Le plan numérique pour l'école

Plus d'informations
05 Jui 2013 12:00 #6220 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
A lire dans le "Café Pédagogique" du 05/06/13 ce long entretien avec Bruno Devauchelle : "Stratégie numérique : Devauchelle : Le moment du basculement est venu" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Jui 2013 12:00 #6221 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Commentaires à venir

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Jui 2013 16:53 - 08 Jui 2013 17:02 #6279 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Et bientôt :

A suivre avec le hashtag : twitter.com/search?q=%23ecolenumerique&src=typd

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Jui 2013 13:37 #6296 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Source : www.education.gouv.fr/cid72254/faire-ent...e-scolaire-2013.html

Faire entrer l'École dans l'ère du numérique : premier point d'étape de la stratégie déployée et annonce des nouveaux services numériques pour la rentrée scolaire 2013 - lundi 10 juin 2013, 14h30
Invitation à la presse - Vincent Peillon - 06/06/2013
Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, et Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique, se rendront lundi 10 juin, au lycée Diderot à Paris (19ème). Ils présenteront les nouveaux services disponibles dès la prochaine rentrée scolaire à destination des élèves, des enseignants et des familles.
Cet événement sera aussi l’occasion d’exposer les nouvelles actions d’éducation à l’information et aux médias, de valoriser la dynamique collective lancée dans les académies et les établissements scolaires et d’illustrer les usages du numérique en classe par le biais de démonstrations in situ.
Déroulé de la journée :
14h40 : visite de classes faisant usage du numérique
15h : point presse
15h15: intervention de Fleur Pellerin, Ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l’Économie numérique, dans l’amphithéâtre du lycée
15h40 : table ronde sur l’éducation à l’information et aux médias avec Olivier Schrameck, Président du CSA, Isabelle Falque-Pierrotin, Présidente de la Cnil, Marie Derain, Défenseure des enfants, Catherine Bizot, Inspectrice générale de l’éducation nationale et Jean-Paul Delahaye, Directeur général de l’enseignement scolaire
16h30 : intervention de Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale
17h : démonstrations des services pédagogiques numériques suivies de la signature du protocole "collèges connectés" en présence de Présidents de conseils généraux

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
10 Jui 2013 21:19 - 10 Jui 2013 21:30 #6305 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
L'intervention du ministre ce 10 juin 2013 :

L'Internet et le numérique c'est aussi une façon de travailler de façon coopérative, de décloisonner et de vivre, comme le dit Michel Serres, de changer même la notion d'espace.

La page du MEN consacré à ce "point d'étape" : http://www.education.gouv.fr/cid72307/point-d-etape-de-l-entree-de-l-ecole-dans-l-ere-du-numerique.html
Document à consulter : http://cache.media.education.gouv.fr/file/06_Juin/36/6/Point-etape-juin2013-strategie_numerique_Dossier_255366.pdf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Jui 2013 11:58 - 11 Jui 2013 11:59 #6310 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Bilan le lendemain. L'intervention du Ministre n'a pas suscité beaucoup de réactions dans les médias...
Un article dans "Challenges", quelques compte-rendus sur des sites comme "Numerama" ou "01.Net". C'est maigre.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Jui 2013 15:19 #6311 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Dans "La Croix' du 11/06/13 : "Dès la rentrée, de nouveaux outils numériques pour l’école" .

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Jui 2013 21:18 #6317 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Jui 2013 21:20 - 11 Jui 2013 21:23 #6318 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Compte-rendu dans le "Café Pédagogique" : "Peillon lance la "mobilisation numérique" " (11/06/13)

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Jui 2013 21:22 #6319 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Et cette interview d'Eric Bruillard : "Numérique : Éric Bruillard : Quelle Ecole veut-on pour les TICE ?" (11/0613)

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Jui 2013 20:38 - 13 Jui 2013 18:07 #6344 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Stéphanie de Vanssay n'est pas satisfaite : "On ne fera pas entrer les élèves dans l'ère du numérique avec une heure en salle informatique par semaine" ("L'Express" du 12/06/13)

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Jui 2013 20:39 - 13 Jui 2013 18:49 #6345 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

"On ne fera pas entrer les élèves dans l'ère du numérique avec une heure en salle informatique par semaine"

L'objectif, ce n'est donc pas de refonder l'école, mais de "faire entrer les élèves dans l'ère du numérique"...

