Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : La réforme de l'orthographe

"Demin dè l'obe..." 12 Mai 2012 15:02 #638

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Vous pouvez commenter ici l'article "Demin dè l'obe..."

Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 13 Mai 2012 11:43 #641

  • Frist
  • Portrait de Frist
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 374
Les '+' et les '-Z' à la fin des mots, c'est pour marquer le pluriel, c'est bien ça ?

tu m'atan
D'habitude, atan, je lis ça "arctangente".

L'orthographe alternative, je suis pour. D'ailleurs, l'abréviation de frère, c'est 'p', car écrit correctement, c'est phraireaux.

Avec tous ces accents dans la traduction français - fransè, ça me fait penser à ceux qui vont chercher le 'ç' pour écrire 'sa'.

Qui a parlé de novlangue ?
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 14 Mai 2012 17:34 #647

  • Florizel
  • Portrait de Florizel
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 19
Car il existe aujourd’hui des partisans de différentes simplifications plus radicales encore, partisans qui proposent chacun un système présenté comme « rationnel » et souvent fondé sur le primat de l’oral et de la phonétique, à l’image d’étranges graphies spontanées dans les SMS ou sur des blogs de plus en plus nombreux (un exemple parmi d'autres). Mais ces multiples systèmes sont en réalité tout aussi irrationnels les uns que les autres puisqu’il faudrait en choisir un seul et fixer de nouvelles normes orthographiques, elles-mêmes arbitraires et sources de nouvelles confusions (les homophones en sont un exemple).

Je ne trouve pas complètement vrai de dire que l'orthographe SMS ne soit pas normée ni que sa norme soit arbitraire ; à l'origine, les contraintes (nombre limité de caractères, utilisation du pavé numérique) imposaient des règles assez strictes.
Exemples :
- mwa (=3 touches) versus moi (1 touche, attendre 2 secondes + 3 touches + 3 touches)
- sava (4+1+3+1 touches) versus ca va (3 touches, attendre 2 secondes, etc.) ou pire ça va (chercher le ç...)

Au total, le système était assez normé, rationnel et cohérent... Pour autant qu'on s'accommodât d'une pauvreté lexicale qui ne posait guère problème quand on n'avait rien à dire.

Je parle au passé parce que cette orthographe dégradée existe de moins en moins, dans la mesure où les contraintes disparaissent : l'internet sur le mobile et les réseaux sociaux rendent caduque la limitation du nombre de caractères, et l'usage de claviers (éventuellement virtuels, en tout cas moins standardisés que le pavé numérique) ne doit plus justifier la relative unicité de l'orthographe d'un mot en langage SMS.
Cela dit, l'extinction de cette pseudo-orthographe ne chagrinera pas beaucoup de linguistes. ;)
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 15 Mai 2012 09:40 #651

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Frist dit:
Les '+' et les '-Z' à la fin des mots, c'est pour marquer le pluriel, c'est bien ça ?
Oui. Enfin, les -z c'est quand il y a une liaison. Une bizarrerie donc, puisqu'on garderait la trace d'une prononciation liée à une graphie antérieure. Un des nombreux chois arbitraires qu'implique une simplification "rationnelle". Comem quoi rien n'est simple en vérité.

Frist dit:
tu m'atan
D'habitude, atan, je lis ça "arctangente".
:mrgreen:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 15 Mai 2012 09:43 #652

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Florizel dit:
Au total, le système était assez normé, rationnel et cohérent... Pour autant qu'on s'accommodât d'une pauvreté lexicale qui ne posait guère problème quand on n'avait rien à dire.
Exactement, pour la "pauvreté lexicale".

