"Comment j'ai pourri le web"

Plus d'informations
22 Mar 2012 12:05 #67 par chattabatta
Réponse de chattabatta sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
C'est une belle étude de cas.

La recherche documentaire est une discipline qui s'apprend. Cependant, il me semble que la question n'est pas de savoir si le Net est une source fiable ou si les jeunes y sont préparés !

La première question qui se pose c'est pourquoi faut-il attendre l'université pour être initié à la méthodologie de recherche documentaire (en tout cas en Belgique).
L'école de type Freinet que fréquente mon enfant s'applique à apprendre aux élèves les bases de la recherche documentaire dès la première primaire via un centre de documentation alimenté par les familles. les enfants peuvent à tout moment décider de s'y rendre. Un adulte accompagne alors l'enfant dans sa recherche et lui explique comment bien chercher l'information. Ensuite, ils doivent la rendre en classe devant le groupe qui en discute.

Ensuite la deuxième question qui se pose : les livres sont-ils à ce point plus fiables qu'Internet. Le plagiat existe depuis des lustres... et certains livres ne sont pas fiables, sont tendancieux ou mal écrits et donc mal interprétés.

Enfin, des cours d'intégrité et d'éthique concernant le matériel intellectuel devraient être dispensés beaucoup plus tôt. Il ne s'agit donc pas d'Internet en soi, mauis de tout ce qui touche à l'information en général.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Anonymous
  • Visiteur
  • Visiteur
22 Mar 2012 12:06 #68 par Anonymous
Réponse de Anonymous sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Certes, encore faudrait-il avoir lu ce texte

aviamo dit: ... Enfin, vous devriez voir dans les résultats très probants de votre "coup" un signal d'alarme : celui de lycéens qui n'ont visiblement pas assez de confiance en eux pour tenter de faire un simple commentaire par eux même, de peur d'oublier un point ou de choisir une mauvaise partie...

"je leur ai démontré que, davantage que la paresse, c'est un manque cruel de confiance en eux qui les pousse à recopier ce qu'ils trouvent ailleurs"


Ayant été utilisateur du net quasiment dès ses début je pense être ni plus ni moins qualifié que quiconque pour en parler.
Or je ne vois vraiment pas en quoi wikipedia est sacré.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 12:16 #69 par Jean-José
Réponse de Jean-José sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Que d'efforts fournis pour une conclusion aussi évidente !
Attention, gros scoop : En 2012, la plupart des élèves vont chercher l'inspiration sur le web !!! Ouah, truc de ouf !!!

Plus sérieusement, cette expérience a le mérite d'être très drôle et donne un bon exemple aux élèves des écueils à éviter de l'usage d'internet. Mais les enseignements que vous tirez sont complètement à côté de la plaque.

"je ne crois pas du tout à une moralisation possible du numérique à l'école" : donc mieux vaut nier l'existence omniprésente de cet outil... Cette attitude n'est qu'une capitulation face à la difficulté.

"on ne profite vraiment du numérique que quand on a formé son esprit sans lui" : comme s'il était possible, en 2012, de "former son esprit" sans internet, alors que nombre d'enfants d'un ou deux ans savent se servir d'un iphone... C'est aussi idiot que de dire, au début du XXème siècle, qu'on avait jamais été aussi endurant que lorsqu'on avait été obligé se déplacer à pied et non en automobile (on peut donner un exemple équivalent avec toutes les inventions importantes).


Votre solution de censure/interdiction/négation d'internet dans l'éducation ne peut mener à rien, comme tout refus d'une évolution inévitable.

La vrai problématique est "comment bien former son esprit malgré internet".
Et je pense que la politique de sensibilisation des élèves aux "NTIC" va justement dans ce sens, ou du moins a le mérite d'essayer.

Ma conclusion à moi c'est qu'il est désolant qu'un prof qui semble compétent soit aussi rétrograde dans sa vision de l'éducation.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 12:17 #70 par Msebastien
Réponse de Msebastien sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Voici ma réponse à votre expérience pédagogique navrante
[url] http://interim.over-blog.com/article-comme-je-suis-nul-le-en-pedagogie-j-ai-pourri-le-web-102066436.html [/url]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 12:19 #71 par mrjay42
Réponse de mrjay42 sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Je me présente : ingénieur en informatique (master en Systemes d'informations) + 3 ans d'XP dans le métier + reprise d'étude : master en informatique embarquée et avant ça : licence d'économie, DUT de gestion.
Cela ne me défini pas entièrement, mais ça répond en gros à la question "D'où je parle".

Dans votre article, je trouve que votre procédé est génial et je trouve que vous avez réussi à prouver une chose importante : plutôt que d'ouvrir un livre, vos élèves se sont précipités sur le web pour y chercher des informations.
Ce qui est dommage dans la démarche des élèves c'est qu'ils ont pris les informations trouvées sur le web pour argent comptant et n'ont pas chercher à faire des recoupements avec un livre ou un autre média.

Mon problème par rapport à votre article c'est que je trouve que peut-être vous ne mettez pas assez en doute la légitimité des différents médias :
Vous avez prouvé la fragilité de l'utilisation du web et la fragilité des informations que l'on peut y trouver
Mais qu'en est-il de l'utilisation des livres ?
Dans tous les domaines que j'ai étudié, dans le cadre des études, ou par passion il y a des "bons" bouquins et de "mauvais" bouquins.
Quand je dis bons ou mauvais bouquins, je ne parle pas du style. Je parle bien du fond, des idées défendues dans tel ou tel bouquin.
A tel point que je suis devenu méfiant envers les bouquins, j'ai donc matérialisée cette méfiance sous la forme suivante :
"Ce n'est parce qu'un auteur a écrit un bouquin au XIX siècle ou avant, que ça prouve quoi que ce soit".
(Pardon, pour le style, mais j'avais 17 ans quand j'ai formulé cet axiome; après la lecture des Confessions de Rousseau, je me suis dit que ce n'étaitt pas possible qu'on ait érigé ce livre au rang de référence que toute une génération doit obligatoirement lire)
(Mon petit théorème s'est trouvé confirmé par la suite grace à l'économie : "science" où de toute façon quand un auteur écrit "A" à l'instant "X", alors à l'instant "X+1" on sait très bien qu'il aurait du écrire "B")

Mon but est d'essayer de vous dire que la fragilité du média "livre" est tout à fait comparable à celle du média "web". La différence entre ces deux médias c'est que la fragilité de l'un n'a pas les mêmes déterminants que la fragilité de l'autre.

Dans votre démarche du web, vous avez non pas pourris le web, mais pourris la logique du web. En faisant une petite métaphore vous êtes rentrés dans LA (admettons qu'il n'y en ait qu'une) bibliothèque de votre ville, vous avez arraché la page d'un livre et remplacé cette page par une autre : procédé complexe à mettre en place...mais son équivalent numérique est, lui, très facile à réaliser : je vais sur Wikipédia, j'édite une page, j'enregistre n'importe quel information en adoptant un style crédible...

