Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : La réforme des programmes et du socle

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 06 Sep 2013 21:45 #7382

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
A lire dans "Le Monde" du 06/09/13 : "L'enfer des programmes scolaires".

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 07 Sep 2013 17:28 #7398

  • Frist
  • Portrait de Frist
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 374
La proposition est attrayante.

Bien sûr dans le détail l'article a quelques passages scabreux, mais l'idée est là.

Cette fonction d'exécutant qu'ont les enseignants n'est-il pas lié à leur faible rémunération ?
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 07 Sep 2013 19:14 #7406

  • Frist
  • Portrait de Frist
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 374
Le commentaire mis en avant par www.ceppecs.eu/?p=1416 reprend ce thème.

Deuxième point, cette obsession de l’ « innovation », considérée comme le critère ultime de la compétence professionnelle. Cette sidération méconnaît le fait que les fondamentaux de la pédagogie sont pourtant connus depuis l’antiquité (maïeutique, imitation, répétition, progressivité du simple vers le complexe, du général vers le particulier, de la théorie vers la pratique, de la règle vers son application, etc.) et que toutes les « innovations » en la matière que sont que la résurgence cyclique des mêmes vieilles lunes, qui ne consistent souvent qu’à inverser les termes de ces mêmes fondamentaux : étude de cas particulière précédant l’étude générale (qui oblige pourtant le prof à la « contextualiser » de manière redondante si l’on veut que les élèves en comprennent la portée ), exercices d’application pratiques donnés préalablement à l’enseignement de la règle théorique pour obliger l’élève à la retrouver tout seul dans la douleur, quand il y parvient… Bref, à mettre la charrue avant les bœufs, en espérant que ça marche. Ce qui peut être le cas pour une élite, mais qui désoriente et désespère souvent la masse, quand elle ne finit pas par prendre la partie pour le tout, où l’exception pour la règle. Ce qu’on présente comme une « innovation » contemporaine a en fait presque toujours été expérimenté dans le passé sans résultats nécessairement probants, comme la fameuse pédagogie par objectifs qui remonte aux années cinquante, voire encore plus loin, et qu’on nous ressort actuellement sous le vocable de « contrat de confiance ». Sans parler de la démagogie qui consiste à dire que l’élève est tout aussi compétent pour « construire son savoir » que l’enseignant, dont on finit par se demander à quoi il sert.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 09:48 #7416

  • mihailovich
  • Portrait de mihailovich
  • Hors Ligne
  • Accompli
  • Messages : 40
Une proposition attrayante, vraiment ? ;)

des programmes infaisables, dépassés, aux vertus formatrices douteuses et en complète contradiction avec le socle commun de connaissances et de compétences qu'est censé maîtriser chaque élève en fin de scolarité.
Pour une fois, l'objectif est transparent et on n'y va pas par quatre chemins : le Saint Socle. :pendu:

Si la France ne compte qu'un passionné de ce sujet, c'est bien cet énarque atterri un jour au bureau des lycées de la Direction générale de l'enseignement scolaire, rue de Grenelle.
Et après, on se demande pourquoi le Ministère est à ce point déconnecté de la réalité... :roll:

Imaginez un inspecteur général qui frappe à votre porte pour vous présenter, clés en main, les futurs programmes de telle ou telle discipline... J'étais un des rares à m'étonner de ce processus secret, de ces programmes qui arrivent ficelés, sans que l'on ne sache rien du processus qui a permis d'en arriver là, sans consultation.
Les programmes sont souvent mal faits et élaborés dans l'opacité ; pour autant, la notion de programme elle-même serait-elle obsolète ? rien ne le prouve jusqu'à présent. De l'art de jeter le bébé avec l'eau du bain... :pendu:

A y regarder de près, c'est le concept même de programme scolaire qui mérite aujourd'hui d'être interrogé. "La plupart des pays ont abandonné les programmes au profit des curricula", souligne Roger-François Gauthier. Difficile de traduire ce terme latin qui n'a pas droit de cité dans notre école. En fait, "c'est un ensemble plus large qu'un programme, poursuit M. Gauthier. Il inclut tous les objectifs d'un enseignement, son contenu global, mais aussi quelques indications pour guider sa mise en oeuvre, et les modalités nécessaires à son évaluation".
Les compétences, vous dit-on ! :mrgreen:
En tout cas, voilà des perspectives susceptibles de maintenir un système éducatif public de qualité. Une pensée authentiquement républicaine et soucieuse d'égalité ! :mrgreen:

"En Italie, en Finlande ou au Royaume-Uni, à partir d'une trame nationale, par établissement ou par bassin d'éducation, les enseignants construisent ensemble les contenus qui, à leurs yeux, vont le mieux permettre de parvenir aux objectifs nationaux, explique M. Gauthier.
A part cela, ce sont trois systèmes éducatifs parfaitement comparables... :lol:
On se demande bien par ailleurs pourquoi l'argument du nombre, servi ad nauseam par nos gestionnaires, l'emporte systématiquement sur celui de la raison...