Mais attention on voit souvent du langage SMS qui ne respecte pas le découpage des mots ! :shock:

Je parle au passé parce que cette orthographe dégradée existe de moins en moins, dans la mesure où les contraintes disparaissent : l'internet sur le mobile et les réseaux sociaux rendent caduque la limitation du nombre de caractères, et l'usage de claviers (éventuellement virtuels, en tout cas moins standardisés que le pavé numérique) ne doit plus justifier la relative unicité de l'orthographe d'un mot en langage SMS.
Pas sûr : voir ce blog au hasard du web :

SA C MIKA ON AI DAN LA MM ENTREPRISEKE MM KE JADOR LENBETTER ET IL AIME BIEN MEFAIR CHIER OSI MALEUREUSEMEN EN TOU KA FAITE PA KOME LUI EZITER PA A CHANGER DE COIFFEUR SI IL VOU RATE KOME LUI IL A ETE RATER LE POVRE KESKON NAPU TE TAILLER AVEC TA COIFFUR EXKUZE
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 15 Mai 2012 17:00 #653

  • Florizel
  • Portrait de Florizel
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 19
Justement, ce blog ne respecte pas les conventions du langage SMS proprement dit. Un puriste aurait écrit quelque chose comme :
sa c mika on ai ds la mm entreprise mm ke jador lembeT et il m bi1 me fR chié ossi maleuresemant. en tt k fete pa kom lui eziT pa a chanG 2 coiffeur si il vs rate kom lui il a etai raT le pov keskon napu te Kc ac ta coifur dsl
(traduction non contractuelle, je n'ai jamais parlé couramment cette langue). Certains mots dans ce texte, en particulier, ont une orthographe très standardisée :
- aime = m
- bien = bi1
- cas = k
- comme = kom
- de = 2
- excuse = dsl
... Où l'on voit que la disparition des contraintes matérielles entraîne l'extinction des règles.


Autre chose que m'évoque la simplification de l'orthographe : la simplification de la grammaire.

Un collègue - pas très doué en lettres et dont je corrigeais un courrier truffé de fautes - me faisait remarquer que beaucoup d'accords étaient inutiles car le sens était précisé par le contexte ( par ex. : "des analyses biologiques", les S de "analyse" et biologique" sont dispensables parce que "des" indique déjà le pluriel ; idem pour l'accord sujet verbe).

Je lui répondis que beaucoup de langues étaient redondantes, non seulement pour des raisons étymologiques (comme le justifie Loys... et rappelons que l'étymologie est un très bon moyen mnémotechnique), mais aussi parce que la redondance met en évidence les erreurs de transmission, et parfois même, permet de les corriger. Je citai deux exemples :

- en cryptographie, on peut coder des lettres en chiffres en utilisant des tables redondantes : par ex. la base phinaire plutôt que la base binaire ; une chaîne de caractères en base phi prend plus de place qu'en base 2, mais les éventuelles erreurs de transmission se repèrent (la base phinaire se code avec des 0 et des 1, comme la base binaire, mais interdit la succession de deux 1) et peuvent même se corriger, permettant de reconstituer le message corrompu ;

- le code génétique : le génome est conservé en deux exemplaires (deux hélices anti-parallèles) et pour 64 triplets, il n'existe que 20 acides aminés ; l'appariement des deux hélices contrarie l'assemblage d'une base fautive avec la bonne base, et la redondance du code génétique fait qu'en changeant une base parmi trois, on a 50% de chances de tomber sur le même acide aminé, et de bonnes chances de tomber sur un acide aminé aux propriétés chimiques proches du bon acide aminé (la Providence ne fait rien en vain !)... Ce qui minimise les conséquences d'une erreur de réplication (maladie génétique, cancer...) ;

Finalement, la redondance de notre orthographe/grammaire (de même que dans toutes les langues que je connais, où les redondances ne sont pas forcément les mêmes) permet à un message de conserver son sens, en dépit des quelques erreurs qui s'y insinuent.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 15 Mai 2012 20:38 #654

  • Frist
  • Portrait de Frist
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 374
Vis à vis des règles et la redondance, j'aime bien ce texte bien plus lisible que du sms :
Sleon une édtue de l'Uvinertisé de Cmabrigde, l'odrre des ltteers dnas les mtos n'a pas d'ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire soit à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème. C'est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

Mais en fait, on remarque que ce texte n'est lisible que lorsqu'on lit un texte, et non pas lorsqu'on déchiffre un texte. Est-ce la raison pour laquelle le langage SMS a du succès chez certaines personnes et moins chez d'autres ?
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 27 Aoû 2012 11:49 #1194

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
C'est vrai que c'est fascinant. Mais cette étude est-elle valable au même titre pour toutes les langues ? En anglais, les sonorités sont beaucoup plus irrégulières qu'en français.

