La rénovation des cycles

Plus d'informations
14 Mar 2013 11:53 - 07 Mar 2014 23:32 #4505 par archeboc
Rénover les cycles
A lire aussi sur le même sujet ces deux fils :
"Le continuum lycée-université"
"Vers l'école fondamentale"
Rénover les cycles

Lu sur un autre fil :

Le ministère dans son projet de loi sur la refondation de l’école exprime une ambition de continuité éducative à travers différentes mesures : création d’un cycle Cm2-6éme [..]

Sachant que dans les quartiers de forte mixité sociale on répartit les enfants d'une bonne école sur deux ou trois collèges, pour égaliser le niveau au maximum, comment va se faire la mise en place de ce cycle CM2-6e ?
Va-t-on imposer un principe de rattachement de chaque école à un seul collège ? Ou bien certains élèves commenceront-ils leur cycle en CM2 sur un collège, avant d'être renvoyé sur un autre collège pour la fin du cycle ? Dans ce second cas, il y aurait rupture de la continuité pédagogique, contraire aux intentions constantes des pédagogues depuis trente ans (autonomie des établissements, projet pédagogique, etc.).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mar 2013 12:07 - 06 Aoû 2013 21:27 #4506 par Loys
Le nouveau cycle CM1-6e
Un tel cycle a surtout pour but - je pense- de faire sauter le dernier verrou pour le passage dans le secondaire. Avec le principe d'un cycle, plus de questions à se poser en fin de CM2: le passage devient miraculeusement automatique. La continuité pédagogique n'est qu'un prétexte et effectivement son respect strict risque de tourner au casse-tête administratif.
Autre vertu : préparer les esprits à la fusion des statuts entre professeurs du primaire et du secondaire.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mar 2013 13:36 - 06 Aoû 2013 21:27 #4507 par archeboc
Le nouveau cycle CM1-6e

Loys dit: Un tel cycle a surtout pour but - je pense- de faire sauter le dernier verrou pour le passage dans le secondaire. Avec le principe d'un cycle, plus de questions à se poser en fin de CM2: le passage devient miraculeusement automatique.

Il me semble
1- que c'est déjà le cas, ou qu'en tout cas les redoublements en CM2 ne sont pas les plus fréquents,
2- et qu'en fait, c'est plutôt encore en CP qu'on redouble, c'est-à-dire au milieu d'un cycle.
Mais je ne suis pas le mieux informé.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mar 2013 13:45 - 06 Aoû 2013 21:27 #4508 par Loys
Le nouveau cycle CM1-6e
C'est vrai, le verrou est aujourd'hui plus symbolique qu'autre chose. Mais c'est encore traditionnellement à l'entrée au collège qu'on mesure le retard de certains élèves. Il y a peu existaient encore les évaluations d'entrée en sixième.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Aoû 2013 21:31 #7058 par Loys
Le nouveau cycle CM1-6e
Il s'agira finalement non pas d'un cycle CM2-6e mais CM1-6e. A lire sur "VousNousIls" du 3 juillet 2013 : "Education : 4 nouveaux cycles d'enseignement créés à partir de la rentrée 2014 (projet de décret)" .


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Aoû 2013 21:32 - 06 Aoû 2013 21:33 #7059 par Loys
Le nouveau cycle CM1-6e
Sinon je recommande ce site canadien : monsecondaire.com/transition-primaire-secondaire/

UN MONDE TOUT NOUVEAU S’OUVRE À TOI.
Tu t’engages maintenant dans un monde de découvertes et de défis motivants. Tu auras la chance de vivre des expériences qui touchent différents univers, différentes facettes de ta personnalité.
• Tu découvriras de nouvelles matières, de nouveaux projets.
• Tu rencontreras de nouveaux enseignants.
• Tu choisiras des activités qui t’intéressent et te ressemblent.
• Tu te feras des amis pour la vie.
• Tu vivras une vie scolaire trépidante!
Bref, tu exploreras ce que tu aimes et ce que tu aimes moins. À toi de t’y investir!
Le secondaire, c’est un monde de passions à découvrir !
Même si ton entrée au secondaire est super stimulante, il se peut que cette nouvelle réalité te stresse un peu.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Sep 2013 10:19 #7388 par Loys
"Conseil école-collège : composition et fonctionnement" (VousNousIls)
A lire dans "VousNousIls" du 06/09/13 : "Conseil école-collège : composition et fonctionnement détaillés dans le B.O. du 5 septembre" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Jan 2014 17:06 #9056 par Loys
"Améliorer la continuité école-collège : le conseil école-collège" (Eduscol)
Et sur "Eduscol" du 03/01/14 : "Améliorer la continuité école-collège : le conseil école-collège ".
eduscol.education.fr/cid57365/le-conseil-ecole-college.html