Vincent Peillon veut faire entrer l'école dans l'ère du numérique. Si l'intention est louable, pour Stéphanie de Vanssay, professeur des écoles depuis 20 ans, au quotidien, les professeurs sont confrontés à de nombreux freins, notamment matériels.

Eh oui, c'est bien sûr la seule réticence qu'ils peuvent avoir.

Jamais un ministre de l'Education nationale n'avait autant mis en avant l'école numérique, jusqu'à en faire un thème à part entière de la Refondation. Effort et intention louables, il était grand temps!

Le numérique, improbable bouée de secours pour permettre à l'école d'échapper au naufrage.

Cependant, au delà de la volonté de faire avancer les choses et de la question des moyens, se pose cruellement celle de la compréhension de ce que cela change profondément de "faire entrer l'école dans l'ère du numérique".

Dit autrement : le Ministre aurait-il des difficultés de compréhension ?

Le discours de Vincent Peillon fait plaisir à entendre, une volonté politique est affirmée, il n'est plus temps de se demander si le numérique est utile ou de faire des essais (alors pourquoi 20 collèges pilotes?), le Net est là, il n'est plus temps de tergiverser, il faut aller chercher les jeunes là où ils sont!

Mais je croyais qu'il fallait "les faire entrer dans l'ère du numérique" ? :scratch:
De toute façon les essais n'ont rien donné, alors autant passer outre. :devil:

La révolution du numérique se fera par la pédagogie et la mise en synergie de tous les acteurs. On ne peut qu'applaudir... Mais il y a loin du discours à la réalité.

Attention : discours plaintif en vue.

Galères en série pour les enseignants innovants
Parlons un peu du vécu quotidien de ces profs de primaire et du secondaire qui intègrent déjà le numérique dans leur enseignement. Alors que l'on devrait s'appuyer sur eux, leur faciliter la tâche et solliciter leur expertise, c'est rarement le cas et bien des tracasseries petites ou plus graves émaillent leurs journées.

On passe des "galères"... aux "tracasseries". :mrgreen:

D'abord il faut accéder à une connexion: on aurait aimé voir annoncé le principe simple d'une connexion a minima dans chaque salle de classe/cours. Certes cela dépend des collectivités locales, mais on est loin du compte, notamment dans les écoles primaires. Ce n'est pas avec une heure en salle informatique par semaine que l'on va faire entrer les élèves dans l'ère du numérique!

Comment refonder l'école sans prise RJ45 : c'est une vraie question ! :doc:

Parfois, comme dans cette classe de maternelle parisienne qui travaille avec des iPads, la prise existe dans la salle mais l'enseignante ne peut y brancher son ordinateur personnel (accès au réseau interdit) et cela fait plus d'un an qu'elle attend l'ordinateur "Ville de Paris" qui lui éviterait d'avoir à transporter chaque soir les iPads chez elle pour les synchroniser.

La refondation de l'école tient à peu de choses finalement.

Parlons aussi de ces professeurs qui s'équipent à leurs frais de clés 3G pour pouvoir utiliser dans leurs cours Youtube ou les réseaux sociaux qui sont filtrés par le réseau de l'établissement.

Une vraie galère, effectivement.

Là encore rien sur l'ouverture des réseaux, la confiance nécessaire envers les enseignants et les élèves! Comment éduquer et accompagner les élèves quand dans l'école les usages sont interdits alors qu'ils sont de fait disponibles via leur téléphone et à domicile?

La solution est toute trouvée pour Stéphanie de Vanssay : utilisons les téléphones des élèves ! :cheers:
Chez les techno-pédagogues, c'est ce qu'on appelle le BYOD.

Que penser aussi de la situation de cet enseignant de CLIS (Classe d'Intégration Scolaire pour des élèves handicapés) qui va présenter au forum des enseignants innovants un projet tablettes mené dans le cadre de l'éducation nationale et qui subit une retenue sur salaire pour son absence pourtant autorisée.

D'autres exemples d'apothicaire ? On pourrait aussi parler de tous ceux qui jouissent d'une décharge partielle ou totale de service pour promouvoir les TICE... :devil:

Pire, comme il met en oeuvre une pédagogie atypique, intégrant le numérique, son rapport d'inspection est mauvais car son travail n'est pas compris, ne "rentre pas dans les cases"...

