Les résultats de PISA 2015

Plus d'informations
07 Déc 2013 21:38 #8754 par Loys
Loys a répondu au sujet : "La Chine triche à Pisa, il ne faut pas que l'OCDE laisse faire" (Slate)
A lire sur "Slate" du 7/12/13 : "La Chine triche à Pisa, il ne faut pas que l'OCDE laisse faire" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Déc 2013 08:42 - 08 Déc 2013 08:53 #8761 par Loys
Loys a répondu au sujet : Les infographies de l'Institut Montaigne
L'Institut Montaigne , auteur déjà d'une comparaison problématique entre les systèmes éducatif français et allemand, vient de publier ces infographies :

Des chiffres que nous avons déjà commentés : en réalité cette infographie montre au contraire que, pour une population scolaire beaucoup plus importante, la France a une dépense éducative très moyenne. :transpi:
Et puis cette curieuse corrélation qui devrait exister entre "puissance économique mondiale" et "rang" dans PISA : quel est le classement des États-Unis, déjà ? :devil:


Notez comment le sous-titre (et les données du graphique) contredit le titre. :transpi:

En culture mathématique, les résultats sont plus faibles qu'en 2000, mais la France ne "continue" pas de "chuter" puisque le résultat est à peu près le même... depuis 2006 !
Comme quoi on fait dire ce qu'on veut à des graphiques. :roll:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Déc 2013 22:30 #8769 par Loys
Loys a répondu au sujet : Les infographies de l'Institut Montaigne
A lire sur le blog de Pedro Cordoba, parmi de nombreux autres articles sur ce sujet : "Florilège PISA" (7/12/13).

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Déc 2013 22:42 - 09 Déc 2013 22:43 #8771 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Après Pisa, ne pas se disperser"
A lire dans le "Café pédagogique" du 9/12/13 : "Après Pisa, ne pas se disperser".

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Déc 2013 14:02 - 11 Déc 2013 00:58 #8775 par Loys
Loys a répondu au sujet : "PISA 2012 : Les résultats français « plombés » par la nature des items ?" (Café pédagogique)
A lire dans le "Café pédagogique" du 10/12/13 : "PISA 2012 : Les résultats français « plombés » par la nature des items ?" par André Ouzoulias.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Et lecercle.lesechos.fr/economie-societe/so...ancaise-est-confirme

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Déc 2013 16:42 - 10 Déc 2013 16:58 #8776 par archeboc
archeboc a répondu au sujet : "La Chine triche à Pisa, il ne faut pas que l'OCDE laisse faire" (Slate)

Loys dit: A lire sur "Slate" du 7/12/13 : "La Chine triche à Pisa, il ne faut pas que l'OCDE laisse faire" .

Cette charge contre la Chine aurait dû être une occasion en or pour nos chasseur de sorcières et d'allusions racistes : pensez donc, il y avait là de quoi tonner contre le vieux préjugé ranci de la fourberie pékinoise. Curieusement pourtant, cette accusation de triche chinoise a été largement reprise prima facie, sans susciter la moindre indignation.
Plus sérieusement, si les Chinois ont décidé de mettre Shangaï en avant, que ne faisons nous comme eux ? Pourquoi ne pas offrir la vedette à nos grandes métropoles régionales dont les résultats PISA vont crever le plafond et faire pleurer tous les autres ?
Pourquoi ?
Peut-être nos grandes métropoles régionales sont-elles simplement très loin des standards asiatiques, en train de dégringoler comme le reste du pays ?
Je ne suis pas un afficionado de la Chine. Mais dans la grande compétition économique mondiale, dont les aspects scolaires ne sont qu'un versant, les critiques occidentales contre la Chine ressemblent aux protestations d'un écolier pleurnichard qui crie "pouce, pouce, on arrête", quand tous ces petits camarades continuent à courir et s'amuser sans l'écouter.
Allez, il y a quand même un bon point pour cette histoire de Chine tricheuse : elle offre au Canard enchaîné l'occasion d'une bonne rafale de contrepèteries.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Déc 2013 08:44 - 15 Déc 2013 14:46 #8785 par Loys
Loys a répondu au sujet : "La Chine triche à Pisa, il ne faut pas que l'OCDE laisse faire" (Slate)
Pour moi ce n'est effectivement pas tant la Chine qui "triche" que l'OCDE qui établit sans complexe des comparaisons aberrantes.
A lire également dans le "Café pédagogique" du 11/12/13 : "PISA et les mathématiques : Tout ne doit pas être rapporté aux programmes, mais tout ne doit pas y échapper…"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Et dans "Le Monde" du 11/12/13 : "Une institution inégalitaire" par Nathalie Mons :

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Déc 2013 16:25 #8786 par Loys
Loys a répondu au sujet : "PISA et les mathématiques : Tout ne doit pas être rapporté aux programmes, mais tout ne doit pas y échapper…"
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Déc 2013 16:29 - 11 Déc 2013 16:30 #8787 par Loys
Loys a répondu au sujet : Les résultats de PISA 2012
A voir éventuellement sur le sujet "C dans l'air" aujourd'hui à 17h45, avec un invité que vous connaissez. ;)
Autres invités : Catherine Moisan (DEPP), Martine Daoust (ancienne rectrice) et Hervé-Jean Le Niger (FCPE).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Déc 2013 18:21 - 11 Déc 2013 23:51 #8788 par MD-VieModerne
MD-VieModerne a répondu au sujet : Les résultats de PISA 2012
Voici un petit texte en cours de rédaction .- en attendant un autre plus important qui expliquera la genèse de PISA et les raisons peu connues qui ont abouti à sa création -
"Quelques remarques sur PISA 2013, dans l’attente d’un article plus complet sur PISA, sa genèse et son utilité. "
michel.delord.free.fr/pisa2013-quick.html
Il reprend en les complétant mes interventions précédentes et son plan est le suivant :
A - Quelques mots sur les évaluations en général - Une interview de novembre 2010 par Luc Cédelle
B - PISA ne teste pas les connaissances en mathématiques
C - Connaissances et compétences
D - Coup d’œil sur les robinets qui fuient... [A paraître]
E- La vie selon PISA [A paraître]
- Les extraordinaires aventures du menuisier PISA et du fermier PISA ...
- "Relever les défis de la société de la connaissance" ?
F- Conclusions provisoires et immédiates : poursuite de la grande manip ? [A paraître]
Michel Delord
.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Déc 2013 01:47 #8789 par MD-VieModerne
MD-VieModerne a répondu au sujet : Les résultats de PISA 2012
A - Quelques mots sur les évaluations en général - Une interview de novembre 2010 par Luc Cédelle
B - PISA ne teste pas les connaissances en mathématiques
C - Connaissances et compétences
D - Coup d’œil sur les robinets qui fuient...
E- La vie selon PISA
- Les extraordinaires aventures du menuisier PISA et du fermier PISA :
Le menuisier PISA
Le paysan PISA [A paraitre]
- "Relever les défis de la société de la connaissance" ? [A paraître]
F- Conclusions provisoires et immédiates : poursuite de la grande manip ?
G - Quelques conclusions à long terme [A paraitre]
A, B et C ont été réécrits et complétés
Nouveau : D , le menuisier PISA et F
La fin du F est la suivante:

