L'actualité des concours de l'enseignement

Plus d'informations
11 Nov 2013 19:48 - 29 Avr 2014 15:05 #8381 par Loys
"Formation des profs : bien joué Monsieur Peillon !" (Nouvel observateur)
Et le "Nouvel Observateur" du 11/11/13 de galoper : "Formation des profs : bien joué Monsieur Peillon !"
Extrait :

Le ministre a enrayé la crise des vocations et réussi en catimini une réforme de la formation sur laquelle ses prédécesseurs s’étaient cassés les dents.
[...] La crise de la vocation qui vidait depuis plusieurs années le vivier des candidats est enfin enrayée : avec une hausse de 30% du nombre d'inscrits aux concours menant aux différents métiers de l’enseignement, qu’il s’agisse des professeurs des écoles, pour qui la hausse est plus spectaculaire encore avec presque 50%, ou ceux du secondaire.
1.000 postes n'avaient pu être pourvus l'année dernière
Mieux : le ministère se félicite même d’enregistrer les augmentations les plus importantes dans les régions les plus déficitaires pour les enseignants du 1er degré et les matières là aussi les plus en demande pour le secondaire. Et cela devrait continuer puisque les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) enregistrent elles aussi une hausse d’à nouveau 30% des inscrits en première année des masters Métiers de l’enseignement qui permettent de se préparer aux concours, selon une estimation qui porte sur environ la moitié du territoire.
Encourageant ! D’autant qu’il y avait urgence, la crise de la vocation de ces dernières années avait à ce point asséché le vivier que près de 1.000 postes n’ont pu être pourvus l’an passé faute d’étudiants ayant le niveau nécessaire et les taux de réussite à certains concours dépassaient les 50% - laissant craindre qu'on admette des candidats n'ayant pas les aptitudes souhaitées... Bien joué donc, Monsieur Peillon !

:cheers:
Ne sont pas décomptés de ces chiffres tous les admissibles du concours exceptionnel de 2014, qui se sont évidemment inscrits au concours rénové 2014... Des 11 000 inscriptions dites "supplémentaires" dans le secondaire, il faut au moins déduire 7 548 admissibles du Capes 2014 anticipé (écrits passés en 2013) et qui se sont bien évidemment inscrits à ce nouveau concours...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Déc 2013 08:12 #8830 par Loys
Un forum de recrutement à Créteil
A Créteil, l'Académie veut lutter contre les clichés avec un grand forum de recrutement pour embaucher des contractuels et promouvoir les métiers enseignants auprès des étudiants, avec cet argument entendu sur "France Inter" : le métier d'enseignant permet d'échapper au chômage...
Vue comme ça la lutte contre les clichés est presque gagnée. :cheers:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Déc 2013 00:42 - 24 Déc 2013 00:58 #8935 par Loys
"Postes : Un recul par rapport à 2013" (Café pédagogique)
A lire dans le "Café pédagogique" du 20/12/13 : "Postes : Un recul par rapport à 2013".

Connectez-vous pour voir le message entier.

Et également : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...231207371400307.aspx

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Fév 2014 15:24 #9497 par Loys
"Enseignants : pénurie dans le secondaire à la rentrée 2014 ? (Snes-FSU)" (VousNousIls)
A lire dans "VousNousIls" du 06/02/14 : "Enseignants : pénurie dans le secondaire à la rentrée 2014 ? (Snes-FSU)"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mar 2014 19:04 #9763 par Loys
"La "non attractivité" du métier de professeur. Désintox." (Claude Lelièvre)
A lire sur "EducPros" du 04/03/14 : "La "non attractivité" du métier de professeur. Désintox."

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mar 2014 19:04 #9764 par Loys
"La "non attractivité" du métier de professeur. Désintox." (Claude Lelièvre)
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Mar 2014 20:13 - 08 Mar 2014 14:18 #9765 par Loys
"La "non attractivité" du métier de professeur. Désintox." (Claude Lelièvre)
Nul doute que la baromètre Jobintree n'a guère d'intérêt. De là à considérer que la non attractivité du métier de professeur serait de l'"intox"...

Et lorsque l’on examine les résultats aux concours externes du Capes et de l’agrégation de la session 2013, on est saisi par la complexité de la signification que l’on peut accorder – par exemple – au rapport entre le nombre de postes offerts aux concours et le nombre de présents effectifs aux épreuves d’admissibilité ( selon les disciplines, en particulier). C’est davantage un problème qu’une réponse.

