Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : La nouvelle réforme du lycée

La nouvelle réforme du lycée 29 Nov 2015 09:55 #15325

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Dans ce premier post, l'actualité du bilan des réformes du lycée précédente.

Dans sa réponse au rapport de la Cour des comptes sur "le coût du lycée" (septembre 2015), le MEN s'est engagé : "un bilan des réformes des lycées sera lancé cet automne". Des piste sont déjà indiquées comme comme "réduire le volume des enseignements".

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


09/03/12 "Suivi de la mise en œuvre de la réforme du lycée d’enseignement général et technologique" (IGEN) Présentation ici.
22/04/15 : "Premier bilan pour la réforme du lycée" de l'enseignement catholique ("Café pédagogique")
10/06/15 "Le bilan de la réforme du lycée reporté sine die " ("Café pédagogique")
17/09/15 "Le bilan caché qui pourrait contrarier la réforme du collège" ("L'Humanité")
26/11/15 "Comment enterrer le bilan du lycée ?" ("Café pédagogique")
27/11/15 "Réforme du lycée : un bilan en forme de trompe-l’œil ?" ("S&C")
15/12/15 "Réforme du lycée : un bilan trop positif ?" (S&C)
26/01/16 : "L'intersyndicale quitte les discussions sur le bilan de la réforme du lycée" (Café pédagogique)
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Le rapport Bréhier (2015) 29 Nov 2015 09:59 #15326

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Une partie importante du rapport parlementaire (8/07/15) d'Emeric Bréhier (PS) déposé par la commission des affaires culturelles et de l'éducation en conclusion des travaux de la mission sur les liens entre le lycée et l’enseignement supérieur, est bien sûr consacrée à la réforme du lycée.

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Les missions du lycée selon la DGESCO 29 Nov 2015 10:02 #15327

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Le 26 novembre, la DGESCO Florence Robine était invitée au colloque organisé par l’Académie des sciences. Elle y a proposé sa vision sur les "missions du lycée" :
- "développer les compétences relationnelles et sociales" ;
- "casser le cloisonnement entre les disciplines" ;
- "favoriser le travail de recherche" ;
- "travailler autrement avec le numérique".
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Les missions du lycée selon la DGESCO 08 Déc 2015 23:31 #15396

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Refonder l’école : les lycées toujours en panne de refondation" (Frédéric Sève) 20 Mai 2016 23:44 #16493

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Sur le site du Sgen-CFDT : "Refonder l’école : les lycées toujours en panne de refondation"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La gauche veut relancer la refonte du lycée" (Le Monde) 15 Sep 2016 12:03 #17158

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Dans "Le Monde" du 14/09/16 (abonnés) : "La gauche veut relancer la refonte du lycée"
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Trois pistes pour le lycée ?" 10 Oct 2016 16:57 #17353

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536

Trois pistes pour le lycée? Après l'ultime réunion ministère/syndicats/parents/lycéens sur le bilan de la réforme du lycée, MEN penserait à :
- Modifier le programme de 2nde pour faire des "points d’appuis" avec la 3e et permettre d’acquérir en 2nde le socle commun
- Donner une extension aux TPE : les travailler sur 2 ans et non plus 1 (soit 2nde/1ère soit 1ère/terminale)
- Améliorer l’AP. Une idée qui est sortie: en 2nde, axer sur méthodo ; 1ère, sur la logique de projet ; Terminale, lien avec post-bac (selon l'enquête lycéen du ministère, 62% d'entre eux jugent d'ailleurs faire la même chose en AP qu'en cours. Loin d'être une surprise...)
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Bilan des réformes des lycées : clap de fin" (SE-Unsa) 15 Oct 2016 09:52 #17422

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Communiqué du SE-Unsa le 12/10/16 : "Bilan des réformes des lycées : clap de fin"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.

Bilan des réformes des lycées : clap de fin

Le 6 octobre dernier, la Dgesco a réuni pour la dernière fois les organisations syndicales, les fédérations de parents et les syndicats lycéens pour conclure le travail de bilan des réformes des lycées, entamé en octobre 2015.
Un "bilan", mais sans la publication du rapport de l'IGEN, curieusement resté dans les cartons du ministère depuis 2015… :santa:

Alors qu’il était annoncé dès le début de la réunion qu’aucune réforme d’ampleur n’était programmée, l’objectif de la réunion était de faire émerger des propositions consensuelles d’amélioration, nécessairement marginale, du fonctionnement des lycées.

L’exercice était évidemment difficile puisque de consensus, il n’y a pas, sauf à constater que les réformes de 2009 (bac pro 3 ans), 2010 (lycées GT) et 2011 (séries STI) n’ont pas eu tous les effets prévus.
Quel bel euphémisme.

Quelques rappels utiles s'imposent ici :

Malgré ses réticences, le SE-Unsa (avec le Sgen-CFDT) a signé un "protocole de discussion" pour la réforme du baccalauréat professionnel en trois ans" en 2007. Les "Cahiers pédagogiques" soutenaient également cette réforme.

De même pour la réforme du lycée général en 2009, selon le "Café pédagogique" du 11/12/09 : "Le Sgen Cfdt annonce "se saisir des leviers de changements positifs qui sont proposés, avec vigilance et dans un esprit revendicatif". Le Sgen juge positifs l'accompagnement personnalisé et l'autonomie pédagogique. Le Se-Unsa estime que les mesures proposées "vont dans le bon sens. C'est pourquoi, malgré un contexte politique et budgétaire difficile, il fait le choix de soutenir la nouvelle architecture du lycée".