On peut en déduire plusieurs choses et essayer de comprendre les "intentions du ministre", une fois que l'on a compris qu'il est bien clair que Vincent Peillon, son successeur et ses prédécesseurs ne s'intéressent que très peu aux "performances des élèves sur les fondamentaux".
Mais dans l'immédiat, je me bornerai à une seule remarque : l'attitude du ministre qui consiste à se désintéresser de la baisse des performances des élèves au nom de la lutte contre les inégalités est un grand classique du groupe de pression composés de tous ceux qui ont inspiré des programmes déplorables et des progressions irréalisables. On comprend que tant que l'on parle inégalité des résultats, ça permet d'éviter la question, délicate pour eux, de la baisse de niveau de tous.
On peut rajouter que l'idée que la baisse de niveau générale n'est pas importante tant qu'elle se fait démocratiquement n'est pas nouvelle et qu'elle n'est pas seulement de gauche puisque Xavier Darcos déclarait le 7 decembre 2002 dans le Figaro Magazine :

Nos vétilleuses injonctions grammaticales leur paraissent d'une étroitesse un peu dérisoire. Faut-il s'accoutumer à l'idée que nos élèves maîtrisent moins bien la lecture et le calcul que leurs aînés de 1920 ? Et ne remontons pas si loin: à l'entrée en 6 e , en 2001, ils étaient deux fois plus nombreux qu'en 1992 à manquer de ces mêmes bases. Sans nous résigner à ce recul, nous savons que tel fut le prix à payer de la massification de l'enseignement, authentique progrès que l'on doit à l'engagement de la nation et de ses professeurs. Le cœur du problème est celui-ci: cette régression serait plus acceptable si elle ne s'accompagnait pas d'un accroissement des inégalités.

michel.delord.free.fr/pisa2013-quick.html
Bonne lecture
MD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Déc 2013 13:27 - 12 Déc 2013 13:31 #8804 par Loys
Loys a répondu au sujet : "L’école française est-elle vraiment à la traîne ?" (Le Monde)
Merci MD : je m’attelle moi-même à mon propre article. Je recommande à tous la lecture de l'analyse sur l'exercice du menuisier : c'est très amusant. :mrgreen:
A lire dans "Le Monde" du 12/12/13 : "L’école française est-elle vraiment à la traîne ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Déc 2013 13:38 - 12 Déc 2013 14:00 #8805 par Loys
Loys a répondu au sujet : "PISA 2012 : que fait-on pour inverser la tendance ?" (MEN)
Cette page sur le site du MEN et cette vidéo du ministre :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Déc 2013 14:35 #8835 par Loys
Loys a répondu au sujet : "PISA 2012 : que fait-on pour inverser la tendance ?" (MEN)
A lire, notre article sur cette livraison de PISA 2012 : www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/6...le-livraison-de-pisa

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Déc 2013 14:37 - 15 Déc 2013 14:37 #8836 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Priorité à l’exigence académique !" (Le Monde)
A lire dans "Le Monde" du 11/12/13 : "Priorité à l’exigence académique !" par la sociologue Nathalie Bulle.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Déc 2013 14:20 #8928 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Prioritaire : Le système éducatif français ne doit pas accepter la fatalité !" (Café pédagogique)
A lire dans le "Café pédagogique" du 20/12/13 : "Prioritaire : Eric Charbonnier (OCDE) : Le système éducatif français ne doit pas accepter la fatalité !"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Déc 2013 14:48 - 23 Déc 2013 14:52 #8929 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Prioritaire : Le système éducatif français ne doit pas accepter la fatalité !" (Café pédagogique)

Si la situation éducative de la France est difficile, pour lui le pays ne soit pas se résigner. Il doit suivre l'exemple d'autres pays de l'OCDE qui ont su améliorer rapidement leurs résultats.
[...] On a des exemples de redressement rapide : le Portugal, l'Allemagne, l'Estonie pour prendre des exemples européens.

Tiens ! Pourquoi ces exemples-là, et pas d'autres, tout en haut du classement ?
Au passage la Belgique n'a fait que stagner entre 2000 (507 points) et 2012 (509 points). L'écart avec la France (499 points) n'est d'ailleurs pas significatif.

Il faut aussi souligner que des pays n'ont pas reculé, qu'il y a des politiques efficaces pour lutter contre les inégalités sociales à l'Ecole. Les Pays Bas montre qu'on peut bien réussir avec peu d'inégalités sociales. Pour cela on donne des moyens aux établissements qui en ont le plus besoin. Il y a eu dans ces pays des politiques pour donner des moyens aux établissements difficiles.

Il se trouve aussi qu'aux Pays-Bas les dépenses publiques d’éducation a augmenté de 160% entre 1998 et 2009 (contre 96% en France) : +20% du PIB entre 2000 et 2009 (-2% pour la France). En 2009 on peut comparer les dépenses annuelles des établissements d'enseignement par élève :

Source : www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/5...-la-cour-des-comptes

Donner des moyens pour faire quoi ? Peut-on définir précisément des politiques efficaces ?
Déjà donner des moyens en terme de personnel . Les pays qui réussissent bien ont des enseignants expérimentés dan les établissements prioritaires ou préparés pour travailler dans ce type de classe.
La difficulté pour un pays comme la France c'est d'attirer ces enseignants. Comment faire ?
En Estonie, on a créé des incitations financières pour attirer des professeurs dans des zones rurales isolées.

