Inégalités... et discrimination

Plus d'informations
27 Mai 2014 22:05 - 27 Mai 2014 22:05 #10675 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Une demande de la FCPE pour réformer le collège :

8. Éliminer les options ségrégatives

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Mai 2014 15:21 - 29 Mai 2014 15:22 #10689 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Sur le blog de Véronique Soulé ("Libération") du 29/05/14 : "Victoire du FN: Le poids de l'école" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
31 Mai 2014 13:35 - 10 Jui 2014 08:23 #10701 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
On franchit un palier avec toute une flopée d'articles expliquant l'explosion du Front national par l'échec de l'école :
- François Jarraud dans le "Café pédagogique" (26/05/14) : "La France en noir et l'Ecole"

Connectez-vous pour voir le message entier.

- Véronique Soulé sur son blog de "Libération" : "Victoire du FN: Le poids de l'école" (29/05/14)

Connectez-vous pour voir le message entier.

- Bernard Girard sur son blog de "Rue89" : "Vote FN des jeunes : ça commence par les cours d’histoire à l’école" (31/05/14)

Connectez-vous pour voir le message entier.

- Dans le discours de Paul Raoult à l'ouverture du 68e congrès de la FCPE :

Paul Raoult dit: Nous ne voulons pas que nos enfants connaissent l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir, et c’est aussi pour cela que nous voulons prendre toute notre place dans la construction d’une école sans sélection.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Jui 2014 16:37 - 02 Jui 2014 16:41 #10751 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Sur le même thème (la montée du FN) dans les "Cahiers pédagogiques" du 02/06/14 : "Face à la « résistible ascension » de l’extrême-droite, l’école doit prendre ses responsabilités"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Jui 2014 23:55 #10788 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Pour certains syndicalistes réformistes interrogés par le "Nouvel Obs" du 05/06/14 :

Hors micro, plusieurs syndicats dénoncent même le "recul" d’Alain Boissinot, pourtant membre de la "famille" réformiste, jugé timoré sur ce dossier. "Il craint les réactions d’une poignée d’intellectuels parisiens comme Alain Finkielkraut, qui éructera que l’on ‘brade’ l’excellence scolaire française... Surtout, il craint d’affronter les cerbères du Snes qui, comme d’habitude, souhaitent que les profs continuent d’enseigner comme ils le faisaient en 1950."

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Jui 2014 20:46 #10794 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Certain tweet de Maryline Baumard ce 4/06/14 laisse pantois :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Jui 2014 01:40 - 10 Jui 2014 08:23 #10852 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Et ce blog d'un auteur proche du CNT : "L'école des réac-publicains"

Greg Chambat dit: « C’est, de fait, autour de la question de l’éducation que le sens de quelques mots – république, démocratie, égalité, société, a basculé. » (Jacques Rancière, La Haine de la démocratie)
L'ambition de ce blog est de proposer des témoignages, des analyses et des ressources pour analyser le développement des thèses et des déclarations réactionnaires sur l'école. Déclarations qui ne sont pas pour rien dans la montée de l'extrême-droite.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Jui 2014 00:05 - 13 Jui 2014 00:08 #10897 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
A lire dans "L'express" du 12/06/14 ( "Pourquoi sommes-nous si nuls en anglais?" ) ce sympathique propos de la présidente du SE-Unsa :

Claire Krepper dit: La maîtrise d'une ou de plusieurs langues étrangères reste encore trop souvent l'apanage d'une certaine élite. Une autre explication aux mauvaises notes des français en anglais selon Claire Krepper, professeur d'anglais, et secrétaire nationale du syndicat enseignant UNSA: "L'anglais est aujourd'hui un des principaux moyens de sélection à l'entrée des grandes écoles, qui sont trustées par les enfants des classes supérieures. C'est, peut-être, ce qui explique la position ambiguë de nos dirigeants". Et l'enseignante d'ajouter: "Nos décideurs savent que la maitrise d'une langue étrangère est désormais essentielle, mais tardent à débloquer les moyens nécessaires pour que toute la population française maîtrise l'anglais. C'est, peut-être, une façon de protéger leur 'entre-soi'"

Et aussi cette approche très "compétentielle" :

Pour Claire Krepper, l'enseignement de l'anglais en France pêche aussi par la trop grande importance accordée à l'écrit, au détriment de l'oral: "Il faut voir ce qui est attendu des élèves de terminale des filières générales! On leur demande d'être capable de disserter sur des textes classiques de la littérature anglaise -et on s'étonne qu'il ne soit pas capable de s'exprimer à l'oral? Tous nos élèves ne se destinent pas à devenir normalien, mais, en revanche, beaucoup d'entre eux devront être capable de s'exprimer en anglais dans leur future pratique professionnelle . Puisqu'ils ne reçoivent que deux heures de cours par semaine, il faut faire un choix: passer moins de temps sur une approche très culturelle et littéraire, qui ne se justifie que dans la filière L, et privilégier l'apprentissage de la langue comme outil de communication".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Jui 2014 14:15 - 13 Jui 2014 14:56 #10907 par archeboc
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Pour avoir un diplôme d'ingénieur, il faut un niveau minimum en anglais : 750 au TOEIC, et il est question de le passer à 780. Au sujet de l'anglais, la CGE (Conférence des Grandes Ecoles) ne parle plus de "langue étrangère" mais de "langue de travail".
Notez :
1- que c'est le seul impératif global sur le niveau des élèves. Interrogée par nous sur ce point il y a une dizaine d'années, la CGE a évoqué la possibilité d'imposer un niveau minimum en math, en français et en sciences. On n'en a plus jamais reparlé.
2- que dans la pratique, ce sont les enfants des milieux populaires et surtout des petites classes moyennes qui se trouvent frappés par ce filtre.
L'entre-soi qui est défendu ici, c'est celui d'une élite mondialisée, contre les aspirations d'ascension sociale par les filières scolaires scientifiques, entretenues encore largement par les classes moyennes républicaines.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Jui 2014 21:55 - 25 Jui 2014 21:55 #11065 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans "Le Monde" du 25/06/14, ce jugement nuancé :

