Bring your own device (BYOD)

Plus d'informations
04 Oct 2012 23:10 #1510 par Loys
"La technologie des élèves bientôt dans les classes ?" (Ludovia)

François Guité, Consultant québécois en éducation et nouvelles technologies et Jacques Cool, Technopédagogue au Nouveau-Brunswick, province orientale du Canada, proposent sur quatre épisodes, leur vision "outre-mer" sur des questions d’actualité sur l’avènement et l’intégration des nouvelles technologies en éducation.

"Technopédagogue", rien que ça.

L’accélération de l’évolution fait en sorte que les élèves ne peuvent plus continuer à dépendre des achats nationaux ou locaux.

Eh oui, avec un nouvel Android tous les six mois et une obsolescence programmée de tous les matériels technologiques, l’Éducation Nationale - avec sa lourdeur et son inertie - est nécessairement toujours en retard sur le dernier cri du marché.

En outre, l’uniformité des appareils numériques dans les institutions scolaires sert mal les élèves, lesquels doivent apprendre à composer avec la diversité des outils numériques.

Ils vont donc "composer avec la diversité" en utilisant non pas un matériel autre, mais le leur. :scratch:

La plupart des élèves, de toute façon, possèdent déjà des ordinateurs qu'ils ont personnalisés, tant sur le plan de l'environnement de travail que de la méthode, voire les compétences.

Sans parler du plan du ludo-éducatif, très développé surtout pour la première partie du terme.

L'imposition d'un appareil numérique dont l'environnement et les fonctions sont limités est perçue par les élèves non comme un moyen d'autonomisation (empowerment), mais une forme de ralentissement des possibilités (power down).

Forcément, les malheureux. L'école aussi, d'ailleurs, ralentit les possibilités.

Profitant de l'essor fulgurant des mobiles personnels, certaines écoles adoptent une nouvelle stratégie TICE qui repose sur l'utilisation des dispositifs des élèves.

Quelle idée fulgurante : au lieu d'interdire, utilisons ! Notez que "Samsung Galaxy player II" devient un "dispositif".

Le phénomène, auquel on a donné le nom « BYOD » (Bring Your Own Device), est désigné en français par l'acronyme AVAN (apportez votre appareil numérique). Au Canada comme ailleurs, malgré les hésitations des services informatiques et des directions, le mouvement gagne des adeptes. Le plus souvent, les écoles qui ont mis en place des programmes d’un ordinateur par élève se sont laissées envahir par les dispositifs des élèves.

Ça valait donc le coup (et le coût). :twisted:

Tout utilisateur du numérique reconnaît les avantages d'un appareil qu'il s'est approprié.

Et apprendre à s'approprier un autre appareil n'a évidemment aucun avantage.

Dès lors que les technologies du numérique sont là pour rester, et du fait de leur indispensabilité...

Tiens, un nouveau mot.

... il importe d'éduquer les enfants à leur consommation.

Le mot "consommation" est bien choisi.

L'argument est donc toujours celui - volontariste - du "on-ne-peut-rien-y-faire" puisque les dispositifs jouissent d'une "indispensabilité". C'est vrai que c'est convaincant, d'un point de vue pédagogique.

Par consommation, nous entendons ici non seulement l'achat et l'utilisation personnelle d'un bien, mais l'analyse critique, l'utilisation citoyenne, le partage, la préservation, l'entretien, la réutilisation et le recyclage de ce bien.

Ah oui, c'est tout de suite mieux. Transformer l'achat d'un iPhone d'importation chinoise en geste citoyen, il fallait le faire. :transpi:

Avec un soupçon de développement durable, pour faire bonne mesure.

Ainsi, mieux que les TICE gérées par l'institution, l'AVAN fait que les élèves apprennent à devenir des consommateurs responsables et contributeurs avertis du numérique.

Des "consommateurs responsables" : voilà un bel oxymore qui résume l'essence libérale de ce projet en même temps que la bien-pensance de ses promoteurs.

Par souci d'objectivité, l'AVAN n'a pas que des avantages pour un système scolaire.

Nooonnn ??!! :o

Online Colleges résume bien les avantages et les inconvénients de l’AVAN, que nous traduisons ci-dessous :

Avantages :
• les élèves utilisent des appareils qui leur sont familiers ;

Ils devraient même apporter leur console de jeux.

• économies pour les écoles qui n’ont pas à payer les appareils ;

C'est beau, une école où l'élève doit acheter le matériel. Pourquoi n'a-t-on pas fait ça avant, en faisant acheter les chaises, les tables par les familles ?

