Apprendre l’histoire par le jeu vidéo

Plus d'informations
29 Avr 2020 21:03 - 14 Oct 2021 17:49 #22836 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Apprendre l’histoire par le jeu vidéo
Le 28/04/20 : "Périclès et la démocratie athénienne - Analyse critique d'un personnage de jeux vidéo" par William Brou sur le site des "Clionautes".




Un certain nombre de remarques s'imposent.

Périclès et la démocratie athénienne - Analyse critique d'un personnage de jeux vidéo

Confusion problématique d'emblée : l'enjeu est-il la connaissance de Périclès ou l'analyse critique d'un personnage de jeu vidéo ? Si la première permet la seconde, seule la première peut correspondre à un objectif d'apprentissage conforme aux programmes scolaires : le second enjeu ne peut constituer qu'un prolongement très accessoire. Or l'ensemble de la séquence est en réalité tourné vers le second enjeu. La confusion devient explicite dans la présentation de la séquence ("faire étudier le personnage de Périclès dans le jeu Assassin’s Creed"). On peut penser dès lors que l'intitulé de cette séance ne procède pas d'une confusion mais d'une distorsion regrettable (le but est évidemment de mettre en avant le jeu vidéo dans le cours d'histoire).

La confusion est d'autant plus problématique que le temps disponible pour cette partie de programme est de 3h pendant l'année ("Chapitre 1. La Méditerranée antique : les empreintes grecques et romaines (5-6 heures)"). Peut-on consacrer un tiers de ce temps à un prolongement aussi accessoire ? Il faut d'ailleurs supposer que le visionnage du montage (très long - 9 minutes - à renouveler pendant la séance avec arrêts et retours en arrière !) et l'étude des six documents (lecture, relevé des idées, confrontation avec le jeu) puis la rédaction finale peuvent se dérouler en 1 heure, comme annoncé (sans parler des 16 documents facultatifs pour prolonger la séance...).

Assassin’s Creed Odyssey (Ubisoft, 2018) est une jeu vidéo d’action-aventure développé par le studio Ubisoft Montréal entre 2014 et 2018. Il est la suite indirecte du précédent opus, Assassin’s Creed Origins. L’action se déroule durant la guerre du Péloponnèse en 431 avant J.-C. Le joueur incarne l’un des descendants de Léonidas, Kassandra ou Alexios et peut se battre pour Athènes et la Ligue de Délos ou la Ligue du Péloponnèse dirigée par Sparte.

Aucune mention du fait que le jeu comporte des scènes violentes et même des contenus à connotation sexuelle (déconseillé au moins de 17 ans pour l'ESRB aux Etats-Unis, PEGI 18 en Europe). Les élèves de seconde ont 15-16 ans. Le montage proposé aux élèves comporte une scène d'égorgement en gros plan.

Au cours la partie, le joueur doit se rendre à Athènes. Il doit y rencontrer Périclès. Le joueur découvre le stratège sur la Pnyx. Cléon et lui débattent de l’attitude à avoir contre les Spartiates. Après cela, Périclès confie des missions (quêtes) au joueur. Ces missions permettent de comprendre la place de Périclès dans la cité, de découvrir ses amis (et ses ennemis), son point de vue sur la démocratie et son amour pour la cité elle-même. Tout du moins, ce que les scénaristes d’Ubisoft en ont compris et ont voulu transmettre aux joueurs.

C'est le jeu qui est ici présenté or il est par la suite fait référence à un montage "pour visionnaire individuel" (sic). Le jeu (vidéo) à proprement parler n'a donc aucune place dans cette séquence, malgré le titre de la rubrique ("Histoire en jeux") : encore une confusion problématique. A noter également que la place de Périclès est très secondaire dans le jeu à proprement parler (et assez invraisemblable) : le personnage n'est qu'un prétexte du jeu pour aborder l'histoire et un prétexte pour le professeur d'histoire souhaitant convoquer le jeu vidéo dans son cours.

Place dans la séquence
Ce PPO s’insère dans la deuxième sous-partie d’un chapitre portant sur les empreintes politiques de l’Antiquité. Après avoir présenté la naissance et le fonctionnement de la démocratie à Athènes, ce PPO insiste sur le personnage de Périclès, son rapport à la démocratie et la postérité du personnage.