Rappelons que l'Estonie est pays d'un peu plus d'un million d'habitants grand comme la région Rhône-Alpes. Les problèmes d'affectation nationaux correspondent donc à nos problèmes académiques. En France nous avons 12,8 millions d'élèves. :santa:

Aux Pays-Bas ça se joue dans l'autonomie dont disposent les établissements qui utilisent de l'argent pour gérer cette difficulté.

La Suède, qui a privilégié l'autonomie des établissements, a vu ses performances s'effondrer dans PISA.

Le Portugal a essayé de créer des aides aux familles défavorisées et mettre des éducateurs dans els établissements. Ils ne remplacent pas les enseignants mais les aident.

Il faudrait déjà trouver des enseignants...

L'autre question c'est d'améliorer l'efficacité de l'enseignement. Ca passe par quoi ?
En France on voit bien que ça fonctionne bien pour un tiers des élèves et mal pour les autres. Donc toutes les méthodes d'alternative au redoublement seraient un progrès pour la France.

Le redoublement diminué drastiquement en France sans qu'on observe de résultats...

Par exemple accepter qu'à l'intérieur de la même classe on ait des élèves de niveau différent et que les enseignants soient préparés à permettre une éducation qui aille au rythme des élèves.

C'est précisément à quoi servait le redoublement. :santa:

On n'arrive pas à supprimer tous les redoublements mais à aider davantage d'élèves. Il faut commencer à aider les élèves dès le début de l'enseignement. C'est un des grands axes de la réforme en Allemagne où on a renforcé l'apprentissage de l'allemand dès la maternelle.

L'Allemagne est quand même très à la traîne dans son taux de scolarisation à trois ans par rapport à la France. Et pour le coup c'est sur nous qu'elle a pris exemple. :mrgreen:

En France on n'arrive toujours pas a individualiser l'enseignement...

Il faut dire qu'avec les taux d'encadrement qui sont les nôtres en primaire, c'est un petit peu compliqué... :spider:

...à se concentrer sur le socle commun.

Inspiré des évaluations PISA. :devil:

On a une formation des enseignants très académique. Il n'y a pas de détection des étudiants les plus doués pour travailler dans les établissements difficiles.

Il faut dire que ces étudiants n'auraient peut-être pas envie d'y être affectés. :roll:

On sélectionne les étudiants que sur leurs connaissances.

C'est totalement faux. M. Charbonnier n'a pas l'air de connaître grand-chose aux concours de recrutement et à leur évolution depuis les années 90.

Et il y a l'objectif d'aller au bout du programme.

Quelle idée stupide aussi.

Ailleurs on adapte le programme aux élèves...

Quelle bonne idée...

...avec une base commune pour tous et certains qui vont plus loin.

Ou comment résoudre de manière très intelligente les inégalités. :P

Le problème du système français c'est de gérer les différences quelles qu'elles soient.

Ou d'intégrer tous les élèves dans le secondaire, contrairement à la plupart des pays. Question de point de vue.

Ca veut dire une réforme des concours et une formation continue.
Oui/. L'apprentissage des méthodes pédagogiques a maintenant un poids important dans les Espe.

Tout va aller mieux, alors.

Il doit être aussi important dans la sélection des étudiants. On pourrait imaginer comme en Finlande qu'on essaye de détecter les vocations le plus tôt possible.

Et qu'on sélectionne drastiquement à l'entrée en université ?

Certains pays ont fixé des maxima d'élèves par classe. En France on a peu de différence entre le nombre d'élèves dans un établissement prioritaire et un autre. Faut -il aller dans cette voie ?
A l'OCDE on dit qu'il vaut mieux améliorer la qualité des enseignants.

En les rémunérant mieux, comme dans la plupart des pays de l'OCDE ? Non, ça, ce n'est pas un exemple à suivre. Inutile même d'en parler.

Là la priorité c'est la réforme du prioritaire. C an e concerne que 10 à 15% des établissements. Il faut se concentrer sur cet objectif. On peut mettre des moyens sur eux. La difficulté ca va etre d'attirer des enseignants expérimentés sur ces zones.

Effectivement.

Vous êtes optimiste ?
Oui et non. Je suis pessimiste quand je vois toutes ces discussions sur les rythmes scolaires. Ca peut aboutir à un blocage. L'idée de retirer de l'argent sur certains pour donner à d'autres n'était pas bonne.

On peut le dire.

Le fait que les élèves en difficulté soient souvent d'origine étrangère ça aggrave la situation ?
Ce qui pose surtout problème en France c'est le fait que les gouvernements aient baissé les bras. En Allemagne la situation était identique avec un nombre important d'immigrés concentrés dans des quartiers. Mais il y a eu une volonté de changer les choses. En France il y a une sorte de fatalité face à cette situation. Dans les établissements prioritaires il y a des enseignants peu expérimentés et un climat peu propice aux apprentissages. Mais il ne faut pas croire que la lutte contre l'échec scolaire se limite à ces établissements.

Et aucune suggestion sur la restauration d'un minimum d'autorité dans ces établissements ? Pourtant même l'OCDE le dit, et avec elle Eric Charbonnier , c'est un facteur essentiel...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Déc 2013 09:08 #8941 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Des pédagogies alternatives marginalisées par le ministère" (Le Monde)
A lire dans "Le Monde" cette tribune d'Yves Reuter, professeur à l'université Lille-III laboratoire Théodile-CIREL : "Des pédagogies alternatives marginalisées par le ministère" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Déc 2013 09:28 - 28 Déc 2013 10:52 #8942 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Des pédagogies alternatives marginalisées par le ministère" (Le Monde)

Le dernier rapport PISA suscite de nombreuses interprétations. Il s'agit ici de réfléchir aux pistes qui permettraient d'améliorer ces résultats. Je me concentrerai sur les leviers internes à la classe à partir d'une réflexion sur la pédagogie alternative.
J'ai en effet dirigé une recherche sur la mise en œuvre de la « pédagogie Freinet » dans un groupe scolaire...

C'est toujours instructif de voir effectivement comment sont interprétés les résultats PISA. Yves Reuter n'a pas dû prendre connaissance des pays en tête de PISA... :santa:

Sur quels principes repose cette démarche ? J'insisterai ici sur cinq d'entre eux. Tout d'abord, l'école essaie de faire vivre la démocratie, hic et nunc : les règles sont élaborées par les conseils d'élèves, expérimentées, modifiées.

