Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Les enfants chercheurs

"95% des jeunes n'aiment pas le système éducatif tel qu'il est" 05 Mar 2017 19:26 #18523

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12950
"95% des jeunes n'aiment pas le système éducatif tel qu'il est, d'après @FrancoisTaddei Il ft les impliquer pour évoluer! @rndapprendre #o21"



Intéressant car le sondage cité (OpinionWay pour Agefa PME du 15/03/15) ne concerne que les 15-29 ans et ne dit nulle part que 95% des jeunes n'aiment pas le système éducatif tel qu'il est : "Ils sont 95% à réclamer une réforme du système"



Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Vers une société apprenante" 28 Mar 2017 12:40 #18680

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12950
Le rapport de François Taddei, Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel : "Vers une société apprenante" (mars 2017)

Qu'y observe-t-on ?

"préparer notre jeunesse et , au-delà, nos concitoyens au monde de demain". La formule est très vague mais le reste, appuyé sur "France Stratégie", est sans équivoque :
Dans un monde où les changements s'accélèrent, il apparaît partout essentiel pour les individus, les organisations et les États d’être en capacité de s’adapter pour évoluer à tous les âges. Un récent rapport de France Stratégie sur les compétences de base des français a montré qu’un nombre important de jeunes français souffraient d’un manque de compétences « génériques » qui puissent soutenir la capacité de mobilité des individus face aux évolutions incertaines de l’emploi. Alors que les emplois les plus recherchés aujourd’hui n’existaient pas il y a quelques années et que l’on prévoit d’importantes mutations du travail, il apparaît à tous urgent de réfléchir aux conditions et aux compétences transversales qui vont permettre aux organisations et aux individus de se préparer à ces changements, que ce soit via la formation initiale ou durant leur parcours professionnel.

Apprendre à apprendre, à interroger et interpréter, plutôt qu’à consommer naïvement les informations disponibles, est sans doute l’enjeu majeur de l’éducation aujourd’hui.
Les enseignants n'y avaient jamais songé ! :santa:

Dans cette perspective, la fonction du maître, du formateur ou de l’éducateur passe du professeur ex cathedra qui transmet un contenu figé de connaissances à celle d’un guide ou d’un mentor qui oriente et accompagne, avec sollicitude et bienveillance, le cheminement de l’apprenant et l’aide à progresser.
Même chose : aider "l'apprenant" à progresser, et avec "bienveillance", les enseignants n'y avaient jamais pensé ! :santa:

On peut ici revenir à l’étymologie d’autorité : du latin auctoritas, « capacité de faire grandir ».
Euh, non... :scratch:

Au lieu de relations verticales dans une pyramide de décideurs, on passe à des réseaux d’acteurs, certains ayant la chance d’être non pas des « supérieurs » mais des points nodaux. Ces « hubs » interagissent avec nombre d’autres acteurs de la société de la connaissance [...]
:P

Cette capacité à faire grandir s’incarne particulièrement dans la figure de Mentor, le sage précepteur de Télémaque, dont Athéna emprunta les traits.
Mentor, ce "point nodal", déjà "hub" de la "société apprenante" à Ithaque. Mais au fait quel rapport entre un précepteur ad usum delphini et un enseignant avec ses classes ? :santa:

De plus, face à l’abondance des données et des traces produites par les apprenants, dès lors que les activités sont enregistrés, l’intelligence artificielle ouvre des possibilités inédites [...]
Curieux de célébrer la "société apprenante" et dans le même temps l'IA. C'est vrai qu'une certaine école moderne s'évertue à rendre l'intelligence artificielle...

Les apprenants comme leurs formateurs doivent pouvoir disposer de ces traces numériques pour avoir une vision précise de leur progression, analyser et comprendre leurs erreurs et leurs réussites, en tirer profit pour mettre en place des stratégies et des remédiations, construire des réponses à leurs besoins...
Car jusqu'ici les "apprenants" n'avaient rien ! :santa:

...mais aussi nourrir les travaux de recherche
Tous connectés au service de la recherche : riante perspective humaniste !

Le numérique est aussi prometteur de nouvelles manières d’apprendre que l’on voit émerger progressivement et se déployer dans les classes : à la fois plus personnalisées, plus interactives, ludiques et inductives. et développement en éducation.
On cherchera en vain le moindre regard critique sur "le numérique", "catalyseur des évolutions".

1. Construire des organisations apprenantes
Dans une organisation apprenante, tous les membres apprennent les uns des autres, les innovations et les apprentissages des uns facilitant ceux des autres.
Le constructivisme poussé à son point extrême.

Rapport d'un creux sidérant : des éléments de langage ressassés à l'infini, des phrases-types qui ne veulent rien dire, des propositions vides, à l'image de cette carte mentale :

Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Vers une société apprenante" 29 Mar 2017 20:39 #18692

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12950
Compte -rendu dans "EducPros" du 29/03/17 : www.letudiant.fr/educpros/actualite/pour...ar-le-collectif.html
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.104 secondes
Propulsé par Kunena