Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : "Netjournées : A Mulhouse, des tablettes numériques pour lutter contre les inégalités" (Café pédagogique)

"Netjournées : A Mulhouse, des tablettes numériques pour lutter contre les inégalités" (Café pédagogique) 22 Mar 2016 17:05 #16195

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13363
Dans le "Café" du 21/03/16 : "Netjournées : A Mulhouse, des tablettes numériques pour lutter contre les inégalités"

www.netjournees.fr/

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Netjournées : A Mulhouse, des tablettes numériques pour lutter contre les inégalités" (Café pédagogique) 22 Mar 2016 17:35 #16196

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13363
Netjournées : A Mulhouse, des tablettes numériques pour lutter contre les inégalités

Le numérique peut-il aider à réduire les inégalités à l’École ?
Pas de point d'interrogation dans le titre...

Présentée dans le cadre des Netjournées, organisées par Itop et l'Académie de Strasbourg, l'expérience menée dans 3 collèges de l'académie de Strasbourg peut le laisser penser.
"Expérience lancée" de novembre à janvier... Nous sommes en mars.

Les élèves de cinquième du collège préfigurateur Saint-Exupéry à Mulhouse - ainsi que ceux de deux autres collèges – ont été équipés de tablettes tactiles individuelles grâce aux efforts de trois acteurs : le Conseil départemental du Haut-Rhin, le rectorat et l’équipe pédagogique du collège. Dans ce collège « préfigurateur » du plan numérique pour l’éducation, il semble que les pratiques des enseignants s’adaptent à ce nouvel outil...
Cette formulation permet de douter de la demande des enseignants...

...l’arrivée des tablettes dans les classes modifie d’ores et déjà le rapport à l’école et permet de guider les élèves vers plus d’autonomie.
L'autonomie qui consiste à laisser chaque élève face à sa tablette (pour éventuellement travailler avec) n'a pas grand chose à voir avec l'autonomie de pensée que l'on peut espérer atteindre en fin de scolarité obligatoire.

Confusion sur le mot "autonomie". :fur

Comment s’effectue dans ce collège la transition numérique ? Quelle est l’implication des enseignants dans ce projet et en quoi cela change-t-il leurs pratiques ? Quels en sont les effets observés dans les classes ?
On va voir que "l'implication" est très instructive.

Le collège Saint-Exupéry à Mulhouse est à la tête du réseau REP+ le plus important de l'académie avec plus de 2500 élèves. Le collège compte près de 600 élèves. Ce qui fait la spécificité de ce collège, c’est sa situation à l’extrême pointe est de la ville de Mulhouse, près de quartiers qui concentrent d’importantes populations défavorisées. 65% des élèves sont boursiers, 53% des familles sont monoparentales, plus de trente nationalités y sont représentées, et surtout, de nombreux élèves au sein du collège sont touchés par des difficultés dans le domaine de la langue française, par un manque de motivation et un déficit de confiance en soi et/ou de confiance dans le système scolaire. C’est dans ce contexte qu’une équipe stable et dynamique, n’hésitant pas à conduire des expérimentations pédagogiques, s’est emparée du projet tablettes afin de proposer d’autres pratiques de classe aux élèves, dans un esprit innovant, et les mener vers plus de confiance et de réussite.
L'équipe "s'est emparée" de ce qu'on a décidé pour elle.

Il est à noter que les "expérimentations pédagogiques" concernent toujours les publics les plus fragiles.

La nécessité d’équiper le collège en infrastructures de qualité

L’accès aux tablettes, les élèves en sont fans…
:santa:

Le projet a néanmoins nécessité la mise en place de tout un tas d’infrastructures par le Conseil Départemental, le Ministère de l’Éducation Nationale et le rectorat.

Dès décembre 2014, le Conseil départemental a été sollicité par les établissements scolaires pour des équipements numériques.
Par les enseignants ou par les chefs d'établissements ? On notera le vague de la formule "équipements numériques" qui peut correspondre à des réalités bien différentes.

Au sein même du département, l’équipe technique s’était d’emblée positionnée pour l’octroi de tablettes dans certaines classes mais de nombreuses questions sur les finalités et la réalisation technique se posaient.
Les tablettes ne sont donc pas un choix pédagogique de terrain, mais un choix technique hors-sol.

