Manuels numériques ou imprimés

Plus d'informations
19 Aoû 2012 20:36 - 15 Avr 2014 21:47 #1163 par Loys
Manuels numériques ou imprimés a été créé par Loys
A lire sur "Atlantico", l'article "Les tablettes numériques sont-elles l’avenir des manuels scolaires ?" du 16 août 2012.


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Aoû 2012 21:29 #1164 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
Commentons quelque peu...

Les tablettes numériques sont-elles l’avenir des manuels scolaires ?

Stricto sensu, il y a peu de chance puisqu'elles ont vocation à les remplacer. :mrgreen:

La présentation de l’application "Author Books" par Apple mi-janvier a marqué une étape dans le développement d’outils pédagogiques numériques.

Car c'est Apple qui initie les réformes pédagogiques dans le monde, dans l'intérêt des seuls élèves bien sûr.

Mais elle ne résout pas les questions de coût et d’éthique que pose la conversion des manuels scolaires en support digitaux, un chantier qui ne fait que commencer.

Remplacer les livres de classe par des tablettes numériques : depuis l’avènement de l’iPad en 2008, la question agite les milieux éducatifs.

Heu... non. :scr:

La nécessité d’une évolution de l’école vers le numérique semble intériorisée, et nombre de pays ont commencé à équiper leurs écoles d’outils pédagogiques numériques.

Et qu'est-ce qui justifie cette "nécessité d'une évolution de l'école vers le numérique" ?

Mais peut-être que si une telle "nécessité" est intériorisée, ce n'est pas par hasard...



Quand à l'équipement de certains pays dans le monde, on peut avoir quelques doutes. C'est pas grave, on leur refilera nos vieux manuels.

Mais l’opportunité et la possibilité d’équiper chaque élève d’un iPad font débat.

Pas dans tous les départements : http://www.lemondeinformatique.fr/actua ... 32210.html

Lors de sa conférence "Reinventing Textbooks” mi-janvier, Apple a présenté une nouvelle application, baptisée "Author iBooks", qui permet aux éditeurs de produire des manuels interactifs avec vidéo, audio, voire même des graphismes rotatifs en 3D, qui s’activent au simple toucher d’un doigt.

Ouaaaahh ! Lire Les Travailleurs de la mer avec des vidéos, des titres qui clignotent et des graphismes rotatifs 3D, ça va déchirer !

De quoi offrir des explications que les élèves pourraient intérioriser plus facilement, à tout âge.

On se demande même comment faisaient les générations précédentes... :roll:

Pour accéder à ces nouveaux supports numériques sur iPad, une application gratuite, iBooks 2, est à télécharger sur l’Apple Store de l’école. Les manuels interactifs peuvent ensuite être achetés sur iTunes ou l’Apple Store en ligne, pour environ 15 dollars chacun ou moins. Soit un septième du prix moyen d’un manuel américain aujourd’hui.

Apple ayant l'habitude conserver le prix de ses produits en euros, on n'est pas très loin du prix moyen d'un manuel en France. On aurait pu s'attendre à des économies plus substantielles, mais il faut bien que Apple prenne une marge : de combien est-elle exactement ? Et au fait : à l'heure du numérique, pourquoi continuer à vendre à l'ancienne des manuels pour chaque discipline ? Ce n'est pas parce que c'est plus rentable, bien sûr.

Autre question : un manuel numérique est vendu avec une licence à vie (comme un manuel papier finalement) ou pour un an, à la manières des semences génétiquement modifiées pour n'être utilisables qu'un an ? :twisted:

J'aime beaucoup l'"application gratuite" qui permet... d'acheter des manuels interactifs. :mrgreen:

Le concept même de manuel interactif est lui-même intéressant : il suppose qu'il n'y a pas d'interaction entre un manuel traditionnel et l'élève. Lire et comprendre, ce n'est pas interagir avec le manuel.

Les études sur l’efficacité des supports numériques, notamment ceux d’Apple, se multiplient. Des chercheurs viennent de comparer la performance de deux groupes d'enfants au cours d'une année à l'école d'Amelia Earhart Orient à Riverside, en Californie. Deux groupes d’élèves ont été constitués : un premier groupe a utilisé un manuel d’algèbre classique, l’autre un iPad avec une version numérique du même programme de calcul. Le résultat a été net : à la fin de l'année, 78% des élèves utilisant le support interactif ont obtenu une évaluation "expérimenté" ou "avancé", contre seulement 59% des élèves ayant appris le même programme sur un livre scolaire standard.