C'est le seul moyen dont nous disposons pour sortir des programmes encyclopédiques que nous faisons subir à nos enfants.
Voilà qui devient tout de suite plus clair : l'encyclopédisme, voilà l'ennemi de nos managers ! :shock:

Ce nouveau processus d'élaboration des contenus d'enseignement éloignerait le métier d'enseignant de sa part d'"exécution" pour le faire basculer du côté des activités à haute valeur intellectuelle ajoutée.
Curieusement, je parie le contraire. Pour une raison simple : ce n'est pas l'enseignant qui élaborerait le programme, mais "l'équipe" des enseignants, dûment encadrée ! :xx: D'ailleurs, la confirmation ne tarde pas à venir :

Cette autre façon de travailler, en vigueur sur une bonne partie de la planète (...) légitime le travail en commun au sein d'un établissement ou d'un bassin d'éducation et contribue, de fait, à créer une équipe pédagogique, si difficile à faire exister en France
:spider:

elle donne un coup de jeune aux enseignements - les enseignants qui pensent chaque chapitre en détail connaissent leurs élèves, pressentent ce qui va accrocher leur attention et ce qui risque de ne pas les captiver.
Autrement dit, baissons le niveau en mettant le programme à la hauteur de l'élève et non plus l'inverse. C'est tellement plus porteur politiquement, et surtout tellement moins onéreux... :mrgreen:

Ce n'est pas toujours le cas des anonymes qui préparent aujourd'hui les enseignements au fond de leur bureau.
Pourtant, le journaliste connaît bien l'adage : pour vivre heureux, vivons cachés ! ;)

Aucune refondation de l'école ne pourra faire l'économie d'une refonte des savoirs enseignés. Dans une société de la connaissance, leur redonner un statut permet de relégitimer l'école par son contenu.
Ah, on y vient enfin !
Reste à déterminer si le chef d'oeuvre bureaucratique que constitue la Stratégie de Lisbonne (d'où est tiré ce slogan soviétoïde) amène bien à une société de la connaissance, ou bien à un mariage mortifère entre la concurrence entre tous et l'ignorance pour chacun... :mrgreen:

Avec notre notion de moyenne à atteindre, le fameux 10 sur 20, où toutes les disciplines se compensent, on n'instille pas le goût de la connaissance en soi : on encourage les petits arrangements afin d'avoir assez de points pour passer dans la classe supérieure." Cet inspecteur rêve d'un système où un 2 sur 20 en maths ne serait pas rattrapé par un 18 en français : les disciplines seraient enfin considérées comme également formatrices et essentielles à la construction du citoyen en herbe.
Je croyais pourtant que les notes étaient stigmatisantes et traumatisantes... :devil:

Inutile de préciser que le baccalauréat à la française est aux antipodes d'une telle réforme.
Normal : il est français... :papy:

Bien que le brevet valide désormais les sept "piliers du socle commun de connaissances, de compétences et de culture", il ne fonctionne guère mieux : on observe tous les ans des "ajustages maison" dans les établissements pour afficher un bon taux de réussite.
Sans oublier ceux opérés par le Ministère lui-même... mais chuuuut ! :roll:

Si bien que l'on accorde l'examen à un enfant qui ne sait pas compter si sa maîtrise de la langue est correcte.
C'est pourquoi on l'accordera aussi à celui qui ne sait ni lire ni compter. Au nom du droit à la réussite pour tous, dixit l'expert François Dubet ! :doc:

Sans présager des discussions à venir, le moment est essentiel. Comme le remarque avec une pointe d'humour l'historien de l'éducation Antoine Prost, "il reste des disciplines dans lesquelles nous jouons au porteur d'eau qui continue à aller remplir ses seaux alors qu'on lui a branché l'eau courante". L'anachronisme de certains enseignements étonne parfois le parent qui, en ouvrant un manuel, se retrouve propulsé vingt ou trente ans en arrière.
On le constate tous les jours à la vue de l'enseignement de l'histoire par "thèmes transversaux" déconnectés de la progression chronologique en lycée. Entre autres exemples... :devil:

Internet devrait pourtant obliger à repenser de fond en comble quelques leçons. Que faut-il apprendre par coeur ? Que signifie "savoir compter" au XXIe siècle, à l'heure où les ordinateurs sont accessibles ? Faut-il considérer cet apprentissage comme structurant pour le cerveau, ce qu'estiment les neurosciences, ou superflu, comme la pratique de bien des classes semble le laisser entendre ? La question est essentielle, mais qui osera la poser ? Ni les parents ni les enseignants. La communauté scientifique ?
Les politiques et autres gestionnaires à la culture proverbiale ? Leurs "relais" journalistiques ? :mrgreen:

Un principe pourtant entaché d'exceptions puisque, à la fin des années 1950, la conception du programme d'histoire de terminale avait été confiée à l'historien Fernand Braudel. De 1966 à 1973, l'introduction des mathématiques modernes s'était, elle, faite sous la houlette du mathématicien André Lichnerowicz. On sait ce qu'il advint de cette révolution qui pariait sur un lien direct entre apprentissages savants et apprentissages scolaires.
En effet, on le sait... mais pourquoi donc subitement ce ton sybillin ? :rirej

Cette emprise de l'éphémère sur les enseignements qui formeront les intelligences de demain s'explique par l'absence, en France, de chercheurs spécialistes de ce terrain autant que par un péché originel : les tout premiers programmes sont nés d'un malentendu.

"Au lycée, nous devons leur instauration à Napoléon Ier, dont le souci majeur était que l'Etat fasse nation, rappelle Claude Lelièvre. Par son côté national, le programme d'enseignement servait ce but essentiel.
A supposer que ce soit la vraie raison - on tait soigneusement le rôle capital de Condorcet, mais aussi de la IIIe République, de Ferry et de Buisson, mais passons... - peut-on vraiment parler là d'un malentendu ? :scratch:

Il fallait à l'époque diffuser (...) le français comme langue nationale.
A constater la maîtrise de la langue d'un bon tiers des élèves, il faudrait peut-être remettre au goût du jour cet objectif suranné, non ? :mrgreen:

Pas besoin d'en dire plus pour comprendre qu'en France les programmes scolaires ont été mis en place pour servir une politique.
Ben voyons. La suppression à venir de ces mêmes programmes ne s'expliquerait-elle pas par des raisons tout aussi politiques ? :spider:

Jean Zay, ministre de l'éducation et des beaux-arts sous le Front populaire, en 1936, disait déjà qu'il fallait les considérer comme des maximums
Après Jean Zay, Jaurès et Blum à la rescousse ? :rirej

"Pour la bonne formation de l'esprit, il n'est pas besoin de connaissances encyclopédiques, mais de connaissances en profondeur"
Z'auraient pu remonter à Montaigne et sa tête bien pleine... :devil:

Sa stratégie passera évidemment par une ouverture maximale du cénacle.
Les enseignants auront leur mot à dire et bénéficieront même de temps d'enseignement banalisé pour travailler le sujet.
Bien entendu ! Même qu'on les accompagnera comme il se doit en leur concoctant tout plein de réunions. Et on finira immanquablement par les exclure du débat en faisant pondre aux mêmes experts qui assurent le pilotage :doc: du système éducatif depuis 30-40 ans un énième rapport, puis une énième "réforme" ...

Conclusion : Le Monde, égal à lui-même... :pendu:
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 14:11 #7421

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
Merci mihailovich. :topla:

J'avoue que la lecture de cet article du "Monde" m'a laissé perplexe, parce que je n'en ai guère compris la direction, notamment en ce qui concerne le Bac ou Internet. :scratch:

On voit en tout cas que les programmes (maximalistes) doivent s'adapter au socle (minimaliste), et non plus l'inverse. Évolution à laquelle on pouvait s'attendre : c'est le même phénomène avec les "outils" numériques dont on considère qu'ils doivent transformer l'enseignement et même ses contenus ou ses objectifs.

La distinction entre "programmes" et "curricula", mal présentée, me semble moins fondée sur la nature de l'un et l'autre que sur l'abandon du caractère national des premiers, assimilés avec une extraordinaire facilité historique à une survivance impériale. De même, le reproche adressé aux programmes (supposés "encyclopédiques") pourrait parfaitement être adressé aux curricula. En réalité, ce que propose M. Gonthier, ce sont des programmes non encyclopédiques pour les plus faibles, c'est-à-dire le plus souvent les plus défavorisés, bref des exigences au rabais. Voilà la plus belle des manières pour instituer dès le départ l'égalité des chances ! Quant à l'obsolescence supposée de "certains programmes" (dont il n'est pas donné d'exemples, ce qui est bien dommage), elle suppose une vision techno-commerciale de l'enseignement, sur le modèle des iPads annuels, amené à évoluer en permanence dans sa forme comme dans ses contenus.