En revanche l'évolution du nombre de candidats depuis quinze ans est tout sauf "complexe". :spider:

Il y a eu en moyenne 2,4 présents pour un poste offert au concours externe du Capes (14 865 pour 6135 postes offerts).

En 2000, pour le seul CAPES seule histoire-géographie, il y avait 8 221 candidats (pour 775 postes soit 10,6 présents par poste.
Source : www.iufm.fr/applis/concours/index.php

Ce n’est pas, en moyenne, un »taux de sélectivité » élevé, mais le risque d’échouer ( après un effort en principe d’une année) était plus élevé que celui de réussir…

Certes, on peut se consoler ainsi... :santa:
Notez quand même l'euphémisme.

Si, dans certaines disciplines, le rapport a été singulièrement bas ( et préoccupant), comme en lettres classiques (0,6 présent pour un poste offert !), en allemand (1,2), en éducation musicale (1,3), en mathématiques (1,4), en lettres modernes (1,5), en anglais (1,9) ; le risque d’échouer et de »perdre une année » a été foncièrement dominant dans nombre d’autres disciplines : en sciences physiques et chimiques ( 4,5 présents pour un poste offert), en espagnol (5,2), en italien (6,2), en philosophie ( 8,2).

Tout va bien alors... même si les mathématiques et le français font partie des matières pour lesquelles il y a le plus de postes offerts. C'est vrai que l'enseignement du français et des mathématiques, c'est après tout très secondaire.

On aura remarqué que certains de ces résultats vont en sens inverse de ce que l’on pourrait entendre comme des caractéristiques de »l’attractivité » : par exemple, alors qu’en général les élèves qui font de l’allemand ou du latin ( et plus encore du grec) sont plus sélectionnées et moins nombreux en classe que ceux qui font de l’espagnol ou de l’italien, c’est en lettres classiques (0,6) et en allemand (1,2) qu’il y a le moins de présents aux épreuves d’admissibilité par rapport aux nombres de postes offerts, alors que c’est l’inverse en espagnol (5,2) et en italien (6,2).

Claude Lelièvre semble ignorer que devenir germaniste ou latiniste n'exige aucune sélection. Et sa conception de l'attractivité d'une discipline est pour le moins curieux : on voudrait devenir professeur dans une discipline en fonction du public de cette discipline, et non de la discipline elle-même ?
Puisqu'il est question des lettres classiques, on peut rappeler qu'en 2001 il y avait quatre fois plus de candidats par poste.

Et l’on a prétendu que ce rapport entre le nombre de postes offerts et le nombre de candidats mesurait sans problème »l’attractivité » du métier ? Foutaises !

Au concours, c'est tout sauf des foutaises...

Le risque de perdre une année de préparation au concours (sans le résultat attendu et espéré…) et nettement plus grand, en moyenne, pour le concours externe de l’agrégation que pour le CAPES externe : 6,1 présents aux épreuves d’admissibilité pour un poste offert au concours externe de l’agrégation (9645 présents pour 1589 postes offerts), contre 2,4 au CAPES.

Risque minimisé par la possibilité de passer le Capes dans le même temps...

Si certaines disciplines se distinguent encore une fois par un »taux de sélectivité » relativement faible : les lettres classiques (2,5), l’éducation musicale ( 3,1), les mathématiques (3,9), il paraît difficile de prétendre que le métier de professeur agrégé manquerait d »’attractivité » ( compte tenu en particulier de l’effort nécessaire pour réussir ce type de concours) dans nombre de disciplines où le risque d’échouer apparaît foncièrement élevé : histoire (8 présents pour un poste offert), physique -chimie (8,1), philosophie (9,3), sciences de la vie-sciences de la terre (9,4), arts plastiques ( 9,7), éducation physique et sportive ( 9,7).

Pour juger de l'attractivité de ces métiers, puisqu'en vertu des conditions particulières de recrutement on ne peut pas comparer avec d'autres métiers, on peut plus sûrement se référer au nombre total de candidats aux concours ou bien à la proportion de normaliens se présentant à l'agrégation.