Capacités et méthodes

Le développement d’une réflexion sur les sources : l’élève apprend comment la connaissance du passé est construite à partir de traces, d’archives et de témoignages, et affine ainsi son esprit critique.

Un "point de passage et d'ouverture" (PPO) est censé ouvrir "un moment privilégié de mise en œuvre de la démarche historique et d’étude critique des documents. Il s’agit d’initier les élèves au raisonnement historique." Si l'on parle de documents historiques, le prolongement proposé ici ne semble pas répondre à cette définition. Le "document" ici étudié est historique au sens où il parle non pas de l'Antiquité mais de notre époque et de sa vision de l'Antiquité. La confusion des types de documents est évidemment problématique pour les élèves. Par ailleurs le PPO proposé par les programmes est "Périclès et la démocratie athénienne" et non "un personnage de jeu vidéo".

Notions Démocratie, Aristocratie, Représentation, Mémoire / Histoire, character design

Le "character design" n'est pas une notion d'histoire. Les notions d’aristocratie et de démocratie ne figurent pas dans le corrigé. Les notions de "représentation" ou de "mémoire / histoire" ne figurent pas dans les programmes : cache.media.eduscol.education.fr/file/SP...exe1CORR_1063699.pdf

Acteurs Périclès, Cléon, Plutarque, Thucydide

Bizarre confusion entre "acteurs" et historiens.

Démarche

Ce PPO vise à faire critiquer la représentation d’un personnage historique dans un jeu vidéo grand public : Assassin’s Creed Odyssey.

Ce n'est pas le but du cours d'histoire ni même du PPO : il vise à faire connaître Périclès, ce qui constitue déjà un objectif ambitieux.

Le character artist imagine les personnages du jeu vidéo. Il va concevoir leur physique, leurs vêtements et leur caractère. Pour cela il va faire des dessins, des recherches graphiques. Il est chargé de créer les personnages qui seront par la suite réalisés sur ordinateur, et intégrés dans le jeu.

Dans cet opus de la série des studios Ubisoft, le joueur est transporté en 431 av. J.-C., il a l’occasion de croiser de nombreux personnages historiques dont Périclès et Cléon. Les joueurs connaissent-ils bien le personnage historique de Périclès après avoir joué au jeu ?

Avant de répondre à cette question, il est nécessaire que les élèves construisent leurs connaissances sur Périclès.

En dehors du fait qu'il ne s'agit pas pour les élèves de jouer, il y a une évidente contradiction ("après avoir joué"/"avant" le jeu) dans ces dernières phrases. De fait le déroulement de la séance est assez confus, la question "D’après vous, le personnage de Périclès dans Assassin’s Creed Odyssey est-il conforme à nos connaissances historiques ?" précède la découvertes des sources historique par les élèves. La représentation de Périclès dans Assassin's Creed semble donc précéder sa connaissance à travers des sources antiques, ce qui est curieux d'un point de vue pédagogique.

A noter que les élèves n'exercent que très facticement leur jugement puisque les éléments de connaissance sur Périclès leur sont purement et simplement donnés dans la première colonne du document à remplir : les élèves n'ont plus qu'à identifier dans quel document chaque élément de connaissance est rencontré. Il n'y a pas de réflexion sur ces sources historiques (Plutarque a ainsi vécu... plus d'un demi-millénaire après Périclès). Pire : les sources historiques sont présentées comme exposant naturellement la vérité ("Cette affirmation est vraie… car d’après ce document...). C'est peut-être sur ce point que doit s'exercer l'esprit critique, et non sur la représentation dans un jeu vidéo n'ayant aucune incidence dans la construction de l'histoire !

