Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Bien-être (et bienveillance) à l'école

Bien-être (et bienveillance) à l'école 06 Oct 2012 17:07 #1525

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536

Bien-être (et bienveillance) à l'école

Je n'ai pas beaucoup confiance dans ces Jardins d'enfants et autres inventions au moyen desquelles en veut instruire en amusant. La méthode n'est déjà pas excellente pour les hommes. je pourrais citer des gens qui passent pour instruits, et qui s'ennuient à la Chartreuse de Parme ou au Lys dans la Vallée. Ils ne lisent que des œuvres de seconde valeur, où tout est disposé pour plaire au premier regard ; mais, en se livrant à des plaisirs faciles, ils perdent un plus haut plaisir qu'ils auraient conquis par un peu de courage et d'attention.Il n'y a point d'expérience qui élève mieux un homme que la découverte d'un plaisir supérieur, qu'il aurait toujours ignoré s'il n'avait point pris d'abord un peu de peine. Montaigne est difficile ; c'est qu'il faut d'abord le connaître,s'y orienter, s'y retrouver ; ensuite seulement on le découvre. De même la géométrie par cartons assemblés, cela peut plaire ; mais les problèmes plus rigoureux donnent aussi un plaisir bien plus vif. C'est ainsi que le plaisir de lire une œuvre au piano n'est nullement sensible dans les premières leçons ; il faut savoir s'ennuyer d'abord. C'est pourquoi vous ne pouvez faire goûter à l'enfant les sciences et les arts comme on goûte les fruits confits. L'homme se forme par la peine ; ses vrais plaisirs, il doit les gagner, il doit les mériter. Il doit donner avant de recevoir. C'est la loi. Le métier d'amuseur est recherché et bien payé, et, dans le fond, secrètement méprisé. Que dire de ces plats journaux hebdomadaires, ornés d'images,où tous les arts et toutes les sciences sont mis à la portée du regard le plus distrait ? Voyages, radium, aéroplanes, politique, économique, médecine, biologie, on y cueille de tout ; et les auteurs ont enlevé toutes les épines. Ce maigre plaisir ennuie ; il donne un dégoût des choses de l'esprit, qui sont sévères d'abord, mais délicieuses. J'ai cité tout à l'heure deux romans qui ne sont guère lus. Que de plaisirs ignorés et que chacun pourrait se donner sous la condition d'un peu de courage ! J'ai entendu raconter qu'un enfant trop aimé, qui avait reçu un théâtre de Guignol pour ses étrennes, s'installait à l'orchestre comme un vieil abonné, pendant que sa mère se donnait bien du mal à faire marcher les personnages et à inventer des histoires. À ce régime, la pensée s'engraisse comme une volaille. J'aime mieux une pensée maigre, qui chasse son gibier.Surtout aux enfants qui ont tant de fraîcheur, tant de force, tant de curiosité avide, je ne veux pas qu'on donne ainsi la noix épluchée. Tout l'art d'instruire est d'obtenir au contraire que l'enfant prenne de la peine et se hausse à l'état d'homme. [...] Rien n'est trop beau pour cet âge.
Alain, Propos sur l'éducation


Dans les études à consulter :

Neuf élèves sur dix déclarent se sentir bien dans leur lycée
Note d’information n° 50, décembre 2015

Archives sur le même thème

Un collégien sur cinq concerné par la cyberviolence
Note d’information n° 39, novembre 2014

Des actes de violence fortement concentrés sur une minorité d’établissements
Note d'information n° 13.32, décembre 2013

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive
Note d’information n° 13.26, novembre 2013

Climat scolaire et violence dans les collèges publics perçus par les filles et les garçons
Note d'information n° 12.20 - décembre 2012

Le climat scolaire et les actes de violence déclarés par les élèves des collèges publics au printemps 2011
Note d'information n° 11.14, octobre 2011

Conditions et inégalités du bien-être des élèves au début du collège
Note d'information n° 97.37, août 1997




Vous pouvez commenter ici l'article "La souffrance scolaire, mythe utile" du 6/10/12.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La souffrance scolaire, mythe utile" 06 Oct 2012 18:21 #1526

  • Loucath
  • Portrait de Loucath
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 18
Pauvres petits Français : ils supportent et traînent tellement de fardeaux !... Tout ça, c'est dû évidemment au poids des cartables ! :roll:

"Mythe utile"... Bien sûr ! ;)

Et moi, je suis censée "me sentir à ma place" dans mon bon lycée où j'exerce le plus beau métier du monde : alors, heureuse ? :rirej
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La souffrance scolaire, mythe utile" 06 Oct 2012 18:38 #1527

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Je crois savoir qu'il y a beaucoup de professeurs qui "ne se sentent pas à leur place" à l'école et j'ai cru entendre parler d'une certaine crise des vocations. Le rapport de la concertation en parle sans doute. :mrgreen:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La souffrance scolaire, mythe utile" 07 Oct 2012 11:30 #1530

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 667
On voit bien dans le tableau que le mauvais score de la France est suivi de celui de la Belgique, pays pour moitié francophone. Et juste après, la Tunisie.

L'enquête tunisienne aurait-elle utilisé le questionnaire en français ? Ou bien le questionnaire utilisé en Tunisie aurait été traduit depuis le français ? Hypothèse à vérifier.

La Suisse, en revanche, avec 30% de francophone, est dans la moyenne de l'OCDE. A expliquer aussi.

A.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La souffrance scolaire, mythe utile" 07 Oct 2012 11:48 #1531

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Plus grande expertise de la traduction ?

Pour le savoir, il faudrait disposer du questionnaire soumis aux élèves suisses.

En tout cas, ce chiffre extraordinairement bas de 45% en France, qui alimente la machine à réformer depuis 2003, aurait dû éveiller les soupçons.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La souffrance scolaire, mythe utile" 07 Oct 2012 23:39 #1543

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 667
Loys écrit:
Plus grande expertise de la traduction ?

Pour le savoir, il faudrait disposer du questionnaire soumis aux élèves suisses.

En tout cas, ce chiffre extraordinairement bas de 45% en France, qui alimente la machine à réformer depuis 2003, aurait dû éveiller les soupçons.

Et les questionnaires francophone et anglo-saxon, tu les as eu comment ?
(Je pense qu'ils sont dans les annexes, mais je n'ai pas vérifié)

A.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La souffrance scolaire, mythe utile" 08 Oct 2012 07:38 #1544

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Je n'ai pas eu les questionnaires, mais la synthèse de PISA est accessible en anglais ici (p. 129) :
http://www.oecd.org/edu/preschoolandsch ... 002216.pdf
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Bien-être et bienveillance scolaires 14 Nov 2012 12:31 #1886

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
A lire sur notre site favori, cet article de Michel Guillou : "Et si on sollicitait enfin l’avis des élèves ?"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Et si on sollicitait enfin l’avis des élèves ?" (Educavox) 02 Déc 2012 10:19 #2093

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Et si on sollicitait enfin l’avis des élèves ?
C'est sûr que ce n'est pas comme si on avait mis l'"élève au centre du système" depuis 1989, avec les brillants résultats que l'on constate aujourd'hui. Quand on va dans le mur, il faut accélérer...



« C’est l’intérêt des élèves, de tous les élèves, qui doit être au cœur des réflexions et des réformes du système éducatif.
Car ce n'est jamais le cas bien sûr.

