L'actualité des concours de l'enseignement

Plus d'informations
13 Mai 2014 21:26 #10471 par Loys
"Concours enseignants du secondaire dans l'enseignement public : hausse sensible des recrutements en 2013" (DEPP)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Mai 2014 21:46 - 15 Mai 2014 21:47 #10517 par Loys
"L’EIST, l’interdisciplinarité scientifique au collège" (EduxaVox)

L'Angleterre met la main à la poche pour trouver des professeurs de maths

En France une autre solution est en préparation, plus économique et plus innovante pédagogiquement : l'EIST !
Dans "EducaVox" du 15/05/14 : "L’EIST, l’interdisciplinarité scientifique au collège" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Mai 2014 14:00 - 20 Mai 2014 14:33 #10578 par Loys
Pour que " les profs ressemblent aux jeunes qu'ils auront en face d'eux" (Philippe Watrelot)
Philippe Watrelot des "Cahiers pédagogiques" rejoint Bernard Egger et Claude Lelièvre, avec à peu de choses près les mêmes arguments que ce dernier : la crise de recrutement ? Quelle crise ? :)
"4 de moyenne" (17/05/14)

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Mai 2014 14:32 #10579 par Loys
Pour que " les profs ressemblent aux jeunes qu'ils auront en face d'eux" (Philippe Watrelot)

“En France, on peut devenir prof des écoles avec 4,17/20 de moyenne”, c’est le titre d’un article de Pascal Riché, fondateur de Rue89 sur ce site et publié en début de semaine. Un autre article du Figaro avec quasiment le même titre est sorti ce samedi. Ces deux articles très proches s’alarment du fait que dans les académies de Versailles et de Créteil, le seuil d’admission ne dépasse pas 5/20. Pour Pascal Riché, c’est le signe d’une crise des vocations pour un métier que les pouvoirs publics ne savent pas rendre attrayant.

Mais pour Philippe Watrelot, ce n'est rien que de normal !

Comme je l’ai fait sur les réseaux sociaux, il faut rappeler ici quelques éléments de réflexion pour nuancer cette analyse. Et d’abord qu’il Il n'y a pas un “4 absolu" ou un “12 intangible'" comme il existe un mètre étalon au Pavillon de Sèvres. Les études de la docimologie (trop peu connues) depuis les années 30 montrent la variabilité et la relativité de la note... Donc la note en elle même ne veut rien dire.

Et tant pis si l'on observe une corrélation entre le faible nombre de candidats par poste et le seuil d'admission dans les académies déficitaires.

D’autant plus que c'est un concours et donc ce qui importe ce n'est pas la note mais le classement. Ce phénomène n'est pas propre aux concours d'enseignement. Il suffit malheureusement d'aller observer aussi les pratiques de notation en classes prépas où d'excellents élèves de Terminale ayant eu de très bonnes notes au bac se retrouvent avec des 1 ou des 2 à leur entrée en prépa.

Précisément ces élèves deviennent étudiants et changent de système et d'exigences. Les candidats au CRPE sont confrontés aux mêmes exigences et le seuil d'admission a été divisé par deux depuis 2012 dans ces académies difficiles : mais tout ceci est à mettre sur le compte d'une arbitraire docimologie !

Faut-il en conclure à une baisse de niveau ? C'est donc plus compliqué que cela...
Bien sûr, on peut voir, comme le fait Pascal Riché et plusieurs commentateurs avant lui, dans cette “crise” de recrutement...

Admirez les guillemets ! Philippe Watrelot se garde bien néanmoins de nier la crise...

...un manque d’attractivité du métier lié à sa difficulté, son manque de prestige et à sa faible rémunération (comparé à d’autres métiers et d’autres pays).

Autant de raison ridicules, bien sûr. Philippe Watrelot n'exprime pas d'avis à ce sujet : c'est étrange.

Nous rappelions dans une précédente revue de presse que à la session 2014 exceptionnelle du Capes, la moitié des postes de profs de maths n'ont pas été pourvus. On constate des phénomènes similaires dans d’autres disciplines. Dans le premier degré, 875 postes sont non pourvus à l'issue des épreuves d'admission, soit 10 % des postes ouverts au concours. Ces chiffres peuvent en effet inquiéter...

Un brin... :mrgreen:

... lorsqu’on sait que l'Etat compte recruter 58 000 postes d'ici 2017.

Pas vraiment puisque la grande partie correspond à des stagiaires, et donc à des demi-postes (voir plus haut dans ce fil)

Nous rappelions qu’en 2013, il y a eu deux concours de recrutement. Celui dont on parle ici c’est ce le “2013-2” ou plutôt le “2014 avancé”. Ce 2ème concours a pu être ouvert à ceux qui avaient raté le premier. On peut donc se demander si tous les candidats étaient “au niveau” (dont on peut discuter...) ...

Il faut croire que non, selon les jurys...

...et surtout si on a pas épuisé le “vivier” de candidats potentiels.

La question est plutôt : y a-t-il encore un vivier ?