Maryline Baumard dit: Or, depuis la Manif pour tous le paysage a changé. Une France conservatrice s'est réveillée et se fait désormais entendre dès qu'elle en a l'occasion. La note est un cheval de bataille idéal pour elle.

www.lemonde.fr/societe/article/2014/06/2...es_4445352_3224.html

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Jui 2014 00:40 - 26 Jui 2014 00:41 #11072 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans la même veine dans "Rue89" du 25/06/14 : "La blouse de Robert Ménard, cache-misère de notre pauvre école"

Bernard Girard dit: Que, même en dehors de toute implantation syndicale ou institutionnelle, le discours d’extrême droite soit de longue date tenu pour acceptable au sein du petit monde de l’Education nationale, on en veut pour preuve par exemple, la récente réaction de François Portzer, président du Syndicat national des lycées et collèges (SNALC), à la tentative d’implantation du collectif Racine à Nantes :
« On ne les a pas attendus pour faire des constats de bon sens sur l’éducation nationale. »
Pour le second syndicat représentatif de l’enseignement secondaire, les constats du Front national sont donc « de bon sens » :

  • de bon sens, la suppression du collège unique, la sélection des élèves sur des critères sociaux et le plus souvent ethniques, le démantèlement de la formation des enseignants, la phobie de la pédagogie ?
  • De bon sens, l’apprentissage de la vie en société réduite à des principes d’obéissance et de soumission ?
  • De bon sens, l’incapacité à construire l’avenir autrement qu’en se référant au passé ?
  • De bon sens, pourquoi pas non plus, le rétablissement de la peine de mort et l’expulsion des immigrés, la démocratie muselée par l’autoritarisme ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Jui 2014 12:16 #11073 par Shane_Fenton
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
A noter que Bernard Girard n'est autre que Lubin, l'auteur de l'inénarrable blog "Journal d'école" : journaldecole.canalblog.com/

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Jui 2014 18:11 #11077 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Oui, M. Girard m'avait sympathiquement rangé parmi les "demeurés" en 2012 : www.laviemoderne.net/forum/les-ticiens/6...nternet-24-03-12#642

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Juil 2014 10:13 - 02 Juil 2014 10:13 #11142 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans "Le Monde" du 02/07/14 : "Ile-de-France : la ségrégation sociale au lycée expliquée en 4 graphiques"

Ile-de-France : la ségrégation sociale au lycée expliquée en 4 graphiques


Trois chercheurs de l'Institut des politiques publiques ont analysé l'état de la mixité sociale dans les lycées des académies de Paris, Créteil et Versailles. Une segmentation sociale élevée mais en diminution à Paris, des différences de niveau entre les lycées fortement influencées par les notes de troisième, l'impact contrasté des politiques boursières… le point en quatre graphiques avec Julien Grenet, chercheur à l'Ecole d'économie de Paris.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Juil 2014 14:17 - 03 Juil 2014 13:40 #11144 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans le "Café pédagogique" du 02/07/14 : "L'affectation des élèves en lycée sous le feu des critiques des experts"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Et le 03/07/14 : "Quelles politiques éducatives contre la ségrégation ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Juil 2014 14:05 - 03 Juil 2014 14:21 #11150 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Et si le "PISA choc" avait enfin eu lieu à Paris le 2 juillet ? Pour l'OCDE les inégalités sociales à l'Ecole sont le premier problème du système éducatif français. Elle génèrent notamment un échec scolaire massif et ciblé socialement qui pèse durablement sur la société française.

Dans laquelle jamais autant d'élèves n'ont été bacheliers. :transpi:

La région Ile-de-France relève ce défi. Depuis 2011, sous la direction d'Henriette Zoughebi, vice présidente du conseil régional en charge des lycées, l'Observatoire de la mixité sociale et de la réussite éducative travaille sur ces questions. La région a financé trois études qui pour la première fois éclairent la situation et surtout les mécanismes de la ségrégation scolaire.

M. Jarraud pense que les mots "ségrégation" et "inégalités" dont synonymes.

En Ile-de-France un jeune de milieu populaire a deux fois moins de camarades de famille privilégiée qu'un jeune issu des milieux favorisés (23% contre 52%).

Il fallait bien une étude pour s'en convaincre !
Et qui dans les lycées organise concrètement cette "ségrégation" (i.e. Discrimination sociale de fait à l'égard d'individus ou de groupes d'individus en raison de leurs race, ethnie, religion, mœurs, sexe, âge, condition sociale) ?

Quel impact d'Affelnet sur la ségrégation ?

Affelenet affecte les élèves selon leurs race, ethnie, religion, mœurs, sexe ou condition sociale ?

