Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Les SMS

Les SMS 19 Jui 2013 23:13 #6448

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
A lire dans le "Café Pédagogique" du 19/06/13 : "Quand Petite Poucette écrit" par J.-M. Le Baut.

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Quand Petite Poucette écrit" (Café Pédagogique) 19 Jui 2013 23:13 #6449

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Commentaires à venir.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le numérique ne tue pas l'écrit lycéen, au contraire" (Café pédagogique) 18 Déc 2013 09:59 #8875

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
A lire dans le "Café pédagogique" ce compte-rendu de thèse rassurant : "Le numérique ne tue pas l'écrit lycéen, au contraire" (18/12/13)

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Le numérique ne tue pas l'écrit lycéen, au contraire" (Café pédagogique) 18 Déc 2013 10:00 #8876

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Voilà qui appellerait bien quelques commentaires.

A voir aussi : www.carnetsdegeographes.org/carnets_terr..._03_05_Schneider.php
culturedel.info/grcdi/?page_id=80

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Les SMS ne doivent plus faire peur" (Café pédagogique) 06 Mar 2014 11:17 #9786

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
A lire dans le "Café pédagogique" du 6/03/14 : "Les SMS ne doivent plus faire peur".

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Les SMS ne doivent plus faire peur" (Café pédagogique) 06 Mar 2014 11:33 #9787

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
François Jarraud est en retard d'une révolution technologique : les SMS sont passés de mode.

Une étude réalisée par Josie Bernicot , professeure à l'université de Poitiers, pour le Centre Henri Aigueperse, sur un échantillon de jeunes collégiens apporte des réponses rassurantes. Il n'y a pas de corrélation entre l'utilisation du langage SMS et une baisse de niveau en orthographe.
C'est effectivement un faux problème, les élèves ayant bien compris (à de très rares exceptions près) que le "langage" SMS était à part.

"Moi oui de toute façon moi toujour sinon jtdg jtdg jtdg g g g g" Pour beaucoup d'adultes, le langage SMS est d'abord une langue étrangère. Pour les professeurs de lettres, sur qui repose en grande partie l'acquisition de l'orthographe, c'est souvent un motif d'inquiétude. La langue des SMS ignore les règles grammaticales usuelles et joue avec le vocabulaire.
Il faut dire que la syntaxe d'une phrase complexe a rarement sa place dans un SMS. :santa:

Beaucoup pensent que cette langue écrite différente a une influence négative sur l'apprentissage de la langue écrite à l'école et considère les SMS comme une forme dégradée de l'écrit que les élèves seraient tentés d'utiliser dans toutes les circonstances.
En toutes circonstances, non, mais "dégradée" certainement. Mais non : il y a absence de jugement ("cette langue écrite différente") : toutes les "langues" se valent.

En vérité le SMS n'a qu'un génie relatif : il s'agit non pas de créer une langue nouvelle, mais de retranscrire de façon abrégée, pratique et éventuellement hermétique l'écrit d'une langue existante. Il s'apparente davantage à une sorte de code, comme le morse par exemple.

Par ailleurs considérer qu'il s'agit d'une langue "écrite" est largement abusif : les SMS se caractérisent précisément par leur brièveté, leur absence de composition en tant que textes ou leur construction syntaxique minimale. Avec les réseaux sociaux (qui prennent le pas sur les SMS), le texte lui-même régresse dans les échanges (pokes, retweets, likes, photos et films, smileys etc.).

En clair, avec les SMS les élèves perdraient leur orthographe.
Difficile de croire en tout cas qu'ils l'entretiennent. :roll:

C'est cette hypothèse que Josie Bernicot, université de Poitiers, a voulu vérifier. Elle a sélectionné 19 jeunes de 11 ou 12 ans, c'est à dire débutants dans l'apprentissage du français classique et du SMS, qui se sont vu offrir un téléphone portable en échange d'une analyse systématique de leurs SMS.
A onze ou douze ans on "débute" dans "l'apprentissage du français classique" ? :shock:

Un "étude" fondée sur 19 jeunes ? :shock:

Une "étude" qui offre un téléphone portable ? :shock:


Ces jeunes produisent en moyenne 435 SMS par semaine et au total plus de 5000 SMS ont été décryptés.
Une demi-journée de SMS par élève, en somme.