A lire à ce sujet, cet article d'un ami virtuel : http://egomet.sanqualis.com/?p=143
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 10 Sep 2012 12:13 #1260

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 657
Petit jeu amusant : cherchez la faute d'ortograf (selon la norme ortograf) dans le document normalisant Ortograf :

http://www.ortograf.net/misc/r%C3%A8gl-ortograf.pdf

A.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 10 Sep 2012 14:52 #1262

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
J'ai trouvé plusieurs pluriels non notés, comme : "à l'ède dè signe suivan :" au lieu de "à l'ède dè signe+ suivan+ :". C'est une faute, ça ?
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 10 Sep 2012 15:44 #1265

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 657
Loys dit:
J'ai trouvé plusieurs pluriels non notés, comme : "à l'ède dè signe suivan :" au lieu de "à l'ède dè signe+ suivan+ :". C'est une faute, ça ?

Non, la notation des pluriels est optionnelle. Mais il y a bien une règle obligatoire qui est violée. Qui trouvera laquelle, et où ?
Je ne parle pas du fait que le "é" et le "è" ont été oubliés dans les phonèmes autorisés (règle n° 1) - avec l'exception que cela représente pour la règle n° 3. Il y a une vraie faute d'ortograf.
http://www.ortograf.net/misc/r%C3%A8gl-ortograf.pdf

A.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 10 Sep 2012 16:27 #1267

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Curieux, cette histoire de pluriel optionnel : ça ne me paraît pas optimisé, comme simplification. :pendu

Je vais chercher... mais d'abord mes enfants. ;)
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 16 Sep 2012 00:32 #1303

  • Frist
  • Portrait de Frist
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 374
Le mot nazalisé se prononce avec la notation d'ortograf nazalissé, et donc si on veut le prononcer comme le mot français nasalisé, il faut 8-) écrire nazalizé.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 16 Sep 2012 09:43 #1304

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Frist, it's a win.

Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 16 Sep 2012 23:01 #1312

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 657
Grandiose ! Celle-là, je ne l'avais pas vue !

Alors je donne la mienne : tout à la fin, "dè caractère qi non ocune valeur sonore", d'après la règle 6, non doit s'écrire "n'on".

Vous connaissez un manuel d'orthographe en français avec deux fautes par page ? En ortograf, c'est possible.

A.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 16 Sep 2012 23:24 #1313

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Bon, j'ai déplacé ici, pour qu'on s'y retrouve. Cette norme alternative mérite vraiment le détour ! :mrgreen:

PS : la question du pluriel optionnel continue de me turlupiner. Pourquoi optionnel ?
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 17 Sep 2012 00:04 #1315

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 657
Loys dit:
PS : la question du pluriel optionnel continue de me turlupiner. Pourquoi optionnel ?

Je supose que c'est parce qu'il y a des cas où c'est utile, en particulier pour supprimer une ambiguité.

Mais de toute façon, je crois qu'il ne faut pas se casser la tête là-dessus. C'est du travail de branque.

A.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 17 Sep 2012 15:05 #1319

  • Bug Neurone
  • Portrait de Bug Neurone
  • Hors Ligne
  • Sage
  • Messages : 94
+1 pour Archeboc... Si on prend cette phrase :
le-z ecstrè de cèt vidéo ke j'è regardé son parlan
(phrase qui ne brille pas par son intérêt, mais que j'ai mis longtemps à trouver et encore plus à écrire « sans faute », du moins je l'espère...). Est-ce la vidéo ou les extraits que j'ai regardés ? Tandis que si l'on met la marque du pluriel, tout devient plus clair :
le-z ecstrè de cèt vidéo ke j'è regardé+ son parlan
Ou pas. Cela dit je vois que dans la règle, il est précisé que la marque est optionnelle sur les noms... et je me demande soudain si ma phrase est correcte... Les verbes s'accordent-ils ? Et si cette règle ne concerne que les noms, alors j'avoue également mon incompréhension.