Encore une fois l'adaptation de l'école à son public sonne comme un renoncement à sa mission.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 15:44 #7425

  • mihailovich
  • Portrait de mihailovich
  • Hors Ligne
  • Accompli
  • Messages : 40
J'ajoute très rapidement une chose : "mieux prendre en compte la recherche" au niveau des programmes (comme le préconise l'auteur de l'article ) est l'exemple même de l'enfoncement de porte ouverte ou de la fausse bonne idée. Cela revient en effet à mettre de côté l'enseignement progressif (des notions élémentaires aux plus complexes) et à légitimer la mise en place systématique de la "charrue avant les boeufs" - mais les lobbys de "chercheurs" plus ou moins politisés concernés par ces enjeux ont-ils seulement la moindre idée de ce qu'est une pédagogie efficace à destination de vrais élèves ?
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 17:03 #7427

  • mewtow
  • Portrait de mewtow
  • Hors Ligne
  • Novice
  • Messages : 30
mihailovich dit:
J'ajoute très rapidement une chose : "mieux prendre en compte la recherche" au niveau des programmes (comme le préconise l'auteur de l'article ) est l'exemple même de l'enfoncement de porte ouverte ou de la fausse bonne idée. Cela revient en effet à mettre de côté l'enseignement progressif (des notions élémentaires aux plus complexes) et à légitimer la mise en place systématique de la "charrue avant les bœufs"

Vous croyez vraiment que les chercheurs sont stupides au point de vouloir absolument caser les derniers progrès de la recherche dans des cours de 5éme ? La plupart de ces enseignants chercheurs enseignent eux aussi, certes à des étudiants plus âgés. Ils ont une idée de "de ce qu'est une pédagogie efficace à destination de vrais élèves", et sont au courant qu'il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. Vous croyez vraiment qu'ils ne savent pas ce qu'est un pré-requis ?

Le propos de l'article était que les chercheurs ont une meilleure idée des notions qui seront utiles plus tard dans le cursus scolaire (à l'université par exemple), ce qui est utile pour structurer les programmes des années antérieures, en éliminant les reliquats inutiles du programme et en ajoutant les bases nécessaires. C'était ce qui était fait avec le conseil national des programmes : certains chercheurs avaient droit de cité.

Je me souviens de la lecture d'un livre de Sebastien Dallibard, physicien spécialiste en physique quantique, qui avait participé à ce conseil et qui est à l'origine de l'instauration de cours sur la radioactivité dans les programmes de physique au lycée. Il disait clairement que les programmes comprenaient beaucoup de choses inutiles, qui prennent la place de concepts plus formateurs. A ce titre, l'exemple de l'article sur l'étude de l’agrafeuse est particulièrement éclairant, tandis que Mr Dallibard évoquait notamment la loi d'Ohm et certains savoirs relatifs à l'électricité, qui sont justement les pires exemples de charrue placée avant les bœufs...

Mine de rien, lorsque je suis arrivé à l'université, j'ai bien vu ce que donnait la cassure des programmes entre université et secondaire. Quand je suis entré en licence Math-physique-informatique-chimie pour mes études d'informatique, les professeurs nous avaient prévenus : "Oubliez votre scolarité antérieure : vous n'avez jamais fait de mathématiques".

D'une approche basée sur la mémorisation de formules et l'automatisation de leur application à des exercices types, on passait aux exercices de démonstration et à une approche vraiment structurante, basée sur la compréhension conceptuelle et le raisonnement. Et pour utiliser cette approche, les enseignants ont passé les 6 premiers mois à reprendre l'intégralité des concepts vu en TS, pour corriger certains manques et aberrations des programmes de TS. Nombre de mes professeurs de fac se plaignaient justement du fait que les programmes de mathématiques au lycée ne suivent pas une progression convenable.

Donner la parole à ces professeurs d'université aurait justement permis de supprimer nombre de situations actuelles dans lesquelles la charrue était placée avant les bœufs ! Par exemple, en TS et en STI, on voyait la dérivée sans voir ses pré-requis, à savoir : la notion de continuité (qui n'était pas au programme). La notion de limite était abordée avec les mains d'une manière pitoyable, les programmes refusant d'aborder celle-ci de manière formelle. Et j'en passe...

Mine de rien, les fautifs de cette situation sont bien les programmes construits sans idée du contenu des formations ultérieures, sans avis des universitaires.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 17:27 #7428

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
Ces considérations me dépassent. :oops:

S'agissant d'impliquer les universitaires dans la conception des programmes, l'article est prudent :
Un principe pourtant entaché d'exceptions puisque, à la fin des années 1950, la conception du programme d'histoire de terminale avait été confiée à l'historien Fernand Braudel. De 1966 à 1973, l'introduction des mathématiques modernes s'était, elle, faite sous la houlette du mathématicien André Lichnerowicz. On sait ce qu'il advint de cette révolution qui pariait sur un lien direct entre apprentissages savants et apprentissages scolaires.

Si on admet néanmoins votre raisonnement, mewtow, vous pensez que la conception des programmes, pardon des curricula, par les professeurs du secondaire eux-mêmes, comme le suggère l'article, constituera une solution ?

Par ailleurs votre réflexion ne me semble pas remettre en cause le concept même de "programmes", non ?