Proposition de correction : Le jeu représente un personnage conforme aux sources antiques, notamment Plutarque. Le Périclès d’Assassin’s Creed est discret, renfermé et amoureux de la cité d’Athènes. Le jeu nous montre bien qu’il n’est pas adulé par la population, qu’il a des opposants dans le peuple et parmi les élites politiques.
Malgré tout, le jeu ne met en avant que sa construction du Parthénon, qui aurait nuit à l’effort de guerre. En cela, il reprend les critiques qui lui étaient adressé par Thucydide et Plutarque.
Ensuite, le jeu n’aborde pas du tout les réformes politiques initiées par Périclès. Ces réformes sont certes, antérieures à la période représentée dans le jeu, mais il aurait pu en être question au détour d’un dialogue (comme pour le Parthénon).
Enfin, un des plus gros écueils du jeu est de présenter Périclès comme le seul dirigeant de la cité. Élément qui a été bien déconstruit par l’historien Vincent Azoulay.

Le jeu, s'il est exact sur des points de détails, n'aborde donc pas l'aspect historique le plus important concernant Périclès, Athènes et les cités grecques en guerre : il faut dire que cet aspect est le plus complexe et le moins ludique. Ni jeu vidéo, ni histoire : on peut dès lors s'interroger sur la pertinence de ce compromis boiteux...

* * *

BONUS Remarques complémentaires sur les (maigres) passages concernant Périclès dans le montage :



On est frappé par la pauvreté des animations : la gestuelle pitoyables des personnages, le caquetage artificiel d'une foule bien disséminée, la médiocrité des discours et l'éloquence poussive des deux orateurs, D'une manière générale, les personnages statiques (dans les dialogues par exemple) ont des mouvements continuels des bras, de la tête ou des épaules : dans un jeu d'animation, ils doivent être animés, même de façon factice.

D'un point de vue de la représentation historique, sur la Pnyx, on entend des femmes crier... alors qu'elles ne peuvent participer à l'ekklesia : à ce sujet, la parité voulue par Ubisoft sur le choix du héros/de l'héroïne (Alexios ou Kassandra) parle plus de notre époque que du Ve siècle grec.

Les deux séquences suivantes, censées humaniser Périclès (sa détestation des mondanités, ses amis, ses rapports avec sa femme), n'ont que peu d'intérêt historique. Beaucoup de name dropping antique (Hérodote, Phidias, Hippocrate pourtant pas athénien) non seulement artificiel mais qui ne doit pas beaucoup parler aux élèves. Socrate devient un ami de Périclès comme Hérodote, Hippocrate est son médecin.

On a l'impression qu'une partie du questionnaire est construite en fonction de ces dialogues assez pauvres ("Périclès avait des alliés", "Périclès protégeait ses amis", "Périclès se montrait très peu en public").

Dans la quatrième, Socrate ami de Périclès. Périclès est égorgé (par Deimos) en gros plan : Deimos est un personnage imaginaire, cette mort n'a rien d'historique : aucune remarque dans la séance à ce sujet !

De Périclès, de sa vie, de ses prises de position politiques, on apprend à peu près rien finalement dans ces différents passages, d'une faiblesse historique affligeante.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Sep 2020 15:09 #22981 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Apprendre l’histoire par le jeu vidéo


Prise de la Bastille dans "Assassin's creed" : esthétisation de l'Histoire (avec virtuosité de la violence) + confusion assassins/révolutionnaires ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Nov 2020 07:49 - 01 Déc 2020 11:29 #23044 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Apprendre l’histoire par le jeu vidéo
Avec un jeu PEGI 18 (Battlefield 1 : c'est "validé par l'inspection académique") :

Et l'absurdité :

Ils n'ont jamais tenu la manette, ils n'ont pas provoqué la mort, donc en gros c'est comme s'ils étaient face à un film.


www.clionautes.org/ecrire-des-lettres-de...c-battlefield-1.html



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Aoû 2021 19:22 #23505 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Nov 2021 14:04 - 23 Nov 2021 14:05 #23694 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Apprendre l’histoire par le jeu vidéo


www.cnc.fr/jeu-video/actualites/playconf...independants_1580120

Play-conférence le 24 novembre à la BnF : la Seconde Guerre mondiale dans les jeux vidéo indépendants

19 novembre 2021
Laurent Julliand / BnF

Le cycle des Rendez-vous consacrés au jeu vidéo est de retour en présentiel à la Bibliothèque nationale de France, avec six nouvelles dates entre novembre 2021 et mai 2022. La première rencontre aura lieu ce 24 novembre à 18h et se concentrera sur trois jeux indépendants qui se déroulent pendant la Seconde Guerre mondiale.

