Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : La coéducation

"Renforcer la coopération entre les parents et l'école dans les territoires" (MEN) 18 Oct 2013 23:42 #8021

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
A lire cette circulaire du 18/10/13 : "Renforcer la coopération entre les parents et l'école dans les territoires"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Des «espaces parents» dans chaque collège et lycée" (Le Figaro) 21 Oct 2013 23:14 #8070

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
A lire dans "le Figaro" du 21/10/13 : "Des «espaces parents» dans chaque collège et lycée"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Renforcer la coopération entre les parents et l'école dans les territoires" (MEN) 23 Oct 2013 01:26 #8087

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Renforcer la coopération entre les parents et l'école dans les territoires

Améliorer les résultats du système éducatif pour les élèves et pour le pays et rebâtir une École juste pour tous et exigeante pour chacun, qui soit un lieu de réussite, d'autonomie et d'épanouissement, sont des objectifs au cœur du projet de refondation de l'École.
Encore faudrait-il, s'entendre ce que signifie le terme "réussite" puisqu'il s'agit de celle de "tous les élèves". Quant à l'"épanouissement", nul doute qu'il il se conjugue facilement avec un "École exigeante". :doc:

PS : l'expression "les territoires" est particulièrement à la mode dans le jargon politique et technocratique actuel.

Pour construire l'École de la réussite de tous les élèves, une coopération renforcée avec les parents, particulièrement avec les parents les plus éloignés de l'institution scolaire, constitue un enjeu majeur.
Ou plutôt une "coopération" tout court pour "les parents les plus éloignés de l'institution scolaire". Ces circulaires ont parfois le sens de l'euphémisme.

Les travaux du comité national de soutien à la parentalité et ceux menés dans le cadre de la conférence nationale de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 11 et 12 décembre 2012 ont confirmé que la question scolaire est également à la croisée de considérations relevant de plusieurs secteurs de l'action publique.

La scolarité de leurs enfants et les relations qu'ils entretiennent avec l'École sont au cœur des préoccupations des parents.
Précisément pas des "plus éloignés de l'institution scolaire".

Leur participation à l'action éducative est déterminante dans la réussite des élèves, en particulier des plus fragiles.
L'approfondissement du dialogue avec les équipes éducatives, fondé sur le respect mutuel, contribue également à la qualité du climat scolaire et à la promotion de la coéducation.
Avec un président de fédération de parents d'élèves qui déclare au début de son mandat que "Les ensei­gnants sont là au ser­vice des enfants comme la cais­sière est là au ser­vice des clients", c'est gagné pour le "respect mutuel".

Pour renforcer la coopération entre l'école et les parents, trois leviers d'actions sont à privilégier :

- rendre effectifs les droits d'information et d'expression des parents, déjà affirmés et précisés par les circulaires du ministère de l'éducation nationale n° 2006-137 du 25 août 2006 relative au rôle et à la place des parents à l'école et n° 2012-119 du 31 juillet 2012 relative à l'information des parents ;
- construire de nouvelles modalités de coopération avec les parents pour une école plus accueillante dans une perspective de coéducation ;
Bonne idée de "renforcer la coopération" en "construisant de nouvelles modalités de coopération". :santa:

A noter que la "coéducation" n'est valable que dans un seul sens : les parents accueillis à l'école.

Le terme "coéducation" met à égalité enseignant et parent. C'est une revendication de la FCPE depuis longtemps. Le terme n'est mentionné que six fois sur le site education.gouv.fr, toutes en 2013 sauf un fois : sa première occurrence en 2012 remonte au discours prononcé par le ministre... au 66e Congrès national de la FCPE !

A noter que dans ce discours la "coéducation" s'adresse moins aux parents à proprement parler qu'à une certaine fédération de parents, "grande association" mise en rapport avec la... Commune :
Citation [ Cliquer pour agrandir ]


On peut donc parler de "circulaire FCPE"...
- développer des actions d'accompagnement à la parentalité à partir d'un diagnostic partagé avec l'ensemble des partenaires, dans le cadre des projets d'école et d'établissement et notamment des projets éducatifs territoriaux.
Ce jargon technocratique des circulaires...

1 - Rendre effectifs les droits d'information et d'expression des parents en accordant une attention particulière aux parents les plus éloignés du système éducatif

Pour assurer la mise en œuvre effective des droits d'information et d'expression des parents ou représentants légaux, des mesures concrètes doivent être recherchées.