A y regarder de près, c'est le concept même de programme scolaire qui mérite aujourd'hui d'être interrogé.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 17:55 #7429

  • mewtow
  • Portrait de mewtow
  • Hors Ligne
  • Novice
  • Messages : 30
Effectivement, ma réflexion ne met pas en cause le concept de programme : je ne commentais pas l'article en lui-même, mais je réagissais juste à la réponse de mihailovich. C'était une petite digression, rien de plus.

Et je ne pense pas du tout que les curriculums résoudront quoique ce soit : les programmes ne sont pas en cause, ce sont les conditions de leur création qui sont fautives. Certes les programmes ne sont pas parfaits, mais cela n'est pas une raison pour jeter le bébé (leur caractére national) avec l'eau du bain (quelques défauts de progression). Que quelques professeurs et enseignants-chercheurs participent à la création des programmes et aient droit de cité serait une meilleure solution.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 17:56 #7430

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
Nous nous comprenons bien.

Une dernière chose : votre raisonnement présuppose que tous les élèves embrassent des études universitaires. N'est-ce pas problématique en soi ?
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 18:05 #7431

  • mewtow
  • Portrait de mewtow
  • Hors Ligne
  • Novice
  • Messages : 30
Je n'en ai pas l’impression.

A mon avis, un programme adapté pour la poursuite d'étude ultérieure ne poserait pas de problèmes à ceux qui veulent arrêter leur études assez vite, ou s'orienter dans des branches annexes. Au pire, ce genre d'élève aura acquis quelques connaissances dont il ne se servira pas par la suite, mais je considère que c'est plus un bienfait qu'un mal.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 18:12 #7432

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
Mon expérience de professeur du secondaire me laisse penser différemment de vous.

Si je prend l'exemple du latin qui m'est familier, les modalités de son enseignement diffèrent beaucoup selon que l'on considère que les élèves cesseront d'en faire à l'issue du secondaire ou pas.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 18:20 #7433

  • mewtow
  • Portrait de mewtow
  • Hors Ligne
  • Novice
  • Messages : 30
Je ne demande qu'à vous croire. Ceci dit, j'aimerais avoir quelques exemples, si ce n'est trop demander.

En tout cas, j'ai l'impression que dans certaines matières, le problème ne se pose pas. Je parie que les programmes de disciplines scientifiques ou techniques (physique, mathématiques, SVT, électronique, informatique, etc) sont dans ce cas, mais il faudrait l'avis de professeur des matières concernées pour en être sûr.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 20:17 #7435

  • N°6
  • Portrait de N°6
  • Hors Ligne
  • Novice
  • Messages : 38
L'enfer, c'est les autres (programmes)... :mrgreen:
Je crois que vous avez été roulé dans la farine pédago par cet article: pour moi, les "chercheurs" dont parle notre énarque, sont les chercheurs.... en "sciences" (ne pas rire) de l'éducation, en psycho cognitivisme, en modalités de la perception didactique ou en transposition cognitive... Les "spécialistes" comme Lichné ne sont signalés que pour montrer que ces dinosaures des "savoirs savants" ne doivent pas avoir voix au chapitre.

Ce serait déjà bien qi les programmes étaient "coordonnés" entre les matières. Un petit exemple: la notion de molécule est utile en cinquième en SVT, mais ne sera vu en physique qu'en.... troisième.

Je sens venir des coupes sombres dans les programmes, non dénuées d'arrière-pensées politico-idéologiques. Ainsi, je vous parie qu'après une brève parenthèse faisant suite à un demi siècle d'immobilisme, l'enseignement de l'évolution va de nouveau disparaître du secondaire, sacrifiée sur l'autel du "vivre ensemble" et autre billevesées... Mais comme nous serons plus souvent en réunion que devant les élèves...
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 08 Sep 2013 22:19 #7437

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
J'ai bien peur que vous n'ayez raison, N°6. :transpi:

mewtow dit:
Ceci dit, j'aimerais avoir quelques exemples, si ce n'est trop demander.
Les élèves de série scientifique ne sont (en principe) pas destinés à poursuivre des études littéraires. En Terminale ils sont préparés à affronter l'épreuve du Bac de latin ou de grec ancien, un simple oral de re-traduction, avec quelques questions d'analyse éventuelles, un rapide commentaire du texte et une appréciation de traduction. Ils ne sont pas véritablement préparés à continuer après le Bac. :|
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 09 Sep 2013 00:00 #7439