La légitimité des informations qu'on trouve dans un livre est dépendante du moment où le livre a été écrit : or, quand il s'agit de science (n'importe laquelle : "molle" ou "dur"), ou quand il s'agit d'art : , les livres sont quand même hyper-dépendant du paradigme dominant à l'époque ou l'ouvrage à été écrit (que ce soit en termes de styles, ou d'idées).
De plus, quand vous lisez un livre qui vous garantit qu'il ne contient aucun plagiat ? aucune inspiration en provenance d'une obscure théorie défendu dans un autre pays, par un autre auteur quelques années auparavant.
Non, décidément, je ne peux pas faire "gratuitement" confiance à un ouvrage sous prétexte que c'est un livre ou sous prétexte qu'il a été écrit par un auteur de renom.
Des exemples ?
Hmm...Jean Bodin ? Un économiste qui a écrit une théorie sur la quantitativité de la monnaie toujours enseignée aujourd'hui mais qui en parallèle écrivait des bouquins sur la Démonologie...Avec le même sérieux...Ce n'était pas pour faire une blague :)
Donc, je suis jeune, ma prof' d'éco me parle de Jean Bodin, je tombe sur un bouquin écrit par Jean Bodin et qui parle de Démonologie :
Réaction numéro 1, je lis le bouquin et j'y crois...parce que l'auteur a été légitimé par ma prof
Réaction numéro 2, je me dis que peut-être l'auteur était un tout petit peu dérangé, complètement engouffré dans les modes de son époque et que donc éventuellement ce qu'il dit n'est pas toujours super-fiable.


Bref, vous déconseillez l'éducation au web :
"A mon sens l'éducation au web n'est pas nécessaire : nous en sommes, nous les autodidactes du numérique qui appartenons aux générations précédentes, les meilleurs exemples."
Pour moi il n'y a rien de plus faux.
Et les soit-disant générations autodidactes, pardon, mais je n'y crois pas une seconde.

Je ne vais pas essayer de le prouver, je vais juste vous dire que ce que vous avez mis en place pour tromper vos élèves prouve que vous n'êtes pas un utilisateur lambda : ne confondez pas le fait que ce que vous avez fait est simple à faire et que donc tout le monde PEUT le faire avec le fait que tout le monde pourrait SAVOIR le faire.

Pour les autodidactes d'aujourd'hui (je dis ça en général pas contre vous en particulier), voilà ce que je résumerai :
Ce n'est pas parce que vous savez ouvrir un navigateur, utiliser Facebook et Google et trouver une information que vous un utilisateur "avancé".
A mon avis :
Quand on maîtrise les informations qui rentrent et qui sortent de son ordinateur, quand on est conscient des risques que l'on encours sur un réseau, quand on comprends que Internet c'est pas juste "le web" (mais aussi : les mails, irc, les newsgroup, le ftp, etc etc etc), quand on sait ce qu'il y a d'installé sur son ordinateur, quand on sait qu'il n'y a pas QUE Wikipedia, Google, Microsoft, Facebook et Apple...Alors oui, on commence à mériter son statut d'internaute averti et d'utilisateur avancé. Sinon ? Bah sinon, on fait toujours parti des pigeons qui se font exploités. (PS : je dis ça en toute modestie : je ne suis pas capable de contrôler ce qui rentre et ce qui sort de mon ordinateur, c'est pour cela que j'utilise Linux, système me garantissant un minimum d'honnêteté et d'intégrité quant aux processus qui fonctionnent par défaut quand on l'installe, c'est pour cela aussi que je n'ai pas de compte Facebook et que j'ai supprimé mon compte Twitter, c'est pour cela aussi que je ne donne mon vrai nom sur Internet uniquement quand je passe commande sur un site de VPC (bien obligé), et pour ma vie professionnelle (pour qu'on puisse savoir ce que j'ai fait jusqu'à présent))

Pour moi :
Il faut éduquer au web au cours du collège et avec un rappel massif en début de lycée afin de :
Savoir protéger sa vie privée : faire comprendre aux élèves l'importance de leurs informations personnelles
Savoir protéger son ordinateur
Inculquer la politique de la prudence systématique
Prouver à des élèves par A+B qu'on peut tout savoir sur eux.

Un petit lien expliquant que Wikipedia est considéré comme autant fiable que l'encyclopédie Britanica :
http://news.cnet.com/2100-1038_3-5997332.html


Enfin, je me permettrai d'alléger un peu mon propos, en citant une "quote" du site Bashfr, prouvant selon moi à la fois : la qualité des informations que l'on trouve sur le net et ce qu'elles permettent de faire :
http://danstonchat.com/10389.html

L'histoire est celle d'un Ado qui cherche à obtenir des infos sur une fille qui l'interesse :

<Drien> En fait j'ai commencé par regrouper les infos que je savais sur elle: son prénom, elle habitait Nevers, dans un quartier "chaud", comme elle disait, et elle passait en seconde.
<Drien> Donc j'ai lancé Google Earth, go au dessus de Nevers, et j'ai commencé à scruter, à la recherche d'immeubles, de trucs comme ça.
<Drien> Au bout de 5 minutes, je trouve ce qui ressemble à des HLM. Je file sur le site de la mairie de Nevers et matte la liste des collèges de la ville, ainsi que leur adresse. Je les rentre tous dans Earth et fous un repère à leur emplacement.
<Drien> J'analyse géographiquement leur proximité avec les immeubles repérés, puis j'en sélectionne un, le plus proche des HLM.
<Drien> Je file sur le site de l'académie de Dijon, et go la section des résultats du BEPC, accessibles à tous, où sont répertoriés tous les élèves l'ayant obtenu (elle était en troisième, tu suis ?).
<Drien> Je repère le collège sur le site, et commence à mater tous les noms de A à Z, en regardant si je trouvais un prénom correspondant.
<Drien> Et là, au bout de 5 minutes, j'en trouve un qui correspond. Go Facebook, une correspondance trouvée ! Et c'était bien elle !
<Drien> Je l'ai ajoutée, et depuis je suis heureux.
<Samo> Et tout ça pour dire à tes geeks de potes : "J'ai une fille dans mes contacts Facebook" ?
<Drien> ué.
<Samo> Tu es terrifiant, parfois.