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Aoû 2014 16:26 - 21 Aoû 2014 16:26 #11436 par Loys
"Sombre pronostic de l'Inspection sur les conseils école - collège" (Café pédagogique)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Oct 2014 20:35 - 25 Oct 2014 09:34 #12139 par Loys
"Lien école - collège : Modification des conseils de cycle et des conseils pédagogiques" (Café pédagogique)
"Lien école - collège : Modification des conseils de cycle et des conseils pédagogiques" dans le "Café" du 24/10/14.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Oct 2014 00:30 - 25 Oct 2014 00:31 #12146 par archeboc
"Sombre pronostic de l'Inspection sur les conseils école - collège" (Café pédagogique)
Le rapport : www.education.gouv.fr/cid81522/la-mise-e...s-ecole-college.html
Je n'avais pas encore lu ce rapport. C'est à ma connaissance le premier document officiel qui reconnaît que la sectorisation n'est pas adapté au conseil-école-collège.
Il est frappant de voir que la loi de refondation traite le cas où un collège est à cheval sur plusieurs circonscriptions d'écoles primaire, mais oublie totalement le cas où une école primaire est à cheval sur plusieurs collège. Or ce type de chevauchement est la règle général en zone urbaine.
J'aime beaucoup le titre 2.4 de ce rapport : "Sur la sectorisation et la question des territoires, une réflexion qui reste à conduire". Après deux ans de refondation, il est difficile de ne pas entendre là comme un soupçon d'impertinence.
Quant à l'absence de frais de déplacement, qui empêche de "convoquer" les enseignants, et obligent simplement à les "inviter", il serait intéressant de savoir si les IEN et les proviseurs qui pilotent localement ce conseil sont eux aussi privés de frais de mission. Il faudrait poser la question sur neoprofs.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Jui 2015 22:45 - 26 Jui 2015 22:46 #14183 par Loys
"Réforme du collège chapitre 2 : OPA sur les manuels scolaires" (Marianne)
Comme les cycles ont du mal à s'imposer...
Dans "Marianne" du 26/06/15 : "Réforme du collège chapitre 2 : OPA sur les manuels scolaires"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Juil 2015 08:21 - 02 Juil 2015 08:21 #14236 par Loys
"Plaidoyer pour un cycle troisième-seconde, sans précipitation !" (Cahiers pédagogiques)
ET un cycle 3e-2nde ?
Dans les "Cahier pédagogiques" du 01/07/15 : "Plaidoyer pour un cycle troisième-seconde, sans précipitation !"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Juil 2015 08:46 - 02 Juil 2015 08:48 #14237 par Loys
"Plaidoyer pour un cycle troisième-seconde, sans précipitation !" (Cahiers pédagogiques)
Quelques remarques.

Plaidoyer pour un cycle troisième-seconde, sans précipitation !

Comme ça, le collège se réduira à deux années, 5e et 4e ! :santa:

La sortie de classe de troisième constitue le premier grand moment de l’orientation scolaire. Jusque-là, sauf quelques rares cas particuliers d’élèves orientés vers des classes spéciales à divers paliers antérieurs (ULIS, EREA, SEGPA, classes de troisième préparatoires aux formations professionnelles…, représentant moins de 3 % des effectifs du collège, la scolarité s’est déroulée durant quatre années, sans que la question de l’orientation ne survienne véritablement.

Si tel est le problème, repousser d'un an l'orientation ne changera pas grand chose.

Si on regarde les statistiques d’orientation en fin de troisième, on constate plusieurs tendances :
• Une nette réduction des taux de redoublement. On est passé de 10 % en 1996 à 3,5 % en 2013.
• Autre tendance forte, mais moins spectaculaire : l’augmentation des taux d’orientation vers la seconde générale et technologique, qui s’accompagne logiquement d’une diminution des taux d’orientation vers la voie professionnelle (de 56,7 % en 2000 à 62,8 % en 2013).
• Les sorties du système éducatif se maintiennent hélas à un haut niveau, avec cependant une légère tendance à la réduction depuis 2005 (on est descendu sous la barre des 10 %).