C'est quand même merveilleux d'inventer de toute pièce une nouvelle grammaire presque aussi compliquée que la précédente « pour s'affranchir d'une langue trop complexe ».

Et soit-dit en passant, j'ai une nouvelle incohérence à relever, bien que moins merveilleuse que les vôtres : on écrit les mots avec uniquement les signes a,b,d,e,f,g,i,j,k,l,m,n,o,p,r,s,t,u,v,y,z,an,in,on,un,eu,ou,ch,gn. Mais alors, d'où vient donc le x de Exenple
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 17 Sep 2012 15:09 #1320

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Et une de plus ! C'est un running gag, ce topic.

Notez qu'il n'y a pas de "c" non plus : embêtant pour écrire "françé". Bref, de petits problèmes avec l'alphabet élémentaire, on dirait. Du coup, beaucoup de choses s'expliquent, non ?
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 17 Sep 2012 22:47 #1328

  • Frist
  • Portrait de Frist
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 374
Autre fôte relevé : l'écriture de quan, le son 'k' pouvant être remplacé par 'q' ou 'c', mais pas par 'qu', et donc 'quan' se prononce cuhan

J'ai cherché une autre pheaute, et j'en ai trouvé une belle : le mot poin se prononce pouane, pour le prononcer pouhein, il faudrait l'écrire pouun, ou alors pou·un, mais je ne suis pas certain, il n'y a aucune ambiguïté sur la lecture de pouun, l'usage du point médian ne devrait donc pas être nécessaire.


Pour répondre aux questions :

Le X de exenple est une tolérance provisoire de 'gz', egzanple.

françé, s'écrit avec un 'ç', tolérance provisoire de l'écriture fransé.


Pour la règle 4 :
vent → van, vanne → vane, vanité → vanité
Je rajouterais que le mot van s'écrit vane.


On remarquera que les trois tolérances provisoires sont non obligatoires.

On remarque aussi l'usage optionnel de la majuscule après la virgule, la suppression optionnelle des espaces après la virgule, avant les deux-points, etc.

On remarquera l'emploi du point médian, que je ne trouve pas vraiment sur un clavier, à moins de taper alt + 0183 (ne pas oublier l'indicatif 0) : '·'.

On remarquera de même la préservation du tiret, qui parfois est utilisé pour séparer deux mots, et d'autres fois pour marquer une lettre muette dans un mot sauf cas de liaisons.

La règle 4 optionnelle, est très pratique, surtout appliquée à des homophones connus comme : vert, vers, verre, vair...



Prochain défi : Récrire le texte en usant que des règles de bases, en s'interdisant les règles optionnelles et les tolérances provisoires :D
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 18 Sep 2012 00:03 #1331

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Ah c'est vrai, les tolérances provisoires et les règles optionnelles. Voilà qui complique singulièrement l'orthographe simplifiée...

Ce qui est étonnant et explique nos confusions, c'est qu'au fond ce texte qui présente les règles comporte lui-même des tolérances au lieu de donner l'exemple ("Tolérançe+ provizoire", "Exenple+" etc.).

La règle optionnelle du pluriel ne précise pas ses cas d'application. Si je comprends bien, seuls les noms peuvent porter la marque du pluriel. Pratique quand il y a des adjectifs apposés : on ne sait pas à quel nom ils se rattachent.