Si l’idée était intéressante, il ne s’agissait pas de faire « n’importe quoi ». La mise en pratique est arrivée un peu plus tard lorsque le Rectorat a lancé dans le cadre du plan numérique pour l’éducation un appel à projets. L’appui politique du département pour ce projet a été très fort dès le début et trois collèges « préfigurateurs » ont été retenus pour tester le dispositif en 2015, lors de la première mise en place du plan numérique et avant une généralisation définitive et totale du projet : le collège Saint-Exupéry à Mulhouse, le collège Dreyfus à Rixheim et le collège Berlioz à Colmar. En tout, pour les trois collèges, ce sont 655 tablettes qui ont permis d’équiper à la fois les élèves et les enseignants des classes de cinquième concernées. Ces tablettes ont été déployées très progressivement de fin novembre à fin janvier...
Ce "progressivement" laisserait presque croire à une intelligence d'un tel déploiement, par ailleurs tardif, en plein milieu de l'année scolaire.

...la remise des tablettes se faisant de manière officielle lors d’une « cérémonie » pendant laquelle seuls les parents pouvaient récupérer les tablettes, après avoir signé une Charte d’utilisation et un engagement à contracter une assurance.
:shock:

Et pour les parents qui ne souhaitaient pas ? :scratch:

Etienne Monot, le chef de projet informatique pour l’éducation au sein du Conseil départemental du Haut-Rhin, explique qu’il a fallu alors se réunir rapidement au printemps 2015, suite à l’annonce des résultats de l’appel à projets pour envisager un déploiement avant fin 2015, étudier la couverture wifi.
Confirmation de l'urgence et donc de l'improvisation de ce déploiement, lui-même très peu pédagogique.

Tout ne s’est pas fait facilement : « au départ, jusqu’au plan numérique, le département était assez défavorable sur les éventuels impacts et risques du wifi sur les élèves notamment. Le rectorat nous a fait suivre une étude scientifique nationale que nous avons utilisée lors d’un Conseil d’Administration du collège pour délibérer sur la question. Le Conseil d’Administration a donné son accord, de fait, le wifi a pu être installé.
Quelle est cette étude dont le rectorat fait si bon usage ?

L’étude de la couverture wifi a posé de nombreuses autres questions techniques : combien de bornes fallait-il installer dans l’établissement ? Combien de tablettes ou de classes pouvaient être connectées à une même borne et en même temps ? De plus, nous nous posions des questions sur les choix à réaliser : la marque des tablettes ou le fait d’en faire des équipements individuels que les élèves peuvent ramener à la maison ou des équipements à stocker dans des unités mobiles au sein de l’établissement… Nous craignions aussi les vols ou la casse de tablette, même accidentelle. Nous avons donc sollicité le département du Jura pour des retours sur son expérimentation de prêt de tablette à chaque élève.
Département qui a renoncé à l'équipement individuel des élèves... Ce n'est pas signalé ici. :P

Nous avons fini par statuer : nous avons choisi d’éviter toute rupture pédagogique, de permettre aux élèves de refaire à la maison ce qui a été fait en classe ou de préparer des choses à la maison pour la séance suivante et puis nous avons voulu éviter de laisser sans équipement les familles les plus modestes qui n’auraient pas pu accéder seules à ces matériels souvent coûteux.
On a vu que jusqu'ici la pédagogie n'avait pas grand chose à voire ni avec l'équipement en tablettes ni avec leur déploiement...

Pour le second point :
- 98% des 12-17 ans sont connectés (Credoc, 2015) à Internet à domicile
- Les tablettes sont des équipement beaucoup moins coûteux en 2015.

Le choix d’autoriser les élèves (et les enseignants bien sûr) à emmener leur tablette à domicile a donc été une décision collégiale soumise à condition : afin de responsabiliser les usagers, nous avons incité les familles à prendre une assurance pour 15 euros par an pour un matériel de moins de 500 euros, avec 76 euros de franchise en cas d’incident. »
Une incitation... ou "un engagement" (voir plus) ? :scratch:

Le prix de la tablette en 2015 laisse songeur.