Car si on recrute au niveau du master on a évidemment un potentiel de candidats moins important que si on recrute en licence.

Mais ce n'est parce qu'il y a une cause qu'il y a un effet ! :doc:

Par ailleurs, dommage co-latéral de la masterisation, on écarte des métiers d'enseignants les jeunes issus des milieux populaires qui vont dans des proportions moindres jusqu'au master. Si l'on veut que les profs ressemblent aux jeunes qu'ils auront en face d'eux, il faut aussi se préoccuper de ça...

Les professeurs doivent "ressembler" aux jeunes qu'ils ont en face d'eux ? Que veut dire cette phrase ? :shock:
Allons plus loin : il faut des professeurs d'origine populaire pour faire classe à des élèves de milieu populaire ? :shock:

Mais revenons aux notes des candidats au CAPES et au “niveau qui baisse”. Si les postes n’ont pas été pourvus cela ne veut pas dire forcément que les candidats n’étaient pas présents mais que les jurys ont estimé qu’ils n’avaient pas le niveau suffisant pour être admis.

Précisément dans les académies de Créteil et Versailles le taux de réussite a crevé le plafond de l'histoire des concours au concours exceptionnel de 2014 avec 87% d'admis !
Philippe Watrelot, pour faire oublier ces chiffres du CRPE 2014 exceptionnel (qu'il se garde bien de rappeler), évoque le Capes 2014 ou certains jurys ont maintenu des exigences, avec seulement 50% des postes pourvus en mathématiques par exemple. Ce qui s'appelle noyer le poisson.

Bien sûr il est tout à fait légitime que les membres des jurys éliminent les candidats qui posent un vrai problème de compétences. Mais on peut aussi s'interroger sur le comportement de ces jurys qui recalent des candidats sur des motifs quelquefois flous et décalés par rapport aux réalités du terrain.

Quel rapport avec la discussion présente ? Et pourquoi s'en prendre aux jurys d'examen, qui ne sont pas responsables de la baisse du nombre de candidats (et nécessairement du niveau moyen de ceux-ci) ? Et en quoi seraient plus "décalés par rapport aux réalités du terrain" que Philippe Watrelot ? Quelles sont ces réalités ?
En somme les jurys, en acceptant de descendre à 4/20, sont encore trop exigeants... C'est la logique même ! :santa:

Les exemples de questions pièges où on interroge les candidats sur des “savoirs décoratifs” dignes de “Questions pour un champion” sont nombreux. Comme nous le disions plus haut, la note en elle même ne veut rien dire.

Bien sûr...

Sauf que ceux qui mettent une très faible note ou distribuent des "zéro" à tire larigot en posant ce genre de questions marquent ainsi leur territoire et leur pouvoir...

Où l'on retrouve le combat bourdieusien de Philippe Watrelot : les exigences des jurys d'examen sont destinées à permettre la reproduction sociale.

On aura beau faire des concours supposés plus "professionnels" avec plus de pédagogie, si certains membres de jurys de concours continuent à se comporter quelquefois comme des petits marquis hautains qui méprisent les personnes qu'ils interrogent, on n’aura pas fait avancer la conception du métier.

Heureusement que Philippe Watrelot ne témoigne jamais de mépris lui-même !

On peut aussi faire remarquer que les candidats à ce deuxième concours ont du en même temps, préparer le concours, assurer des cours dans le cadre de leur contrat et suivre des cours et rendre des devoirs pour finir leur master. Ça fait beaucoup pour des gens de bonne volonté ! Il est beaucoup plus difficile pour les candidats de travailler sur deux fronts que de se concentrer sur un seul objectif.

Il faudrait que Philippe Watrelot décide quelle est sa position : le niveau baisse ou pas ? :devil:

Le concours peut donc être à la fois moins sélectif et plus difficile.

:cheers:

Le discours sur le niveau qui baisse et la "faible attractivité des concours" doivent donc être déconstruites et remises en perspective.

Avec des arguments percutants, effectivement.

L’analyse critique des médias, ça devrait être dans le socle commun ?

C'est curieux mais cette même analyse n'est pas faite par Philippe Watrelot lorsque "Le Monde" célèbre la fin de la crise de recrutement. :mrgreen:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Mai 2014 11:18 - 21 Mai 2014 11:19 #10590 par Loys
"Maths : Le recrutement est bien compromis" (Café pédagogique)
Dans le "Café" du 21/05/14 à propos du concours 2014 régulier : "Maths : Le recrutement est bien compromis" . Cette fois, les chiffres sont pris avec plus de distance.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
31 Mai 2014 09:36 - 03 Jui 2014 16:24 #10694 par Loys
Pour la Cour des comptes, 41% des postes prévus n'ont pas été pourvus
Même la Cour des comptes s'y met : "Fonction publique : moins de créations de postes que prévu en 2013" sur "VousNousIls" du 30/05/14.
Extrait :

Crise du recru­te­ment dans l'Education
Pour l'Enseignement sco­laire, 8.781 créa­tions nettes d'emploi étaient pré­vues dans la Loi de finances ini­tiale, mais seuls 5.159 postes ont fina­le­ment été créés, soit 3.622 de moins qu'attendu.
En cause notam­ment, les concours de recru­te­ment d'enseignants qui ne font pas le plein. Le Capes 2013 n'a par exemple compté que deux can­di­dats par poste en anglais et en mathé­ma­tiques, et à peine plus d'admissibles que de postes ouverts. Au CRPE excep­tion­nel 2014, quelque 10% des postes n'ont pas été pour­vus.

