Il faut mieux former les enseignants

Plus d'informations
13 Sep 2012 19:55 - 09 Fév 2021 13:05 #1283 par Loys
Il faut mieux former les enseignants a été créé par Loys
A lire dans la rubrique Idées du "Monde", cette tribune de Jean-Baptiste de Froment, agrégé de philosophie, ex-conseiller (2007-2012) de Nicolas Sarkozy chargé de l'éducation nationale : "Non pas plus de profs, mais de meilleurs enseignants !"



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2012 20:21 #1284 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants
Ne commentons pas tout. Juste quelques phrases.

Consacrer environ 2 milliards d'euros supplémentaires par an pour rémunérer 60 000 enseignants de plus, ce n'est pas consentir simplement à une rallonge de crédit. C'est s'engager dans une voie politiquement bien déterminée, c'est déjà faire le choix d'un modèle éducatif.

Un modèle selon lequel il n'est pas de problème scolaire qui ne se résolve par la présence de plus d'"adultes" dans les établissements.

C'est peut-être vrai mais c'est oublier que M. Sarkozy a appliqué le modèle inverse : la réduction d'effectifs systématique, conduisant la France au plus faible taux d'encadrement de l'OCDE.

Un modèle où tous les maux de notre école s'expliquent par les classes surchargées et le manque d'encadrement.

Ah non, les maux peuvent venir aussi d'ailleurs. :xx

A peu près aux antipodes d'une telle conception, les études scientifiques, aussi bien nationales qu'internationales, confirment ce qu'un certain bon sens pouvait déjà nous indiquer : le principal facteur de la réussite d'un élève, c'est la qualité du professeur. Bien avant la taille de la classe, qui ne joue, à condition de demeurer dans certaines limites, pas de rôle déterminant.

On peut donc encore diminuer le taux d'encadrement ? :mrgreen:

Pour l'éducation nationale, par conséquent, il ne devrait y avoir qu'une seule véritable urgence : sélectionner les meilleurs professeurs possible.

Très facile, vu qu'on n'arrive déjà pas à les recruter et que dans certaines disciplines il y a moins de candidats présents au concours que de postes...

Pour recruter les meilleurs enseignants et obtenir d'eux qu'ils s'investissent davantage, qu'ils travaillent autrement, il faut leur proposer des conditions matérielles attractives et, notamment, leur offrir une rémunération à la hauteur du rôle - central - que la société veut leur voir jouer.

Curieux que M. de Froment n'y ait pas pensé pendant le quinquennat de M. Sarkozy.

Chose impossible si les marges de manoeuvre dont on dispose, limitées dans le contexte actuel, ont été englouties dans des créations de postes.

Les 80.000 postes supprimés sous le quinquennat de M. Sarkozy n'ont pas occasionné de revalorisation des salaires de la profession, de sorte que les professeurs français font partie des moins bien payés de l'OCDE. Le point d'indice de la fonction publique a même été gelé. Quant à la petite revalorisation des 10% de professeurs débutants, c'était la plus économique pour l’État, s'agissant des échelons les plus faibles et des bas salaires les plus criants. Et revalorisation en trompe-l’œil puisque ensuite ces jeunes collègues ne voient plus leur salaire augmenter et rejoignent les 90% des professeurs non augmentés. Revalorisation surtout financée par la suppression de l'année de formation, sûrement pour faire de "meilleurs enseignants"... :twisted:

Ce n'est pas en multipliant le nombre d'adultes dans les écoles que l'on instruit ni que l'on éduque.

Ni en le diminuant, sans doute. Et, avant de "multiplier le nombre d'adultes", la France a de la marge par rapport à tous les autres pays de l'OCDE.

C'est, au contraire, en permettant aux professeurs à qui nous confions nos enfants de retrouver la place, d'exception, qui leur revient dans la société et qui est la condition de leur autorité intellectuelle et morale. Cela passe nécessairement par la revalorisation de leur statut et la redéfinition des conditions d'exercice de leur métier.

"Redéfinition", c'est-à-dire précisément ? :twisted:

Quelque chose me dit que cette "redéfinition" ne risque guère de contribuer à la revalorisation de notre statut. N'est-ce pas le candidat Sarkozy qui voulait augmenter le temps de travail des professeurs du secondaire en les payant beaucoup moins de l'heure ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Fév 2013 19:49 #3617 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Fév 2013 20:06 #3618 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants

Formons les enseignants comme nous formons les ingénieurs !
Claude Tran

Après tout, l'école est une unité de production comme une autre. On commence à bien connaître Claude Tran sur LVM.