1.1 Informer, dialoguer

Les équipes éducatives veillent à inviter les parents, de manière régulière et non uniquement en cas de difficultés, à des rencontres individuelles pour leur permettre d'accompagner la scolarité de leur enfant.
Comment mettre en place des rencontres "individuelles" et "régulières" des équipes avec tous les parents ? :shock:

Lorsque des difficultés apparaissent, ces mêmes équipes mettent en place un travail étroit avec les parents, en s'appuyant, si nécessaire, sur les professionnels compétents au sein de l'établissement ainsi que sur les partenaires de l'école.
Malheureusement les difficultés peuvent aussi être aggravées par l'impossibilité de ce "travail étroit avec les parents", notamment dans les établissement les plus défavorisés.

L'information des familles doit utiliser un langage accessible et clair. Une attention particulière est apportée aux parents en situation de handicap afin de leur garantir un égal accès à l'information. Les parents peuvent souhaiter être accompagnés d'une personne de leur choix pour faciliter les échanges. Pour les parents qui rencontrent des difficultés avec l'écrit, une communication orale sera privilégiée dans la mesure du possible.

Les directeurs d'école et chefs d'établissement veillent à donner aux familles les informations utiles sur les ressources et les services numériques qui sont mis à leur disposition.
La contradiction entre les deux dernières phrases est sidérante. :shock:

Elle montre bien le décalage entre cette circulaire et la réalité de l'école en même temps que l'inanité des ENT comme moyen de communication avec les parents des établissements défavorisés.

Pour faciliter le suivi de la scolarité, de nouveaux services numériques (inscription au lycée, accompagnement de l'apprentissage de la lecture au CP, information sur les formations, les métiers, les stages et l'orientation) peuvent être proposés à la rentrée 2013, en complément de l'offre existante (consultation des notes et des absences, mise à jour dématérialisée de la fiche de renseignements administratifs, cahiers de textes).
Et de surcroît le numérique a l'incomparable avantage de se substituer à une relation toute humaine ! :cheers:

La généralisation progressive des environnements numériques de travail, en respectant les normes d'accessibilité pour les personnes en situation de handicap, facilitera l'implication des familles dans la scolarité des élèves ainsi que les échanges sur la vie de l'établissement.
Le futur "facilitera" est catégorique : compte tenu de ce que nous avons dit, le langage exerce ici sa fonction performative.

1.2 Aider les parents à se familiariser avec l'École

Les parents sont régulièrement informés sur l'organisation et le fonctionnement de l'école par les rencontres institutionnelles prévues aux articles D. 111-1 et D. 111-2 du code de l'éducation. En complément, des réunions sur toute autre thématique spécifique répondant aux préoccupations des familles pourront être organisées. Pour animer les débats avec les parents, les équipes éducatives peuvent s'appuyer sur les outils développés dans le cadre des dispositifs existants, comme les actions éducatives familiales, la mallette des parents, les Réseaux d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents ou les contrats locaux d'accompagnement scolaire, etc. (voir annexe).
On glisse insensiblement de l'information des parents... aux "débats".

L'article 65 de la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République (article L. 521-4 modifié du code de l'éducation) a prévu, dans tous les établissements d'enseignement, un espace à l'usage des parents et de leurs délégués.
N'oublions pas que de nombreux parents n'ont pas de "délégués". Ces "espaces" sont donc prévus par la loi : il n'y a plus qu'à les faire exister, ce qui ne pose aucun problème en l'état actuel des locaux !

En cas de difficulté, le chef d'établissement ou le directeur d'école engage avec les collectivités territoriales compétentes une concertation en associant les représentants des parents d'élèves.

L'aménagement des « espaces parents », lieux principalement dédiés aux rencontres individuelles ou collectives, facilite la participation des familles, les échanges et la convivialité.
Il va en falloir des "espaces parents" dans chaque établissement pour que les équipes rencontrent individuellement et régulièrement tous les parents.