Cela implique de prendre en compte leurs besoins, leurs droits et leurs devoirs non seulement comme élèves, mais également en tant qu’enfants, pré-adolescents ou adolescents. »
Et même en tant qu'adultes citoyens, osons-le...

Cette phrase est extraite du site du rapport sur la refondation de l’école, sous le titre de « Les élèves au cœur de la refondation ». Elle semble ne laisser aucun doute sur la haute importance que cette démarche estivale semblait accorder à éclairer la réflexion de tous les chantiers à l’aune des attendus de ces prolégomènes. Et pourtant…
Dommage pour les prolégomènes. :mrgreen:

Oui, et pourtant… À l’exception de la consultation formelle des syndicats étudiants, de la trilogie des syndicats lycéens, de quelques bien rares consultations des lycéens çà et là, élus sortants dans les CAVL¹ ou élus CVL², les élèves n’ont pas globalement été, à titre individuel ou de manière collective, concernés ni consultés sur la refondation de l’école qui s’adresse pourtant bien à eux, si l’on en croit les lignes supra, de manière prioritaire.
Et pourtant les enfants ont beaucoup à nous apprendre en terme d'enseignement et de réflexion pédagogique, car leur préoccupation quotidienne est non seulement leur réussite éducative propre mais la réussite éducative de tous. :mrgreen:

Et pourtant, disais-je, pour avoir travaillé pendant plusieurs années en appui du CNVL³, je peux témoigner que ce ne sont pas les idées qui leur manquent, aux lycéens ! Ils en auraient presque même trop, m’ont parfois dit les cadres du ministère qu’ils consultaient ou entendaient porter le dossier qu’ils avaient en charge. On pouvait leur demander leur avis sur l’orientation, sur les programmes, sur les rythmes scolaires, sur le numérique, sur la réussite, sur le handicap, sur la valorisation de l’enseignement professionnel, sur le baccalauréat, sur les discriminations, sur la valeur de l’engagement… ils répondaient et répondent toujours présents !
Répondre présent ne nous dit pas grand chose sur la nature de leurs idées.

Oh ! Bien sûr, les idées présentées, voire les projets élaborés sur les chantiers ci-dessus, n’étaient pas toujours ni très raisonnables ni très aisément réalisables — ils restaient à discuter et à négocier, à adapter aux réalités aussi — mais ils avaient au moins le mérite de la rupture et de l’innovation.
Et ça, ça vaut tout le reste. Pour M. Guillou, peu importe que quelque chose soit idiot pourvu que ce soit innovant. :rirej

Une manière de rompre avec un certain dogme ronronnant, avec le coconnage très tendance mais bien réel de « la grande maison ».
Qui a subi vague de réforme sur vague de réformes.

Pourquoi les lycéens n’ont-ils pas été massivement consultés ? C’est vrai que la dernière grande consultation des lycéens sur la réforme du lycée, en novembre 2008, à l’initiative de Xavier Darcos, alors ministre, avait été un échec notoire, se terminant dans la fureur et l’agitation à l’École polytechnique à Palaiseau.

Était-ce une raison pour ne pas recommencer ?
Heu oui...

Les lycéens des organes de la vie lycéenne, à tous niveaux, sont tous résolument engagés, de manière personnelle parfois, ou collective aussi dans des syndicats ou des partis politiques, mais leur engagement, concernant le moment qu’ils vivent dans l’école, est toujours au profit de l’innovation — j’insiste ! —, de la réussite de tous, de l’égalité, de la solidarité, dans une perspective d’accès pour tous à plus d’autonomie et de responsabilité enfin.
Comme c'est noble, beau et généreux !

Un lycéen engagé est, le plus souvent, un lycéen responsable.
:scratch:

Au-delà des promesses de l’engagement individuel, c’est toute l’école, au sens large, qui tire profit de la vie lycéenne. Il est d’ailleurs bien temps, en 2012, de cesser de considérer les élèves comme de seuls acteurs subsidiaires dont on prend l’avis de temps en temps, pour faire semblant de jouer à la démocratie.
Je suis d'accord : il faut cesser de faire semblant, il faut cesser tout court de jouer à la démocratie. L'école n'est pas un lieu démocratique, où la parole de l'enfant vaut celle de l'adulte.

Les missions assignées aux différents niveaux de la représentation lycéenne, délégués de classe, maisons des lycéens, élus CVL, CAVL et CNVL, doivent être notablement et profondément renforcées et élargies. Les élèves, et je pense d’abord bien sûr, aux plus grands d’entre eux, doivent être maintenant en situation de pouvoir décider d’un certain nombre de choses qui les concernent au premier chef. Certains éléments du règlement intérieur doivent pouvoir aisément être discutés et négociés avec eux, sans contredire la loi bien sûr, de telle manière à adapter les pratiques citoyennes, dans le lycée, à la réalité de leurs usages personnels.
Autoriser les téléphones portables en classe par exemple ?

Je pense en particulier aux pratiques sociales et numériques, personnelles ou en classe, qui doivent aussi pouvoir trouver toute leur place dans l’école.
Que disais-je ?

A ce sujet, pour avoir une idée de la responsabilité et de l'engagement citoyen des élèves, je propose un petit tour sur ce topic de LVM : "Une utilisation sympathique des smartphones en classe".

Les modalités mêmes d’enseignement, programmes, horaires, rythmes, contenus, lieux doivent pouvoir être aussi discutées, si besoin, pour les rendre plus souples, à l’éclairage de l’avis des lycéens.
Comme si la dernière réforme du lycée, obéissant à une telle idée, n'avait pas été de ce point de vue catastrophique, avec les enseignements d'exploration en seconde (choisis et aussi vite abandonnés), la mise en place des TPE et récemment l'accompagnement personnalisé qui n'a de personnalisé que le nom et supprime des heures d'enseignement disciplinaires.

Aujourd'hui le fonctionnement du lycée est rendu chaotique par cette multiplication de ces usines à gaz.

Il est temps de sortir des carcans d’un enseignement dont les principaux ressorts sont plus que centenaires pour adapter l’école à la société et aux jeunes tels qu’ils sont.
L'école n'a pas à s'adapter aux élèves, ce sont les élèves qui doivent s'adapter à l'école et à des règles de vie collective. Voilà le véritable apprentissage de la citoyenneté.

Quel mépris de la tradition scolaire !

Soyons très clairs : il n’y a pas grand chose à attendre d’une consultation de seuls notables et entités conservatrices.
Quel mépris et quel démagogie pour tous les enseignants de la part de M. Guillou, "consultant, expert du numérique éducatif et des médias numériques".

Il va falloir chercher du côté des jeunes, lycéens et aussi collégiens, l’enthousiasme, l’initiative, l’innovation, la modernité nécessaires à la refondation de l’école.
L'innovation est un terme commercial, non éducatif.

Et, pour compléter un propos récent qui me fait passer pour un extrémiste, cette refondation sera pédagogique, numérique et nourrie de l’imagination des élèves ou ne sera pas. Voilà, c’est dit à nouveau.
Place au jeune, place au numérique.

Mes propositions pour un élargissement conséquent de la démocratie lycéenne, à définir en concertation avec la prochaine mandature d’élus, doivent s’accompagner de propositions identiques pour les plus jeunes des élèves.