C’est ce que propose François DUBET qui regrette le choix fait par le Ministre de l’Education Nationale pour les Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education .

Professeur de sociologie à l’Université Bordeaux 2 et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), François DUBET, est bien connu du monde de l’Education en particulier pour avoir « dirigé l’élaboration du rapport Le Collège de l’an 2000 remis à la ministre chargée de l’enseignement scolaire en 1991 » mais également par ses très nombreux ouvrages et publications.

Si ce rapport a été suivi, les conclusions à en tirer sont éclatantes.

Persuadé que « l’enseignant n’est plus aujourd’hui défini uniquement par sa compétence disciplinaire, mais par son métier »...

La discipline n'existe plus : que M. Dubet se rassure, le savoir disciplinaire a quasiment disparu de la maquette des nouveaux concours enseignants 2013. Avec la bénédiction d'intellectuels comme François Dubet, l'école est en train de mourir d'elle-même.

...il souhaite que le recrutement des enseignants se fasse précocement à bac plus un ou bac plus deux

A 20 ans, un étudiant a les connaissances nécessaires dans une discipline pour enseigner à des élèves de 18 ans.

... comme pour les Ecoles d’Ingénieurs qui forment au métier correspondant

Pourquoi choisir les ingénieurs ? On aurait pu prendre des formations plus précoces encore.

...plutôt qu’un recrutement à bac plus quatre « avec une maîtrise disciplinaire et une année de stage » qui rappelle le modèle des IUFM. Selon lui, l’apprentissage du métier d’enseignant relève d’une « école professionnelle » qui bénéficierait alors d’un nombre plus important de candidats.

Vu la popularité des IUFMs, nul doute que les candidats se précipiteront aux portes des ESPE pour trois longues années de formatage pédagogiste. La crise du recrutement sera facilement résolue !

Jean François BOULAGNON partage ce point de vue en affirmant que le problème majeur de l’école concerne la formation des enseignants et en regrettant que « ce qui nous caractérise à l’intérieur de l’OCDE, c’est que depuis un siècle les professeurs déterminent leur identité professionnelle par le savoir et pas par la professionnalité ».

Quel magnifique néologisme ! Car le caractère professionnel n'a pas besoin de savoir.

Le Ministère, dans son esprit novateur (et surtout économe) a bien pris conscience de cela en demandant à des professeurs d'enseigner des disciplines qu'ils ne connaissent pas : les mathématiques pour les physiciens, pour donner un seul exemple récent. De même avec l'accompagnement personnalisé ou les TPE, où n'importe quel professeur peut aider ou évaluer dans n'importe quelle discipline, avec les résultats brillants que l'on constate.

Cela « doit évoluer et les esprits y sont prêts » concède cet historien, philosophe, pédagogue « aux multiples casquettes »

Un esprit supérieur, plein de professionnalités différentes !

...tour à tour enseignant, chef d’établissement, chroniqueur littéraire, journaliste, figure du courant innovateur à l’Education Nationale.

Enseignant pendant combien de temps et où ? :twisted:

On doit lui reconnaître en effet de faire « bouger les lignes » avec les projets qu’il a menés en particulier au collège qui représente aujourd’hui le lieu le plus difficile à gérer aussi bien sur le plan pédagogique que relationnel.

Bouge ton Éducation Nationale !

Ce fut la co-fondation du projet « déclic : Développement Expérimental d’un Collège Lycée d’Initiative Citoyenne » en région parisienne, et surtout la création du collège expérimental Clisthène de Bordeaux.

Ah c'est lui ! Il y aurait beaucoup à dire sur l'expérimentation clisthénienne. :mrgreen:

« Il faut recruter les professeurs à bac plus deux et leur donner deux ou trois années de professionnalité » affirme-t-il.

Trois ans de bourrage de crâne, ça me paraît même insuffisant.

« Certes il y a le savoir, mais les professeurs sont concurrencés et n’ont plus le monopole du savoir »

Les élèves en savent autant, c'est bien connu. On s'en rendrait mieux compte, d'ailleurs, s'ils savaient seulement écrire.

