Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
  • Page :
  • 1
  • 2

SUJET : Quel avenir pour le brevet des collèges ?

Le SGEN et le SE-UNSA pour la suppression de l'examen du Brevet 15 Oct 2013 21:19 #7974

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
A lire sur le site "Socle commun, promesse démocratique" (sic) : Ce que nous attendons du Conseil supérieur des programmes (10 octobre 2013).

Connectez-vous pour voir le message entier.
Le collectif "Socle commun, promesse démocratique" est constitué du SE-UNSA, du SGEN-CFDT, du CRAP-Cahiers pédagogiques et Education & Devenir.

Le Diplôme National du Brevet et le Certificat de Formation Générale doivent être supprimés sous leur forme actuelle. Il ne peut pas y avoir discordance entre validation du socle et examens terminaux.
:shock:

Cette dernière phrase est extraordinaire : elle suppose donc qu'un examen doit corroborer la validation du socle ou bien doit disparaître. Elle postule également - et à tort - que le Brevet n'est constitué que de l'examen quand pour sa plus grande partie il est constitué d'un contrôle continu.

Nous proposons que ces deux diplômes soient remplacés par un Brevet du socle commun qui atteste des niveaux atteints dans les différentes compétences du socle. Ces niveaux pourront être évalués dans des travaux divers : travaux individuels et collectifs, travaux disciplinaires et interdisciplinaires, projets collaboratifs, portefeuille de réussites…
La fin de l'examen donc, et même de l'évaluation du travail personnel. :shock:

L'argumentation est effectivement imparable : la "discordance" entre la validation du socle, dont tout le monde connaît le sérieux, l'impartialité et la rigueur, et l'actuel Brevet ne peut être acceptée. Le plus simple est donc de supprimer ce qui est susceptible de montrer cette discordance. Et même - tant que nous y sommes - de donner tout simplement le nom de "Brevet" à la validation du socle, histoire de parfaire l'illusion de ce tour de passe-passe miraculeux.

Bien sûr il n'est plus fait mention d'examen nulle part.

Autre particularité fabuleuse : même le niveau de chaque élève sera évalué - avec la plus grande rigueur bien sûr - à travers notamment divers travaux "collectifs". La logique devrait d'ailleurs poussée jusqu'à son terme et on devrait d'ailleurs délivrer aux élèves des Brevets collectifs. :santa:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Refondation de l'école - La réforme des programmes 15 Oct 2013 22:23 #7976

  • Typhon
  • Portrait de Typhon
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 381
Est-ce que le BEPC a jamais été autre chose qu'un diplôme-bidon au bout d'une erreur débile appelée collège unique ?
« There are two kinds of fools: one says, "This is old, therefore it is good"; the other says, "This is new, therefore it is better." »
(William R. Inge)
Mon site
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Le SGEN et le SE-UNSA pour la suppression de l'examen du Brevet 15 Oct 2013 22:29 #7977

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
On peut voir ça comme ça, mais on voit que vous ne connaissez pas le "socle commun". :mrgreen:

En même temps la crainte de la "discordance" (sic) montre bien qu'il y a encore un restant d'exigence inacceptable.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"A quoi sert le brevet ?" (François Jarraud) 26 Mar 2014 11:23 #10029

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
A lire dans le "Café pédagogique" du 26/03/14 : "A quoi sert le brevet ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Le CSP pour la suppression également 31 Mai 2014 17:08 #10715

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Alain Boissinot entérine les aspirations de ces deux syndicats : www.laviemoderne.net/forum/les-nouvelles...ammes?start=60#10714

Ainsi l'évaluation du brevet devrait être revue. "On ne peut pas garder la dualité socle / brevet", dit A Boissinot. "IL faut une seule évaluation, compréhensible par tout le monde, reposant sur une évaluation de tout le parcours". Elle porterait sur les 5 domaines définis dans le socle : langages, méthodes pour apprendre, formation citoyenne et personnelle, représentation du monde, compréhension du monde.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le CSP veut enterrer et le brevet et le LPC" (Café pédagogique) 06 Jui 2014 14:41 #10791

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 658
Dans le "Café" du 07/06/14 : "Le CSP veut enterrer et le brevet et le LPC"

Connectez-vous pour voir le message entier.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Le niveau monte ... 06 Jui 2014 14:44 #10792

  • MD-VieModerne
  • Portrait de MD-VieModerne
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 15
j'ai déjà les pieds dans l'eau et le niveau va continuer à monter ...