Voir aussi :
www.lesechos.fr/economie-politique/franc...s-en-2013-674441.php
www.lexpress.fr/education/infographie-ed...impasse_1547670.html
www.ecoledeslettres.fr/blog/education/en...la-cour-des-comptes/

Connectez-vous pour voir le message entier.

Le rapport de la CDC.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Jui 2014 09:13 - 08 Jui 2014 09:14 #10830 par Loys
Recherche professeur de "mathémathiques" avec une "bonne santé nerveuse" pour enseigner la physique-chimie
Une petite annonce sur le site de "L'Express" que devrait lire Claude Lelièvre :

Merci à Choup78 de Neoprofs.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Jui 2014 09:43 - 13 Jui 2014 09:43 #10905 par Loys
"Attractivité du métier d'enseignant retrouvée selon B Hamon" (Café pédagogique)
Dans le "Café" du 13/06/14 : "Attractivité du métier d'enseignant retrouvée selon B Hamon".

Attractivité du métier d'enseignant retrouvée selon B Hamon
Intervenant le 11 juin dans un débat au Sénat sur les ESPE, les nouvelles écoles de formation des enseignants, Benoît Hamon a relevé la hausse des inscriptions concours d'enseignants. Il s'attend à une hausse de 15 à 20% en 2014. "Cela confirme l'attractivité plus grande du métier d'enseignant", a déclaré le ministre. "Je suis convaincu que l'existence des ESPE rend plus attractif le métier". Cette hausse des inscriptions permet de relever le niveau du recrutement. Le ministre a aussi promis que les nouveaux enseignants seraient mieux accueillis en établissement.

A noter la modalisation du "Café". :P

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Jui 2014 11:22 #10943 par Loys
Résorption ?
Je viens de comparer patiemment les listes des admis au concours 2014 exceptionnel en mathématiques et des admissibles au concours 2014. Il y a selon mes calculs 504 admis au premier comptés comme admissibles au second. :santa:
Ce qui réduit d'autant le nombre de vrais admissibles : 1395 vrais admissibles (et non 1899) pour 1243 postes. Ça reste mieux que l'an passé, mais je ne parlerais peut-être pas de résorption de la pénurie.
A titre de comparaisons en 2013 il y avait 1326 admissibles pour 1210 postes. Résultat : 816 admis...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Jui 2014 16:35 #10957 par Loys
CRPE 2013 : "une offre de postes encore accrue en 2013"

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Jui 2014 21:49 - 25 Jui 2014 21:50 #11064 par Loys
"Le recrutement des professeurs des écoles: une crise de croissance" (Claude Lelièvre)
A lire sur le blog de Claude Lelièvre du 19/06/14 : "Le recrutement des professeurs des écoles: une crise de croissance".

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Jui 2014 23:43 #11071 par archeboc
"Le recrutement des professeurs des écoles: une crise de croissance" (Claude Lelièvre)

Loys dit: A lire sur le blog de Claude Lelièvre du 19/06/14 :
[..]
Il y a donc bien une »crise de croissance », préoccupante à bien des égards ( et propre à créer des dysfonctionnements divers). [..]

Recrutement d'enseignants de primaire avec moins de 5 en mathématique ; examinateurs qui mettent 0, note éliminatoire, pour être sûr de ne pas voir entrer dans le métier des gens qui ne savent pas, que 1/10 est plus grand que 1/100 ; voilà quelques uns des "dysfonctionnements divers" que M. Lelièvre habille du doux euphémisme de "crise de croissance".
Il n'y a donc pas de crise du recrutement. M. Lelièvre nous expliquera peut-être la prochaine fois que le niveau monte.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Jui 2014 19:11 - 28 Jui 2014 12:48 #11084 par Loys
"Le recrutement des professeurs des écoles: une crise de croissance" (Claude Lelièvre)
Plus haut dans ce fil M. Lelièvre avait déjà tenu ce discours un prenant l'exemple très représentatif de l'agrégation de sciences industrielles de l'ingénieur...
Il est d'ailleurs impératif de voir ce qu'en dit djallas un peu plus haut dans ce fil . :devil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Jui 2014 19:16 #11085 par Loys
"L'attractivité des concours de recrutement des enseignants du second degré public : une étude rétrospective" (MEN)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Jui 2014 23:32 #11090 par archeboc
"L'attractivité des concours de recrutement des enseignants du second degré public : une étude rétrospective" (MEN)
En attendant ton commentaire, voici le mien, très rapide : on peut reprocher à cet article de traiter les enseignants comme l'institution traite les élèves : il s'agit de gérer des flux entrants et sortant, sans s'inquiéter de la qualité de ces flux. Dans cette note n'est pas évoqué le fait que si les concours ne font pas le plein, au final, c'est parce que le jury estime que les premiers candidats recalés n'ont pas le niveau pour devenir des collègues, que la pénurie conduit à baisser les exigences, et que donc l'attractivité, à effectifs égaux mais à trente ans d'intervalle, a baissé, puisque comme le dit François Dubet, le métier d'enseignant n'attire plus les meilleurs étudiants.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Jui 2014 13:27 - 28 Aoû 2014 21:34 #11109 par Loys
"L'attractivité des concours de recrutement des enseignants du second degré public : une étude rétrospective" (MEN)