... alors se pose la question de la place de l’école dans la révolution anthropologique en cours ; « y-a-t-il encore une place pour l’école et quelle place ? »

Y a-t-il une place pour M. Boulagnon ? :twisted:

Actuellement principal de collège, Jean François BOULAGNON propose un nouveau projet innovant au Ministère de l’Education Nationale ; c’est le projet Solon d’un lycée totalement numérique qui offrira à des élèves déjà décrocheurs des modes d’enseignement parmi les plus novateurs.

Car le numérique permet de lutter contre le décrochage scolaire, c'est bien connu . Il y a des études à ce sujet, paraît-il.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Fév 2013 13:24 #3778 par Wikibuster
Réponse de Wikibuster sur le sujet Il faut mieux former les enseignants
Je vous ai grillé :

Peillon : "On ne trouve plus d'enseignants car le métier est difficile"

http://www.lemonde.fr/education/article ... 73685.html

Ecrasons l'infâme !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Fév 2013 13:45 #3780 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants
Non, non : je l'avais vu, mais il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent dans cette interview.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Fév 2013 14:54 #3783 par Wikibuster
Réponse de Wikibuster sur le sujet Il faut mieux former les enseignants

Loys dit: Non, non : je l'avais vu, mais il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent dans cette interview.


Ben c'est quand même le Ministre, moins il en dit moins il en prend dans les dents ! ;)

Ecrasons l'infâme !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Juil 2013 08:43 - 09 Fév 2021 13:04 #6646 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants
A lire dans le "Café Pédagogique" du 02/07/13 : "Former des enseignants réflexifs, mode d'emploi".


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Juil 2013 09:20 - 02 Juil 2013 09:24 #6647 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants
Il y a dans cette présentation quelques phrases sympathiques pour les enseignants.

Former des enseignants réflexifs, mode d'emploi
Faire réfléchir les enseignants sur leurs pratiques est-ce possible ?

En tout cas faire un livre qui enfonce de telles portes ouvertes, c'est possible. Quel enseignant ne réfléchit pas à sa façon d'enseigner ?

C’est la question que pose cet ouvrage collectif multipliant les analyses théoriques, les interviews et les enquêtes sur le terrain. La question peut sembler incongrue mais ce livre nous montre que les enseignants n’ont guère de goût pour se regarder pédaler, quitte à garder la tête dans le guidon et ne pas voir surgir les obstacles.

Quelle sympathique image d'enseignants incompétents...

Pourquoi ce refus ?

Ah... on passe donc d'une absence de "goût" à un "refus"...

Après avoir donné une définition et de nombreux exemples de la démarche réflexive, les auteurs nous tracent un portrait fidèle des nouveaux enseignants...

Ah, une première indication : un enseignant réflexif, c'est avant tout "un nouvel enseignant".

...et analysent finement leurs résistances et les remèdes qui pourraient leur être apportées.

Tandis que les anciens enseignants n'analysent rien ou grossièrement et n'ont aucun remède à apporter. On retrouve ici tout le mépris des apprentis sorciers de la pédagogie pour tout ce que l'on peut appeler une tradition scolaire, au sens le plus admirable du terme.

Qu’est-ce que la démarche réflexive ? De nombreux exemples concrets sont proposés au lecteur et analysés. Il apparaît que cette manière d’exercer le métier d’enseignant augmente l’efficacité de ses adeptes, tout particulièrement quand il s’agit de gérer des situations difficiles.

Ça tombe bien, les nouveau enseignants sont surtout nommés dans les établissements difficiles en début de carrière. La réflexivité va faire des miracles dans ces banlieues défavorisées. :devil:

Cette manière de réfléchir s’exerce avant, pendant et après la classe...

D'après ma longue expérience en ZEP la réflexivité "pendant la classe" n'est pas une très bonne idée... :xx:

...et se révèle capable de seconder toute la vie professionnelle du praticien jusqu’à devenir une posture habituelle.

Dans les nouvelles pédagogies tout est affaire de "postures" en effet. On note d'ailleurs que l'enseignant devient un "praticien", ce qui change tout. :doc:

Il y gagne alors par ces « mises à distance » répétées de trouver un véritable sens à son métier, à ses responsabilités et de réelles satisfactions.

Tandis que l'ancien enseignant ne trouve aucun sens à son métier.