L'assurance s'élève donc 60€ pour une scolarité au collège.

Aux origines du projet… Une volonté conjointe et partagée

Equiper ces collèges de tablette, c’est aussi un choix politique fort et assumé dans le Haut-Rhin.
Qu'il s'agisse donc d'une "volonté conjointe et partagée" (sic), on peut donc se poser la question. Ce ne serait pas le premier département à équiper les élèves sans consulter les enseignants.

Lara Million, élue au Conseil départemental en tant que présidente de la première commission - la commission finances et budget - affirme que « ce sont bien là des choix à réaliser ». Ce projet tablettes engendre clairement des dépenses supplémentaires (environ 320 000 euros ont été dépensés pour la première vague d’équipement des trois collèges « préfigurateurs » et l’Etat a aidé la collectivité). Mais cette élue insiste sur l’idée que ce choix est surtout « une vision d’avenir portée par les élus ».
Les enseignants, en revanche...

On voit qu'avec l'équipement numérique, les collectivités locales s'arrogent des compétences pédagogiques. :santa:

Pour le reste, l'ensemble de l'équipement (bornes wifi comprises) des seuls élèves de 5e dans trois collèges reviendrait donc à environ 650€ par élève.

« Aujourd’hui, les jeunes utilisent constamment leur smartphone pour jouer et communiquer mais jamais pour la recherche, la documentation, la connaissance.
Ce n'est donc plus un problème d'équipement. :roll:

On notera que si le problème est dans l'utilisation du smartphone, on peut se demander quel est le sens d'un équipement redondant.

Or, on sait que cela reste un usage important dans le monde entier.
Il y a plein d'usages "dans le monde entier" qui n'ont pas leur place à l'école. On notera la grande pauvreté de l'argumentation.

Si on se trompe de vision aujourd’hui, si on loupe le coche, ce sera catastrophique demain !
Argument catastrophiste pour interdire toute critique. Et si équiper massivement les élèves de tablettes, c'était se tromper, comme le confirme le dernier rapport de l'OCDE ?

D’autres questionnements nous interpellent : bien sûr, nous restons attachés aux livres !
Mais pas au point d'en équiper les élèves, toute de même. :santa:

La tablette n’est qu’un outil, qui doit être utilisé à bon escient…
Et ça, rien ne peut le garantir comme nous avons pu le constater avec amusement dans le Jura.

Et rien ne se fait sans les enseignants : ce projet combine une volonté académique, une volonté politique mais aussi une volonté des professeurs d’accepter de faire cours différemment, en intégrant le numérique.
On a vu enthousiasme plus volontaire...

Maintenant, on a besoin d’un bilan car effectivement, c’est très cher. On a besoin de passer le cap de la réalisation des élèves. On sait déjà que ça leur redonne envie d’apprendre.
Le bilan est donc déjà tiré...

Il faudra approfondir et se poser la question des effets sur le long terme ».
Oui, ce serait bête d'y réfléchir avant.

Pour ce faire, il est également question de la formation des enseignants. L’année est déjà bien chargée avec les différentes formations liées à la réforme du collège 2016 et aux nouveaux programmes (cinq jours sur l’année, qui intègrent déjà la question du numérique pour certaines d’entre elles). La formation à l’usage des tablettes, c’est plutôt à l’académie de l’organiser. Ainsi, les tablettes ont été distribuées entre novembre et janvier et dès janvier, une première formation a été organisée et a concerné les enseignants touchés par le dispositif avec la prise en main concrète du matériel.
Ce "dès janvier" est très amusant. :P

En tout, sur l’année, le Ministère a prévu trois journées de formation spécifique pour les enseignants des collèges « préfigurateurs » nouvellement équipés de tablettes. Enfin, les ordres de mission délivrés par l’Académie pour la participation aux Net Journées de Strasbourg du 15 au 18 mars (divers ateliers autour du numérique), organisées par Itop, le prestataire de service des ENT en Alsace notamment, est le troisième volet de cette formation.
La formation pédagogique sera donc assurée par des non pédagogues...

