"Conte de Noël finlandais"

Plus d'informations
19 Déc 2014 23:19 - 02 Jan 2018 11:51 #12747 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_CREATED_NEW
Articles antérieurs
- Dans "Le Monde" du 15/09/2009 : "Ecole : la Finlande, pays où l'innovation est reine"

Connectez-vous pour voir le message entier.

- Article d'une PE doctorante en sciences de l'éducation en 2009 : "Éducation et formation des enseignants en Finlande : la place des pédagogies actives et coopératives"
- Dans "Rue des écoles" du 24/02/10 : "Au paradis des élèves, qu'avons nous à apprendre du modèle finlandais ?"
- Sur "Mediapart" du 13/03/12 : "Enseignement: s'inspirer de la Finlande" par Philippe Aghion et Bénédicte Berner.

Connectez-vous pour voir le message entier.

- Dans "Le Monde" du 5/02/14 : "En Finlande, le bien-être de l'élève au cœur de la pédagogie"

Connectez-vous pour voir le message entier.
* * *
Vous pouvez commenter ici l'article "Conte de Noël finlandais - La merveilleuse école du bout du monde" du 19 décembre 2014.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Déc 2014 00:54 - 08 Juil 2015 20:17 #12748 par archeboc
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Excellente synthèse.
Sur la position des suédophones, il me semble qu'il y avait une spécificité que donnait Pedro Cordoba, mais je n'arrive plus à mettre la main dessus.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Déc 2014 11:57 - 30 Déc 2014 12:34 #12775 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Petite consultation a posteriori de Wikipédia.
La page sur le système éducatif finlandais est incomparablement plus développée que sur les deux pays voisins, la Norvège et la Suède . Il faut évidemment y voir une fascination pour le modèle finlandais, même si l'article n'a pas été mis à jour depuis longtemps.

Wikipédia dit: Le système éducatif finlandais, considéré comme le meilleur de ceux qui ont été évalués par l'enquête internationale PISA en 2003 [...] D'après l'enquête internationale PISA sur les systèmes éducatifs de l'OCDE, la Finlande obtient régulièrement les meilleurs résultats à l'échelle mondiale. En 2003 les élèves finlandais âgés de 15 ans figuraient au premier rang mondial au titre des compétences linguistiques et scientifiques, et étaient classés en deuxième position en termes de résolution de problèmes.

L'essentiel de l'article, assez détaillé sur l'organisation de ce système, date de 2006 (avec les chiffres de PISA 2003) et renvoie pour l'essentiel à l’article de Wikipédia en anglais intitulé "Education in Finland" (en fait ici ).
Plus intéressant, en référence aux "Cahiers pédagogiques", cet ajout en 2008 :

Les études s'interrogeant sur les motifs de ces très bons résultats mettent en avant la responsabilisation précoce des élèves, l'absence de stress dans un système qui ne connait pas le redoublement et la formation de qualité des enseignants.

Il y a quelques oublis ici... :mrgreen:
A voir aussi dans l'article en anglais

The focus for kindergarten students is to “learn how to learn”, Ms. Penttilä said. Instead of formal instruction in reading and math there are lessons on nature, animals, and the “circle of life” and a focus on materials- based learning.

Certes, mais en maternelle en France il n'y a pas non plus d'enseignement formel de la lecture et des mathématiques... :scratch:
www.education.gouv.fr/cid33/la-presentat...cole-maternelle.html
Dans le secondaire on retrouve les chaussettes finlandaises, sans source :

Inside the school, the atmosphere is relaxed and informal, and the buildings are so clean that students often wear socks and no shoes. Outdoor activities are stressed, even in the coldest weather; and homework is minimal to leave room for extra-curricular activities.

Un détail qui m'avait échappé (toujours sans source) :

Grades are given on scale from 4 to 10. In individual exams, but not on school year report or basic education certificate, it is also possible to divide the scale further with '½', which represents a half grade, and '+' and '–', which represent one-fourth a grade better or inferior. For example, the order is "9 < 9+ < 9½ < 10– < 10". The grade '10+' can also be awarded for a perfect performance with extra effort by the student.

Autre objet d'étonnement :

Admissions to academic upper schools are based on GPA, and in some cases academic tests and interviews. For example, during the year 2007, 51% of the age group were enrolled in the academic upper school.

La source est douteuse. L'OCDE (RSE 2014 Tableau C1.3) indique le chiffre de 30%.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Fév 2015 22:16 - 03 Fév 2015 22:25 #13083 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
A titre de prolongement (et à titre seulement d'exemple sans nécessairement de valeur générale), on me signale ces deux vidéos (en suédois) d'un reportage sur des échanges de profs entre la Suède et la Finlande. Si des suédophones pouvaient me confirmer la teneur des propos tenus par les enseignants...


