Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : "La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert)

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 04 Fév 2015 11:22 #13085

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13477
Vous pouvez commenter ici l'article de Magali Gaubert : "La vérité sur les illettrés scolaires" (04/02/15). Bienvenue à elle dans La Vie moderne !



Deux autres articles de Magali Gaubert sur "Skholè" :

skhole.fr/la-m%C3%A9thode-alphab%C3%A9ti...i-par-magali-gaubert

skhole.fr/a-l-ecole-des-nouveaux-rythmes-par-magali-gaubert
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 04 Fév 2015 16:31 #13089

  • Desbois
  • Portrait de Desbois
  • Hors Ligne
  • Sage
  • Messages : 98
Merci pour cet article. Je comprends mieux les difficultés de mes élèves de lycée.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 04 Fév 2015 16:48 #13090

  • mewtow
  • Portrait de mewtow
  • Hors Ligne
  • Novice
  • Messages : 30
Mentionner l'étude de Deauviau en prétendant qu'elle a réussit à "conclure à l'importance « considérable » du manuel, indépendamment du savoir-faire du maître, et à une supériorité des méthodes alphabétiques, notamment avec les élèves de milieux populaires" est totalement faux, compte tenu des trop nombreux biais méthodologiques de cette étude. Après, vous pouvez occulter le fait que cette étude a été fortement critiquée, du fait de ses déficiences méthodologiques, mais cela tient presque du mensonge par commission.

Ensuite, les études anglo-saxonnes, et notamment celle du National Reading Panel ne donnent aucun indice en faveur des méthodes alphabétiques. Elles disent simplement qu'un apprentissage explicite des correspondances graphèmes-phonèmes est statistiquement relié à de meilleures performances en lecture chez la moyenne des lecteurs. Ces études montrent donc la supériorité des méthodes dites phoniques sur les méthodes de type embedded phonics et whole language, deux méthodes sans équivalent français.

Par contre, elles ne montrent pas la moindre différence de performance entre méthodes synthétiques (alphabétiques, donc) et analytiques (qui sont globales, mais qui ne doivent pas être confondues avec la méthode idéo-visuelle), ces deux catégories de méthode utilisant systématiquement un apprentissage explicite de ces correspondances (contrairement à ce qui est dit dans votre article).

A l'heure actuelle, aucune étude n'a été faite sur le sujet, et le choix entre méthodes analytique et synthétique ne peut être fait sur des arguments scientifiques. A vrai dire, on a des arguments assez forts pour dire que les méthodes alphabétiques sont moins efficaces que les méthodes analytique, notamment du point de vue de l'automatisation de la lecture (voir à ce sujet mon article sur l'apprentissage de la lecture, disponible via de lien : Apprentissage de la lecture : des mythes pédagogiques aux faits scientifiques ).
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 04 Fév 2015 17:34 #13091

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13477
A l'heure actuelle, aucune étude n'a été faite sur le sujet,
Etonnant, non ?

...et le choix entre méthodes analytique et synthétique ne peut être fait sur des arguments scientifiques. A vrai dire, on a des arguments assez forts pour dire que les méthodes alphabétiques sont moins efficaces que les méthodes analytique
Je vois une contradiction entre vos deux phrases, à moins que les arguments en faveur des méthodes "analytiques" (définissez) ne soient pas "scientifiques" !

En tout cas une chose est sûre : les élèves ont plus de difficultés en lecture qu'avant.

Pour les biais méthodologiques de l'étude de Deauvieau, vous n'argumentez guère.

