La suppression des notes

Plus d'informations
08 Jui 2016 23:08 - 08 Jui 2016 23:10 #16618 par JCP
Réponse de JCP sur le sujet La suppression des notes
Remarquons avec consternation ou amusement, au choix, que le participe passé "maîtrisées" est encore écrit en orthographe non-réformée, d'avant 1990. Diantre, aurait-on confié la rédaction de ce pensum à un réac orthographique passéiste ?! :devil:
L'accent circonflexe fait de la résistance jusque dans les basses-fosses du MEN ! :lol:

Mehr Licht !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Aoû 2016 00:42 - 03 Aoû 2016 00:47 #16907 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
"Des bulletins aux bilans" sur Éduscol du 25/07/16.


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Sep 2016 13:02 - 20 Sep 2016 23:20 #17028 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
L'évaluation actuelle, "illisible" selon la MEN dans son discours de rentrée (à 30'30).
www.education.gouv.fr/cid105124/tout-sav...laire-2016-2017.html
Sur le site du MEN : www.education.gouv.fr/cid93640/evaluatio...et-plus-complet.html

Le bilan périodique
[...]
Quid des notes ?
Dans le quotidien de la classe les notes ne sont supprimées ni en élémentaire, ni au collège. La liberté est laissée aux équipes enseignantes. Ainsi, les professeurs des écoles utilisant encore les notes pourront poursuivre les exercices notés ; les "collèges sans notes" pourront par ailleurs poursuivre cette pratique.
Dans les bilans périodiques, un positionnement sur une échelle à quatre niveaux est possible dans toute classe de la scolarité obligatoire, mais les notes ne sont utilisables qu'en collège.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Sep 2016 13:52 #17042 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Sep 2016 15:52 #17052 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Sep 2016 14:58 #17176 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Oct 2016 20:59 - 04 Oct 2016 21:04 #17320 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
Fiche technique de la DGESCO pour les chefs d'établissement : cache.media.eduscol.education.fr/file/Co..._ChefEtab_630047.pdf


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Oct 2016 21:14 #17322 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
Voilà qui confirme ce point :

Le bilan périodique
Le bilan périodique est un outil simple et précis. Il indique aux parents les principaux éléments sur lesquels leur enfant est évalué.
Comme aujourd’hui, du CP au CM2, l’enseignant situe l’élève dans chaque matière sur des objectifs d’apprentissage : non atteints, partiellement atteints, atteints, dépassés.
À partir de la classe de 6e, les notes peuvent être introduites dans les bilans périodiques.

www.education.gouv.fr/cid93640/evaluatio...et-plus-complet.html

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Oct 2016 16:34 - 12 Nov 2016 19:00 #17347 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Oct 2016 11:00 #17485 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Nov 2016 19:02 - 12 Nov 2016 19:02 #17699 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Nov 2016 19:03 #17700 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Nov 2016 11:51 #17770 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Nov 2016 20:32 #17805 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Nov 2016 20:27 - 27 Nov 2016 22:31 #17831 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Il y a donc une compétence "écrire" et un compétence "lire" (sic). Et séparément une compétence "Utiliser les règles de la langue". On peut donc écrire sans. Il y a également une compétence "Recourir à la lecture et à l'écriture".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Fév 2017 22:29 - 04 Fév 2017 22:34 #18332 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Fév 2017 23:02 #18395 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Mar 2017 15:39 - 25 Mar 2017 16:19 #18558 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Mar 2017 14:05 - 25 Mar 2017 17:16 #18582 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Et Benoit Hamon au colloque de la FCPE du 25/03/17 : ""Qui peut penser qu'une note peut servir à évaluer les progrès d'un élève? J'ouvrirai le chantier de l'évaluation"

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Mar 2017 16:21 - 26 Mar 2017 12:48 #18669 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
Vous pouvez commenter ici l'article : "Affel de moins en moins net - L'affectation au lycée… à l'aveuglette !" du 25 mars 2017.
Fichier attaché :

Sur Affelnet en général, voir ce fil : www.laviemoderne.net/forum/ecole-en-ligne/7979-affelnet