Aucune conclusion n'est tirée de ces chiffres. :devil:

Une nécessaire préparation des esprits en amont
Pendant longtemps, on a attendu d’être en classe troisième pour se préoccuper des problèmes d’orientation. C’est aussi bien vrai pour la plupart des familles que pour les professeurs et responsables des collèges. L’idée s’est progressivement installée qu’il convenait de changer la donne et de mettre en place, au sein de chaque collège, une préparation des esprits, dès l’entrée en sixième, au minimum à partir de la classe de cinquième.
De plus, on a trop longtemps raisonné en terme d’orientation principalement scolaire, perdant de vue le fait que pour un bon quart des familles, l’orientation conduisant à la voie professionnelle, il fallait bien s’efforcer d’introduire une dimension professionnelle dans les éléments à analyser.

Les professeurs du collège l'ignoreraient ? :shock:
Cette thèse de sociologie postule au contraire que les professeurs y préparent trop...

Les élèves de troisième bénéficient certes pour cela du désormais bien installé stage obligatoire en milieu professionnel, mais chacun convient aujourd’hui que c’est largement insuffisant. A cet égard, on s’est trop longtemps (et on continue hélas de le faire très fréquemment) servi de l’orientation vers la voie professionnelle comme un moyen de fixer le sort des élèves dont le bilan scolaire est jugé insuffisant.

La voie générale exige des qualités d'abstraction. Ce ne sont heureusement pas les seules qualités qui existent, mais on ne peut pas faire comme si elles ne devaient pas exister...

Et cet aspect des choses a eu tendance à se renforcer du fait que l’on peut de moins en moins le faire en usant du redoublement. Or, compte tenu de ce que sont les contenus des enseignements dispensés au collège, presque uniquement composés d’enseignements généraux, le «  bon  » élève est défini comme étant celui qui réussit dans les enseignements généraux.

C'est le principe du collège "unique"... :santa:

L’idée est donc venue de développer une approche progressive de l’orientation, abordant dès la classe de sixième (cinquième au plus tard) une réflexion qui englobe les dimensions scolaires (découverte des itinéraires de formation) et professionnelles (découverte du monde du travail et des professions) et se déroule tout au long des années collège et lycée. C’est le concept de «  parcours d’orientation scolaire et professionnelle  » et du dispositif PDMF (Parcours de découverte des métiers et des formations) permettant la découverte des métiers. Se met en place actuellement le désormais nommé «  parcours d’avenir  », inscrit dans la loi de refondation (sous le terme «  parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel  » - PIIODMEP).

Et un nouvel acronyme imbitable ! :cheers:

Vers un cycle troisième/seconde ?
Compte tenu de l’évolution des taux de redoublement en fin de troisième, certains proposent qu’il soit mis fin à la possibilité d’imposer un redoublement à ce niveau de scolarité.

La logique est imparable : on a supprimé progressivement le redoublement, il faut donc le supprimer totalement.

Les arguments ne manquent pas : baisse tendancielle forte du redoublement...

Pas d'explication à ce sujet ? :P

...amélioration des possibilités de soutien tout au long des années lycées (accompagnement personnalisé)...

:P

...inefficacité du redoublement pour une trop forte proportion des élèves...

Alors que le passage automatique est d'une grande efficacité pour créer de la réussite fictive. :doc:

...coût du redoublement qui mobilise des moyens qui pourraient être mis au service d’un meilleur accompagnement personnalisé des élèves…

:santa:
Les moyens risquent bien de disparaître totalement. C'est d'ailleurs le cas depuis que le redoublement est supprimé progressivement.

Ajoutons que dans son article 37, la loi sur la refondation de l’école du 8 juillet 2013 stipule que «  le redoublement ne peut être qu’exceptionnel  ».