Voilà, je pense que là y'a de quoi prouver qu'il faut former les jeunes aux NTIC pour éviter ce genre de situation.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 13:54 #72 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

moi dit: C'est une expérience intéressante, et je ne doute pas que vous êtes un bon professeur, mais dites vous bien que :
- c'est parfois très difficile de savoir comment faire et l'aide sur internet est simple (bah oui aller demander à un prof c'est pas forcement évident, je dirais que sur internet c'est plus passif)

Croyez-moi, je suis très ouvert aux questions.

moi dit: - pourquoi suivre plus les enseignements d'un prof que de quelqu'un sur internet? (on pourrait ainsi faire l'amalgame entre un journaliste à la télé et quelqu'un sur internet, qui croire ? celui qui fait ça sur son temps libre et qui parle de sa passion ou l'autre qui est payé et susceptible de ne pas savoir qu'il dit n'importe quoi/a qui on file des fiches qu'il lit). L'important est de choisir ses sources. Je fais confiance à Internet car ce qui est faux à des chances d'être corrigé alors que ce qui est faux dans le cours d'un enseignant (erreurs volontaires ou non) ne le sera jamais.

Mon commentaire était nul mais je peux vous garantir, en tant que professionnel de l'enseignement des lettres, que la plupart des commentaires corrigés que l'on trouve sur les sites payants sont tout aussi mauvais. Vous dites que l'important c'est de bien choisir ses sources : oui, quand il s'agit d'une recherche documentaire. Ce qui n'était pas du tout le cas ici : il n'y avait aucune recherche à faire.

moi dit: -je ne cautionne pas ceux qui payent pour du tout fait mais là encore, on vous paye bien pour donner des cours, des gens peuvent bien se faire payer pour rédiger des dissertes.

Curieux raisonnement qui s'appliquer à la fausse-monnaie. ET vous êtes bien naïf de croire que ceux qui mettent en ligne des corrigés en sont les auteurs...

moi dit: -Comme quelqu'un le dit plus haut, on ne récompense peut être pas assez la créativité? À méditer
- En tout cas je me rappelle de ma première disserte, en première (S) et je n'avais aucune idée de ce que je devais faire, contrairement aux maths ou on a le cours et des exercices corrigés, dans ce cas on part de rien, on y passe du temps et au final ça ne paye pas (11 ou 12 sur 20 avec un coeff de merde pour des heures passées à écrire contre des 15 en maths et physique avec un bon coeff moins de temps passé et moins d'inconnu) et le choix est vite fait.

Vous jugez une discipline par votre expérience personnelle négative, c'est dommage. Quant à la créativité, vous ne faites pas ce reproche aux mathématiques.

moi dit: -Sur la partie de la triche en cours, j'ai parfois l'impression qu'on demande de savoir des choses inutiles ou trop de choses, par exemple les formules en physique, on se fait une fiche et on les retrouve plus tard, dans le milieu professionnel on ne demande pas au gens d'apprendre par cœur, on apprend au fur et a mesure. (calculatrice vs calcul mental, même combat)

On sort du sujet. Vous aimeriez un médecin qui consulte son Vidal avant d'émettre un diagnostic ?

moi dit: Internet n'est que le reflet de notre société. Il rend juste les choses plus accessibles.

Précisément non, puisque ce poème est resté inaccessible aux élèves. La culture ou l'esprit critique ne sont pas des choses en dehors de nous.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 14:04 #73 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

Jean-Philippe dit: Le même type d'expérience avait été mené par un de mes collègues d'Histoire-géo l'an passé, qui avait créé de toutes pièces un révolutionnaire russe au parcours rocambolesque "pour apprendre aux élèves à adopter une posture critique sur le web".
Outre quelques réserves quant à légalité de la démarche (l'utilisation d'une fausse identité), je lui ai opposé l'idée que cette initiative démontrait tout juste que les élèves avaient peu d'esprit critique en général, car le même piège aurait pu être tendu avec des documents en papier, de faux ouvrages et de faux articles.

Sauf qu'un commentaire composé ne nécessite la consultation d'aucun document !

Jean-Philippe dit: La démarche employée elle-même me semble avoir peu de valeur pédagogique: face à une génération qui semble-t-il a une très faible estime d'elle-même, je ne crois pas nécessaire de valider par l'exemple cet auto-dénigrement.

Je peux en convenir, mais croyez bien que je me suis efforcé de montrer toute ma bienveillance à l'égard de mes élèves, qui me le rendent bien. Avec cette petite supercherie, j'ai surtout voulu leur apprendre à se protéger car c'est mon rôle de professeur de les préparer.

Jean-Philippe dit: Comme le souligne le commentaire précédent, la réflexion à avoir me paraît plutôt devoir porter sur les modalités mêmes des évaluations scolaires: les élèves n'ont pas attendu l'arrivée d'internet pour produire des compositions stéréotypées, copiées-collées (notamment d'annabac) et insipides, dans le but de coller à ce qu'ils pensent être les exigences de l'institution.

Annabac n'a jamais fourni des corrigés de commentaires composés tout prêts ! Et jadis on ne pouvait pas accéder à des ressources externes quand les devoirs avaient lieu en classe, ce qui n'est plus le cas.

Jean-Philippe dit: Certes ils ont désormais un accès simplifié à des informations face auxquelles ils font souvent preuve de naïveté, mais plutôt que de constater, penaud, les ravages de ce phénomène sur des jeunes "qui ne sont pas suffisamment mûrs pour l'appréhender correctement", la mission des profs me semble plutôt être de prendre acte de la chose et de faire en sorte d'accompagner les élèves dans ce nouveau rapport à l'information en leur donnant suffisamment d'outils intellectuels.
Mes élèves me disent souvent que je suis le seul prof qui ne leur défend pas d'utiliser wikipedia. Cela ne cesse jamais de m'étonner: quoi qu'on puisse leur dire, ils utiliseront wikipedia. Alors autant faire avec et leur apprendre à l'utiliser convenablement.

Je ne vous jette pas la pierre et mon article ne remet pas en cause Wikipédia, même si c'est une source d'information à utiliser avec beaucoup de précaution. Ici, je constate surtout les raccourcis dans la pensée et le manque de rigueur.

Mon expérience personnelle en lettres m'amène à penser que les élèves seront mieux armés pour affronter le net s'ils disposent d'une culture et d'un esprit critique. Ne pas mettre la charrue avant les bœufs.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 14:05 #74 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

alyv54 dit: Si seulement cela pouvait faire découvrir à certains collègues qu'il y a d'autres auteurs que Baudelaire ou Voltaire...

Il n'y en a pas d'autres ! :mrgreen:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 14:30 #75 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Hdt, merci pour votre longue contribution posée et approfondie.

Hdt dit: La seconde raison, qui a beaucoup plus d'impact auprès des élèves et qui est selon moi sous-estimée par les professeurs, c'est la peur de l'échec, et surtout de ses conséquences (notes, travail supplémentaire etc... peu importe). C'est cette peur qui engendre le manque de confiance des élèves.

Vous avez raison, bien sûr.