Cette réflexion se trouvera secondée efficacement par des recherches théoriques, en particulier issues des sciences cognitives, qui permettront d’appréhender avec toujours plus de pertinence les situations d’apprentissage rencontrées.

Magnifique jargon dont on voit bien effectivement comment il va permettre de gérer une classe difficile. Il s'agit bien "d'appréhender", effectivement. :devil:

Qui sont ces nouveaux enseignants auxquels on propose de réfléchir ? Leur portrait le plus exhaustif nous est donné par Pascal Guibert qui distingue les « héritiers » des « oblats ». Les héritiers parlent encore de vocation et de leur métier comme d’un « art de vivre ». Dans la classe ils recherchent et privilégient leurs semblables : les bons élèves. Persuadés que la maîtrise de leur discipline suffit à garantir leur savoir-faire ils sont peu soucieux de méthodes pédagogiques et d’innovation. Ils restent donc sourds aux formations professionnalisantes et aveugles aux invitations à réfléchir qui leur sont faites.

Quelle sympathique présentation des enseignants, encore une fois ! Les "héritiers", dans la plus pure tradition bourdieusienne de la "reproduction", n'ont donc présent qu'à l'esprit de faire réussir les plus favorisés et de maintenir dans l'échec tous les autres.
Notez comment le formatage et le matraquage idéologique deviennent "invitations à réfléchir qui leur sont faites". Et ceux qui ont cherché à imposer de nouvelles pédagogies, sont-ils invités aux-mêmes - au vu des résultats catastrophiques aujourd'hui - à la réflexivité ? :devil:
On notera encore une ode à l'innovation, terme emprunté au monde du Commerce, devenue plus importante que l'efficacité pédagogique. Et une critique de la "vocation", qui a la tendance exaspérante de donner à l'enseignant une forme d'indépendance insupportable.

A l’opposé on trouve les « oblats ».

Quel terme amusant et même temps si parlant, dans l'esprit des auteurs de l'article puisque les oblats sont des enfants abandonnés par leurs parents pour se consacrer à Dieu dans un monastère. Il s'agit bien de s'agenouiller et de réciter le nouveau catéchisme pédagogique. Dans cette conception l'enseignant a une vocation qu'il ne s'est pas choisie.
Contrairement aux "héritiers", les "oblats" ne cherchent pas à faire réussir quelques élèves mais à tous les faire échouer : voilà l'égalité des chances, façon nouvelles pédagogies. Malheureusement, la réalité est que ces nouvelles pédagogies font - malgré elles - davantage réussir les plus favorisés. Il n'y a qu'à constater la concentration sociale actuelle dans les classes préparatoires ou à Sciences-Po.

Plus intéressés par la pédagogie que par leur discipline les « oblats » sont ouverts aux conceptions modernes de l’école.

Et si c'est moderne, c'est que c'est mieux. :papy:

Ils sont capables de répondre aux nouvelles exigences de l’enseignement de masse.

C'est d'ailleurs pour ça qu'ils ne se présentent plus aux concours et que nous connaissons une dramatique crise des vocations. On dirait que les étudiants ont exercé leur "réflexivité" avant les concours ! :transpi:

Ils réservent donc un bon accueil aux propositions des formateurs.

Et ça, c'est tout ce qui compte. Un "enseignant réflexif" ne doit surtout pas réserver un accueil critique (au sens large du terme). :doc:

Quelles sont les résistances opposées par ces nouveaux enseignants aux démarches réflexives ?

Il y en a ? Quelle horreur ! Mais comment est-ce possible ?

Même si le degré de résistance doit être nuancé, on trouve des contestations récurrentes. Le principal reproche qu’ils font aux formations est leur manque de solutions pratiques. La théorie ne leur suffit pas, ne les intéresse que très peu, ils exigent des savoir-faire immédiats, des recettes.

Les simples d'esprit ! Alors que la "théorie", délivrée par des formateurs n'enseignant plus depuis des années ou bien à temps partiel dans des établissements sans difficulté, c'est tout ce qu'il faut pour affronter la réalité des quelques classes des "nouveaux publics" dans les quartiers défavorisés. :doc:

A ce reproche central s’ajoutent les inquiétudes suscitées par les discours divergents des formateurs qui pour certains montrent même peu d’enthousiasme pour les méthodes réflexives.