Une "loi" qui prépare bien la constitution de ce cycle 3e-2nde : quel hasard ! :cheers:

C’est ce qui a conduit le ministère à lancer, en septembre 2013, une expérimentation concernant près de 180 collèges, autour de l’idée d’une «  orientation choisie plutôt que subie  ». Il s’agissait de transformer ce qui pouvait être une décision appartenant aux responsables du collège (éventuellement susceptible de recours en commission d’appel) en simple proposition, le choix final revenant à la famille. Bien entendu, cette dernière ayant le choix de la voie d’orientation, l’expérimentation s’est accompagnée d’un renforcement du dialogue, afin de responsabiliser les familles dans leur choix.
Au terme de la première vague d’expérimentation (une seconde expérimentation est en cours de déroulement), un rapport a été rédigé que fort prudemment, le ministère n’a pas diffusé, le constat dressé n’étant pas favorable à une généralisation immédiate de cette formule.

:rirej

Il faut bien reconnaitre que, pour une importante partie des familles, le dialogue n’a guère eu d’effet, le choix d’orientation vers la seconde générale dépassant les 84 % (alors que le taux national moyen est de 62,6 % en 2013). Cela a eu pour effet de détourner de la voie professionnelle une très forte partie des élèves, leurs familles n’ayant opté pour une telle orientation qu’à raison de 15 % d’entre eux. Quant aux propositions des conseils de classe d’opter pour un redoublement volontaire, compte tenu du mauvais bilan scolaire constaté, il n’a été suivi d’effet que pour… 1 % des élèves, cinq fois moins que le nombre de ceux à qui cela était suggéré ! Bref : c’est un échec, ce qui explique sans doute la non publication du rapport, et le fait que le texte de réforme du collège n’évoque pas ce principe.

:mrgreen:

Rappelons qu’en l’état actuel de l’organisation des diverses voies d’études en lycée, l’orientation vers la voie professionnelle (CAP ou bac pro, sous statut scolaire ou par l’alternance) se décide dès la sortie de troisième, alors que pour la répartition entre filières technologiques et générales, il faut attendre la fin de l’année de seconde. Si on laisse aux familles le soin de décider du choix entre seconde générale et technologique ou seconde professionnelle, il est certain qu’elles opteront très majoritairement pour la seconde générale et technologique, décapitant du coup les flux d’élèves vers l’enseignement professionnel. Pour régler cette difficulté, une mesure simple peut être prise à court terme : il suffit que le choix de l’orientation vers la seconde générale et technologique ou la voie professionnelle continue d’appartenir aux conseils de classe et chefs d’établissements, la famille gardant bien sûr le droit de continuer de pouvoir faire un recours en commission d’appel.

Donc renoncer à l'orientation "choisie" ? Impossible, voyons !
Il faut trouver une solution plus habile pour ne pas vexer les parents :

Mais il est possible d’imaginer une autre formule, qui pourrait être mise en œuvre à plus long terme : la constitution d’un cycle «  troisième/seconde  », avec suppression de la seconde professionnelle (mais pas des CAP en deux ans), et le report à l’entrée en première professionnelle du commencement de la voie professionnelle.

Tous les enfants entrant en seconde générale, les parents seraient donc tous satisfaits.

Cette formule aurait plusieurs avantages ou conséquences :
• Mise à parité des trois voies du lycée (générales, technologiques et professionnelles) qui se dérouleraient en deux ans (première et terminale), après une seconde qui deviendrait une «  seconde G/T/P  », la même pour tous, une certaine dose de différenciation étant permise par des enseignements optionnels d’exploration dont certains pourraient être de nature pré professionnelle, s’ajoutant à ceux d’aujourd’hui, qui sont de nature technologique ou générale.

Évidemment la question ne se pose pas de l'aptitude de certains élèves à des niveaux d'abstraction propres aux enseignements généraux. Pour certains élèves, le collège général est déjà trop long : rajoutons une année !

• On prolongerait ainsi d’un an le socle commun de connaissances qui irait jusqu’à la seconde incluse.

Quel est le problème d'un socle commun jusqu'en 3e ?

• Ce qui présenterait l’énorme avantage de laisser aux familles une année de plus afin de déterminer un éventuel projet d’orientation vers une filière professionnelle (ou autre).

Finalement renoncer à préparer l'orientation avant la 3e est la solution.

• Et permettrait de transmettre aux professeurs de seconde le soin d’organiser la répartition des élèves entre les trois voies.

Où est l'avantage ? :scratch:

• Du coup, dans les collèges, on reconstituerait un cycle «  cinquième/quatrième  ».

Où est l'avantage ? :scratch:

• On assisterait à l’émergence d’un profil professionnel nouveau qui serait celui d’un «  professeur référent  » ou «  préfet des études  » ou «  adjoint du chef d’établissement  », chargé spécifiquement de la liaison 3e/seconde.