Je tâcherai de lire votre article.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 06 Fév 2015 21:31 #13105

  • xxAurhanxx
  • Portrait de xxAurhanxx
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 5
Choix cornélien entre des méthodes globales ou mixte qui restent « coincées en travers de la gorge » et une méthode alphabétique « à la lecture courante, fluide, qui assied la compréhension »…

Quelques remarques :

en ce qui concerne l'étude de Deauviau, les biais méthodologiques sont bien identifiés (voir ce qu’en dit R. Goigoux par exemple) : évaluation des performances des élèves à la fin du cours préparatoire mais pas au début de l’année, rien sur l’origine sociale des élèves, leur âge, l’expérience des enseignants… Sans parler des classes « déviantes » exclues de l’étude, par exemple celle où on enseigne avec un manuel syllabique « comme s’il s’agissait d’un manuel mixte » et dont le « rendement pédagogique moyen […] ne saurait surprendre ».

Une méthode analytique part d’un mot connu des enfants pour l’analyser en le décomposant : « maman » a deux syllabes, ma et man… C’est une alternative complémentaire à une méthode purement synthétique où tous les mots sont entièrement déchiffrables (ce qui ne signifie pas qu’on soit dans une lecture-devinette, ni qu’on apprenne des mots en global). C’est une méthode où on va pouvoir introduire des mots comme « un », « elle », « est » avant le mois de février.

Et non, apprendre et lire un mot qui n’est pas entièrement déchiffrable ce n’est pas faire « une reconnaissance globale » : elle, ELLE, Elle et même les fantaisistes elLE et eLLE ne sont qu’un seul et même mot même si leur forme globale est différente.

Merci pour votre article Mewtow. Petite remarque : « la seule différence entre lecture et compréhension du langage oral tient dans la porte d'entrée utilisée ».
L’écrit a des spécificités (syntaxe, vocabulaire, reprises anaphorique, énonciation…) qui font que des enfants avec une compréhension du langage oral correct peuvent éprouver des difficultés devant l’écrit.
La réduction de la compréhension de l'écrit à celle de l'oral plus la capacité à décoder est à nuancer.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 07 Fév 2015 13:53 #13115

  • Doublecasquette
  • Portrait de Doublecasquette
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 16
Je suis ennuyée par la confusion faite entre les "méthodes" de lecture qui s'arrogent le titre de "méthodes mixtes" alors qu'elles travaillent, à part, le déchiffrage sur de toutes petites unités (la syllabe généralement et au mieux le mot, beaucoup plus rarement la phrase et jamais le paragraphe ou le texte) d'un côté et la "lecturisation" chère à Foucambert sur des extraits longs d'albums de littérature de jeunesse, et les vraies "méthodes mixtes" telles qu'Écrire et Lire au CP, Taoki ou Bulle.

Non, il n'y a pas que les méthodes "syllabiques" strictes qui apprennent à lire et à écrire. Stanislas Dehaene lui-même reconnaît que lorsque les mots appréhendés visuellement (pour ne pas utiliser le terme de "global" actuellement assimilé à "galeux", "dangereux", voire pire) sont rapidement décortiqués et intégrés au panel de mots déchiffrés, ils aident à l'acquisition de la lecture.

Je sais que ce n'est pas à la mode et que les opinions tranchées et les exclusions franches et massives sont plus confortables que les avis modérés et argumentés mais le jour où l'on sortira enfin de ces raisonnements en noir et blanc, on aura fait un grand pas en avant et plus nombreux seront les enfants sortant du CP en sachant lire couramment.

Par ailleurs, qu'ils aient appris à bien lire avec une méthode analytique (vraie méthode mixte et non non-méthode présentant des syllabes alibis au milieu d'une purée d'approche idéovisuelle de textes longs) ou synthétique (ba-be-bi-bo-bu qui rassure tout le monde), les enfants ne savent pas lire comme des adultes à l'issue du CP.
Si le CE1 puis le CE2, le CM1 et le CM2 ne proposent pas un entretien quotidien des capacités de déchiffreur rapide associé à une progression exponentielle des quantités et des difficultés des textes proposés à la lecture, il ne faut pas s'étonner si des élèves arrivent en 6e avec des capacités de lecteurs d'enfants de CP...
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 07 Fév 2015 18:59 #13120