Hdt dit: Ils ont deux semaines pour essayer de comprendre un vieux poème, d'un auteur dont ils n'ont jamais entendu parler, qui n'est pas ce qui se fait de plus facile à analyser. Si on ajoute à cela que leur commentaire doit suivre plusieurs règles (que vous leur avez, je suppose, expliquées) et surtout que son contenu doit vous convenir (toujours cette peur au sein des élèves), ils se retrouvent face à plusieurs questions (je parle à ce moment de ceux qui n'ont pas sombré dans la facilité et qui n'ont pas juste cherché un devoir tout fait sur internet

En l'espèce j'avais bien détaillé la méthodologie du commentaire composé et nous avions étudié le mouvement baroque dans une première étude d'ensemble. Les élèves avaient des armes pour affronter ce texte.

Hdt dit: - Comment fait-on [un commentaire/une dissertation/n'importe quoi d'autre] ?

C'est une question très délicate puisque chaque commentaire est propre à chaque texte et à chaque élève. Il faut, pour pousser le paradoxe, réinventer le commentaire à chaque fois, et c'est ce qui fait, puisqu'il n'y a pas de recette, la richesse et la profondeur de cet exercice sans équivalent. On peut évidemment donner des pistes techniques, orienter les élèves, leur apprendre à identifier la progression d'un texte ou à dégager une problématique, mais à la fin, dans tous les cas, l'élève est seul face au texte. Le commentaire est une rencontre d'un texte et d'un élève.

Hdt dit: - Mon analyse est-elle correcte ? Cette question rejoint elle aussi le manque de confiance des élèves. Car même si le plan suivi est bon, si l'avis qui est exposé est totalement hors sujet, on s'expose toujours à cette mauvaise note qui nous fait si peur. Et c'est à ce moment là que l'envie de copier commence à être très tentante. Pas par facilité (on a déjà galéré à faire un plan, on est trop désespéré pour l'effacer) mais par peur. "J'ai un avis qui me semble cohérent, mais qui est l'exact opposé de ce qui se dit dans ce commentaire sur internet qui semble être une source sûre, qui a été validé par les différents intervenants du site, vais-je tenter le diable (et risquer de faire chuter ma moyenne) ou vais-je me ranger à l'avis qui semble être celui de la majorité ?"

Précisément je voulais leur montrer qu'ils raisonnent à l'envers : c'est en recopiant ce qu'ils ne comprennent pas qu'ils '"tentent le diable". Le corrigé que j'ai crée comporte un énorme contresens de lecture. La majorité ne fait pas foi, seul l'esprit critique doit prévaloir, vous en conviendrez, je pense.

Hdt dit: Le choix est certainement mauvais, votre expérience le prouve, mais n'en est pas moins justifié. Et ce n'est pas complètement la faute de l'élève (toujours celui qui n'a pas délibérément fait uniquement un copier/coller), ni celle de l'enseignant (qui va pourtant sanctionner toute erreur).

Vous l'aurez compris, loin de moi l'idée que tout est de la faute des élèves. ;)

Hdt dit: Dans un sens, je trouve votre expérience intéressante pour vos élèves, car elle leur montre justement que ce qu'ils vont trouver sur internet n'est pas forcément une vérité absolue, mais elle risque aussi d'avoir des conséquences assez négatives, au niveau de leur autonomie, en les incitant à ne plus faire confiance aux informations qu'ils pourront trouver.

Mais c'est très bien, justement. La confiance ne doit pas être innée.

Hdt dit: Et selon moi, au contraire de ce que vous préconisez, je trouve qu'il est indispensable de prendre en compte internet dans l'éducation, pour deux raisons, c'est un outil qui fait déjà partie de la vie courante des élèves, il vaut mieux les guider dans son utilisation plutôt que d'essayer vainement de les éloigner, et parce que, bien utilisé, c'est une formidable source de connaissances. Car c'est ce que vous voulez, que les élèves aient le recul et la maturité nécessaire pour profiter de la technologie. Pourquoi dans ce cas, au lieu de les piéger, ne pas leur montrer un usage correct d'internet ? Comment chercher des informations sur des œuvres littéraires ? Que faire des informations trouvées ? Les garder, les reformuler, s'en servir de base, ne pas en tenir compte ? Car là, vos élèves ont été piégés, ils vont éviter d'utiliser internet à l'avenir pour vos devoirs. Mais est-ce réellement une bonne chose de laisser de côté un source d'information pareille ?

On peut certainement faire un usage utile d'internet mais les exemples que vous proposez sont anecdotiques par rapport à ce que l'on souhaite faire naître chez des élèves de Première.

La question que vous posez est légitime, je ne l'écarte pas. Je ne fais dans cet article qu'exprimer ma conviction profonde pour l'enseignement de ma discipline, les lettres, que des sites comme Oboulo ou Oodoc sont en train de faire sombrer.

Hdt dit: Sur la manière de faire, bien qu'amusante et élaborée, je trouve cependant beaucoup à redire aussi. En effet, en dehors du fait que vous ayez pu induire d'autres personnes en erreur, c'est aussi une manipulation que vous auriez pu faire uniquement au sein de vos classes. Le pseudo-commentaire lamentable que vous avez mis à disposition, donnez le à vos élèves en début d'année, ça reviendra au même.

Oui et d'ailleurs je l'ai fait cette année avec mes élèves !

Hdt dit:

Je crois qu'avec cette expérience pédagogique j'ai d'abord démontré aux élèves que les professeurs peuvent maîtriser les nouvelles technologies aussi bien qu'eux, voire mieux qu'eux.

Je vous trouve un peu présomptueux. C'est comme changer le statut facebook d'un ami qui ne s'est pas déconnecté, c'est marrant mais ça ne fait pas de vous un pirate pour autant. Créer un compte sur wikipédia pour y écrire n'importe quoi c'est un peu pareil, ça ne prouve pas que vous maîtrisiez quoi que ce soit (si ce n'est l'utilisation d'un clavier et d'une souris). La seule chose que vous avez prouvé c'est que vous aussi vous utilisez internet, et que vous n'êtes pas complètement dupe vis-à-vis de ce que font vos élèves.

Oui c'est un peu présomptueux... même si je sais pour ma part faire beaucoup d'autres choses.

Mais vous ignorez peut-être que les élèves pensent que nous sommes des dinosaures, coupés du numérique. Je voulais leur montrer qu'ils se trompent et que souvent nous faisons, nous les professeurs, un usage bien plus profitable du numérique que leur supposée génération de digital natives : la plupart d'entre eux savent se connecter à des réseaux sociaux ou jouer en ligne, mais mettre un document en page dépasse souvent leur capacités. :roll:

J'excepte quelques-uns de mes élèves, plus débrouillards en informatique et qui se reconnaîtront ici. Ce sont des exceptions. ;)

Hdt dit: Bref, j'espère avoir été assez clair malgré mon manque flagrant de style littéraire et les quelques coquilles qui doivent subsister ici ou là.(Ce n'est que mon avis, je ne l'ai recopié nulle part, alors ne me mettez pas une trop mauvais note s'il vous plaît ;) )

Merci pour votre réflexion équilibrée !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 14:33 #76 par media
Réponse de media sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Bonjour,

Au vu des nombreuses réponses (j'ai vu le message abondamment retweeté et je l'ai moi-même propagé sur FB), je pense qu'il y a des choses à faire.

