Les pratiques de lecture de la jeunesse

Plus d'informations
12 Mai 2019 08:03 #21976 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Jui 2019 11:04 #22096 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Jui 2019 17:00 #22107 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Sep 2019 07:19 #22241 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Sep 2019 21:43 #22270 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Les pratiques de lecture de la jeunesse
A découvrir en 2019 : le dépeçage (ou "arpentage") de livres pour "donner le goût de la lecture" : www.laviemoderne.net/forum/les-pedagogie...llective-l-arpentage

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Sep 2019 21:20 - 20 Sep 2019 21:50 #22294 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Les pratiques de lecture de la jeunesse
usbeketrica.com/article/demain-serons-no...op-abrutis-pour-lire




« Il faut faire comprendre aux enfants et aux adolescents que leur cerveau est riche mais vulnérable, martèle Olivier Houdé

Il faut se pincer...

Et ensuite le relativisme qui, sous une fausse forme de dialectique, annihile toute pensée :

Un tel pessimisme nous pousse vers des réflexions opposées : et si nous étions, emportés par les alertes des neuroscientifiques, en train de dramatiser, comme les penseurs l’ont fait au moment de l’invention de l’écriture (horreur, on allait se « reposer » sur des mots écrits) ? De regretter un âge d’or de la littérature qui n’a sans doute jamais existé ? De sacraliser l’activité lecture et l’objet livre alors que le secteur des livres audio est en pleine santé (un Français sur dix en achète, 18 % en ont déjà écouté) ? Pire, de se concentrer sur la « culture légitime » et d’oublier que les littératures de l’imaginaire – et en particulier la science-fiction – connaissent un certain succès, notamment auprès des jeunes lecteurs ? Sans parler du triomphe des livres destinés aux young adults, des fan fictions et des nouvelles formes de littérature créées sur les réseaux sociaux…

L'analogie avec l'écriture est idiote : "les penseurs" renvoient au seul Socrate qui la critique en tant que philosophe pratiquant le dialogue, le paradoxe étant que sa pensée (ou supposée telle) nous est rapporté par un livre de Platon, Le Phèdre...

Et quel rapport avec "un âge d’or de la littérature" ? Il est ici question de lire la littérature, pas de l'écrire...

"le secteur des livres audio est en pleine santé (un Français sur dix en achète, 18 % en ont déjà écouté" : ces chiffres parlent d'achat mais ne disent rien de pratiques de lecture. Comme si on disait que les Français mangent du quinoa parce que tel pourcentage y a déjà goûté...

L'évocation (comminatoire) des "cultures légitimes" (concept à définir) vient encore un peu plus stériliser la réflexion : comme si les "cultures légitimes" avaient interdit jusque là toutes les autres cultures... On voit bien qu'il s'agit d'évoquer les secondes pour faire oublier les premières et légitimer l'oubli des "culture légitimes", remplacées par les "nouvelles formes de littérature créées sur les réseaux sociaux"...

Le chercheur imagine qu’« à moyen terme, avec l’intelligence artificielle, les hologrammes, la réalité virtuelle, on devrait assister le lecteur dans sa visualisation, et lui permettre d’échanger plus avec ses personnages. On peut imaginer les lecteurs du futur comme des zombies hallucinés avec des implants rétiniens, vivant dans un monde fictif comme dans Matrix...

Voilà qui fait rêver...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Nov 2019 22:56 - 23 Nov 2019 10:58 #22487 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Les pratiques de lecture de la jeunesse
Encore des ravis du numérique (vive "Super demain" !) et adeptes du déni... Le 31/10/19 : "La légende du jeune qui ne lisait plus" par Marie Grosbois.





Marie Grosbois "coordinatrice et rédactrice pour le Super Média" n'a jamais enseigné et n'a pas d'élèves : c'est dommage, elle aurait pu éprouver ce qu'il en est d'une telle "légende"...

On va donc se faire un malin plaisir à faire mentir cette affirmation.

“En moyenne, les jeunes lisent six livres par trimestre, dont deux dans le cadre scolaire et quatre dans celui des loisirs.”
Ipsos pour le Centre National du Livre (2016) Les jeunes et la lecture .

Donc quatre livres dans le cadre des loisirs par trimestre... enfin, en réalité, si l'on consulte l'étude Ipsos 2016 , six livres en primaire mais seulement deux livres au collège par trimestre, soit un livre pour un mois et demi ; et par "livre" il faut entendre aussi bien roman que bande-dessinée ou manga.

La nouvelle génération aime lire.

Oui : "70% des jeunes déclarent aimer lire. Un tiers déclare même adorer"... mais lit peu : la lecture de livres par loisir [BD et mangas compris] arrive d'ailleurs "en 7ème position des activités les plus pratiquées hebdomadairement (68% en moyenne, 60% pour les garçons) derrière la TV (92%), les vidéos (88%), les amis (87%), la musique (86%), le sport (84%) et Internet (84%)."

Pour le prouver nous nous sommes penchés sur les chiffres d’un secteur directement concerné et qui serait bien embêté si les jeunes n’ouvraient plus un livre : l’édition. Le secteur jeunesse est le troisième secteur de l’édition le plus rentable en France, avec tout de même 347,6 millions d’euros de chiffre d’affaire en 2018. Ce n’est pas pour rien que l’avant dernière édition de Livre Paris était principalement consacrée à la littérature Young Adult.