Sans compter, in fine, certaines disciplines que d’aucuns n’envisagent même pas un seul instant ( et pourtant bien à tort car le problème du rapport offre-demande est complexe, ainsi que celui de l »’attractivité » du métier de professeur et de ses » indicateurs ») : sciences industrielles de l’ingénieur ( 10 présents aux épreuves d’admissibilité pour une place offerte), économie et gestion (12).

Avec un nombre de postes si minime qu'il est dépourvu de toute signification... :roll:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Mar 2014 18:32 - 09 Mar 2014 13:34 #9817 par Loys
"Le franc succès des concours de l’enseignement"
Vous pouvez commenter ici l'article : "Le franc succès des concours de l’enseignement" (8 mars 2014).

Et en bonus :
[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Mar 2014 22:00 #9820 par Loys
"Le franc succès des concours de l’enseignement"
D'après ce site, le seuil d'admission au CRPE de Versailles en 2013 était de 4,5/20.
viedemaitresse.fanzoom.net/crpe/
Merci à Cath.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Mar 2014 22:21 - 09 Mar 2014 22:22 #9821 par Loys
"Le franc succès des concours de l’enseignement"
En bonus sur la période plus large 1960-2013 les Capes de lettres modernes et de mathématiques :
[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mar 2014 19:34 - 14 Mar 2014 19:35 #9880 par Loys
"Claude Lelièvre : "Le métier d'enseignant motive encore !"" (VousNousIls)
Claude Lelièvre persiste et signe dans "VousNousIls" du 14/03/14 : "Claude Lelièvre : "Le métier d'enseignant motive encore !""

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Mar 2014 21:10 - 15 Mar 2014 09:05 #9882 par Loys
"Claude Lelièvre : "Le métier d'enseignant motive encore !"" (VousNousIls)
Il est sûr que l'indicateur Jobintree ne veut pas dire grand chose. De là à en conclure que "le métier d'enseignant motive encore" (formule bien peu enthousiaste à vrai dire)...

D'autant qu'en 2013, au moins deux enquêtes disent l'inverse ! La pre­mière, réa­li­sée par Viavoice pour le Nouvel Observateur, révèle que 85% des ensei­gnants se sentent épanouis dans leur tra­vail, tan­dis que la seconde, menée par l'UNSA Education, montre que 94% des per­son­nels de l'éducation aiment leur métier.

Deux indicateurs hors sujet puisqu'il est question de l'attractivité du métier pour ceux qui ne le pratiquent pas, pas pour ceux qui l'exercent. A ce compte autant demander à des philatélistes s'ils s'intéressent aux timbres. :roll:
On peut par ailleurs aimer son métier et déplorer ce qu'il est devenu... :twisted:

Si le métier d'enseignant attire, com­ment expliquez-vous que des postes res­tent vacants au Capes depuis plu­sieurs années ?
L'attractivité de la pro­fes­sion ne se mesure pas faci­le­ment. Ce que l'on peut appré­cier c'est la sélec­ti­vité du concours, mais cela ne dit rien de la dif­fi­culté intrin­sèque de celui-ci. Quand on regarde les choses de près, on s'aperçoit qu'il y a de grandes dif­fé­rences entre les dis­ci­plines.

Un propos relativiste à souhait. Si l'on écoute Claude Lelièvre l'attractivité du métier est impossible à mesurer, ce qui est bien pratique en pleine crise des vocations...

Si on s'intéresse au Capes externe, on se rend compte qu'en espa­gnol il y a 5 can­di­dats pour un poste offert, 6 en Italien et le record, 8 en phi­lo­so­phie. Il ne s'agit pas d'adresser son CV pour être reçu ! Ceux qui passent ce concours l'ont pré­paré pen­dant au moins un an. Quand on prend le risque d'avoir 5 chances sur 6, voire 7 chances sur 8 d'échouer, cela montre bien, me semble-t-il, que le métier d'enseignant motive encore !

