× Cf Arrêté du 30 novembre 2006 (Acte réglementaire unique RU-003)

"Education nationale : l'inquiétant tournant de l'école "Big brother" ?" (Challenges)

Plus d'informations
06 Jui 2019 14:02 #22034 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Aujourd'hui 17:09 - Aujourd'hui 17:11 #22065 par Shane_Fenton
Encore une fois, j'ai un témoignage personnel à faire valoir, qui concerne l'école d'ingénieurs en informatique où j'enseigne depuis quelques années.

Nous avons notre propre espace d'e-learning, ou en tout cas il a été conçu comme tel, mais c'est plutôt devenu une sorte de "site à tout faire", pour les profs comme pour les élèves ou les parents : consultation de l'emploi du temps, dépôt et téléchargement de documents, saisie des absences, réservation de salle, syllabus des matières, consultation, pour chaque élève, de ses notes et de ses absences, etc... Toutes ces fonctionnalités se sont greffées au fil du temps, des équipes, des besoins et des demandes. Ce n'est que depuis récemment que les élèves ET leurs parents peuvent consulter "en temps réel" les notes et les absences des premiers.

A ma connaissance, personne ne s'en est plaint, et personne n'a parlé de "flicage", mais il est vrai que nous sommes une école privée, et que nos élèves ont entre 18 et 25 ans. En tout cas, j'ai du mal à compatir avec ces élèves "nus face au système" à qui on enlève leur "autonomie". Je me souviens en effet de ce qui pouvait se passer avant l'ajout de ces fonctionnalités à notre site : l'épidémie d'absentéisme, et surtout les bulletins envoyés par voie postale qui n'arrivaient jamais jusqu'aux parents, soit parce qu'ils étaient interceptés dans la boîte aux lettres, soit parce qu'ils étaient envoyés à une "mauvaise" adresse. Avec comme conséquence les visites, à la fin de l'année, de parents qui tombent des nues à la vue des notes dont ils ignoraient tout jusque-là, et à qui on doit expliquer qu'ils vont devoir payer un an de frais supplémentaires à cause du redoublement (sans parler des élèves paniqués parce que leurs parents refusent justement de raquer, et qui ont peur de se retrouver à la rue).

Je me souviens en particulier d'un père de famille qui était arrivé décontracté chez nous afin de discuter d'une éventuelle réduction des frais de scolarité de son fils pour son passage en année supérieure... Le hic, c'est qu'on lui a appris que son fêtard de fils allait devoir redoubler, notes à l'appui, qu'il découvrait pour la première fois. Il a blêmi d'un coup, et pendant tout le reste de l'entretien, il a tremblé comme s'il avait la maladie de Parkinson. J'ose à peine imaginer la correction que le fils a reçue ce soir-là (bon, après, ça s'est bien terminé, vu qu'il a été repris en main, et qu'il a eu son diplôme).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.366 secondes
Propulsé par Kunena