Bref, des réformes aujourd'hui critiquées mais hier soutenues par le SE-Unsa. :devil:

Les séries du lycée général n’ont pas été rééquilibrées. La série L reste en manque d’élèves...
Euphémisme : en déshérence, plutôt.

Le rééquilibrage, c'était pourtant l'objectif de la réforme : les séries technologiques ont encore diminué, la série générale scientifique prépondérante a encore augmenté. Ce graphique témoigne de la réussite de cet objectif ! :santa:



...l’accompagnement personnalisé n’est pas mis en œuvre de façon optimale partout.
Encore un bel euphémisme. L'AP sert surtout de variable d'ajustement pour optimiser les services des enseignants, comme on pouvait le prévoir.

Il serait intéressant de demander aux élèves ce qu'ils pensent de cet accompagnement "personnalisé". :devil:

Les enseignements d’exploration sont mal répartis entre les lycées et restent souvent des enseignements préparatoires aux séries de première.
Ça aussi, c'était difficile de le prévoir. ;)

En revanche, tout le monde est bien obligé d’admettre que les effectifs des séries STI2D (ex STI) remontent depuis 2011...
Euh ... Le graphique ci-dessus montre que la proportion de bacheliers en série STI était supérieure en 2011. La chute a été enrayée, et la proportion est passée d'un peu plus de 7% en 2012 à 8% en 2015 : un succès très relatif, en somme. Et le SE-Unsa n'évoque évidemment pas les autres séries technologiques, passées de 22% en 2012 à 19,4% en 2015. :cheers:

...et que le nombre de bacheliers n’a jamais été si élevé depuis la généralisation du bac pro 3 ans. Faut-il remettre en cause le bien fondé des progrès de ces années-là ? Certains le laissent penser. Pas nous.
Une réussite au bac mécanique et artificielle puisque du jour au lendemain on a estimé que des élèves qui n'avaient pas le niveau pour aller jusqu'au bac professionnel l'avaient : le nombre de bacheliers constitue par lui-même un progrès pour le SE-Unsa, quel que soit leur niveau et peu importe la dévalorisation du bac professionnel qu'a pu provoquer cette baisse des exigences ainsi que le raccourcissement de la voie professionnelle à trois ans, de moins en moins professionnalisante. Le SE-Unsa reconnaît d'ailleurs implicitement cette dévalorisation en évoquant ensuite la nécessité de "l’enseignement supérieur" pour tous.

Il est amusant de relire les propos du MEN en 2007, Xavier Darcos : "Ce cursus d'une durée de quatre ans limite aujourd'hui le nombre d'élèves de la filière professionnelle susceptible d'atteindre le niveau du baccalauréat". Le SE-Unsa partage donc cette perspective de cette "réussite" scolaire purement comptable..

Pour le SE-Unsa, il est hors de question de revenir à la situation antérieure à 2009. Au contraire, les lycées doivent se transformer en profondeur pour les rendre plus justes, en cassant les hiérarchies implicites existants entre les voies et entre les séries d’une même voie...
On a vu la réussite de la transformation applaudie par le SE-Unsa...

...pour que les élèves soient mieux préparés à l’enseignement supérieur, en mettant en œuvre concrètement le cursus bac-3/bac+3
Une nouvelle forme de réussite artificielle en perspective.

...pour que les élèves en sortent prêts à jouer leur rôle de citoyens éclairés. Pour ceci, des réformes ambitieuses devront être engagées… Quand les circonstances politiques le permettront.
Donc un constat bien édulcoré de l'échec de ces réformes (voulues par le SE-Unsa), tout en euphémismes et en omissions, avec un appel à aller plus loin dans le sens de cet échec.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Réforme du lycée : Pourquoi un clap de fin ?" (Café pédagogique) 15 Oct 2016 11:01 #17423

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Dans le "Café" du 13/10/16 : "Réforme du lycée : Pourquoi un clap de fin ?".

Si même le "Café" le dit : "Reconnaitre ces difficultés ferait avancer le lycée. Mais ce serait détricoter la réforme du collège. Alors clap de fin..."

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Réforme du lycée : Pourquoi un clap de fin ?" (Café pédagogique) 15 Nov 2016 21:32 #17715

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"cette réforme dont le bilan est plus que mitigé" (Agathe Cagé) 28 Mai 2017 10:25 #19045

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Sur le blog "La balle au centre" du 23/05/17 de l'ex-directrice adjointe du cabinet de la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem : balleaucentre.blog.lemonde.fr/2017/05/23...-legalite-en-danger/

Agathe Cagé écrit:
De Jean-Michel Blanquer, qui avait conduit la réforme du lycée des années 2010 en tant que numéro 2 du ministère de l’Education nationale sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, on aurait pu attendre qu’il inscrive parmi ses premières priorités les évolutions à apporter à cette réforme dont le bilan est plus que mitigé. Il n’en est apparemment rien, en tout cas pour le moment.

En ce cas pourquoi le bilan n'a-t-il pas été publié de cette réforme dont Vincent Peillon se félicitait en 2012 et dont s'inspire la réforme du collège ?



Les majorités successives se critiquent publiquement mais, dans les faits, approuvent et perpétuent la même politique éducative. Comme l'avoue ingénument Agathe Cagé (parlant d'autre chose) :

Agathe Cagé écrit:
Il y a bien, dans l’Education nationale, quelque chose qui est ni de droite, ni de gauche […]
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.136 secondes
Propulsé par Kunena