Gabrielle Fack, Julien Grenet, Asma Benhenda, de l'IPP, ont travaillé sur l'impact d'Affelnet sur la mixité sociale et scolaire dans les lycées franciliens. Leur étude montre une ségrégation très importante à Paris mais en baisse alors qu'elle reste stable à Créteil et Versailles. Mais le grand intérêt de l'étude c'est de montrer les mécanismes qui l'alimentent. Pour les auteurs, "le rôle central des notes dans l'Affelnet parisien explique le maintien d'une forte ségrégation".

La ségrégation est donc fondée sur le niveau scolaire.

La règle d'affectation qui donne al priorité aux boursiers à Paris a fait chuter la ségrégation. La part des boursiers dans les meilleurs établissements a triplé depuis 2008, amenant de la mixité sociale dans les établissements (-20%). Par contre le poids des notes, qui restent le premier critère d'affectation, alimente la ségrégation sociale et scolaire.

Idéalement il faudrait les supprimer et ne tenir compte d'aucune considération de niveau scolaire. Le niveau scolaire, c'est la ségrégation !

Comment on fabrique de la ségrégation dans les établissements

Mais qui est ce "on" ?

La seconde étude, menée par Eric Maurin, Son Thierry Ly et Arnaud Regert, travaille sur l'impact des politiques d'établissement dans la ségrégation.

La ségrégation est souvent dans le projet d'établissement, en effet.
A propos d'Eric Maurin, on a pu constater par le passé son impartialité s'agissant de l'école. :fur

Plusieurs facteurs s'additionnent pour atteindre le haut niveau de ségrégation. Le premier c'est bien sur la ségrégation géographique.

Dont les établissements sont responsables. :doc:

Elle est réelle quand on compare les communes. Mais l'étude montre aussi que la ségrégation existe entre établissements d'une même commune et entre classes dans le même établissement. Il faut donc faire entrer d'autres critères. Les auteurs montrent que la politique de constitution des classes est un vecteur ségrégatif.

Un "vecteur ségrégatif" : comme c'est joliment dit pour n'accuser personne tout en employant quand même le mot "ségrégation".

Déjà l'absence de toute politique anti ségrégation en fait nourrit la ségrégation. C'est même la source principale de ségrégation. Mais il y a aussi les politiques d'établissement. Son moteur principal c'est le regroupement des élèves ne fonction des options. L'allemand LV1, le latin sont utilisés pour marquer la ségrégation comme d'autres enseignements optionnels.

Bien sûr : l'allemand ou le latin sont interdits à certains élèves, selon des critères discriminatoires. :twisted:

On compte ainsi 51% de privilégiés dans les classes de latin en 5ème, 54% en allemand.

C'est bien la preuve d'une intention maligne.
Il serait intéressant de s'interroger sur ce que deviendraient les inégalités entre établissements si certains établissements défavorisés ne proposaient plus ces options.

La concurrence des établissements privés est aussi un autre vecteur important. Les établissements qui ont une politqiue active ségrégative sont généralement soumis à cette concurrence.

Mais qu'est-ce exactement qu'une "politique active ségrégative" ? :scratch:

Pourquoi lutter pour la mixité sociale ?
Mais pourquoi faudrait-il assurer plus de mixité sociale et scolaire dans les établissement ? Pour Eric Maurin plusieurs études montrent que les classes de niveau peuvent être positives au primaire. Au collège, "favoriser la mixité amène de meilleurs résultats globaux mais faiblement", affirme-t-il. "Pour Julien Grenet les effets ne sont pas les mêmes selon son niveau scolaire. La mixité aide les plus faibles mais n'a pas forcément d'effet sur le splus forts. H Zoughébi apporte un autre éclairage : "Sans mixité sociale on ne fait pas société", dit-elle. Améliorer la mixité pose aussi la question de son admissibilité sociale. "Il faut aussi que ce soit accepté par les enseignants", explique F Robine, directrice générale de l'enseignement scolaire (dgesco).

Car les enseignants sont par définition hostiles à toute mixité sociale. :doc:

Troisième levier : réduire le poids des notes dans l'affectation.

Donc il y a une chose dont l'école ne doit pas tenir compte : le niveau scolaire. :doc:

La question c'est par quoi remplacer ce critère d'affectation.

Effectivement. :P

Julien Grenet pencherait pour une loterie mais comment les parents verraient -ils cela ?

Ceux qui resteraient dans le public du moins...
Mais la loterie ne serait-elle pas opposée à l'orientation choisie ? :santa:

Au niveau local, construire les classes en se fixant un objectif de mixité serait efficace ou au moins les sensibiliser à la question.
Pour le conseil régional, Henriette Zoughebi avance deux autres leviers. " Le développement de la polyvalence dans les établissements, par agrandissement des lycées existants, est une piste comme le développement de passerelles entre filières", explique-t-elle. "Les études montrent qu'il y a une vraie concurrence avec le privé et ça augmente l'entre soi..

Concurrence qu'on est en train d'aggraver...

En travaillant avec les établissements privés, quelles obligations mettre en place pour qu'ils ne jouent pas en faveur de la ségrégation".

C'est une bonne question.

On le voit toutes ces études mènent à des décisions qui dépassent le cadre d'un collectivité territoriale. " Il faut une politique volontariste. On ne peut pas laisser faire le local. Il faut du politique", dit H Zoughebi. " On n'est pas responsable de la sectorisation ni des affectations. Il faut travailler ensemble avec l'Etat".