Des preuves par M. Paget .
Le niveau du socle est donc suffisant pour suivre en lycée.
Pourvu que ça dure.
MD
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le CSP veut enterrer et le brevet et le LPC" (Café pédagogique) 06 Jui 2014 14:58 #10793

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 658
Commentaires :
Le CSP veut enterrer et le brevet et le LPC

Le premier étonnement, c'est que cet objectif lui soit ouvert par sa lettre de mission.

La validation du socle est effectuée par un document administratif , le LPC, attestant l'acquisition de dizaines de compétences.
Compétences validées à la chaîne par certains CDE, pour améliorer leurs statistiques, au mépris des décisions des enseignants responsables. Si le CSP néglige de sécuriser la fiabilité du dispositif, il laissera ouverte la porte du mensonge administratif à grande échelle.

Si l'élève n'a pas validé le socle en 3ème , il pourra , le valider au lycée, ce qui risque d'être une véritable nouveauté.

Et pourquoi ne pourrait-il pas tenter la validation dès la 5e ou la 4e ?

"Nous n'allons pas maintenir le brevet", a dit Denis Paget. "Il n'y aura que la validation du socle en fin de troisième". Selon lui, le CSP réfléchissait à la portée de la validation du socle. Le valider ouvrira-t-il la porte de toutes les classes de seconde ? Aujourd'hui l'orientation en fin de troisième se fait indépendamment du socle et du brevet. Elle pourrait se faire en fonction du socle. Mais sur ce point, a ajouté D Paget, le CSP réfléchit encore.

De ces échos de réflexion, à considérer donc avec prudence, émerge néanmoins l'impression que parmi les compétences validées en fin de troisième ne figurera pas la plus importante : "être en mesure de suivre une scolarité en lycée". C'est pourtant à quoi sont consacrées, pour 99% des élèves, les 3 années qui suivent leur sortie de collège.

Autrement dit, les compétences reconnues par l'EN restent totalement déconnectées du monde réel.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le brevet des collèges pourrait disparaître" (Le Figaro) 07 Jui 2014 10:34 #10806

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Dans "Le Monde" ("Vers la fin du brevet des collèges ?") et surtout dans "Le Figaro" du 06/06/14 : "Le brevet des collèges pourrait disparaître", avec un démenti de M. Boissinot.

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Comment en finir avec le « diplôme national du brevet »?" (Claude Lelièvre) 09 Jui 2014 10:04 #10835

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Il eût été étonnant que Claude Lelièvre n'apportât pas son grain de sel : "Comment en finir avec le « diplôme national du brevet »?" (08/06/14)


Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Comment en finir avec le « diplôme national du brevet »?" (Claude Lelièvre) 09 Jui 2014 10:04 #10836

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Commentaires à venir.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"A quoi sert le brevet ?" (Café pédagogique) 10 Jui 2014 18:44 #10858

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 658
A cette évaluation par les compétences, le ministère a ajouté une évaluation traditionnelle elle-même composée d'une épreuve finale et d'un contrôle continu.

Il me semble qu'il y a là une petite imprécision. A l'origine, il y avait une épreuve finale et un peu de contrôle continue. C'est "l'évaluation" par compétence qui a été ajoutée, et non l'inverse.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"A quoi sert le brevet ?" (Café pédagogique) 15 Jui 2014 18:44 #10940

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Exact.

A lire ici : www.laviemoderne.net/forum/les-nouvelles...socle?start=60#10938

Le diplôme natio­nal du bre­vet (DNB) va-t-il dis­pa­raître, comme l'aurait récem­ment déclaré Denis Paget ?

Denis Paget n'a pas dit ça ! Il a expli­qué qu'on ne peut pas avoir un double sys­tème, avec d'une part l'évaluation du socle, qui véri­fie l'acquisition des 5 grands domaines, et d'autre part un diplôme sans rap­port, pré­ten­dant sanc­tion­ner les pro­grammes de la sco­la­rité obli­ga­toire. Le tra­vail n'est pas ter­miné, nous allons remettre une pro­po­si­tion au ministre cet été pour que le bre­vet devienne vrai­ment la concré­ti­sa­tion de la vali­da­tion du socle. Avec évidem­ment une part déter­mi­nante d'évaluation conti­nue et, peut-être, une épreuve consé­cu­tive qui per­mette de recueillir des infor­ma­tions com­plé­men­taires sur les acquisitions.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Le CSP pour la fin du Brevet 29 Nov 2014 11:41 #12546