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Jui 2017 01:20 #19150 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Jui 2017 10:54 - 10 Jui 2017 10:56 #19152 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
Intéressant exemple de socle, où l'on voit qu'il commence à atteindre son but : déposséder les enseignants de leur maîtrise et de leur autorité disciplinaire.
Fichier attaché :

On observe que le français est évalué par quatre disciplines différentes et davantage par le professeur d'HG-EMC que par… le professeur de français !
Autre étrangeté : onze évaluations en "langue française" par le professeur d'HG-EMC mais une seule évaluation d'ailleurs dans son domaine propre ("les représentations du monde et les activités humaines") par la professeur d'HG-EMC. L'ensemble de ce domaine qui compte pour 1/8 du socle n'est d'ailleurs évalué que par deux évaluations, tandis que 'la langue française" l'est par 23 évaluations.
Dernière absurdité au demeurant : toutes les évaluations sont horizontalisées, un brevet blanc valant autant qu'une petite évaluation ponctuelle.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Jui 2017 19:11 #19283 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Juil 2017 00:05 #19408 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Sep 2017 21:38 #19560 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
Les Français "fermement opposés à la disparition des notes (79% défavorables)".
Sondage BVA du 2/09/17 "Les Français et l'école".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Sep 2017 20:22 #19567 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
Sur "France Culture" du 4/09/17 : "Les élèves ont-ils besoin d'être notés ?"



Evaluations du ministère et notes des professeurs : le débat semble bien confus. :shock:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Sep 2017 09:02 #19698 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Oct 2017 21:49 #19723 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
Chronique d'Emmanuel Grange sur le "Web pédagogique" du 3/10/17 : "Doit-on imposer aux profs d’arrêter les notes ?"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Nov 2017 09:03 #19977 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Nov 2017 09:37 - 11 Nov 2017 12:08 #19978 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La suppression des notes
Commentons :

« Je suis en guerre contre la notation sur 20 »

"En guerre contre" : drôle de façon de concevoir la liberté pédagogique de ses collègues.

Prof de maths, Stéphane Guyon évalue par compétences et pratique la classe inversée. Ces deux approches lui permettent de combiner remédiation et différenciation. Prof de maths en collège et en lycée à Alès (30), Stéphane Guyon est intervenu lors du CLICx / Ludovia, événement dédié à la classe inversée organisé par Inversons la Classe, en août 2017 à Ax-les-Thermes. Il revient avec nous sur la pédagogie qu’il a mise en place dans sa classe, et qui mêle “flipped classroom” et évaluation par compétences.

Ou comment mêler des choses qui n'ont rien à voir…

Pourquoi évaluez-vous par compétences ? Est-ce lié à la pratique de la classe inversée ?
Prof depuis une vingtaine d’années, j’évalue par compétences depuis 7 ans, bien avant de basculer dans la flipped classroom : après une pratique “traditionnelle”, j’ai en effet commencé par changer ma façon d’évaluer, puis par utiliser de plus en plus de capsules vidéos, jusqu’à me lancer dans la classe inversée il y a deux ans. C’est en fait l’évaluation par compétences qui m’a amené à la pédagogie inversée.

Mais on ne sait pas pourquoi…

Pourquoi avoir décidé d’évaluer différemment ?
Je suis enseignant de maths, une matière qui a la réputation d’être élitiste, avec beaucoup de technicité, et dans laquelle de nombreux élèves sont en difficulté. Durant mes dix premières années, j’étais effondré face à des élèves qui pleuraient lorsqu’ils avaient de mauvaises notes et des lacunes qu’ils n’arrivaient pas à surmonter. Je trouvais que le système de notation traditionnel était dans ce sens dramatique. Je n’étais pas devenu prof pour faire pleurer des ados !
J’ai donc cherché à évaluer d’une façon alternative. L’approche par compétences permet d’évaluer les élèves d’une façon beaucoup moins brutale…

Il n'est pas évident qu'un discours qui renvoie l'élève à son incompétence (pas seulement scolaire mais parfois dans ce qu'il est même) soit moins brutal.