Au collège, il doit être possible d’organiser, sur le modèle des aînés, un dispositif de vie collégienne continue qui fasse réellement participer des élus à la vie du collège, décider — pourquoi pas ? — de ce qui les concerne directement ou donner leur avis sur les dispositions qui touchent la collectivité ou les enseignements au-delà de la présence symbolique au Conseil d’administration.
Même chose hors de l'école : les enfants devraient pouvoir assister aux rendez-vous bancaires et aux entretiens professionnels de leurs parents. Il est temps qu'ils aient leur mot à dire. Même chose pour le droit de vote.

À l’école du premier degré, Célestin Freinet doit se retourner dans sa tombe à observer ce que sont devenues ses théories sur la responsabilisation du jeune écolier dans la coopérative scolaire ou le journal d’école.
Depuis quand être responsable, c'est décider ? :scratch:

Il n’en reste plus grand chose, sous la pression des programmes disciplinaires et d’une hiérarchie franchement réactionnaire.
Quel mépris, encore une fois. On voit bien que M. Guillou n'a subi aucune violence scolaire dans un établissement difficile.

Tout est à recommencer (à refonder ?).

Je lis à l’instant, pour clore ce billet, que notre ministre présente son dispositif de lutte contre les violences scolaires.

On apprend l’installation d’une délégation ministérielle et d’un comité scientifique pour « prendre en compte la pluralité des phénomènes de violence et la complexité des réponses à lui apporter ». Gageons que ce dispositif n’aura de vraie légitimité et d’efficacité que s’il comprend en son sein, et autrement que par une représentation symbolique, un nombre suffisamment importants d’élèves, élus ou pas, ayant été confrontés au problème. Je sais, pour avoir mis des contributeurs lycéens à plancher sur ce sujet, qu’ils peuvent être très efficaces et proposer des solutions adaptées et réalistes.
M. Guillou enseigne encore ?
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Favoriser le bien-être des élèves, condition de la réussite éducative" (CAS) 16 Fév 2013 09:54 #3947

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
"Favoriser le bien-être des élèves, condition de la réussite éducative", une note d'analyse du Conseil d'analyse stratégique (janvier 2013)

Il y a dans cette note des choses intéressantes :
Le bien-être des élèves, entendu comme l’appréciation subjective de leur expérience à l’école, revêt des enjeux majeurs en termes de santé publique, mais aussi de réussite éducative. Il est ainsi corrélé à une estime de soi académique plus importante et à de meilleurs résultats scolaires
On ne constate pas du tout cette corrélation dans PISA 2012 (voir plus loin dans ce fil). :scratch:

La principale enquête internationale portant sur ces thématiques est l’Health Behaviour in School-aged Children (HBSC), qui analyse diverses dimensions de la santé des élèves âgés de 11, 13 et 15 ans dans 41 pays. Selon l’édition 2010 de l’enquête HBSC, 32 % des élèves français déclarent “aimer beaucoup l’école” (figure 1)(10), un chiffre dans la moyenne haute de l’OCDE. Alors que la Turquie est le seul pays où près de la moitié des enfants déclarent aimer beaucoup l’école, en République tchèque,
en Italie, ou en Finlande, moins d’un enfant sur cinq partage cet avis. Si on élargit les résultats aux élèves aimant “un peu” ou “beaucoup” l’école, alors ce sont près des deux tiers des jeunes Français qui répondent positivement.
Le résultat de la Finlande invalide l'affirmation précédente de "France stratégie".

Ces chiffres confirment le sentiment d'appartenance des élèves français tel qu'il est mesuré par PISA à 15 ans.

En outre, plus des trois quarts des jeunes déclarent ne pas être stressés par leur travail scolaire, les garçons l'étant significativement moins que les filles. Si le fait que les élèves ne ressentent pas un stress excessif est un constat positif, l'absence de stress peut en revanche traduire un certain désintérêt vis-à-vis des études.
:lol:

Ce qui n'empêche pas "France stratégie" de conclure à "un vécu scolaire marqué par la compétition"...

A noter que la note, partant donc d'un non-constat et pour "favoriser une meilleure adhésion des élèves à leur scolarité", propose de "valoriser les efforts lors de la notation", de "diminuer le redoublement", de "rendre l'orientation moins subie", de "mettre en harmonie les temps éducatifs et les temps de l’enfant" (rythmes scolaires), "développer la coopération entre les élèves", "systématiser la réalisation de travaux collectifs tout au long du cursus scolaire"...

Du moins la note a-t-elle le mérite de s'intéresser au harcèlement et aux brimades dans l'école.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"A propos du bien-être des élèves... Un peu de cohérence SVP!" (Christophe Chartreux) 16 Fév 2013 09:54 #3948

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Fervent défenseur des nouvelles pédagogies, Christophe Chartreux a publié le 15/02/13 un billet courageux : "A propos du bien-être des élèves... Un peu de cohérence SVP!...

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.

Personnellement, sur la question du bien-être de l'enfant, je recommande plutôt l'excellent article de Jean-Rémi Girard : "« Rythmes scolaires » : le désintérêt de l'enfant".
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Remettre l’école à qui de droit" (EducaVox) 23 Fév 2013 17:13 #4085

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
A lire sur "EducaVox" du 23/02/13 : "Remettre l’école à qui de droit" de Jacques Cool (sic).

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Remettre l’école à qui de droit" (EducaVox) 23 Fév 2013 17:40 #4087

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Remettre l’école à qui de droit
Une nouvelle version, moins inspirée, de "l'enfant au centre du système".

À qui de droit ? À l’enfant, au jeune, bien sûr. Mais au-delà d’une affirmation relativement facile à dire, ce sont des considérations de grande envergure dont il est question dans ce modeste billet. Avant d’élaborer davantage, je voudrais souligner qu’à la base, les gens œuvrant en éducation le font de tout cœur POUR L’AMOUR DES ENFANTS/JEUNES !
Une réflexion qui commence sous les meilleurs auspices... :roll:

Là n’est pas la problématique. Loin de là. Non, au fond, c’est surtout sur la façon de « faire l’école » en cette 2e décennie du 21e siècle et notre défi à dégager une vision et des finalités de formation actualisées au monde d’aujourd’hui (et j’insiste : aujourd’hui, pas seulement ‘de demain’…) qui m’interpellent à écrire ces quelques lignes.
Partageons l'interpellation de notre "technopédagogue" (sic).

Quelques liens interceptés via mon réseau d’apprentissage professionnel m’ont incité à développer davantage sur ce que j’entends par Éducation 3,0, quej’ai déjà relaté brièvement ici.
Ah... on est déjà passé à l'éducation 3.0... Du coup la 2.0 m'a quelque peu échappé. :scratch:

D’abord, Yves Morin nous rappelle qu’il est plus que temps de faire le deuil de son pouvoir magistral en tant qu’enseignant et qu’il est impératif de :

« Changer de rôle pour devenir organisateur, personne-ressource, maître de soutien, concepteur de moyens et de séquences didactiques gérés en partie sans l’enseignant, donneur de feed-back, négociateur de contrats, inspirateur d’envies et de projets, médiateur entre les élèves et d’autres sources d’information ou d’encadrement, plutôt que magister seul détenteur du savoir et du pouvoir dans la classe. »
Au moins c'est clair... Je ne sais pas comment ça se passe au pays de Jacques Cool, mais en France je n'ai pas encore constaté que les enfants étaient détenteurs du savoir à égalité avec les enseignants. Il semblerait même que les études internationales montrent que les petits Français en savent moins qu'avant...