La règle 4 optionnelle, est très pratique, surtout appliquée à des homophones connus comme : vert, vers, verre, vair...
Voyons, cela donnerait par exemple : "vêr", "vër", "vèr", "vēr" et "vĕr". Plus moyen de se tromper ! :xx
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 19 Sep 2012 14:26 #1349

  • Bug Neurone
  • Portrait de Bug Neurone
  • Hors Ligne
  • Sage
  • Messages : 94
Finalement, le français normal est bien fait. C'est une langue qui s'est construite sur la durée, des centaines d'années voire des milliers si on y inclut le latin et le grec, tout ça pour nous fournir des règles afin d'empêcher le plus possible les ambigüités lors d'un échange.
Comme quoi, si une langue ça ne s'invente pas, c'est bien qu'il y a une raison !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 19 Sep 2012 15:39 #1352

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Les signes diacritiques, définis au hasard pour distinguer les homophones, sont bien plus arbitraires que les graphies d'origine, lesquelles se trouvent avoir une histoire, souvent passionnante d'ailleurs, une origine étymologique qui permet surtout de construire un réseau cohérent à travers la langue. Réseau qui disparaîtrait totalement avec une telle "simplification".

vers (de versus n. et prép.) > envers, adverse, divers, inversion, conversion, travers, perversion, transversal, univers, anniversaire etc.
ver (de vermis) > véreux, vermoulu, vermisseau, vermifuge etc.
verre (de vitrum) > verrière, verroterie, verrine etc.
vair (de varius) > varicelle, variole, varier etc.
vert (de viridus) > vertement, verdir, verdeur, verdure etc.

On voit que seul le dernier exemple n'est pas rationnel finalement dans son évolution phonétique et son réseau lexical : il aurait fallu conserver verd (comme en italien ou en espagnol verde).
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 19 Sep 2012 22:05 #1365

  • Frist
  • Portrait de Frist
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 374
Vert ou verd ? Le 't' ou le 'd' sont des sons assez proches, le choix entre l'une ou l'autre lettre est surement une question d'identité de la langue. On pourrait aussi l'expliquer par le fait que le 'd' est plus dur que le 't', est donc à choisir une lettre muette, le 't' est surement préférable, alors que la lettre 'd' choisie en italien ou en espagnol est prononcé avec un accent tonique sur cette dernière syllabe. Le dernier exemple doit être aussi rationnel que les autres, même si je ne suis étymologiste.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 19 Sep 2012 23:18 #1372

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Moi non plus. :)

Si quelqu'un passe par là...
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 20 Sep 2012 10:20 #1383

  • Bug Neurone
  • Portrait de Bug Neurone
  • Hors Ligne
  • Sage
  • Messages : 94
Le "d" plus dur que le "t" ? Pourtant dans certaines langues comme l'allemand ou le breton, les lettres comme le b, le d et le g se durcissent quand elles sont prononcées en fin de mot en p, t et c. J'aurais donc tendance à penser que le "t" est plus dur que le "d". Et ce qui pourrait d'ailleurs expliquer la différence entre vert et verde : vert s'écrivait peut-être verd à une époque, mais le durcissement phonétique s'est retranscris à l'écrit, comme cela est possible dans certaines langues, et c'est finalement vert qui est resté. Verde quant à lui : le d n'étant pas en fin de mot, pas durcissement donc pas de t.
Je ne suis pas étymologiste non plus, mais cette explication me paraît possible.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 21 Sep 2012 00:39 #1400

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 657
Au secours, Alain Rey !

Verre : représente une réfection de voirre (v. 1155), d'après les dérivés ou à cause des flottements de la prononciation. Voirre (vers 1175 - sic) est issu par évolution phonétique normale du latin classique vitrum "verre" et "plante tinctoriale, pastel", acception qui vient de la couleur vitreuse du verre des anciens, verdâtre et non pas transparent comme aujourd'hui ; vitrum a donné vitre ; ni lui ni ses dérivés ne sont attestés avant la fin de la période républicaine à Rome.
Le mot, avec ses variantes voirre et voare (1380 ; jusqu'au XVIe s) signifie [..]

