Les difficultés de lecture en fin de scolarité obligatoire (JAPD-JDC)

Plus d'informations
16 Fév 2014 11:49 - 07 Déc 2017 10:18 #9602 par Loys
Les difficultés de lecture en fin de scolarité obligatoire (JAPD-JDC)
Un indicateur intéressant en "compréhension de l'écrit" est donné par l'OCDE à l'occasion de l'étude PISA (élèves de 15-16 ans). Voir notre article "L'avare et son lingot d'or" du 16/02/14.

Sur les six niveaux de difficulté en « compréhension de l’écrit » dans PISA 2012, 12,9% des élèves français (moyenne OCDE : 8,8%) atteignent le meilleur niveau, en nette augmentation depuis 2000, et 18,9% des élèves français (moyenne OCDE : 17,7%) ne dépassent pas le plus faible niveau, également en nette augmentation.


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Avr 2014 18:28 - 01 Juil 2017 11:18 #10299 par Loys
JAPD 2013 "Un jeune sur dix en difficulté en lecture et en calcul" (Peut mieux faire)
A lire sur le blog "Peut mieux faire" : "Un jeune sur dix en difficulté en lecture et en calcul" par Aurélie Collas.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Mai 2015 17:14 - 07 Mai 2015 17:14 #13899 par Loys
"Journée Défense et Citoyenneté 2014 : un jeune sur dix handicapé par ses difficultés en lecture" (DEPP)
Note d'information - DEPP - N° 16 - mai 2015 : "Journée Défense et Citoyenneté 2014 : un jeune sur dix handicapé par ses difficultés en lecture"

Évalués dans le cadre de la Journée Défense et Citoyenneté en 2014, 82 % des jeunes Français et Françaises de 17 ans maîtrisent les apprentissages fondamentaux de la langue française. La part des jeunes en difficulté face à l’écrit se stabilise : elle représente un peu moins de 10 % de l'ensemble.
L’essentiel
Les acquis en lecture sont très fragiles pour 9,6 % de jeunes de 17 ans qui, faute de vocabulaire, n’accèdent pas à la compréhension des textes.
Les jeunes les plus en difficulté représentent 4,1 % de l’ensemble. Outre un déficit important de vocabulaire, ils n’ont pu installer les mécanismes de base de la lecture et consacrent leur attention à la reconnaissance des mots plutôt qu’à leur sens. Ils peuvent être considérés en situation d’illettrisme, selon les critères de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI).
La lecture reste une activité laborieuse pour 8,6 % des jeunes : ils parviennent à compenser des acquis limités pour accéder à une compréhension minimale des textes.
Les jeunes en difficulté de lecture sont de moins en moins nombreux à mesure que s’élève leur niveau d’études. Près de 80 % d’entre eux n’ont pas dépassé le collège ou un cursus professionnel.
Les jeunes en grande difficulté de lecture sont plus fréquemment des garçons : leur part atteint 11 %, contre 8,2 % de filles. Alors que leurs performances lexicales sont égales à celles des filles, les garçons réussissent moins bien les épreuves de compréhension. Ces différences s’observent surtout aux niveaux d’études les moins élevés.
Chiffres-clés
750 000 c’est le nombre de jeunes de 17 ans évalués dans le cadre de la JDC en 2014
82 % proportion de lecteurs efficaces
4,1 % proportion de lecteurs pouvant être considérés en situation d’illettrisme

La note : cache.media.education.gouv.fr/file/2015/...4-lecture_417944.pdf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Mai 2016 09:49 - 19 Mai 2016 09:58 #16484 par Loys
"un jeune Français sur dix en difficulté de lecture" (DEPP)
JDC 2015 et note de la DEPP n°14 (mai 2016) : "Un jeune Français sur dix en difficulté de lecture"
En 2015, plus de 770 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans, de nationalité française, ont participé à la Journée Défense et Citoyenneté
(JDC). [...]

Dans les 80,7% de "lecteurs efficaces", la note comprend les jeunes présentant "des déficits importants des processus automatisés impliqués dans l’identification des mots" mais qui parviennent à compenser : "Ils ont su adapter leur vitesse de lecture, relire et maintenir un effort particulier d’attention en dépit de leur mauvaise automatisation des mécanismes de base de la lecture (décodage, identification des mots).