Le protocole de cette unique expérience, menée pendant une seule année, n'est guère détaillé : en revanche il est bon de savoir que cette expérience avec un manuel numérique... a été menée par l'éditeur du manuel lui-même ! Voilà qui inspire confiance. :mrgreen:

Source : http://www.hmhco.com/content/student-ma ... orms-class

Au passage le prix du manuel numérique dont il est question, "HMH Fuse" est de $59,95. Le manuel n'est évidemment utilisable que sur un seul appareil. Il occupe un volume de 4-6GB... sur un iPad de 16GB dans la version la moins chère (500€) !

Pour une version 64GB plus proche d'un ordinateur à proprement parler, il faut plutôt compter 700€ (en Wifi seulement).

Concrètement, les manuels interactifs peuvent offrir des didacticiels vidéo, un enseignement plus personnalisé...

Car, comme chacun sait, un cours sur un écran Rétina est infiniment plus personnalisée qu'un cours donné par un être humain.

...un accès instantané aux outils d'évaluation et aux ressources pédagogiques...

Avant l'accès aux ressources était compliqué, il fallait ouvrir le manuel.

...et permettent d’échanger via les réseaux sociaux avec des élèves d’autres établissements du pays.

Réseaux sociaux qui sont - pour le plus célèbre d'entre eux - interdits aux moins de treize ans. Une interdiction inadmissible !

Des recherches dans des bases de données publiques sont également possibles directement depuis le manuel...

Car il n'y a pas assez de ressources dans un seul manuel pour un élève, c'est évident. Il lui faut accéder à l'infini.

...alors qu’une fois dans la salle de classe, les étudiants peuvent synchroniser leur livre numérique avec les ordinateurs de leurs enseignants.

Au lieu de synchroniser bêtement leur pensée avec lui...

Pourtant, les manuels numériques ne représentent que 2,8% du marché des manuels scolaires aux États-Unis. En cause, d’abord, des questions logistiques : il faut des équipements informatiques suffisamment puissants pour gérer des classes entières utilisant des manuels numériques, ce dont ne dispose pas la très large majorité des écoles.

Le seul problème du manuel numérique finalement, c'est le sous-équipement en manuels numériques. :twisted:

Mais se pose surtout une question de coût...

Noooon ????!!! :transpi

les prix des tablettes vont peut-être baisser à terme, mais que pour l’instant, l’iPad se vend encore à 500 dollars l’unité outre-Atlantique, contre entre 75 et 100 dollars pour un manuel scolaire américain moyen.

En France, 500 euros permettent d'acheter des manuels pour trois-quatre élèves, manuels qui peuvent être conservés pendant cinq ou six ans, voire plus.

Même en donnant une réduction groupée à chaque école, en admettant qu’elle débourse 100 dollars pour un iPad, il faut encore compter sur des questions d’amortissement : un manuel scolaire dure en général cinq ans, et se transmet d’un élève à l’autre.

Comme je le disais. Et la durée de vie d'un iPad garanti un an, il y a des études à ce sujet ? :mrgreen:

Avec les risques de panne ou de casse, notamment dans les mains des plus jeunes, ou tout simplement d’usure, un iPad a peu de chances de survivre aussi longtemps. Et coûte donc pour l’instant plus cher, quoiqu’il arrive.

A ce prix, n'oublions pas le vol... :rirej

Et ne parlons pas des problèmes d'autonomie de batterie.

Quand bien même le coût serait abaissé, le risque d’une éducation digitale à deux vitesses grandi : les tablettes seront achetées par les écoles les plus riches ou les parents les plus aisés. On imagine mal des classes scindées en deux, entre les élèves qui peuvent se faire payer une tablette, et ceux qui doivent se contenter d’un livre papier, des conséquences à long terme pouvant en découler. Il y a donc de quoi approfondir les inégalités des systèmes scolaires, qui, comme notamment en France ou aux Etats-Unis en comptent déjà beaucoup, tout enjeu numérique mis à part.