Parce que le numérique n'est pas dans les programmes, le B2i, la stratégie ministérielle, sur Eduscol, sur le site du CNDP etc. ? :shock:
Voir cet index : www.laviemoderne.net/forum/vers-l-ecole-...e-petit-index-du-web
C'est amusant cette volonté systématique de présenter les enseignants innovants comme des martyrs de la modernité. :rirej

Et pourtant, ses élèves progressent énormément!

Il suffit de l'affirmer, n'est-ce pas ! :doc:

Faire confiance, une révolution devenue possible?
Parlons formation. Un des dispositifs présentés lors de ce point d'étape nommé M@gistère a pour fonction d'accompagner la formation continue des professeurs des écoles. À partir de la rentrée prochaine, tous les professeurs des écoles bénéficieront de 9 heures de formation continue à distance, une excellente nouvelle car, quoi de mieux que d'expérimenter pour soi ce que peuvent apporter ces outils numériques, pour se lancer ensuite avec ses élèves?

Car ce que les outils numériques apportent aux adultes en formation est la même chose qu'aux élèves. :doc:
De plus, l'enseignement à distance a bien d'autres avantages. :devil:

La présentation de M@gistère insiste beaucoup sur la personnalisation des parcours mais ne fait aucune mention d'échanges en ligne entre professeurs ni de travail collaboratif. Espérons que cela sera prévu et qu'il sera aussi permis de se former hors plateforme.

Les professeurs n'ont pas attendu la mise en place d'une plate-forme institutionnelle pour échanger en ligne... :roll:
Un vrai combat fondamental, donc.

Avec les nombreuses ressources déjà en ligne et les initiatives qui fleurissent comme les live-sessions de François Lamoureux auxquelles on peut participer en direct (ou visionner plus tard sur son blog) ou ce cours de l'IUFM de Lyon en creative commons intitulé "culture numérique de l'enseignant droits et obligations" gratuit et ouvert à tous, on peut faire de la co-formation de qualité sans que cela coûte un centime à l'institution.

Et ça, c'est très important parce qu'il y a plein de gens malintentionnés qui soulignent le coût disproportionné des investissements numériques. :doc:

Il suffira de faire confiance aux professeurs sur la foi d'un compte-rendu de ce qu'ils auront appris et mis en oeuvre... Faire confiance, une révolution devenue possible?

:santa:

Si cette formation continue en ligne n'est pas de qualité, ouverte aux initiatives et résolument interactive, elle confortera les plus numérico-sceptiques et génèrera plus de dégâts que de bienfaits. Gageons au vu des intentions annoncées que tout cela a été prévu.

Ou comment prévenir un échec annoncé. :rirej

Revenons-en aux élèves... Dans le dossier de presse, il est prévu une relance de l'éducation aux médias, y compris numériques, pour "former les cybercitoyens actifs, éclairés et responsables de demain", ce qui tranche étrangement avec les dispositifs présentés où l'élève n'apparait jamais comme contributeur, producteur, créateur de contenu mais seulement comme consommateur de ressources (de qualité !). Il manque de vraies incitations à s'emparer de Wikipedia et autres projets collaboratifs, à investir les espaces de discussions du Web (forums, réseaux sociaux), à publier, à créer du contenu artistique... mais cela est probablement à l'ordre du jour du prochain point d'étape...

La création de "contenus", nouveau Graal éducatif.
Quant à l'incitation "à s'emparer de Wikipédia", quelle bonne idée quand certains élèves savent à peine écrire au collège... Tout un sens des priorités ! :doc:

Tout l'intérêt du numérique réside dans les nouveaux champs qu'il ouvre: un accès ouvert aux savoirs, la collaboration, la contribution, l'intelligence collective...

:santa:

S'ils ne sont pas présents alors nous serons passés à côté de l'essentiel! L'école se doit de préparer les élèves à tirer tout le profit possible du numérique, reste à relever le défi.

Pour tirer tout le profit du numérique, le mieux est de former l'esprit des élèves, pas de les plonger prématurément dedans.

Stéphanie de Vanssay est professeur des écoles depuis 20 ans, en ZEP dont 8 ans en RASED (Réseau d'Aides Spécialisées Aux Elèves en Difficulté) et conseillère technique au syndicat SE-Unsa notamment sur les questions du numérique à l'école.