Une enseignante finlandaise d'abord dans sa classe en Finlande. Les élèves sont disciplinés, se lèvent à son arrivée, font leur travail. Puis elle arrive en Suède dans l'équivalent d'une ZEP où elle est plus qu'étonnée par l'absence de discipline : elle explique à ses collègues qu'en Finlande, les élèves ne sortiraient jamais leur portable dans la classe etc. Elle ne parvient pas à mener ses séances, arrive en salle des profs en disant que c'est une catastrophe totale. A la minute 22, elle explique à une collègue suédoise qu'il y a des notes à partir du CP ("ettan") en Finlande, ce qui contribue à motiver les élèves.

L'enseignant suédois, dans sa classe, part ensuite en Finlande : il est à son tour "choqué" par le silence total, la discipline, l'absence d'échanges avec les élèves, l'interdiction respectée de parler même à la cantine.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mar 2015 10:58 - 16 Aoû 2015 15:15 #13469 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Tiens, c'est amusant, la Cour des comptes vient de publier un nouveau rapport : "Le suivi individualisé des élèves : une ambition à concilier avec l’organisation du système éducatif" (4/03/2015) où la Finlande est encore donnée en exemple :

Mais quelle étourderie : la Cour, qui estimait en 2013 les enseignants français trop nombreux , a oublié de préciser les taux d'encadrement : il y a en France 40% d’élèves en plus par enseignant dans le primaire et 73% dans le premier cycle du secondaire ! :mrgreen:
A voir cette classe de mathématiques avec... trois adultes ! (13'24)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Mar 2015 12:50 - 02 Déc 2017 12:35 #13702 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans "The Independent" (en anglais) du 20/03/15 : "Finland schools: Subjects scrapped and replaced with 'topics' as country reforms its education system"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Dans "Le Vif" du 23/03/15 : "Finis les maths, l'histoire et la géo, la Finlande se lance dans l'enseignement transversal"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Dans "Libé" du 23/05/15 : "Les écoles finlandaises ne veulent plus de «matières» mais des «thèmes»"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Sur "France Télévision" du 23/03/15 : "La Finlande veut enseigner des sujets à l'école et non plus des disciplines"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Dans "Sputnik" du 28/03/15 : "La Finlande renonce à l'enseignement des maths et de la physique-chimie dans les écoles"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Même Philippe Watrelot a compris qu'il s'agissait d'un hoax...
www.cahiers-pedagogiques.com/Bloc-Notes-...u-23-au-29-mars-2015

Connectez-vous pour voir le message entier.

Ce qui est amusant, c'est que cette "information" déformée renvoie à une réforme qui rappelle en définitive les EPI de collège 2016 annoncés la même année : faut-il en déduire que la France veut aussi supprimer les disciplines ? :mrgreen:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mai 2015 21:15 - 26 Aoû 2015 23:37 #13894 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans "Slate" du 4/5/15 : "Et si on s'inspirait du modèle finlandais pour que les collégiens soient meilleurs en maths?" par Thomas Messias.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mai 2015 21:25 - 26 Aoû 2015 23:37 #13895 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Citons à nouveau un IG de mathématiques qui a étudié le système finlandais en 2007 :

Rémy Jost dit: La pédagogie en classe de mathématiques se résume à exposer rapidement et de façon magistrale le cours, puis à passer à des exercices d’application ou de résolution de problèmes. Le professeur donne sans s’attarder des méthodes ou des formules : peu de temps est consacré à des activités de découverte ; les définitions sont rares, ainsi que les démonstrations de cours. Par exemple on énonce le théorème de Pythagore, puis on prend du temps pour en donner des applications.

Et citons un collectif d’universitaires finlandais en 2005 :

Les professeurs de mathématiques dans les universités et les écoles polytechniques s’inquiètent du fait que les connaissances mathématiques de nouveaux étudiants ont baissé de façon spectaculaire. […] L’enquête PISA n’a mesuré que des connaissances mathématiques de la vie de tous les jours, ce qui pourrait être appelé – et l’est explicitement dans la version en anglais du rapport de l’enquête – la littératie mathématique. Il ne fait aucun doute que des compétences mathématiques de la vie de tous les jours sont utiles mais en aucun cas elles ne suffisent. Une raison de la baisse des exigences à l’examen de matriculation et au début des études universitaires est indéniablement la faiblesse des bases acquises dans l’école fondamentale. [...]
Il faut envisager la possibilité que la première place dans l’enquête PISA soit une victoire à la Pyrrhus.