Pas sûr que les élèves avec tablettes soient si avantagés que ça. A lire à ce sujet : http://www.vousnousils.fr/2012/02/28/pa ... bay-522349

Confort de travail

Par delà la question financière, se pose celle du confort de travail avec une tablette ou un manuel numérique, notamment pendant une session de travail prolongée de plusieurs heures. Les écrans LCD ne sont pas franchement faits pour une lecture approfondie, qui peut comporter des dangers pour la vue des élèves, bien que les avis des ophtalmologistes ne soient pas unanimes sur le sujet.

Le lobbying d'Apple est encore perfectible. Et ce n'est pas comme si les enfants étaient face à un écran en permanence déjà chez eux.

Des questions de régulation se posent également : l’Ipad n’a pas pour fonction première d’être un outil éducatif, mais plutôt de permettre de naviguer sur internet, de faire de jeux, etc.

Tiens c'est vrai ça... :mrgreen:

Il s’agirait donc de développer des gardes fous pour obtenir des iPad avec des fonctionnalités limitées aux seuls enjeux éducatifs.

Sûr que l'attrait des élèves risque d'être bien moindre, dans ces conditions. :rirej

Ce qui repose la question du prix, un iPad pouvant difficilement être vendu 500 dollars sans ses fonctions les plus attrayantes.

Effectivement.

Et cette possibilité existait, rien n’assure qu’Apple ou ses concurrents seraient prêts à développer des iPad limités, puisqu’il leur faudra se retrouver financièrement dans ce pari.

L’avenir de l’école n’en apparaît pas moins intimement lié avec le développement des technologiques numériques. Dans une étude, des chercheurs du Massachussetts Insitute of Technologoy (M.I.T) ont ainsi récemment noté que "presque toutes les institutions - entreprises, industrie, médecine, science et gouvernement - ont exploité les aspects de ces technologies depuis des décennies. Les jeux et les simulations ont été un élément clé de la formation de médecins et de personnel militaire. Le fait est que les grandes entreprises, le ministère de la Défense ou le monde médical n’utiliseraient pas ces outils s’ils s’avéraient inefficaces".

L'argument est percutant : ce qui convient à des adultes convient nécessairement à des enfants.

De plus en plus d’école en France s’équipent de tableaux blancs et d’outils numériques pour un usage pédagogique collectif. Mais il semble que deux questions cruciales se posent. En termes financiers et logistiques, il y a celle de l’équipement individuel des écoliers et des étudiants.

Une paille ! A 500€ par élève pour la version la plus économique, c'est un budget de 6 milliards rien qu'en France. Apple peut se réjouir. Sans compter que, maintenant qu'il est prouvé que l'iPad donne de meilleurs résultats aux élèves, beaucoup de parents voudront en doter leur progéniture à la maison. :twisted:

En termes pédagogiques, il y a celle de la formation des enseignants aux nouvelles technologies dans l’éducation. Car c’est encore l’enseignant qui reste le maître de l’utilisation de la technologie. Celle-ci n’est jamais aussi efficace que quand celui qui l’utilise sait en faire un usage optimal.

Oui mais faisons les choses dans l'ordre : ça on verra après. :twisted:

Une belle réflexion sur l'éducation où finalement l'enseignant n'est considéré qu'en bout de chaîne : on ne lui demande ni son expérience ni son avis. Que connaît-il de l'enseignement, après tout ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Aoû 2012 12:46 #1166 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Aoû 2012 18:15 #1219 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
Un article de "La Presse" (Canada) ce 30 août 2012 : "La tablette numérique entre en classe" .



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Sep 2012 19:30 #1234 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
A lire sur RSLN (un "certain" regard sur le numérique), cet article du 01/09/12 : "Manuels scolaires : comment faire décoller le numérique ?" .



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Sep 2012 19:48 #1235 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
Il faudrait répondre...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Sep 2012 12:27 - 13 Sep 2012 13:26 #1272 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
Je m'y colle.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2012 13:27 - 13 Sep 2012 18:36 #1279 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Les manuels scolaires numériques, on en parle beaucoup mais on en voit peu ! Alors qu’ils font l’objet d’annonces régulières des acteurs publics et des éditeurs depuis près de trois ans, quelle est réellement leur place dans cette rentrée 2012 ?