Professeur dans quelle école, précisément ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Jui 2013 17:37 - 13 Jui 2013 17:37 #6359 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Encore un insatisfait : décidément ! :mrgreen:
A lire sur "EducaVox" du 13/06/13 : "Quand un ministre et un philosophe tournent autour du pot ou de la tablette…" de Pierre Frackowiak.

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Jui 2013 17:38 #6360 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Jui 2013 17:49 #6363 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Autre compte-rendu, celui de "LudoMag" du 13/06/13 : www.ludovia.com/2013/06/faire-entrer-lec...detape-du-ministere/

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Jui 2013 09:22 #6369 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Après le SE-UNSA, le SGEN non plus n'est pas satisfait : www.cfdt.fr/jcms/prod_150974

Numérique : un pilotage vertical est il encore efficace ?
publié le 13/06/2013 à 13H42 par attaché de presse
Communiqué de Presse n° 78 du 13 juin 2013.
Le ministre a présenté un point d'étape sur la stratégie pour développer le numérique. Les annonces de décembre ont été mises en chantier (mise à disposition de ressources, service d'accompagnement en ligne pour les élèves en difficulté, e-formation des enseignants du premier degré…). Ces dispositifs sont susceptibles d'engager enfin la dynamique attendue depuis longtemps, mais encore une fois, la question du pilotage et de l'accompagnement reste posée.
La création d'une direction de l'administration centrale entièrement consacrée au numérique, déclinée dans chaque académie, se veut une réponse aux besoins de pilotage suscitée par le numérique. Mais, une fois de plus, la méthode utilisée reste conforme aux stratégies verticales décidées rue de Grenelle. Pour le Sgen-CFDT, le déshabillage des services au profit d'une nouvelle structure consacrée au numérique illustre jusqu'à la caricature une gestion des ressources humaines d'un autre siècle.
D'autant que les instances qui doivent être mises en place dans les académies et les départements oublient les enseignants qui n'auront toujours pas de lieu de dialogue avec les collectivités territoriales pour que matériels et services correspondent à leurs besoins et à ceux des élèves .
Pour le Sgen-CFDT, il est urgent que l'on abandonne l'idée d'une stratégie verticale, incompatible avec le numérique, et que les gouvernances académiques fassent enfin une place aux personnels. Pour que le numérique intègre enfin les pratiques pédagogiques quotidiennes, les personnels ont surtout besoin d'autonomie, de confiance et d'accès à un réseau ouvert. Cela suppose que l'ingeniérie numérique pédagogique soit organisée avec et au plus près de ses acteurs.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jui 2013 09:04 #6378 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Michel Guillou est lui aussi déçu, comme on pouvait s'en douter : "La fracture numérique est au ministère !" (EducaVox du 14/06/13)

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Jui 2013 22:52 #6419 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Jui 2013 22:53 #6420 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Jui 2013 23:10 #6515 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Sur son blog, nouveau tir à boulets rouges de Michel Guillou sur la grande stratégie pour le numérique de Vincent Peillon : "Numérique éducatif : Ubu fait école…" (22/06/13)

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Jui 2013 23:45 - 22 Jui 2013 23:46 #6516 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Numérique éducatif : Ubu fait école…

Alors qu'avec Michel Guillou tout serait tellement plus rationnel ! :santa:

Je reviens un instant sur cette incroyable histoire de collèges pilotes pour le numérique dont on sait maintenant qu’il n’y en aura même pas un par académie !
Vous croyiez que j’allais vous laisser tranquilles avec ça, que je n’en avais que trop parlé ? Vous pensiez que j’avais tout dit, dans mes billets précédents, là et là ? Rappelez-vous, j’y dénonçais pêle-mêle, qui l’invraisemblable ringardise du projet, qui le manque de souffle et d’ambition, qui l’aveuglement qui empêche nos élites de comprendre ce qui s’est passé depuis vingt ans, au bas mot, qui l’insulte ainsi faite aux pionniers et autres défricheurs, professeurs ou chefs d’établissement, qui l’incapacité à comprendre l’urgence des enjeux d’aujourd’hui, qui encore l’illisibilité des priorités, qui enfin l’inaptitude à comprendre ce que sont les élèves, au risque d’en faire les premières victimes d’une politique frileuse et dépassée...