Sources dans l'article initial.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Juil 2015 20:02 - 08 Juil 2015 20:10 #14284 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
"Real Finnish Lessons - The true story of an education superpower" (avril 2015) par Gabriel Heller Sahlgren (Center for policy studies)
Résumé ici : www.cps.org.uk/publications/reports/real...ducation-superpower/

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Juil 2015 02:14 #14290 par JCP
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Voilà un article que beaucoup refuserons de lire : que les succès scolaires finlandais n'aient rien à voir avec une quelconque modernité pédagogique, c'est proprement choquant !
Ouf, l'article est en Anglais, ce qui dispense de comprendre... :mrgreen:

Mehr Licht !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Aoû 2015 10:51 #14430 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Et ça continue dans "La Libre Belgique" du 12/08/15 : "Finlande : une école moderne et gratuite, où les chaussures sont interdites"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Aoû 2015 18:04 #14433 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Voilà qui valait bien un petit billet : "Si chaussette m'était contée..." (16/08/15) :P
Fichier attaché :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2015 13:16 - 25 Mar 2018 12:21 #14675 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Loys dit: Vous pouvez commenter ici l'article "Conte de Noël finlandais - La merveilleuse école du bout du monde" du 19 décembre 2014.

Et une citation tronquée particulièrement odieuse.

L'auteur, Grégory Chambat. Son site : www.questionsdeclasses.org/?Entretien-La-scolarisation-des

J'ai osé en effet constater que la Finlande était moins accueillante que la France. Pour comparaison :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2015 15:58 - 21 Nov 2015 16:17 #14676 par JCP
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
C'est un détournement et une manipulation abjecte !
Bel exemple de biais de confirmation, pour que les propos de Loys coïncident avec les a priori du (triste) sire Chambat...
Puis-je réutiliser cet exemple dans mes cours sur la malhonnêteté intellectuelle ?! :devil:

Mehr Licht !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2015 16:49 - 13 Sep 2015 19:53 #14677 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Je vous en prie, cher maître.
A lire sur le sujet : www.oecd.org/fr/migrations/les-jeunes-is...ectives-d-emploi.htm

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Oct 2015 14:50 #14830 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Après 44 ans d'école fondamentale ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Jan 2016 07:45 - 30 Jan 2016 09:27 #15784 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans le "Café" du 29/01/16 : "Philippe Meirieu : Leçon de Finlande"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Jan 2016 09:46 - 30 Jan 2016 17:03 #15793 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Conseil de lecture à Philippe Meirieu : "Conte de Noël finlandais - La merveilleuse école du bout du monde"

À cet égard, la Finlande reste, parmi les pays qui obtiennent de très bons résultats, celui qui semble être le plus équilibré, aussi attentif aux résultats scolaires qu’au développement de l’enfant, aux questions d’orientation qu’à la politique familiale… C’est pourquoi il demeure particulièrement intéressant de regarder de près comment se passe l’éducation là-bas : j’ai eu cette chance, comme celle de bénéficier du regard de Philippe Duval, spécialiste de la petite enfance, et de Boris Cyrulnik dont on connaît la compétence psychologique et l’attachement à tout ce qui favorise la « résilience » de chaque enfant.

Malheureusement le taux de suicide des adolescents, trois supérieur en Finlande, n'est évoqué nulle part dans ce compte-rendu de visite. D'ailleurs, on en reste à une visite ponctuelle, sans considérations statistiques... :santa:

Des spécificités institutionnelles qui rendent le système finlandais difficilement transposable
Disons-le d’emblée : il est impossible d’imaginer une transposition terme à terme du système scolaire finlandais en France.

D'où - en bonne logique - le titre de l'article : "leçon de Finlande". :santa:

De trois à six ou sept ans, les enfants finlandais sont accueillis dans un « jardin d’enfants » où ils bénéficient d’une scolarité qui s’efforce d’articuler, en un continuum, la philosophie de nos « crèches », celle de nos « écoles maternelles » et les premières années de notre « école primaire ». Pas de cahiers et encore moins de carnets de notes, mais une centration sur le jeu...

En France il y a des carnets de notes et des cahiers en maternelle ? :shock:
Suggestion : et si , au lieu de visiter la Finlande, Philippe Meirieu visitait des écoles françaises ? :mrgreen:
A noter que Philippe Meirieu ne précise pas que l'école n’est obligatoire qu’à partir de sept ans. Il ne précise pas non plus que seuls 71% des 3-4 ans par exemple sont scolarisés en Finlande (contre 100% en France) selon RSE 2015. Il ne précise pas enfin que le taux d'encadrement en maternelle est le double du taux français.

Au fur et à mesure qu’ils grandissent, les enfants se voient, par ailleurs, pris en charge dans des ateliers de chant, de musique, de travaux manuels qui, tout en gardant des formes ludiques, constituent de vrais « groupes d’apprentissage ». C’est ainsi que le « jardin d’enfants » finlandais a pu apparaître à mon collègue Philippe Duval comme presque trop « scolarisé » : il s’attendait à des « parcours » plus souples faisant plus de place à l’initiative des enfants et à l’accompagnement du processus de subjectivation ; il y a vu une structure éducative déjà très formalisée où les enseignants investissent fortement la structuration des acquis, sans évaluation chiffrée évidemment, mais avec une insistance sur ce que nous nommons la « métacognition ».