Premier constat : Personne n'a jamais été vraiment formé à Internet, voire l'informatique, à l'école :

> De la génération 73, j'ai vu des Thomson TO8 avec stylet tactile, déplacé une tortue sur l'écran en langage LOGO, admiré des MO5, et puis c'est tout. Les enseignant n'avaient pas reçu de formation.
> Mes enfants ont des cours d'initiation. Il y a un P3 dans la classe de ma benjamine, utilisé principalement pour consulter des photos numérisées réalisées lors des sorties pédagogiques. Mon fils, pré-ado, a eu quelques fiches de cours sur les éléments constitutifs d'un ordinateur, et leur utilité. Créer un fichier sous Windows, renommer, déplacer, voilà où il en est.

Là, il y a une vraie fracture dans les rôles : à la maison, mes enfants me voient utiliser les ordinateurs (c'est mon métier), et en général dans les foyers le taux d'équipement est très élevé : tout le monde ou presque surfe sur internet chez soi.

Résultat : j'entends quelques enseignants dire que "de toutes façons, les élèves connaissent bien souvent mieux Internet que les enseignants." Constat d'échec !
Pourquoi baisser les bras ? D'autre part, les enfants/ados connaissent, comme il a été dit plus haut, quelques "pans" d'internet : portail de jeux, réseaux sociaux type Facebook ou Hi5, et Google. Or Internet ne se résume pas à ça.

Votre expérience a mis en avant le manque de confiance en soi des élèves et le réflexe paresseux d'aller chercher les réponses via l'Oracle Google. D'une manière plus générale, le manque d'esprit critique s'applique à Internet dans sa globalité comme dans la vie "tout court". Voir à ce sujet l'excellent film "Chat Room" qui traite de la manipulation (et de l'impact de simples interactions) auprès des jeunes publics. CF. http://www.vigilance-internet.com/comme ... s-ados.php

L'éducation est possible, à la maison comme à l'école. Des méthodes pédagogiques nouvelles peuvent être testées.

J'en veux pour preuve l'adoption du multimédia dans les approches vis-vis des élèves, comme a pu le faire ce prof de math aux US. C'est très bien expliqué dans cette petite vidéo en ligne, n'oubliez-pas de mettre les sous-titres en français, je trouve l'approche géniale et moderne :

http://www.ted.com/talks/dan_meyer_math ... eover.html

(En résumé, plutôt que de partir de l'énoncé classique "combien de temps faut-il pour remplir un réservoir avec les variables suivantes...", il filme le remplissage (très lent) dudit réservoir et le visionne aux élèves, jusqu'à ce que ceux-ci, exaspérés, disent "bon, sang, combien de temps cal va-t-il prendre pour remplir ce foutu réservoir ?" Et là, bingo, la réflexion est lancée, avec discussion et partage des idées, à l'initiative des élèves et non pas à sens unique comme traditionnellement.

Bref, il faut éduquer à l'utilisation d'Internet et à l'application du sens critique. C'est possible avec Internet (comme le montre votre expérience), sans internet (réflexions sur l'autorité/légitimité d'un auteur "papier"), sur l'intérêt financier qui transforme toute relation, sur le marketing qui tente de biaiser cette relation, etc... Il faut COM-MU-NI-QUER, de manière active, pas passivement via la télé ou le web. Il faut être acteur et s'approprier les choses, confronter ses idées.

Mes meilleurs souvenirs d'école sont ceux liés à des professeurs qui avaient une vraie personnalité et n'avaient pas peur de la mettre en avant. Nous savions tous qu'ils n'étaient pas parfaits, mais cela les rendait humains et passionnés. La passion de la justice, de l'autonomie, du droit à l'erreur, de la liberté de penser et du sens critique, quelle belle transmission !

Désolé, mon message est dispersé et sort pas mal du cadre de la discussion. Je suis convaincu et positif : il y a de belles choses à faire pour l'éducation grâce et via internet. Et il faut défendre les bons côtés du web. Enfin, il ne faut pas en avoir peur.

Sortons de l'esclavagisme de la communication web : réapproprions-nous les espaces numériques !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 14:34 #77 par DM
Réponse de DM sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Voir mon billet ici :
http://david.monniaux.free.fr/dotclear/ ... e%C2%A0%21

En résumé, les exposés-pompages d'encyclopédies et de bouquins plus ou moins fiables, et les copiages d'éditions critiques sans comprendre celles-ci, ça existait quand j'étais adolescent, rien de neuf. Quant à l'esprit critique, il est largement découragé dans l'enseignement secondaire, non?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 15:12 #78 par Jean-José
Réponse de Jean-José sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
@DM
Votre article est bien plus intéressant et abouti que celui duquel cette discussion est partie.

