Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : "Et la gauche oublia l’école…" (Danièle Sallenave)

"Et la gauche oublia l’école…" (Danièle Sallenave) 01 Jan 2015 19:47 #12803

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12831
Dans "Le Monde" du 01/01/2015 : "Et la gauche oublia l’école…" (reproduite ici)

Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L’insoutenable légèreté historique de D. Sallenave" (Claude Lelièvre) 01 Jan 2015 20:45 #12804

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12831
Réaction immédiate d'un militant socialiste : "L’insoutenable légèreté historique de D. Sallenave"

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L’insoutenable légèreté historique de D. Sallenave" (Claude Lelièvre) 01 Jan 2015 21:06 #12805

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12831
L’insoutenable légèreté historique de D. Sallenave
Heureusement que l'historien veille ! :doc:

On peut être professeure, écrivaine, membre de l’Académie française et être décidément fâchée avec l’histoire que l’on invoque pour légitimer ses prises de position.

Dans un article au titre péremptoire et non justifié ( « Et la gauche oublia l’école ») paru dans « Le Monde »...
La vraie raison de la réaction immédiate de Claude Lelièvre, sapeur-pompier du PS ici comme sur d'autres sujets (les réformes, la crise de recrutement...).

...Danièle Sallenave s’en prend au « grand plan numérique » annoncé par le président de la République le 6 novembre dernier. Derrière ce plan, se cacherait « la misère de la pensée politique en matière de transmission », et la conclusion coulerait de source : « à l’heure d’Internet, il est temps de réaffirmer la place éminente du professeur ».

On passera sur la première confusion historique de Danièle Sallenave qui évoque de fait « le plan informatique pour tous » en le situant non pas en 1985 mais « dans les années 1990 » (quand on n’aime pas, on ne compte pas)...
C'est-à-dire qu'elle ne l'évoque pas, à vrai dire. :scratch:

...pour en venir à ce qui fait de loin le plus question à savoir la durée « multiséculaire de la transmission » et corrélativement de « la place éminente de l’enseignant » ( comme elle dit, encore une fois, dans cet article).
Où veut donc en venir Claude Lelièvre avec son relativisme lui-même très discutable ? Au fait que la "transmission" est chose récente... et qu'elle peut donc disparaître à l'occasion de la révolution numérique, avec la place de l'enseignant ? Voilà une défense rassurante du plan numérique de François Hollande. :santa:

De nombreux témoignages historiques montrent que ce qui est évoqué par Danièle Sallenave n’est nullement multiséculaire.
C'est vrai que la "transmission" est une chose récente. D'ailleurs les mots "école" ou "pédagogie" datent du XXe siècle. :santa:

Dans le cadre limité de ce billet, on n’en prendra pour preuve qu’un seul exemple (mais très significatif), celui du linguiste Michel Bréal (alors professeur au Collège de France et inspecteur de l’enseignement supérieur) dans son ouvrage « Quelques mots sur l’instruction publique en France » paru chez Hachette en 1872, il y a environ un siècle et demi.
« Voyez ce professeur dans sa chaire . Tout en parcourant et en signant les cahiers de correspondance, il fait réciter les leçons. Puis un élève lit les leçons du lendemain . Le professeur distribue ensuite les copies corrigées des jours précédents. Arrive la correction des devoirs : c’est l’exercice principal,qui réclame le temps le plus long. Cette correction terminée, le professeur dicte un devoir à faire ; la dernière demi-heure (sur les deux heures de classe) est employée à traduire la page de latin ou de grec que les élèves ont dû préparer d’avance.
La classe, comme on le voit, contrôle le travail fait à l’étude et fournit pour l’étude de nouveaux matériaux à mette en œuvre. Assurément le professeur exige en classe une certaine somme d’attention et d’activité ; mais personne ne niera que le principal effort se fait à l’étude. C’est là que l’élève exerce son esprit et étend ses connaissances, en faisant les devoirs, en apprenant les leçons, en préparant les auteurs. Quand il vient s’asseoir sur les bancs de la classe, il sait déjà d’avance, il a déjà manié et remanié tous les objets dont on va l’entretenir. C’est tout au plus si les hasards de la correction ou de l’explication fourniront au professeur l’occasion de présenter à l’élève quelque chose de nouveau.
Tous les étrangers qui connaissent nos lycées ou collèges sont frappés de ce caractère singulier de la classe qui a l’air d’être la répétition et la préparation de l’étude. Pour en trouver la raison, l’un des observateurs a cru devoir remonter jusqu’au treizième siècle et jusqu’aux anciens collèges de la Sorbonne. […]. Notre enseignement pivote sur les leçons apprises par cœur et les devoirs écrits ; mais l’échange immédiat des idées entre le professeur et les élèves, le travail fait en commun dans la classe, l’accouchement des esprits par questions et réponses, cela ne se trouve point dans nos lycées, sinon par exception, chez les maîtres qui se dérobent à la règle ».
Curieuse démonstration, supposée démontrer l'inutilité du professeur.

En réalité, le modèle du type de transmission (et de la place éminente corrélative de l’enseignant) évoqué par Danièle Sallenave ne s’est imposé (pour des raisons et par des voies quelque peu disparates mais sensiblement convergentes) que vers la fin du XIXième siècle et le début du XXème.
S'il s'agit de l'école républicaine, cette vieille chose obsolète, en effet.

Et il a été assez sérieusement mis en cause dès la deuxième moité du XXième siècle.
Pour céder la place à quoi ? Claude Lelièvre ne le dit pas...

Rappeler cela ne tranche pas ipso facto le débat (un débat complexe, difficile et important), loin s’en faut. Mais on devrait laisser de côté dans la discussion "l’aura" que peut avoir l’évocation d’une réalité historique "multiséculaire" qui n’a pas eu lieu…
En parlant de "transmission", Danièle Sallenave étend sa pensée bien plus loin que l'école républicaine. On recommandera par exemple L'Histoire de l'éducation dans l'Antiquité (1948) de H.-I. Marrou.

Le prétendre est une erreur (quand on ne sait pas) ou une faute (quand on sait, mais que l’on persiste à le faire accroire).
Eh bien que M. Lelièvre se le tienne pour dit, effectivement.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L’insoutenable légèreté historique de D. Sallenave" (Claude Lelièvre) 07 Jan 2015 12:17 #12850

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 237
Caricaturer la pensée de l'adversaire pour mieux la dézinguer, Meirieu excellait dans cette rhétorique lui aussi... Et c'est vrai que cette bonne vieille sophistique est toujours diablement efficace ;-)
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.113 secondes
Propulsé par Kunena