Ne serait-ce pas une maternelle élitiste ? :santa:

Après le « jardin d’enfants », les élèves entrent à « l’école fondamentale » pour neuf ans (jusqu’à seize ans). Là, ils bénéficient d’un cursus dans des classes d’environ vingt élèves...

Plus exactement 19 élèves dans le primaire ou 20 élèves par classe dans le premier cycle du secondaire, soit respectivement trois et cinq élèves de moins par classe qu'en France (soit 25% de plus en France).

...encadrées par des enseignants qui, pour une part, assument « l’enseignement général » et le suivi de leurs élèves et, pour une autre part, enseignent une spécialité à laquelle ils se sont formés : menuiserie-ébénisterie, couture, musique, langues vivantes, arts plastiques, éducation physique, etc.

Pour une école élémentaire de taille moyenne (cinq classes et 120 élèves), il y a un peu moins de 9 professeurs en Finlande et un peu plus de 6 professeurs en France. Pour un collège moyen de 500 élèves c'est pire : 55 professeurs en Finlande, 32 professeurs en France !

Au cours des trois dernières années de « l’école fondamentale », la part des enseignements spécialisés augmente (physique, géographie, etc.) mais tous les élèves reçoivent un enseignement de plus en plus différencié en fonction de leurs réussites et difficultés...

On est loin du collège unique, en somme. Ce qui serait scandaleux en France est merveilleux en Finlande : plus loin dans l'article, Philippe Meirieu vante la "culture commune" finlandaise.

...toujours sans notation chiffrée, mais avec une évaluation rigoureuse, nécessaire, d’ailleurs, pour leur apporter les remédiations nécessaires.

Non, il y a une notation dans les dernières années de l'école fondamentale (cf Rémy Jost). Positive puisque la plus basse note sur dix est quatre.

Puis, les élèves entrent au lycée d’enseignement général ou dans une école professionnelle. Ils peuvent obtenir l’équivalent de notre baccalauréat (« matriculation ») en deux à quatre ans, par un système de « modules » : il faut obtenir soixante-quinze modules puis passer un examen dans six disciplines fondamentales. Au fur et à mesure de leur cursus, les élèves gèrent de manière de plus en plus autonome leur scolarité tout en bénéficiant d’un encadrement « à la carte » nettement plus important que dans le système français.

Rien sur la rude sélection pour entrer dans les lycées généraux en Finlande... 30% des élèves finlandais seulement suivent le second cycle du secondaire dans la voie générale, contre 56% des élèves en France. Et ne parlons pas de l'entrée à l'université : rappelons l'existence d'un "numerus clausus"...

Ainsi, des « enseignants spécialisés » sont-ils disponibles jusqu’à la fin du lycée : ils assistent au cours avec le ou les élèves en difficulté puis les reprennent, ensuite, pour un soutien spécifique. Il n’est pas rare, non plus, que des enseignants fassent cours à deux, ou bien qu’un « assistant » vienne les épauler. Et, même si l’on commence à voir pointer les effets de quelques restrictions budgétaires, le taux d’encadrement reste bien plus élevé que dans beaucoup de pays d’Europe…

Pas de chiffres : on a de ces pudeurs ! :santa:

Ajoutons à cela ce qui est bien connu : les journées de cours s’arrêtent bien plus tôt que chez nous l’après-midi et sont prolongées par des activités encadrées par des animateurs dûment formés.

Et des vacances d'été les plus longues d'Europe ! :P

Tout cela s’effectue dans des établissements dont le mode de gestion, hérité de l’histoire – très courte – de ce pays est radicalement différent de ce que nous connaissons chez nous : quoiqu’astreints à respecter une « carte scolaire », tous les établissements de l’enseignement public sont gérés, en Finlande, comme nos établissements privés sous contrat : le chef d’établissement, lui même désigné par le conseil d’administration, embauche les personnels – enseignants et non-enseignants – et gère leur carrière

A ce sujet, pourquoi ne pas préciser qu'il n'y a quasiment pas d'école privée en Finlande ?

il va « à la chasse aux financements » et, même si ceux-ci sont étroitement tributaires des décisions des collectivités territoriales, ils disposent d’une marge de manœuvre bien supérieure, dans ce domaine, à celle des chefs d’établissements de notre Éducation nationale.

Heureusement, la réforme du collège est en bonne voie !