Les lecteurs vraiment efficaces, parmi les jeunes de 16 à 25 ans, ne sont donc en réalité que 69%.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2017 11:21 - 01 Juil 2017 11:47 #19299 par Loys
JAPD 2016 "Un jeune Français sur dix en difficulté de lecture" (L'Express)
Note d'information de la DEPP n°17 (juin 2017) : "Journée Défense et Citoyenneté 2016 : environ un jeune Français sur dix en difficulté de lecture"
Les épreuves sont passées par des jeunes de 16 à 25 ans. On rappelle que les "lecteurs médiocres" sont ceux qui trouvent des moyens pour compenser le manque de vocabulaire ou d'automaticité de la lecture. Difficile de considérer qu'il s'agisse donc d'une réussite de l'école pour les 22,5% d'élèves qui ne savent pas lire à 16 ans ou plus comme on devrait l'attendre à 9 ans.

Dans "L'Express" du 30/06/17 : "Un jeune Français sur dix en difficulté de lecture"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Nov 2017 21:02 #20098 par Loys
"Le niveau en lecture et en maitrise de la langue, pas si mauvais" (Lucien Marbœuf)
Nouveau relativisme de Lucien Marbœuf sur son blog du 26/11/17 : "Quelques notes sur l’état de l’école en 2017 (et quelques rappels sur le niveau des élèves)"
Extrait :

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Nov 2017 21:13 - 26 Nov 2017 23:08 #20099 par Loys
"Le niveau en lecture et en maitrise de la langue, pas si mauvais" (Lucien Marbœuf)

Le niveau en lecture et en maitrise de la langue, pas si mauvais

Voyons donc.

L’un des intérêts de « L’état de l’école » est de donner à voir dans un contexte dépassionné les principaux résultats des études internationales très médiatiques que sont notamment PISA ou TIMMS, dont la publication est souvent traitée de manière très dramatique en France. Les voir ici juxtaposées à d’autres études, nationales, permet de les mettre en perspective, et notamment de rappeler que le sujet d’inquiétude majeur pour la France n’est pas forcément là où l’on croit. Dans un pays où la dictée notée fait toujours office de juge de paix quant au niveau des petits écoliers, où chaque faute d’orthographe est un signe majeur de la fameuse "baisse du niveau", on finit par ne pas voir que c’est, davantage qu’en langue, en maths que la France a un souci.

Curieusement, Lucien Marbœuf ne rappelle pas ici l'étude de la DEPP montrant une dégradation saisissante de l'orthographe en fin de primaire entre 1987 et 2015...
Visiblement pas de réel "sujet d'inquiétude" ici...

PISA 2015 (publié fin 2016) nous apprenait ainsi qu’en compréhension de l’écrit, le niveau des élèves français est stable depuis l’an 2000, un peu au-dessus de la moyenne de l’OCDE. Cependant l’écart augmente entre les meilleurs, qui sont 12,5% dans les groupes les plus performants (+4 points), et les élèves ayant de faibles compétences, qui sont 21,5% (ils étaient 15,2% en 2000).

En effet, si l'on considère comme "pas si mauvais" le résultat de cette moyenne sans trouver préoccupante la dégradation des élèves les plus faibles…
Pour le reste, PISA ne mesure pas les compétences orthographiques, grammaticales ou rédactionnelles des élèves. Laisser entendre que les compétences de français seraient stables depuis 2000 (sans rappeler l'étude de la DEPP citée plus haut) procède d'un bel arrangement avec la réalité.
Deux angles morts pour voir les choses positivement en somme.

Ce niveau, correct et stable, des élèves français en compréhension de l’écrit mis en évidence par PISA 2015 est confirmé par les chiffres nationaux de l’évaluation de la Journée défense citoyenneté (JDC) sur les compétences en lecture.

Les JDC évaluent des compétences beaucoup plus élémentaires (comme l'automaticité de la lecture) que la compréhension de l'écrit.