Admettons, mais ces trois Capes ne représentent jamais que 8% des postes. Les Capes avec moins de 2 candidats par postes concernent... les deux tiers des postes ! :cheers:
Pour l'espagnol, la philosophie et l'italien, en 1998, il y avait respectivement 8, 13 et 14 candidats présents par poste...
Par ailleurs Claude Lelièvre ne parle évidemment pas du taux record de 41% de réussite au CRPE, avec un pic à 75% dans l'académie de Versailles, l'académie qui proposait en 2013... le plus de postes (15% des postes) ! :cheers:
Mais comme dit Claude Lelièvre : "L'attractivité de la pro­fes­sion ne se mesure pas faci­le­ment" ! :santa:

Je ne nie pas les dif­fi­cul­tés dans cer­taines dis­ci­plines telles que les lettres clas­siques, avec 0,6 can­di­dats pré­sents pour un poste offert, l'allemand (1,2), l'éducation musi­cale (1,3), les mathé­ma­tiques (1,4) ou encore les lettres modernes (1,5). Il ne s'agit plus d'un concours mais d'un examen...

Oui mais ça ne concerne après tout qu'une partie des disciplines, et des disciplines subalternes. :santa:

Par ailleurs, si l'on s'intéresse à l'agrégation, la situa­tion est encore dif­fé­rente. En lettres clas­siques, la sélec­tion est rela­ti­ve­ment faible avec 2,5 can­di­dats pour un poste, com­pa­rée à des dis­ci­plines comme l'histoire (8 pré­sents pour un poste) ou la phi­lo­so­phie par exemple (9,3). Il ne faut donc pas faire de constat hâtif.

C'est vrai que la sélectivité reste plus élevée, ce qui est plus logique. Mais même pour l'agrégation, le taux de réussite était de 15% en 2013 contre une moyenne de 13% sur les vingt dernières années.

N'existe-t-il pas mal­gré tout un lien entre l'attractivité du métier et la sélec­ti­vité aux concours ? Si les concours étaient moins sélec­tifs n'y aurait-il pas davan­tage de motivés ?

Difficile de faire moins sélectif qu'actuellement... :scratch:
S'il y a un lien, c'est dans le sens inverse.

Absolument pas. Il y a trois para­mètres essen­tiels qui déter­minent l'attractivité : la rému­né­ra­tion, les condi­tions de tra­vail et la consi­dé­ra­tion. Le rap­port entre le nombre de can­di­dats et le nombre de postes offerts ren­voie à la ques­tion du vivier. Devenir pro­fes­seur de lettres clas­siques ou d'allemand sup­pose d'avoir suivi un iti­né­raire sco­laire très sélec­tif.

En quoi les études d'allemand seraient-elles plus sélectives que les études d'espagnol ou d'italien ? :shock:

Il est actuel­le­ment plus dif­fi­cile de deve­nir pro­fes­seur de lettres clas­siques que d'espagnol par exemple, si l'on consi­dère l'ensemble du cur­sus. Ce n'est donc pas par dés­in­té­rêt qu'il y a moins de can­di­dats en alle­mand et en lettres clas­siques qu'en espa­gnol ou en ita­lien.

Sélectivité brutale puisqu'il y avait 843 candidats présents en lettres classiques en 2001 pour 335 postes contre 124 candidats présents pour 200 postes en 2013. :santa:

D'une part, les rému­né­ra­tions sont les mêmes. D'autre part, les condi­tions d'exercice sont plus favo­rables en alle­mand et en lettres clas­siques, car les élèves sont en géné­ral meilleurs et moins nombreux.

On se demande donc pourquoi les candidats ne se précipitent pas sur ces Capes avantageux !

L'attractivité, la sélec­ti­vité et la dif­fi­culté à obte­nir tel ou tel poste sont trois choses dif­fé­rentes.

Mais les chiffres des candidats en eux-mêmes sont éloquents, contrairement à ce qu'essaie de faire croire Claude Lelièvre. Plus de 60 000 candidats au CRPE au début des années 2000, moins de 20 000 actuellement. :spider:

J'ajoute que selon les dis­ci­plines, la pos­si­bi­lité de ne pas s'orienter vers l'enseignement est plus ou moins grande. A l'agrégation, c'est en sciences de l'ingénieur (10 pré­sents pour un poste offert) et en économie/gestion (12) qu'il y a le plus de demandes par rap­port au nombre de postes offerts. Et pour­tant, il est plus aisé de ne pas opter pour l'enseignement dans ces dis­ci­plines, plu­tôt qu'en phi­lo­so­phie ou en his­toire par exemple.

Claude Lelièvre raisonne à l'envers. C'est précisément parce que certaines disciplines destinent à enseigner qu'elles subissent une crise en amont. Les lettres classiques en sont le meilleur exemple.