Donc une ségrégation dont personne n'est responsable : ça s'appelle des inégalités, et pas une ségrégation.
Quant au fait qu'il existe des inégalités sociales dans le niveau scolaire, voilà qui n'interroge pas le "Café pédagogique". Il faut que les inégalités ne soient plus visibles en terme d'affectation ; et pour cela tous les moyens, même les plus artificiels, sont bons

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Juil 2014 14:34 - 03 Juil 2014 16:37 #11151 par archeboc
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Loys dit: Il serait intéressant de s'interroger sur ce que deviendraient les inégalités entre établissements si certains établissements défavorisés ne proposaient plus ces options.

Mais c'est justement là un des problèmes : les options élitistes sont proposées principalement dans les collèges favorisés. Dans les zones défavorisées, le latin et l'allemand sont moins facilement disponibles.
Il faudrait analyser plus largement cette utilisation du concept de "ségrégation", dont tu pointe bien qu'il est ici abusivement utilisé. Je pense en particulier à l'emploi du terme "zone ségrégée" en sociologie.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Juil 2014 10:56 - 08 Juil 2014 11:12 #11195 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Rebelote dans le "Café" du 8/07/14 : "Bac : A quoi servent les options ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Juil 2014 11:09 #11196 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Onéreuses, accusées d'alimenter la ségrégation sociale et scolaire entre les lycéens, les options ont-elles un utilité forte ?

"accusées"... enfin surtout par François Jarraud...

Les options ont mauvaise presse déjà en raison de leur coût. On sait qu'elles expliquent pour une bonne part le coût élevé du lycée par rapport aux autres niveaux de l'enseignement scolaire. Le cout moyen d'un lycéen est de 9 660 € contre 8370 € pour un collégien ou 5870 € pour un écolier. Ce coût est nettement plus élevé en France que dans les autres pays de l'OCDE. Or l'Etat doit dégager des économies et lutter contre l'échec scolaire massif.

Pour supprimer les options rien de tel qu'un bon chantage moral... Un peu comme les salaires des professeurs de classes préparatoires fin 2013.

Voilà deux raisons qui devraient l'inciter à transférer des moyens du lycée vers le primaire. Mais ce n'est pas tout...
Une étude réalisée par Son Thierry Ly, Éric Maurin et Arnaud Riegert a mis en évidence le rôle des options dans les processus ségrégatifs dans les établissements. "Un nombre important d’établissements génèrent des inégalités substantielles entre les classes de leurs élèves", écrivent-ils. "Pour 30 à 40% d’entre eux (selon qu’on étudie la dimension sociale ou scolaire), une partie au moins de ces inégalités semblent provenir de la constitution volontaire de classes de niveaux.

Hors-sujet donc, en admettant que ce soit vrai.

Pour les autres, il apparait que les différences sociales et scolaires dans les choix d’options et de langues vivantes sont à l’origine de la majeure partie de la ségrégation constatée.

Des inégalités donc, et aucune ségrégation...

A supposer que le regroupement des élèves selon leurs choix d’options n’ait pas été mis en place pour ségréger volontairement, pour éviter par exemple leur fuite vers d’autres établissements...

"ségréger" ? :scratch:
Curieuse ségrégation... pour empêcher une fuite. :santa:
Il est par ailleurs évident que le regroupement des élèves obéit surtout à une contrainte technique : minimiser les alignements de classe.

...62% de la ségrégation active intra-établissement aurait pu être supprimée en s’efforçant à séparer ces élèves".

Ou en incitant davantage d'élèves à suivre ces options...

Les options donnent-elles le bac trop facilement ?

Nouvel argument.

Une nouvelle Note de la Depp (division des études du ministère) analyse ses effets sur les résultats du bac. Les options sont parfois accusées de donner le bac à des élèves faibles y compris dans les disciplines phares de la série. Selon l'étude de la Depp, pour avoir un impact sur le résultat du bac, le candidat doit être très proche d'un des seuils de l'examen. En effet un candidat qui obtient 15/20 à son option ne voit sa moyenne progresser que de 0,3 points. S'il a 20/20 l'apport sera de 0,5 à 0,6 point. Dans 6 cas sur 10 le candidat est suffisamment éloigné d'un seuil (8/20, 10/20, 12/20 , 14/20 ou 16/20) pour que l'effet soit nul. En 2013, 20% des candidats ayant passé une option au bac ont vu leur résultat affecté par l'option, soit 36 000 personnes. 11% ont obtenu une mention supérieure grâce à elle. 5% ont obtenu une mention avce l'option. 3% ont obtenu le bac au 1er groupe d'épreuves grâce à leur option. Pour 0,8% elle a permis d'échapper à l'élimination à l'issue du premier groupe. Pour 80% des candidats présentant une option , celle-ci n'a eu aucun impact sur leur résultat final.
Ainsi l'option donne très rarement le bac. Mais elle est un marchepied pour une minorité vers la mention. Qui est cette minorité ? D'abord des lycéens des séries générales, c'est à dire déjà socialement plus favorisés que les lycéens du technologique ou du professionnel. Parmi eux les jeunes de milieu favorisé ont deux fois plus de chances de présenter deux options que ceux de s familles défavorisées (19 et 10%).