• les élèves sont plus enclins à prendre soin du matériel et à ne pas l'oublier ;

On s'en moque, qu'ils en prennent soin, d'ailleurs, puisque c'est leur problème. :twisted:

• les élèves sont plus engagés et en contrôle de l'apprentissage ;

Un engagement et un contrôle mesurés scientifiquement en laboratoire.

• ils ont accès à des technologies plus d’avant-garde.

Traduction : le dernier iOS ou Android Jelly Bean.

Désavantages :
• les TIC ne sont pas à la portée de tous les budgets familiaux ;

Il n'y a qu'acheter des smartphones à tous les pauvres.

• les élèves sont plus enclins aux distractions sur leurs propres appareils ;

Quelles distractions ? Tous les jeux ne sont-ils pas éducatifs ?

• les applications ne sont pas compatibles avec tous les systèmes d’opération ;

Oui mais imposer une application commune risque d'être perçu "par les élèves non comme un moyen d'autonomisation (empowerment), mais une forme de ralentissement des possibilités (power down)"...

• il peut être difficile de communiquer entre les appareils ;

Ce qui est bête, pour un téléphone.

• coûts additionnels sur le plan de la sécurité et des services informatiques.

Ce n'est pas à, la charge des familles ? :scratch:

Les désavantages de l'AVAN varieront considérablement en importance selon le contexte et les conditions d'utilisation. La stratégie fait peu de sens dans une classe où les élèves sont constamment sous l'empire de l’enseignant.

"Sous l'empire de l'enseignant" ? :lol:

L’AVAN nécessite une pédagogie particulière centrée sur l’apprenant, sur la différenciation, sur l’autonomisation et sur la collaboration, des considérations dont les spécialistes de l'éducation reconnaissent aujourd'hui l'importance.

Bref le chaos dans la classe, mais attention : le chaos voulu. Les noms des "spécialistes (autoproclamés) de l'éducation" me brûlent les lèvres.

L'AVAN ne favorise pas nécessairement les riches. Puisque les jeunes sont aujourd’hui plus enclins à partager...

Une évidence...

... ils se prêtent et s’échangent volontiers les appareils numériques, de sorte que ceux qui en sont dépourvus ont néanmoins l’occasion d’apprendre à utiliser les appareils avant d’en acquérir.

Les pauvres pourront donc toujours apprendre sur les "dispositifs" des gentils riches qui leur prêteront avec une générosité toute moderne. Mais quid des "avantages d'un appareil qu'il s'est approprié" ?...

Les plus fortunés jouissent déjà de l’avantage des mobiles à l’extérieur de l’école. En les admettant à l’école on permet à tous de faire certains apprentissages, ne serait-ce que par observation.

Les pauvres pourront observer les riches plus seulement hors de l'école, mais dedans. Un grand progrès.

On assiste à une plus grande ouverture face aux initiatives AVAN de la part des responsables en services informatiques. Des stratégies de gestion des appareils qui accèdent aux réseaux (liste « blanche », meilleurs points d'accès sans fil, logiciels de gestion de mobiles, concertation avec les éducateurs, politiques d'utilisation) font en sorte que les écoles s'ouvrent à cet influx d'appareils. Conséquemment, il y a une responsabilité accrue qui revient à chaque utilisateur, en soi une forme d'éducation associée à la gestion de l'identité numérique.

Responsabilité que l'on peut aller constater en images : www.laviemoderne.net/forum/viewtopic.php?f=41&t=280

Devant ces considérations pédagogiques, techniques, administratives et d’équité d’accès, il convient de lister quelques conseils (tirés de cet article en anglais) pour les instigateurs de l’AVAN en milieu scolaire :

Au cas où vous rencontreriez une quelconque résistance de quelque esprit rétrograde.

1. Soyez explicites quant aux buts et aux options et affichez les bénéfices pédagogiques. Ceci aidera à la mesure de vos progrès.

Et les inconvénients, il faut les afficher ?

2. Un plan clairement articulé favorisera l’engagement des autorités et des parents, ainsi que l’appui de partenaires.
3. Déterminez si vous permettrez les appareils en connexion wifi ou 3G/4G.

Une vraie question.

4. Mettez à jour (ou générez) une charte d’usages appropriés en employant un ton proactif.

Les chartes résolvent tout. Et attention, pour le ton proactif, entrainez-vous avant devant une glace. :transpi:

...mais qui balise clairement les usages. Avec la liberté vient la responsabilité.

Nul doute qu'un enfant plus libre est un enfant plus responsable.

5. Établissez les protocoles d’appui et de soutien technique par les services informatiques de votre institution.

Cette phrase a l'air de vouloir dire quelque chose, mais en fait elle est purement décorative.

