Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Education prioritaire

Education prioritaire 16 Déc 2015 17:16 #15470

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Education prioritaire
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le bilan décevant de 35 ans d’éducation prioritaire" (Le Monde) 16 Déc 2015 17:18 #15471

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Dans "Le Monde" du 10/12/15 : "Le bilan décevant de 35 ans d’éducation prioritaire" (abonnés)

Et dans "La Lettre de l'éducation" du "Jean-Yves Rochex : « Les exigences implicites sont meurtrières pour les élèves d’origine populaire »"

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le bilan décevant de 35 ans d’éducation prioritaire" (Le Monde) 16 Déc 2015 21:35 #15478

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 658
Jean-Yves Rochex dit:
Certes, on a donné un peu plus aux élèves de l’éducation prioritaire que ce qu’ils auraient eu sans ce label, mais le « coût » d’un élève continue d’y être moindre qu’ailleurs, notamment parce qu’y exercent des enseignants plus jeunes, dont les salaires sont moindres.

Grossière erreur de Jean-Yves Rochex, qui ne semble pas savoir ce qu'est un salaire différé. Si on payait tous les enseignants au tarif du jeune enseignant, on ne pourrait plus en embaucher que les mauvais élèves. Pour recruter des bons enseignants, on leur offre un salaire, plus un déroulement de carrière
Donc, le salaire des jeunes enseignants, se compose :
- du petit salaire qu'il touche aujourd'hui
- plus la promesse d'un salaire qui monte au cours de leur carrière.

En fait, cette promesse de progression de salaire n'est inscrite dans aucun bilan. Et par ailleurs, l'éducation prioritaire joue un rôle de repoussoir pour les enseignants : s'il fallait recruter des enseignants spécifiquement pour l'éducation prioritaire, il faudrait soit baisser le niveau, soit sensiblement augmenter leur salaire. Cette expérience par la pensée montre que si l'on cherchait à évaluer le vrai coût de l'éducation prioritaire, en intégrant les coût cachés, on verrait qu'elle pèse de manière forte sur le reste de l'éducation nationale.

Mais là n'est pas le fond qui nous occupe ici : retenons simplement que la bonne méthode comptable pour évaluer le coût d'un enseignant, qu'il soit jeune ou vieux, c'est le coût moyen de l'enseignant sur l'ensemble du corps de recrutement.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'éducation prioritaire souffre d'émiettement de ses moyens selon la Cour des Comptes" (Café pédagogique) 11 Fév 2016 17:39 #15869

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Dans le "Café" du 11/02/16 : "L'éducation prioritaire souffre d'émiettement de ses moyens selon la Cour des Comptes"

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'éducation prioritaire souffre d'émiettement de ses moyens selon la Cour des Comptes" (Café pédagogique) 11 Fév 2016 18:40 #15873

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 658
Interrogé par le Café pédagogique, Pascal Duchadeuil, président de la 5ème chambre, présente de façon très claire la situation. "L'éducation prioritaire manque de coordination et de lisibilité", dit-il. A l'appui de cette affirmation quelques chiffres. D'abord l'écart entre la part de la population vivant en quartier prioritaire (8%) et la part des collégiens en éducation prioritaire (20%). L'effort de resserrement, qui a été mal vécu dans l'éducation nationale, est jugé insuffisant.
Grosso modo, il faudrait que dans l'éducation prioritaire, il y ait seulement les élèves des quartiers prioritaires. L'ambition du ministère, c'est de faire venir les classes moyennes dans les établissements les plus fragiles. L'ambition de la Cour des comptes, c'est de concentrer les élèves fragiles dans des ghettos éducatifs.

Pascal Duchadeuil trouve des chiffres qui sont dans le rapport et qui parlent aux enseignants : " le nombre d’élèves par classe est de 22,7 dans le premier degré relevant de l’éducation prioritaire contre 24,2 en dehors de l’éducation prioritaire, ces chiffres étant pour les collèges de respectivement 21,8 et 24,9".
Cela fait un effort supplémentaire de 7% dans le primaire, et de 15% au collège, rien que sur les effectifs. Il faudrait ajouter les décharges horaires (au collège) et les primes REP (modiques, rapportées au salaire).

Sophie Moati, présidente de la 3ème chambre, nous a confié que la politique d'éducation prioritaire est examinée par la Cour. La Cour devrait remettre un rapport complet en 2018.
Un rapport manifestement prioritaire.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le beau roman de «la ministre des ZEP»" (Emile Lanoë) 07 Sep 2016 09:55 #17084

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12851
Par Emile Lanoë dans "Mediapart" du 6/09/16 : "Le beau roman de «la ministre des ZEP»"

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.207 secondes
Propulsé par Kunena