On voit donc que les spécificités organisationnelles et institutionnelles de la Finlande sont telles que son système scolaire ne peut guère être transposé… D’autant plus qu’au-delà de ces éléments, c’est toute une réalité sociologique qui est fondamentalement différente. Cela va de la structure du finnois : langue complexe pour un Français mais constituée, en réalité, d’unités articulées de manière rigoureuses, sans exceptions orthographiques ou grammaticales, au rapport avec la nature, bien plus « intime » et « actif » à la fois que chez nos élèves français, jusqu’à la structure familiale où l’égalité « hommes / femmes » semble bien plus avancée et l’attention à l’enfance d’une toute autre nature…

Rien, donc, sur l'homogénéité frappante de la population finlandaise, peu accueillante pour l'émigration ? :mrgreen:

Reste néanmoins à regarder ce que l’école finlandaise peut nous apprendre et il me semble que c’est loin d’être insignifiant !
Le climat scolaire : ni soumission, ni transgression
Ce qui a le plus marqué Boris Cyrulnik, c’est le fait que les écoles, en Finlande, quel que soit le niveau d’enseignement, sont des lieux de vie et d’apprentissage particulièrement sereins et parviennent à trouver un heureux équilibre entre construction du cadre et formation à l’autonomie. C’est ce qu’il a identifié comme « la grande réussite » du système : un environnement éducatif sécure où les adultes assument leur fonction tutélaire sans complexe, mais sans autoritarisme excessif, garants des apprentissages et du développement de chacun, associant bienveillance et exigence. Pas de cris, aucune bousculade dans les couloirs, des déplacements toujours calmes d’élèves qui semblent occupés à une tâche précise et se comportent en respectant aussi bien les locaux que l’ensemble des adultes et leurs camarades de tous âges.

Si les enfants sont calmes, ne crient pas ou ne se bousculent pas dans des écoles à taille humaine avec beaucoup plus d'encadrants, en effet l'autorité ne semble pas nécessaire...
On comprend ici que causes et effets sont inversés : c'est parce qu'il n'y a pas d'autoritarisme que les enfants se comportent bien. :santa:

Certes, nous n’avons pas vu tous les établissements finlandais, ni même tous les établissements d’Helsinki et, sans doute, y-a-t-il des écoles ou des lycées où le climat est plus tendu.

Il aurait été avisé de s'y rendre... Les chiffres de PISA montrent que les enfants finlandais se sentent moins appartenir à leur école que les élèves français. Pour le climat de discipline, la Finlande fait mieux que la France... mais à peine. :santa:


Ce que c'est que l'idéologie ! :rirej

Certes, l’environnement géographique (les établissement sont souvent entourés de grands parcs) et les activités physiques auxquelles se livrent traditionnellement tous les élèves (luge, ski, course, natation, etc.), parfois plusieurs heures par jour, contribuent à apaiser l’atmosphère. Certes l’homogénéité sociale et culturelle des élèves est bien plus importante que dans beaucoup de nos établissements français (même si l’arrivée actuelle de dizaines de milliers de réfugiés fait évoluer rapidement la situation).

Quand l'École finlandaise réussira à surmonter cette difficulté supplémentaire, on pourra peu-être la donner en exemple.

Certes, en plein hiver – au moment où nous avons fait ce voyage –, la température est telle qu’elle impose, pour rentrer dans l’école, un rituel vestimentaire qui constitue, en lui-même, un sas grâce auquel les élèves peuvent assumer la rupture entre l’extérieur, avec sa multitude de sollicitations, et la « maison d’école » où doit régner « l’inversion de la dispersion »…

Si chaussette m’était contée…

Mais tout cela, quoiqu’important, ne me paraît pas le plus déterminant. Si les élèves finlandais échappent au cycle infernal « soumission / transgression », s’ils ne sont pas contraints de se positionner en permanence entre, d’une part, l’obéissance passive, avec son mimétisme scolaire pour correspondre à l’archétype du « bon élève » (celui qui sait s’ennuyer poliment), et, d’autre part, la transgression de celui qui refuse les règles et agresse l’institution et ses responsables, parce qu’il ne sait pas vraiment à quel jeu on joue…

Dans tous les cas (ennui, refus des règles), l'institution scolaire est coupable en France. :doc:

...si le climat scolaire est, tout à la fois, sécure et autonomisant, c’est que l’école finlandaise n’a pas, contrairement à nous, l’obsession de la « forme scolaire », mais cherche à construire un vrai « cadre éducatif ».

:scratch:

Se libérer de la « forme scolaire »
Pas d’obsession de la « forme scolaire », d’abord : le « modèle de la bonne classe » n’est, en rien, constitué par l’auditorium-scriptorium d’un groupe d’élèves faisant toutes et tous la même chose en même temps et de la même manière, sous le contrôle du maître

Quelle chose horrible, en effet. La référence médiévale s'impose en effet.

Ici, dans ce cours d’anglais, un fillette d’une dizaine d’année écoute et fait ses exercices cachée dans une cabane de feutre qu’elle a construite dans un coin de la classe et où elle s’éclaire avec une lampe de poche.