La démocratie dès la maternelle, un nouveau slogan révolutionnaire. Depuis quand les adultes devraient-ils imposer une règle tyrannique aux enfants ?

Par ailleurs, il n'y a pas de souffrances inutiles : les élèves peuvent boire s'ils ont soif, parler entre eux (à voix basse), se déplacer… et pourtant les visiteurs sont étonnés du calme qui règne.

On tait trop toutes ces immenses souffrances.
Heureusement, comme les enfants décident des règles, il n'y a plus guère de règles.

La coopération est privilégiée : les élèves s'entraident.

Quel monde merveilleux.

Les apprentissages partent des questions des élèves.

Non seulement les élèves décident de comment se comporter, mais de quoi faire à l'école. Pourquoi y a-t-il encore des adultes dans cette école ?

La diversité des démarches des élèves est respectée : rythmes, temps nécessaire à chacun.

Façon astucieuse de théoriser le retard scolaire comme le produit d'une école bienveillante.
Donc en fait la "démocratie", c'est faire ce qu'on veut, de la façon qu'on veut et quand on veut. Il faudra que je m'en souvienne ! :cheers:

Les apprentissages sont sécurisés...

On croirait entendre le FBI de la pédagogie. :mrgreen:

...les élèves peuvent se tromper ; ils osent donc prendre des risques, à l'opposé de nombre de ceux d'autres écoles en France.

Le but de l'école, ce n'est pas d'apprendre à prendre des risque, c'est d'apprendre.

Les résultats ont été nets, voire étonnants.

Personne n'en doute. Et où peut-on en avoir une idée un peu plus précise ? A quels effectifs d'enfants et d'adultes cette pédagogie s'est-elle appliquée ?

Sur toutes ces dimensions, les performances ou fonctionnements de chacun se sont améliorés. On remarque, par exemple, une meilleure qualité d'écoute et une plus grande aisance à l'oral, le développement d'un rapport positif au savoir et d'un grand engagement dans le travail, des sollicitations plus adaptées de l'aide des adultes.

Toutes choses qui se mesurent scientifiquement. :doc:

De surcroît, certaines dimensions se sont améliorées en moins de trois mois : baisse nette des incivilités, engagement dans l'écriture et augmentation de la longueur des écrits produits. Bien sûr, tout n'est pas magique : on note, par exemple, une progression en orthographe plus lente ou une appropriation du lexique scolaire traditionnel moins assurée.

Des broutilles et puis ils les apprendront à leur rythme, au collège ou après.

Mais les élèves issus de ce groupe scolaire réussissent aussi bien que les autres au collège, avec même des gains, en termes d'autonomie dans le travail par exemple.

Comment peut-on s'en assurer ?
S'ils réussissent "aussi bien que les autres", en quoi cette pédagogie alternative constitue-elle un progrès ?

Et, non seulement les résultats s'améliorent, mais les écarts entre élèves n'augmentent pas.
UNE VÉRITABLE FORMATION DES MAÎTRES
Mais les principes de la démarche alternative dont nous parlons ici peuvent-ils être transférés au système scolaire classique ? Oui, même si la réponse est complexe dans la mesure où ces éléments nécessitent une véritable formation des maîtres et un engagement important.

Rien par contre sur les taux d'encadrement en primaire, pourtant parmi les plus bas de l'OCDE.

Cependant, derrière des pratiques apparemment différentes, on retrouve ces principes dans nombre d'expériences qui marchent, notamment dans les réseaux de difficultés sociales et scolaires, dans les dispositifs et écoles de lutte contre le décrochage, dans les écoles de la seconde chance.

Avec un taux d'encadrement bien différent. :devil:

Nous savons donc ce qui peut contribuer à améliorer le climat scolaire et les performances des élèves.

Laisser faire aux enfants ce qu'ils veulent quand ils le veulent peut effectivement améliorer le climat scolaire. Pour le reste...

Ce qui est rejeté en marge de l'institution offre des perspectives de lutte contre les difficultés scolaires. Reste à savoir combien d'enquêtes PISA devront encore être publiées avant que les politiques tentent enfin d'aider les élèves par des solutions éprouvées.

Shanghai, Hong-Kong, le Japon ou la Corée seraient donc des pays ayant appliqué la pédagogie Freinet ? :santa:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Déc 2013 10:53 - 28 Déc 2013 10:54 #8987 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Claude Thélot: "Faisons de la réussite de tous les élèves notre grande cause nationale"" (L'Express)
Cet article dans "L'Express" du 6/12/13 m'avait échappé : "Claude Thélot: "Faisons de la réussite de tous les élèves notre grande cause nationale"'.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Jan 2014 20:35 #9017 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Claude Thélot: "Faisons de la réussite de tous les élèves notre grande cause nationale"" (L'Express)
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Jan 2014 20:37 #9018 par Loys
Loys a répondu au sujet : "5 idées venues d'ailleurs pour changer l'école en France" (Nouvel Obs)
A lire dans le "Nouvel Obs" du 02/01/13 : "5 idées venues d'ailleurs pour changer l'école en France " avec plein de réflexions intelligentes dedans.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Jan 2014 01:51 - 03 Jan 2014 08:41 #9027 par Loys
Loys a répondu au sujet : "5 idées venues d'ailleurs pour changer l'école en France" (Nouvel Obs)

5 idées venues d'ailleurs pour changer l'école en France

Chouette ! Des idées sur l'école !

Alors que l'OCDE rétrograde la France dans l'enquête Pisa...

Eh bien non : elle vient de réaliser sa meilleure performance depuis 2003. Partons donc d'un constat faux...

...sur le niveau des élèves de 15 ans, certaines pratiques se révèlent particulièrement efficaces à l'étranger.

"certaines pratiques" que les rédacteurs de l'article voudraient promouvoir surtout. :mrgreen:

L'enquête PISA, publiée au début du mois de décembre, a redit à la France ce qu'elle n'avait guère envie d'entendre : que, comparé à ceux de 64 autres pays du globe, le système scolaire tricolore est non seulement peu performant en terme de compétences, mais très inégalitaire sur le plan social.