Vincent Peillon est-il par­venu à sus­ci­ter un regain d'intérêt pour la profession ?
Il faut se rap­pe­ler qu'avant 2012, sous le gou­ver­ne­ment de François Fillon, le nombre de postes offerts s'est effon­dré : la moi­tié des ensei­gnants qui par­taient à la retraite n'étaient pas rem­pla­cés. Mécaniquement, cela a fait bais­ser le nombre d'étudiants dési­reux de pré­pa­rer les concours...

La baisse des candidats au CRPE 2003 suivait une hausse des postes dans les années précédentes. :roll:

Vincent Peillon a, lui, aug­menté le nombre de postes offerts mais il faut un à deux ans, avant que cela se res­sente sur le nombre de can­di­dats aux concours.

François Hollande a fait son annonce des 60 000 postes fin 2011. La hausse aurait déjà du être constatée dans des proportions plus grandes en 2013, avec en plus un concours exceptionnel supplémentaire doublant les chances de réussir.

Autre para­mètre non négli­geable qui explique que le vivier s'est momen­ta­né­ment appau­vri : il faut désor­mais un mas­ter pour vali­der son concours, et non plus une licence.

Un master pour le valider, ce n'est pas un master pour le présenter. Claude Lelièvre joue sur les mots. :xx:

Ce qui est sûr : l'annonce de la créa­tion d'une vraie for­ma­tion pour les ensei­gnants, au tra­vers des ESPE, a com­mencé à jouer un rôle non négli­geable pour une appré­hen­sion plus posi­tive de l'entrée dans le métier. Mais il est encore trop tôt pour en mesu­rer tous les effets.

Ça c'est sûr !
Ne doutons pas que la création des Espé à l'image des IUFM va susciter une vague d'engouement sans précédent. :santa:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Mar 2014 14:32 #9895 par Loys
"Sélectractivité du métier d'enseignant" (Émile Lanoë)
A lire sur ce sujet : "Sélectractivité du métier d'enseignant" par Émile Lanoë (11/03/14).
A vérifier mais il semblerait que, pour le concours de professeur des écoles, la note éliminatoire était, avant la masterisation, de 5 sur 20.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Mar 2014 16:00 - 20 Mar 2014 18:34 #9950 par djallas
"Piège à con(cour)s"
L'allusion de Claude Lelièvre au concours de sciences industrielles de l'ingénieur m'a fait doucement rire. C'est bien de se baser sur des chiffres pour ne pas dire de bêtises, mais se baser sur des cas particuliers pour étayer ses propos, c'est franchement limite (sans considération d'une quelconque intention malhonnête de l'auteur évidemment).
Je m'explique avant qu'on me rejette la faute : ce concours en particulier a subi de profondes modifications en 2013 qui rendent toute analyse d'attractivité, de taux de sélectivité et j'en passe bien difficile à interpréter. On parle ici d'un concours qui a subi une réforme des programmes, une modification des épreuves du concours, un rassemblement de plusieurs concours en un seul et enfin d'une annonce après la date limite d'inscription d'une réduction du nombre de postes par rapport à l'année précédente de plus de 50%. Alors oui, avoir dix inscrits pour une place, c'est facile si vous divisez le nombre de places par deux après les inscriptions (suffit d'être à cinq pour une avant l'annonce à peu de choses près)...
De la même manière, on pourra signaler qu'annoncer un taux de sélectivité jugé bas de 3.9 pour les mathématiques, ben c'est facile à obtenir quand on voit que le nombre de places est augmenté à plusieurs reprises (toujours après la date limite des inscriptions) pour des raisons diverses et variées (qui peuvent être reliées à une pénurie d'enseignants et/ou des annonces gouvernementales entre autre, mais ce n'est pas le sujet) pour aboutir à une augmentation du nombre de postes de 27% pour seulement 16% de candidats en plus ... Ah ben c'est sur qu'on perd en attractivité, y'a plus de candidats qu'avant ...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Mar 2014 21:39 #9953 par Loys
"Piège à con(cour)s"
Effectivement, des éléments très intéressants que vous portez à ma connaissance et qui conduisent à relativiser encore davantage l'exemple pris par Claude Lelièvre.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Mar 2014 02:11 #9956 par LeCancre
"Le franc succès des concours de l’enseignement"
Bonjour,
Enfant d'enseignant j'ai vu la profession évoluer...
C'est passé de "mon fils a de mauvaises notes je vais lui en coller une" à "mon fils a de mauvaises notes je vais vous en coller une". (NB: les deux étaient mauvais de mon point de vue).
En gros.
Plus les politiques qui tapent sur "ces feignants de profs".
Plus les classes bourrées d'élèves, les réformes qui se succèdent non pas par pertinence mais parce qu'un nouveau ministre veut laisser sa trace.
Et puis les conversations de parents très amusés que leur gamine ait sortie à sa prof qu'elle était "conne et moche" et qui s'étonnent ensuite que l'enseignant n'ait pas d'autorité.
Bref.
J'aimerais bien enseigner. J'aime les gosses, j'aime enseigner.
Mais je n'ai aucune envie de me retrouver face à des gamins qui me considéreront comme l'image de la société qui les rejette, de supporter des parents qui me considéreront comme la cause d'échec de leur gosse et me perçoivent comme un clown surpayé avec des vacances à tire-larigot. Et j'ai envie d'enseigner, ce qui suppose des classes de 20-25gosses, pas 35-40! A 35gosses, on fait de la gestion de masse.
Bref, paradoxe, je suis chômeur et je donne des cours particuliers bénévoles pour les gosses de mes potes. Pour le plaisir d'aider des gamins à mieux comprendre les matières que j'adore et pour le plaisir de les voir évoluer, s'améliorer.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Avr 2014 10:25 #10213 par Loys
"Education: où sont passés les 60 000 postes promis par Hollande ?" (L'Express)
Dans "L'Express" du 10/04/14 : "Education: où sont passés les 60 000 postes promis par Hollande?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Avr 2014 15:59 #10228 par Loys
Stagiaires : "Typologie des situations"
Attention : mal de tête assuré !