Bravo.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 15:14 - 26 Avr 2014 19:00 #79 par Sprinteur
Réponse de Sprinteur sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
C'est peut-être une déformation de prof d'informatique en fac de droit, mais je trouve une objection essentiellement éthique à cette démonstration visant à prouver qu'un prof peut piéger ses élèves.
Un prof peut-il donner l'image qu'on attend de lui en dégradant une bibliothèque publique, en usurpant des identités, en se mettant en scène à se répondre à lui-même, en donnant un sujet qui est en fait une mine amorcée pour prouver qu'il a raison ?
Du temps du papier on pouvait aussi emprunter un bouquin à la bibli du bahut, en remplacer certaines pages par d'autres fantaisistes, puis remettre l'ouvrage en place et donner à ses élèves un sujet traité dans le bouquin.
Réparé ou pas, d'ampleur minime ou sur un sujet abscons, ça ne change rien, c'est du vandalisme, ça relève du "même pas cap" du gamin qui parie qu'on peut casser la vitre du gendarme quand il a le dos tourné, et qui en plus "montrerait patte blanche" en faisant quelques menus travaux pour endormir la méfiance. Démontrer que la rue est dangereuse en sortant avec un pistolet même à eau c'est irresponsable.
Wikipedia c'est notre bibliothèque commune, celle de ceux qui partagent leur savoir au lieu de tenter de démontrer qu'ils savent mieux que les autres qui manqueraient de maturité, on y trouve des erreurs et des passions parce que c'est une œuvre humaine, mais le Protocole des Sages de Sion n'a pas attendu le web pour faire des ravages, les bibliothèques de mon quartier avaient dans leurs rayons Le Matin des magiciens comme la collection des œuvres de Tuesday Lobsang Rampa, les œuvres de J.G Ballard au rayon Science-Fiction et non dans les horreurs réservées aux adultes. Tout ce qui est humain est faillible, mais certains et ça n'a rien à voir avec le détestable terme de NTIC issu du plus mauvais pédagogiste, certains donc essaient de jouer collectif pour faire mieux, d'autres choisissent de démontrer perso comme ils sont plus malins.
La tentative est pitoyable et la patiente préméditation du quart d'heure de célébrité à la Warhol rend l'entreprise encore plus navrante : quand des athlètes se préparent des années à affronter les meilleurs pour triompher ou pas dans l'épreuve finale, un prof censé se poser comme modèle ou au moins comme référence utilise fausses identités, dialogues avec lui-même et mesquineries d'orthographe soi-disant crédibles pour se mettre en scène dans l'ombre et prouver qu'en y ayant passé dix fois plus de temps l'enseignant peut piéger l'élève. Mais qui donc en doutait ?
Où est la démonstration ? Quand un étudiant pompe j'imprime l'URL sur sa copie avec quelques références plus pertinentes et je passe à ceux qui ont travaillé, le temps de l'enseignant doit-il être consacré à prouver que les élèves trichent mal ou à transmettre des connaissances disciplinaires ? Que prouve-t-on à démontrer qu'une classe de lycée ne sait pas faire une dissertation ?
Une méthode américaine de légende balance le candidat à l'eau pour voir s'il sait nager, là en plus le prof met des fausses bouées sur le bord pour démontrer que sans lui personne ne s'en sortira. Si le commentaire ou la dissertation sont si mystérieux pour les élèves qu'ils tentent de faire illusion est-ce parce qu'ils sont malhonnêtes dans un web mauvais ou parce qu'ils ne savent pas par quel bout prendre le problème ? La recette a fonctionné pour sortir d'un niveau de jeu de rôle, le principe "clé-serrure" enseigné par les profs de maths ou de physique (la bonne formule, le bon théorème, le bon mot-clé) s'applique largement, c'est au prof de lettres d'en présenter d'autres plutôt que de démontrer que tout ce qu'ils ont appris ailleurs ne sert à rien dans sa matière. Le web n'empêche pas de réfléchir, il permet juste de trouver plus vite des trucs qu'on devait mémoriser ou chercher longtemps avant.
Comme punition je suggère la rédaction d'un Wikilivre sur la technique de la dissertation pour les nuls, la correction humoristique et collaborative du faux commentaire de texte en expliquant le comment et pourquoi (avec remboursement et page de lignes à copier pour ceux qui l'ont acheté), la création d'un forum d'aide aux devoirs animé par l'enseignant qui aime tant se mettre en scène sur le web, et la création d'un site de corrigés gratuits en copyleft pour faire mourir de ridicule et de déshérence les scandaleux exemples cités dont l'auteur a profité sans vergogne. Cela s'appelle améliorer le web et éventuellement rendre service à d'autres, mais ça n'a rien à voir avec le web ou les NTIC, dans la vie comme à l'école, dans votre quartier, votre bibliothèque ou votre bahut, il y a ceux qui pourrissent et ceux qui essaient de faire avancer, c'est juste rare que ceux qui pourrissent le fassent consciemment et viennent s'en vanter.
P. S: Je conserve l'espoir dû à mon optimisme sur le genre humain que toute l'énergie mise au service de cette mauvaise plaisanterie puisse s'investir de façon plus constructive et que le collègue que je viens d'éreinter le prendra philosophiquement, ma devise tirée d'Audiard est souvent "cesse de parler aux cons ça les instruit", là j'ai beaucoup écrit ça devrait rassurer sur la considération que j'ai pour celui qui a lancé le débat.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 15:36 #80 par philippe_nantes
Réponse de philippe_nantes sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
@Sprinter,

La leçon, je pense inoubliable et percutante, qu'ont reçu ces ados, vaut bien les quelques entorses à la netiquette.

Votre analogie concernant les rues dangereuses et les pistolets est hors sujet. Vous auriez plutôt pu parler de vendre aux élèves du sucre glace pour de la cam', à la rigueur, c'était plus dans l'esprit :mrgreen:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 15:44 #81 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

Sprinteur dit: C'est peut-être une déformation de prof d'informatique en fac de droit, mais je trouve une objection essentiellement éthique à cette démonstration visant à prouver qu'un prof peut piéger ses élèves.

Du vandalisme ? Vraiment ? Cherchons la définition sur le Wiktionnaire :

(Néologisme) Commettre un acte de vandalisme, détériorer avec le souci évident de nuire.

C'est vrai que j'avais l'intention de faire mal à ces élèves. Je suis sadique et je leur ai collé un zéro à tous... :D

Sprinteur dit: Du temps du papier on pouvait aussi emprunter un bouquin à la bibli du bahut, en remplacer certaines pages par d'autres fantaisistes, puis remettre l'ouvrage en place et donner à ses élèves un sujet traité dans le bouquin.

Sauf que pour un commentaire composé il n'y a pas à consulter un bouquin...

Sprinteur dit: Wikipedia c'est notre bibliothèque commune, celle de ceux qui partagent leur savoir au lieu de tenter de démontrer qu'ils savent mieux que les autres qui manqueraient de maturité, on y trouve des erreurs et des passions parce que c'est une œuvre humaine

Vous aurez mal lu mon article. Wikipédia n'en est pas la cible : ce n'est pas seulement l'information fausse qui était en cause, mais le raccourci historique que faisaient les élèves.

Sprinteur dit: Où est la démonstration ? Quand un étudiant pompe j'imprime l'URL sur sa copie avec quelques références plus pertinentes

Un commentaire composé étant personnel, il n'y aura jamais d'url pour ça... Vous comparez ce qui n'est pas comparable et oubliez que mon expérience concerne mon seule domaine de compétence, les lettres.

Sprinteur dit: Que prouve-t-on à démontrer qu'une classe de lycée ne sait pas faire une dissertation ?

Qu'il faut repartir de zéro un an avant le bac.

Sprinteur dit: Le web n'empêche pas de réfléchir, il permet juste de trouver plus vite des trucs qu'on devait mémoriser ou chercher longtemps avant.

Il n'y a rien à mémoriser ou chercher pour cet exercice...

Sprinteur dit: Comme punition je suggère la rédaction d'un Wikilivre sur la technique de la dissertation pour les nuls, la correction humoristique et collaborative du faux commentaire de texte en expliquant le comment et pourquoi (avec remboursement et page de lignes à copier pour ceux qui l'ont acheté), la création d'un forum d'aide aux devoirs animé par l'enseignant qui aime tant se mettre en scène sur le web

Je ne vous ai pas attendu pour le faire... Ah ! voilà qui ne colle pas avec l'image de réactionnaire que vous voulez me coller...

