"Le rituel de la fiche de renseignements fait débat" (Le Monde)

Plus d'informations
17 Sep 2019 10:19 - 17 Sep 2019 10:40 #22274 par Loys
Dans "Le Monde" (abonnés) du 16/09/19 : www.lemonde.fr/education/article/2019/09...5511059_1473685.html
Ce message contient des informations confidentielles

Je ne pratique pas la fiche de renseignement en début d'année mais cet article sur un "rituel angoissant" appelle néanmoins quelques commentaires.

« Moi, je bloquais dès qu’on me parlait “d’adresse”. Le mot me ramenait au divorce de mes parents, à la vente de notre maison, au changement de quartier, de copains… »

Cette ancienne a donc "très mal vécu" qu'on lui demande... son adresse. Quant à cette idée que les enseignants demandent des renseignements aux élèves pour "les mettre dans une case" quand ils cherchent simplement à mieux connaître leur environnement...

une majorité en retire de la « gêne », au point que « près des trois quarts, a estimé la chercheuse, déploient des stratégies pour ne pas dire toute la vérité ».

En admettant ce constat, il y a une certaine marge entre "de la gêne" et un "rituel angoissant" ou une rentrée "très mal vécue"...

« J’ai un peu honte qu’on juge mes parents (…). Je ne vois pas à quoi sert de savoir ce qu’ils font », a ainsi confié Eva. « Je ne comprends pas ce truc de nous définir par nos parents… A un âge où on est en quête d’indépendance, d’identité, c’est frustrant », a commenté Clément.

Mais qui veut définir un élève par ses parents ?

Connaître la profession des parents, c'est au contraire identifier - potentiellement - les élèves qui auront le plus besoin d'aide, notamment dans la perspective de la poursuite d'études supérieures.

Les plus à l’aise avec la culture scolaire sélectionneront les loisirs les mieux vus. » Ils auront ainsi plus de chances d’êtres identifiés par leurs professeurs comme des élèves « à fort potentiel », ce qui peut pousser ces derniers à les regarder « plus favorablement », à en attendre davantage de leur part, voire à leur en donner plus sur le plan des enseignements. Un « effet Pygmalion », identifié par les chercheurs en psychologie à la fin des années 1960, et qui peut participer à l’amplification des inégalités à l’école.

L'école des années 1960 n'est plus tout à fait la même que l'école des années 2010...

En revanche, il est amusant que soit ici fustigée la fiche de renseignement (sans grande conséquence) quand c'est tout l'esprit du système qui de plus en plus valorise les parcours socialement privilégiés (activités extra-scolaires, pratiques artistiques, voyages linguistiques, année de césure etc.) au détriment du seul mérite scolaire.

Lui-même prend appui sur des « portraits croisés oraux » ou des « autoportraits numériques avec nuage de mots ».

Donc la demande d'une mise en scène de soi serait moins traumatisante que la demande de simples renseignements factuels... Ce que peut une certaine pédagogie, tout de même.

Il y a toujours le risque qu’elle influence les attentes – notamment les pratiques d’évaluation – de l’enseignant ».

De fait, tout bon professeur détermine la note d'une copie en fonction de la profession des parents...

Bref, encore une façon de faire le procès des enseignants en cette rentrée 2019.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.162 secondes
Propulsé par Kunena