Les tablettes : un formidable vecteur pour lutter contre les inégalités
L'article commençait par "Le numérique peut-il aider à réduire les inégalités à l’École ?"...

Les tablettes apportent-elles vraiment une plus-value pédagogique ? A partir du moment où les tablettes sont au service d’un réel projet pédagogique, elles constituent des outils adaptés à tous les apprenants sans exception.
Voilà qui est une affirmation très mesurée. :santa:

En effet, elles autorisent un affranchissement des manuels scolaires (qui peuvent encore rebuter certains élèves) et une très grande différenciation pédagogique.
Renoncer à ce qui est censé faire obstacle, c'est effectivement une grand progrès pédagogique. On se félicite ici, en toute simplicité, de l'abandon des manuels scolaires. Sans d'ailleurs savoir - visiblement - que le plan numérique suppose l'achat... de manuels numériques !

Les enseignants sont plus disponibles...
:shock:

... et les élèves gagnent paradoxalement en autonomie et en confiance.
Une affirmation d'une grande scientificité. :doc:

Le collège a été retenu pour ses nombreux projets pédagogiques certes, mais les élèves ont été extrêmement touchés à la réception des tablettes, d’autant plus que ce sont des tablettes d’excellentes qualités.
D'autant plus que les tablettes sont des produits de consommation et conçus comme tels. :fur

D’ailleurs, malgré les craintes initiales, aucun gros incident n’est à déplorer pour l’instant : ni vol, ni racket…
Une crainte par ailleurs fondée pour les manuels scolaires imprimés. :santa:

Finalement, la seule difficulté qui n’avait pas été anticipée, c’est que les élèves ne parviennent pas tous à mémoriser leurs codes d’accès et que des tablettes reviennent bloquées après plusieurs essais infructueux.

Monsieur Kula, le principal du collège Saint-Exupéry de Mulhouse, établit les premiers bilans : « la période d’observation est relativement courte pour l’instant, et donc le bilan pas forcément très objectif.
Bien résumé. :rirej

Mais ce que j’ai pu observer va dans le sens de l’esprit de l’établissement, un établissement innovant.
On comprend qu'on demande son avis... au chef d'établissement.

Les tablettes sont simplement un outil supplémentaire. Les élèves qui étaient encore en retrait malgré ce qui est proposé entrent plus facilement dans les apprentissages.
Quel diagnostic éclair ! :santa:

Ces tablettes apportent ainsi un attrait supplémentaire pour les enseignants. En effet, à partir du moment où on a un élève qui a énormément de difficultés dans la lecture, pourquoi ne pas tenter autre chose.
:shock:

Confirmation qu'il ne s'agit pas d'une opinion d'enseignant. Quand un élève de 5e a "énormément de difficultés dans la lecture", il serait stupide de s'intéresser aux causes de ce naufrage.

A quoi bon rester dans des méthodes anciennes, si ça ne marche pas ?
Le collège n'a pas vocation à apprendre à lire.

Quant à cet échec, on peut s'interroger sur les "méthodes" qui y ont conduit ("anciennes" vraiment ?), comme à la diminution dramatique des horaires de français en primaire et au collège), à la suppression du redoublement sans solution de remplacement, à la taille des classes. On peut aussi s'interroger, en dehors de l'école, sur la fréquentation... des écrans. :fur

L’objectif, c’est d’utiliser une tablette numérique pour proposer autre chose, pour que les élèves réussissent à s’en sortir.
Sans entrer dans la lecture...


C’est essentiel pour ceux qui sont dans l’échec mais ce n’est pas que pour eux. Ceux qui ont besoin de plus, on peut aussi leur donner plus à manger, c’est excellent pour la différenciation.
La "différenciation", parfaite "pour lutter contre les inégalités" ! :santa:

Et de conclure : « malgré un public difficile, c’est formidable de travailler ici, c’est un véritable bonheur. On n’a pratiquement pas d’enseignants qui demandent leur mutation, et cela, même avant les tablettes alors que l’établissement est classé en REP+ »
Tant mieux.