Malgré cette masse de SMS, J Bernicot ne trouve pas de corrélation entre l'usage des SMS et l'évolution du niveau orthographique.
C'est-à-dire qu'à onze ou douze ans on est déjà un élève avec des difficultés orthographiques ou pas.

"Conformément à notre hypothèse, les enfants produisent deux types de textismes (Un textisme est défini comme un changement dans la forme orthographique d’un mot par rapport à l’écrit traditionnel)", nous dit-elle. "Ces deux types de textismes sont produits en proportion égale et n’ont pas la même évolution avec la pratique : seuls les textismes en rupture avec le code augmente avec la pratique... Conformément à notre hypothèse le lien entre le niveau en orthographe traditionnelle et les textismes varie avec le type de textismes considéré. Aucune corrélation n’est mise en évidence entre les différents scores en orthographe et les textismes en accord avec le code. Des corrélations positives existent aux trimestres 1 et 2 entre le score d’orthographe d’usage et les textismes en rupture avec le code ; elles disparaissent aux trimestre 3 et 4. La répartition des élèves en deux groupes (fort/faible en orthographe d’usage) montre que les élèves faibles en orthographe d’usage ont un apprentissage plus lent des textismes en rupture que les élèves forts en orthographe d’usage. Le groupe fort a d’emblée une production élevée de textismes en rupture. Dès le premier trimestre de pratique des SMS, les bons élèves en écrit traditionnel utilisent les formes spécifiques du registre SMS (textismes en rupture) tout en continuant à rester bons élèves en écrit traditionnel toute l’année. Ils appliquent donc chaque registre à la situation sociale appropriée".
Maîtriser une langue permet plus facilement d'en maîtriser d'autres : quelle découverte ! :cheers:

La conclusion donnée par J Bernicot est toute d'optimisme. " Les enseignants dont le rôle est d’apprendre la langue écrite traditionnelle à des élèves n’ont aucune raison d’avoir « peur » des SMS ou de les percevoir comme une menace. Cette nouvelle pratique est une occasion de s’exercer à de nouvelles correspondances phonème-graphème qui peuvent rendre plus souple le système cognitif et améliorer la fonction symbolique.
C'est-à-dire que "s'exercer" à la correspondance graphophonologique en 6e-5e plutôt qu'en CP-CE1 est légèrement inquiétant. :shock:

Prenons l'exemple cité, au passage : ""Moi oui de toute façon moi toujour sinon jtdg jtdg jtdg g g g g".
C'est vrai qu'écrire "toujour" sans s ou "jtdg" permet de s'exercer à la correspondance grapho-phonologique et à la segmentation des mots de niveau CP ("je-ta-dore-grave"). Ne parlons pas de la syntaxe ou du registre de langue...

Il faut aussi souligner que si dans les SMS, 52% de mots contiennent des textismes, les 48% restants sont écrits selon les règles traditionnelles. Enfin, en partant de la constatation que les élèves pratiquent cette forme de communication (en écriture comme en lecture) avec facilité et enthousiasme (cf. chapitre 2), qu’un pourcentage important d’élèves possède un téléphone mobile (l’une des nouvelles technologies les moins onéreuses), le téléphone mobile et les SMS pourraient être utilisés comme support d’apprentissages scolaires".
Cette "forme de communication 'en écriture comme en lecture" est une forme tout à fait développée et a pleinement sa place dans la classe. :santa:

Nul doute que les élèves conserveront d'ailleurs leur "enthousiasme" à utiliser leurs portable comme "support d'apprentissage". :santa:

Mais là c'est peut-être aller loin au regard des règlements intérieurs des établissements...
Évidemment François Jarraud ne s'interroge pas sur les raisons des interdictions. Le numérisme, c'est l'absence de tout regard critique sur les objets numériques.