6. Accompagnez les enseignants dans leur appropriation professionnelle de l’AVAN : approches pédagogiques qui intègrent judicieusement les mobiles, soutien technique de premier niveau (troubleshooting).

Savoir faire un reset, par exemple.

7. Ayez un plan clair qui s’adresse aux questions d’équité d’accès...

:scratch:

...une flotte d’appui pour ceux et celles qui n’ont pas d’appareil, représentant une fraction de ce qu’un programme 1:1 coûte.

Joli, la "flotte d'appui". Ayez toujours quelques smartphones au cas où un élève aurait oublié d'être responsable et engagé.

8. Préparez votre réseau sans fil pour l’influx d’AVAN afin que ces appareils soient dirigés vers un LAN distinct (séparé du réseau sécurisé principal, genre ‘Invité’) à bande large.

C'est noté.

9. Offez une plateforme mobile, collaborative et sécurisée afin que les élèves, les parents et enseignants puissent y télécharger travaux, messages, ressources et discussions, etc.

Ça ne risque pas de faire doublon avec l'ENT ? :scratch:

10. L’AVAN est un changement énorme pour une école : soyez préparés, mais soyez flexibles. Les pépins de parcours font aussi partie du processus d’apprentissage.

Et l'efficacité scolaire, on en parle quand ?

L'AVAN ne doit pas être évalué au regard de quelques difficultés actuelles, mais comme une éducation à l'avenir. Apprendre à apprendre, c'est voir à la formation continue; or, si on ne forme pas aux réseaux et à l'autonomie, alors on est en formation discontinue.

Jusqu'ici l'école ne formait pas à l'autonomie : la preuve, les adultes sont incapables d'utiliser un smartphone ou de réfléchir par eux-mêmes.

Apprendre, ou dépendre, là est la question de l'éducation.

Et on ne fait pas d'Hamlet sans casser des œufs. :pendu:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Oct 2012 08:54 #1511 par Bug Neurone
"La technologie des élèves bientôt dans les classes ?" (Ludovia)
Je n'aurais qu'un seul commentaire sur cet article oh combien édifiant : bla bla bla bla bla bla.... :mrgreen:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Oct 2012 21:30 #1569 par Loys
"Gérer les mobiles en classe" (Éduscol)
Pour relancer ce topic sur la "gestion des mobiles en classe", cet article du "Monde" du 10/10/12 : "Un enseignant agressé par un parent d'élève à Lyon" .

Extrait ]Selon les premiers éléments de l'enquête, une dispute aurait éclaté mardi matin pour une raison indeterminée entre la lycéenne et son professeur d'éducation physique du lycée La Martinière-Duchère, dans le 9e arrondissement de Lyon.

Mécontente, l'adolescente a appelé son père pour se plaindre et ce dernier s'est alors rendu dans l'établissement pour demander des comptes à l'enseignant. Il a été interpellé peu après.[/quote]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Déc 2012 14:43 #2164 par Loys
"Téléphone mobile et école : irréconciliables ?" (Ludovia)
Aujourd'hui une "news" de "Ludovia" : "Téléphone mobile et école : irréconciliables ?" (7/12/12)

C'est curieux, j'ai l'impression de l'avoir déjà lu quelque part en 2011 . :scratch:

Ah oui, c'est du pur recyclage, en fait. Dans la pure tradition des fermes de contenus. :mrgreen:


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Jan 2013 21:00 #3046 par Loys
"La technologie des élèves bientôt dans les classes ?" (Ludovia)
Sur le même thème : "Il est temps de lancer le «BYOD»" (7/01/13) toujours sur Ludovia.


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Fév 2013 12:12 #3602 par Loys
"BYOD, la tendance en entreprises se confirme..." (Ludovia)
Un modèle à suivre pour l'éducation.

"BYOD, la tendance en entreprises se confirme..." (1/02/13) sur Ludovia


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Fév 2013 12:13 #3603 par Loys
"BYOD, la tendance en entreprises se confirme..." (Ludovia)

Les employés restent prêts à payer pour avoir le choix : 50 % des entreprises ayant mis en œuvre le BYOD exigent que les coûts soient pris en charge par les employés, qui, pour leur part, acceptent plus que volontiers une telle offre de la part de leurs employeurs !


Finalement l’Éducation Nationale, qui n'a jamais financé l'équipement professionnel des enseignants, était en avance ! :mrgreen:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Fév 2013 09:31 #3711 par Loys
"La téléphonie dans l'établissement scolaire !" (Le Café Pédagogique)
A lire dans "Le Café Pédagogique" du 8/02/13 : "La téléphonie dans l'établissement scolaire !"


