti addictives" sont déjà quasiment prêtes! Car c'est bien la chimiothérapie, à terme, qui sera appelée à répondre à la question: comment soigner des cohortes d'enfants souffrant d'une soi-disant addiction aux écrans? L'exemple des abus de la Ritaline dans la prise en charge des troubles du déficit de l'attention montre le risque d'une telle évolution. Autrement dit, les dangers sont assez grands pour que ceux qui affirment qu'il existe une addiction aux écrans chez les bébés le démontrent scientifiquement avant de l'affirmer.

M. Tisseron poursuit donc sa réfutation sur la base de propos non tenus. L'alerte de cette praticienne de terrain ne serait donc que l’œuvre d'affreux lobbies. La promotion des écrans, en revanche, n'est l'effet d'aucun lobby ni d'aucune publicité. :santa:
On notera comme Serge Tissseron, conférencier plus que praticien, évite soigneusement, dans son tableau apocalyptique des lobbys pharmaceutiques, d'évoquer les cas concrets et graves rencontrés par Mme Ducanda dans sa PMI. Nulle part il n'indique non plus que Mme Ducanda note des progrès rapides dès les écrans mis à distance, sans aucun médicament... :o
Non, il s'agit de la discréditer par tous les moyens.

Un silence inquiétant sur l'éducation aux médias
Si le concept d'addiction est lourd de conséquences pour les possibilités de traitement, il l'est tout autant du côté de l'apprentissage de l'auto régulation. Car il porte l'idée du risque de rechute. Vous avez sombré dans une addiction au tabac, à l'alcool, à l'héroïne? Vous êtes sevré? N'y touchez plus jamais, ce serait la rechute assurée! On comprend pourquoi, dans cette optique, la seule réponse apportée aux dangers des écrans est la réduction drastique du temps passé devant eux.

Toujours la même caricature volontaire de M. Tisseron : non, il n'y a pas d'addiction aux écrans, au sens pathologique.
En revanche, c'est que les écrans ont bien un pouvoir addictif : s'ils n'étaient pas addictifs, pourquoi M. Tisseron insisterait-il tant sur la nécessité d'une autorégulation et d'une éducation aux médias ?
Et, d'ailleurs, quel sens a le mot "autorégulation" avec des enfants de deux, trois ou quatre ans, quand les adultes eux-mêmes ne parviennent pas à réguler leur temps d'écran ?

Cela revient à les traiter en simples objets toxiques en ignorant que ce sont des outils complexes qui nécessitent une éducation à leurs usages.

Ces objets de consommation sont conçus pour capter l'attention. En ce sens, ce ne sont pas des "outils" : les appeler ainsi, c'est déjà les considérer comme positifs.

Cette éducation était au contraire au centre de la campagne du CIEM et de l'avis de l'Académie des Sciences qui s'est accompagné de la publication d'un livret éducatif à destination des enseignants de CM1 et CM2. C'est aussi ce que la campagne des balises 3/6/9/12 formule comme "apprendre à se servir des écrans pour apprendre à s'en passer".

Mais pourquoi "apprendre à s'en passer" si les écrans sont si positifs et si peu addictifs ? Les contradictions de M. Tisseron ont quelque chose d'étonnant.

Le problème n'est pas en effet de savoir si les enfants ont besoin d'autres choses que des écrans. La réponse est évidemment oui, et c'est d'autant plus vrai qu'ils sont plus jeunes. Il est de savoir si nous voulons nous donner les moyens pour que nos enfants, demain, sachent éviter leurs dangers et les utiliser à bon escient. Ils ne bénéficieront pas, hélas, des ressources relationnelles des enfants des cadres de la Silicon Valley, qui sauront toujours vers qui se tourner pour apprendre à déjouer les pièges que leurs parents fabriquent à notre intention. C'est pourquoi l'un des rôles de l'école est de proposer cette éducation dès le CM1.

Il y aurait donc des "pièges" pour l'attention dans ces merveilleux "outils" ? :santa:

La découverte des orphelinats en Roumanie a montré que les carences affectives et éducatives massives produisent des formes de repli sur soi et d'évitement du regard évocatrices de l'autisme, partiellement régressives sous certaines conditions. Il est évidemment bouleversant de découvrir que de telles situations existent aussi en France, et à domicile! Mais il serait catastrophique que cette émotion fasse remettre en selle l'idée à ce jour dénuée de toute preuve scientifique de l'existence d'une addiction aux écrans et renoncer à toute visée éducative. Ce serait un désastreux retour en arrière.