A chaque rentrée, le débat fait la Une de l’actualité. Toute la presse relaie d’une même voix… l’inquiétude des parents quant au poids démesuré des cartables de leurs enfants ! La faute aux manuels scolaires, souvent nombreux et volumineux. A l’heure des bébés robots et des gants chirurgicaux intelligents, on peut s’étonner que le numérique n’ait toujours pas réussi à régler, à grande échelle, cette épineuse question. Et ce malgré les nombreux autres avantages qu’il comporte.

Dans cette introduction, pas un mot sur les inconvénients des manuels numériques. Va-t-on en parler dans le corps de l’article ? Voyons en tout cas les avantages :

> Des atouts indéniables

Il y a deux ans, nous vous parlions déjà de la dématérialisation des manuels. Le député Fourgous venait de remettre un rapport [...]. Il préconisait de « rendre obligatoire, pour 2011, l’édition bi-média de chaque ouvrage pédagogique et éducatif » puis « de disposer, en 2012, de l’ensemble des manuels numériques pour modifier les pratiques pédagogiques ».

Si les atouts sont indéniables, il ne devrait pas être nécessaire de rendre l’édition numérique obligatoire. Elle devrait s’imposer d’elle-même. Il y a ici un problème de logique.

Et je ne parle même pas du problème législatif consistant à imposer à l’éditeur le support sur lequel il doit publier.

Pourquoi un tel volontarisme affiché par les pouvoirs publics ? Parce qu’en plus d’alléger les sacs, le manuel numérique devait apporter son lot d’avantages pédagogiques et financiers.

Les sacs de mes enfants sont lourds
  1. parce qu’ils oublient de le faire correctement. La maîtresse pourrait mettre l’accent là-dessus, mais c’est aussi à moi d’apprendre à mes enfants à s’organiser. Lorsque le sac est fait correctement, il n’est pas si lourd que cela. Je le trouve même parfois un peu léger.
  2. parce qu’ils ont dans leur cartables des affaires non scolaires. Lorsqu’il y a un kimono dans le cartable, c’est mon choix, pas celui de l’Education Nationale.
  3. parce que les pédagogues multiplient les livres-cahiers. A la place du cahier d’écolier, il y a ce fameux livre-cahier, où l’élève met les réponses dans les petites cases prévues pour. C’est le concept du cahier de vacances, qui envahit maintenant le temps scolaire - en cinq fois plus lourd, puisqu’il ne s’agit plus de révision mais d’apprentissage, et qu’il faut des exercices non pour deux mais pour dix mois.
Pour alléger les cartables, interdisons les livres-cahier. Mais ceci est un autre débat. Revenons au manuel numérique :

Plurimédias et multi supports, il se veut ludique, facile à mettre à jour et à enrichir, voire annotable par les enseignants eux-mêmes.

Voilà pour la pédagogie. C’est la seule phrase de l’article qui évoque le bénéfice pédagogique que les usagers tireront de leurs manuels numériques. Ce qui pour moi devrait être le cœur du sujet est évacué en une phrase. Avouez que j’ai de quoi être frustré. Mais analysons cette phrase plus attentivement :

Plurimédias et multi supports, il se veut ludique, facile à mettre à jour et à enrichir, voire annotable par les enseignants eux-mêmes.

Pour commencer, vous noterez « il se veut ludique ». Cette proposition sonne à mes oreilles comme une condamnation. Cela ressemble furieusement à « il se croit drôle », et laisse entendre que ce manuel numérique n’est pas si ludique que cela.

Vous noterez ensuite que le manuel numérique n’est pas « annotable ». Il est « voire annotable ». Soyons sûr que le « voire anotable » peut se transformer très facilement en « pas annotable du tout ». Le support technique et les données seront verrouillés. Les éditeurs et les industriels se protègent, quoi de plus normal ? Mais souvenez-vous de vos cours d’histoire-géo : avez-vous passé 100% de l’année dans le manuel ? Non. Votre enseignant vous produisait régulièrement des documents de travail puisés à d’autres sources. Avec le manuel numérique « voire annotable », ne risque-t-il pas de se trouver verrouillé par le système ?

Ces deux points mis de côté, demandons-nous maintenant : avec le manuel numérique, qu’est-ce qu’un enseignant va gagner, et que vont gagner ses élèves, par rapport à une méthode numérique artisanale ?