  • Magali Gaubert
  • Portrait de Magali Gaubert
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 8
Les échanges entre Dehaene, Goigoux, Lelièvre, Deauvieau reproduits dans cet article du Groupe de Démocratisation Scolaire :
www.democratisation-scolaire.fr/spip.php?article179

Une défense de J.Deauvieau, et réflexion sur le rapport pratique/méthode :
www.democratisation-scolaire.fr/spip.php?article183
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 08 Fév 2015 11:09 #13129

  • xxAurhanxx
  • Portrait de xxAurhanxx
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 5
Il est établit aujourd’hui (voir les sciences cognitives que Dehaene représente) qu’il existe deux voies de lecture. La voie indirecte, celle du décodage (je lis un mot inconnu morceau par morceau) et la voie directe employée pour les mots déjà connus (utilisée par les lecteurs experts, sauf pour des mots comme des noms étrangers par exemple).

Attention : ça n’a rien à voir avec une quelconque méthode syllabique ou globale, c’est une description des processus de lecture tels qu’on les connait aujourd’hui (voir encore Dehaene par exemple).

Donc affirmer que dans les méthodes mixtes « l’enfant est confronté à l'épreuve de haute voltige qui consiste à jongler entre différentes pistes de lecture. Un exercice intellectuel épuisant, stérile, néfaste. » n’a pas tellement de sens.
Tant qu’il n’est pas un lecteur expert qui utilise quasi exclusivement la voie directe (et comme le dit Doublecasquette ça dépasse très largement le cadre du CP) il va utiliser ces deux voies (même s’il apprend avec une méthode alphabétique car il va lire les mots fréquents connus par la voie directe).

Les lectures réitérées à haute voix (qui avaient été sans doute trop délaissées) permettent justement de travailler la voie directe et sont remises en avant (par exemple sous forme d’ateliers de « fluence »).

Non, tout ce qui n’est pas 100% alphabétique n’est pas le diable de la globale qui revient sous un déguisement.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 10 Fév 2015 23:44 #13179

  • Magali Gaubert
  • Portrait de Magali Gaubert
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 8
Des défenses argumentées :

La syllabique est-elle réactionnaire? ( Jean-Pierre Terrail, sociologue, 2006)
www.journaldumauss.net/?La-syllabique-est-elle
Brillant et difficile à parer.

Lutter contre l'illettrisme (2002)
Apprendre à lire n'est pas bien difficile, mais c'est très sérieux. (2006)
(Marc Le Bris, instituteur)
marc.le.bris.free.fr/pages/preactions.html
Court et efficace.

Enseigner la lecture, une question de méthode ou à chacun sa méthode? (Janine Reichstadt, professeur d'IUFM, 2014)
www.democratisation-scolaire.fr/spip.php?article183
Pour se poser les bonnes questions. Méthode, pratique...qu'est-ce qu'une méthode au fond? Et qu'est-ce que lire?

Méthodes de lecture, un débat à reprendre d'urgence (Véronique Blanc-Blanchard, professeur des écoles, 2014)
www.snalc.fr/national/article/305/
Synthèse claire des arguments.

Concrètement, comment faire?
Pourquoi et comment j'enseigne le b.a.-ba ( Rachel Boutonnet, Ramsay, 2005)
"Apprendre à lire, c'est vraiment simple" (Catherine Huby, maîtresse d'école, 2014)
De la naissance à 5 ans :
doublecasquette3.eklablog.com/apprendre-...nt-simple-a107933366
De 5 à 7 ans :
doublecasquette3.eklablog.com/apprendre-...-simple-2-a107976460
doublecasquette3.eklablog.com/apprendre-...-simple-3-a108026674
doublecasquette3.eklablog.com/apprendre-...-simple-4-a108154832
doublecasquette3.eklablog.com/apprendre-...-simple-5-a108206774


Et chez les grands au collège, ça donne quoi?
skhole.fr/dysorthographies-au-coll%C3%A8...marc-olivier-sephiha
(Ames sensibles s'abstenir...)