Connectez-vous pour voir le message entier.

www.education.gouv.fr/cid71710/concours-...ations-en-stage.html

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Avr 2014 15:03 #10327 par Loys
Stagiaires : "Typologie des situations"
Mauvaise nouvelle... mais c'était prévisible. Dans "VousNousIls" du 29/04/14 : "Capes exceptionnel 2014 : 1 poste sur 2 non pourvu en mathématiques" .


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Avr 2014 15:35 #10328 par Loys
"Va-t-on vers une pénurie de professeurs de maths ?" (Le Monde)
Dans "Le Monde" du 29/04/14 : "Va-t-on vers une pénurie de professeurs de maths ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Avr 2014 16:20 - 29 Avr 2014 16:27 #10331 par Loys
"Va-t-on vers une pénurie de professeurs de maths ?" (Le Monde)

Va-t-on vers une pénurie de professeurs de maths ?
La France va-t-elle connaître une pénurie de professeur de maths ?

Avec 376 postes non pourvus en 2011, 298 en 2012, 394 en 2013 et 799 en 2014 (concours exceptionnel), soit un total de 1867 postes en quatre ans (soit 40% par an en moyenne), on peut dire qu'on "va" vers une "pénurie"... :santa:

Le précédent ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon, avait décidé d'intercaler une session exceptionnelle des concours des professeurs entre les sessions annuelles 2013 et 2014 pour relancer le recrutement des enseignants.

C'est un franc succès...
En même temps ne s'étonnent de ces chiffres que ceux qui avaient pris pour argent comptant les chiffres du Ministère sur le nombre de candidats ou d'admissibles.

Cette décision devait permettre à la fois de remplacer les départs à la retraite et de pourvoir progressivement les 54 000 créations de postes programmées sur le quinquennat dans l'éducation, après 80 000 suppressions sous la droite.

Un engagement qui ne coûte pas cher, on le voit.

CRISE DU RECRUTEMENT
En ce qui concerne le Capes de mathématiques, la stratégie aura été pour le moins un échec.

Pas grave : c'est juste le Capes qui recrute le plus. :mrgreen:

Au total, 793 candidats ont été admis en liste principale, soit moitié moins que les 1 592 postes à pourvoir. A noter que sur les 4 583 inscrits au Capes de maths, seuls 2 529 se sont effectivement présentés aux épreuves.