Vert : est issu (1080) du latin viridis "vert, verdoyant" et par figure "frais", vigoureux", dérivé de virere "être vert" en parlant des plantes, puis "être vigoureux", "être florissant", mot d'étymologie inconnue.
L'adjectif, dont le féminin est verte (1080) ou vert (jusqu'au XVIe siècle) s'applique d'abord à la couleur etc.

Pour le passage du "d" en "t", Alain Rey ne donne donc quasi rien.

Pour "vers", Alain Rey dissocie le nom de la préposition. Ils dérivent tous les deux du même vertere, d'origine indo-européenne, mais par des chemins différents, qui divergent déjà en latin.

A.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 01 Jan 2013 11:41 #2825

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
A lire sur le blog "Interro écrite" de Luc Cédelle cet article du 31/12/12 : "Ces inspecteurs qui dénigrent l’orthographe".

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 01 Jan 2013 11:53 #2826

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
Quelques éléments de réponse aux "légendes urbaines" de Luc Cédelle sur l'orthographe à l'école :

- Quand j'ai voulu rédiger un mémoire lors de mon stage d'IUFM sur la sensibilisation des élèves à l'importance de l'orthographe comme facteur de discrimination sociale, j'en ai été dissuadé car ce n'était pas politiquement correct. J'ai finalement rédigé un mémoire bien inoffensif sur le discours narratif.
- Au milieu des années 2000, dans l'académie de Versailles, un inspecteur de lettres est venu chapitrer l'équipe de lettres de mon collège défavorisé (celui-là même dont j'ai publié les copies de troisième) : il s'agissait de reconnaître à nos élèves leur "français vernaculaire" et de renoncer à leur enseigner notre "français académique" abstrait et inutile.
- Une inspectrice a réuni l'équipe de lettres dans le collège défavorisé où enseignait ma femme et a relativisé l'importance de l'orthographe en prenant l'exemple de Louis XIV qui faisait plein de fautes d'orthographe.
- Autre exemple donné par Morgared sur Neoprofs
Cet IPR de Lettres n'a malheureusement pas tenu un discours original. J'ai entendu la même chose dans la bouche de l'IPR de Lettres en chef de Grenoble en 2009 et à deux reprises (Journées de l'Inspection sur le socle et réunion d'information sur les nouveaux programmes de français au collège - le discours était strictement identique). D'après lui, il n'y a pas une langue française, mais DES langues. Il ne faut donc pas dire que nos élèves, en arrivant au collège, ne maîtrisent pas le français : ils maîtrisent bel et bien une langue française, la leur, qui possède tout autant de complexité (ce qui est bien sûr faux, mais passons). A partir de là, on en concluait qu'il ne fallait pas être trop strict sur les règles (que quelques années auparavant, on nous avait dit qu'il ne fallait surtout pas enseigner en primaire), et que c'était l'intention qui compte. L'exemple était pris d'un agrégatif qui avait écrit une forme de passé simple fausse (du type "il marchit") : on voyait cependant son intention d'utiliser le passé simple. C'est cette intention qu'il faut donc à présent évaluer - l'histoire ne dit pas si cette indulgence a été appliquée à l'agrégatif.
ll faut comprendre qu'il y a encore des régions ou des établissements un peu plus exigeants que d'autres, et que ça ne plaît pas, d'où la nécessité de descentes régulières d'IPR.
- A lire également sur ce sujet les ahurissantes Conversations sur la langue française de Pierre Encrevé et Michel Braudeau. J'en publierait un compte rendu ici-même.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Article "Demin dè l'obe..." 01 Jan 2013 12:10 #2828

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12685
On voit que des (bêtes et méchants, cela va de soi) inspecteurs ennemis bornés et dogmatiques de l’orthographe, on passe insensiblement au débat sur les différentes conceptions de l’enseignement du français. Ce qui n’est pas exactement la même chose. On voit aussi que l’inspecteur qui a pris la peine de répondre ne semble pas (ou pas encore, ou pas tout de suite) avoir droit à une réponse en retour. Serait-ce parce que, relevant de l’enseignement primaire, il serait considéré hors sujet ? Ou bien parce qu’il est embêtant de répondre à une personne ne correspondant pas à la caricature ?
Aucun inspecteur ne s'oppose officiellement à la maîtrise de l'orthographe, bien évidemment.