A lire sur le sujet :
- www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/5...es-de-multiplication
- www.laviemoderne.net/mirabilia/59-l-intelligence-en-boite

Des exemples de tweets de lycéens :
- www.laviemoderne.net/mirabilia/47-la-bac-attitude
- www.laviemoderne.net/mirabilia/50-doit-faire-cest-preuve
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Orthographe des ados : c'est pas la faute des SMS" (Libération) 18 Mar 2014 14:11 #9925

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 662
A lire dans "Libération" du 18/03/14 : "Orthographe des ados : c'est pas la faute des SMS" (18/03/14)

Connectez-vous pour voir le message entier.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Orthographe des ados : c'est pas la faute des SMS" (Libération) 18 Mar 2014 14:18 #9926

  • archeboc
  • Portrait de archeboc
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Messages : 662
c'est pas la faute des SMS

Ce n'est pas la faute des SMS
Des chercheurs ont établi que l'écriture de textos en abrégé n'a pas d'incidence sur le niveau de français des jeunes. [...] Ces travaux sont publiés dans la revue Journal of Computer Assisted Learning.

Qui paye la publication de cette revue ?

Au passage, on aimerait une étude de corrélation entre le niveau d'orthographe et l'exposition aux écrans.

Dans la même livraison de Libé : Grammaire de SMS «littéraire»
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Orthographe des ados : c'est pas la faute des SMS" (Libération) 18 Mar 2014 23:47 #9930

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
archeboc dit:
Qui paye la publication de cette revue ?

C'est la même revue qui a démontré que "Twitter en cours favoriserait la réussite scolaire"...

J'avais déjà fait quelques recherches. :devil:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Ecrire « SMS » ne nuit pas à l’orthographe" (Peut mieux faire) 19 Mar 2014 10:37 #9939

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Et sur le blog "Peut mieux faire" du "Monde" par Aurélie Collas : "Ecrire « SMS » ne nuit pas à l’orthographe"

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Ecrire « SMS » ne nuit pas à l’orthographe" (Peut mieux faire) 20 Mar 2014 22:40 #9954

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Sur le SMS cité par le "Café pédagogique", je recommande la lecture de cette exégèse supposée démontrer que l'écriture sous forme de SMS offre "une plus grande diversité" (de "modèles de syntaxe") "que les modèles scolaires" :

"Moi oui de toute façon moi toujour sinon jtdg jtdg jtdg g g g g" où l'on a bien plusieurs structures prédicatives ("Moi / oui -- [de toute façon] moi / toujour") mais où l'unique phrase verbale est livrée sous une forme d'abréviation, un agrégat où même le cave reconnaît "jt-" et qui peut faire penser aux langues dont les mots verbaux portent des indices des actants. Le tout constitue un énoncé dont l'architecture mérite une analyse précise.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Les SMS, une menace pour l'orthographe des adolescents ?" (CNRS) 25 Mar 2014 13:08 #10013

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
L'étude a fait l'objet d'un communiqué du CNRS du 18/03/2014.

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Que les SMS essaiment" 02 Avr 2014 10:19 #10097

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vie écrite des ados" (Place de la toile) 07 Avr 2014 11:57 #10129

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
A écouter dans "Place de la toile" sur "France Culture" du 05/04/14 : "La vie écrite des ados".

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La vie écrite des ados" (Place de la toile) 07 Avr 2014 20:56 #10132

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
L'étude de Mme Schneider concerne des lycéens en seconde.