Pour aller plus loin :
"Les méthodes : quels termes, quelle histoire?" (Par le GRIP)
ecolereferences.blogspot.fr/2011/07/meth...limportance-des.html

Historiques, analyses, points de vue (Michel Delord, professeur de mathématiques)
michel.delord.free.fr/lecture.html
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 10 Fév 2015 23:48 #13180

  • Magali Gaubert
  • Portrait de Magali Gaubert
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 8
Et si on faisait une enquête?

Enseigner est une science (Stanislas Dehaene, 2013)
www.lemonde.fr/idees/article/2013/12/20/...ce_4338294_3232.html

Entretien entre Jean-Pierre Terrail et Vincent Peillon (Télérama, 2012) :
JPT. - J'ai confectionné un manuel d'apprentissage de lecture, selon la méthode syllabique, testé en 2009-2010 dans douze classes de CP, dont sept en ZEP. A la fin de l'année, sept enfants seulement n'étaient pas entrés dans la lecture. Les maîtresses me disaient qu'elles n'avaient jamais vu des enfants avec une telle qualité de vocabulaire, d'écriture, d'orthographe. Or, on n'a jamais fait d'études en France sur l'efficacité des méthodes, à cause du principe de l'autonomie pédagogique. Aux Etats-Unis, de nombreuses enquêtes montrent la supériorité manifeste de la méthode syllabique, notamment avec les enfants des classes populaires. Pourquoi ne mène-t-on pas, avec des statisticiens hors de tout soupçon, des enquêtes de comparaison ?

V.P. - Heureusement, cela se fait dans l'université comme d'ailleurs au ministère ! Il y a, vous avez raison, des méthodes plus efficaces que d'autres. Mais les méthodes relèvent des libertés pédagogiques. Evitons que l'école ne soit le lieu d'affrontement d'expertises. Il nous faut construire une culture commune, ce qui suppose que chacun décentre un peu son point de vue. Les Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation permettront d'enseigner les bonnes méthodes.

www.telerama.fr/idees/comment-sauver-l-e...re-terrail,86480.php

La controverse autour de l'unique enquête :
"Deauvieau versus Goigoux, les textes de la polémiques"... (par le Groupe de démocratisation scolaire):
www.democratisation-scolaire.fr/spip.php?article179
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 14 Fév 2015 11:39 #13198

  • xxAurhanxx
  • Portrait de xxAurhanxx
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 5
Pour ceux qui veulent un point sur l’apprentissage de la lecture dans toutes ses dimensions, théoriques et pratiques :
wwwedu.ge.ch/sem/production/streaming/goigoux/goigoux_1.html
C’est long (2 vidéos de 3H) mais c’est incontournable (et c’est les vacances). On est loin de la lecture-devinette, la lecture globale… A voir absolument, pour tous les collègues débutants (ou pas d’ailleurs).

Sur la compréhension :
www.hep-bejune.ch/recherche/conferences/...rehension-en-lecture

Sur la maternelle, les parties de Sylvie Cèbe :
ife.ens-lyon.fr/formation-formateurs/cat...ducation-prioritaire
Là ça dépasse le cadre de la lecture, mais c’est brillant.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 14 Fév 2015 11:41 #13199

  • xxAurhanxx
  • Portrait de xxAurhanxx
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 5
Je ne sais pas si Deauvieau est bien défendu sur :
www.democratisation-scolaire.fr/spip.php?article183

On peut y lire une critique de Goigoux (qui critique la syllabique car elle oublie le sens et la compréhension) :