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Fév 2013 23:07 #3741 par Loys
"La téléphonie dans l'établissement scolaire !" (Le Café Pédagogique)

La téléphonie dans l'établissement scolaire !

Le mot "téléphonie" semble déjà bien ancien.

Au moment où se prépare la semaine du mobile de l'UNESCO (18 - 22 février prochain)...

C'est une blague... :shock:

... il est urgent de s'interroger sur la place du téléphone dans la vie d'un établissement scolaire, et en particulier dans les usages que les élèves développent parfois à l'insu des volontés et règlements imposés. Il faut plus globalement se poser la question pour l'ensemble de la communauté éducative (parents compris).

Facile polie et contournée de dire qu'il faut adapter les règlements pour les téléphones puisqu'on ne peut pas contraire les élèves à s'y adapter.

Outre la question des apprentissages, il s'agit plus généralement de ce que je nomme "l'environnement d'apprendre" que l'on peut proposer demain dans l'ensemble de nos sociétés à défaut des établissements éducatifs eux-mêmes.

L'environnement d'apprendre... et de plein d'autres choses.

Paradoxe que celui d'une semaine qui est consacrée à l'apprendre à l'aide des mobiles alors que dans le même temps on fait tout pour empêcher les mobiles d'entrer à l'école dans des pays comme le nôtre.

C'est incompréhensible !

Cette remarque nous incite à réfléchir plus largement au modèle de scolarisation et à l'influence que peuvent avoir des technologies mobiles et connectées sur l'enseignement et plus généralement l'éducation. Le paradoxe est bien celui-ci : la forme scolaire traditionnelle implique un lieu "clos" d'enseignement comme base de travail.

Un peu comme la pensée est un acte personnel. C'est même le principe de l'examen...

Le développement des téléphones portables, et de leurs extensions actuelles via les smartphones ou à venir, rend poreuses les clôtures habituelles.

Je ne crois pas que Bruno Devauchelle pense ici à la fraude aux examens... :mrgreen:

Dans le cas de pays à faible infrastructure scolaire, on peut penser que l'approche pourrait être l'inverse : on part des pratiques sociales d'information et de communication et on bâtit dessus un "environnement d'apprendre".

Les téléphones et l'enseignement en ligne pour les pauvres, c'est ça l'avenir.

Nous sommes à un moment clé de ces évolutions. La multiplication des objets numériques de grande proximité, informatique mobile et connectée, fait émerger l'idée qu'un renversement de perspective s'impose. Avec les médias traditionnels (flux), les responsables d'enseignement maîtrisaient et contrôlaient (à peu près) ce qui entrait dans la salle de classe. Avec les nouveaux objets, la maîtrise et le contrôle semblent de moins en moins possibles.

C'est le cas simplement parce qu'aucune autorité scolaire ne veut plus s'exercer.

Même si certains rêves d'outils de brouillage et de filtrage, de retrouver l'espace clos et maîtrisé, on ne peut qu'observer ce mouvement qui se traduit par des conflits qui n'iront qu'en se multipliant jusqu'à une prochaine directive (loi ?) ou une évolution radicale du système.

Bref, renoncer au travail personnel. Voilà l'horizon de Bruno Devauchelle.

Si l'enseignement est directement concerné, mais parvient encore à endiguer, au moins partiellement, ces pratiques, l'environnement organisationnel et institutionnel est lui aussi progressivement envahi. Si Phil Marso propose chaque 6 février une journée appelée "sans téléphone mobile" pour faire réfléchir, c'est probablement révélateur de ces changements. Le lien mobile, et les chefs d'établissements le savent bien, peut devenir une forme de soumission à l'instantanéité, à l'immédiat.

Sans rire ?

Que ce soit la hiérarchie, pressée de transmettre et d'interagir ou les parents soucieux de ce qui est en train de se passer pour leurs enfants, chacun est tenté d'imposer son rythme, son urgence.

Un exemple :


Cf notre dossier "Portables de multiplication" .

Malheureusement sur la surface de l'écran, le degré d'importance n'est pas aisément visible et chacun de nous peut être amené à se laisser envahir. Certains enseignants, eux-mêmes peuvent aussi se trouver pris au piège en plein cours !

Effectivement : voir ces usages sympathiques des smartphones .