Bizarrement ni Xavier de la Porte ni Elisabeth Schneider ne savent que l'équipement massif des adolescents en téléphone portable (et même en smartphone) commence bien avant la seconde.
XdP - Une lecture qui va bien souvent - et c'est ça qui est passionnant - à l'encontre d'un discours simpliste qu'on a sur ces pratiques-là. [...]
ES - C'est la question d'avoir été enseignante, et en particulier en ZEP, avec des élèves qui avaient des pratiques d'écriture, qui écrivaient beaucoup et sur lesquels on avait des discours qui étaient très négatifs...
XdP - "On", c'est qui ? c'est les profs ?
ED - Oui, et puis socialement. C'est-à-dire "Ils n'écrivent plus", "On n'arrive pas à les faire écrire au-delà de trois lignes", voilà. Et effectivement l'arrivée du téléphone portable, c'était la "catastrophe assurée". On ne pouvait du coup plus rien faire et l'orthographe était perdue.
XdP - Dès le départ il y a l'idée d'interroger en profondeur un discours commun et de voir s'il correspond ou pas à une réalité des pratiques.
ES - Oui parce que c'était quelque chose qui me frappait, c'est que par exemple des jeunes que je connaissais, je savais que les adultes autour d'eux voyaient les mêmes choses que moi et pourtant ils étaient aussi pris dans des discours très négatifs. Comme si on acceptait la contradiction, c'est-à-dire de porter un jugement qui est en contradiction avec la réalité.
Forcément, il faudrait s'entendre sur le sens d'écrire : communiquer... ou bien écrire une phrase correctement, écrire une phrase complexe, écrire un texte complet, écrire un texte narratif, argumentatif etc...

On peut imaginer que les enseignants portent un jugement fondé sur l'expérience du réel au lieu de leur dénier toute possibilité de diagnostic. :roll:
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Un roman policier en SMS en seconde pro" (Café pédagogique) 07 Mai 2014 14:06 #10400

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Dans le "Café pédagogique" du 07/05/14 : "Un roman policier en SMS en seconde pro"

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Un roman policier en SMS en seconde pro" (Café pédagogique) 07 Mai 2014 14:55 #10401

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Le roman policier : un sous-genre littéraire ? Les smartphones en classe : à interdire ? Les SMS : responsables de la décadence de la langue française ? Le numérique à l’Ecole : « Je n’y crois pas comme outil de motivation » (une intervenante dans un récent colloque sur l’éducation prioritaire) ? Rien de tel qu’un projet pédagogique pour réfuter les préjugés
Parce qu'il s'agit, en toute simplicité, avec un travail de classe, de montrer que le roman policier est un vrai genre littéraire ? :shock:

Et en quoi les smartphones sont-ils rendus utiles en classe dans cette expérience, à part pour accréditer l'idée qu'ils sont utiles en classe ?

Vivent les "préjugés" réfutés ! :cheers:

Le projet est né d’une réalité pédagogique : les résistances des élèves à entrer dans l’écrit et parfois le refus lié à des situations d’échec répétées ; les modalités de l’écrit scolaire vécues comme de véritables repoussoirs et donc une performance à l’écrit très médiocre. Il se donne une finalité : faire entrer les élèves dans l’écrit (obligation des programmes de français) par le biais d’une activité socialement inscrite (la diffusion du feuilleton, l’échange avec l’extérieur de la classe) et aux enjeux scolaires moins explicites (écriture créative et récréative).
"Les modalités de l'écrit scolaire"... "véritables repoussoirs" ? Il a déjà été proposé à ces élèves d'étudier le roman policier en 5e... :scratch:

Il prend place dans le cadre de l’accompagnement personnalisé...
Avec trente élèves. :doc:

...dispositif dont l’objectif est précisément de mettre en œuvre des actions permettant d’apprendre autrement en ciblant des compétences particulières.
D'autant plus ciblées qu'elles sont vagues.