  • mihailovich
  • Portrait de mihailovich
  • Hors Ligne
  • Accompli
  • Messages : 40
Mewtow, je vous rejoins sur l'essentiel. Je ne visais pas dans ma précédente intervention la recherche en général, mais uniquement certains chercheurs prônant, pour des raisons le plus souvent idéologiques ou/et politiques, des pratiques prépostères à destination d'élèves ou étudiants peu avancés, ainsi que des démarches peu sérieuses de type Main à la Pâte.
Je pensais aussi aux textes européens (ex. les Dublin descriptors) qui encouragent des dérives analogues autour d'une certaine "recherche"... qui n'en est pas une ! Le tout étant évidemment lié aux "sciences" de l'éducation et au management réunis (transdisciplinarité, "innovation" à tout crin ou "travail en équipe" considérés comme des fins en soi, etc.).
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 09 Sep 2013 07:29 #7440

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
S'il s'agit de cela, je rejoins mihailovich et vous conseille la lecture de ce fil de discussion : "Les enfants chercheurs : la recherche scientifique comme modèle d'apprentissage".
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

""La laïcité n'est pas une arme, c'est un pacte"" (JDD) 09 Sep 2013 12:18 #7444

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
Comme l'actualité présente d'étranges hasards ! :cheers:

A lire dans le "Journal du dimanche" du 08/09/13 :

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

""La laïcité n'est pas une arme, c'est un pacte"" (JDD) 09 Sep 2013 12:20 #7445

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
On doit se poser la question : qu’est-ce qui est essentiel d’apprendre à un enfant d’aujourd’hui, sachant qu’il sera un adulte dans la deuxième moitié du XXIe siècle.

Passons sur la syntaxe. Sauf à considérer qu'on devient adulte à 43 ans, un enfant entrant en primaire aujourd'hui sera adulte en 2025... Bon , en même temps le ministre avait annoncé aux actuels stagiaires qu'il préparerait les enfants du XXIIe siècle. On progresse...

Par ailleurs bien malin qui peut dire à quoi ressemblera la seconde moitié du XXIe siècle... :santa:

Et même 2025, à vrai dire...
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

""La laïcité n'est pas une arme, c'est un pacte"" (JDD) 09 Sep 2013 22:36 #7454

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 658
Loys dit:
On doit se poser la question : qu’est-ce qui est essentiel d’apprendre à un enfant d’aujourd’hui, sachant qu’il sera un adulte dans la deuxième moitié du XXIe siècle.

Passons sur la syntaxe. Sauf à considérer qu'on devient adulte à 43 ans, un enfant entrant en primaire aujourd'hui sera adulte en 2025... Bon , en même temps le ministre avait annoncé aux actuels stagiaires qu'il préparerait les enfants du XXIIe siècle. On progresse...

Un ministre ne peut pas se placer dans l'hypothèse où la majorité des enfants de France devrait mourir avant 40 ans. Dans l'hypothèse d'une stabilité du système actuelle, avec 45 ans de carrière, les stagiaires d'aujourd'hui seront en activité en 2050, et formeront des enfants qui seront en activité à l'orée du XXIIe siècle.

C'est la force des programmes disciplinaires des concours d'enseignants, explicitement pour l'agrégation, de manière plus tacite pour le capes, qu'ils forment non pas des chercheurs, mais des enseignants avertis des méthodes de la recherche dans leur discipline, et capables donc d'en suivre les développements tout au long de leur carrière.

Dans les années 1980, la guerre d'Algérie est au programme du lycée en Histoire. Plus de la moitié des enseignants d'histoire l'ont vécu à travers le prisme de la censure d'état. Pas le meilleur moyen de s'en faire une vue correcte. C'est en se faisant attentif aux travaux des chercheurs qu'ils se sont mis au niveau. J'ai été frappé, lorsque la guerre d'Algérie a été "découverte" par les média dans les années 1990, de voir à quel point nos enseignants d'Histoire, quinze ans avant, avait fait du bon boulot.

(j'ai d'autres choses à dire sur l'article, mais pas le temps pour le moment).
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

""La laïcité n'est pas une arme, c'est un pacte"" (JDD) 10 Sep 2013 00:17 #7455

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
archeboc dit:
Un ministre ne peut pas se placer dans l'hypothèse où la majorité des enfants de France devrait mourir avant 40 ans. Dans l'hypothèse d'une stabilité du système actuelle, avec 45 ans de carrière, les stagiaires d'aujourd'hui seront en activité en 2050, et formeront des enfants qui seront en activité à l'orée du XXIIe siècle.
Au temps pour moi : le ministre a bien évoqué les "citoyens du XXIIe siècle" dans son discours de Toulouse (même si ceux formés par les stagiaires actuels seront cinquantenaires en 2100).