Sprinteur dit: Cela s'appelle améliorer le web et éventuellement rendre service à d'autres, mais ça n'a rien à voir avec le web ou les NTIC, dans la vie comme à l'école, dans votre quartier, votre bibliothèque ou votre bahut, il y a ceux qui pourrissent et ceux qui essaient de faire avancer, c'est juste rare que ceux qui pourrissent le fassent consciemment et viennent s'en vanter.

Prenez-vous en aux sites de corrigés payants plutôt qu'à moi. Ils pourrissent le web bien plus que moi.

Quand à moi, je pense que j'ai fait avancer la réflexion de tous, ne vous en déplaise.

Sprinteur dit: ma devise tirée d'Audiard est souvent "cesse de parler aux cons ça les instruit", là j'ai beaucoup écrit ça devrait rassurer sur la considération que j'ai pour celui qui a lancé le débat.

Bon, on restera en bons termes alors.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 16:02 #82 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

zzeugma dit: Mais peut etre qu'il faut aussi garder la mesure des choses, et si l'experience ne prouve rien dans l'absolu, je ne doute pas qu'elle ait été positive pour les élèves en question, ce qui est le plus important. Mais de mon point de vue, elle sert parcequ'elle est une première étape vers une meilleure approche des nouvelles technologies, pas un argument contre elles.

Vous avez bien noté que je ne rejette pas en soi les nouvelles technologies : je demande simplement un regard critique et lucide, notamment dans l'enseignement de ma discipline, les lettres.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 16:03 #83 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

Stéphane dit: Génial. Ça me rappelle une petite anecdote datant du lycée, de la terminale, en tant qu'élève. En philosophie, le professeur nous avait donné en début d'année une dissertation (« Qu'est-ce que croire ? ») à travailler à la maison. J'avais rendu quelque chose de plutôt correct bien que composé hâtivement, avait obtenu un 16/20 et une annotation dans la marge : « Je prends le parti de CROIRE que ce devoir est de vous, au risque d'être déçu par la suite... »

Deux semaines plus tard, un devoir similaire nous était donné, sur table cette fois, sur une question tout à fait différente. J'ai obtenu un 18 et un commentaire qui me fait encore sourire : « Je n'ai pas été déçu. »

C'est une belle anecdote.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 16:06 #84 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

MxSz dit: Je ne suis pas sûr de partager vos conclusions, tout en comprenant et en approuvant votre démarche. Pour deux raisons:
- Peut-on aujourd'hui isoler les jeunes du web ? Cela semble de plus en plus difficile.
- N'y a-t-il pas d'autres exercices littéraires, d'autres innovations à trouver pour justement travailler les textes classiques ? je n'ai moi-même pas de réponse toute faite, mais je suis sûr qu'il y en a.

Isoler, c'est impossible effectivement. Mais le cadre que j'évoque est simplement le cadre scolaire.

Pour votre autre question, je me permets d'en douter. Le commentaire et la dissertation sont les exercices les plus aboutis : y renoncer, c'est renoncer à une forme de pensée humaniste millénaire.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 16:09 #85 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

DM dit: Voir mon billet ici :
http://david.monniaux.free.fr/dotclear/ ... e%C2%A0%21

En résumé, les exposés-pompages d'encyclopédies et de bouquins plus ou moins fiables, et les copiages d'éditions critiques sans comprendre celles-ci, ça existait quand j'étais adolescent, rien de neuf. Quant à l'esprit critique, il est largement découragé dans l'enseignement secondaire, non?

Votre billet est insultant et même pas drôle. :mrgreen:

Pour ce qui est de l'esprit critique, votre argumentation sans faille m'a totalement convaincu...

Quand on pompage, oui ça a toujours existé, bien sûr. Mais pas pour les commentaires composés et pas en classe.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 16:59 #87 par Harmonico
Réponse de Harmonico sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Bonjour, et tout d'abord, félicitations pour la démonstration probante, et surtout pour la conclusion que je trouve pour ma part très lucide. La tentation est grande pour nos élèves (j'enseigne l'anglais) de chercher à obtenir le maximum (une bonne note...) en un minimum d'efforts (merci Google)...
Si cette expérience ne fournit pas vraiment de levier d'action pour faire passer le message aux élèves (sauf à réitérer l'expérience soi-même avec ses élèves), il n'en demeure pas moins que l'éducation à internet et à une pensée critique est extrêmement délicat. Et probablement l'une des missions les plus délicates parmi celles qui nous sont confiées.

Par ailleurs, cette falsification m'a fortement rappelé celles décrites par un dénommé Antoine Bello dans ses romans les Falsificateurs et les Éclaireurs... Quand le faux sert la vérité....

Merci en tout cas pour ce grain à moudre!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 17:18 #88 par skeptboarder
Réponse de skeptboarder sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Sur la démarche, n'en déplaise aux esprits chagrins, je trouve ça très intéressant.
Vous avez réussi à motiver vos élèves en les surprenant sans pour autant perdre leur respect. Je dis bravo, si tout le monde pouvait être aussi pédagogue ce serait le bonheur.
Vous ne semblez pas vous rendre compte, d'après votre conclusion, que ce que vous avez fait, c'est de permettre à vos élèves d'avoir un doute, non seulement sur ce qui est écrit sur le web, mais également (et c'est ça qui est fort) sur la parole de leur professeur.
Est-ce que l'esprit critique est vraiment une question d'age, de maturité ?
Combien parmi vos collègues prennent de l'homéopathie, sont suivis par la psychanalyse, croient à des miracles, des dieux, etc.
Les informations sont sur le web, rarement dans des livres, très rarement dans les bibliothèques scolaires. Vos élèves ont besoin de savoir trouver et trier les informations.
Commencez par leur donner ce lien : http://www.lazarus-mirages.net

Skeptboarding is not a crime
@skeptboarder

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 17:52 #89 par skeptboarder
Réponse de skeptboarder sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Oh, j'oubliais, si BHL avait lu wikipedia, peut-être qu'il aurait eu plus d'infos sur Jean-Baptiste Botul avant de le citer :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Botul

Skeptboarding is not a crime
@skeptboarder

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 18:39 #90 par DM
Réponse de DM sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
@Loys: Permettez deux petites anecdotes.

Il y a quelques temps de cela, j'ai reçu pratiquement coup sur coup plusieurs courriers électroniques (adresses @hotmail ou similaire, orthographe et grammaire approximatives) me demandant si je pouvais mettre en ligne la version complète d'un système (un outil de recherche d'itinéraires, style GPS) dont j'avais posé un extrait en examen, examen dont le corrigé en ligne ne donnait que les parties relatives à l'extrait. Il était évident que ces personnes étaient des étudiants à qui on avait donné en projet de faire un outil de recherche d'itinéraires, et qui étaient tombés sur mon énoncé.