Cela me rappelle cette belle désignation de Cyrille Simard : soyons « inventeurs de lendemains »
Quelle inspiration ! Je propose encore : soyons créateurs d'avenir, ou bien défricheurs du futur ! :mrgreen:

Et puis, l’inspirant Alan November invite les enseignants, au moyen des technologies numériques, à redonner le contrôle aux élèves :

« Schools are drastically underestimating children’s capabilities to invent and own their work and by extension the contributions they can make to the world. (…) Technology has the power to bring the one-room schoolhouse back. Students can help one another, connect and collaborate globally. They can contribute meaningful work that can matter to real-world situations. “The real revolution is information and global communication, not technology.” (…) Getting students to care on that level and to be responsible for one another is exactly the kind of shared exploration in community that education should encourage. »
Ça, pour s'aider les uns les autres et collaborer, ils le font. Mais pas forcément de manière très intelligente... :mrgreen:

Évidemment, cette visée fondamentalement simple est sous-tendue d’une grande complexité, comme c’est souvent le cas.
Eh oui... Plus ça a l'air idiot, plus c'est intelligent en fait. :doc:

Jeff Tavernier décrit 8 concepts pour une pédagogie ouverte et hybride ; les 8 C dira-t-on :
J'adore cette manie anglo-saxonne de créer des sigles et des schémas didactiques fumeux.

8 concepts - Jeff Tavernier

Éclairant, n'est-ce pas ? Les couleurs sont jolies...

Pour ma part, je considère que la table est mise pour une réflexion qui poussera encore plus loin cette volonté (plus ou moins mise en action) de refaire l’école, de la transformer pour le monde d’aujourd’hui (oui, oui, et de demain aussi…). Ce Prezi décrit comment 5 caractéristiques de l’éducation sont appelées à évoluer, non pas vers une version 2,0 (car certains y sont déjà) mais plutôt vers une version 3,0, où une réelle transformation et de véritables changements de paradigmes auraient lieu.
Ah... La version 2.0 n'était pas un vrai changement de paradigme.

Une sorte de continuum où les caractéristiques sont :

- Le rôle primordial de l’enseignant, passant de source unique de connaissances à celui d’orchestrateur de créations collaboratives de connaissances ;
Depuis quand l'enseignant a-t-il été une source unique de connaissances ? :scratch:

Quelle innovation : il ne s'agit plus simplement d'acquérir des connaissances, mais de les créer, tous ensemble bien sûr ! L'élève 3.0 est vraiment très fort !

Notez qu'on parle d'"orchestrateur", pas de "chef d'orchestre", où la notion de chef est encore trop présente. :transpi:

- Les activités d’apprentissage, passant des devoirs traditionnels (beurkk !) aux activités ouvertes et flexibles, axées sur la créativité et le réseautage social ;
Sympathique et riante perspective. On est déjà sur la bonne voie, l'orthographe des élèves devenant de plus en plus créative. :xx:

- Le comportement de l’élève, de passif (« powered down » comme le dit Marc Prensky) à autonome et créatif, conscient de son identité numérique et du « savoir-publier » ;
Écouter, réfléchir, mémoriser, s'exercer : c'est vrai que tout ceci est trop passif.

- Le mode d’évaluation, trop longtemps axé sur une approche sommative mais appelée à devenir ‘appropriative’, c’est-à-dire l’évaluation en tant qu’apprentissage ;
Trop fort ! :pendu:

- L’état de l’institution d’enseignement, passant de châteaux-forts d’édifices physiques bien emmurés à des milieux d’apprentissage en affiliations avec d’autres et avec leur communauté.
Concrètement ? :scratch:

Là où le design est transformé pour favoriser les activités d’apprentissage créatives, signifiantes, rigoureuses (intellectuellement) et ouvertes.
Je suis sûr que ce sera mieux que de favoriser les activités non-créatives, insignifiantes, approximatives et fermées.

Les TIC y seront omniprésentes, invisibles mais nécessaires.
Et qu'est-ce qui les rend si nécessaires ? Aura-t-on un début de justification scientifique ?

Elles seront au centre de l’activité d’apprentissage. Mais dès qu’on écrit cela, certains perçoivent une affirmation comme quoi les TIC sont une finalité. Il n’est est rien. Elles sont là. Tout simplement. Comme le souligne Lucie Pearson, citant Depover (2008) :

« L‘outil technologique peut offrir de grandes possibilités d‘apprentissage de haut niveau cognitif, impossibles à imaginer auparavant, pour le formateur qui sait bien l‘exploiter. »
Des exemples concrets ? Des études ?

Les TIC amplifient tout, notamment les possibilités de réseautage et d’expressions de créativité en formats multiples et ouverts. Ainsi, au lieu de parler de technopédagogie et de citoyenneté numérique, on arrivera, je l’espère, à parler de pédagogie et de citoyenneté tout court ! Nous sommes en 2013 !
On tourne un peu un rond, dans cette ode aux nouvelles pédagogies et au numérique.

On aura sans doute saisi que cette vision de l’éducation implique d’autres caractéristiques en périphérie (l’enfant et le jeune étant au centre) : quelles sont les finalités de formation ?
Ah... Les moyens doivent aussi conduire à changer les finalités ? :scratch:

Comment les prescrit-on, les communique-t-on ? Comment, au niveau d’une école, exploite-t-on la ressource commune qu’est le temps ; la journée scolaire, les parcours, les liens évidents et naturels entre les champs disciplinaires trop longtemps bien segmentés et isolés entre eux ? Comment la communauté et les partenaires deviennent des joueurs-clés dans cet environnement d’apprentissage ? Comment assurer l’équité d’accès ?
Que de "comment ?" : on sait où on va ! :rirej

Quels sont les impacts de tout ceci sur les conventions collectives en vigueur ? Et la formation, elle ? Initiale ou continue, formelle et informelle, voire sociale…

Ce n’est pas une affaire simple, vous en conviendrez. Il faut de l’innovation et du courage, beaucoup de courage. Changer des moteurs d’avion, quand celui-ci est en plein vol, oui, il faut être courageux.
Euh... fou à lier, plutôt. Les technopédagogues ne sont jamais très inspirés pour faire des images. :mrgreen:

Mais le voyage et la destination en valent le coup, pour l’amour des enfants ! Bon vol !
Ah... l'amour des enfants...
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Remettre l’école à qui de droit" (EducaVox) 24 Fév 2013 16:52 #4097

  • Sylvie
  • Portrait de Sylvie
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 16
Mais qu'ils le fassent ! Qu'ils changent donc les moteurs de l'avion en plein vol, puisque telle est l'image choisie (avec une maladresse très finement relevée par le taulier) ! MAIS dans LEUR avion, avec leurs amis passagers, dans leur coin, quoi !
Merci pour les commentaires toujours drôles et bien ciblés, cher Maître, du beau boulot encore une fois !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Dix conseils pour…Développer une bienveillance scolaire globale" (Café Pédagogique) 05 Mar 2013 15:04 #4228

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
A lire dans le "Café Pédagogique" du 5/03/13 : "Dix conseils pour…Développer une bienveillance scolaire globale".

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.