"Ubu", "incroyable histoire", "invraisemblable ringardise", "aveuglement de nos élites", "insulte", "priorités illisibles", "inaptitude à comprendre", "politique frileuse et dépassée" : le ton était plus mesuré dans ses précédents billets. :mrgreen:
On reconnaît là la mesure de Michel Guillou, homme modéré s'il en est, ce grand "pionnier" et "défricheur" qui a - lui - tout compris. Mais à qui peut-il adresser de telles invectives ? Au Ministre lui-même ? Non, c'est inconcevable.

Il est une raison supplémentaire qui apparaît au grand jour qui motive aujourd’hui mon nouveau courroux.
Le programme officiel distribué à la presse et en ligne sur le site du ministère nous présente ces vingt collèges connectés pilotes comme des accélérateurs d’innovation et de changement. Bon, à part apprendre qu’ils seront connectés — ou comment dire que beaucoup le sont mal ou ne le sont pas, ce qui revient à travailler sur Internet sans Internet, il faudra que j’écrive un billet là-dessus, tiens, à l’occasion… —

Car Internet n'est plus seulement un outil au service des programmes, mais devient une fin en soi, un programme en lui-même. Et le numérique se limite bien sûr à Internet. :doc:

...c’est quand même une phrase qui ne signifie pas grand chose quand on sait le sort peu enviable qui est généralement fait à l’innovation et la frayeur qu’inspire le changement…

Tous tremblaient mais un héros se dressait parmi eux : Michel Guillou !

Non, c’est dans la note reçue récemment par les recteurs qu’il faut trouver la première et principale raison de cette opération. Tenez-vous bien !
L’objectif de de la mise en place de ces collèges est de démontrer les apports du numérique pour la réussite des élèves, pour les enseignants et les familles.
Sic.

Où est le problème ?

Malgré les quantités considérables de recherches universitaires, de thèses, de rapports, de travaux de toutes sortes sur le sujet, en provenance de France comme d’ailleurs, il y aurait donc dans nos aréopages politiques, administratifs ou pédagogiques, des gens qui doutent encore, qui s’interrogent, qui ne sont pas certains que le numérique soit utile à quelque chose à l’école.

Comment peut-on oser douter ? Avoir un esprit critique ?
C'est curieux mais depuis un an et demi que je lis les propos invariables de Michel Guillou ou d'autres promoteurs du numérique à l'école, je n'ai jamais vu de liens vers ces "quantités considérables de recherches universitaires, de thèses, de rapports, de travaux de toutes sortes"... :scratch:
Prenons un exemple concret : le département des Landes, équipé depuis dix ans, n'a pas particulièrement amélioré ses résultats scolaires... www.laviemoderne.net/forum/les-ecrans/16...able-dans-les-landes

Oui, ces gens-là...

On sent que "ces gens-là", cet "aréopage" de "nos élites", inspirent le plus grand respect à Michel Guillou.

...hésitent encore, ne savent pas, tergiversent… Le numérique favorise-t-il les apprentissages ? Peut-il être utile à l’individualisation de l’enseignement et de l’accompagnement pédagogique ? Peut-il remédier aux difficultés des élèves ? Peut-il rapprocher les acteurs de l’école, enseignants, élèves, parents ?

:santa:

En 2013, sachez-le, braves gens, il y a des gens au plus niveau de notre système éducatif qui s’interrogent. Et pas seulement in petto.

Or l'intelligence, en matière d'éducation, c'est de ne pas s'interroger : voilà un bel aveu de Michel Guillou. :twisted:

J’ai déjà eu l’occasion de vous narrer, pour en avoir été témoin, l’attitude grinçante du doyen de l’inspection générale à Lyon, d’une part, l’attitude incertaine et non concernée du directeur général de l’enseignement scolaire, d’autre part, à Paris, lors du récent rapport d’étape. Il y aurait d’autres exemples encore… Ces gens-là, très proches du sommet du pouvoir, disent tout haut ce que les hiérarchies pensent tout bas : le numérique, c’est cher, ça bouscule les traditions, ça nivelle les hiérarchies et on ne sait même pas si c’est vraiment utile aux apprentissages ! Pourquoi l’enseigner ? Pourquoi l’intégrer aux enseignements ?

Michel Guillou a trouvé un moyen subtile pour invectiver le Ministre sans s'en prendre directement à lui. C'est la faute des gens "très proches du sommet du pouvoir" ! :lol:
Notez encore une fois le glissement subtile : il ne s'agit pas seulement d'intégrer le numérique aux enseignements, il s'agit de l'ensiegner lui-même ! :doc:

Parlons plus sérieusement : à supposer qu’il persiste le moindre doute à ce dernier sujet, l’utilité du numérique pour la réussite de nos élèves, l’école n’a tout simplement pas le choix.