Pour s'en convaincre, nos articles :
- "Nouvelle livraison de Pisa" .
- "Combien coûte un point PISA ?"
:santa:

Pourtant, rien n'est perdu pour l'école de Jules Ferry : il est encore possible d'aller regarder que nos voisins font. Passage en revue des bonnes pratiques dont le Gaulois seraient bien inspirés de s'inspirer.

"Le Gaulois" ? :shock:

1 / Mettre les enseignants aguerris dans les classes difficiles

Que n'y avait-on pensé avant ! :mrgreen:

ILS LE FONT A SHANGHAI
Shanghai est une sorte de monstrueuse anomalie éducative...

Et à de nombreux points de vue... :mrgreen:

...la proportion des très bons élèves y est ébouriffante, 55,4 %, et celle des élèves à la peine, infinitésimale : 3,8%.

Ce qui est encore plus ébouriffant, c'est que, contrairement à la France, de nombreux élèves ne sont pas inscrits dans le secondaire et donc non évalués par PISA. :santa:

Une des raisons de ce succès ? L'administration renforcée (empowered administration).

Quel rapport avec les "professeurs aguerris" ? :scratch:

Lu Lingdi peut en témoigner. En 2005, elle est nommée principale du collège Donggou de Pudong. Les résultats des 400 élèves de 12 à 15 ans sont les plus faibles du district. "Les professeurs arrivaient en classe sans avoir préparé leurs cours, et les élèves ne levaient jamais la tête de leur cahier", raconte-t-elle.

Voilà qui ressemble effectivement à nos ZEP ! :santa:

Dans le cadre de l'administration renforcée, elle reçoit l'aide de Liu Jinghai, un principal à la retraite, et de plusieurs professeurs expérimentés.

Ah... Mais qu'est-ce qui les fait venir, au juste ?

Assis au fond de la classe, ils assistent aux cours de leurs jeunes collègues, les conseillent, mettent à leur disposition un déroulé de leçons efficaces sous forme de PowerPoint, que les jeunes enseignants suivent sur un écran encastré dans leur bureau.

Une solution séduisante, en effet ! :cheers:
Mais au fait, les "professeurs aguerris" restent donc au fond de la classe ? :santa:

A l'instigation de Liu Jinghai, l'équipe d'étayage développe, en s'appuyant sur la recherche en pédagogie, des techniques pour instiller la confiance en soi aux élèves. En 2010, la bataille est gagnée, le collège Donggou est donné pour modèle et les parents cherchent à y inscrire leur enfant. A Shanghai, ces échanges de compétences se font à large échelle. Les écoles rurales, ou ouvertes récemment pour faire face au boom démographique, passent contrat pour deux ans avec les écoles du centre-ville, ou avec des institutions non gouvernementales où travaillent des professeurs et des chefs d'établissement retraités. La municipalité de Shanghai couvre la dépense.

Pour quel coût ? On ne le saura pas...
C'est vrai que Shanghai, un territoire grand comme un centième de la France, est tout à fait comparable à tous points de vue. :doc:

Ce qui bloque en France
La carrière de l'enseignant va du plus difficile au plus confortable.

Si c'est pas honteux !

"Avec notre système d'affectation, plus on a d'ancienneté, plus on peut choisir son établissement",explique Laurent Escure, secrétaire général de l'Unsa Education. Et quand on a le choix, on opte rarement pour une mutation en Zone d'Education prioritaire (ZEP), considérée comme le purgatoire.

Sauf que "pour avoir le choix", il faut bien souvent y avoir enseigné. :xx:

Ce qui est en cours
Le ministre Vincent Peillon entend revaloriser les enseignants en ZEP. Cela suffira-t-il à attirer les vieux briscards dans les quartiers chauds ?

On va bientôt le savoir. :mrgreen:

2 / Former les enseignants aux meilleures pratiques
ILS LE FONT EN FINLANDE

La Finlande qui recule de 14 points dans le dernier classement PISA 2012...

En Finlande, moins d'un candidat sur dix au métier de professeur est retenu au terme d'une série de tests, entretiens, mises en situation, parfois en groupe.

En appliquant cette rigoureuse sélection en France, compte tenu de la crise de recrutement, on ne pourrait même pas pourvoir un poste sur dix en mathématiques par exemple.

"Ils doivent bien sûr posséder un bon niveau de connaissances académiques, mais avant tout une grande motivation pour la transmission", souligne Kristina Kaihari, conseillère au Bureau national de l'Education. Suivent cinq années de formation.

Après tout les connaissances académiques... :santa:

Les futurs enseignants de maternelle acquièrent des techniques largement inspirées de la méthode Montessori qui privilégie l'expérience. Ceux du primaire, un cursus de trois ans en sciences de l'éducation, agrémenté d'une mineure en fonction de leurs centres d'intérêt. Quant aux profs du secondaire, ils optent pour un master dans deux matières au minimum et leur cursus comprend une année complète de pédagogie : "Ils apprennent de quelle façon enseigner leur discipline, comment susciter l'intérêt de leurs élèves, varier les approches en fonction de chacun", explique Kristina Kaihari.

Alors qu'en France les sciences de l'éducation sont restées aux portes de IUFM depuis 1989... :santa:

Les enseignants sont formés à toute une palette d'approches. La pratique est étroitement associée à la théorie :"Dès le premier semestre, nous passons deux semaines dans une classe, je pense que c'est vraiment essentiel, explique Pekka Löpönen, 25 ans, professeur des écoles à Espoo, dans les environs d'Helsinki. Et très vite, dès la première année, j'ai revu du tout au tout ma perception du métier !" Matti Rantonen, 28 ans, professeur d'histoire et de sciences sociales explique : "J'essaie de trouver sans cesse de nouvelles façons de captiver mes élèves." Et si un élève décroche ? Il est repéré et reçoit l'aide d'un professeur spécialisé, dans la classe ou en dehors.

Un deuxième professeur donc. Voilà qui risque bien d'arriver en France, où les taux d'encadrement dans le primaire et le secondaire n'ont déjà pas grand chose à voir avec ceux de la Finlande. :santa:

Ce qui bloque en France
En 2012, la Cour des Comptes livre son verdict : les enseignants lancés dans le métier "n'ont pas de référentiel pour savoir ce qui est attendu d'eux, pas plus que les inspecteurs chargés de les évaluer".