Ce qui est logique, vu que s'étaient inscrits des admis au concours 2013 n'ayant pas encore leurs résultats (voir plus haut dans ce fil), d'où la hausse mécanique des inscriptions au concours exceptionnel 2014 (+53% d'inscrits). :santa:

Plusieurs raisons expliquent la crise du recrutement des professeurs, dont la réforme de la formation de 2010 ou « masterisation » qui a relevé au master (bac + 5) le niveau requis pour être enseignant. Or, le vivier d'étudiants en master est beaucoup moins important qu'en licence. Pour les mathématiques, la baisse est plus ancienne et s'explique par un marché du travail qui sollicite et rémunère davantage les scientifiques.

C'est certain.

Par ailleurs, l'attractivité du métier a souffert de salaires considérés bas pour des diplômés à bac + 5 et de la suppression de la formation initiale des enseignants sous la droite, rétablie par M. Peillon dans les écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) qui ont ouvert à la rentrée 2013.

Le dernier argument semble peu probable puisque précisément cette année de formation a été rétablie.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Avr 2014 08:59 #10338 par Loys
"La moitié des postes au capes de mathématiques restent vacants?" (Peut mieux faire)
Sur "Peut mieux faire" du 29/04/14 : "La moitié des postes au capes de mathématiques restent vacants" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Avr 2014 09:00 - 30 Avr 2014 09:01 #10339 par Loys
"La moitié des postes au capes de mathématiques restent vacants?" (Peut mieux faire)

De plus, pour multiplier leurs chances de réussite, beaucoup de candidats ont passé deux concours : celui de la session 2013, dont les résultats sont tombés en juillet de cette même année, et celui de la session 2014 exceptionnelle (avec des épreuves écrites en juin 2013). Tous ceux qui ont réussi le premier concours ne se sont pas rendus à la suite des épreuves du second (les oraux organisés en avril 2014).

Il est opportun de s'en rendre compte maintenant. :devil:

Peut s’ajouter à ces explications la désaffection générale des filières scientifiques en licence. Et, si l’on remonte encore plus loin, la nature de la série scientifique (S) au lycée, qui demeure une filière d’élites et dont une minorité d’élèves est véritablement motivée par le projet d’une carrière scientifique.

:shock: :scratch:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Avr 2014 22:42 - 23 Jui 2014 19:21 #10342 par Loys
"CRPE 2014 exceptionnel : 10 % des postes non pourvus" (VousNousIls)
Dans "VousNousIls" du 30/04/14 : "CRPE 2014 exceptionnel : 10 % des postes non pourvus".

Connectez-vous pour voir le message entier.

Dans la presse : A propos du "Nouvel Obs", à relire : "Formation des profs : bien joué Monsieur Peillon !" (11/11/13). Extrait :

Véronique Radier dit: Autant la réforme des rythmes scolaires n’en finit pas de faire des vagues, et met en difficulté Vincent Peillon, autant le ministre de l’Education nationale a joué tout en finesse et obtenu des résultats discrets mais prometteurs du côté de la formation et du recrutement des enseignants. La crise de la vocation qui vidait depuis plusieurs années le vivier des candidats est enfin enrayée : avec une hausse de 30% du nombre d'inscrits aux concours menant aux différents métiers de l’enseignement, qu’il s’agisse des professeurs des écoles, pour qui la hausse est plus spectaculaire encore avec presque 50%, ou ceux du secondaire.
1.000 postes n'avaient pu être pourvus l'année dernière
Mieux : le ministère se félicite même d’enregistrer les augmentations les plus importantes dans les régions les plus déficitaires pour les enseignants du 1er degré et les matières là aussi les plus en demande pour le secondaire. Et cela devrait continuer puisque les Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) enregistrent elles aussi une hausse d’à nouveau 30% des inscrits en première année des masters Métiers de l’enseignement qui permettent de se préparer aux concours, selon une estimation qui porte sur environ la moitié du territoire.
Encourageant ! D’autant qu’il y avait urgence, la crise de la vocation de ces dernières années avait à ce point asséché le vivier que près de 1.000 postes n’ont pu être pourvus l’an passé faute d’étudiants ayant le niveau nécessaire et les taux de réussite à certains concours dépassaient les 50% - laissant craindre qu'on admette des candidats n'ayant pas les aptitudes souhaitées... Bien joué donc, Monsieur Peillon !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Mai 2014 22:25 - 05 Mai 2014 13:47 #10363 par Loys
"Concours : Hamon : "On fera face aux besoins des établissements" (Café pédagogique)
Dans le "Café" du 02/05/14 : "Concours : Hamon : "On fera face aux besoins des établissements"
Extrait :