Néanmoins, pour les enfants "d'aujourd'hui", qui seront des adultes "dans la deuxième moitié du XXIe siècle", on peut imaginer que ce qu'on doit leur apprendre sera plus important pour leur entrée dans la vie adulte, dans les années 2020, que pour leur seconde partie de carrière après 2050. ;)
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

""La laïcité n'est pas une arme, c'est un pacte"" (JDD) 10 Sep 2013 09:50 #7458

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
A noter pour signaler le caractère éphémère des modes technologiques qui nous entourent qu'un article de blog du "Monde" parle de "fossiles" à propos des premiers tweets en 2006, il y a seulement sept ans. De fait, qui imaginait le succès des réseaux sociaux tel qu'on les connaît aujourd'hui au milieu des années 2000 ? Ou mieux qui imaginait le concept même des réseaux sociaux avant 2000 (à part Michel Serres qui les avait prédits... dès les années 60) ?

Alors ce que sera notre univers numérique dans douze ans - une éternité -, ou même dans trente-sept ans, en 2050...
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 10 Sep 2013 23:24 #7465

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 658
Retour sur l'article qui initie ce thread.
De 1966 à 1973, l'introduction des mathématiques modernes s'était, elle, faite sous la houlette du mathématicien André Lichnerowicz. On sait ce qu'il advint de cette révolution [..] Mais cet échec historique

Quel échec historique ?

Nom d'une pipe, il y a au moins un français dans chaque promotion de la médaille Fields depuis 1994. Si on regarde leur age, c'est la génération qui a bénéficié de la réforme des mathématiques modernes. Au delà des programmes scolaires, il faut voir dans le rayonnement des mathématiques françaises une influence de Bourbaki. Mais si cette influence se fait encore sentir cinquante ans après, c'est bien grâce aux programmes scolaires des années 60 et 70.

Allez, encore un bonnet d'âne dans la collection, bien fournie, de Marilyne Baumard.
Jean Zay, ministre de l'éducation et des beaux-arts sous le Front populaire, en 1936, disait déjà qu'il fallait les considérer [ie les programmes] comme des maximums : tout ne devait pas être étudié, mais l'enseignant pouvait y puiser.

Ce principe a ensuite été inscrit dans le projet de réforme du système éducatif français élaboré à la Libération par Paul Langevin, puis Henri Wallon. "Pour la bonne formation de l'esprit, il n'est pas besoin de connaissances encyclopédiques, mais de connaissances en profondeur"

Lorsqu'un enseignant demande un exemple de peintre maniériste, l'étudiant qui se lèverait pour lui en réciter une liste de 20, dans l'ordre alphabétique inverse, avec la date de naissance et la date de décès, passerait pour un pédant et un idiot. De même, il serait stupide de demander à nos élèves d'apprendre par cœur toutes les fables de La Fontaine. Mais a contrario, l'élève de 6e à qui son prof de français demande de réciter une fable de son choix devrait être en mesure de le faire, ou, s'il s'en révèle incapable, se voir placer, hors de la voie normale, dans un cursus adapté à ses faibles capacités de mémoires.

Le gros problème des programmes français n'est pas tant l'encyclopédisme qu'un encyclopédisme hors de portée des enfants. Lorsqu'on demandait aux enfants de connaître, pour chaque fleuve français, la liste de tous ses affluents, on restait dans un gavage puéril mais tolérable. On a supprimé cet apprentissage de listes d'objets pour le remplacer par pire : des concepts.

J'ai déjà dit, ici je crois, combien j'avais été étonné de voir dans un programme de CE2 un exposé sur la chevalerie gauloise. Des gaulois au temps des chevaliers ? Le petit CE2 qui révisait sa leçon avec moi avait bien l'impression qu'il y avait un problème. Du moins se posait-il la question. Mais pour la plupart de ces camarades, tout cela est resté à l'état d'immonde magma. Le concept de chevalerie, ici, n'est pas seulement inutile, il est nocif : il vient brouiller la mise en place des fondamentaux, c'est-à-dire la chronologie.

Qu'est-ce que c'est qu'une « connaissance en profondeur » ? C'est une connaissance que l'on peut mobiliser sans effort dans le cadre d'une tâche de plus haut niveau. Exemple trivial : il faut maîtriser parfaitement les tables de multiplication pour mener à bien des divisions sur des nombres à plusieurs chiffres. C'est là que le concept de « compétence » est performant. Une compétence se distingue d'une connaissance par son expression sous la forme d'un verbe : il ne s'agit pas simplement de « connaître » les tables de multiplication, mais de « fournir le résultat exact sans délai ni hésitation ». En tant que tel, donc, le concept de compétence pourrait se révéler intéressant pour redresser le niveau du système éducatif. Ce qui manque, c'est la volonté politique de former des classes homogènes en compétence. Dans ces conditions, les cadres subalternes de l'EN sont obligé de tricher, de maquiller les résultats, avec les effets démobilisateurs que cela peut avoir sur tous les acteurs de terrain.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 11 Sep 2013 01:35 #7466

  • Wikibuster
  • Portrait de Wikibuster
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 724
"Quel échec historique ?"