S'il faut mesurer des pratiques par la consommation, le marché du jeu vidéo en France atteint des records et son chiffre d'affaires se mesure, lui, en milliards...

Au cas où vous seriez encore inquiets, on vous remet encore une petite couche de chiffres : 96% des jeunes âgés de 7 à 19 ans lisent régulièrement , et plus des ¾ d’entre eux affirment aimer lire pour leurs loisirs et pas seulement les livres imposés à l’école, en y consacrant minimum 3 heures par semaine. Ce qui laisse aussi la place à d’autres activités de loisir comme aller sur Internet qui leur prend, en moyenne, 8h par semaine.

Mais justement, on a tendance à trop souvent opposer lecture Versus Numérique, mais pas besoin d’un combat dans l’octogone, les deux sont compatibles.

8h pour Internet... et autant pour la télévision : la compatibilité s'en trouve d'autant réduite.

On peut d'ailleurs lire dans l'étude Ipsos que "L’environnement familial infléchit fortement les pratiques de lecture, les jeunes qui sont les plus grands lecteurs et valorisent le plus la lecture sont ceux qui vivent dans un foyer où (entre autres) les parents contrôlent le plus Internet : temps passé, sites visités et moments de connexion".

"Les trois facteurs majeurs qui jouent en défaveur de la lecture sont :
- La possession personnelle par le jeune d’une télévision, et dans une moindre mesure d’un smartphone ou d’un ordinateur
- L’absence de carte de bibliothèque dans le foyer et l’absence de livre au foyer
- L’utilisation assidue d’Internet (plus de 12 heures par semaine)."

Encore une "légende" !

Des horizons de lecture démultipliés par le numérique

Trêve de chiffres, c’est aussi, tout simplement, que les jeunes générations nées dans le numérique ont plus de choix. Avec un accès illimité à tous les contenus possibles et imaginables grâce à Internet, c’est comme si une bibliothèque géante de contenus était disponible. Les supports de lecture se sont eux aussi démultipliés : tablette, smartphone, liseuse.

Et les types de contenus aussi, beaucoup plus attractifs : réseaux sociaux, vidéos, jeux vidéos...

Par ailleurs, il existe maintenant une multitude de nouveaux modes de narration donc de nouvelles façons de lire. Celles-ci ne sont pas forcément prises en compte dans les études, car ne respectent, pas totalement, le format roman donc plutôt des formats courts que l’on peut voir sur les réseaux sociaux : micro-fictions sur Instagram, thread sur Twitter, pour n’en citer que deux.

Les micro-fictions sur Instagram et les "threads" sur Twitter promus comme pratiques de la lecture...

Mais pourquoi un tel besoin de mettre en avant de tels substituts à la lecture de livres alors qu'il a été démontré auparavant que les jeunes lisent ? :scratch:

Alors ne stigmatisons pas la nouvelle génération, mais laissons les choisir, mélanger et découvrir les possibilités qui s’offrent à eux.

Il ne s'agit nullement de stigmatiser qui que ce soit mais de constater des pratiques de lecture réduites à peau de chagrin...

Le "Super Media" de Marie Grosbois est rattaché à "Super Demain", un évènement très enthousiaste sur l'avenir numérique mais qui n'a lu Lewis Carroll... que très superficiellement : www.laviemoderne.net/forum/le-marche-de-...umerique/22462#22462

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Nov 2019 12:39 #22517 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Les pratiques de lecture de la jeunesse
Dans "Le Monde" du 28/11/19, tribune de Guillaume Nail : "La littérature jeunesse est-elle de la “vraie” littérature ?"





Beaucoup d'arguments pour montrer que la littérature jeunesse n'est pas traitée comme "une « vraie » littérature", mais aucun pour justifier qu'elle en est. De fait, si la "littérature jeunesse" est de la littérature, pourquoi la distinguer ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Déc 2019 17:03 - 02 Déc 2019 17:04 #22521 par Shane_Fenton
Réponse de Shane_Fenton sur le sujet Les pratiques de lecture de la jeunesse
On pourrait dire la même chose de la catégorie "Young Adult" qui est encore plus problématique à mon sens que le concept de "littérature jeunesse". Rien que le terme de "Young Adult" est fallacieux quand on sait que ce sont les adolescents qui en sont le principal coeur de cible. Ensuite, ce qui personnellement me pose problème (et qui est en rapport justement avec la notion de "coeur de cible"), c'est ce qu'il faut comprendre quand on parle de "jeunesse" ou de "young adult".

Est-ce qu'on parle d'un public spécifique auquel on ne peut pas raconter la même chose qu'aux adultes ? (je pense notamment aux auteurs de polars, Thierry Jonquet et Frédéric Fajardie : pour avoir lu "Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte", je comprends qu'on ne veuille pas le faire lire à des marmots de 10 ans)

Est-ce qu'on parle d'une littérature reconnue par le plus grand nombre, mais qui a plus de succès auprès de cette tranche d'âge ? (au hasard, les Aventures de Huckleberry Finn, ou les Souvenirs d'Enfance de Marcel Pagnol, mon premier coup de coeur littéraire)

Ou est-ce qu'on parle d'un marché qu'on essaie à tout prix de légitimer parce qu'on a un peu honte de se reposer sur le seul succès commercial ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Déc 2019 22:53 #22532 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Les pratiques de lecture de la jeunesse
Dans PISA 2018 :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.161 secondes
Propulsé par Kunena