…et de leur permettre de se remédier

"de se remédier" :scratch:

– l’idée n’est pas de leur donner une bonne ou une mauvaise note, mais de pointer des savoir-faire ponctuels qu’ils ne maîtrisent pas, et de leur permettre de les retravailler, sans stigmatisation.

Car il est évident que les collègues qui notent le font sans rapport avec les "savoir-faire ponctuels" des élèves ou que la note empêche de les retravailler. Cette caricature est évidemment ridicule mais elle montre surtout que l'enjeu ce n'est pas d'évaluer par notes ou par compétences mais d'évaluer positivement.

Mon objectif n’est pas de hiérarchiser et de classer les élèves.

Ce n'est l'objectif d'aucun collègue. De toute façon, l'évaluation par compétences permet aussi bien de hiérarchiser et de classer.

Je suis en guerre contre la notation sur 20, trop globalisante, imprécise et anti-pédagogique.

Les collègues pédagogues de M. Guyon apprécieront que leur pratique de la notation soit considérée comme "anti-pédagogique".
Il est amusant que cette notation soit considérée comme imprécise alors que les compétences sont justement évaluées de manière très grossière.
M. Guyon confond également le principe de la notation et le principe de la moyenne qui elle est globale : mais les compétences font elles-mêmes l'objet de moyennes !

Elle ne permet pas d’évaluer les compétences d’un élève, car elle peut recouvrir des réalités et des profils très différents (un élève peut être en retard, et avoir 8 le lundi puis 11 le jeudi).

Et 6 le vendredi... Peu importe : les compétences supposent acquis définitivement ce qui a été réussi une fois.
Au passage, 8 ou 11 : qu'est-ce que ça donnerait en termes de compétences (puisqu'une note peut parfaitement évaluer une ou plusieurs compétences spécifiques, contrairement à ce qu'affirme grossièrement M. Guyon) : "maîtrise insuffisante" ou "maîtrise fragile" (sic) ? Et si c'est acquis à 11 (ce que suppose M. Guyon), quelle différence avec "acquis" à 20 ?

Les études de docimologie (discipline qui étudie la façon dont sont attribuées les notes par les correcteurs lors des examens scolaires) montrent aussi que la note est très subjective.

Les mêmes biais se retrouvent exactement dans l'évaluation par compétences : à partir de quand une compétence est-elle suffisamment acquise ou n'est plus "fragile" ?

Le mode d’évaluation que j’ai adopté est basé sur un “contrat de confiance” : les élèves sont au courant de la date du contrôle, et savent sur quels exercices et activités il portera.

Ce qui pourrait s'appliquer aussi bien avec des notes... Il s'agit encore une fois d'une évaluation positive.

Cela permet de rassurer et de motiver les élèves travailleurs : ils savent ce qu’il faut réviser, et on est loin du prof qui se fait plaisir en évaluation en mettant des exercices ésotériques trouvés dans des bouquins qu’il n’a jamais traités.

Sympathique vision du travail des collègues.
Dans le "contrat de confiance", il s'agit surtout de reproduire à l'identique dans les évaluations ce qui a été fait en classe. C'est ne guère faire confiance à l'intelligence des élèves...

Le système des points Lomer que j’utilise repose sur une gradation de 1 à 4, avec un code couleur (du rouge au vert). Au lieu d’une note globale qui donne une illusion de précision, cette méthode me permet de positionner l’élève face à des savoirs précis et de cartographier des compétences non assimilées, à revoir.

Encore une fois confusion entre principe des notes et le principe des moyennes : les compétences peuvent parfaitement faire l'objet de moyennes. Donc, pour M. Guyon, plus d'évaluation globale en mathématiques par exemple?
En réalité, le choix des compétences retenues permet de donner l'illusion de la réussite .