Par méthode numérique artisanale, j’entends que l’enseignant va composer son document de cours sur ordinateur (traitement de texte), puis le diffuser en classe sur du papier, ou vidéoprojecteur, et éventuellement le poster par mail à ses élèves, le mettre sur internet, produire une version mobile, etc. Ce numérique artisanal, je pense que c’est le mode de fonctionnement de la majorité des enseignants de France aujourd’hui, sur leurs deniers personnels évidemment, la République n’ayant pas les moyens de payer un ordinateur de travail à chacun.

Notez au passage que ce numérique artisanal est plurimédia, multi support, facile à mettre à jour et à enrichir, et 100% annotable par les enseignants eux-mêmes. Et qu’un grand nombre d’enseignants (la majorité ? La quasi-totalité ?) fonctionne déjà comme cela.

Pour les familles et les collectivités, il peut aussi représenter des économies non négligeables : au Canada comme en Espagne, une location annuelle coûte jusqu’à 60% moins cher que l’imprimé.

Attention, le coût d’un livre papier doit être divisé par le nombre d’années durant lequel il va servir. Si les vendeurs de produits numériques ont compté un achat de livre neuf chaque année, leur statistique est un trucage. Comme il manque une source pour investiguer leur affirmation, on est obligé d’en rester là, mais on note toutefois que « jusqu’à 60% moins cher » est une borne inférieure. La location annuelle pourrait en fait coûter beaucoup, beaucoup plus cher. Rien ne nous prémunit ici contre les mauvaises surprises.

Pas plus tard que dans trois paragraphes, l’auteur de l’article vous apprendra ainsi que « le modèle économique reste à inventer », puis que pour les économies attendues, ce sera partout sauf en France.

Ainsi, à Hong-Kong, Taïwan ou encore Singapour, le manuel numérique a supplanté le papier. D’autres pays, comme les Etats-Unis, l’Angleterre ou l’Italie multiplient les expérimentations dans cet objectif.

C’est le résultat de ces expérimentations qu’il serait intéressant d’obtenir, mais nous n’en saurons pas plus. Arrivé ici, nous avons fait le tour des « avantages indéniables » du manuel numérique. Le paragraphe suivant n’est qu’une habile transition vers la deuxième partie de l’article. Pour résumer voici la liste de ces avantages :
  • c’est pédagogique (mais on ne sait pas en quoi, et en tout cas pas plus que ce qu’un brave PC permet déjà).
  • on fera moins mal au dos des petits enfants
  • on fera des économies (peut-être)
  • les autres pays font pareils, ou s’apprêtent à le faire

je ne sais pas faire des beaux dessins comme Loys
alors je les pique ailleurs – ©Gosciny-Uderzo


Pourtant, en France, cela ne décolle pas. « Il ne s’est pas passé grand-chose depuis le rapport Fourgous. La mayonnaise prend très lentement et la généralisation n’est pas pour demain », déplore Jean Bravin, en charge des TICE au Conseil régional d’Ile-de-France. Pour cette rentrée, les versions numériques représentent tout juste 1% du chiffre d’affaires des versions papiers. A qui la faute ? Les différents acteurs pointent de nombreux freins qui restent à lever.

Ceci était l’habile transition, et nous allons nous intéresser maintenant à ces « freins » qui gênent l’essor de la technologie.

Loys l’a déjà noté dans ses nombreuses critiques de textes équivalents : les nouvelles technologies ne souffrent jamais d’aucun défaut : si leur déploiement ne se fait pas aussi vite que certains le désirent, ce n’est pas parce qu’elles se révèlent inadaptées aux besoins du client, mais parce qu’il y a des « freins », des « blocages », qui entravent la marche de leur nécessaire progrès.

Dissimuler les défauts du produit derrière des causes extérieures – la pesanteur du système, le sabotage des acteurs, la fatalité – est un truc rhétorique inusable, que nous retrouverons dans les paragraphes qui viennent.

> « Le modèle économique reste à inventer »

Sur le plan économique d’abord. « Nous étions soumis à une TVA à 19,6%, là où les imprimés bénéficiaient du taux réduit sur le livre à 5,5%. Quinze points d’écart, c’était intenable », analyse Pascale Gélébart, directrice de Savoir Livre, une association animée par les six principaux éditeurs de manuels. Bien que la loi française ait été modifiée depuis le 1er janvier 2012 l'Union européenne devrait forcer le gouvernement à revenir en arrière, pour non respect de la directive TVA, qui lie les 27 Etats membres. « Nous sommes des éditeurs, pas des imprimeurs. Les contenus que nous produisons sont indépendants des supports et devraient donc être soumis aux mêmes normes. Nous espérons que l’UE entendra notre appel », ajoute-t-elle.