Voilà un autre argument de poids, qui revient en général avec un autre argument, celui de l'urgence..

Et ce pour deux raisons que je ne cesse de répéter :
tout a déjà changé, l’administration, l’entreprise, les services, les médias, toute la société est numérique et personne de sensé ne songerait à revenir en arrière ;

Et tout ce qui est passé au numérique a connu le Progrès ! Les ENT en sont la preuve à l'école. :doc:

les enjeux sont considérables, économiques bien sûr, tant en compétitivité des entreprises qu’en créations d’emplois, mais aussi sociétaux et citoyens ;

On peut penser aux délocalisations de services en ligne grâce à la connexion mondialisée ou à la dématérialisation : les salariés des opérateurs téléphoniques, ou de Virgin ou des grandes enseignes souffrant du commerce en ligne peuvent en témoigner ! Progrès, on vous dit.

la jeunesse a été la première de toutes les tranches d’âge de la population à se jeter à corps perdu dans l’aventure que la société lui offre, à bâtir avec le numérique de nouvelles relations...

...homophobes et racistes sur Twitter par exemple... :spider:
Et c'est par esprit d'entreprise, non par suivisme ou conditionnement commercial que les jeunes utilisent les réseaux commersociaux ! :doc:

...de nouvelles interactions, à co-construire une nouvelle citoyenneté...

...hébergée sur des serveurs américains.

...à acquérir de manière imparfaite, en l’absence de toute éducation, autonomie et responsabilité.

Très bien : en ce cas, tout éducation est inutile. :santa:

L’école n’a pas le choix : la jeunesse, ce sont ses élèves… Elle doit faire avec… Elle doit faire pour eux.

Ce volontarisme force l'admiration !

Et laisser tomber ce triste projet, qui anéantirait les premières avancées et, je le répète, l’éloignerait définitivement de sa jeunesse.

Mais non ! Des établissements pilotes ne manqueront pas de faire la preuve éclatante de la supériorité du modèle numérique !

Et mettre en œuvre sans tarder, en partenariat avec les collectivités, la Caisse des dépôts et des partenaires privés, s’il le faut...

Comme les "partenaires" d'"Educavox" où publié régulièrement Michel Guillou, notre consultant du numérique ? :devil:

...une politique cohérente et concertée d’équipement massive, progressive s’il le faut...

Quelle magnanime concession. Michel Guillou à ce que l'équipement de douze millions d'élèves ne se fasse pas d'un seul coup.

...des écoles, collèges et lycées de ce pays, et de raccordement au très haut débit. Et mettre en œuvre sans tarder, dans la continuité de ce qui est déjà commencé, la gouvernance et l’accompagnement, dans toutes ses dimensions, qui conviennent, en direction de tous les acteurs…

La "gouvernance", c'est-à-dire la fin de la liberté des acteurs de l'enseignement ?

Et si on cherche de l’argent pour faire tout ça, on pourra toujours économiser sur les sommes considérables affectées à concevoir ou faire concevoir ces fameuses ressources numériques qui n’ont jamais vraiment manqué car tout le monde s’est jusqu’ici organisé pour les fabriquer soi-même et les partager ou se les approprier dans le flux…

Aveu involontaire d'un beau gaspillage, donc...

C’est ça qui constituerait une politique ambitieuse de refondation de l’école qui, je le répète, sera numérique ou ne sera pas.

Voilà qui est posé avec une grandiloquence visionnaire.

P. S. On me souffle à l’oreille que tout ça ne vaut pas tripette, que c’est de juste de la communication pour faire briller les collectivités et le projet sur la refondation de l’école ! Oh, je n’ose y croire ! La pédagogie au service de la communication ? Ça se saurait si c’était vrai…

Parce que l'école numérique, ce n'est jamais de la communication ?
www.laviemoderne.net/detox/24-marronniers-numeriques

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Jui 2013 16:12 #6537 par Shane_Fenton
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Petite dédicace à M. Guillou et à ses semblables :
[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Aoû 2013 10:53 - 29 Aoû 2013 14:59 #7241 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
Merci Shane_Fenton : je suis admiratif de ce texte ! :P