Et encore un statut à gaz...

Une telle réforme se heurterait cependant à une importante difficulté du côté des lycées professionnels. Ces derniers viennent à peine d’éponger les conséquences très rudes de la réforme du lycée professionnel, passé de quatre à trois années, avec toutes les conséquences que l’on a vécues (et continue souvent de vivre) en termes de gestion des ressources humaines. Voilà pourquoi imposer une nouvelle réforme qui ferait passer la voie professionnelle de trois à deux ans, si peu de temps après celle qui avait conduit à passer de quatre à trois années, serait un choc très important, face auquel les personnels (et notamment les personnels enseignants), pourraient se montrer beaucoup moins dociles que lors de la réforme précédente.

C'est surtout un scandale dans la dévalorisation de la voie professionnelle : on reconstituerait les BEP mais avec un an de retard. La formation professionnelle des élèves devenant insuffisant; une prolongation de la scolarité post-bac pour tous deviendrait nécessaire. Tous les inconvénients en somme !

C’est sans doute la raison pour laquelle un tel changement n’est pas inscrit dans le texte de réforme du collège qui vient d’être édicté. Notre sentiment est que cela ne se fera que progressivement, par incitation (expérimentation fondée) plutôt que par obligation.

Faire progressivement sans le dire, en somme. Un beau courage politique.

Il suffirait pour cela de s’appuyer sur l’article 34 de la «  loi Fillon  ». Nous faisons le pari que c’est de cette façon que, progressivement, la mise en place d’un cycle troisième/seconde va se mettre en place dans les établissements du second degré. Dans certains d’entre eux, c’est déjà fait !

La constitution du cycle constitue un succès par lui-même ! :santa:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Nov 2015 20:52 - 20 Fév 2016 09:53 #15200 par Loys
Des secteurs multi-collèges
Carte scolaire : il est envisagé de créer des secteurs multi-collèges. Voilà qui correspond bien à un programme de cycle 3 avec réunions d'harmonisation école-collège.
[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Fév 2016 09:51 - 03 Mai 2017 10:58 #15947 par Loys
"Un élève sur cinq change d'établissement au cours de sa scolarité au collège" (DEPP)
Note d'information n°32 de la DEPP (octobre 2015).

Un élève sur cinq change d'établissement au cours de sa scolarité au collège

Petit problème pour les cycles, donc, d'autant que plus les élèves sont faibles, plus ils changent d'établissement.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Mar 2016 08:56 - 24 Mar 2016 09:09 #16232 par Loys
"Interdegrés école - collège : Ca va pas être possible ?" (Café pédagogique)
Dans le "Café" du 24/03/16 : "Interdegrés école - collège : Ca va pas être possible ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Mar 2016 09:09 - 24 Mar 2016 09:28 #16233 par Loys
"Interdegrés école - collège : Ca va pas être possible ?" (Café pédagogique)

Un exercice qui a vite buté sur l'expérience des coordonnateurs présents dans la salle.

Quand l'idéologie rencontre le réel...

Ces programmes sont devenus courants à l'école. Ils restent inutilisés au collège. "Au début j'ai cru que c'était leur taille", explique une principale. Mais la réduction à une seule page ne change rien. "Les professeurs du 2d degré ne savent pas faire de pédagogie différenciée", estime une responsable municipale de politique éducative.

Un professeur de collège peut avoir de 100 à 500 élèves, de 4 à 18 classes, avec en moyenne 3 élèves de plus par classe (les tailles de classe les plus élevées de l'Union Européenne). Mais il faut "personnaliser"... :roll:
La "personnalisation" est en fait la seule solution apportée à une mesure d'économie radicale, la suppression du redoublement. Elle a l'avantage de ne rien coûter et de faire porter la responsabilité de l'échec sur les enseignants.
Rappelons par exemple que, pour une école élémentaire de taille moyenne (cinq classes et 120 élèves), il y a un peu moins de neuf professeurs en Finlande et un peu plus de six professeurs en France. Pour un collège moyen de 500 élèves c'est pire : 55 professeurs en Finlande, 32 professeurs en France.

S'agit -il d'importer au collège des pratiques du primaire, ce qui semble implicite dans les déclarations des principaux, ou de faire prendre en compte le collège dès le primaire ?