Mais ce n'est pas sur les discours qu'il faut juger, mais sur les actes et l'application de méthodes imposées dans l’Éducation nationale depuis plus de vingt ans, ainsi que sur les "résultats" obtenus. Il y a bien des idéologies éducatives, avec leurs conséquences, n'en déplaise à Luc Cédelle. Serait-ce un nouvel exemple de négationnisme pédagogiste ?

La préoccupation du « commentateur 2 » sur la réduction régulière, au fil des dernières décennies, des horaires de français, a beau être un des arguments fondateurs du collectif Sauver les lettres (qui existe encore, notamment à travers des textes d’Agnès Joste), elle est partagée par beaucoup de monde. Cela ne devrait nullement empêcher, me semble-t-il (et surtout dans le cadre d’un combat légitime pour la maîtrise de la langue), de reconnaître que tous les enseignants de toutes les matières sont aussi ou devraient être des gardiens vigilants du français. En ce sens, présenter l’affirmation « on fait du français dans toutes les matières » comme la rampe de lancement fatale d’une attaque contre le français me paraît plutôt une position de blocage que d’amélioration.
Traduction en clair : Luc Cédelle ne voit pas de problème à la diminution des horaires de français.

Le fait d’opposer la « séquence » (censée être une horreur moderniste et un gadget paralysant), au « cours » traditionnel (censé être bon comme la vraie confiture de grand-mère) m’a toujours laissé perplexe. J’ai assisté (en journaliste, observateur de fond de classe) à de superbes cours qui étaient sans doute des séquences, puisque s’y succédaient des temps et des thèmes différents : et alors ?
Que les séquences soient décrites comme "superbes" montre bien l'idéologie en action : car si la séquence est séduisante intellectuellement pour les enseignants, la seule chose qui compte pour en évaluer la pertinence est son efficacité pédagogique. Et là, il y aurait beaucoup de choses à redire mais je crains encore de me voir qualifier de "réac" par Luc Cédelle sur Twitter. :twisted:

L’alternance des approches, la variété des moments et des sujets, ce serait contraire à l’enseignement ?
Nous voici donc face à une belle défense de la séquence pédagogique par Luc Cédelle.

L'enseignement cloisonné consiste bien en une alternance des approches, mais qui n'en oublie pas en cours de route, comme la langue, parent pauvre des séquences et qu'on y rattache comme autant de cheveux sur la soupe et surtout pas de manière systématique et rigoureuse : en vérité je vois mal comment on peut rattacher une leçon sur l'accord avec le COD à l'étude d'un texte sans le faire artificiellement.

Mais même quelque chose d’aussi contraint, autoritaire, vertical et traditionnaliste qu’un cours de danse, de chant ou d’art martial ne fait pas pratiquer la même chose pendant une heure entière.
Un cours d'orthographe pendant une heure entière ne repose pas nécessairement sur la même activité. On peut découvrir un problème orthographique, énoncer et noter la règle, appliquer dans des exercices très différents, à l'oral comme à l'écrit.

Le cerveau n’a-t-il pas besoin des mêmes égards que les muscles, les articulations ou les cordes vocales ? Une séquence n’est pas forcément une juxtaposition de fragments décousus et un cours homogène, si l’on cherche bien, n’est pas forcément tout d’un bloc. Un film n’est-il pas composé de « séquences », une pièce de théâtre d’actes et de scènes ?
Abus de langage : une séquence dans un film constitue justement une unité (d'où même l'expression de "plan-séquence" sans variation de plan).