Comment en êtes-vous venu à pratiquer la classe inversée ? Qu’a-t-elle apporté ?
Malgré l’évaluation par compétences qui me permettait d’effectuer une remédiation, j’étais insatisfait : face à des classes de 30 élèves, donner la même soupe à tout le monde n’est pas possible. Je voulais revoir ma pédagogie, donner un travail différencié et permettre à chacun d’avancer à son rythme – contrairement aux cours “traditionnels” durant lesquels le prof bat le rythme et où chaque élève doit marcher à la même vitesse, quel que soit son niveau.

Oui : autant que les plus lents aillent plus lentement que les autres. :santa:

Lors du premier CLIC, la conférence dédiée à la flipped classroom organisée en 2015, j’ai rencontré un collègue de l’académie de Créteil, Geoffroy Laboudigue, qui avait eu une approche symétrique : il avait commencé par la classe inversée, avant de changer son évaluation. Son intervention lors du CLIC m’a convaincu de l’intérêt de cette méthode, qui me permettait de mettre en place une vraie différenciation.
J’ai changé totalement ma façon de travailler, et désormais, j’allie classe inversée et évaluation par compétences. Je n’ai plus de cours frontal : mes élèves font le cours à la maison à partir de capsules vidéos et de textes à trous, puis en classe, ils partent d’un plan de travail (avec des exercices et des thèmes à traiter) et effectuent des travaux de groupes, durant lesquels ils ne font pas tous le même travail et s’entraident.

Aucun rapport avec l'évaluation donc...

Ce qui est vu à la maison me permet de gagner du temps pour pratiquer des activités durant lesquelles les élèves sont autonomes, et travaillent eux-mêmes. En outre, dès deux ou trois cours, j’ai déjà un avis sur la progression de chaque élève : traditionnellement, on peut faire cours pendant des semaines avant de détecter les jeunes en difficulté, alors qu’avec la classe inversée, dans la fosse au lieu d’être sur scène, je peux les repérer bien plus vite. Après une heure de cours, je me suis assis à côté de chacun.

Les devoirs ramassés ou les évaluations permettent assez bien de repérer les élèves en difficultés, sans doute mieux que le comportement dans un groupe.

Il faut apprendre à apprendre, et nous le faisons collectivement assez mal. L’évaluation par compétences, qui offre un droit à l’erreur et favorise la remédiation, est un outil qui va dans cette direction.

Rien n'empêche "le droit de l'erreur" de l'évaluation positive dans la notation traditionnelle. Mais la question est de savoir si l'évaluation positive permet aux élèves de progresser ou au système scolaire d'en donner seulement l'apparence.

La pédagogie inversée complète cette approche, en rendant les élèves acteurs de leur apprentissage. Les deux vont de pair, afin de permettre une remédiation et une vraie différenciation.

Toujours aucun rapport, à part qu'il s'agit d'être innovant.

Quel bilan tirez-vous de votre expérience avec la classe inversée ?
Les enseignants voulant se lancer doivent savoir que cette méthode pédagogique n’est pas facile à mettre en place. Certains élèves “scolaires” ont un mode de fonctionnement “traditionnel”, axé sur les notes sur 20 et le cours magistral : ils peuvent être perturbés face à un enseignant faisant tout à l’envers. Bouleverser leurs habitudes se fait progressivement, et le professeur doit rester souple et bienveillant. Le travail de groupe ne s’improvise pas non plus. Travailler ensemble n’est pas habituel dans notre culture, c’est même plutôt mal vu. L’enseignant devra donc aussi apprendre aux élèves à changer de méthodologie.

Et tant pis pour les élèves "scolaires" !

En règle générale, je suis très satisfait de ma pédagogie inversée : mes élèves sont autonomes, plus actifs en classe. Ils ont davantage confiance en eux, et il existe une synergie dans la classe.

Et les études de docimologie permettent de mesurer toutes ces choses précisément, ou seulement le doigt mouillé ? :devil:

De mon côté, je me sens bien plus proche d’eux, plus à leur écoute – et je peux vraiment m’occuper de mon cœur de métier : la pédagogie, avant le savoir brut.

Peu importe le "savoir brut" et sa transmission… tant que la pédagogie va.
cf twitter.com/mathsguyon

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 3.841 secondes
Propulsé par Kunena