Une étude menée auprès de 760 000 personnes de 16 à 25 ans, autant dire que le panel est fourni, et qui porte sur trois points : « automaticité de la lecture, connaissances lexicales, traitements complexes de supports écrits ». Bilan : le pourcentage de lecteurs efficaces est de 80,7% (63,6% de la population totale a tout réussi), quand 4,3% de la population connait de graves difficultés de lecture (ces personnes peuvent être considérées « en situation d’illettrisme »). Depuis 2009, le niveau général en lecture est stable, voire en légère augmentation notamment chez les garçons.

Ou en baisse car la série statistique a connu quelques problèmes et, en 2016, la proportion de "lecteurs efficaces" a baissé pour atteindre 77,5%. Si l'on exclut les jeunes qui présentent "des déficits importants des processus automatisés impliqués dans l’identification des mots", on n'obtient donc plus que 63,9% de lecteurs vraiment efficaces à l'issue de la scolarité obligatoire ou des études supérieures (la JDC concerne les jeunes de 16 à 25 ans).
En admettant que la proportion de lecteurs efficaces soit restée stable entre 2009 et 2015, il faut peut-être rappeler l'augmentation très importante de la proportion d'élèves accédant au niveau IV de formation (baccalauréat ou équivalent) sur la même période et se voyant même - à ce titre - ouvrir les portes du supérieur ! M. marboeuf a fait lui-même le constat d'un niveau de diplôme "en forte hausse depuis 40 ans". Mais sur la période spécifique 2009-2015, le taux d'accès au niveau IV de formation est passé de 63,1% à 76,5% (RERS 2017) !

En 2009, les 16-25 ans étaient en moyenne 62,3% à avoir atteint atteint le niveau IV. En 2015, les 16-25 ans sont plus de 68,2% (la série n'est pas encore complète pour 16-17 ans). Pour résumer, les compétences de lecture des élèves sortant du système scolaire sont restées stables quand le niveau de formation et de diplomation a fortement augmenté...
Autre paradoxe : la proportion d'une génération obtenant le bac est désormais égale au nombre de lecteurs (réputés) "efficaces" de 16-25 ans : à croire que cette compétence suffirait désormais !

Ces chiffres de la Jdc confirment ceux d’une autre étude, dont on a déjà parlé (mais que ne cite pas « L’état de l’école »), CEDRE 2015, qui mesure le niveau des acquis des élèves de primaire en maitrise de la langue : d’après CEDRE, les élèves français sortant de primaire en 2015 ont une maitrise de la langue similaire à celle de leurs ainés de 2003. Rien d’extraordinaire certes, mais le niveau n’a pas baissé depuis.

En orthographe, si...
Mais la compétence d'écriture est mesurée de façon réduite dans CEDRE. En rappelant que les deux groupes les plus faibles ont certes vu leur proportion diminuer (11% en 2015), mais au profit du groupe 3 de CEDRE (29% en 2015), c'est-à-dire des élèves qui « maîtrisent des compétences relevant principalement du cycle 2 » (CP-CE1 à l'époque de l'étude)… alors qu'ils entrent en 6e : "pas si mauvais", n'est-ce pas ?
C'est de toute façon comparer l'incomparable en termes d'attendus, de parcours et en termes de cohorte : CEDRE évalue des élèves de onze ans et la JDC de 16 à 25 ans (scolarisés en CM2 en 2010 et 2001).

Nationales ou internationales, portant sur des élèves de 15 ans, de 16 à 25 ans ou de 10 ans, les études disent donc à peu près la même chose : le niveau des élèves français en lecture, compréhension de l’écrit, maitrise de la langue n’a pas bougé ces dernières années.

Les études que retient Lucien Marbœuf, sans citer les chiffres qui le contredisent ou mettent à mal son relativisme...
On lui pardonnera en partie son relativisme coupable car, s'il fustigeait jusqu'ici la "mode décliniste", il fait du moins ce constat non sans grimacer : "Qu’on se le dise, si on se préoccupe de la baisse du niveau, en France, alors c’est de mathématiques qu’il faut s’occuper avant tout".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2018 21:57 #21048 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.384 secondes
Propulsé par Kunena