L'attractivité des concours de recrutement des enseignants du second degré public : une étude rétrospective
La problématique du manque d’attractivité de la profession enseignante n’est pas nouvelle.

Toute la question est de savoir si nous sommes face à une simple crise de recrutement, ou face à une crise des vocations : les deux choses sont bien différentes.

Ainsi, entre 1987 et 1996, deux à trois postes offerts sur dix sont restés vacants à l’issue des concours de recrutement des enseignants du secondaire.

Je n'ai pas les chiffres pour l'ensemble des concours du secondaire mais ceux des Capes qui recrutent le plus, mathématiques et lettres modernes. On constate effectivement des postes vacantes, liés à une chute brutale du nombre de candidats à partir de 1975, suivant la diminution drastique du nombre de postes mis au concours entre 1974 et 1980 (-87%). En 1980 il n'y avait que 170 postes mis au concours.

L’une des réponses a consisté dans l’augmentation du nombre de postes offerts aux concours, qui a doublé entre 1987 et 1992 générant une hausse du nombre de candidats, avec cependant un décalage de trois à quatre ans.

Le délai est beaucoup plus long en mathématiques : la hausse du nombre de postes mis au concours commence en 1981 et la hausse du nombre de candidats commence en 1988, avant de s'envoler en 1992 pour atteindre un record en 1997 avec 8202 candidats.
Ce que ne dit pas cette note, c'est que la chute continue du nombre de candidats sur la période 1997-2011 (-82% en mathématiques), atteignant le faible nombre de 1987, ne suit pas, comme dans les années 80, une chute similaire du nombre de postes. Il y a eu une forte baisse en 1995-2000 puis une hausse du nombre de postes, avec pour la période 1997-2011 un nombre de postes variant entre 800 et 1300. Soit beaucoup plus qu'en 1980.
Bref la chute du nombre de candidats semble, pour la dernière période que nous connaissons, motivée par d'autres facteurs que le seul nombre de postes, facteurs que nous connaissons bien. Pour cette raison on peut espérer une reprise à la hausse du nombre de candidats à moyen terme, mais il y a fort à craindre qu'on ne retrouve pas des chiffres satisfaisants en terme de nombre de candidats par poste.

Les pénuries disparaissent entre 2000 et 2010 dans la plupart des disciplines.

L'analogie laisse croire que la pénurie, liée à une simple corrélation en décalage de phase avec le nombre de postes mis aux concours, peut se résorber à court terme. Nous avons vu que ce ne pouvait pas être le cas.
Cette analyse ne mentionne pas non plus que l'annonce d'un recrutement massif a été faite par le candidat Hollande en 2011, élu en 2012.

Note de lecture : le nombre de candidats présents aux concours s’adapte à l’évolution du nombre de postes, avec un retard d’environ trois années. Entre 1992 et 1995, alors que le nombre de postes offerts se stabilise à 21 200 après une période de forte hausse, le nombre de candidats continue d’augmenter fortement, passant de 46 400 à 90 000. Les effectifs de candidats présents ne commenceront à diminuer qu’à partir de 1998.

A diminuer de manière radicale : au CRPE, cette "diminution" revient à diviser par trois ou quatre le nombre de candidats...

Parallèlement à cet effet retard, on observe une sur-réaction du nombre de candidats présents par rapport au nombre de postes offerts : les années de 1987 à 1993 sont caractérisées par une augmentation moyenne de 115 % du nombre de postes. La hausse consécutive du nombre de candidats présents est de l’ordre de 195 % entre 1987 et 1998, en tenant compte des délais d’adaptation.

Et inversement la baisse très relative du nombre de postes depuis est corrélée avec une baisse bien plus conséquente du nombre de candidats. :twisted:

L'essentiel
Entre 1987 et 1993, le nombre de postes offerts au recrutement des enseignants fait plus que doubler, passant de 9 860 à 21 200. Après deux années de stabilité en 1994 et 1995, il décroît en douze ans de près de 19 600 en 1996 à 8 200 en 2008, soit une diminution de 58 %. Entre 2008 et 2012, l’offre de postes est marquée par une relative stabilité, avec environ 8 300 postes offerts annuellement.

