Règles variables, complaisance et autopromotion

Petits arrangements entre amis sur Wikipédia

Petite plongée en vidéo dans les arcanes de Wikipédia et le monde éthique et transparent de l'encyclopédie libre et collaborative.

Au cours de cette enquête vous découvrirez que les grands principes de Wikipédia, comme le respect des critères d’admissibilité pour créer une page de personnalité ou bien la fiabilité des sources ou encore la neutralité de point de vue, peuvent tout à fait être appliqués avec la plus grande rigueur et la plus grande sévérité quand il s’agit d’un candidat à la présidentielle mais avec beaucoup de mansuétude et de complaisance quand il s’agit - par exemple - de Rémi Mathis, l'actuel président de Wikimédia France, l'association qui assure entre autres la promotion de Wikipédia, notamment auprès des établissements scolaires.

La pratique peu glorieuse du curriculum vitæ sur l'encyclopédie libre est assez répandue mais elle est profondément regrettable quand il s'agit d'un de ses membres les plus illustres, lequel porte ainsi  atteinte à la réputation et à la crédibilité du projet qu’il est supposé promouvoir.

Au grand dam surtout de tous les membres - modestes et bénévoles - de Wikipédia.

 

Mise à jour (20/01/13)

La suite de l'affaire est tout aussi passionnante, non par son importance en elle-même mais pour ce cas d'école que Wikipédia nous offre de son propre fonctionnement : l'élasticité des règles, la complaisance des membres entre eux, l'absence de vérification des sources, les passages en force tolérés, l'autopromotion etc.

Étape n°1

En réponse à cet article du 12 décembre 2013, Rémi Mathis a ajouté, le jour même, une nouvelle source sur la page de discussion de son article pour justifier sa présence impérative dans l'encyclopédie : un article du Monde du 2 mai 2010, intitulé "La BNF et Wikipédia main dans la main". Le président de Wikimédia m'a également fait parvenir l'article par mail et n'a pas manqué de moquer sur Twitter mon manque de formation à la recherche documentaire, ce qui est assez amusant pour une encyclopédiste citant des sources fausses sur sa propre page. J'ai en effet prouvé - avec l'aide de deux documentalistes professionnelles de ma connaissance que je remercie ici - qu'il n'existe pas d'article du Monde consacré à Rémi Mathis en décembre 2010, ce qu'aucun wikipédien un tant soit peu consciencieux n'avait vérifié à l'occasion du premier débat sur la suppression de sa page.

Or non seulement l'article envoyé ne correspond pas à la date de la source alléguée dans le premier débat mais surtout il n’est en rien consacré à Rémi Mathis : celui-ci y est cité dans une partie de paragraphe comme un simple exemple de wikimédien, comme on peut le constater :

Il n'existe donc aucune source centrée sur Rémi Mathis en 2010 permettant, en vertu des critères d'admissibilité de Wikipédia, de justifier la création de sa page personnelle en 2012.

Étape n°2

Le 14 décembre 2012, sur Twitter, j’ai produit l’article et interrogé Rémi Mathis, qui m’a alors publiquement accusé de « contrefaçon » m’exposant à « trois ans de prison » pour ensuite me qualifier de « petit délinquant » et de « troll monomaniaque », sans jamais répondre sur le fond. Sur son blog, Rémi Mathis m'avait déjà accusé d'avoir eu un « comportement malsain » en voulant enseigner à mes élèves « la malhonnêteté et l'égoïsme » et le « mépris du travail des autres » et préférant - sans doute à ce titre - prendre la défense des élèves qui recopient leurs devoirs sur Internet.

A noter que - pour ma part - je n'ai jamais invectivé M. Mathis.

Une seconde demande de suppression anonyme a été effectuée sur sa page le 27 décembre 2012, sans succès.

Étape n°3

Une troisième demande, le 10 janvier 2013, a abouti à l'ouverture d'un second débat très instructif. Les échanges ont été très vifs et très suivis et j'invite tout le monde à les lire attentivement. Un certain nombre de Wikipédiens ont considéré que cette page causait plus de tort à Wikipédia qu'elle ne rendait service à la connaissance.

On a pourtant pu voir dans ce débat les arguments les plus divers : demande de suppression irrecevable pour des raisons de délai, légitimité incontestable du vote précédent, sources suffisantes, notoriété attestée, appartenance à Wikimédia etc. Les votants en faveur de la conservation ont eu la pudeur de ne pas évoquer l'origine de la page ou l'absence de source centrée de plus de deux ans, un des votants évoquant même « la psychorigidité face aux critères d'admissibilité ». Ceux dont la page a été supprimée apprécieront.

A l'inverse, les votants pour la suppression ont pu découvrir, grâce à une contributrice opiniâtre enquêtant sur la notoriété scientifique alléguée de Rémi Mathis, que l'ensemble de ses contributions servaient en définitive autant Wikipédia que lui-même, dans un système que cette contributrice courageuse qualifie d'« auto-promotion de ses publications personnelles sur wikipédia ».

De mon côté j'ai découvert que non seulement sa page avait été créée et sourcée par deux de ses connaissances wikimédiennes mais que les mentions élogieuses sur la page de Rémi Mathis (« bon connaisseur de l’histoire diplomatique du XVIIe », « Janus de la transmission », « Militant de la diffusion de la connaissance ») étaient le fait d'un confrère anonyme de Rémi Mathis, BiblioParis, membre de Wikipédia n'ayant curieusement contribué qu'à la page de celui-ci.

Contrairement à la règle, le débat a été clos prématurément à deux reprise en faveur de Rémi Mathis : une première fois au bout de deux jours de discussion à peine, une seconde fois au bout de huit jours, alors même qu'aucun consensus (au sens wikipédien du terme, c'est-à-dire 2/3 des votes) ne s'était dégagé ni en faveur de la conservation ni en faveur de la suppression. La seule majorité pour la conservation a pour cette fois suffi : il est vrai que, compte tenu de la radicalité des débats (38 pour la conservation, 23 pour la suppression), un "consensus" pour la conservation constituerait de toute façon une franche absurdité.

Seul vrai progrès : pour la première fois, Rémi Mathis n'est plus intervenu directement dans une discussion sur sa page personnelle.

Petits arrangements entre amis sur Wikipédia

La page de débat a depuis été protégée, contrairement aux usages, ce qui n'a pas manqué de relancer le débat sur le Bistro de Wikipédia.

Conclusion

La page de Rémi Mathis est donc à ce jour conservée, enfin débarrassée de son bandeau disgracieux de demande de suppression, qui jetait - il est vrai - une intolérable suspicion sur un article à l'impérieuse nécessité. Rémi Mathis n'avait-il pas déjà protesté contre le bandeau "Article sans source" indûment apposé à sur son article ?

Réjouissons-nous : avec la page nécessaire du président de Wikimédia, l'esprit encyclopédique a heureusement triomphé et le « mépris du travail des autres » a cédé la place à la discrète promotion de son propre travail.

Commentez sur le forum