Y participent 30 élèves de Seconde Bac pro provenant de toutes les classes du lycée : Commerce, Gestion administrative, Accueil, Marchandisage visuel. L’atelier est présenté en début d’année parmi 5 autres ateliers et l’inscription dans celui-ci se fait après expression d’un choix (choix 1 ou choix 2). L’encadrement et l’animation sont assurés par un écrivain- intervenant et 2 enseignantes de français qui en dehors de cet atelier n’ont pas les élèves concernés (sauf quelques élèves de Commerce pour une enseignante).
Un budget est-il nécessaire pour l'intervention de l'écrivain ?

En quoi consiste le projet ?

Il s’agit d’un atelier d’écriture : les élèves sont amenés à écrire un feuilleton policier...
Un feuilleton rédigé par trente élèves, donc.

...et à le diffuser de façon hebdomadaire par SMS à un cercle de 220 abonnés dont ils ont collecté les numéros - anonymes - (autres élèves et personnel de l’établissement, familles, amis).
Quel intérêt de diffuser un feuilleton par SMS ? :shock:

Et en quoi cette diffusion nécessite-t-elle d'avoir lieu en classe ? :scratch:

Le thème retenu est la ville du futur. Le projet conduit aussi à animer un blog hébergé chez « Ecrireleurope », structure support. Les objectifs sont les suivants : se lancer dans une écriture au long cours...
Mais sans le travail de composition d'ensemble, puisqu'il s'agit d'un feuilleton (d'où le caractère en même temps décousu et répétitif des épisodes).

; renouer – ou dénouer- avec l’écrit ;
A trente et un épisode de cent mots en moyenne par semaine, soit trois mots par élève pour deux heures d'AP.

utiliser l’outil numérique ;
Un objectif en soi. :doc:

normaliser dans le cadre de l’école le téléphone portable par une utilisation motivée ;
Eh oui... c'est le but !

...varier les modalités et types d’écrit pour répondre aux besoins et aux souhaits des élèves.
En l'occurrence un même feuilleton d'un même genre littéraire pendant un an, ce n'est guère varié.

Plusieurs groupes de travail ont été définis : quelles sont leurs tâches respectives ? comment concrètement ces activités sont-elles conduites ?

A l’usage, 3 groupes ont été constitués : écriture des épisodes ; animation du blog ; communication auprès des médias (radio, télévision, journal local) et diffusion de l’épisode de la semaine par SMS.
Un seul groupe pourra donc "renouer - dénouer - avec l'écrit" chaque semaine ? :shock:

Le travail des deux autres groupes semble écrasant deux heures par semaine.

L’atelier est mis en œuvre tous les mardis de 10h à 12h dans deux salles à côté l’une de l’autre. Le groupe des rédacteurs du feuilleton travaille dans une salle avec l’écrivain. Les 2 autres groupes travaillent avec les 2 enseignantes dans l’autre salle, équipée de postes informatiques pour chaque élève. Une petite salle avec téléphone est aussi utilisée pour les prises de contact téléphonique.
Avec qui ? :scratch:

Une "salle avec téléphone" ?

La constitution des groupes n’est pas figée, la mobilité s’organise d’elle-même.

Le projet est original parce qu’il déroule un atelier d’écriture au sein d’un lycée professionnel, dispositif encore peu usité en France : comment les élèves parviennent-ils à tisser cette histoire policière ? de manière générale, en quoi l’écriture créative vous semble-t-elle une activité particulièrement formatrice et intéressante ?
En soi un atelier d'écriture n'a rien d'original. Ici c'est un atelier peu valorisant puisque ne proposant pas un travail d'écriture individuel. Mais ce que le "Café" retient surtout, c'est son innovantitude : "Un roman policier en SMS" ! :doc:

Le protocole d’écriture adopté par l’écrivain est le suivant. Dans un 1er temps, il a proposé 3 synopsis autour du thème « la ville du futur » : le choix a été effectué collégialement.
Le synopsis ne fait pas l'objet d'un travail des élèves ?

