Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Mythes et citations apocryphes sur l'éducation

Mythes et citations apocryphes sur l'éducation 04 Mai 2016 20:59 #16362

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Mythes et citations apocryphes sur l'éducation pullulent sur Internet, le plus souvent sans source ou sans source précise. Par conséquent, leur utilisation est toujours instructive : en général, prolongement erroné mais utile de la plus pure pensée constructiviste.

Il s'agit en effet d'enrôler - contre leur gré - de grands penseurs dans nos débats modernes. Cette utilisation est assez symptomatique d'une certaine modernité : transmission immédiate et hasardeuse d'une citation, que l'absence de culture ou de lecture approfondie empêche de corroborer et - plus merveilleux encore à l'ère de l'EMI - retour de l'argument d'autorité, à rebours de toute pensée critique.

Indice souvent probant de citation apocryphe ou à contresens : l'absence de source précise. :topla:

Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Quand les maîtres cesseront d'enseigner, les élèves pourront enfin apprendre" 04 Mai 2016 21:58 #16363

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536

Commençons par cette citation étonnante, que l'on trouve partout sur Internet attribuée à Montesquieu, mais sans aucune source précise.

Quand les maîtres cesseront d'enseigner, les élèves pourront enfin apprendre.

On peut évidemment douter de l'authenticité d'une telle citation, dans l'esprit comme dans la lettre : le concept "les élèves" n'ayant aucun sens au XVIIIe siècle. Après vérification, elle n'apparaît nulle part dans l'édition des Œuvres complètes de Montesquieu par Ravenel (1834) selon l'outil de recherche de Gallica. En revanche, on trouve la citation suivante dans la troisième partie de la Défense de L'Esprit des lois (1750) : Montesquieu se défend contre les critiques de théologiens :

La manière de critiquer, dont nous parlons, est la chose du monde la plus capable de borner l'étendue, et de diminuer, si j'ose me servir de ce terme, la somme du génie national. La théologie a ses bornes, elle a ses formules; parce que les vérités qu'elle enseigne étant connues, il faut que les hommes s'y tiennent; et on doit les empêcher de s'en écarter: c'est là qu'il ne faut pas que le génie prenne l'essor : on le circonscrit, pour ainsi dire, dans une enceinte. Mais c'est se moquer du monde, de vouloir mettre cette enceinte autour de ceux qui traitent les sciences humaines. Les principes de la géométrie sont très vrais; mais, si on les appliquait à des choses de goût, on ferait déraisonner la raison même. Rien n'étouffe plus la doctrine que de mettre à toutes les choses une robe de docteur : les gens qui veulent toujours enseigner, empêchent beaucoup d'apprendre; il n'y a point de génie qu'on ne rétrécisse, lorsqu'on l'enveloppera d'un million de scrupules vains. Avez-vous les meilleures intentions du monde ? on vous forcera vous-même d'en douter. Vous ne pouvez plus être occupé à bien dire, quand vous êtes sans cesse effrayé par la crainte de dire mal, et qu'au lieu de suivre votre pensée, vous ne vous occupez que des termes, qui peuvent échapper à la subtilité des critiques. On vient nous mettre un béguin sur la tête, pour nous dire à chaque mot: « Prenez garde de tomber; vous voulez parler comme vous, je veux que vous parliez comme moi. » Va-t-on prendre l'essor? ils vous arrêtent par la manche. A-t-on de la force et de la vie? on vous l'ôte à coups d'épingle. Vous élevez-vous un peu? voilà des gens qui prennent leur pied, ou leur toise, lèvent la tête, et vous crient de descendre pour vous mesurer. Courez-vous dans votre carrière? ils voudront que vous regardiez toutes les pierres que les fourmis ont mises sur votre chemin. il n'y a ni science ni littérature qui puisse résister à ce pédantisme. Notre siècle a formé des académies; on voudra nous faire rentrer dans les écoles des siècles ténébreux. Descartes est bien propre à rassurer ceux qui, avec un génie infiniment moindre que le sien, ont d'aussi bonnes intentions que lui: ce grand homme fut sans cesse accusé d'athéisme; et l'on n'emploie pas aujourd'hui contre les athées de plus forts arguments que les siens.

"Enseigner" renvoie ici au dogmatisme hors de propos des docteurs en théologie. Cette réponse concerne une science (ici les sciences humaines), et son développement sous l'action de penseurs comme Montesquieu. Rien à voir donc avec l'apprentissage scolaire ou la pédagogie...

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Les citations apocryphes sur l'éducation 04 Mai 2016 22:24 #16365

  • Beniamino Massimo
  • Portrait de Beniamino Massimo
  • Hors Ligne
  • Novice
  • Messages : 34
L'UNSA a du même coup fait sienne cette citation d'un grand poète et penseur moldave exilé en France :

Toi qui ne goûtes point les thèses de Meirieu,
Entendras-tu au moins celles de Montesquieu ?
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Une culture bloquée sur un temps scolaire est la négation même de la culture" 04 Mai 2016 22:36 #16366

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13536
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.108 secondes
Propulsé par Kunena