Si l'importance d'un message téléphonique en réception n'est pas mesurable, l'importance en émission peut l'être beaucoup plus aisément. On remarque souvent que celui qui appelle ou envoie un SMS ne prend pas en compte les paramètres d'importance du message et de disponibilité du récepteur. Le parent qui envoie un SMS en pleine journée à son enfant en classe se rend-il compte de l'effet produit ? Est-il aussi conscient de l'attente, en retour, qu'il a de son message ? Sait-il qu'il développe ainsi une posture éducative qui construit chez l'enfant une représentation, un imaginaire de la relation familiale bien particulier. On remarque que les tous petits sont très sensibles à l'angoisse de leurs parents dès les premiers mois. On imagine aisément que la répétition de ces angoisses (en particulier celle de séparation, chère aux psychanalystes) via les messages du téléphone mobile active des éléments affectifs proches, générant des comportements nouveaux et en particulier la déconnexion de l'instant présent au profit de l'écran.

:scratch:

Si le téléphone portable prend une telle importance dans la vie relationnelle des humains, l'embarquement de fonctions nouvelles, principalement liées à Internet et à l'informatique, va ajouter de l'importance à cet objet (doudou, pour reprendre Serge Tisseron dans son livre "petites mythologies d'aujourd'hui"). Les habitudes prises, par cette proximité entre l'affectif et le cognitif à la surface de l'écran, va instituer une place nouvelle à ces objets dans le paysage général et scolaire en particulier. La simple observation des lieux publics suffit à le vérifier dans la vie quotidienne. Les habitudes prises dans l'usage des ordinateurs et l'insistance par l'ensemble des sphères de la société portée à la maîtrise de leurs usages, personnels et professionnels, ont installé des formes de rapport au monde, à l'information qui sont encore en évolution mais qui sont de plus en plus pesantes.

Des "doudous" : en voilà une génération projetée dans l'âge adulte et responsable.

Les affaires de "copier coller" par exemple illustrent les travers possibles (rappelons ici, à l'instar de Michel Serres, que ces pratiques ne sont pas nouvelles, mais que c'est leur facilitation d'une part et leur repérage d'autre part qui ont changé).

J'aime beaucoup l'adjectif "possibles" qui trahit une certaine déconnexion de l'enseignement.

Parce que les téléphones ne sont plus des téléphones désormais, mais embarquent de plus en plus de fonctionnalités liées à l'information, en plus de la communication, mais aussi de fonctionnalités multimédia et de traitement des données, ils vont progressivement s'insérer dans un paysage scolaire, d'abord de manière clandestine (c'est souvent déjà le cas) puis de manière progressivement officielle (une expérimentation, site en allemand : http://www.projektschule-goldau.ch/ un documentaire vidéo existe sur cette expérimentation ( http://www.educavox.fr/actualite/report ... ra-t-il-le ), venue de la chaine Arte, on pourra aussi lire cet article : http://cursus.edu/dossiers-articles/art ... es-classe/ on pourra aussi consulter cette page http://guides.educa.ch/fr/mobile-learning ).

Le chemin est déjà tout tracé, donc. Riantes perspectives.

Revenons donc au paradoxe initial et à la médiatisation de ces évolutions. Rappelons que dès qu'un nouvel objet technique (en particulier numérique) apparaît dans le paysage, on convoque le monde scolaire comme potentiel de réalisation et d'évolution. Les nouveautés techniques sont souvent médiatisées au delà du raisonnable faisant le lit du sentiment de mouvement permanent...

Ce qui n'est absolument pas le cas des objets technologiques, obsolètes tous les six mois...

... et donc d'une adoption ou d'un rejet peu analysés. La réalité d'une pratique sociale concerne-t-elle le monde scolaire ? C'est une vieille question qui montre bien l'embarras des institutions (instituées, reproductrices de modèles stables) par rapport à des pratiques nouvelles (instituantes, développant de nouvelle formes instables). Les débats qui vont se faire jour iront-ils jusqu'à une remise en cause du dogme de l'école (porté entre autres par l'UNESCO) comme seul mode d'accès à la connaissance ?

Comme seul mode sans doute, oui sans doute. Comme mode d'accès à la connaissance efficace, j'en doute.

Les établissements scolaires, les enseignants, les communautés éducatives, sont désormais face à une problématique qui interroge de manière fondamentale ce qui est institué. Ces questionnements qui pénètrent lentement dans le monde scolaire vont progressivement s'intensifier au cours des trois à cinq prochaines années. Il est temps d'engager une vraie réflexion qui dépasse les innovations et expérimentations, souvent très contextualisées, pour s'interroger plus globalement sur la transmission dans la société, transmission étant pris ici au sens large, comme les ethnologues et les anthropologues nous y invitent.

Mais voyons, il n'y a plus rien à transmettre, a dit Michel Serres : « Le savoir ? Le voilà, partout sur la toile, disponible, objectivé. Le transmettre à tous ? Désormais, tout le savoir est accessible à tous. Comment le transmettre ? Voilà, c’est fait. »

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Fév 2013 17:35 #3981 par Loys
"Les portables de multiplications"
A lire sur le blog "Economie numérique" du 8/02/13 : "Aucun dispositif de brouillage des mobiles ne sera installé dans les écoles" .