Cette stabilité ne s'est pas accompagnée d'une stabilité du nombre de candidats...

L’année 2013 marque le retour à la hausse du nombre de postes offerts.

Cette hausse a déjà commencé en 2011 dans le Capes de mathématiques, celui qui recrute le plus.

L’attractivité des concours d’enseignants fluctue avec l’augmentation ou la diminution du nombre de postes offerts, avec un décalage dans le temps et une réaction plus que proportionnelle du nombre de candidats.

C'est la thèse - relativiste et rassurante du MEN - mais on ne peut y souscrire.

Ainsi, entre 1992 et 1997, le nombre de postes stagne suite à une période de hausse, mais l’inertie continue de faire augmenter le nombre de candidats : le ratio du nombre de candidats présents pour un poste offert croît de 2,2 à 6,7 et les concours deviennent plus sélectifs.

Pour retrouver de tels ratios...

Inversement, la baisse régulière du nombre de postes observée à partir de 1996 s’atténue en fin de période pour laisser place à une stabilité à partir de 2008 : le nombre de candidats continue néanmoins de baisser et le ratio de candidatures pour un poste diminue de 6,6 à 3,4 entre 2008 et 2012.

Ce qui démontre que le nombre de postes n'est pas un facteur explicatif suffisant.

Le faible taux de candidature peut expliquer en partie les pénuries d’enseignants observées durant certaines périodes. En 1987, on compte 6 900 admis pour 9 860 postes, soit 30 % de postes non pourvus à l’issue des concours. Ce taux de pénurie oscille entre 20 et 30 % de 1987 à 1996, puis diminue fortement de 1997 à 1999. À cette date, on compte 13 360 admis pour 13 700 postes offerts ; le taux de pénurie n’est plus que de 3 %. Par la suite, ce taux reste stable durant plus de dix années, jusqu’au retour des pénuries en 2011, année durant laquelle 12 % des postes ne sont pas pourvus à l’issue des cinq concours de recrutement.

Comme le souligne archeboc, un autre facteur doit être pris en compte : la qualité du recrutement lui-même.

La mastérisation
Elle instaure le recrutement des enseignants au niveau master 2 ou en cours de validation du diplôme. L’objectif est d’améliorer la formation des futurs enseignants et de leur faire acquérir une plus grande qualification professionnelle. Ces nouvelles conditions de recrutement permettent en outre de rapprocher le système français de recrutement du cadre européen.

Et expliquent en partie la crise des vocations : des études plus longues, sanctionnées à la fin par un concours hasardeux, pour un métier moins bien rémunéré depuis quinze ans.
Ajoutons la déconsidération générale pour le métier, la pénibilité des publics scolaires (sensible dans les différences de recrutement des académies au CRPE) et un facteur nouveau et décourageant : la gestion décentralisée depuis 1998 dans le secondaire.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Jui 2014 15:09 - 28 Jui 2014 15:14 #11111 par Loys
"L'attractivité des concours de recrutement des enseignants du second degré public : une étude rétrospective" (MEN)
Un élément de réflexion supplémentaire, oublié par l'étude :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Jui 2014 15:48 - 02 Juil 2014 14:10 #11124 par Loys
"Les assistants d'éducation transformés en professeur remplaçants" (Café pédagogique)
L'an passé, le MEN se félicitait de "la capacité retrouvée de l'éducation nationale à attirer les étudiants vers les métiers du professorat".
En 2014, il est plus pragmatique. A lire dans le "Café" du 30/06/14 : "Les assistants d'éducation transformés en professeur remplaçants"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Juil 2014 11:45 - 08 Juil 2014 11:46 #11202 par Loys
"Concours : Les premiers résultats feraient presque oublier la crise du recrutement" (Café pédagogique)
Dans le "Café" du 8/07/14 : "Concours : Les premiers résultats feraient presque oublier la crise du recrutement" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Juil 2014 12:14 - 09 Juil 2014 12:03 #11203 par Loys
"Concours : Les premiers résultats feraient presque oublier la crise du recrutement" (Café pédagogique)
Le "Café" oublie totalement le concours exceptionnel 2014, dont tous les résultats d'admission viennent de tomber. :xx:
Je viens de calculer que seuls 68,7% de l'ensemble des postes ont été pourvus. Voici notamment les résultats pour les quatre Capes offrant le plus de postes :
- mathématiques : 799 postes non pourvus sur 1592 mis au concours (49,8% des postes pourvus)
- anglais : 437 sur 1260 (65,3%)
- lettres modernes : 238 sur 1160 (79,5%)
- histoire-géographie : 203 sur 750 (72,9%)
Dans les bizarreries, on notera le bond du nombre de candidats présents (+55%), s'expliquant par les nombreux doublons. A ce sujet on peut se demander s'il n'y aura pas des doublons dans les admis eux-mêmes ! :santa:
Ajoutons cette statistique glaçante pour la dernière session de ce concours :
- lettres classiques : 207 postes non pourvus sur 300 (31%)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Juil 2014 15:21 - 11 Juil 2014 15:54 #11221 par Loys
"Concours : Tous les postes ne seront pas pourvus au primaire" (Café pédagogique)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Juil 2014 15:25 - 15 Juil 2014 23:36 #11222 par Loys
"Concours : Les premiers résultats feraient presque oublier la crise du recrutement" (Café pédagogique)

Dans le "Café" du 8/07/14 : "Concours : Les premiers résultats feraient presque oublier la crise du recrutement" .