Une précision : Gilbert Longhi est un ancien proviseur du lycée autogéré Jean-Lurçat à Paris. Il est chargé de cours et chercheur associé en sciences de l’éducation à l’université de Paris X et préside l’observatoire déontologique de l’enseignement, qu'il cite au début de l'article.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Dix conseils pour…Développer une bienveillance scolaire globale" (Café Pédagogique) 06 Mar 2013 16:56 #4253

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Le déficit de considération au détriment des élèves résulte souvent d’une kyrielle d’usages ne paraissant pas prêter à conséquence. Voici des exemples extraits des travaux de l’Observatoire déontologique de l’enseignement (1).

Lycée Emile Flamand …Les demi-pensionnaires patientent pour entrer au réfectoire tandis que les profs empruntent un raccourci qui les dispense de la longue file d’attente dans le froid, le vent et la pluie. Parfois lorsqu’un des enseignants passe devant tous les élèves quelques uns goguenards manifestent leur désapprobation. À la queue, à la queue ! Aujourd’hui un lycéen de seconde s'est fait épingler : un professeur indigné l’a prié de décliner son matricule afin de le coller. Et le professeur explique que l’on doit accepter que les enseignants passent devant tout le monde parce qu’il y des raisons à cela ...
C'est vrai, ça : tous ces droits qu'ont les adultes et qui devraient être aussi ceux des enfants...

École maternelle du Faubourg Saint-Jean… Par grand beau temps, les huit platanes de la cour de récré font une ombre centenaire réservée aux voitures des dames de service et des enseignantes… Les élèves passent leur récréation entre les véhicules avec interdiction de circuler en patinettes ou même de courir car ils risqueraient de rayer les carrosseries…
Un vrai drame, effectivement. Des traumatismes pour la vie.

Collège Antoine de Saint-Exupéry… Emma a trouvé une astuce pour utiliser des toilettes toujours impeccables ; elle va au premier dans des WC réservés au personnel. Le nettoyage est fait deux fois par jour et ça sent le propre alors que les toilettes des élèves sont puantes, bouchées, sans papier hygiénique et avec des portes qui ne ferment pas.
Les toilettes des élèves sont sûrement bouchées exprès par les professeurs.

Voilà qui me fait penser aux toilettes toutes neuves dans mon lycée et qui ont été dégradées par les élèves deux jours après leur mise en service...

Les enseignants discutent entre eux (2) et à voix haute pendant la récréation : "Éric m'a encore complètement raté son contrôle de maths. Sa collègue : Oh ! Tu sais, sa sœur, ce n'est pas mieux, elle n'a pas su compter une seule opération… Cette famille, il n'y a rien à en tirer..."
Ce genre de conversations devant les élèves est permanent à l'école...

Les jeunes français sont les champions du désamour de l’école. Lors de l'enquête menée par l'Organisation mondiale de la santé au printemps 2004, dans une quarantaine de pays, les enfants de onze à quinze ans, pouvaient choisir entre deux items : J'aime beaucoup l'école et Je n'aime pas du tout l'école. En France, 87% des garçons et 79% des filles, âgés de treize à quinze ans, n'aiment pas l'école (3) .
La consultation du document sourcé montre surtout que les jeunes français ne sont pas "les champions du désamour de l'école" puisqu'il y a de nombreux pays qui font pire, dont... la Finlande, aux résultats scolaires enviés du monde entier ! A voir aussi notre article : "La souffrance scolaire, mythe utile".

Curieux également : le résultat "J'aime l'école" n'est pas présenté par le document d'origine (p. 41)... Car conclure de quelqu'un qui n'aime pas "beaucoup" l'école ne signifie pas qu'il n'aime pas l'école... Bref, difficile de conclure au "désamour" sans raccourci abusif.

L'école, un univers pédophobe

À quelques exceptions près (4) l’établissement scolaire est un univers pédophobe (5).
Quel sympathique néologisme, plein de bienveillance à l'égard de tous les personnels de l’Éducation nationale ! On a vraiment envie d'écouter des "conseils de bienveillance scolaire" globale après une telle insulte. :twisted:

Peu d’éléments, dans sa marche quotidienne (horaires, aménagement de l’espace, règle de vie…) y sont pensés à l’aune de l’enfance ou de l’adolescence, considérées comme des périodes spécifiques du développent de l’être humain.
On peut même parler de prison, de mauvais traitements et de sévices.

Les tenants d’une pédagogie de la confiance dénoncent les aspects les plus incohérents de l’organisation des établissements ; leurs adversaires considèrent que l’école doit apprendre l’inconfort et l’adversité aux élèves pour les préparer à la vraie vie.
On fait tout pour procurer de l'inconfort et de l'adversité aux élèves. L'imagination du Mal est sans limite.
Dans le même ordre d’idée, Jacques Pain (6) s’intéresse à une maltraitance scolaire structurelle en notant que les établissements ignorent la parole des élèves tout en développant une vie interne déficitaire en relation et en humanité.
"déficitaire en humanité" : quelle jolie formule...

Cette tendance prégnante faite d’agissements aussi bien que de refus d’agir et de négligences se manifeste de deux manières. D’une part, sous une forme extrêmisée...
... qui est pire qu'"extrême" ! :doc:

...avec des atteintes physiques et verbales couvertes par l’indifférence, l’incompétence ou le fatalisme des adultes ;
Des atteintes qui proviennent généralement... des élèves eux-mêmes ! :rirej

... d’autre part, sous une forme insidieuse avec des pratiques inconséquentes et délétères au niveau de l’accueil, de l’écoute des élèves, de la pédagogie et plus généralement de la prise en compte des problèmes de la vie collective.
Il y aura un jour un procès de Nuremberg pour ces pratiques inhumaines et ces atteintes à l'école lieu de vie ! :doc:

En l’occurrence, dans la plupart des établissements, on peut repérer des avatars de la maltraitance institutionnelle, ni une violence actée, ni brusquerie factuelle, mais dérèglement institutionnel polymorphe…
Joli aussi, le "dérèglement institutionnel polymorphe".

Premier conseil : Instituer un moratoire

Le dossier scolaire sert souvent à transformer passé scolaire d’un élève en passif.
Heu... éventuellement pour les dossiers négatifs.

À période régulière, toute situation scolaire individuelle devrait être amnistiée (concernant le niveau, l’orientation et le comportement...).
Supprimons les dossiers : nous supprimerons ainsi les problèmes. :twisted:

A noter qu'en l'état les problèmes de comportement d'une année ne peuvent être évoqués l'année suivante : certains élèves - les plus sympathiques, bien sûr - en profitent bien.

Ainsi, des rajustements deviendraient possibles pour éviter que l’affectation forcée dans une voie (une option) ne se transforme en fiasco (voire en souffrance).
L'affectation forcée est surtout une affectation par défaut. Il y a des nombreux moyens d'éviter cela, parmi lesquels s'intéresser à sa scolarité et à son orientation et la préparer activement.

Deuxième conseil : Neutraliser les archaïsmes de la notation (évaluation)

Selon les travaux d’André Antibi (7), les enseignants se sentent obligés inconsciemment de mettre un certain pourcentage de mauvaises notes.
C'est curieux car 84,5% des candidats ont obtenu le bac l'an passé...

Il faut éradiquer cette constante macabre. Par ailleurs, les conseils de classes peuvent cesser d’être des instances rituelles ou des psychodrames pour devenir des bilans de progrès assignant des objectifs réalistes propres à chaque élève.
C'est vrai quoi : il ne peut exister que des "bilans de progrès"... Quant à l'expression "objectifs réalistes propres à chaque élève", elle me semble créer une inégalité artificielle et injuste entre les élèves. :xx:
Troisième conseil : Majorer le rêve sans créer d’illusion.
Quel sens de la formule ! "majorer le rêve" !