Les hérétiques !
Mais au fait "l''enthousiasme" est-il bien une "démarche réflexive" ? :scratch:

De plus, la pratique du « journal de stage » oblige à affronter les difficultés de l’écriture et les difficultés que l’on peut ressentir à dévoiler ses sentiments, ses inquiétudes, ses échecs parfois.

Face à quelqu'un qui ne connaît pas l'échec... puisqu'il est formateur. :mrgreen:

Une enquête fort bien menée et illustrée d’exemples concrets nous montre que les enseignants expérimentés supposés favoriser la réflexivité des stagiaires ne sont pas aussi exemplaires qu’ils le devraient dans leurs méthodes et leurs attitudes.

Encore des hérétiques ! Mais ils sont partout !

Préférant endosser la cape de l’enseignant modèle ils ne savent pas partager leurs propres inquiétudes. Plus savants que collègues, ils admonestent et critiquent plutôt que de prendre une réelle attitude de formateur.

Alors que les bons formateurs, comme on le voit dans cet article, sont parfaitement bienveillants à l'égard des enseignants.

Autant dire que ces manières ne sont pas faites pour encourager les jeunes enseignants à réfléchir puisqu’on ne leur en donne ni les méthodes, ni le temps.

En partageant leurs inquiétudes les enseignants expérimentés auraient pu rassurer les jeunes enseignants. Bref, il n'y a rien de pire que l'expérience. Mieux vaut se cantonner prudemment à la théorie, beaucoup plus rassurante.

Mais l’obstacle certainement le plus grave opposé à la réussite d’une posture réflexive est celui que dresse l’institution dans l’anonymat de ses hiérarchies et les chuchotements de ses salles de professeurs. L’analyse impitoyable menée par Philippe Perrenaud nous démontre que réfléchir c’est douter et douter c’est poser des questions. Résultat, on interroge vite les dogmes, les tabous, les non-dits avec la naïveté du débutant jusqu’à réveiller l’agressivité des inquiets qui veulent que rien ne change.

Alors que - on le constate - les réformistes ne sont pas du tout agressifs et n'ont ni dogmes ni tabous.

Et bientôt on finit par « ne plus penser ce qu’on a pas le droit de dire ». En un mot « soyez réflexifs mais ne troublez pas l’ordre des choses ».

C'est amusant car le seul endroit où j'ai jamais été dans cette situation, c'est à l'IUFM. :cheers:

Quels remèdes sont proposés par les auteurs ?

On est impatients de le savoir.

La solution la plus souvent espérée est celle de l’arrivée de formateurs qui gardent un pied dans une pratique quotidienne de la classe et l’œil sur des connaissances théoriques solides. Alors le hiatus théorie-pratique serait atténué.

Sans rire ?
Il a fallu beaucoup de "réflexivité" pour en arriver à ce constat ! :cheers:

Favoriser la contextualisation des théories voilà pour la plupart des contributeurs la condition nécessaire et quasi suffisante d’une diffusion de plus en plus étendue des pratiques réflexives.

Euh...

Nous pouvons donc dire que cet ouvrage nous apporte des outils de réflexion qui nous permettent naturellement de mieux réfléchir à nos propres pratiques, que nous soyons enseignants ou formateurs. Et ne perdons pas espoir dans les capacités réflexives des enseignants.

Et un formateur qui nie les conséquences dramatiques des nouvelles pédagogies appliquées depuis vingt ans est-il dans une démarche "réflexive" ?

Une enquête démontre que si, certes, au départ les enseignants tendent à faire appel à des pratiques traditionnelles, persuadés de leur supposée efficacité pour de « tenir leur classe »...

Alors que renoncer à cet objectif rend les choses beaucoup plus simples... :twisted:

...vient ensuite la question du sens de ce que l’on fait. Alors on revient sur ces pratiques, on les réfléchit et les étudiants retrouvent ces méthodes qui touchent non seulement la manière d’être de l’enseignant mais aussi l’efficacité de son travail.