Ces rencontres sont organisées avec l'aide de l'établissement, à l'initiative des parents ou de leurs représentants, dans le respect des valeurs de la République et notamment des principes de neutralité et de laïcité.
Il vaut mieux prendre quelques petites précautions peu "conviviales". :mrgreen:

Des actions et projets collectifs, en lien avec le projet d'école ou d'établissement, peuvent être proposés dans ces espaces par les parents d'élèves, leurs représentants et leurs associations, les équipes éducatives ou des partenaires de l'École.
Ces "espaces parents" sont supposés être partagés par les "équipes éducatives" et les "partenaires de l'école" ?

1.3 Encourager la participation des parents à la vie de l'école ou de l'établissement

Les parents et leurs représentants sont associés à l'élaboration d'un diagnostic partagé des besoins et des attentes de la communauté éducative, basé sur les spécificités du territoire, en vue de définir :
Les "besoins et les attentes de la communauté éducative" ? :scratch:

Et les élèves là-dedans ?

- le projet d'école ou d'établissement, en particulier ce qui concerne les relations avec les familles ;
- les actions du comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (second degré ou inter degrés lorsqu'il existe).

Dans le second degré, un bilan des actions menées à destination des parents est présenté au conseil d'administration de l'établissement.
Et une tâche supplémentaire, une.

Pour prolonger les actions visant à familiariser les parents avec le fonctionnement et les enjeux de l'école, les projets d'école et d'établissement peuvent prendre appui sur les dispositifs partenariaux de soutien à la parentalité (actions éducatives familiales pour lutter contre l'illettrisme, ouvrir l'école aux parents pour réussir l'intégration, réseaux d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents, programmes de réussite éducative, etc.).
Ce jargon des circulaires ("prendre appui sur les dispositifs partenariaux de soutien à la parentalité")...

Ils peuvent également mettre à profit les manifestations sociales, culturelles et sportives organisées sur le territoire pour aller à la rencontre des parents qui n'osent pas franchir le seuil de l'école.

Les parents sont associés à la mise en place du parcours individuel d'information, d'orientation et de découverte du monde économique et professionnel. Le chef d'établissement sollicite la participation des parents en tant que personnes ressources dans le cadre des actions organisées pour la mise en œuvre du parcours.
Voilà des exemples de coopération intéressante : quand les parents interviennent moins en tant que coéducateurs sans expertise de l'enseignement qu'en tant que dépositaires d'une expertise professionnelle propre.

Les parents sont encouragés à participer aux activités conduites par les associations de parents d'élèves et aux élections de leurs représentants. Les directeurs d'école et les chefs d'établissement, avec l'aide de leurs équipes, informent les parents d'élèves de l'importance et des enjeux de ces élections et prennent toutes les dispositions utiles afin de faciliter leur participation.
Rien de bien nouveau.

Les heures des réunions des instances dans lesquelles les parents sont représentés sont fixées de manière à tenir compte de leurs contraintes, notamment professionnelles.
Car il est bien connu que les établissements scolaires ne connaissent - pour leur part - pas de contraintes professionnelles ou autres. L'institution doit devenir meuble.

À cet effet, après consultation des représentants des enseignants et des élèves, les chefs d'établissement organisent avec les représentants des parents d'élèves une concertation préalable à l'établissement du calendrier des réunions, dans les limites définies par le calendrier académique.
La circulaire emploie de nombreux termes très vagues ("une concertation", "sont associés") qui ne permettent pas de connaître les responsabilités de chacun.

2 - Construire une véritable coopération entre les parents et l'École

Afin de favoriser le lien entre les familles et les établissements, des activités sont organisées régulièrement concernant la parentalité.
L'école doit devenir celle de la parentalité en plus de celle de l'élève ?

Elles sont facilitées par l'existence d'espaces parents et prennent appui sur l'ensemble des acteurs et partenaires territoriaux du système éducatif, en veillant à valoriser les compétences des parents.

2.1 Diversifier les modalités d'échanges entre les professionnels et les parents

Le développement des partenariats, en particulier avec les associations, est de nature à favoriser le croisement des regards et des savoirs des professionnels et des parents. Les « groupes de pairs » développés dans le cadre du dispositif expérimenté notamment par ATD Quart Monde et par les universités populaires de parents (UPP) avec le concours d'universitaires, en constituent un exemple qu'il convient de souligner.