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Fév 2013 15:01 #4001 par Top
"Les portables de multiplications"
Ah ! Une connaissance qui est prof en lycée se demandait si elle n'allait pas investir dans un brouilleur justement.
(cela aurait en outre un intérêt au cinéma ou tout autre endroit similaire).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Fév 2013 17:28 #4003 par Dr Brains
"Les portables de multiplications"

Loys dit:

M. Vincent Peillon [...] invite les chefs d’établissement à faire respecter l’interdiction de l’usage de terminaux mobiles; comme l’exige le code de l’éducation dans son article L. 511-5.

Dans la réponse publiée au Journal Officiel, le Ministre rappelle que le Code des postes et des communications électroniques prohibe expressément «l’utilisation de tout dispositif destiné à rendre inopérants des appareils de communications électroniques de tous types, tant pour l’émission que pour la réception».


Dans un établissement scolaire, faut-il appliquer le code de l'éducation ( Article L511-5 ) ou le code des postes et communications électroniques ( Article L33-3-1 ) ?

J'ai ma petite idée, mais elle ne va visiblement pas dans le sens de celle du ministre.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Mar 2013 14:57 - 10 Aoû 2014 16:02 #4791 par Loys
"Certaines écoles pressent les élèves d'apporter leur propre matériel numérique" (NYT)
A lire (en anglais) dans le NYT du 22/03/13 : "Digitally Aided Education, Using the Students’ Own Electronic Gear" .
Extraits :

Les responsables des écoles affirment que le matériel numérique qu'apportent les élèves est la façon la plus simple d'utiliser une nouvelle génération d'applications éducatives qui peuvent, par exemple, leur enseigner les maths, les tester avec des quiz et leur permettre de partager et de commenter les essais des uns et des autres. Les défenseurs de cette nouvelle tendance, appelée B.O.Y.T ("Bring your own technology") disent qu'il y a un autre avantage : elle permet d'économiser pour les écoles à court d'argent.

Jessica Levene a reconnu que les élèves pouvaient s'envoyer des SMS plus facilement mais a affirmé que l'école veillait à les maintenir attentifs sur leurs appareils. Et alors que les responsables du district s'inquiétaient du fait que les étudiants défavorisés ne posséderaient pas leur propre matériel, ils ont découvert quelque chose comme "un rapport inversé" entre les revenus familiaux et la sophistication des appareils, en particulier des smartphones, a déclaré Don Boulware, le directeur des services technologiques du district.
A l'école élémentaire de Woodward Avenue, dans le district de Volusia, Dana Zacharko, enseignante en CM2, a déclaré que ses élèves commençaient à apporter des smartphones ou des iPod Touch et qu'elle avait trouvé des applications qui lui permettaient d'enseigner toutes sortes de matières.

“Internet permet de mettre à égalité les élèves,” a déclaré Mr. Schad. La question n'est pas de savoir si nous devons le faire, mais quand nous devons le faire” a déclaré encore Mr. Schad [...] Selon lui les décideurs qui se sont opposés au BYOT s'accrochaient à la conception irréaliste de devoir équiper les élèves avec des ordinateurs. "Sur un smartphone, il n'y a pas aucune limite. C'est leur monde et nous le faisons entrer dans la classe."

Et pour ceux qui critiquent :

“Ils ne comprennent pas comment les enfants acquièrent des connaissances, a déclaré Anne Kohler. Ils ne sont pas ceux qui pratiquent vraiment.”

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Mar 2013 15:07 #4792 par Loys
"Certaines écoles pressent les élèves d'apporter leur propre matériel numérique" (NYT)

Les responsables des écoles affirment que le matériel numérique qu'apportent les élèves est la façon la plus simple d'utiliser une nouvelle génération d'applications éducatives...

La plus simple pour obtenir du matériel sans doute. Pour travailler efficacement, il est permis d'en douter.

... qui peuvent, par exemple, leur enseigner les maths, les tester avec des quiz et leur permettre de partager et de commenter les essais des uns et des autres.

Si l'application enseigne, à quoi sert l'enseignant ?

Les défenseurs de cette nouvelle tendance, appelée B.O.Y.T ("Bring your own technology") disent qu'il y a un autre avantage : elle permet d'économiser pour les écoles à court d'argent.

Ça, on l'a bien compris. :devil:

Jessica Levene a reconnu que les élèves pouvaient s'envoyer des SMS plus facilement mais a affirmé que l'école veillait à les maintenir attentifs sur leurs appareils.