La séquence pédagogique veut donner du sens et du plaisir en subordonnant l'étude du français à celle des textes : beau projet qui ne doit pas faire oublier que l'apprentissage de la langue doit primer. Combien de stagiaires, suivant les programmes et les instructions officielles et formatés dans les IUFM, se font ainsi plaisir à découvrir de beaux textes avec les élèves et négligent voire oublient totalement la maîtrise de la langue et ses enseignements ingrats et répétitifs ?

D’une part on entre là dans la « cuisine » des enseignants – ce qui signifie que personne, à l’extérieur n’est en mesure de trancher - et d’autre part cela donne l’impression d’une vaine querelle de vocabulaire, un peu comme si des journalistes s’empaillaient pour savoir s’il convient de faire un « entretien » ou une « interview » et prétendraient qu’on ne saurait confondre les deux.

Lorsque le « commentateur 2 » formule son désaccord qu’il n’y ait « plus de leçon de grammaire, plus d'heure d'orthographe » et « un peu de tout dans tout, c'est à dire rien », j’y entends, d’un côté, des reproches qu’il me semble avoir déjà lus, encore une fois non seulement chez des défenseurs de la tradition scolaire mais aussi chez des auteurs (et praticiens) comme Danièle Manesse (co-auteur avec Danièle Cogis de Orthographe, à qui la faute ? ESF, 2007). D’un autre côté, ma fibre d’ancien élève ne manque pas de s’insurger préventivement contre un possible « cours de grammaire » détaché de son objet, et qui pourrait de ce fait facilement tourner à la souffrance gratuite et improductive.
Nous y voilà... :twisted:

Comme toujours dans ces cas-là, chacun y va de sa petite expérience personnelle, même un journaliste spécialisé dans l'éducation et qui s'exprime sans difficulté.

La question est d'observer pragmatiquement les résultats scolaires, et non le ressenti des élèves.

Quand à l’assertion selon laquelle « TOUS » les IPR (inspecteurs pédagogiques régionaux, c’est-à-dire, je traduis, les inspecteurs des différentes disciplines du secondaire) seraient tellement formés « sans exception » sur le même moule qu’ils auraient tous la même attitude, n’est-elle pas un peu effrayante ?
Certains ont résisté aux sirènes de la séquence, mais avec discrétion. Depuis quelques années, le discours officiel a quelque peu changé et on autorise enfin les professeurs à pratiquer des séances "décrochées" d'orthographe ou de grammaire.

« Tous », vraiment ? J’aurais plutôt pensé que dans ce corps, certes de réputation très conservatrice (donc peu friand de gadgets modernistes), toutes les sensibilités de l’Education nationale seraient représentées, même de manière feutrée. Mais je peux me tromper. Qui pourrait m’éclairer sur l’homogénéité supposée des IPR de lettres ? Dernière objection : ne devient-on pas IPR après avoir été professeur, et même professeur agrégé ? Et ces professeurs agrégés devenus IPR seraient « tous » de sournois ennemis de la maîtrise de la langue française, tous acharnés à sa perte ?
Voilà une présentation qui n'est pas du tout caricaturale de la position de ceux qui critiquent une certaine doxa de l'enseignement du français imposée dans l’Éducation nationale depuis plus de vingt ans.

Et nos commentateurs 2 et 3 seraient donc des héros d’une sorte de dissidence face au totalitarisme rampant de leur hiérarchie disciplinaire…
Effectivement. Dois-je reparler de cet inspecteur de lettres défendant le "français vernaculaire" des banlieues valant bien notre "français académique" ou est-ce une légende urbaine que j'invente ?

Même en tenant de toute la sympathie que m’inspirent les « Lieutenant Blueberry » (hommes ou femmes) de l’Education nationale, doués d'initiative personnelle, rétifs à la bureaucratie et à l’autoritarisme, je ne parviens pas à adhérer à ce schéma manichéen digne d’un manga.
Et les résultats de nos élèves et la baisse dramatique du niveau en orthographe des élèves, elle relève sans doute aussi d'un schéma manichéen ?
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.202 secondes
Propulsé par Kunena