Une marque de bienveillance inouïe...
A noter que ce rapport date de mai 2013 : "Le fabuleux rapport de la Cour des comptes" . :roll:
Fichier attaché :

Sophie, la trentaine, professeure des écoles dans les Yvelines, raconte : "A l'IUFM, on nous a présenté les différentes méthodes pour apprendre à lire, mais sans nous guider sur laquelle choisir et pourquoi !"

Parce que toutes les méthodes de lecture se valent, voyons !

Ce qui est en cours
Vincent Peillon a remis en place une formation professionnelle des jeunes enseignants dans les Espe (Ecoles supérieures du Professorat et de l'Education). Les concours viennent également d'être reconfigurés pour privilégier l'oral et la pratique.

Avec des concours portant pour un tiers sur les connaissances académiques et deux tiers sur les connaissances didactiques les plus théoriques (ou idéologiques).

3/ Des programmes pour les élèves, pas pour les profs

C'est toujours aimable.

ILS LE FONT EN POLOGNE
La Pologne se traînait dans les profondeurs du classement : 21 points au-dessous de la moyenne de l'OCDE pour la compréhension de l'écrit en 2000... Mais en 2012 la patrie de Solidarnosc caracole à plus de 20 points au-dessus de la moyenne en maths, en sciences et en compréhension de l'écrit. Un petit miracle. En 1999, dans le cadre d'une réorganisation administrative, le pays a adopté un modèle école primaire-collège-lycée calqué sur les autres pays européens, ce qui a permis de rallonger la durée de la scolarité obligatoire.

Bref la Pologne a copié entre autres le modèle français...

Pour motiver les élèves qui avaient tendance à lâcher l'école trop tôt, le ministère de l'Education a également lancé de nouveaux programmes à rebours de la logique qui prévalait jusque-là. Pour chaque niveau, il fixe non pas ce que les professeurs doivent enseigner, mais une sorte de "socle commun de connaissances et de compétences" que les élèves doivent posséder.

Toute ressemblance avec notre socle commun, mis en place depuis 2005... L'avantage du socle commun pour réussir PISA ? Il s'inspire des exigences minimales de PISA ! :cheers:

En 2009, l'accent a été mis plus encore sur l'expérience, la démarche scientifique, la résolution de problèmes et la collaboration entre pairs. Les écoles ont bénéficié de libertés administrative et financière pour atteindre ces objectifs.
"Cela a changé l'attitude des professeurs et transformé leurs pratiques. Plutôt que d'attendre passivement les instructions du ministère, ils se sont efforcés de développer leur propres méthodes d'enseignement...

Parce qu'en France le ministère donne ses instructions pour les méthodes d'enseignement ? :shock:

...pour mieux coller aux besoins de leurs élèves et les faire progresser", explique Maciej Jakubowski, le sous-secrétaire d'Etat au ministère de l'Education nationale de la Pologne. Car les élèves sont soumis à trois vagues d'examens nationaux qui évaluent "autant leurs connaissances que leur manière de raisonner", poursuit-il.

C'est très bien, mais nos examens font de même...

Ce qui bloque en France
Les rêves d'encyclopédisme ont la vie dure. Chaque discipline, dans une surenchère visant à prouver son excellence, réclame d'enseigner un maximum de notions. Résultat : les programmes ont tendance à s'alourdir. Les professeurs doivent aller vite pour les boucler, quitte à perdre une partie des élèves en chemin.

Les professeurs d'anglais ont réclamé qu'on enseigne l'anglais en primaire ? :scratch:

Ce qui est en cours
Programmes actuels "surchargés", "trop techniques"... Vincent Peillon veut les changer. Et vite. Le 6 décembre, il a chargé le Conseil supérieur des programmes (CSP) de les refondre, pour une entrée en application échelonnée entre 2014 et 2017. Il souhaite qu'ils soient plus simples, plus cohérents et qu'ils laissent une certaine place à l'interdisciplinarité.

L'interdisciplinarité a déjà bien fait ses preuves en France.

4 / Bâtir la confiance en soi
ILS LE FONT AU QUEBEC
Punaisés sur les murs d'une chambre d'ado, des mini-diplômes en carton reçus en cours d'année pour telle ou telle matière. Mention "Rigueur et dépassement de soi" en anglais. Minimeritas de "persévérance en mathématiques". "Excellence académique" en sports. Certificats de "courtoisie" et de "camaraderie", etc.

Et ceux qui n'ont rien ?

Très nord-américain, oui. Très encourageant, aussi. Les enseignants ne parlent pas d'un "problème", mais d'un "défi".

Voilà qui change tout. Il n'y a plus qu'à appliquer cette joyeuse terminologie à PISA ! :cheers:

Ils félicitent à tour de bras, à coups de points d'exclamation et de "bravo" sur les copies, d'après-midi cinéma-popcorn, cabanes à sucre [lieux où l'on fabrique le sirop d'érable, NDLR] ou Accrobranche pour les plus méritants d'un niveau.

Et pour les autres ?

"Nos systèmes d'émulation ne gratifient pas seulement les meilleurs au plan académique, précise Marc Prescott, de la Commission scolaire de Montréal. Mais aussi ceux qui s'impliquent dans la vie de l'école ont d'importants progrès scolaires."

Un peu comme notre merveilleuse (et aujourd'hui défunte) note de vie scolaire, en somme. :santa:

Pisa le redit, année après année : le Canada est l'un des dix pays à surpasser systématiquement la moyenne mondiale dans tous les tests, avec la Finlande, la Nouvelle-Zélande, l'Australie et les pays asiatiques. Les différences de résultats entre enfants favorisés et défavorisés sont parmi les plus minces. Et les petits Québécois sont les deuxièmes non asiatiques dans la liste des meilleurs en maths et en lecture.

Rappelons qu'en Finlande seuls 93% des enfants sont inscrits dans le secondaire (contre 99% en France). 7% ne sont donc même pas évalués par PISA. Pour l'Australie, c'est même 85%...

L'explication ? Outre cet encouragement permanent, l'énergie et l'expertise investies dans l'aide aux élèves en difficulté semblent très bénéfiques. Dans la plupart des écoles primaires et secondaires exercent un orthopédagogue chargé du soutien, un psychoéducateur, un technicien en éducation spécialisée, et parfois un orthophoniste ;

Quand en France on peine à trouver de simples infirmières scolaires... :santa:

...certains élèves bénéficient d'un "plan d'adaptation" et d'un "bulletin modifié", avec des évaluations spécifiques qui leur permettent de reprendre confiance.