J'aimerais bien savoir comment. :scratch:

Et alors que les responsables du district s'inquiétaient du fait que les étudiants défavorisés ne posséderaient pas leur propre matériel, ils ont découvert quelque chose comme "un rapport inversé" entre les revenus familiaux et la sophistication des appareils, en particulier des smartphones, a déclaré Don Boulware, le directeur des services technologiques du district.

Si on suit la logique, les élèves défavorisés devraient donc être... les meilleurs élèves. :santa:

“Internet permet de mettre à égalité les élèves,” a déclaré Mr. Schad.

On vient de le constater en effet. :twisted:

La question n'est pas de savoir si nous devons le faire, mais quand nous devons le faire” a déclaré encore Mr. Schad [...]

Voilà qui laisse l'occasion de réfléchir et d'évaluer cette pratique.

Selon lui les décideurs qui se sont opposés au BYOT s'accrochaient à la conception irréaliste de devoir équiper les élèves avec des ordinateurs. "Sur un smartphone, il n'y a pas aucune limite.

Oui, c'est vrai : on travaille sur un smartphone comme sur un ordinateur.

C'est leur monde et nous le faisons entrer dans la classe."

Il y a encore d'autres choses à faire entrer, si tel est l'objectif.

“Ils ne comprennent pas comment les enfants acquièrent des connaissances, a déclaré Anne Kohler.

C'est vrai : "je google donc je sais" . :santa:

Évidemment, comme d'habitude, rien sur l'efficacité pédagogique d'un tel enseignement numérifié. Rendez-vous dans quelques années.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2013 00:05 - 01 Jui 2013 00:05 #6109 par Loys
"Les portables de multiplications"
Amendement voté dans le cadre de la refondation de l'école : www.assemblee-nationale.fr/14/amendement...7/CION-CEDU/AC68.asp

AMENDEMENT N°AC68
présenté par M. Huet, M. Salen et Mme Schmid


ARTICLE PREMIER
ANNEXE
Compléter l'alinéa 196 par la phrase suivante :
« Les établissements scolaires doivent veiller à être équipés en matériel numérique et internet de façon à ce que la sécurité des enfants soit assurée. Une connexion en réseau doit être privilégiée à une connexion wifi. »

EXPOSÉ SOMMAIRE
Les dangers d’Internet sont nombreux et les enfants sont de mieux en mieux équipés avec des téléphones portables pouvant aller sur le web. Aussi, dans l’enceinte des établissements scolaires, une connexion en réseau doit être privilégiée à une connexion wifi afin que les enfants ne puissent se connecter sans l’encadrement de leurs professeurs.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2013 09:29 #6111 par archeboc
a

Loys dit: Aussi, dans l’enceinte des établissements scolaires, une connexion en réseau doit être privilégiée à une connexion wifi afin que les enfants ne puissent se connecter sans l’encadrement de leurs professeurs.

Deux observations :
* Le wifi permet d'établir un réseau. Je suppose qu'à la place de "connexion réseau" c'est à "connexion filaire" que nos députés pensaient. Ou bien "connexion filaire dédiée".
* "doit être privilégiée", c'est le genre de formulation non contraignante qui dénote la perte de contrôle du terrain de la part des instances de gouvernement de notre pays.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Jui 2013 20:03 - 12 Jan 2014 00:11 #6512 par Loys
Bring your own device (BYOD)
L'Académie de Toulouse fait un grand pas en avant avec cette réflexion sur le BYOD : "BYOD SMARTPHONES en classe" (5/04/13), signalée par "EducaVox".

BYOD SMARTPHONES en classe
Cet article présente une réflexion et des ressources pédagogiques sur l’utilisation du smartphone des élèves et et des étudiants en classe.
3 fichiers sont téléchargeables :
- un dossier de présentation du phénomène smartphone chez les adolescents et jeunes adultes. Vous trouverez aussi une liste des applications gratuites utilisables en classe, en particulier en économie et gestion, 18 pages
- un dossier sur le BYOD en entreprises, 16 pages
- un dossier sur l’utilisation du smartphone en classe : analyse et exemples pratiques, 36 pages.
L’utilisation du smartphone en classe est un sujet en évolution rapide et constante. Ces 3 dossiers ont pour objectif et espoir de fournir une base de travail à enrichir et adapter selon vos contextes de travail.
Auteurs :
- F. Vazquez, lycée Bourdelle, Montauban
- D. Pélissier, lycée Monteil, Rodez.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Jui 2013 20:05 - 22 Jui 2013 20:06 #6513 par Loys
"BYOD SMARTPHONES en classe" (Académie de Toulouse)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Jui 2013 20:06 #6514 par Loys
"BYOD SMARTPHONES en classe" (Académie de Toulouse)
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Sep 2013 19:23 #7679 par Loys
"Le futur de l’éducation : BYOD en classe !" (LudoMag)
Un énième article sur le BYOD : "Le futur de l’éducation : BYOD en classe !" ("LudoMag" du 25/09/13)