Dans un 2ème temps s’opère progressivement la rédaction : 2 épisodes sont écrits chaque semaine, l’écrivain joue le rôle d’un chef d’orchestre, l’œuvre est construite collectivement, un élève saisit le texte en train de s’écrire, qui est vidéoprojeté à l’ensemble du groupe. Ce guidage souple hors enjeu scolaire redonne confiance à l’élève, libère sa créativité par l’assurance gagnée. Le travail mené enrichit le vocabulaire et permet une réflexion sur la langue en situation d’échanges.
En précisant que chaque épisode compte en moyenne.. une centaine de mots.

Le projet est aussi original par les modalités mêmes de l’écriture, en l’occurrence des SMS : pouvez-vous expliquer comment fonctionne précisément le dispositif ?

La diffusion des épisodes du feuilleton intitulé « Prise d’otages à Marbourg » a commencé 15 jours après le démarrage de l’écriture (4 épisodes d’avance) à raison d’un épisode envoyé chaque semaine à partir d’un téléphone portable un peu « antique » (matériel du lycée) : un élève saisit l’épisode imprimé sur un smartphone, puis l’envoie au téléphone dédié (le téléphone du lycée) dans lequel tous les numéros des abonnés ont été rentrés par liste de 10.
Voilà qui est prodigieusement simple et intéressant.

L’envoi des 22 listes prend 1 h 30 environ et occupe 1 élève ou 2 qui se relaient.
Une tâche passionnante et profitable.

Quels sont les intérêts spécifiques d’une telle écriture SMS qui fait le choix de la brièveté et du smartphone ?

Le premier intérêt est technique, car cela permet d’envoyer les épisodes en un seul SMS.
Eh oui : on ne peut simplement choisir la brièveté. Il faut qu'elle soit imposée par la technique.

Le second est de travailler une écriture à contrainte, celle de la concision. Chaque épisode doit faire avancer l’histoire tout en maintenant le suspens, le vocabulaire doit donc être très précis ; il fait l’objet d’une véritable recherche. Le troisième intérêt est de maintenir la motivation des élèves qui accomplissent la tâche de rédaction relativement rapidement et voient le résultat (un épisode en une heure environ) tout en s’inscrivant dans le temps long qu’est l’année scolaire (nécessité d’écrire plus de 20 épisodes). Le smartphone permet de toucher des publics relativement jeunes qui vivent avec cet outil en permanence.
Ils doivent se sentir vraiment touchés !

L’activité menée invite par ailleurs à utiliser l’objet en classe comme un auxiliaire et non comme un élément perturbateur.
Quelle idée, voyons.

Au final, quel bilan tirent de l’expérience les élèves et les enseignantes ?

Les élèves sont motivés car valorisés, ils sont fiers du résultat obtenu.
Valorisés par quoi ? :scratch:

Pour continuer à valoriser leur travail, il est prévu une lecture publique (dans la salle polyvalente de l’établissement) de l’ensemble du feuilleton à la fin de l’année scolaire (au mois de mai) lors de laquelle le dernier épisode sera livré. Ils sont motivés également car libérés de la pression scolaire : ils disent entrer plus facilement dans l’écrit parce qu’ils sont encadrés par une autre personne que les enseignantes.
Finalement pour libérer les élèves de la pression scolaire, il faut simplement les faire sortir de l'école.