Concept à creuser.

Evidemment, tout n'est pas rose dans l'école québécoise. Coupes budgétaires, niveau de culture générale jugé faible, contournement du public pour le privé à Montréal...

Bah, des broutilles...

Ce qui bloque en France
Les élèves français restent les champions de l'anxiété et du manque de confiance en soi.

Pourtant le taux de suicide des adolescents en Finlande est trois fois supérieur... :fur
A lire : "La souffrance scolaire, mythe utile" .

La faute aux notes, à la peur de l'échec, aux professeurs qui sanctionnent les erreurs plutôt qu'ils n'encouragent les progrès, et un élitisme latent où celui qui ne suit pas est discrédité.

En Finlande, pas d'élitisme malgré la sélection drastique à l'entrée au lycée et surtout à l'université. :doc:

Ce qui est en cours
Vincent Peillon veut faire évoluer les notes, pour qu'elles engendrent "un encouragement et pas un découragement".

Tout un programme.
A appliquer d'urgence au classement PISA ! :D

A elle seule, cette mutation ne suffira pas à faire disparaître les logiques de comparaison, mais elle est un premier pas.

Le classement PISA, lui, n'entre heureusement pas dans une "logique de comparaison".

5 / Développer l'autonomie des établissements
ILS LE FONT EN ALLEMAGNE

Et aussi en Suède, où les résultats se sont écroulés... (-22 points en douze ans)

En 2000, l'Allemagne découvre la médiocrité de son école : c'est le "choc Pisa".

Médiocrité toute relative, puisque la performance était la même que celle de la France... :roll:

Branle-bas de combat. Le ministère de l'Education reprend la main, alors que jusque-là les Länder faisaient ce qu'ils voulaient en matière d'enseignement.

Bref, l'imitation d'un système national... comme en France. :rirej

"Le modèle adopté est un équilibre entre un contrôle du pouvoir central accru, avec l'adoption d'évaluations et déprogrammes nationaux, et une plus grande autonomie accordée aux établissements",explique Eckhard Klieme, professeur de sciences de l'éducation à l'université Goethe de Francfort.
Les directeurs peuvent décider d'allonger la journée de classe pour offrir l'après-midi du soutien aux élèves en difficulté.

Mais ce n'est pas contraire aux nouveaux rythmes scolaires ? :devil:

Ils ajustent les programmes en fonction de leur public.

Quelle bonne idée, de renoncer aux mêmes exigences pour tous ! Du coup, c'est effectivement plus simple d'atteindre un bagage minimal à quinze ans...

Ils donnent leur avis sur les enseignants qui postulent dans leur école...

Dans les zones défavorisées, où les enseignants se bousculent, cette possibilité aurait beaucoup de succès. :mrgreen:

...et obtiennent des financements publics pour leur projet pédagogique, à condition de trouver des partenaires locaux pour le mener à bien. "Cette politique stimule l'investissement dans l'école. Les professeurs doivent collaborer entre eux et participer à la gestion", poursuit Eckhard Klieme.

Et bien sûr les "partenaires locaux" sont les mêmes partout. :santa:

En Allemagne, la moitié des écoles fonctionne ainsi de manière autonome, même si le degré de liberté varie selon les Länder. Dix ans après le choc Pisa, les effets de cette politique sont spectaculaires. Tous les signaux (performances en maths, en sciences, en compréhension de l'écrit, équité...) sont passés au vert.

Dans les chiffres, l'Allemagne a gagné 9 points entre 2000 et 2012, soit une augmentation "spectaculaire" de 1,7%. En revanche sa dépense éducative entre 2000 et 2009 a augmenté de 10% en % du PIB (contre -2% en France) et de 3% en % du total des dépenses publiques (contre -11% en France).

Ce qui bloque en France
"Autonomie" ? "Responsabilité" ? Des gros mots, en France.- ! "Des syndicats réactionnaires...

C'est aimable.

...craignent que cela se traduise par le renforcement du pouvoir du chef d'établissement, une abomination à leurs yeux. Ils s'accrochent au dogme d'unicité de l'offre d'enseignement sur tout le territoire...

Quelle horreur !

...mêmes programmes, mêmes professeurs, même gestion centralisée...", explique Michel Richard, secrétaire national du SNPDEN (Syndicat national des Personnels de Direction de l'Education nationale).

Et fervent militant de la réforme de l'évaluation des enseignants dont le décret a été publié au journal officiel par la droite le lendemain de l'élection d'un président de gauche. :transpi:

Ce qui est en cours
Le cadre juridique existe. En 1985, les collèges et les lycées sont devenus des établissements publics locaux d'enseignement (Eple), ayant le statut de personne morale. Donc une certaine indépendance de gestion. Avec la loi du 8 juillet 2013, ces Eple - représentés par le chef d'établissement, en accord avec son conseil d'administration et son conseil pédagogique - contractualisent pour quatre ans leur budget avec les départements ou les régions et l'Etat, en fonction des besoins des élèves.

Car les régions font toujours de bons choix pédagogiques, en concertation avec les enseignants. :doc:
Prenons pour exemple l'équipement en tablettes de la Corrèze...

Caroline Brizard, Véronique Radier et Emmanuelle Walter - Le Nouvel Observateur

Un travail de fond remarquable. A aucun moment les vraies questions ne sont posées. :fur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Jan 2014 00:02 #9138 par Loys
Loys a répondu au sujet : "PISA 2012 : Items libérés et analyse des résultats" (Eduscol)
A lire sur "Eduscol" du 10/01/14 : "PISA 2012 : Items libérés et analyse des résultats" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Jan 2014 00:21 #9143 par Loys
Loys a répondu au sujet : "PISA 2012 : Items libérés et analyse des résultats" (Eduscol)
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Jan 2014 00:23 #9144 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Hugonnier : Les principales leçons de PISA 2012 pour la France" (Café pédagogique)
A lire dans le "Café pédagogique" du 11/01/14 : "Hugonnier : Les principales leçons de PISA 2012 pour la France" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jan 2014 11:51 - 15 Oct 2015 21:48 #9206 par Loys
Loys a répondu au sujet : lafinancepourtous.com
Nota : une partie de l'enquête PISA portant désormais sur les compétences financières des élèves, on remarque un intérêt plus marqué des institutions française pour cet aspect négligé de notre enseignement.
Ainsi sur "Eduscol" du 15/01/14 :

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Fév 2014 20:33 - 05 Fév 2014 13:30 #9448 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Classement PISA : une nécessaire prise de conscience" (Le Monde)
A lire dans "le Monde" du 03/02/14 : "Classement PISA : une nécessaire prise de conscience".