Bien entendu, ma réponse a été fraîche. Toutefois, notez que nous sommes déjà à un degré au dessus du vôtre: non contents de chercher un projet tout fait à rendre, ils ont réclamé la solution à un enseignant d'un autre établissement... Comme l'écrivait Audiard, les C... ça ose tout, c'est à cela qu'on les reconnaît!

Il y a une dizaine d'années, un étudiant nous a rendu un projet anormalement bien fait. Or, pour toute remise de projet, il y a une soutenance — pratique excellente, car elle permet de savoir très vite qui a travaillé et qui a recopié des choses qu'il ne comprend pas. Il suffit de demander un commentaire sur tel ou tel point particulièrement « avancé » ou surprenant. En l'espèce, l'étudiant était incapable de commenter quoi que ce soit du travail qu'il prétendait avoir réalisé. Je conçois toutefois que ce procédé des soutenances, gourmand en heures, ne soit pas applicable dans l'enseignement secondaire.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 19:18 #92 par paul
Réponse de paul sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Bonjour Lois
je découvre votre site à partir de celui de rezo.net
ça m'a beaucoup plu votre expérience d'une part et surtout votre conclusion
on ne profite vraiment du net que si l'on a formé son cerveau sans
(à quelques mots près...)
je me suis fait la même réflexion dans mes emplois d'enseignant, en primaire comme en secondaire dans diverses disciplines et cela depuis vingt ans
(je suis chômeur de longue durée... spécialiste de la vacation en milieu vachement difficile et payé des clous)
je me suis aussi fait la même réflexion à propos de la bande dessinée, de la vidéo en général et donc aussi du cinéma.
pour moi, ça tient au fait que d'abord sensoriellement, ces supports de document accaparent complètement les sens et ne permettent que très difficilement à l'esprit de s'en extraire pour faire une prise de distance indispensable à l'analyse.
ça tient aussi au fait technique que ces documents sont par nécessité marketing ultra simplificateurs et génèrent de la "fausse" représentation de ce à propos de quoi ils prétendent informer.

y'a aussi l'effet sociabilisation démagogique qui joue énormément.
les gens sont persuadés que ces moyens techniques sont indispensables... et que l'important c'est que leurs enfants ne soient pas trop différents des autres pour ne pas être exclus et donc de souffrir... de la médiocrité mimétique des autres...

voilà
à part ça
ben bon courage à vous
et félicitations pour l'organisation de votre site conjoint à ce forum

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 19:25 #93 par amnesic
Réponse de amnesic sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

Loys dit: On sort du sujet. Vous aimeriez un médecin qui consulte son Vidal avant d'émettre un diagnostic ?


C'est rigolo, car c'est exactement ce qu'a fait mon médecin l'autre jour, et justement, moi j'ai trouvé cela rassurant !
J'imagine qu'inconsciemment mon raisonnement a dû être :
. Il est suffisamment sûr de lui pour ne rien avoir à faire de l'opinion que je pourrais avoir
. Tiens c'est un Vidal 2012, il doit vérifier que la molécule qu'il va me prescrire ne rentre pas en conflit avec une autre d'après les + récentes connaissances.
...etc...

Bref, comme quoi on n'a pas la même perception des compétences. :lol:

Je suis le premier sur le forum à avoir parlé de "vandalisme" mais c'était plutôt un clin d'oeil et j'ai bien lu que votre but n'était absolument pas l'humiliation de vos élèves, mais bien au contraire la prise de conscience de la nécessité de construire un esprit critique face aux sources d'informations. (Je partage par contre pleinement l'avis de mrjay42 que cela n'est pas lié au média)

En tout cas, de ma petite, mais vieille expérience d'élève (je ne suis pas de la génération Y malgré mon français déplorable :oops: ), je sais avec le recul que l'on retient extrêmement bien quelque chose en cours lorsqu'il y a une émotion.
Bref, avec votre compétence pour expliquer votre démarche, je pense que vos élèves ont appris ce jour-là quelque chose de précieux pour leur avenir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 22:44 #95 par math313
Réponse de math313 sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Loys... Sympathique de vous appeler Lois après un an de "Monsieur" en première au lycée Chaptal!

J'étais en effet dans votre classe lors de votre première année en tant que professeur au lycée Chaptal (et non au collège) ; et il me semble bien que c'est à notre classe que vous faites allusion dans votre article, on ne peut plus véridique. Je me rappelle d'ailleurs parfaitement de la scène sur la critique de l'utilisation du téléphone portable lors des DS de français!

En tout cas, j'ai trouvé cet article assez amusant et assez stupéfiant, et je vous en remercie,

Bonne continuation

MC

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 23:19 #97 par sp64
Réponse de sp64 sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"
Je m'interroge sur le fait de donner du travail à faire à la maison pendant les vacances,
n'est ce pas encourager la fraude que de donner du travail aux élèves sur leur temps de repos et de détente ?

Le problème n'est pas Internet mais le respect des temps de repos de chacun qui permettent une vraie assimilation des connaissances et pas le gavage auquel on est soumis au Lycée.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 23:51 #101 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

sp64 dit: Je m'interroge sur le fait de donner du travail à faire à la maison pendant les vacances,
n'est ce pas encourager la fraude que de donner du travail aux élèves sur leur temps de repos et de détente ?

Le problème n'est pas Internet mais le respect des temps de repos de chacun qui permettent une vraie assimilation des connaissances et pas le gavage auquel on est soumis au Lycée.


Ils avaient presque un mois : c'est comme si je n'avais pas compté les vacances, au contraire. A eux de s'organiser comme ils le veulent. Une dissertation ne doit prendre en principe que trois heures, sur le modèle de l'écrit au bac.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 23:58 #102 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

math313 dit: Loys... Sympathique de vous appeler Lois après un an de "Monsieur" en première au lycée Chaptal!

J'étais en effet dans votre classe lors de votre première année en tant que professeur au lycée Chaptal (et non au collège) ; et il me semble bien que c'est à notre classe que vous faites allusion dans votre article, on ne peut plus véridique. Je me rappelle d'ailleurs parfaitement de la scène sur la critique de l'utilisation du téléphone portable lors des DS de français!

En tout cas, j'ai trouvé cet article assez amusant et assez stupéfiant, et je vous en remercie,

Bonne continuation

MC


Bonjour Mathieu. Au plaisir de se croiser.

Je croise encore quelques ex-SI de cette année-là. ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2012 23:59 #103 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "Comment j'ai pourri le web"

Harmonico dit: Par ailleurs, cette falsification m'a fortement rappelé celles décrites par un dénommé Antoine Bello dans ses romans les Falsificateurs et les Éclaireurs... Quand le faux sert la vérité....

Merci en tout cas pour ce grain à moudre!


Et merci pour vos références. ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.255 secondes
Propulsé par Kunena