Ou comment l'expression statistique "avoir une chance" est ici détournée en "avoir de la chance" (ségrégation). Rien n'interdit aux élèves des familles défavorisées de présenter deux options...

53% des jeunes de milieu populaire ne présentent aucune option quand ce n'est que 39% des enfants de famille favorisée. Pour la Depp, les options sont bien un coup de pouce à la carrière scolaire des plus favorisés.

L'expression ambiguë "coup de pouce" laisse encore penser qu'il y a ségrégation. :fur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Juil 2014 11:23 #11198 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
A lire dans le "Café" du 8/07/14 : "La subversion pédagogique - Interview de Grégory Chambat"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Juil 2014 14:00 #11204 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans la même veine, signalé par le "Café" : "Penser et combattre les inégalité (2)"
Où l'on peut lire :

Le présent numéro du Français aujourd’hui se fixe ainsi pour objectif de comprendre comment l’enseignement de la langue et de la littérature reste porteur d’inégalités, de discriminations et d’injustices. Il s’intéresse aussi, d’une manière réflexive, aux revendications à porter, aux actions concrètes pouvant corriger ou mettre fin à ces logiques.

Comme action concrète, on sait que Viviane Youx, présidente de l'AFEF, recommande d'adapter les programmes de français aux horaires réduits qui sont les siens.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Juil 2014 14:54 - 18 Oct 2014 15:12 #11216 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

La compétition, la concurrence, l’individualisme, l’évaluation ne sont hélas pas des créations du néo-libéralisme : ce sont aussi des éléments constitutifs du système éducatif français, et ce, depuis sa création. On ne peut donc défendre l’école publique face aux menaces de marchandisation ou de privatisation sans la critiquer, en paroles mais aussi en actes. C’est le second sens de cette subversion : comment, collectivement et à notre échelle, dans notre quotidien d’enseignants et d’enseignantes, pouvons-nous « subvertir » l’institution et ses méthodes afin de mettre en œuvre d’autres pratiques pédagogiques, non plus au service de la reproduction et de la légitimation des inégalités sociales ou d'une perspective de « pacification sociale », de domination et de contrôle mais avec une ambition émancipatrice.

C'est sympathique de penser que la plupart des collègues sont "au service de la reproduction et de la légitimation des inégalités sociales ou d'une perspective de « pacification sociale », de domination et de contrôle". :fur

Il s’agit alors de travailler sur les contradictions et les ambiguïtés d’une institution dont Freinet disait déjà qu’elle était « fille et servante du capitalisme » mais dans laquelle la pédagogie qu’il a inspirée a toujours pensé qu’elle avait sa place, avec les enfants du peuple, pour y défendre et y pratiquer une « autre éducation » - ce que nous appelons « n’autre école ».

Mais qui sont les "enfants du peuple", au juste ? :scratch:

Quelle différence faites-vous entre la pédagogie de la subversion dont vous parlez et les pédagogies contestataires issues de mai 1968 ?
Plus qu’une « pédagogie de la subversion » qui consisterait à remplacer un contenu conformiste par un autre contenu « anticonformiste », nous pensons que c’est dans le choix des méthodes et des pratiques pédagogiques que se construisent l’émancipation, l’accès à l’autonomie et aux savoirs. Ce choix d’une éducation libératrice des classes dominées s’inscrit dans une histoire collective et dans l’analyse critique des projets d’éducation et des enjeux de société qu’ils contiennent.

Pour l'instant tout ceci reste bien vague.

La référence à mai 1968 est le plus souvent le fait des diatribes réactionnaires sur l’école (1) . C’est d’ailleurs un contresens historique : ce que ces esprits conservateurs reprochent à mai 1968 - les revendications d’égalité et de démocratie (mixité, accès de toutes et tous aux études secondaires, etc.) - lui sont antérieures et correspondent à un mouvement de fond. Cet acharnement contre mai 1968 vise à occulter le fait que ce fut surtout un formidable mouvement populaire, avec ses acquis sociaux. Comme à chaque fois que les dominés se sont révoltés contre l’ordre établi, ils se sont posé la question de l’éducation et de la pédagogie : ce fut le cas sous la Commune de Paris ou, plus près de nous, avec l'insurrection zapatiste au Chiapas. Quand les luttes sociales et les luttes pédagogiques convergent, il y a subversion.

On reste toujours bien vague sur les "luttes pédagogiques" de 1968. Quelles sont-elles ?

Les modèles du passé n’ont cependant de valeur que s’ils sont réactualisés : par exemple il peut exister une « subversion des Tice ».

Sacrée "subversion" contre le "système capitaliste" et qui a sa juste place dans le "Café pédagogique", partenaire de Microsoft. :mrgreen:

Une des idées de ces subversions est de rendre l'élève acteur et auteur de ses apprentissages et non plus simple spectateur ou consommateur.

Ce qui était le but des pédagogies antérieures ! :doc:
On note que la rhétorique proposée ici est bien celle des instances gouvernementales pour promouvoir l'enseignement du code à l'école ou l'entrée de l'école dans l'ère numérique. CNT ou PS, même combat !

C'est, d'une certaine manière un renversement du rôle de l'école de la République :

L'élève "autonome" devant sa tablette ou son ordinateur, comme avec D'Col ?

n’oublions pas que Jules Ferry, en promulguant ses lois scolaires, déclarait vouloir « clore l’ère des révolutions. » Son école « pour le peuple » socialement ségrégative, entendait s'opposer aussi bien à l'école religieuse qu'à l'école « du peuple » imaginée par les Communards et le mouvement ouvrier.