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Après de prudes dénégations, les choses s'éclaircissent dans "Le Monde" du 29/11/14 (voir ici)
Comment rendre l’évaluation scolaire « bienveillante » ? Comment faire pour qu’elle ne soit plus cet instrument de tri au service d’un système élitiste, mais le moyen de faire progresser tous les élèves sans les casser ? C’est une petite révolution que propose le Conseil supérieur des programmes (CSP) en réponse au chantier ouvert par le ministère de l’éducation.

Dans le document remis jeudi 27 novembre par le CSP à la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et que Le Monde a pu consulter, ce sont tous nos repères en matière d’évaluation qui se trouvent chamboulés : fini l’inflation des contrôles, la profusion de notes et de moyennes. Fini, aussi, le diplôme national du brevet tel qu’on le connaît aujourd’hui, avec sa semaine d’épreuves au mois de juin.

Rien ne dit que le ministère ira dans son sens. Le CSP, chargé il y a un an de réécrire les programmes, n’est qu’une instance consultative.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

La suppression du brevet adoptée par la conférence d'évaluation 13 Fév 2015 19:29 #13195

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
13 février 2015 : le rapport du CSP est officiellement remis au jury d'évaluation.

Téléchargement : cache.media.education.gouv.fr/file/Site_...jury_bdef_391788.pdf

La partie relative au DNB :
La Conférence nationale d'évaluation des élèves, dans son rapport du jury a écrit:
RECOMMANDATION Nº 7

À propos du diplôme national du brevet

Cette recommandation a recueilli 25 voix pour, 2 voix contre et 4 abstentions

Le jury propose de retenir, pour l’essentiel, les recommandations du Conseil Supérieur des
Programmes
, qui précisent que les informations nécessaires pour valider l’acquisition du
socle commun de connaissances, de compétences et de culture soient collectées (en principe
en fin de cycle 4) à partir :

1. Du livret de compétences du cycle 4 pour lequel le renseignement apporté par les équipes pédagogiques s’appuie pour une part sur des évaluations sommatives dont les contenus sont puisés dans une banque nationale ou académique.

2. Des épreuves du diplôme national du brevet (DNB) dont l’unique fonction est désormais de contribuer à cette validation du socle.

Ces épreuves sont les suivantes :

deux projets personnels conduits l’un en classe de quatrième, l’autre en classe de troisième, impliquant une production (sur tout support), inscrits dans des champs disciplinaires différents et présentés oralement devant un jury ;

une épreuve écrite terminale d’examen, définie nationalement, dont le sujet est fixé au niveau national ou académique. Cette épreuve permet d’évaluer plusieurs compétences du socle qui peuvent elles‐mêmes renvoyer à plusieurs disciplines. Elle apporte une garantie d’objectivité aux yeux des élèves et des familles ;

• une épreuve orale de langue vivante sur projet donnant lieu à une présentation par le candidat qui est suivie d’un échange avec le jury.

La validation du socle est une condition nécessaire pour obtenir le brevet. Elle équivaut à la validation de chacun de ses différents piliers (ou « blocs ») sans possibilité de compensation entre eux.

En pratique, c’est d’abord l’équipe pédagogique de troisième qui propose de valider ou non chacun de ces piliers. Ensuite, c’est le jury qui décide de l’attribution du brevet en fonction de ces propositions et au vu des résultats obtenus par l’élève aux épreuves de l’examen.

En cas d’échec au brevet, l’élève concerné conserve le bénéfice des piliers acquis. Il doit pouvoir confirmer les autres dans la suite de son cursus de formation, afin d’obtenir la validation complète du socle.

À chaque fois que ce jury n’entérine pas une proposition de validation, il se doit de justifier clairement les raisons de sa décision.

Merci à Gryphe.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

La suppression du brevet adoptée par la conférence d'évaluation 13 Fév 2015 22:35 #13196

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Cette recommandation a recueilli 25 voix pour, 2 voix contre et 4 abstentions
Un jury bien choisi, comme nous l'avions fait observer. La décision est très étonnante !

brevet (DNB) dont l’unique fonction est désormais de contribuer à cette validation du socle.
On installe un doublon aberrant qui justifie ensuite de supprimer le brevet sous sa forme traditionnelle. Objectif atteint ! :cheers:

Ces épreuves sont les suivantes :

• deux projets personnels conduits l’un en classe de quatrième, l’autre en classe de troisième, impliquant une production (sur tout support), inscrits dans des champs disciplinaires différents et présentés oralement devant un jury ;
La pédagogie de projet est grande gagnante !