Les résultats manquent encore dans quatre disciplines, mais d'ores et déjà de nombreux postes ne seront pas pourvus au Capes rénové 2014. Même l'agrégation de mathématiques n'a pas fait le plein : 275 postes pourvus sur 395 à pourvoir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Juil 2014 15:39 #11223 par Loys
"La création de 60 000 postes dans l'éducation maintenue sur le papier, menacée dans les faits" (L'Express)
A lire dans "L'Express" du 10/07/14 : "La création de 60 000 postes dans l'éducation maintenue sur le papier, menacée dans les faits".

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Juil 2014 23:32 #11247 par Loys
"Les profs de mathématiques en voie de disparition ?" (Le Monde)
Dans "Le Monde" du 15/07/14 : "Les profs de mathématiques en voie de disparition ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Juil 2014 23:50 - 18 Juil 2014 15:04 #11248 par Loys
Les chiffres du Capes rénové 2014
C'est officiel : 14,7% des postes mis au concours du Capes rénové 2014 n'ont pas été pourvus, soit 889 postes. Ces chiffres déficitaires sont comparables à ceux de la session 2013 (15,8%), avec un déficit dans les mêmes matières.
Seules six disciplines sont déficitaires (six autres proposant au contraire des listes complémentaires) mais elles comptent parmi elles les disciplines qui recrutent le plus :
- lettres modernes (82,8% des postes pourvus)
- mathématiques (67,3%)
Les progrès par rapport à la session exceptionnelle s'expliquent en partie par le nombre de postes plus réduit (6062 contre 7414 soit 18% de moins).
En lettres classiques, devenues une simple option du Capes de lettres (même si l'intitulé de Publinet laisse penser le contraire) : 99 postes pourvus sur 200.
Autre chose vérifier : les doublons, pas seulement dans le nombre de présents, mais dans le nombre d'admis, entre les différents concours. Les listes complémentaires, notamment en histoire-géographie (252 personnes), visent à palier ce problème.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Juil 2014 14:57 - 17 Juil 2014 22:53 #11251 par Loys
"La création de 60 000 postes, un pari en passe d'être tenu" (Le Monde)
Communiqué du ministère : "Session 2014 des concours : Benoît Hamon se félicite du regain d'attractivité pour les métiers enseignants" (15/07/14)

Connectez-vous pour voir le message entier.

Dans "Le Monde" du 16/07/14 : "La création de 60 000 postes, un pari en passe d'être tenu"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Juil 2014 14:57 - 17 Juil 2014 23:33 #11252 par Loys
"La création de 60 000 postes, un pari en passe d'être tenu" (Le Monde)

Le MEN dit: Dans l’ensemble, tous les résultats sont en nette amélioration grâce à une forte augmentation du nombre de candidats.

Dont de nombreux doublons avec la sessions exceptionnelle.

Ce regain d’intérêt pour la fonction enseignante s’explique par la priorité du gouvernement en faveur de l’éducation, et notamment par la remise en place d’une véritable formation initiale en alternance dans les Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE).

Nul doute que cet argument décisif a déterminé de nombreux candidats !

Dans le premier degré, la quasi-totalité des postes ont été pourvus. Sur 8 342 postes ouverts, 8 284 ont été pourvus alors qu’en 2013, 290 postes étaient restés vacants. Ce très bon résultat est dû à la forte hausse du nombre de candidats (63 878 candidats en 2014, contre 41 327 en 2013) et à la grande qualité des candidats admissibles (13 642 admissibles en 2014 contre 12 281 en 2013), liée à une plus forte sélectivité.

Sélectivité bien difficile à déterminer avec des doublons...

La qualité des concours a, de plus, permis aux jurys de constituer des listes complémentaires (775 lauréats ) qui permettront de compenser sans difficulté les 744 postes restés vacants lors du concours exceptionnel 2014.

Nationalement peut-être mais pas nécessairement académiquement...

Le ministre se réjouit que ces bons résultats concernent toutes les académies, y compris celles qui étaient traditionnellement les moins attractives. Pour la première fois, l’académie de Créteil dépasse le millier de lauréats (1 020 lauréats et 17 candidats sur liste complémentaire)...

Sachant que l'académie offrait 1050 postes elle sera donc déficitaires.
Évidemment ces chiffres suppose qu'il n'y a pas de doublons entre les admis à la session exceptionnelle et à la session rénovée.