Peut-être... mais quel rapport avec les enjeux de l'école actuelle ? Le bac est encore ségrégatif et réservé à moins de 1% des élèves ? :scratch:

Peut-on être enseignant, fonctionnaire de la République, rémunéré par l’État, respectable, inspectable et pédagogue libertaire (anarchiste) ?

Ou encore antilibéral et promoteur du dernier avatar du libéralisme, le numérisme ?

Le choix de travailler dans l’institution scolaire et de tenter d’y mettre en œuvre d’autres pratiques pédagogiques est une des caractéristiques de l’histoire de la contestation de l’école en France (2) . C’est lorsque les premiers instituteurs syndicalistes, malgré la répression, ont choisi de rejoindre les organisations ouvrières, au début du vingtième siècle, que l’idée d’un travail au sein de l’école publique s’impose.

Le plus amusant en fait est que les nouvelles pratiques pédagogiques, portées par des syndicats autoproclamés "progressistes", ont depuis été intégrées dans les grandes réformes ministérielles. En fait de subversion on serait plutôt dans l'institution...

Dans la fameuse circulaire du 20 septembre 1887 signée par le Ministre de l’Instruction publique Eugène Spuller, interdisant aux enseignants de se syndiquer, on peut lire ce passage : « L’autonomie des fonctionnaires a un autre nom ; elle s’appelle l’anarchie ; et l’autonomie des sociétés de fonctionnaires, ce serait l’anarchie organisée. » C'est en particulier pour rester au contact des enfants du peuple et de leurs familles, mais aussi pour y contrecarrer la propagande nationaliste et l'enseignement de l'obéissance, que ces militants font le choix de rester dans l'école publique. « L’école émancipée », telle est leur ambition, et ce sera le credo et le nom de leur revue, fondée en 1910, mêlant l’actualité des luttes sociales dans et hors de l’école, les revendications professionnelles et l’expérimentation pédagogique.

Tout ceci est bien éloigné de l'école actuelle...

Quant au quotidien d’un enseignant, il est traversé par des contradictions – tout comme l’institution elle-même est marquée par ses ambiguïtés – c’est aussi la raison pour laquelle les pratiques pédagogiques alternatives vont de pair avec les luttes syndicales.

Les pratiques pédagogiques alternatives vont de pair avec les réformes ministérielles. :evil:

Il s’agit toujours d’essayer de mettre en cohérence ce que l’on dit, ce que l’on revendique et ce que l’on fait. Et c’est un combat essentiellement collectif.
Parfois, ne vous suspecte-t-on pas de pédagogisme ? Ne vous reproche-t-on pas de surdéterminer son rôle par rapport aux déterminants sociétaux et aux origines objectives des élèves ?
Le mot « pédagogisme » a été forgé par les réac-publicains.

Nous y voilà... Avec l'école républicaine, c'est l'idée même de république qui est ici récusée.

Il est absurde de penser que la question qui se pose aujourd'hui serait de choisir entre une école « avec » ou « sans » pédagogie… L’école traditionnelle met assurément en place une pédagogie en conformité avec des choix de société : la sélection, la compétition, l’élitisme, la hiérarchie… et, non seulement elle renforce les inégalités sociales mais également elle les légitime, c’est ce modèle qui séduit tant les nostalgiques de l’école d’antan.

L'élitisme ou la sélection n'ont pas grand chose à voir avec la reproduction sociale. Au contraire même : la notion de "compétition" s'oppose à celle de "reproduction". C'est la mission de l'école de faire en sorte que cette sélection, cet élitisme soient le moins possible biaisés par les déterminants sociaux.
On constate qu'en démocratisant artificiellement le bac par exemple, on a aggravé en réalité les inégalités scolaires.

En revanche, il est vrai que la question sociale est la grande absente de la querelle entre les « républicains » et les « pédagogues ». Ces derniers, pour diverses raisons, ont déserté le terrain des luttes sociales. Pour sortir de cette impasse, il importe de penser et de réfléchir une « pédagogie sociale », c’est-à-dire une pédagogie démocratique, attentive à combattre les inégalités sociales et qui œuvre à un véritable partage des savoirs qui est aussi une forme de partage des richesses.

Une pédagogie qui reste toujours aussi vague, à vrai dire.
Le blog de Grégory Chambat : "L'école des réac-publicains"
A noter que son engagement radical n'a pas empêché M. Chambat, qui cite régulièrement les "Cahiers pédagogiques" de signer l'appel "Pour que vive le GFEN".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Juil 2014 16:24 - 23 Juil 2014 10:58 #11274 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Avec Marie Duru-Bellat et Antoine Vérétout [2], nous avons montré que, en France, l’amplitude des inégalités scolaires est supérieure à ce que supposerait l’amplitude des inégalités sociales. Et plus les inégalités scolaires sont grandes, plus elles se reproduisent entre les générations. Ce phénomène peut s’expliquer par plusieurs facteurs.
Le premier est une tradition élitiste obsédée précocement par les notes, les classements, les redoublements, les orientations irréversibles. Tradition dans laquelle le modèle pédagogique et les programmes chargés de sélectionner les élites déterminent la totalité des pratiques pédagogiques en amont des niveaux élitistes eux-mêmes.