La notion de "projet personnel" est ici extrêmement vague (comme celle de "travaux personnels" (TPE) au lycée, une grande réussite au demeurant). Est-ce que seuls l'évaluation sera uniquement positive également ? :devil:

Bien sûr l'évaluation ne peut être qu'orale : comment pourrait-on encore évaluer l'écrit des élèves ?

A noter qu'on impose, comme au lycée, que le "projet" soit interdisciplinaire. Un "projet" qui ne concerne qu'une discipline n'a évidemment aucun intérêt.

• une épreuve écrite terminale d’examen, définie nationalement, dont le sujet est fixé au niveau national ou académique.
Une épreuve écrite ? Une seule ? :shock:

Cette épreuve permet d’évaluer plusieurs compétences du socle qui peuvent elles‐mêmes renvoyer à plusieurs disciplines.
Destruction des disciplines enfin commencée (voir l'appel en 2013 des "progressistes" au début de ce fil : SE-Unsa, Sgen-CFDT, "Cahiers pédagogiques"). Une seule épreuve permettra donc d'évaluer des bribes de disciplines non déterminées par ailleurs.

Le français et les mathématiques deviennent inexistants en tant que tels. Objectif atteint !

Elle apporte une garantie d’objectivité aux yeux des élèves et des familles ;
:shock:

Difficile d'être plus méprisant pour les collègues qui corrigent les épreuves actuelles !

• une épreuve orale de langue vivante sur projet donnant lieu à une présentation par le candidat qui est suivie d’un échange avec le jury.
Cela fait donc trois épreuves orales pour une seule épreuve écrite. Bizarrement en langue l'évaluation disciplinaire ne pose aucun problème.

Et quid du contrôle continu ? :shock:

La validation du socle est une condition nécessaire pour obtenir le brevet.
Faite le plus souvent par les chefs d'établissement : la "garantie d’objectivité aux yeux des élèves et des familles" est évidente ! :santa:

Elle équivaut à la validation de chacun de ses différents piliers (ou « blocs ») sans possibilité de compensation entre eux.
Mais à partir de combien de compétences un pilier est-il réputé acquis ? :devil:

Par ailleurs, si la "compensation" posait problème dans la version actuelle du brevet, il suffisait d'exiger un niveau minimal dans chaque discipline.

Rappelons que ces piliers sont au nombre de sept et posent à égalité la "maîtrise de la langue française" et la "maîtrise de TUIC" ou encore que les "compétences sociales et civiques" ou encore "l'autonomie et l'initiative". :santa:

En pratique, c’est d’abord l’équipe pédagogique de troisième qui propose de valider ou non chacun de ces piliers. Ensuite, c’est le jury qui décide de l’attribution du brevet en fonction de ces propositions et au vu des résultats obtenus par l’élève aux épreuves de l’examen.
Voilà qui est bien nébuleux... :scratch:

Voilà qui est par ailleurs contradictoire avec ce qui est affirmé plus haut : l'"attribution du brevet" est "décidée" "en fonction" de la validation ou non de chacun des piliers. :shock:

Par contre, tout le monde pourra corriger ! :cheers:

Ajoutons que le jury serait donc interne à chaque établissement. Vive les diplômes nationaux !

En cas d’échec au brevet, l’élève concerné conserve le bénéfice des piliers acquis. Il doit pouvoir confirmer les autres dans la suite de son cursus de formation, afin d’obtenir la validation complète du socle.
L'élève peut donc accéder à la seconde sans maîtriser la langue française !

À chaque fois que ce jury n’entérine pas une proposition de validation, il se doit de justifier clairement les raisons de sa décision.
Voilà qui est bien dissuasif. Par contre, pour valider, aucune justification n'est nécessaire ! :santa:

Cette victoire importante des pédagogistes compense l'abandon de la réforme de l'évaluation, décidée par le président de la République lui-même...
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le collège en gibelotte" 14 Fév 2015 10:28 #13197

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le collège en gibelotte" 14 Fév 2015 11:45 #13200

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
A voir :

Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le collège en gibelotte" 14 Fév 2015 12:02 #13202

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 236
Comme dirait Monsieur Preskovitch, vous êtes caustique, Loys...