La convention-cadre signée entre le mouvement ATD Quart Monde et le ministère de l'éducation nationale peut être déclinée au niveau académique.
"Croiser les savoirs entre enseignants et parents" : "Pour que les différents savoirs – savoirs de vie, savoirs d’action, savoirs académiques – puissent se croiser, il faut d’abord qu’ils puissent se construire chacun collectivement, en groupes de pairs, en toute liberté et autonomie."

2.2 Sensibiliser et former l'ensemble des personnels de l'éducation nationale à la communication avec les familles

La question de la relation entre les équipes éducatives, les parents et les partenaires de l'École est prise en compte dans la formation initiale et continue des personnels. Une attention particulière est portée à la problématique de la diversité culturelle et sociale ainsi qu'au développement de démarches innovantes.
Il faut toujours un peu d'innovation face à des problèmes vieux comme le monde. :doc:

Les directeurs d'école et les chefs d'établissement veillent à sensibiliser l'ensemble de l'équipe éducative aux principes et aux modalités d'information et de dialogue avec les parents, en particulier à l'occasion de la rentrée scolaire. Ils facilitent l'accès des parents aux personnes ressources, aux partenaires locaux et aux ressources nationales susceptibles de les aider dans l'exercice de leurs responsabilités parentales.

3 - Développer la coordination et la visibilité des actions d'accompagnement à la parentalité

Une pluralité de partenaires intervient dans les dispositifs sur des territoires de périmètres variables (voir annexe).

Leur coordination sera renforcée dans le cadre de la réforme de la gouvernance de la politique de la petite enfance et de soutien à la parentalité décidée par le comité interministériel pour la modernisation de l'action publique du 17 juillet 2013. Elle s'appuiera en particulier sur l'élaboration de schémas territoriaux des services aux familles et la mise en œuvre de la convention d'objectifs et de gestion entre l'État et la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), pour la période 2013-2017.
Ce jargon...

Le projet académique comportera un volet relatif aux relations entre l'École et les parents.
A force de mettre des volets on va finir dans l'obscurité totale. :mrgreen:

En cohérence avec la démarche des schémas territoriaux, les directeurs académiques des services de l'éducation nationale s'attacheront à promouvoir un diagnostic partagé des besoins et des ressources locales, à fédérer et faire connaître les initiatives sur un territoire, à développer des dispositifs innovants et adaptés en direction des parents les plus éloignés de l'institution scolaire et à renforcer les liens avec tous les acteurs du territoire : collectivités territoriales, caisses d'allocations familiales, associations, acteurs de la politique de la Ville, représentants institutionnels. Les parents et leurs représentants doivent être associés aux différents processus.
Comprendre qu'il faudra présenter un bilan, encore.

Pour garantir la réussite de tous, l'École se construit avec la participation des parents. Cet objectif requiert une approche globale de l'élève dans son environnement et se fonde sur un projet partagé avec l'ensemble de la communauté éducative et de ses partenaires. La prise en compte des attentes et des difficultés des parents est un facteur important de leur implication. Elle nécessite une démarche volontariste dans leur direction.
Rien dans cette circulaire sur le fait que la scolarisation des élèves occasionnent également certains devoirs pour les parents ?

La bonne volonté des parents est posée en principe et seule l'école fait obstacle.

Il ne faut pas ensuite s'étonner que les parents considèrent les enseignants comme des caissières au service du client (avec tout le mépris - même venant d'une fédération supposée classée à gauche - qu'une telle expression comporte à l'égard des caissières).
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

L'évolution de l'emploi du terme "coéducation" 23 Oct 2013 09:17 #8089

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Pour information sur l'évolution de l'emploi du mot "coéducation" depuis les années 50 :



Une recherche Google plus fine montre que ce terme revient à partir de 2001 avec un sens nouveau

En effet la coéducation était dans les années 70 une revendication beaucoup plus radicale puisqu'elle constituait une remise en cause de l'autorité du maître. Sa récupération actuelle vise à la mettre au service des parents d'élèves, ou plus exactement de leurs délégués.

La coéducation (des sexes) désigne, à partir de la fin du XIXe, une scolarité mixte.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Coéducation : "Les parents : Acteurs, consommateurs ou gêneurs ?" (Café pédagogique) 27 Avr 2017 17:43 #18802

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Dans le "Café" du 25/04/17 : "Les parents : Acteurs, consommateurs ou gêneurs ?"

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.093 secondes
Propulsé par Kunena