Bel aveu.
Rien sur l'impossibilité matérielle de concerter des personnels sur des questions spécifiques ou pour des progressions communes de cycle 3 avec des écoles envoyant des élèves dans plusieurs collèges ou des collèges recevant des élèves de plusieurs écoles. En décrétant un cycle sur des établissements différents, l'idéologie pédagogique nie le réel.
L'exemple de l'anglais est parlant ("En 6ème les professeurs redémarrent à zéro comme si l'anglais n'était pas enseigné à l'école") : les professeurs tiennent compte d'acquis hétérogènes selon les élèves et les écoles...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Mai 2016 23:53 #16430 par Loys
Des établissements par cycles ?

Les CM1 et CM2 de Carion et Montaigne rejoindraient les 6es des deux collèges à Périer, avant de transformer ce dernier en groupe scolaire l’année suivante (du CP à la 6e à Périer, de la 5e à la 3e à Saint-Exupéry, comme le prévoit la réfome des collèges pour répondre à la cohérence du cycle 3, lequel comprend les cours moyens et les sixièmes, justement).

www.lavoixdunord.fr/region/les-profs-du-...t-ia23b44369n3496279

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Mai 2016 18:24 #16436 par Loys
Des établissements par cycles ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Oct 2016 20:27 #17565 par Loys
"Liaison école-collège : faut-il créer des « classes mixtes » CM2 – 6ème ?" (VNi)
Dans "VNi" du 11/10/16 : "Liaison école-collège : faut-il créer des « classes mixtes » CM2 – 6ème ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Nov 2016 16:48 - 05 Nov 2016 16:48 #17637 par Loys
"Réforme Peillon : le passage des élèves en sixième reste mal préparé" (Les Echos)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Déc 2016 20:35 #17951 par Loys
"Education prioritaire : La liaison école - collège au coeur du séminaire de l'OZP" (Café pédagogique)
Dans le "Café" du 13/12/16 : "Education prioritaire : La liaison école - collège au coeur du séminaire de l'OZP"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Mai 2017 15:58 #19058 par Loys
Retour à des repères annuels
www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...316408048962193.aspx

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Sep 2017 09:15 #19535 par Loys
"Des stages pour préparer le « grand saut » vers le collège" (Le Monde)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Oct 2017 08:18 - 12 Oct 2017 08:20 #19788 par Loys
La logique des cycles dans le supérieur
La logique des compétences et des cycles entre dans le supérieur : www.laviemoderne.net/forum/cursus-et-exa...a-l-universite#19787

Rythmes et offre de formations
Adapter et moduler les rythmes des 1er et 2e cycles d'enseignement supérieur. Assouplir l'organisation temporelle des parcours d'étude sur la base des 180 ECTS pour le premier cycle est un levier évident pour rendre efficace le contrat de réussite étudiant. L'accent sera mis sur les transformations pédagogiques, en abandonnant évidemment la logique stricte du « présentiel » pour la notion plus souple d' « équivalent présentiel ». L'offre de formation devra clairement être déterminée dans le cadre des politiques de site tout en gardant un lien avec le cadre national de formation et les systèmes d'accréditation (Commission des titres d'ingénieur par exemple).
Cette nouvelle organisation nécessite une architecture des programmes basée sur des blocs de compétences que l'étudiant peut acquérir à son rythme. Cette refonte rendra plus lisibles les compétences qui seront acquises au sein de chaque formation et offrira une visibilité accrue des diplômes à l'international tout en développant les passerelles pour les étudiants sur le territoire national.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Déc 2017 11:21 - 20 Déc 2017 11:25 #20250 par Loys
"Le changement d'établissement au collège : quel effet sur l'évolution des résultats scolaires ?"
"Le changement d'établissement au collège : quel effet sur l'évolution des résultats scolaires ?"
"Au cours du collège, 22% des élèves changent au moins une fois d'établissement"
"Une mobilité scolaire qui est marquée essentiellement chez les élèves ayant des résultats scolaires faibles"
"près de 28% des élèves appartenant au premier quartile des scores de fin de sixième changent d’établissement contre 12% des élèves du dernier quartile."

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Mai 2018 11:07 #21033 par Loys
Rénover les cycles
Prolongement des cycles : le "looping" ou suivi d'une classe par un enseignant.

www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...630873424057513.aspx

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.466 secondes
Propulsé par Kunena