Cela dit, je crains que vous ne soyez trop lucide, hélas.

Ça me rappelle le pilotage à la Claude Allègre : l'annonce de mesures à la hussarde, et qui ne passent pas, une pseudo-consultation démago, moult protestations enseignantes, le retrait des mesures les plus contestées, sentiment de victoire des profs, alors qu'en douce, ce qui devait passer est passé !

Bref, brillant usage des techniques de manipulation des masses...

Relire Bernays, Chomsky and Co... :cool:
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"A quoi sert encore le brevet des collèges ? 4 idées reçues sur le DNB" (SE-UNSA) 16 Avr 2015 20:45 #13836

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Sur le site du SE-UNSA, toujours à la pointe du progrès pédagogique : "A quoi sert encore le brevet des collèges ? 4 idées reçues sur le DNB"

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"A quoi sert encore le brevet des collèges ? 4 idées reçues sur le DNB" (SE-UNSA) 16 Avr 2015 20:45 #13837

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Commentaires à venir
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Le SGEN et le SE-UNSA pour la suppression de l'examen du Brevet 17 Avr 2015 13:25 #13845

  • Desbois
  • Portrait de Desbois
  • Hors Ligne
  • Sage
  • Messages : 98
Je suis d'une génération coincée entre la fin du BEPC et la création du brevet, je suis passé au lycée sur décision du conseil de classe et on ne s'en portait pas plus mal. Le bac a été mon premier examen et malgré sa difficulté relative (o tempora, o mores), tout le monde s'en sortait conformément à son travail durant l'année. La suppression du brevet, ça m'en touche une sans faire bouger l'autre, comme disait un ancien locataire de l'Élysée :papy:
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Le SGEN et le SE-UNSA pour la suppression de l'examen du Brevet 17 Avr 2015 15:55 #13846

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Desbois dit:
Je suis d'une génération coincée entre la fin du BEPC et la création du brevet, je suis passé au lycée sur décision du conseil de classe...
Pas sûr que le SE-UNSA défende ce genre de chose...
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Le SGEN et le SE-UNSA pour la suppression de l'examen du Brevet 18 Avr 2015 04:03 #13849

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 236
Le brevet ne sert évidemment pas à grand-chose en terme de qualification ou sur le marché du travail...

C'est enfoncer des portes ouvertes que de le dire...

Mais pour les élèves, c'est un premier examen, avec toute sa dimension rituelle et symbolique.

C'est une reconnaissance du travail effectué au collège, et un premier pas, un entraînement, vers le diplôme suivant : le bac ou le bac pro.

Rien que pour ça, il me paraît utile de le conserver...

En outre, ceux qui voudraient l'éliminer sont ceux-là même qui militent pour la "réussite pour tous" à coups de pseudo-compétences acquises fumeuses qui ne veulent pas dire grand-chose, en proscrivant les notes... Car il y a des notes au DNB.

Accepter la disparition du brevet, c'est ouvrir la voie à la suppression éventuelle du baccalauréat comme examen, et son remplacement par des "certificates of completion" à l'anglaise qui n'ont aucune valeur...

Cela fait une seconde bonne raison de conserver le brevet.
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"A quoi sert encore le brevet des collèges ? 4 idées reçues sur le DNB" (SE-UNSA) 27 Mai 2015 13:10 #14012

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Les syndicats auraient reçu une première mouture. Source : SNES de Lille (à confirmer)
Le gouvernement a par ailleurs fait connaître, dans un document écrit, aux organisations syndicales, ses intentions pour le » nouveau » brevet. Il entérine la primarisation du collège et la fin de l'examen national : 50 points sur 80 attribués localement et les épreuves disciplinaires disparaissent !

40 points pour la maîtrise du socle dans des évaluations qui devront être notées de 1 à 5 !

10 points pour un oral « maison » sur les EPI qui ne doit évaluer que la « performance » sans tenir compte ni du projet, ni des savoirs !