Interrogé le 30 avril, Benoît Hamon se veut rassurant. "On aura deux fois plus d'admis à la fin de l'année qu'aujourd'hui car il y a deux concours. Cela reste un concours. Je serais plus inquiet s'il y avait 100% de réussite. "On aura les moyens de faire face aux besoins des établissements", nous a dit le ministre.... B. Hamon a souligné la hausse du nombre de candidats dans des académies difficiles comme Créteil et la Guyane", des académies où il manque respectivement près de 150 et 50 admis au concours du premier degré. Le ministre "réfléchit à l'hypothèse de remettre les postes non pourvus sur le concours de 2014".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Mai 2014 13:46 - 05 Mai 2014 13:48 #10384 par Loys
"Maths : La crise du recrutement est devant nous" (Café pédagogique)
Dans le "Café" du 05/05/14 : "Maths : La crise du recrutement est devant nous"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Mai 2014 18:47 - 06 Mai 2014 18:56 #10395 par Loys
"L'Angleterre met la main à la poche pour trouver des professeurs de maths" (Café pédagogique)
Et une solution originale : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...349576915184120.aspx

L'Angleterre met la main à la poche pour trouver des professeurs de maths
Devant la pénurie de professeurs de maths et de physique, l'Angleterre a une approche empirique. Les étudiants enseignants seront payés 40 000 livres par an pendant leurs deux années d'étude, annonce BBC News. C'est le double de ce que touchent les futurs professeurs dans les autres disciplines. Il recevront la même somme la troisième année. De grandes entreprises comme Barclays ou BAE Systems subventionneront ce programme.

Ce qui fait plus de 4 000€ pendant trois ans. Question : cette revalorisation est-elle contractuelle ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Mai 2014 20:23 - 12 Mai 2014 20:25 #10453 par Loys
"Capes de mathématiques : "il n'y a pas de crise des vocations" (VousNousIls)
Dans "VousNousIls" du 12/05/14 : "Capes de mathématiques : "il n'y a pas de crise des vocations" avec Bernard Egger.
[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Mai 2014 20:29 - 12 Mai 2014 20:34 #10454 par Loys
"Capes de mathématiques : "il n'y a pas de crise des vocations" (VousNousIls)

Capes de mathématiques : "il n'y a pas de crise des vocations
Ce pro­blème n'est pas récent, il a com­mencé à appa­raître il y a quatre ou cinq ans.

Voilà qui confirme plutôt la crise de vocations. :scratch:

Le nombre de postes pour­vus est glo­ba­le­ment resté stable, avec 793 admis en liste prin­ci­pale en 2014.

Mais surtout globalement insuffisant (40% des postes non pourvus depuis 4 ans en moyenne)...

Ce qui a beau­coup aug­menté, c'est l'offre : on est passé d'environ 1100 postes à pour­voir en mathé­ma­tiques l'an der­nier à 1592 cette année. En clair, comme le minis­tère a aug­menté le nombre de postes à pour­voir, pour par­ve­nir aux créa­tions de postes annon­cées sur la durée du quin­quen­nat, le pour­cen­tage de postes pour­vus s'est méca­ni­que­ment effon­dré. Mais, en pra­tique, le faible nombre de can­di­dats reste le nœud du problème.

Mais le faible nombre de candidats n'a rien à voir avec une peu probable crise des vocations. :roll:

Pourquoi le métier de pro­fes­seur de mathé­ma­tiques est-il plus tou­ché que d'autres spé­cia­li­tés par une crise des vocations ?
Il ne s'agit pas d'une crise des voca­tions. Tous les métiers de l'enseignement sont tou­chés actuel­le­ment par une désaf­fec­tion des can­di­dats, y com­pris dans le pre­mier degré puisque plus de 800 postes n'ont pas été pour­vus.

Ah donc pas de crise de vocations... Cherchez la logique. :santa:
Quant à la baisse du nombre de candidats, elle commence à dater sérieusement :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Mai 2014 21:01 #10467 par Loys
"En France, on peut devenir prof des écoles avec 4,17/20 de moyenne" (Rue89)
Dans "Rue89" du 13/05/14 : "En France, on peut devenir prof des écoles avec 4,17/20 de moyenne" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.301 secondes
Propulsé par Kunena