Parlons donc de l'efficacité des nouvelles pédagogies... :devil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Sep 2013 18:47 #7309 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Sep 2013 00:49 #7315 par Typhon
Réponse de Typhon sur le sujet Il faut mieux former les enseignants
Sans même parler de la formation spécifique aux différents métiers de l'enseignement (au sujet de laquelle j'ai lu moult témoignages effarants), Ils ont été formés par le système éducatif actuel, donc ils sont mal formés, c'est évident, et c'est dommage.
Typhon

« There are two kinds of fools: one says, "This is old, therefore it is good"; the other says, "This is new, therefore it is better." »
(William R. Inge)
Mon site

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Plus d'informations
10 Sep 2015 09:30 - 10 Sep 2015 11:09 #14628 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants

Comment faire des enseignants des porteurs actifs des valeurs de la République et d'une pédagogie moins frontale ?

La "pédagogie frontale" (sic) serait donc opposée aux "valeurs de la République"

En changeant la formation des professeurs et des cadres de façon à changer les identités professionnelles. C'est l'objectif d'un rapport présenté par le think tank Terra Nova, un organisme proche du parti socialiste. Le rapport est piloté par Jean-Pierre Obin avec Jean-Louis Auduc, Gilles Langlois, directeur d'école primaire, Gérard Phelippeau, responsable de l'Espe de Créteil, et Philippe Watrelot, ancien président du Crap. Il dénonce le "corporatisme"...

Oui, quelle honte, ces enseignants qui défendent leurs conditions d'enseignement.

...et demande une refonte de la formation et des Espe pour rééquilibrer la part du professionnel et de l'académique.

Traduire : diminuer la part de l'académique (celle qui fonctionne, selon les professeurs eux-mêmes cf OCDE) et augmenter la part d'une formation idéologique.

Titularisation au bout d'un an d'exercice du métier
" La profession enseignante est aujourd’hui interrogée : quelle part doit y prendre la transmission des connaissances et quelle part y donner à l’éducation civique et comportementale ainsi qu’à la transmission des valeurs politiques et morales ?", écrit le rapport.

L'école n'a pas vocation à transmettre des "valeurs".

"Cette question, qui déborde d’ailleurs largement celle de l’éducation civique, est à l’ordre du jour dans beaucoup de pays, étant donnée l’évolution des sociétés (crise de la démocratie, montée des inégalités, ségrégations…), des comportements juvéniles (violences, addictions…) et des équilibres géopolitiques (développements des migrations, montée des fondamentalismes religieux…)".

Il faut donc renoncer à la mission d'enseigner et de faire des élèves, par l'instruction, des citoyens libres et autonomes pour transmettre à la place un catéchisme moralisant.
Ce n'est pas de morale qu'ont besoin les élèves, mais d'instruction. Comment comprendre le sens allégorique de "Je suis Charlie" sans connaissance historique ("Ich bin ein Berliner") ?

Très sévère sur les jurys des concours qui "ont développé des préoccupations essentiellement disciplinaires", qui ne mentionneraient pas les valeurs de la République et qui auraient une conception "indépendantiste" envers l'Etat...

L'école devrait donc soumettre les élèves et les professeurs à une "dépendance" envers l'Etat" ? Prometteur...
Souvenons d'où vient ce rapport. Mais pensons également à ce que "l’État" pourrait devenir en cas de nouvelle catastrophe électorale. Les programmes ou les horaires sont ainsi soumis à un simple arrêté ministériel....., sans plus aucune garantie démocratique.

...le rapport préconise une refonte de la formation initiale avec le report de la titularisation à la fin de la 1ère année d'enseignement de façon à juger le professeur sur son enseignement réel.

Si l'on pouvait le "juger" de façon permanente, d'ailleurs. C'est quand même regrettable que les futurs professeurs puissent échapper à la mainmise idéologique des ESPE après leur titularisation.
Voilà qui renforcerait en tout cas un peu plus l'attractivité du métier ! :santa:

Les épreuves d'admission seraient placées en fin de M2 ce qui économiserait les postes correspondant aux stages. Les épreuves des concours devraient devenir plus professionnelles."

Comprendre que les compétences disciplinaires sont des ennemis à abattre dans une école que l'on veut "interdiscipliner" (à la schlague).
"Economiser les postes correspondant aux stages", c'est supprimer la formation comme a fait la majorité précédente ? :shock:

Dans le premier degré, l'épreuve d’admission « Mise en situation professionnelle » pourrait se dérouler sur un dossier permettant d'évaluer un premier niveau de construction de compétences scientifiques, didactiques et pédagogiques dans un domaine tiré au sort – et non plus choisi par le candidat - parmi les huit domaines d'enseignement autres que les mathématiques et le français ;

Pour l'admission, il serait malheureux de s'intéresser aux enseignements fondamentaux...