Dans le second degré, le nombre de lauréats au concours rénové 2014 (9 477) s’approche, avec l’aide des listes complémentaires (809), du total des 10 800 postes ouverts. Ce résultat est particulièrement encourageant pour les années à venir, en particulier après deux concours plus compliqués : le concours 2013 et le concours 2014 exceptionnel, avec respectivement 1 527 et 3 323 postes restés vacants.

Effectivement pas de communiqué ministériel sur le concours exceptionnel. :devil:
A noter que le communiqué ministériel de l'an passé sur le concours 2013 "compliqué" était beaucoup plus victorieux.

La reprise des recrutements s’explique là aussi par la nette augmentation du nombre de candidats (85 685 inscrits au concours 2014 rénové, contre 74 180 en 2013).

Avec de nombreux doublons...

Si trois disciplines restent encore en difficulté (les mathématiques, les lettres classiques et l’allemand), la plupart des concours ont pu faire le plein, voire ont permis d’établir des listes complémentaires.

C'est vrai sauf que les disciplines déficitaires et sans liste complémentaire sont aussi... celles qui recrutent le plus (mathématiques, anglais, lettres modernes).

Le Monde dit: Planifier 60 000 créations de postes dans l'éducation sur le quinquennat en pleine période de crise de recrutement d'enseignants avait tout d'un coup de poker. Il est trop tôt pour dire si l'engagement pris par François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012 sera tenu, mais les résultats des concours 2014, publiés progressivement jusqu'au 13 juillet, montrent qu'il existe encore des raisons d'y croire.

"il existe encore des raisons d'y croire" = "un pari en passe d'être tenu" ? :scratch:

Cette année, exceptionnellement, deux capes ont été organisés pour relancer la machine : une première session, dont les écrits ont eu lieu en 2013 et les oraux en 2014, et une seconde, entre avril et juillet. Au total, ces deux vagues devraient permettre à l'éducation nationale de recruter plus de 10 000 professeurs certifiés de collège et lycée, quand la droite, en 2011, ne parvenait pas à en recruter moitié moins.

Dont seulement la moitié grosso modo en plus du recrutement normal, donc seulement 5 000 de plus qu'en 2013. Il ne reste plus qu'à en trouver 55 000 !

« DOUBLONS »
L'objectif n'est pas atteint pour autant. Un peu plus de 30 % des postes n'ont pas été pourvus au premier concours, et 15 % des postes au second. Les difficultés se concentrent dans des disciplines structurellement déficitaires : les lettres classiques (la moitié des postes non pourvus au second concours), les mathématiques (33 %), l'allemand (35 %) et, dans une moindre mesure, les lettres modernes (17 %), l'anglais (8 %) et l'éducation musicale (5 %).

Plus que "structurellement déficitaires", des disciplines qui recrutent plus que les autres.

A l'agrégation, 91 % des places ont trouvé preneur. Là encore, ce sont principalement les mathématiques qui tirent le chiffre des recrutements vers le bas. Enfin, le concours de professeur des écoles a pratiquement fait le plein (8 405 des 8 500 postes sont occupés, selon le SNUipp-FSU).
Reste une inconnue avant d'établir un bilan définitif : une partie des candidats se sont présentés aux deux sessions à la fois pour doubler leurs chances. S'ils sont deux fois admis, ils laisseront l'une de leurs deux places vide et gonfleront le nombre de postes vacants.

C'est effectivement ce qui s'est produit, à la marge dans certaines disciplines, plus significativement dans d'autres.

Le ministère de l'éducation nationale n'a pas, pour l'heure, communiqué le nombre de ces « doublons ».

Il y a à vrai dire peu de chances qu'il le fasse.

Dans certaines disciplines, il pourra avoir recours aux listes complémentaires, des listes d'attente qui servent à remplacer les lauréats qui se désistent.

Dans six disciplines seulement. A noter que les candidats se désistent même à l'agrégation en 2014.

APPEL D'AIR CHEZ LES ÉTUDIANTS
Quoi qu'il en soit, la Rue de Grenelle pourra se targuer d'avoir réussi à infléchir une courbe que l'on croyait immuable : celle des candidats aux concours, qui était en chute libre depuis 1997. Pas la peine d'aller chercher très loin les raisons de cet attrait retrouvé pour le métier : il tient pour l'essentiel à la relance des recrutements. Le slogan des « 60 000 créations de postes » a créé un appel d'air chez les étudiants. Le message leur a été envoyé que le professorat offrait des débouchés et, dans un contexte de chômage, il est particulièrement incitatif.

Pas tant que ça puisque plus de trois mille postes sont restés vacants en 2014 dans les deux seuls Capes. Pour savoir si la crise est vraiment terminée, il faudra consulter les chiffres d'une année avec un seul concours : 2015.

C'est une constante dans l'histoire : peu de postes aux concours, peu de candidats, et vice versa.

C'est vrai mais une des caractéristiques de la crise récente - comme nous l'avons vu sur ce fil - c'est le peu de candidats malgré un nombre de postes élevé.