A lire sur "VousNousIls" du 29/08/13 : "Un portail de ressources pédagogiques pour enseignants lancé par le ministère en octobre"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Aoû 2013 10:54 #7242 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Alain Thillay dit: Le prin­cipe d'Edutech est [...] de pro­po­ser des grains libé­rés de droits

:scratch:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2013 19:03 - 13 Sep 2013 19:05 #7540 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
A lire cette dépêche AFP du 12/09/13 : "Numérique: une "révolution pédagogique en marche", selon Ayrault"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2013 19:08 #7541 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
A lire sur "VousNousIls" du 13/09/13 : "Un réseau social professionnel pour enseignants lancé à la rentrée 2014"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Sep 2013 09:37 #7661 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Nov 2013 15:31 - 23 Nov 2013 12:46 #8489 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
A Issy-les-Moulineaux, dans les locaux de Microsoft, on a appris du nouveau sur la stratégie globale pour le numérique à l'école. A lire dans le "Café pédagogique" du 20/11/13 : "Numérique : Quelles missions pour la direction du numérique éducatif ?"

Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Nov 2013 11:50 - 06 Déc 2013 07:31 #8614 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW
A lire sur "EducaVox" du 30/11/13 : "Enseigner le numérique : j’ai changé d’avis" par Michel Guillou.


Connectez-vous pour voir le message entier.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Nov 2013 12:10 #8615 par Loys
COM_KUNENA_MESSAGE_REPLIED_NEW

Enseigner le numérique : j’ai changé d’avis

Un peu moins de numérisme ? :santa:

C’est vrai, il est encore possible de ne pas échapper au discours sur le sujet de quelques personnages plus médiatisés que médiatiques. C’est vrai aussi que les énormes bourdes qu’ils profèrent ont le mérite d’être rigolotes, de faire le buzz, comme on dit, de passer donc aisément à la postérité via les réseaux sociaux, contribuant ainsi à rendre ces détestables réactionnaires encore plus ridicules qu’ils ne l’étaient.

A qui et à quel discours Michel Guillou pense-t-il ? Autant ne pas le dire, c'est plus simple à réfuter.

C’est vrai encore que sur le sujet du numérique comme sur celui, plus étroit, du numérique éducatif, il est possible d’observer aujourd’hui d’étranges retournements de vestes…

Même chose : on restera dans l'allusion sibylline.

Comme quoi il reste un peu d’espoir.
La question d’enseigner avec le numérique ne se pose donc plus, car la question d’enseigner ne se pose pas.

Voilà qui est d'une limpidité limpidifiante.
Pourtant avec M. Guillou la question d'enseigner se pose parfois . :devil:

Notez qu’il n’est pas question pour l’école, à mon avis, d’intégrer le numérique, comme certains discours ou écrits officiels nous le serinent. Je n’aime pas ce mot d’intégration qui ne correspond pas à ce qui doit se passer. Non, il est juste question de mettre l’école en adéquation avec son temps et la société telle qu’elle est. Et donc l’enseignement et les manières d’enseigner. Et donc les contenus et les programmes.

Il est temps que l'enseignement, ses contenus, ses programmes se soumettent au tout-numérique ! :cheers:
Transposons le même discours avec l'invention de l'électricité ou de la télévision... :P

Je reviens sur ce point des programmes un peu plus loin dans ce billet car il est crucial, fondamental.
Si la question d’enseigner avec le numérique ne se pose plus...

Euh...

...celle d’enseigner le numérique continue de se poser et nombreux sont ceux qui apportent sur le sujet des réponses différentes. Que convient-il de faire exactement ?

Le numérique n'est plus un outil au service de l'enseignement mais devient lui-même un objet d'enseignement devant remplacer d'autres objets.

Certains, comme l’EPI et l’Académie des sciences et, à leur traîne, sans réfléchir une seconde, le Conseil national du numérique et certaines associations du libre, n’hésitent pas à proposer la création d’une nouvelle discipline scientifique informatique qui serait enseignée du premier degré à l’Université.

Car l'informatique est une science. :doc:

J’ai déjà dit combien cette démarche, en tentant de cloisonner mieux encore les champs disciplinaires quand tout aujourd’hui, avec le numérique justement, tend à les rapprocher...

L'idée même de champs disciplinaires est obsolète. Tout est dans tout.