En tant que détentrice de la première collection publique de jeux vidéo en France, la BnF est particulièrement indiquée pour organiser ce cycle explorant la production vidéoludique et son histoire, la recherche en sciences du jeu ou encore les métiers et les artistes de cette industrie.

La conférence inaugurale sera l’occasion pour trois intervenants, Romain Vincent, enseignant en histoire-géographie et créateur de la chaîne YouTube JVH Histoire, Sybil Collas, narrative designer et Eugen Pfister, enseignant à l’Université des Arts de Berne, d’analyser trois jeux vidéo indépendants situant leur action durant la Seconde Guerre mondiale : Through The Darkest of Times (2020), Attentat 1942 (2017) et My Memory Of Us (2018). Des jeux d’origines différentes (allemand, tchèque et polonais) et d’approches tout aussi diverses pour créer un divertissement à partir de ces événements destructeurs.

Through The Darkest of Times propose ainsi, sous forme d’un jeu mêlant stratégie, simulation et aventure, l’immersion dans le rôle du chef d’un petit groupe de résistants à Berlin en 1933 sous le régime nazi. Attentat 1942 nous plonge dans l’enquête du petit-fils d’un Tchèque sous l’occupation allemande arrêté par la Gestapo peu de temps après l’assassinat de Reinhard Heydrich, gouverneur nazi des terres tchèques occupées. Tandis que, My Memory of Us adopte une approche totalement différente, en cherchant à capturer l’invasion de la Pologne en 1939 et l’horreur du ghetto de Varsovie à travers les yeux de deux enfants.

Cette rencontre sera donc l’occasion de revisiter l’Histoire à travers le jeu vidéo mais aussi de voir comment les œuvres vidéoludiques peuvent produire leurs propres approches historiques singulières. Quant aux prochains rendez-vous, la BnF proposera une conférence autour du rôle des « concept artists » dans la création des jeux vidéo, le 7 décembre, ou encore sur les influences nordiques dans l’imaginaire vidéoludique, le 11 janvier 2022.

La séance est gratuite et ouverte à tous et toutes (sur présentation du pass sanitaire), et sera retransmise en direct puis en replay sur la chaîne YouTube de la BnF.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Aujourd'hui 11:57 - Aujourd'hui 14:23 #23714 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Apprendre l’histoire par le jeu vidéo
Sur "France Culture" du 27/11/21 (dans "Le Meilleur des mondes", "l'émission qui visite la manière dont le numérique et les nouvelles technologies bouleversent nos vies") : "Jeux-vidéo, réalité virtuelle : quand l’histoire fait sa révolution" .





Olivier Coquard fait le parallèle avec les fictions : "l'histoire pour moi, c'est d'abord de l'histoire, on m'en raconte" : il apprend à ses étudiants que l'histoire est de la poésie. François Saltiel imagine que, dans les milieux sociaux défavorisés, le jeu vidéo peut remplacer le livre. La comparaison avec le roman, par M. Coquard, vise précisément à légitimer le jeu vidéo sans poser la question de la déshérence de la lecture (et en premier lieu dans les milieux sociaux les plus défavorisés) !

Dans la classe de W. Brou (cf ci-dessus), l'élève dit "on voit réellement ce qui se passe" et ensuite M. Coquard est enchanté de la séance tout en disant que les élèves doivent avoir conscience qu'il ne s'agit que de représentations... La séquence est critiquée de ce point de vue par Romain Vincent, qui pointe la difficulté pour les élèves à faire le va et vient entre l'histoire et l'écriture de l'histoire (si on peut considérer le jeu vidéo comme une écriture de l'histoire). Pour M. Coquard, relativisme absolu : "Tout document est faux" donc pas de problème à exploiter le jeu vidéo qui est un document comme un autre. C'est d'abord confondre document et représentation : des vestiges médiévaux ou une lettre royale sont des documents historiques, un jeu vidéo sur la première guerre mondiale n'est pas un document sur la première guerre mondiale. C'est (éventuellement) un document historique non sur la période représentée, mais sur la période qui représente.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.186 secondes
Propulsé par Kunena