:shock:

Certains de ses camarades, à côté, travaillent individuellement à leur bureau, tandis que d’autres, débattent autour d’une petite table ronde. Là, dans ce cours de lettres, les élèves lisent ou écrivent, font un panneau ou une bande dessinée avec, pour objectif commun, l’acquisition du vocabulaire de la forêt. Plus loin, dans un cours de mathématiques, le professeur donne une « leçon » difficile et demande à chaque élève de se concentrer : certains y parviennent en tricotant (la couture et le tricot sont enseignés aussi bien aux garçons qu’aux filles), une élève, identifiée comme particulièrement excitée, est assise sur un gros ballon qui lui permet de bien « se caler », d’autres élèves sont assis par terre, les jambes allongés et les yeux fermés.

:shock:

À peu près dans tous les couloirs et les espaces communs, on trouve des élèves qui travaillent seuls ou en petits groupes, non qu’ils aient été exclus d’une classe, mais parce que cet isolement a été décidé avec leur professeur…

:shock:
A appliquer d'urgence en France !

Et, dans tous les cas, la « classe » n’est pas une « sacro-sainte » unité : elle constitue un « groupe d’appartenance » qui se compose, se fractionne et se recompose en fonction des besoins des élèves…
Construire un « cadre éducatif »

Le sens du mot "cadre" est ici compris exactement à l'opposé...

Mais, pour que cela fonctionne sans basculer dans la confusion, voire dans le chaos, il faut – et c’est le cas – un « cadre éducatif » particulièrement structuré. Cadre environnemental d’abord : les écoles, les classes, les couloirs sont extrêmement bien décorés et cela à tous les niveaux, avec des travaux d’élèves, des panneaux d’informations à jour, des œuvres d’art et des citations affichées un peu partout.

Ce qui n'arrive jamais en France. :doc:

Cadre matériel, ensuite, avec des « classes de spécialité » particulièrement bien équipées : quand on fait de l’enseignement ménager ou de l’ébénisterie (ce que font aussi tous les garçons et les filles), pas question de bâcler cela sur un coin de table, en fin de journée : ce sont des séquences de deux heures dans de vrais ateliers, de vraies cuisines, de vraies lingeries.

Quel rapport avec les autres disciplines ? :scratch:

Cadre temporel également, marqué par des rituels forts : dans cette « école fondamentale » (la plus grosse du pays), un message d’accueil est diffusé tous les matins dans toutes les classes ; c’est, selon les jours, la présentation et le commentaire d’un court poème, une réflexion sur l’actualité ou un événement national important… l’occasion de se mettre toutes et tous au diapason et d’incarner cette « culture commune » assez introuvable chez nous ;

A quoi ça tient, finalement, la "culture commune"...

Dans ce lycée, c’est, un matin par semaine, une présentation artistique, par un petit groupe d’élèves, avec l’impératif que chacune et chacun y passe à son tour ; c’est aussi l’obligation, pour tous les lycéens, une fois par an, de passer une journée entière à travailler à la cuisine et au service de la cantine, une journée à l’entretien et une journée au centre de documentation.

On ne parle plus de "l'école fondamentale" ?

Partout, les élèves en équipes assument des responsabilités au service du collectif ; les plus grands sont « parrains » ou « marraines » des plus jeunes et les épaulent dans leur travail scolaire comme dans la conduite de leurs projets. Partout, un travail est mené régulièrement sur le « faire ensemble » et ses conditions. Des programmes de prévention contre toutes les formes de harcèlement sont mis en place et des rencontres sont organisées, régulièrement, avec les parents : outre les réunions collectives, chaque trimestre, l’ « enseignant responsable de classe » a un long entretien avec chaque élève et ses parents pour faire le point avec le support de la « fiche individuelle d’instruction ».

On se demande bien pourquoi, selon PISA 2012, seulement 67% des élèves de 15-16 ans déclarent se sentir bien à l'école (contre 81% en France)...
Autre étude accablante pour l'École Finlandaise, celles de l'OMS en 2009-2010 :

Les finalités avant les modalités
En réalité, le rapport entre « la forme » et « le cadre » est inversé au regard de ce que nous connaissons chez nous le plus souvent.
La « forme scolaire » (notre classe « traditionnelle ») n’est qu’une modalité parmi d’autres, tandis que le caractère éducatif du « cadre » est une finalité assumée par l’équipe des adultes : ces derniers le construisent et le portent ensemble, solidairement, et en sont collectivement responsables. Tous se sentent concernés et légitimes pour intervenir, à chaque instant et dans tous les espaces, sur les enjeux éducatifs de l’enseignement.

Disons le mot : polyvalents. :santa:

Des rencontres hebdomadaires de travail entre les professeurs sont prévues à l’emploi du temps et la « visite » dans la classe d’un collègue, pour voir comment il travaille et en parler avec lui, est monnaie courante. Bref, les élèves ont en face d’eux un collectif d’adultes et non une juxtaposition de spécialistes affectés à différentes « tranches » de leur engagement scolaire : les différentes matières, la socialisation, la citoyenneté, la morale, etc.