...la seconde épreuve serait remplacée par une séquence d'enseignement avec des élèves, suivie d'un entretien. Pour tous, l’interrogation orale sur la transmission des valeurs de la République, en principe partie intégrante aujourd’hui de l’épreuve d’admission « Entretien à partir d’un dossier » devrait être « sanctuarisée » grâce à un horaire et un coefficient spécifiques".

Une sorte de serment républicain, comme proposé par le rapport Grosperrin.

Les IPR mis au pas
Le rapport recommande aussi de revoir le statut des Espe pour en faire des établissements membres d'une COMUE et ayant ainsi plus d'autonomie par rapport aux universités.

Il serait en effet de favoriser le retour aux dérives des IUFM. Les universités ont le malheur de dispenser un enseignement disciplinaire poussé, duquel il faut arracher les futurs professeurs.

Pour la formation continue, le rapport préconise la création d'une structure autonome alliée à une obligation de formation pour les enseignants.

Vœu pieux...

Les auteurs veulent aussi une refonte sérieuse de la formation des IPR accusée d'être trop disciplinaire et trop indépendante."

Voilà qui a le mérite de la clarté.

Comment s'étonner alors, qu’au moment des réformes et des expérimentations, les corps d'inspection apparaissent souvent dans une grande empathie sinon une forme de connivence avec les résistances au changement d’un corps enseignant qu’ils sont pourtant censés accompagner pour le faire évoluer ?", accuse le rapport. Le rapport recommande d'aligner le concours d'IPR sur celui des personnels de direction et de faire entrer dans les jurys des "profils plus diversifiés".

La caporalisation des IPR d'une part, leur recrutement par des personnalités extérieures à l'école d'autre part. C'est encourageant !
Cette obsession pour la formation montre bien qu'un certain "progressisme" hors-sol enrage de ne pouvoir agir sur les enseignants en poste.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2015 17:41 - 13 Sep 2015 17:42 #14679 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants
Dans "Rue des écoles" du 13/09/15 : "La France sait-elle former ses enseignants ?"

La France sait-elle former ses enseignants ?
La France sait-elle former ses enseignants ? On pourrait en douter tant les critiques pleuvent sur la manière dont la formation est organisée dans les Espé, (les écoles supérieures du professorat et de l’éducation) et ses contenus…. dernière en date ; le rapport de la fondation Terra Nova paru jeudi. Les débats restent vifs : qu’est-ce qui doit dominer, formation pédagogique ou disciplinaire ? Formation universitaire ou pratique ? Et au fond, l’Education nationale a-t-elle défini clairement ce qu’elle attendait de ses futurs professeurs, en 2015 et pour les 40 ans de carrière qui attendent ces jeunes gens ? Quatre invités, enseignant, formateurs, observateur pour en débattre avec nous…
Invité(s) :
Michèle Deprez, professeur de mathématiques et formatrice à l'ESPE de Paris
Eric Charbonnier, responsable du département éducation de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)
Philippe Watrelot, président du CRAP-Cahiers pédagogiques
Julie Van Rechem, enseignante
Le blog de Julie Van Rechem, Chouyo’s world :
www.chouyosworld.com/

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Fév 2021 10:53 - 09 Fév 2021 11:17 #23189 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Il faut mieux former les enseignants
Tribune de Marie Gaussel (IFE) dans "Le Monde" (abonnés) du 8/02/21 : "Apprendre aux enseignants à réfléchir sur leurs habitudes pédagogiques"

Ce message contient des informations confidentielles

Le lexique ("rompre avec ses habitudes", "se mettre en danger", "(ré)interroger sa pratique", "un travail mental, individuel ou collectif") n'est pas celui de la réflexion pédagogique, mais du management. On ne s'étonnera pas du titre infantilisant("apprendre aux enseignants à réfléchir..."). On ne s'étonnera pas non plus de la référence au Grenelle de l'éducation en début de tribune et de la conclusion :

Une réflexion pour le moins pertinente à l’heure des réformes d’ampleur à venir de la formation et du métier d’enseignant

Avant de devenir "chargée d'étude à l'IFE" en 2003, Marie Gaussel a été professeur-documentaliste.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.175 secondes
Propulsé par Kunena