Connectez-vous pour voir le message entier.

Plusieurs dossiers du "Monde" cette semaine à la suite de cet article inaugural :
- Les concours
- Le bien-être à l'école

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Fév 2014 20:54 - 03 Fév 2014 23:19 #9449 par Loys
Loys a répondu au sujet : "Classement PISA : une nécessaire prise de conscience" (Le Monde)

Classement PISA : une nécessaire prise de conscience

Ce qui serait bien, c'est que les journalistes du "Monde" lisent mieux les rapports des enquêtes PISA.

Le 3 décembre 2013, la France se classait 25e sur 65 pays pour le niveau d'éducation de ses jeunes de 15 ans.

Non, 24e avec 499,7 points, en progrès depuis 2006 et 2009.
25e c'est le classement en culture mathématiques indiqué en premier dans le fascicule "Principaux résultats de l'enquête PISA 2012".

Baptisé PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), ce test de l'OCDE évalue la capacité à se débrouiller en fin de scolarité obligatoire face à des textes ou des problèmes.

Euh... des "textes" qui n'ont rien de littéraire.

Cette place dans le classement a ému le pays.

Ce qui est assez incompréhensible puisque elle a remonté en rang et en points. :transpi:

La France y est devancée par l'Allemagne et la Pologne, toutes deux loin derrière nous il y a dix ans.

La Pologne, oui, mais l'Allemagne était à un point derrière nous en 2000, à 506 points. :roll:

Elle y est classée championne du monde des inégalités.

Sachant que la plupart des pays du classement ne scolarise pas tous les élèves dans le secondaire, voilà une phrase qui ne veut pas dire grand chose.

Elle y montre son incapacité à faire réussir les enfants défavorisés. Preuve que le modèle d'école à la française est en panne.

Et Shanghai, Singapour, Hong-Kong, ils la montrent cette capacité ? :devil:

Le 3 décembre, la mauvaise nouvelle a fait grand bruit. Puis le pays a froissé et jeté la copie, enterré ses mauvais résultats.

Et surtout la presse, qui n'avait pas lu le rapport. Voir notre "Dernière livraison de PISA" .

La France n'aurait donc pas droit à un salvateur « PISA choc », comme en a connu l'Allemagne en 2000 ? Cela a pourtant généré de l'autre côté du Rhin un train de réformes qui ont redynamisé et rendu plus efficace l'école allemande.

Mais surtout de considérables investissements. Mais Maryline Baumard est au service des seules nouvelles pédagogies. :doc:
Évolution des dépenses d’éducation en % du total des dépenses publiques entre 2000 et 2009

Chez nous, le pays semble vouloir s'éviter une telle prise de conscience nationale de l'urgence à réformer.

Comme si le système n'avait pas été réformé depuis un quart de siècles... Maryline Baumard devrait d'ailleurs s'interroger puisque les nouveaux élèves formés depuis 1991 (application des nouveaux programmes, mise en place des IUFM etc.) sont ceux qui commencent à être évalués par PISA en 2000... :devil:

Comme il refuse une trêve dans la bataille droite-gauche sur le sujet. Les récents appels au boycott de l'école sont la triste illustration que chacun a repris son combat partisan plutôt que d'unir ses forces pour tirer vers le haut la jeunesse du pays.

C'est surtout la démonstration que les parents se demandent aujourd'hui ce que leurs enfants font à l'école.

Conscient que la compétitivité de la France de demain se construit à l'école, le chef de l'Etat a fait de l'éducation sa priorité budgétaire à son arrivée en 2012, en lui octroyant 60 000 postes sur son quinquennat.

Cet afflux correspond lui-même à un afflux d'élèves.

Vincent Peillon, le ministre de l'éducation nationale, a lancé sa refondation. Pourtant, toutes les difficultés ne sont pas abordées par le débat public.

Oui c'est vrai ça : "Petite climatologie scolaire" . :devil:
Heureusement qu'il y a "Le Monde" pour faire la promotion des nouvelles pédagogies, main dans la main avec les syndicats dits "réformistes" et le ministère. :cheers:

Certaines interrogations dérangent toujours alors que déjà, dans le secret des classes, quelques pionniers montrent la voie.

:santa:

Durant cinq jours, cinq épisodes successifs, Le Monde posera cinq questions, fondamentales pour comprendre la panne du système ;

Laissez-moi deviner... :santa:

...interrogera cette école qui par sa notation décourage les plus faibles déjà empêchés d'imaginer un avenir à cause du chômage massif ;

En ne les notant plus, on leur rendrait service ! :santa:
La suppression des notes, le crédo de Maryline Baumard. :doc:

...auscultera cette institution où toute une frange de collèges sont devenus des ghettos…

Est-ce vraiment nouveau ?

Des enseignants et des spécialistes décrypteront pourquoi l'école française aggrave désormais les inégalités de naissance.

Mais qui donc va donner son avis ?

L'enjeu est essentiel. Parce que la France ne peut plus continuer à dépenser 65 milliards d'euros dans son école chaque année en laissant sur le bord du chemin un écolier sur cinq.

Avec aujourd'hui un élève sur dix sortant diplômé de l'école, dont les trois-quarts d'une génération avec le baccalauréat (contre un quart seulement il y a trente ans), on en peut que se réjouir d'un système qui réussit !
Non ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Fév 2014 21:49 #9458 par archeboc
archeboc a répondu au sujet : Les résultats de PISA 2012
Ils sont amusants, les journalistes du Monde, à se plaindre qu'on ne se soucie pas assez de PISA. Si je regarde les têtes de chapitre de la rubrique éducation, voici ce que je trouve :

Résultats du bac + Résultats du brevet + Wise 2013 + École primaire et secondaire + Orientation scolaire + Enseignement supérieur

Non, Wise 2013, ce n'est pas la traduction en anglais de PISA 2012. C'est un prix qui vient récompenser les innovations pédagogiques. Pour le Monde, PISA passe derrière.
www.lemonde.fr/education/

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.374 secondes
Propulsé par Kunena