Un élève qui est en difficulté intériorise une dépréciation qui contracte son avenir. Ainsi, les collégiens peu brillants intègrent-ils l’idée qu’ils seront orientés contre leur gré le cas échéant dans des filières sans réputation.
Il n'y a qu'à faire le contraire !

Or, une action éducative digne de ce nom devrait faire l’inverse en élargissant les projets et donnant la possibilité d’amplifier les rêves des adolescents notamment pour les moins enclins à nourrir une ambition.
Moins tu réussis et plus je te fais rêver ! Quelle belle idée !
Quatrième conseil : Réduire l’obnubilation entrepreneuriale.
Encore un néologisme, sans rapport avec la question : l'orientation professionnelle n'a pas grand chose d'"entrepreneuriale"... :mrgreen:

Lorsqu’un élève est en difficulté, on lui propose la voie professionnelle (8) . Si en plus il paraît allergique aux études on lui conseille un CFA. Or il est possible d’utiliser les avantages de l’alternance sans le risque d’imposer un métier non choisi. Il suffit de mettre en place un va-et-vient ne reposant plus sur une professionnalisation mais sur des activités de création et d’ouverture à autrui : musique, sport, théâtre, action sociale...
Et à la fin de son cursus heureux avec de la musique, du sport ou du théâtre, que fait l'élève ?

Cinquième conseil : Modérer l’ethnicisation
Encore un beau néologisme !

En voilà une mesure concrète...

La carte scolaire consiste à faire dépendre l’affectation des élèves de leur domicile. Dans certains quartiers, ce procédé induit une ghettoïsation des établissements. Compte tenu de la composition des catégories défavorisées, ce phénomène se double parfois d’une ethnicisation (9) qui génère une forme d’inappétence scolaire spécifique liée à l’impression qu’ont certains adolescents d’être victimes d’une racialisation instituant une corrélation entre leurs origines et des filières ou des établissements dépréciés.
L'abandon de la carte scolaire permettra sans nul doute de lutter contre cette ghettoïsation.
Sixième conseil : Générer une quiétude institutionnelle
En voilà une mesure concrète... (bis)

Dans chaque famille, durant une vingtaine d’années, les multiples politiques éducatives ont institué une imprévisibilité quant au cursus personnel d’un enfant. Le système scolaire finit par projeter sur la société plus d’incertitudes que de repères. Les ministres de l’éducation devraient s’astreindre à prendre les seules décisions constituant un avantage pour la sérénité des élèves sans aucune concession.
Le pédagogisme a beaucoup de responsabilité là-dedans...

Septième conseil : Établir des procédures de repérage du déficit de bienveillance

Tout projet d’établissement devrait comprendre un axe fixant des objectifs sur la qualité de vie des élèves et permettre aux élèves eux-mêmes d’évaluer le niveau de bienveillance à leur égard. Les conseils d’administration et les conseils d’école devraient pouvoir fixer les marges de progrès que les adultes d’un établissement auraient à combler pour un accroissement de la bienveillance scolaire. Dans le secondaire, l’évaluation (classement) des lycées devrait introduire un quatrième indicateur intégrant la notion de qualité de vie des élèves. (Indicateur identique à créer pour les collèges).
C'est un peu schizophrène car l'évaluation des lycées comprend des indicateurs sur le niveau des élèves, ce qui est une forme de malveillance. :scratch:

Huitième conseil : Perfectionner l’architectonique...
"architectonique" sonne mieux qu'"architecture", même si l'emploi est ici impropre. :xx:

... et améliorer les équipements

De multiples locaux scolaires engendrent un inconfort patent et imposent des aberrations ergonomiques. Certains manquent parfois d’hygiène en raison d’un défaut d’entretien et de maintenance.
Un vrai problème d'"architectonique". :doc:

Les équipements pédagogiques sont de temps à autre désuets ou inefficaces.
Un autre.

Globalement, les établissements restent panoptiques.
J'en connais bien peu sur ce modèle, et c'est surtout dans l'intérêt des élèves qui subissent des "atteintes" de la part d'autres élèves. :roll:

L’espace y est distribué moins pour convenir aux élèves qu’aux adultes.
C'est vrai que les adultes sont traités comme des rois dans les établissements scolaires : le privé envie nos salles de professeurs, nos bureaux larges et spacieux, nos toilettes de luxe et nos saunas.

Neuvième conseil : Contenir les pratiques discrétionnaires
C'est du concret, ça. Quel sens de la formule !

La plupart des établissements neutralisent l’expression des élèves.
La neutralité a ses vertus...

Les délégués de classe sont transformés en Missi Dominici de l’administration et du professeur principal.
:shock:

On observe couramment une hypertrophie de la parole des adultes.
C'est vrai, ça : dans les conseils de classe les professeurs ne devraient pas s'exprimer davantage que les élèves.

La direction peut instaurer des manipulations (par exemple : obtenir la démission un élève pour éviter un débat contradictoire en conseil de discipline).
Surtout quand cet élève est impliqué...

Les adultes d’un établissement fonctionnent fréquemment en caste bureaucratique opposée aux élèves.
"bureaucratique", on ne voit pas bien pourquoi. mais ça sonne bien avec "caste" alors...

Dernier conseil : Garantir une instruction authentique
C'est mieux qu'une instruction non authentique, en effet. On aurait dû y penser avant.

Les enseignements prennent couramment du retard sur les savoirs disponibles.
:shock: :scratch: :lol:

Les pédagogies ne font pas toujours appel à l’intelligence des élèves. L’enseignement prodigué est souvent inerte (didactiques obsolètes, méthodes dolosives, cours empruntés, photocopillage passif, bachotage…).
Quel rapport entre le "photocopillage passif" (sic) et des "méthodes dolosives" (sic) ? :scratch:

Bref : un article vain, dans tous les sens du terme.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La souffrance scolaire, mythe utile" 12 Mar 2013 18:00 #4477

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Je viens de découvrir que la Cour des comptes elle-même s'appuie sur l'erreur de l'OCDE :

Enfin, les enquêtes menées par l’OCDE montrent que les élèves français sont parmi ceux qui expriment le plus d’anxiété vis-à-vis de l’institution scolaire et éprouvent le moins d’attachement à l’égard de leur établissement.

Source : "L'éducation nationale face à l'objectif de la réussite de tous les élèves", Introduction, 3 (p. 9) (12/05/10)
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Dix conseils pour…Développer une bienveillance scolaire globale" (Café Pédagogique) 15 Mar 2013 15:55 #4522

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Dans la même veine, cet entretien de Jacques Pain par Gilbert Longhi, sur le "Café Pédagogique" du 15/03/13 : "J. Pain : L’école se comporte comme une marâtre à l’égard du commun des élèves".

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Dix conseils pour…Développer une bienveillance scolaire globale" (Café Pédagogique) 15 Mar 2013 15:57 #4523

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Commentaires à venir.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La souffrance scolaire, mythe utile" 20 Mar 2013 11:25 #4678

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Rejoignant ce fil, cette brève dans "ActuaLitté" : "Un enfant sur quatre n'aurait pas confiance en lui" (19/03/13)

Trois enfants sur quatre ont confiance en eux : on en conclut très logiquement les effets négatifs du système scolaire.

De même : "39% des enfants n'ont pas confiance en leur avenir selon les parents d'élèves interrogés". Car évidemment l'école est aussi responsable de la situation économique de la France.