Si les maths modernes c'est les patates je peux témoigner que je n'ai pas de meilleur souvenir d'apprentissage à l'école, et même c'est peut-être le seul souvenir positif que j'en ai. Cela m'a tellement influencé que si je suis capable de perdre des heures à jouer au Go encore aujourd'hui cela vient certainement de là.

"Mais a contrario, l'élève de 6e à qui son prof de français demande de réciter une fable de son choix devrait être en mesure de le faire, ou, s'il s'en révèle incapable, se voir placer, hors de la voie normale, dans un cursus adapté à ses faibles capacités de mémoires."

Ho Ho même si l'élève est un authentique génie dans son domaine de prédilection ? archeboc c'est pas sérieux.

"Le petit CE2 qui révisait sa leçon avec moi avait bien l'impression qu'il y avait un problème."

C'est autant possible que de trouver un chevalier chez les gaulois, l'impression c'était dans votre tête.

"la mise en place des fondamentaux, c'est-à-dire la chronologie."

Vous parliez de concept, pourquoi ne pas parler aussi de dogmatisme ?

"Exemple trivial : il faut maîtriser parfaitement les tables de multiplication pour mener à bien des divisions sur des nombres à plusieurs chiffres."

C'est pas faux mais ça sert à quoi de savoir faire une multiplication avec plein de chiffres et quel talent pensez-vous avoir avec ça quand un berger (calculateur prodige) qui n'a jamais été à l'école peut faire ces mêmes multiplications de tête dix fois plus vite que vous avec une calculette, Hmmm ? Le sentiment d'être intelligent c'est une chose, la réalité c'en est une autre.

"Le concept de compétence pourrait se révéler intéressant pour redresser le niveau du système éducatif."

Voilà le concept qui revient... On y échappe pas vous voyez.

"C'est la volonté politique de former des classes homogènes en compétence."

Pour faire de vrais guerriers de l'intellect je suppose, j'ai appris il y a peu que les Spartiates tuaient les enfants faibles et inaptes au combat, ils se donnaient les moyens de leur idéal c'est indéniable.

J'ai un concept à vous proposer moi aussi : dire à quoi devrait servir l'école avant de dire comment elle devrait être. Mais si le but est de faire des gens à votre image ou à l'image de qui que ce soit, personnellement je ne m'étonnerai jamais que ça ait l'air de foirer.
Ecrasons l'infâme !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 11 Sep 2013 08:54 #7467

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
Je n'ai pas de compétence pour juger de l'évolution de l'enseignement des mathématiques, malheureusement.

En revanche, sur l'enseignement des lettres, j'ai commencé par vous répondre longuement, archeboc, avant de me raviser : ma très longue réponse est devenue l'ébauche d'un article à venir.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 11 Sep 2013 10:58 #7475

  • Wikibuster
  • Portrait de Wikibuster
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 724
Loys dit:
En revanche, sur l'enseignement des lettres...

archeboc parlait des petites classes (je crois), les lettres sont-elles concernées, ou apprendre à lire et écrire en fait-il partie ?
Ecrasons l'infâme !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 11 Sep 2013 11:58 #7477

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
L'enseignement du français, du primaire au collège, été profondément transformé par les nouveaux programmes des années 1990. Le lycée lui-même n'y a pas échappé au tournant des années 2000.

Pour vous donner un seul petit exemple, les élèves de primaire ont perdu en 1995 entre 400h et 600h de français au total, soit entre deux et trois heures par semaine. Au CP l'horaire est passé de 15h à 10h par semaine.

Et je ne parle pas de la réforme des méthodes d'enseignement.

Source : www.sauv.net/refprim.htm
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'enfer des programmes scolaires" (Le Monde) 11 Sep 2013 12:04 #7478

  • Wikibuster
  • Portrait de Wikibuster
  • Hors Ligne
  • Immarcescible
  • Messages : 724
C'est surprenant pour moi, quelle matière pourrait être même à moitié aussi importante que le français ? Si vous savez lire et comprendre un livre seul vous pouvez apprendre aussi longtemps que vous en aurez envie, les livres ça ne manque pas et sur tous les sujets.
Ecrasons l'infâme !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Refondation de l'école - La réforme des programmes 10 Oct 2013 20:17 #7911

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
Refondation de l'école

La réforme des programmes

Le ministre vient d'installer un nouveau Conseil des programmes : www.education.gouv.fr/cid74348/installat...-des-programmes.html
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Peillon veut des programmes "plus efficaces" pour lutter contre l'échec scolaire" (VousNousIls) 10 Oct 2013 20:19 #7912

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12836
A lire sur "VousNousIls" du 9/10/13 : "Peillon veut des programmes "plus efficaces" pour lutter contre l'échec scolaire".

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.219 secondes
Propulsé par Kunena