« Cette façon de concevoir la possibilité de réduire l’enseignement de la lecture au seul déchiffrage, d’en faire une étape, un avant, un enseignement exclusif du B+A=BA, relève d’une pure bévue linguistique.
Déchiffrer correctement tous les graphèmes du mot « cheval » donne spontanément, immédiatement la signification du mot, sauf si à l’oral on n’en connait pas le sens. Il n’est donc pas pensable de dire qu’il serait possible de procéder en deux temps et que l’enseignement de la lecture pourrait se réduire au seul déchiffrage. Il n’y a pas un premier temps, un « avant » comme le postule Roland Goigoux, où l’on apprendrait exclusivement à déchiffrer, à articuler les correspondances entre les graphèmes de « cheval » et les phonèmes qu’ils transcrivent, qui ne seraient que de simples bruits sans signification. L’instantanéité de la saisie du rapport entre le son décodé et le sens, qui s’opère ici, est due à l’union absolue, infrangible entre le signifiant et le signifié des mots, analysée par Ferdinand de Saussure il y a un siècle. »

Quelques minutes de recherche auraient été suffisantes pour ne pas prêter ce genre de propos absurdes à Goigoux et Cèbe.

Par exemple page 23 d’apprendre à lire à l’école, l’identification des mots (par voie directe ou indirecte) passe par la récupération de la signification du mot. Quand Goigoux parle de la compréhension, il n’est pas au niveau du mot, mais au niveau de la phrase et du texte.

Ferdinand de Saussure peut continuer à reposer en paix !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 14 Fév 2015 11:46 #13201

  • xxAurhanxx
  • Portrait de xxAurhanxx
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 5
La page de Marc Le Bris vaut le détour :
marc.le.bris.free.fr/pages/preactions.html

Par exemple :
marc.le.bris.free.fr/textes_pdf/goigoux_1006.pdf
Critique de l'essai de Roland Goigoux et Sylvie Cèbe – Retz 2006

‘’M. Goigoux défend M. Foucambert aux thèses « peut-être trop ambitieuses » mais « qui restent pour la plupart pertinentes ».’’

Citation fausse (page 14) : Goigoux et Cèbe parlent dans les années 70 « de nouveaux scénarios d’enseignement de la compréhension et de la production de textes dès le cycle 2 » et ce sont ces techniques pédagogiques «qui restent pour la plupart pertinentes».

Sur Foucambert, Goigoux et Cèbe parlent « d’influence positive » (sortez le goudron et les plumes !) à cause de « l’attention portée au développement de la voie directe » mais disent que sa méthode est « aujourd’hui proscrite ».

Mais justement, la voie directe (la mémorisation orthographique) n’est toujours pas passée chez Marc Le Bris.

« Les caractéristiques les plus dangereuses des méthodes de non-lecture sont bien là. A cette ridicule précision près : M. Goigoux établit une fondamentale différence entre la mémorisation photographique -de Foucambert- et la mémorisation orthographique -la sienne-; l'une et l'autre étant établies sans écrire lettre à lettre, je [Le Bris] ne saisis pas cette différence qu'il nous propose pourtant comme un slogan pour nos prochaines manifestations. »

Quelqu’un peut-il suggérer à Le Bris de lire Dehaene ? La mémorisation orthographique vient de là et justement, c’est bien un travail « lettre à lettre ».
Il peut se renseigner et se rassurer.

Avec cette rigueur et cette honnêteté intellectuelle consistant à critiquer chez les autres des thèses qu’ils ne défendent pas, à ne pas lire les références théoriques qu'on cite, le débat syllabique vs reste du monde a encore de beaux jours (médiatiques) devant lui.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 26 Fév 2015 23:37 #13345

  • Magali Gaubert
  • Portrait de Magali Gaubert
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 8
Vient de paraître :
Comment enseigner efficacement le lecture? Jérôme Deauvieau, Jeanine Reichstadt, Jean-Pierre Terrail (février 2015)
www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-hum...re_9782738132383.php

Emission radio avec Jeanine Reichstadt et Jean-Pierre Terrail :
www.rfi.fr/emission/20150220-comment-ens...96850404117881443691
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 27 Fév 2015 05:07 #13346

  • JCP
  • Portrait de JCP
  • Hors Ligne
  • Légendaire
  • Nil admirari.
  • Messages : 237
xxAurhanxx écrit:
Avec cette rigueur et cette honnêteté intellectuelle consistant à critiquer chez les autres des thèses qu’ils ne défendent pas, à ne pas lire les références théoriques qu'on cite, le débat syllabique vs reste du monde a encore de beaux jours (médiatiques) devant lui.