Toujours le même relativisme : avec ou sans écran, c'est la même chose.
Et en l'absence d'étude sur les nouveaux médias interactifs (tablettes, smartphones), le principe de précaution doit donc être oublié. Il ne s'agit que d'enfants, n'est-ce pas ?
Pour résumer, curieuse pensée scientifique de M. Tisseron, pétrie de contradictions internes, qui réécrit son propre propos à quelques années d'intervalle et réécrit les propos de ses contradicteurs. Et qui, en laissant croire qu'elle donne l'alerte (cf le titre "La surconsommation de télévision produirait des symptômes semblables à ceux de l'autisme"), s'évertue consciencieusement à saper cette alerte ("agiter le spectre de l'autisme").

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Jui 2017 23:28 #19243 par Loys
"Ecrans et autisme : la thèse farfelue et virale d'un médecin" (Rue89)
Dans "Rue89" du 22/06/17, nouvelle charge : "Ecrans et autisme : la thèse farfelue et virale d'un médecin"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Jui 2017 00:36 - 14 Fév 2018 11:40 #19263 par Loys
"Alerte aux écrans pour les enfants" (Le Monde)
Dans "Slate" du 6/06/17 : slate.fr/story/146586/addictions-ecrans-maladie-grave-enfant


Connectez-vous pour voir le message entier.


Dans "Le Monde" (abonnés) du 27/06/17 : "Alerte aux écrans pour les enfants"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Juil 2017 14:59 #19318 par Loys
"Exposition aux écrans des enfants : on fait le point avec Serge Tisseron" (Rue89)
Nouvelle charge, toujours dans "Rue89" du 5/07/17 : "Exposition aux écrans des enfants : on fait le point avec Serge Tisseron"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Sep 2017 17:50 - 18 Sep 2017 23:09 #19640 par Loys
"Les écrans rendent-ils vraiment les enfants autistes?" (L'Express)
Dans "L'Express" du 18/09/17 : "Les écrans rendent-ils vraiment les enfants autistes?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

La question est pour lui "de savoir si ce sont les écrans qui ont intrinsèquement un effet négatif sur le développement cognitif, ou si c'est simplement que le temps passé devant les écrans remplace du temps qui serait normalement passé à interagir avec les proches, temps dont une quantité minimale est nécessaire à l'apprentissage du langage et à la socialisation."

Sans se poser la question de pourquoi tant de temps passé devant les écrans et pas autre chose ?

Franck Ramus dit: On sait bien que les enfants élevés dans un placard ne se développent pas normalement, et on n'incrimine pas l'exposition aux placards, on en déduit juste que c'est une carence de l'environnement

1) Élever son enfant dans un placard est précisément un mauvais traitement, tout comme élever ses enfants devant les écrans. Sauf que le second n'est encore condamné par personne.
2) Le placard est infiniment moins séduisant pour l'enfant qu'un écran, qui plus paré - pour les parents - de vertus éducatives et symbole triomphant de la modernité. Un enfant ne va pas de lui-même dans un placard mais, si on le laisse faire, va spontanément devant un écran.

"C'est un problème que nous découvrons peut-être, mais sans études rigoureuses il est impossible d'affirmer que la surconsommation d'écrans crée de l'autisme." Toute conclusion hâtive ressemblerait à une "imposture scientifique".

Une conclusion qui ne prend guère de risques.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Oct 2017 23:42 - 14 Oct 2017 23:51 #19805 par Loys
"Désintoxiqués des écrans, des jeunes enfants revivent" (Le Figaro)
Nouvelle attaque de Serge Tisseron dans "Le Figaro" du 12/10/17 : "Désintoxiqués des écrans, des jeunes enfants revivent"