Si tel était le cas, les inégalités auraient dû grandement régressé avec le recul de cette horrible tradition. :santa:
Or cette étude un peu ancienne de Michel Euriat et Claude Thélot en 1995 démontre le contraire : "Le recrutement social de l'élite scolaire en France - Évolutions des inégalités de 1950 à 1990" dans les quatre grandes écoles françaises (Normale Supérieure, Polytechnique, ENA, HEC) :

La proportion des jeunes d'origine "populaire" (père paysan, ouvrier, employé, artisan, commerçant) dans les quatre grandes écoles retenues a beaucoup diminué depuis quarante ans : environ 29% des élèves étaient d'origine populaire dans la première moitié des années cinquante, environ 9% aujourd'hui.

L'article met ensuite en lien cette baisse avec la baisse de la proportion des jeunes d'origine "populaire" (de 91% à 68%) pour en conclure à l'impossibilité de déterminer si les inégalités se sont accrues ou pas, conclusion à laquelle je ne souscris pas (lire notamment p. 416 l'étrange contradiction des méthodes "additive" et "multiplicative"). A noter également que les enseignants "quel que soit le niveau" sont considérés comme appartenant à la classe supérieure (les jeunes qui en sont issus ont vu leur proportion augmenter de 6% à 21%, pour une proportion dans les écoles passant de deux tiers à 88%), en 1990 comme en 1950. J'aurais pour ma part distingué nettement enseignants et cadres supérieurs...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Juil 2014 11:13 - 30 Juil 2014 10:53 #11290 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
En prolongement, cet article de "Sciences humaines" du 5 février 2012 : "Bourdieu et l'école : la démocratisation désenchantée" par Vincent Troger.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Et celui-ci : www.regards.fr/web/transclasses-l-ascension-sociale-n,7871

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2014 17:20 #11682 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans le "Café" du 12/09/14 : "Jean Houssaye : Le triangle pédagogique et le bonheur d'enseigner"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2014 17:29 - 13 Sep 2014 17:30 #11683 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Le triangle pédagogique et le bonheur d'enseigner

Où Jean Houssaye enseigne-t-il ?

"L'éthique de l'éducation doit se référer aux quatre principes suivants", écrit Jean Houssaye. "1.Arrêter de favoriser ceux qui ont plus; 2.Faire en sorte que ceux qui ont plus aient moins;

Toute une vision...
Pour ma part j'aurais dit faire en sorte que ceux qui aient moins aient autant...

3.Faire en sorte que ceux qui ont moins aient plus; 4.Arrêter de défavoriser ceux qui ont moins".

Je ne connais aucun professeur qui veuille favoriser ceux qui ont plus et défavoriser ceux qui ont moins...

Et il ajoute en conclusion : "Quatre principes à respecter. Et un principe des principes : ne juger de l’opportunité morale d’une réforme ou d’un investissement que s’il permet, en tout premier lieu, d’arrêter de défavoriser ceux qui ont moins. Ce qui requiert beaucoup de courage…

Et surtout de lucidité quand on voit comment les meilleures intentions peuvent être catastrophiques... :devil:

Les politiques n’en auraient-ils pas ?" On laissera chacun, au regard de la réforme de l'éducation prioritaire, ou du sort fait aux redoublants de terminale des Hauts-de-Seine, répondre...

Faire redoubler , c'est défavoriser ? :scratch:

Parce que le livre de Jean Houssaye parle aussi de politique. " Il se pourrait que l’école ne soit toujours pas démocratique, non pas avant tout pour des raisons d’égalité des chances, mais principalement parce que la pédagogie mise en oeuvre de façon dominante se refuse à en respecter les principes.

Tout simplement ! :shock:

Et pourtant, comme nous venons de le voir, nous ne manquons pas de repères pour reconquérir la possibilité de réarticuler le rapport entre politique et pédagogie. Mais ces repères ne peuvent fonctionner que dans un contexte spécifique, que sur un projet particulier qui est à reconstruire à chaque moment", écrit Jean Houssaye.

Voilà qui est très clair, en effet.

Jean Houssaye aborde aussi en ces pages des questions strictement pédagogiques. Comment gérer les différences entre les élèves ? Ils elivre à une fine analyse des politiques françaises et montre comment finalement la pédagogie de soutien l'a emporté. "La pédagogie de soutien a comme fonction première de soutenir la pédagogie traditionnelle dans le cadre du mode simultané. C’est là son charisme. Et le substrat de sa réussite indéniable", dit-il.
Il faut lire aussi ses pages sur "le mauvais élève" , ce miroir involontaire et insupportable des enseignants. Ou encore son article sur les "illusions" du cours magistral.

Du Bourdieu, mais déphasé en quelque sorte.

"Le cours magistral, forme pédagogique contemporaine dominante...

Première nouvelle ! :mrgreen:

...sous sa forme interrogative ou vivante, perdure sous couvert de la justification de la pédagogie interactive. C’est une première illusion. La seconde tient à sa nature : il fait l’économie de la question de l’apprentissage en la réduisant à celle de l’enseignement. Plus précisément, il suppose résolu le processus d’apprentissage, une fois maîtrisé le processus d’enseignement".

C'est étonnamment clair.

Sur chaque question, avec une incroyable érudition, il montre comment la pensée pédagogique a construit la question et réfléchit à l'état actuel du débat.

D'accord.

Une question centrale semble animer ce livre. C'est celle de l'autorité. "Nul doute que l’autorité va apparaître de plus en plus problématique aux enseignants dans leurs pratiques de classe.