Bon, la lecture du communiqué de l'APEL est quelque peu différent à propos de ces 39% :

Tout d’abord cette confiance, hormis celle qu’ils accorderaient à leur parents, est de faible intensité : ainsi seuls 12% ont tout à fait confiance en eux ou 14% dans l’école, autant qu’envers leurs camarades. Ensuite la question de l’avenir pèse très fortement : 39% des parents soulignent que les enfants ne grandissent pas en confiance sur ce point.

Je conclurais en notant ce paradoxe : la confiance en eux des élèves diminue en même temps qu'augmente le taux d'accès d'une génération au baccalauréat (un record en 2012 avec 77,5%).

Comme quoi la dévalorisation du diplôme s'accompagne d'une dévalorisation de soi. :spider:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Lettre aux enseignants" pour des bulletins plus positifs (Le Monde) 11 Avr 2013 21:33 #5142

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
A lire sur "Le Monde" du 11/04/13 : "Lettre aux enseignants".

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Lettre aux enseignants" pour des bulletins plus positifs (Le Monde) 12 Avr 2013 13:02 #5162

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Lettre aux enseignants
Un effort pour changer de l'article standard. :doc:

Chers enseignants,

Dans les boîtes aux lettres, les parents ont tout de suite reconnu votre courrier. Ces enveloppes, écrites de leur main, fournies en début d'année pour que vous puissiez leur envoyer ces fameux bulletins scolaires. Celui du deuxième trimestre a une "saveur" particulière : on se demande si les bonnes résolutions prises à la fin du premier auront porté leurs fruits. On s'inquiète qu'il n'y ait plus qu'à peine trois mois pour redresser la barre. Et on se promet de rester zen, au moins cinq minutes. "On a reçu ton bulletin !", lancent avec entrain les parents. "Ah, ouais...", répondent sans enthousiasme les premiers concernés. Mauvais signe...
Sandrine Blanchard retarde un peu : avec la numérisation de l'école et la généralisation des ENT l'envoi des bulletins devient quelque peu anecdotique puisque les parents peuvent désormais accéder en ligne aux notes des enfants à tout moment et en temps réel ou presque : ils n'hésitent pas à les réclamer quand elles se font un tant soit peu attendre. :devil:

Quant à l'exemple pris, celui d'un élève peu enthousiaste, voilà qui me semble une généralisation bien abusive, beaucoup d'élèves travailleurs pouvant éprouver une légitime fierté à la réception de leur bulletin.

C'est à la fois long et court de lire le bulletin d'un collégien ou d'un lycéen. Long, si on se met à étudier les colonnes de chiffres indiquant, pour chaque matière, la moyenne de l'élève, celle de la classe, la pire, la meilleure ; court, si on se rue instinctivement, en bas de la page, sur l'"appréciation globale". Et là, vous avez une farouche tendance à toujours pointer ce qui ne va pas, à appuyer sur les lacunes, les échecs.
L'appréciation globale est généralement rédigée par le chef d'établissement : autant dire que la lettre de Sandrine Blanchard se trompe quelque peu de destinataire. :roll:

L'expérience (selon les établissements scolaires bien sûr et l'écart vis à vis du niveau attendu) montre que les élèves qui donnent satisfaction sont au contraire très souvent complimentés : les félicitations, compliments et encouragements (quel que soit le niveau) concernent dans mon bon lycée entre la moitié et les deux tiers des élèves. A l'inverse les avertissements et les blâmes ne sont jamais - je dis bien jamais - attribués, car on sait leur importance pour l'orientation. Où donc est la "farouche tendance à toujours pointer ce qui ne va pas" ?

De toute façon, lorsque les bulletins sont envoyés aux lycées en fin de troisième, les mentions négatives, qui ne sont pas notées sur le bulletin, ne sont pas jointes. :twisted:

A force, les parents deviennent comme vous et ne voient que le négatif.
C'est donc la faute des professeurs, bien sûr. :twisted:

Il faut être bon partout...
Non, mais qu'ils donnent satisfaction dans leur travail oui. On n'attend certainement pas des élèves qu'ils soient bons partout : les élèves ont des profils, plutôt littéraire, scientifiques ou artistiques par exemple. Sandrine Blanchard semble projeter sur les enseignants ses propres attentes.

...surtout en maths et en français. Et encore. Un 12 sur 20 est juste "convenable", "mitigé", voire "décevant".
L'adjectif "convenable" est positif : c'est ce qui convient. "décevant" aussi puisqu'il montre des attentes supérieures de l'enseignant qui a décelé des capacités de l'élève.

Une moyenne qui stagne et c'est un "manque de concentration"...
Quel rapport entre les deux ? :scratch:

... un "investissement insuffisant". Pourriez-vous, parfois, inverser vos commentaires et débuter par les points forts, même s'il ne s'agit "que" des langues, de la géo, des arts plastiques ou du sport ? Tous les élèves ne peuvent pas être en tête de classe.
Il faut s'adresser aux chefs d'établissement... Heureusement certains n'hésitent pas, dans les classes à orientation, à modifier les appréciations ou les notes des professeurs pour faciliter l'orientation des certains élèves problématiques, quand ils ne modifient la décision du conseil de classe elle-même.

La réalité d'une formule policée comme "investissement insuffisant", c'est qu'elle peut traduire une réalité bien plus politiquement incorrecte. Mais il faut croire que les efforts déployés par les professeurs pour dire les choses sans heurter (les bulletins d'aujourd'hui apparaissant bien consensuels et édulcorés) ne suffisent pas à notre journaliste du "Monde".

A entendre l'éternelle complainte des parents, à relire tous ces bulletins conservés (par masochisme ?), il semble que Claudia Senik, professeur à l'Ecole d'économie de Paris, a eu raison de souligner le rôle de notre système scolaire dans son étude sur la difficile aptitude des Français à être heureux.
Nous avons déjà montré à quel point la pensée de Claudia Senik est intéressante. :devil:

Pointant un système élitiste et unidimensionnel, elle décrit une école produisant bien souvent une mésestime de soi que l'on trimballerait toute la vie comme un frein au bonheur.
Car évidemment c'est la mission de l'école de rendre les citoyens heureux toute leur vie.

Certains d'entre vous vont hurler ; excédés que l'école soit accusée de tous les maux.
C'est vrai que Sandrine Blanchard n'insiste pas assez sur les points positifs : des professeurs qui acceptent des conditions de travail difficiles, éloignées, un salaire peu enviable pour leur niveau de qualification, tout cela parce qu'ils croient dans les vertus de l'école et dans son exigence.

D'autres feront valoir qu'ils ne sont pas responsables d'un système où seules les maths et les mentions mènent aux diplômes rêvés des parents.
Avec "l'orientation choisie", on va enfin permettre aux parents de s'affranchir de ces odieux carcans élitistes imposés par des professeurs sans bienveillance. :devil:

Mais comme le jeune garçon qui demandait à Cadbury, dans la publicité pour les biscuits Finger, "tu pourrais pas les faire un petit peu plus longs ?", on a parfois en- vie de vous dire : "Vous ne pourriez pas être un peu plus positifs ?"
La conclusion résume bien l'article : il faut satisfaire le consommateur.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Façons de parler : Injures, insultes, jurons et autres noms d’oiseaux en éducation disséqués" (Café Pédagogique) 05 Juil 2013 11:33 #6757

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
A lire dans le "Café Pédagogique" du 05/07/13 : "Façons de parler : Injures, insultes, jurons et autres noms d’oiseaux en éducation disséqués par Gilbert Longhi".