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Sep 2013 19:23 #7680 par Loys
"Le futur de l’éducation : BYOD en classe !" (LudoMag)
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Oct 2013 16:14 #7863 par Loys
"To BYOD or not to BYOD" (LudoMag)
A lire dans "LudoMag" du 7/10/13 : To BYOD or not to BYOD

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Jan 2014 11:09 #9069 par Loys
"To BYOD or not to BYOD" (LudoMag)
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Jan 2014 11:10 - 12 Jan 2014 00:10 #9070 par Loys
"BYOD at school: le blog" (LudoMag)
A lire dans "LudoMag" du 07/01/14 : "BYOD at school: le blog"

Connectez-vous pour voir le message entier.


Et dans "LudoMag" du 09/01/14 : "Réussir la mise en place d’une politique de « BYOD » dans son établissement" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Fév 2014 10:25 #9430 par Loys
"Le nomadisme numérique : Quelle éducation ?" (Café pédagogique)
A lire dans le "Café pédagogique" du 01/02/14 : "Le nomadisme numérique : Quelle éducation ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Fév 2014 10:56 #9436 par Loys
"Le nomadisme numérique : Quelle éducation ?" (Café pédagogique)
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Fév 2014 11:01 - 02 Fév 2014 11:07 #9437 par Loys
"Utiliser les téléphones mobiles en classe" (EducaVox)
"EducaVox", site co-fondé par Orange et Apple , a une position militante sur la question : "Utiliser les téléphones mobiles en classe" (02/02/14). Article copié-collé d'ailleurs, comme souvent, "EducaVox" s'apparentant très souvent à une simple ferme de contenus.
L'article original sur "InfoBourg" :


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Fév 2014 11:01 #9438 par Loys
"Utiliser les téléphones mobiles en classe" (EducaVox)
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Fév 2014 15:06 #9614 par Loys
"BYOD au collège : expérience réussie au collège Bonhoeffer" (LudoMag)
A lire sur "LudoMag" du 17/02/14 : "BYOD au collège : expérience réussie au collège Bonhoeffer"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Fév 2014 15:11 - 17 Fév 2014 15:11 #9615 par Loys
"BYOD au collège : expérience réussie au collège Bonhoeffer" (LudoMag)

BYOD au collège : expérience réussie au collège Bonhoeffer

Réussie... mais pour qui ?
Eléments de réponse :

AirWatch, éditeur de solutions de gestion de la mobilité d’entreprise (EMM) a annoncé que le collège Bonhoeffer, situé au Pays-Bas, a choisi AirWatch pour gérer ses actifs mobiles à travers ses six sites. [...] Pour la rentrée scolaire 2014, l’équipe IT prévoit d’inscrire environ 1 800 nouveaux iPads avec AirWatch. L’école souhaite utiliser le programme d’achats en volume d’Apple pour acheter un grand nombre d’applications. Le collège souhaite ensuite rendre disponible aux élèves ces applications et d’autres applications recommandées dans une boutique d’applications personnalisée aux couleurs de l’école.
L’établissement étudie l’idée d’enrichir sa flotte mobile avec des terminaux Android et Windows 8, pour offrir aux élèves plus d’options quant au choix du terminal.

« les iPads nous permettent d’introduire la technologie du 21e siècle dans notre programme scolaire. Nous pouvons créer un environnement d’apprentissage interactif et intéressant dans lequel les étudiants apprennent, créent et présentent leur travail grâce au multimédia. » [...] Avec l’Ipad, les élèves et les professeurs peuvent consulter leurs emails, télécharger des applications et des e-books éducatifs dans l’App Store et accéder au système d’apprentissage électronique ‘It’s Learning’.

Impressionnant. :shock:
Quant à la pédagogie :

Ce qui n’est pour déplaire aux élèves, comme le confirme un des élèves du collège interrogés :
« Pour moi, le meilleur projet collaboratif a été la construction de châteaux dans Minecraft sur un mode multi-joueurs ».
Le jeu est utilisé dans le but de développer chez l’élève des compétences en science et en technologie, tout en explorant des intérêts dans le domaine de l’ingénierie.

:mrgreen:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.259 secondes
Propulsé par Kunena