2 épreuves écrites INTERDISCIPLINAIRES pour 15 points chacune : une sur le « pôle scientifique », une sur le « pôle humaniste ».
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Brevet des collèges: "Il est urgent de revoir la copie"" (SE-UNSA) 25 Jui 2015 21:08 #14170

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Et déclinaison : Anthony Lozac'h (SE-UNSA), tribune dans "L'Express" : "Brevet des collèges: "Il est urgent de revoir la copie""

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Brevet des collèges: "Il est urgent de revoir la copie"" (SE-UNSA) 30 Sep 2015 15:47 #14784

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Nouvelle mouture :

- www.leparisien.fr/societe/videos-brevet-...-09-2015-5140309.php
- www.lexpress.fr/education/a-quoi-va-ress...olleges_1720936.html

Et aussi : www.liberation.fr/politiques/2015/09/30/...1394397?xtor=rss-450
Comptant pour 400 points sur un total de 700, le contrôle continu du nouveau brevet évaluera l'acquisition des huit champs d'apprentissage du socle commun. Fini les notes sur 20, au profit d'une échelle d'évaluation qui ira de 10 à 50 points, suivant que la maîtrise sera "insuffisante", "fragile", "satisfaisante", ou "très bonne".

Les huit champs d'apprentissage concernés sont ceux du socle que tout élève est censé posséder à la fin de sa scolarité obligatoire -à différencier, donc, de la liste des disciplines ou matières étudiées par les collégiens de troisième. Cette évaluation devra se faire collégialement, entre tous les professeurs, puisque certaines de ces compétences sont transversales -dit autrement, le professeur de mathématiques et celui d'histoire-géo devront aussi donner leur avis sur la maîtrise du français par tel ou tel élève. "L'évaluation des élèves sera le fruit d'un regard croisé entre les enseignants", traduit Christian Chevalier, du syndicat enseignant UNSA, favorable à cette nouvelle approche. Même s'il reconnaît qu'elle entraînera une charge de travail supplémentaire pour les enseignants jusqu'ici davantage habitués à évaluer les connaissances strictement liées à leur discipline.

A l'inverse, Albert-Jean Mougin, vice-président du SNALC, y voit la mort du caractère national du brevet des collèges: "Cette réforme du brevet est l'aboutissement d'un travail de déconstruction des disciplines. L'évaluation de chacun des huit piliers du socle de compétence se fera à la discrétion de chacun des établissements, le diplôme n'aura donc vraiment plus la même valeur dans tous les collèges".

Le contrôle terminal demeure

Si le nouveau brevet fait une large place aux compétences évaluées en contrôle continu, il garde tout de même cinq épreuves finales obligatoires, quatre écrits et un oral. Soit, organisées sur trois jours fin juin:

- une épreuve écrite de mathématiques (2 heures), et une nouvelle épreuve écrite de sciences expérimentales et de technologie (1 heure), notées sur 100;

- une épreuve écrite de français (3 heures), et une épreuve d'histoire-géographie et d'enseignement moral et civique (2 heures), notées sur 100 points également.

- une nouvelle épreuve orale de 15 minutes (notée sur 100) pendant laquelle l'élève présentera un projet mené dans le cadre des fameux enseignements pratiques interdisciplinaires introduits par la réforme du collège, du parcours avenir, du parcours citoyen ou bien encore du parcours d'éducation artistique et culturelle -en remplacement de l'actuelle épreuve orale d'histoire des arts.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Brevet des collèges: "Il est urgent de revoir la copie"" (SE-UNSA) 01 Oct 2015 11:33 #14791

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 658
Je ne trouve pas la référence équivalente sur le site du Parisien, mais la une papier que j'ai vu hier, c'était :

"Brevet des collèges : l'usine à gaz"

PS - dans l'édition en ligne, on retrouve l'expression dans deux articles, dont celui déjà cité :
www.leparisien.fr/flash-actualite-politi...-09-2015-5140429.php
www.leparisien.fr/societe/videos-brevet-...-09-2015-5140309.php

Mais l'expression n'est utilisé ici que dans une question à la ministre et là dans une citation d'une position syndicale. En l'adoptant dans un titre de une, le quotidien papier prend position avec force.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Les « compétences » au centre du nouveau brevet des collèges" (Le Monde) 04 Oct 2015 23:23 #14813

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Les pros de l'impro" 07 Oct 2015 01:28 #14837

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Et un article : "Les pros de l'impro - À quoi tiennent les réformes de l'école" (7/10/15)



[ Cliquer pour agrandir ]
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
  • Page :
  • 1
  • 2
Temps de génération de la page : 0.266 secondes
Propulsé par Kunena