Avec 592h d'enseignement par an dans le premier cycle du secondaire, les professeurs finlandais ont plus de temps que les professeurs français (648h) (RSE 2015). De plus, les professeurs français sont si mal payés (20% de moins en début de carrière) qu'ils assurent en moyenne 68h heures supplémentaires par an au collège (soit 716h au total).

Et l’on aurait tort de croire que tout cela se fait au détriment des acquisitions. Même si l’école finlandaise « baisse » légèrement dans le classement PISA, elle reste, aux yeux des évaluations internationales, très efficace.

L'écart avec la France est de 30 points (529 contre 499). C'est bien peu, compte tenu de tous les avantages qui sont ceux de la Finlande...

Mais ce n’est pas tout : il me semble que toute une dimension historique, culturelle et citoyenne - que PISA ne sait pas vraiment prendre en compte - est ici très présente.

PISA, qui évalue des compétences de niveau primaire, ne prend pas grand compte grand chose. Rien sur l'écriture, par exemple.

Sans compter une véritable « éducation à la paix », sans « pacification » artificielle par des systèmes de contention ou de répression auxquels nous sommes toujours tentés de faire appel en dernier recours pour sauver les apparences.

:scratch:

Les « sanctions » sont néanmoins présentes (les « retenues » existent et sont même nommées là-bas « détentions »), mais, d’une part, elles fonctionnent positivement tout autant - si ce n’est plus ! - que négativement et, d’autre part, quand elles sont négatives, elles comportent systématiquement une dimension de « réparation ».

Pas d'exemples : c'est dommage.

Passer de la forme scolaire au cadre éducatif
Ainsi, si l’on s’efforce, au-delà des phénomènes d’idéalisation, inhérents à toute « visite » dans un cadre dépaysant...

:P

...de dégager une « leçon » possible de l’école finlandaise, c’est bien que nous pouvons - nous, ici et maintenant - nous émanciper plus délibérément des « normes » de la « classe homogène » et de ses corollaires inévitables (détection / dérivation des « inadaptés » vers des systèmes de plus en plus extérieurs… et payants !), pour nous recentrer sur la construction d’un cadre éducatif « sécure » au sein duquel l’acte d’apprendre est porté par l’exigence des adultes et suscite le désir de grandir, de comprendre et d’habiter pacifiquement le monde.

Voilà qui est d'une grande limpidité, ou tout du moins avec de bons sentiments. :doc:

Je suis convaincu que beaucoup peut être fait dans ce sens : en France, l’école maternelle, mais aussi de nombreuses écoles primaires inspirées de Freinet ou de Cousinet, des collèges « expérimentaux » et des « micro-lycées » ont ouvert la voie. La « pédagogie différenciée » y est monnaie courante.

C'est d'autant plus probable que la Cour des compte a fustigé dans son dernier rapport de 2015 le coût des petits lycées. :santa:

Un nombre important d’enseignants – qui vivent, de plus en plus, la « forme scolaire » comme une pesanteur insupportable et s’épuisent à en maintenir les apparences – ne demandent pas mieux que de s’avancer dans cette voie. Il serait dommage – et grave pour notre avenir ! – de les décevoir.

La "forme scolaire" est d'autant plus pesante que certains penseurs de l'École s'évertuent, année après année, à culpabiliser les enseignants et à rendre leur tâche impossible.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Mar 2016 21:34 #16027 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Avr 2016 11:48 - 14 Avr 2016 11:48 #16327 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Intéressant : l'UNICEF a observé à partir des chiffres de PISA 2012 que la Finlande est le pays dans lequel les inégalités de réussite en lecture se sont le plus creusées entre 2006 et 2012 : +21,7% (avec la Suède +13%)
www.laviemoderne.net/forum/le-naufrage-d...tion?start=220#16326

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Sep 2016 19:23 #17063 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Oct 2016 15:53 - 23 Oct 2016 00:12 #17437 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans le "Café" du 13/10/16 : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...119401713342447.aspx

Une dizaine d'autres pays font l'objet d'articles. La Finlande clôt le numéro sur l'exemple d'un pays où la confiance est une valeur clé d'un système éducatif qui attache beaucoup d'importance au climat scolaire.

:santa:

La confiance, pierre angulaire du système éducatif en Finlande
Irmeli Halinen, Hannele Niemi, Auli Toom
Cet article se penche sur la façon dont la confiance, dans sa philosophie et sa culture, se manifeste au sein du système éducatif finlandais, en s’appuyant sur certains exemples relatifs aux processus et aux systèmes à l’échelle nationale, ainsi qu’aux fonctions à l’échelle locale. Le processus de conception du curriculum de base national, dans ses diverses déclinaisons locales, s’effectue de manière très collaborative, grâce à une forte implication des acteurs et à une confiance mutuelle. De nombreuses procédures qui revêtent un caractère important, comme l’évaluation des élèves, illustrent également cette culture de la confiance. Dans le système finlandais, il n’est pas nécessaire de mettre en place des mécanismes de contrôle et, de ce fait, la Finlande est dépourvue de tout système d’inspection ou d’évaluation à fort enjeu. Tout cela exige des enseignants professionnels et hautement qualifiés ainsi qu’un excellent programme de formation des enseignants. L’article aborde également le rôle important que joue la confiance sur le plan de la qualité de l’enseignement supérieur et de la formation des enseignants. Enfin, il examine certains défis qui se poseront à l’avenir.