Selon les périodes, les étudiants ont donc affaire à des concours plus ou moins sélectifs. « A cet égard, on ne peut qu'admirer la régularité des mouvements : hausse de 1960 à 1974, baisse de 1975 à 1981, hausse de 1982 à 1993, baisse de 1994 à 2011… », rappelle Pierre Arnoux, professeur à la faculté de sciences de l'université d'Aix-Marseille.

Voir notre analyse plus haut.

Reste à savoir quand interviendra le prochain coup d'accordéon. Si la probable baisse du nombre de départs à la retraite dans les prochaines années venait à se confirmer, il y aurait moins de besoins de recrutement. Le ministère pourrait alors décider de mettre moins de postes aux concours, donc il y aurait moins de candidats… puis dans dix ans, une nouvelle explosion des besoins !

Il n'y a qu'à reculer indéfiniment l'âge du départ à la retraite ! :santa:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Juil 2014 22:39 #11256 par Loys
"L'État peine à recruter de nouveaux profs" (Le Figaro)
Dans "Le Figaro" du 17/07/14 : "L'État peine à recruter de nouveaux profs"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Juil 2014 14:04 - 10 Sep 2014 00:02 #11305 par Loys
Petit bilan des sessions exceptionnelle et rénové du Capes 2014
J'ai vérifié les disciplines principales pourvoyeuses de postes (en retirant les disciplines avec des listes complémentaires dont tous les postes seront a priori pourvus) et j'ai obtenu un peu moins de trois cents doublons (dont presque 200 en anglais). Si l'on additionne les deux Capes : 3242 postes au moins ne sont pas pourvus, soit 26,2% des postes au moins en 2014.
Pour le dire autrement plus d'un quart des postes n'ont pas été pourvus.
Je n'ai pas le nombre de postes exacts pourvus mais je sais qu'il est inférieur à 10 000, ce qui n'est déjà pas si mal (on retrouve des chiffres comparables à la première moitié des années 1990... avec un seul concours, il est vrai). On peut néanmoins difficilement en tirer des conclusions. Il faudrait par exemple connaître le nombre sincère de candidats, hors doublons. Cette année étant exceptionnelle, on aura une meilleure idée de la tendance en 2015.
Quelques chiffres (doublons pris en compte et sous réserve d'erreur) les deux Capes confondus :
- anglais : 727 postes non pourvus sur 2260 à pourvoir (67,8% des postes pourvus)
- LM : 451 postes non pourvus sur 2230 (79,8% des postes pourvus)
- LC : 329 postes non pourvus sur 500 (34,2% des postes pourvus)
- Mathématiques : 1227 postes non pourvus sur 2835 (56,7% des postes pourvus)
- Allemand : 232 postes non pourvus sur 640 (63,8% des postes pourvus)
Pour résumer ces deux concours ont été calamiteux... mais il y avait au moins deux concours. :rirej

Presque dix-mille professeurs recrutés au Capes la même année, c'est une (relativement) bonne nouvelle malgré le nombre impressionnant de postes non pourvus. Reste à savoir dans quelles conditions ces professeurs l'ont été : or, avec les multiples doublons dans les inscriptions, impossible d'évaluer la sélectivité des concours 2014.
Rappelons que la sélectivité (nombre d'admis par rapport au nombre de présents) du Capes était de 20,4% en 2009 et... de 34,7% en 2013 (avec des chutes vertigineuses dans certaines disciplines qui recrutent beaucoup comme les lettres modernes ou les mathématiques, avec 1,51 candidats présents et 1,36 candidats présents pour chaque poste mis au concours. La moitié et les deux tiers des candidats présents ont ainsi été recrutés dans ces deux disciplines).
Reste aussi à savoir si ce chiffre pourra être reconduit avec un seul concours l'an prochain.
Il y a peu de chances que les objectifs de recrutement fixés pendant le quinquennat soient atteints.
Bonus : une petite synthèse regroupant les années par deux, puisque le Capes exceptionnel est à mi-chemin entre 2013 et 2014 :
[ Cliquer pour agrandir ]

Edit du 28 août 2014 : une synthèse syndicale : www.snes.edu/Resultats-d-admission-aux-concours.html

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Juil 2014 16:43 #11306 par Desbois
"Piège à con(cour)s"
Soyons honnêtes, je serais le premier à me débrouiller pour faire autre chose si j'étais étudiant aujourd'hui...
Nous devenons des bêtes rares mais au lieu d'améliorer nos conditions. cette pénurie risque de les rendre pires, et de faire encore plus fuir, si c'est possible : un cauchemar de cercle vicieux. Nous aurons des classes encore plus chargées, des horaire encore plus effilochés, des demandes encore accrues, des missions de plus en plus impossibles à remplir, un secteur public qui n'accueillera que les élèves dont les parents n'ont les moyens de se payer le privé, le décalage entre le discours et la réalité va encore enfler, c'est très préoccupant, surtout quand la retraite est si loin. :pendu:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.263 secondes
Propulsé par Kunena