Pour conclure, s’il est trop tôt pour établir des bilans sur le long terme quant aux progrès des élèves, l’utilisation de ces tablettes au collège Saint-Exupéry semble déjà très positive.
Ce serait bête d'avoir dépensé des centaines de milliers d'euros en pure perte ! :santa:

Avec la poursuite du plan numérique pour l’éducation, en 2017, ce seront tous les élèves sans exception de l’établissement et des deux autres établissements « préfigurateurs » retenus par l’Académie de Strasbourg qui bénéficieront de tablettes, d’équipements et d’infrastructures numériques.
Avant même d'établir le bilan...

Pour Marc Neiss, DAN, l'importance de l'équipe pédagogique

Nous avons demandé à Marc Neiss, délégué académique au numérique (DAN) de Strasbourg comment s’était monté le projet tablettes pour le collège Saint-Exupéry et avec quels acteurs ?

"Ce projet constitue en fait la convergence de deux projets :
- le plan numérique pour l’éducation dans un premier temps ;
- une politique territoriale, celle du Département d’intégrer les tablettes dans les collèges", nous a-t-il dit.
Pas d'enseignant ici.

"Cela s’est fait conjointement avec la Délégation Académique au Numérique pour l’Education (DANE). On a demandé aux différents collèges intéressés de présenter un projet pédagogique : on a mis des tablettes là où une équipe pédagogique et une équipe de direction semblaient prêtes à monter de tels projets.
Un projet pédagogique d'établissement autour des tablettes ? :scratch:

En effet, la tablette vient en second temps : la tablette n’est qu’un outil, il y a toujours une justification pédagogique derrière.
On peut se poser la question...

La démarche n’est pas de dire « je vais utiliser une tablette pour faire tel ou tel enseignement mais plutôt l’inverse : je veux faire passer telle notion, comment puis-je utiliser la tablette pour y parvenir ? "
Sidérant numérisme, qui suppose donc que ce qui importe (dans l'esprit d'un délégué académique au numérique), c'est l'utilisation de la tablette ! :shock:

Le collège Saint-Exupéry a été retenu collège préfigurateur pour trois raisons. "Nous y avons vu trois avantages :
- de très nombreux projets des différentes équipes ont été proposés, nous avons ressenti un fort investissement de la part de ces équipes, pas moins de six projets sur plusieurs disciplines ont été rédigés : nous y avons vu un facteur de réussite essentiel ;
Pas d'exemples de "projets".

- de plus, l’équipe de direction est porteuse, c’est une équipe prête et motivée ;
- enfin, dans chaque établissement il y a une personne ressource au numérique (cette personne a pour mission de s’occuper de la maintenance informatique au sein de ce collège) et cette personne, dans ce collège, est suffisamment conséquente pour s’investir dans ce projet qui demande beaucoup de travail.
Bon courage à elle !

En somme, nous avions les bons ingrédients pour que la recette prenne ; après c’est comme en cuisine, il faut le tour de main, c’est l’humain qui prédomine…"

Marc Neiss croit voir déjà de premiers effets de la mise en place du projet. ''Ca ne fait que deux bons mois que les élèves ont les tablettes. Nous n’avons pas encore suffisamment de recul sur les impacts pédagogiques à long terme. Par contre, on constate quelques éléments positifs, divers facteurs sont déjà visibles : le facteur motivation est indéniable.
La découverte de la nouveauté, plutôt...

On peut facilement "motiver" des élèves... en dégradant les apprentissages

C’est une condition nécessaire pour pouvoir travailler. Or, avec les tablettes, les élèves sont très engagés dans la tâche.
Et dans les applications ludiques (voire interdites aux moins de 17 ans !). :P

L’autre bilan que nous pouvons faire est également très positif : du point de vue des équipes, on remarque qu’elles ont su de suite inventer de nouvelles formes pédagogiques très innovantes. Comme vous avez pu le voir dans les classes, on continue de disséquer comme avant en SVT mais on le fait avec une approche différente.
On dissèque... sur une tablette. :mrgreen:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Netjournées : La tablette interdisciplinaire en Eps et SVT" (Café pédagogique) 22 Mar 2016 21:44 #16203

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 13363
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.094 secondes
Propulsé par Kunena