Quel visionnaire !

Dès lors, l’autorité, de problème, sera de plus en plus revendiquée comme solution", écrit-il. Mais pour lui, et il s'en explique, "l’autorité ne passera pas. La pédagogie, si".

Une grande pensée... Mais en quoi l'autorité s'oppose-t-elle à la pédagogie, au juste ? :scratch:

On aura compris que ce petit livre a trois qualités particulières qui justifie que le Café pédagogique le co-édite avec ESF éditeur. La première c'est biens ru la qualité du savoir et de la réflexion de Jean Houssaye. Les lecteurs du Café pédagogique les connaissent puisque Jean Houssaye a donné au Café son premier texte en 2001. La seconde c'est le caractère abordable de ces textes. D'abord publiés en revue ou prononcés en conférence, ces articles sont assez court, sont articulés selon un plan rigoureux et se terminent tous par une conclusion. En quelques pages on fait le point d'un sujet et d'une idée. La dernière caractéristique nous est chère. C'est l'optimisme de ce livre. Dans la grisaille actuelle, l'ouvrage de Jean Houssaye est résolument optimiste. Oui la pédagogie l'emportera sur toutes les tentations autoritaires et tous les renoncements.

Oui enfin une certaine pédagogie qui triomphe déjà, effectivement. Quelle bonne nouvelle.
En tout cas on ne s'étonnera pas que cet ouvrage soit publié par le "Café".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Sep 2014 17:05 - 22 Sep 2014 18:44 #11699 par archeboc
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Les politiques n’en auraient-ils pas ?" On laissera chacun, au regard de la réforme de l'éducation prioritaire, ou du sort fait aux redoublants de terminale des Hauts-de-Seine, répondre...

Faire redoubler , c'est défavoriser ? :scratch:

Je pense qu'il est fait allusion ici aux recalés du bac qui ne trouve pas de place pour repiquer la Terminale.
www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...460152818770335.aspx
www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...461021286925383.aspx
www.versailles.snes.edu/spip.php?article3321
www.laviemoderne.net/forum/cursus-et-exa...ales-au-bac-le-monde

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Sep 2014 18:43 - 23 Sep 2014 15:16 #11780 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Voir également cet article de Caroline Brizard à propos du dernier ouvrage de Jean-Paul Brighelli :

Caroline Brizard dit: Un mélange d’observations justes et de conclusions tordues. "La Fabrique..." avait trouvé son public, rassemblé sous la bannière des "Républicains", et donné au Front national un prêt-à-penser en forme de triptyque : autorité, discipline, travail. Et pas de pitié pour les faibles.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Sep 2014 15:15 - 23 Sep 2014 15:15 #11791 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans le "Café" du 23/09/14 : "Une consultation pour quoi faire ?" par François Jarraud.

[...] Cet éclatement du système éducatif est de plus en plus visible. Les écarts entre établissements ont beau être camouflés dans les évaluations officielles...

Ah... on progresse.: :mrgreen:

... ils sont constatés par les familles. A la ségrégation sociale entre établissements, déjà extrême, s'ajoutent une ségrégation ethnique et scolaire. L'orientation est totalement dévoyée par la hiérarchisation des filières et l'obsession des familles de fuir les filières de relégation sociale et ethnique.

Suivez la logique : qui est responsable ?

La machine scolaire elle-même fabrique de la ségrégation et accentue les écarts malgré la bonne volonté de ses personnels. La mécanique qui s'est ainsi mise en route a un coût économique, social et politique monstrueux pour la société dans son ensemble. C'est cette situation qui impose de lire le système éducatif en se focalisant sur la réussite de tous et pas seulement celle des meilleurs.
[...] Qui peut croire qu'on peut imposer la démocratisation scolaire sans rencontrer d'opposition ? Or, d'une certaine façon, le débat sur le socle compense l'absence de débat sur la démocratisation scolaire. Plus d'un an après la publication des résultats de Pisa , le choc attendu dans l'opinion ne s'est toujours pas produit. La mise en évidence des conditions systémiques de la construction des inégalités scolaires suscite peu d'intérêt. Le sort scandaleux fait récemment à des élèves de milieu populaire dans le département le plus riche de France rencontre l'indifférence blasée des acteurs du système à la différence de celui de la filière des élites il y a 6 mois.

La clause de style, bienveillante au départ à l'égard des enseignants, vole en éclat en fin de paragraphe.

Or pour changer l'Ecole il faudrait l'énergie brutale que devrait apporter la constatation du niveau d'injustice profond de notre Ecole.

Mais François Jarraud ne parle jamais de l'école privée, quand il constate les inégalités. :devil:

Il faudrait aussi une équipe politique qui montre le chemin de l'ajustement de l'Ecole à ses valeurs. Mettre en place un système éducatif qui permette la réussite éducative des familles populaires nécessite plus qu'un texte. Plus qu'une formation pédagogique. Plus qu'une réforme systémique. Il y faut une croyance dans les valeurs de l'Ecole et une espérance politique.

Il faut surtout une école efficace : le "Café" nous montre chaque jour le chemin à ne pas suivre...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Oct 2014 15:20 #11897 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans le "Café" du 29/09/14 : "Affelnet : Un outil efficace pour lutter contre la ségrégation scolaire ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.344 secondes
Propulsé par Kunena