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.

Dans la même veine : "Les mots de trop et les gros-mot à l'Ecole... " dans le "Café pédagogique" du 28/04/14.

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Façons de parler : Injures, insultes, jurons et autres noms d’oiseaux en éducation disséqués" (Café Pédagogique) 05 Juil 2013 11:33 #6758

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Commentaires à venir.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Approche lexicale de quelques projets d’établissements & de quelques règlements intérieurs…" (Café Pédagogique) 15 Oct 2013 23:27 #7981

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Dans la même veine malgré un titre assez neutre : "Approche lexicale de quelques projets d’établissements & de quelques règlements intérieurs…" (14/10/13)

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Approche lexicale de quelques projets d’établissements & de quelques règlements intérieurs…" (Café Pédagogique) 15 Oct 2013 23:28 #7982

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Autant aller directement à la conclusion pleine de fraîcheur de Gilbert Longhi :

La plupart des projets d’établissements et des règlements intérieurs sont des œuvres de tératologie : l’élève est un repoussoir, voire une sorte de phénomène anormal.

Que ne présente-t-il pas un modèle de règlement intérieur à visage humain ? :mrgreen:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

FCPE : "PISA : un argument de plus pour accélérer les réformes" 03 Déc 2013 23:58 #8684

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
L'école est même responsable du climat pessimiste de la France. Dans le "Nouvel Obs" du 25/10/13 : "Pessimisme français : la faute à l’école ?" avec Claudia Senik.
Vous émettez l'hypothèse que le spleen français viendrait de notre système scolaire...

- C'est une interprétation possible. L'école est censée valoriser les compétences les plus diverses : le raisonnement logique, la créativité, la capacité à entreprendre, à travailler en équipe... Or, l'école française sélectionne sur un nombre très restreint de qualités - en gros, le français et les mathématiques. Elle sélectionne par l'échec une élite trop étroite. Et son système de notation est probablement plus sévère que chez nos voisins. Les petits Français devenus adultes n'ont guère développé l'estime d'eux-mêmes s'ils ont plafonné à 10 ou 12 durant toute leur scolarité... Quand un enfant échoue à une dictée, il ne faudrait pas se contenter de le sanctionner, mais lui faire refaire l'exercice. Pour qu'il perçoive qu'il peut progresser.

Par ailleurs, qui reparle de la souffrance scolaire en France en ressortant les mêmes statistiques hilarantes ?

La FCPE, à l'occasion de la publication des résultats PISA 2012 ! :cheers:

PISA : un argument de plus pour accélérer les réformes

La France s'enfonce dans le classement de l'enquête PISA 2012 publié aujourd'hui. C'est sur ce point que se focaliseront beaucoup de commentaires mais, pour la FCPE, ce n'est pas ce classement qui doit retenir l'attention mais bien l'aggravation des inégalités par notre système éducatif.

Cette année encore, l'enquête pointe le creusement de l'écart entre les élèves les plus « faibles » et les plus « forts ». Plus grave encore, l'étude montre le mal être des élèves les moins favorisés au sein de l'Ecole. Alors qu'en moyenne, dans les pays de l'OCDE, 78% des élèves issus d'un milieu défavorisé déclarent se sentir chez eux à l'école, en France, ils ne sont que 38%. Or, l'angoisse née de l'échec et de l'exclusion ne peut constituer une bonne base pour des apprentissages sereins.

Comme à chaque fois depuis sa première édition, PISA montre que les systèmes éducatifs qui réussissent le mieux sont ceux qui excluent le moins les élèves et ont le tronc commun le plus long, sans orientation précoce et sans redoublement.

Pour la FCPE, cette étude rappelle donc l'urgence de transformer l'Ecole en profondeur et d'aller vers un système tourné vers la réussite de tous les élèves, sans exclusion.

:transpi:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Hugonnier : Les principales leçons de PISA 2012 pour la France" (Café pédagogique) 11 Jan 2014 00:28 #9145

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Et qui reparle de la souffrance scolaire en France en ressortant les mêmes statistiques quelque peu problématiques dans broncher ?

Un expert de l'OCDE : "Directeur adjoint de l'éducation à l'OCDE, Bernard Hugonnier milite au sein de "Conseils sans frontières", un think tank qui veut aider à la mise en place de politiques publiques"... :shock:

A lire dans le "Café pédagogique" du 10/01/14 : "Hugonnier : Les principales leçons de PISA 2012 pour la France".

Parmi les missions de l’école figure celle de favoriser le développement social et émotionnel des élèves. Or, selon PISA, le pourcentage d’élèves, qui sont dans des écoles où l’importance de ce développement est reconnue, est de seulement 48% en France contre 70% pour l’ensemble des pays de l’OCDE. De plus, si ce pourcentage est déjà très bas, il est aussi le plus faible de tous les pays de l’OCDE.

Ce résultat peut être corrélé à une autre question de PISA adressée aux élèves qui révèle que le pourcentage de jeunes français percevant un sentiment d’appartenance à l’école est de seulement 47,4% contre une moyenne de 81,3% pour l’OCDE. C’est à nouveau le taux le plus faible de tous les pays de l’OCDE.

Sur le sentiment d'appartenance des élèves français, j'ai trouvé conformation de ce chiffre dans ce résumé : www.oecd.org/pisa/keyfindings/PISA-2012-...lts-overview-FR.pdf‎

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


Bref depuis 2003 la même erreur méthodologique grave est perpétuée par l'OCDE. :shock:

A noter que les questions ("agree or strongly agree"/"disagree or strongly disagree") sont posées dans les deux sens ("I feel like I belong at school"/"I feel awkward and out of place in my school"), ce qui corrobore peu ou prou les résultats.

...sauf pour la France dont les résultats à "L'école est un endroit où je me sens chez moi"/"je me sens mal à l'aise et pas à ma place" divergeaient totalement dès 2003 : 45% et 13% (au lieu des 55% attendus environ) ! :cheers:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"À l’école comme chez moi" 11 Jan 2014 17:07 #9147

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Et du coup nouvel article : "À l’école comme chez moi" (11 janvier 2014) :cheers:

Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"À l’école comme chez moi" 22 Jan 2014 19:06 #9303

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Dans les vœux du ministre aujourd'hui :
La troisième priorité de Vincent Peillon pour 2014 est, quant à elle, arrivée comme la surprise du jour. Le ministre souhaite en effet s'atteler au sujet du "bien-être à l'école". "Cette bienveillance reste un enjeu pour nous", a-t-il souligné, rappelant qu'il fallait travailler sur la notation, le redoublement, la santé des élèves et le bien être des personnels. Un de ses souhaits étant "que la direction des ressources humaines intègre davantage le bien-être des personnels" a-t-il lancé après avoir souligné que cette année le rapprochement géographiques des couples avait été une préoccupation particulière lors des mutations des enseignants. La réflexion sur les notes devrait aussi trouver place. Et il y a fort à penser que le clan des Républicains fourbit déjà ses armes; le sujet étant propice à se prendre une jolie volée de bois vert...

A lire sur le blog "Peut mieux faire" du 22/01/14 : lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2014/01/22/...4-de-vincent-peillon
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.169 secondes
Propulsé par Kunena