Vous avez bien raison xxAurhanxx, car c'est vrai pour toutes les coteries d'être souvent, au moins en partie, aveugles et sourdes aux arguments de l'adversaire... De sorte que des joutes byzantines peuvent continuer à agiter le landerneau éducatif ad vitam aeternam, pour le plaisir des contradicteurs... Sauf que pendant ce temps, nombre de PE sont paumés, ne sachant à quel saint se vouer, et parviennent difficilement à faire entrer leurs élèves dans la lecture-écriture. Et cela se ressent gravement dans tout le parcours scolaire desdits élèves.

La démocratisation scolaire est un succès de fait. Tant mieux, évidemment !
S'est-elle accompagnée d'une démocratisation du niveau scolaire ?... Il est permis d'en douter, quels que soient les emplâtres que certains tartinent allègrement pour masquer la misère.

Les années 1970-1980 ont été de grandes années de réformes et d'aventurisme pédagogique dans l'enseignement primaire, les années 1990 dans le secondaire. Quand je vois des collègues à bac+5 passés par l'école de ces années-là, et qui maîtrisent moins bien le code orthographique que ma mère qui a échoué au certificat d'études à l'orée des années 1950, je me pose des questions...

Orwell disait que "pour se départir des illusions, il y a l'épreuve des faits. Et les faits peuvent être parfois désagréables."

Que les spécialistes s'amusent de leurs débats idéologiques, grand bien leur fasse ; mais qu'on forme des PE à des méthodes éprouvées, validées par l'expérience, et qu'ils m'envoient au lycée des élèves plus aguerris en lecture et en écriture.
Mehr Licht !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vérité sur les illettrés scolaires" (Magali Gaubert) 17 Oct 2015 17:52 #14939

  • Magali Gaubert
  • Portrait de Magali Gaubert
  • Hors Ligne
  • Candide
  • Messages : 8
Vient de paraître : Réapprendre à lire, de Sandrine Garcia et Claudine Ollier
Quatrième de couverture:
"La controverse récurrente autour de l’usage des méthodes « globale » ou « syllabique » dans l’apprentissage de la lecture dissimule des choix pédagogiques plus profonds, qui ont durablement compromis la démocratisation de l’un des savoirs premiers les plus déterminants pour la réussite scolaire ultérieure.
Ce livre montre comment, au nom d’une conception savante et idéalisée de la « vraie lecture », les aspects pratiques et techniques de cet apprentissage fondamental ont progressivement été déniés et délégitimés. Il décrit la manière dont les enseignants ont été dépossédés de leur savoir pédagogique et ont peu à peu tendu à reporter sur les enfants eux-mêmes et leur milieu culturel les difficultés qu’ils constataient, favorisant une médicalisation et une psychologisation croissantes de l’échec scolaire.
À partir d’une expérimentation conduite au sein de plusieurs établissements et à rebours de la tendance dominante, cet ouvrage met en évidence les effets positifs d’une pédagogie basée sur l’enseignement explicite du déchiffrage pour réduire les inégalités sociales d’accès à l’écrit.
Sandrine Garcia est sociologue, professeur de sciences de l’éducation à l’Université de Bourgogne Franche-Comté et chercheuse à l’IREDU. Elle a notamment publié Mères sous influence et À l’école des dyslexiques (La Découverte, 2011 ; 2013).
Anne-Claudine Oller est sociologue, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Paris-Est Créteil Val- de-Marne et chercheuse au LIRTES. "
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.152 secondes
Propulsé par Kunena