Pour les enseignantes, le bilan est très positif. Les élèves sont très mobilisés par le projet, ils sont présents et investis, ce qui n’est a priori par acquis en AP.
Ah bon ? :mrgreen:

La motivation et l’investissement des élèves ne faiblissent pas sur un créneau sur lequel habituellement il est difficile de maintenir l’assiduité et l’intérêt. La confiance est retrouvée pour des élèves qui avaient des difficultés à entrer dans l’écrit : tous ont souhaité à un moment ou un autre faire partie de l’équipe de rédacteurs. Le travail en équipe entre élèves qui, venant de classes différentes, ne se connaissaient pas a favorisé l’entraide et la cohésion au fur et à mesure de l’avancement du projet car le seul objectif de tous était la réussite de l’action entreprise.
C'est beau. :santa:

Sur "France 3" : midi-pyrenees.france3.fr/2014/02/11/le-m...e-mirail-413431.html
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"Un roman policier en SMS en seconde pro" (Café pédagogique) 07 Mai 2014 14:56 #10402

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Un épisode intéressant :

Assis, le Maire lit à haute voix :

« Démolir tous les immeubles pour les construire avec maximum quatre étages, uniquement des grands appartements. Des salaires élevés pour tout le monde. Des stations de téléportation pour circuler dans la ville. Pas de séparation entre les riches et les pauvres et les mêmes chances pour tous à la naissance. »

Le Maire sort de ses gonds et déchire de rage les documents.

- N’importe quoi ! s’énerve t-il, je refuse de coopérer.

Regard glacial, Sarah se précipite vers Murielle qui sursaute. Elle saisit la Maire-adjointe par le bras et la tire jusqu’à la porte.

- C’est la première qui va y passer, ricane Sarah en sortant avec son otage.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"45 élèves/45 romans avec Didapages" (EducaVox) 08 Mai 2014 08:32 #10411

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Certains enseignants proposent à leurs élèves du primaire d'écrire leur propre roman : "45 élèves/45 romans avec Didapages" sur "EducaVox" du 7/05/14.

Le travail est déjà bien plus considérable (texte individuel, images).

Mais pourquoi donner aux élèves l'illusion qu'ils ont écrit un "roman" et qu'ils sont "romanciers" ? qu'un roman se compose de cinq chapitres avec une douzaine de lignes et qu'il comporte des images ? Parce que composer un "album" n'est pas assez valorisant ?
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

" Les pratiques des SMS des élèves" (Eduscol) 14 Mai 2014 11:56 #10492

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Sur Eduscol (12/05/14) : eduscol.education.fr/numerique/actualite...s-des-sms-des-eleves

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"La photo : le nouveau langage SMS ?" (RSLN) 26 Jui 2014 18:18 #11079

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Pour prolonger la conclusion de notre article : "La photo : le nouveau langage SMS ?" sur "RSLN" du 25/06/14.

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'écriture SMS serait utile à l'orthographe et à la grammaire" (ActuaLitté) 01 Sep 2014 22:11 #11531

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
Sur "ActuaLitté" du 01/09/14 : "L'écriture SMS serait utile à l'orthographe et à la grammaire".

Connectez-vous pour voir le message entier.
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

"L'écriture SMS serait utile à l'orthographe et à la grammaire" (ActuaLitté) 01 Sep 2014 22:15 #11532

  • Loys
  • Portrait de Loys
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 12932
L'écriture SMS serait utile à l'orthographe et à la grammaire

En tout cas, elle ne produirait pas une génération d'illettrés
Ce qui n'est pas tout à fait la même chose...

Un an plus tard, un test similaire, ne comportant toutefois pas les mêmes questions, fut à nouveau proposé aux élèves : si ceux du primaire sont victimes de lacunes en ponctuation, impossible de conclure que les autres élèves ont vu leur niveau baisser suite à l'écriture particulière des textos. « Les transgressions grammaticales des élèves du primaire et du lycée, les omissions de ponctuation et les abréviations des lycéens ont toutes été associées avec un développement plus rapide et plus efficace de l'orthographe », assurent les professeurs.
Rien d'étonnant en effet. Les élèves les plus intelligents sont les plus à même d'utiliser un code parallèle.

Le problème, c'est de renverser le lien de cause à effet...
Ce qui est moderne peut (aussi) être idiot.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Temps de génération de la page : 0.339 secondes
Propulsé par Kunena