Cette méthode radicale de «sevrage» n'est cependant pas du goût de tous les spécialistes de la petite enfance et des écrans. «Je comprends que l'on soit excédé par l'inertie des structures publiques à renouveler des campagnes de prévention. Mais ceux qui plaident pour la déconnexion totale des écrans laissent penser qu'il s'agit d'un produit toxique. Or ce n'est pas le cas si le visionnage est encadré, accompagné par les parents. Le DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l'Association américaine de psychiatrie) n'a pas retenu la notion d'addiction aux écrans. Quand on les retire, il n'y a pas de syndrome de sevrage, pas de rechute, rappelle Serge Tisseron (*), psychiatre spécialiste des écrans et membre de l'Open (Observatoire de la parentalité et de l'éducation numérique). Quand un enfant est laissé cinq ou six heures par jour devant une tablette, ce n'est pas lui qui est malade. Ce sont ses parents. C'est eux qu'il faudrait éduquer pour leur apprendre à s'occuper autrement de leur enfant. Mécaniquement, l'usage de l'outil numérique diminuera.» Et de conseiller d'aider les parents à changer leur propre rapport aux écrans et à apprendre à jouer avec leur enfant plutôt que de lui «arracher» les outils numériques des mains.

On notera des confusions à dessein de Serge Tisseron :
- la confusion entre le "sevrage" après une grave surexposition, devenue pathologique, d'une part et les recommandations pour une utilisation régulière des écrans d'autre part
- l'alerte sur la surexposition aux écrans n'est, par définition, pas une alerte sur une exposition et ne constitue pas à un appel à la déconnexion : lui-même condamne indirectement la surexposition mais il préfère critiquer ceux qui alertent à son sujet
- "l'outil numérique" ne peut évidemment pas être toxique.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Jan 2018 19:24 #20397 par Loys
"Troubles autistiques, addiction… les écrans rendent-ils les enfants malades ?" (La Croix)
Dans "La Croix" du 16/01/18 : "Troubles autistiques, addiction… les écrans rendent-ils les enfants malades ?"


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Jan 2018 23:35 - 24 Jan 2018 23:36 #20413 par Loys
"Accros aux écrans" (Envoyé spécial)
Dans "Envoyé spécial" du 18/01/18 : www.francetvinfo.fr/replay-magazine/fran...er-2018_2557009.html

"Envoyé spécial" du jeudi 18 janvier 2018

Présenté par Elise Lucet

Diffusé le 18/01/2018Durée : 02h0

L’équipe d'"Envoyé spécial" nous entraîne dans ses aventures journalistiques, avec de l’investigation, des rencontres inédites, des face-à-face, des focus, du grand reportage, des portraits fouillés…

Au sommaire :
- Accros aux écrans. En France, des médecins lancent l’alerte. Aux Etats-Unis, d’anciens salariés racontent comment les industriels entretiennent l’addiction aux jeux sur smartphone, et des scientifiques dénoncent leur impact sur le cerveau de l’enfant.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Fév 2018 20:57 - 17 Fév 2018 11:17 #20484 par Loys
"Autisme virtuel, chronologie d’une épidémie médiatique" (Serge Tisseron)
Le 4/02/18 sur son blog, Serge Tisseron : "Autisme virtuel, chronologie d’une épidémie médiatique"


Connectez-vous pour voir le message entier.


Barrage des associations de familles d'enfant autiste, pour qui le terme "autisme" même "virtuel" n'est pas acceptable, quand bien même des enfants surexposés aux écrans seraient diagnostiqués autistes alors qu'ils ne le sont pas.

www.gynger.fr/autisme-virtuel-et-inconsequence-reelle/
www.huffingtonpost.fr/olivia-cattan/en-d...ake-news_a_23351132/
informations.handicap.fr/art-autisme-ecr...e-news-853-10537.php

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Fév 2018 10:30 #20496 par Loys
"Danger des écrans pour les tout-petits : "Jusqu'où caricaturer pour alerter ?"" (ASI)
Question curieusement posée sur ASI du 9/02/18 : "Danger des écrans pour les tout-petits : "Jusqu'où caricaturer pour alerter ?""


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Fév 2018 10:59 - 14 Fév 2018 11:21 #20533 par Loys
"Enfants face aux écrans, « ne cédons pas à la démagogie »"
Dans "Le Monde" (abonnés) du 14/02/18, deux tribunes opposées :

L'une par l'un des membres du collectif CoSE, Sabine Duflo : www.lemonde.fr/idees/article/2018/02/14/...re_5256478_3232.html


Connectez-vous pour voir le message entier.

L'autre par Serge Tisseron et d'autres professionnels : www.lemonde.fr/idees/article/2018/02/14/...ie_5256479_3232.html


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.256 secondes
Propulsé par Kunena