...me semblait ressortir d’un néo-obscurantisme moderne. Il convient donc de la combattre. Ce ne sera pas trop compliqué tant elle est navrante.

A transmettre à qui de droit. :mrgreen:

J’ai, pour ma part, longtemps pensé — je crois même l’avoir écrit sur ce blogue — que l’urgence commandait de proposer, à côté des disciplines traditionnelles, un nouvel enseignement du numérique.

Michel Guillou aurait été un "néo-obscurantiste" convaincue d'une idée "navrante" ? On ne peut y croire. :mrgreen:

J’ai même imaginé, je crois bien, que cet enseignement soit pris en charge, dans leur emploi du temps, par des professeurs volontaires et compétents, à commencer par les professeurs documentalistes dont nombreux sont déjà formés à cet effet. Je crois avoir lu que certains m’appuyaient dans cette démarche. J’ai même proposé de réfléchir, l’été dernier, pour appuyer le travail d’OVEI, à un référentiel complet sur ce sujet de l’enseignement du numérique, intégrant l’éducation aux médias, l’éducation informationnelle, les littératies numériques et médiatiques, des éléments d’algorithmique, de programmation, des éléments juridiques, philosophiques, civiques, économiques… Et puis j’ai réfléchi.

Dommage que Michel Guillou n'ait pas réfléchi avant...

Et j’ai changé d’avis.
Si l’école doit réussir sa mutation et se mettre à l’heure numérique, il ne faut pas créer de nouvelle discipline. C’est inutile. En revanche, chaque discipline existante doit s’éclairer, s’enrichir, s’augmenter dirait-on aujourd’hui, de la dimension du numérique. C’est devenu nécessaire.

Cette dernière formule ("c'est nécessaire") suffira comme argumentaire. Le numérique ne peut qu'augmenter l'enseignement. Jamais lui porter préjudice de quelque façon que ce soit. Bonne définition du numérisme.

C’est tout l’enjeu de cette mission si importante de la refondation que Vincent Peillon a confiée à Alain Boissinot, le 10 octobre dernier. Ce dernier, nommé donc à la présidence du Conseil national des programmes, a déjà commencé, avec ses collègues et les experts qu’il a choisis, le travail de réécriture des programmes de l’école du socle, de la maternelle au collège.

Certains venaient à peine d'entrer en vigueur...

C’est là un chantier fondamental.

... et traité donc dans la précipitation.

J’ai pu rencontrer Alain Boissinot récemment. J’ai pu lui poser quelques questions et tout ça fait l’objet d’un reportage vidéo qui sera projeté bientôt sur l’événement des « Boussoles du numérique » à Cenon, près de Bordeaux, le 12 décembre prochain.
Attention, aguichage : vous verrez et lirez tout cela bientôt !

Nous l'attendons avec impatience. :mrgreen:

J’espère bien trouver le temps de transcrire ses propos, soyez patients. Cela fera l’objet d’un nouveau billet ici et sur le site Éducavox dans les premiers jours de décembre.
Dans l’attente et sans déflorer les propos du président du CSP, ce dernier, qui présentera son plan d’action au Conseil supérieur de l’éducation le 6 décembre prochain, semble décidé à construire les nouveaux programmes de l’école du socle à l’éclairage de la dimension paradigmatique du numérique...

En voilà une nouvelle qu'elle est bonne. Quel cachottier, ce M. Boissinot !

...en toute conscience des conséquences sur la formation des maîtres, les postures, les modalités d’enseignement, les espaces, les temps et surtout l’évaluation.

Tout un programme.

Pas question pour lui donc d’une nouvelle discipline, ce sont bien les disciplines existantes qui doivent partager la prise en compte des littératies numériques et médiatiques.

Qu'est-ce que c'est exactement que les "littératies numériques" ? Et est-ce que la littératie tout court ce ne serait pas plus important ?

Un fort regret pour ma part : les programmes du lycée ne seront modifiés que plus tard. Quand ? Sauf accident tectonique, notre vieux baccalauréat inadapté est donc encore là pour quelques années encore.
C’est bien malheureux.

"Inadapté", mais on ne saura pas pourquoi. Le numérisme ne s'embarrasse pas d'explication : il n'est qu'injonction et célébration. Il est vrai que Michel Guillou, commentant mon expérience, n'a pas même compris ce qui se jouait dans un commentaire de texte au bac de français...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.332 secondes
Propulsé par Kunena