Dans "VNi" du 21/10/16 à propos du n°72 d’octobre 2016 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres éditée par le CIEP : www.vousnousils.fr/2016/10/21/pas-deduca...vue-de-sevres-594804

Finlande : pas d’inspection ou d’évaluations « à fort enjeu »
En Finlande, des chercheurs de l’Université d’Helsinki montrent de leur côté comment « la confiance, dans sa philosophie et sa culture, se manifeste », à travers la formation des enseignants, l’information aux parents (avec un véritable « partenariat », pour développer un véritable « bonheur d’aller à l’école ».
En outre, en Finlande, où le climat scolaire et la confiance sont la clé du système éducatif, pas de système d’inspection ou « d’évaluation à fort enjeu » [...] Pour la professeure en Sciences de l’éducation, « la France a de nombreux exemples inspirants sous les yeux, en Finlande et au Portugal par exemple, et elle a tout intérêt à penser à mettre en place de nouvelles formes de confiance organisationnelle (entre acteurs de l’institution), ainsi qu’à développer le dialogue avec les parents ». En plus de renforcer, en classe, la confiance professeur-élève et élève-professeur.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Oct 2016 11:37 - 24 Nov 2016 07:52 #17541 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Nov 2016 09:43 #17750 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Le 18/11/16 sur le blog "L'éducation en question" de B. Hermesdorf, parent d’élève collège ce regard très critique : "Le miracle finlandais"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Nov 2016 11:54 - 19 Nov 2016 11:55 #17753 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Déc 2016 08:39 #17938 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Sur le site de l'IFE du 7/12/16 : "La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Déc 2016 17:07 #17947 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans "Challenges" du 11/12/16 : "L’école finlandaise, un modèle d'éducation dont pourrait s'inspirer la France"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jan 2017 23:47 #18079 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Sur le blog de Greg Ashman (en anglais) du 1/1/17 : "Three myths about PISA"
Extrait :

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Fév 2017 10:07 #18463 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Le 23/02/17 dans "La Voix du Nord" : "Future professeure des écoles, elle part en Finlande comparer nos systèmes éducatifs"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Sep 2017 07:37 - 15 Sep 2017 09:55 #19623 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans "The Conversation" du 14/09/17, Bernard Hugonnier (Collège des Bernardins) s'émerveille encore de l'exemple finlandais : "Il est inutile de vouloir réformer le système éducatif en France, il faut en changer"

Un exemple : la Finlande
En 1950, un pays européen avait un double système éducatif : l’un, destiné principalement à la population rurale, qui durait seulement six ans, et l’autre réservé à ceux vivant dans les villes et les grandes municipalités, qui leur donnait accès à une éducation secondaire de deux à trois ans pour se diriger ensuite soit vers des études professionnelles, soit vers des grammar schools (cinq ans) ouvrant la porte de l’université.
Le système éducatif était donc inégalitaire, et fortement ségrégé suivant l’origine sociale des jeunes. La situation devint encore insoutenable avec la montée de la mondialisation et de l’urbanisation.
La décision fut prise d’envisager la création d’un système éducatif unique. Dans la tradition de ce pays, de longues consultations prirent place, des commissions furent créées, des études de cas (plusieurs centaines) furent lancées, cela pendant 18 ans. C’est en effet seulement en 1968 qu’enfin la loi créant l’école unique et obligatoire de 7 à 16 ans fut votée. Et encore, faudra-t-il encore attendre neuf ans, jusqu’en 1977, pour qu’elle soit complètement mise en œuvre : elle entra, en effet, en vigueur en 1972 et fut d’abord expérimentée dans le nord du pays, la partie la moins peuplée, avant de progressivement être appliquée dans le reste du pays et dans les grandes villes situées dans le sud. En l’an 2000, les premiers résultats de PISA paraissaient et ce pays arrivait à la première place du classement. C’était la Finlande.
[...]
Le projet similaire à celle de la Finlande qu’il faut donc mener consiste à créer un système éducatif unique permettant à tous les élèves, quelle que soit leur origine sociale, d’être en situation de réussir en classe

Amusant comme B. Hugonnier confond (à dessein) "système éducatif unique" (comme si la France n'en bénéficiait pas) et école fondamentale.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.238 secondes
Propulsé par Kunena