La TVA réduite ne protège pas les contenus, elle protège (ou devrait protéger) les supports. C’est-à-dire le livre imprimé, avec toutes les professions qui vont avec (y compris les imprimeurs et les libraires). Par ailleurs, 15 points d’écart, ce n’est pas énorme si réellement le numérique permet des gains de 60%. Ou pour dire les choses autrement, si 15 points de TVA suffisent à mettre le modèle par terre, c’est qu’il n’est pas si solide que cela.

D’un niveau à l’autre, le parcours d’achat peut également être compliqué. « En primaire, ce sont les communes qui achètent les livres, selon un décret de 1880. Au collège, c’est l’Etat qui est en charge des imprimés, tandis que les Conseils généraux acquièrent les outils numériques. Au lycée, ce sont les familles ou les Conseils régionaux », détaille-t-on au Syndicat national de l’édition. Difficile donc d’aboutir à une politique commune en la matière. « Seuls des crédits fléchés vers le numérique, comme en Grande-Bretagne, permettraient une acquisition rapide et la démultiplication des usages », analyse Pascale Gélébart.

Le millefeuille administratif français est le pire des boulets que nous a laissés François Mitterand, mais il n’empêche pas nos élèves de recevoir chaque année leurs manuels imprimés. Si la logistique du livre numérique est si difficile, on voit mal pour quelle raison on peut en faire reproche à un système qui approvisionne correctement nos écoles en livres imprimés.

Le « parcours d’achat » ici semble un bouc émissaire.

Selon Jean Bravin, « le problème est aussi celui de la propriété intellectuelle ». « Un manuel imprimé qui a du succès rapporte chaque année des dizaines de milliers d’euros à ses ayants droits. Il existe là un véritable lobby des éditeurs et des auteurs. Demain, si les enseignants enrichissent un manuel numérique, que deviennent ses droits d’utilisation ? Faut-il payer à nouveau des licences ? Le débat n’avance pas », s’agace-t-il.

Au sujet de la réutilisation du travail de l’enseignant sur son manuel numérique, je vous conseille ce post :
http://www.neoprofs.org/t21080-manuels- ... s-licences

Vous y découvrirez les réponses dilatoires de certains éditeurs à une enseignante qui découvre l’un des problèmes posés par la limitation des droits sur le manuel numérique.

Curieusement, la question de la propriété intellectuelle n’est abordée ici que pour ce qui concerne les éditeurs et les auteurs. Face à eux, on nous montre des enseignants naïfs, victimes de l’arnaque des premiers. Entre les deux, nous ne voyons pas, mais ils sont là en embuscade, les fournisseurs de matériel. Leur objectif, c’est de dégager un bénéfice, à coût constant, donc en taillant dans la rémunération des auteurs et des éditeurs traditionnels.

Leur stratégie : pointer du doigt un « lobby ». Celui dont ils veulent détourner une partie du pactole.

Résultat : la France apparaît comme l’un des rares pays où la généralisation des manuels numériques pourrait coûter aussi cher, voire plus, que les manuels imprimés. Certains enseignants n’hésitent pas à parler « d’arnaque », tandis que les collectivités soulignent que « dans un contexte budgétaire difficile, il n’est pas envisageable d’augmenter les crédits ».

Et si l’on n’arrive pas à faire rendre gorge aux éditeurs, ce sont les utilisateurs –les parents et la puissance publique- qui paieront le surcoût.

> Un outil parfois difficile à appréhender

Sur le plan pédagogique ensuite. Si les enseignants n’hésitent pas à innover au travers du numérique, ceux-ci ont parfois du mal à appréhender ces nouveaux manuels : « Malheureusement, en l'état actuel, ils comportent plus de désavantages que d’avantages », avance Stéphanie de Vanssay, chargée des questions du numérique à l’école au syndicat des enseignants UNSA.

Notez l’énonciation : La syndicaliste « avance » une critique, le journaliste et ses lecteurs ne sont pas obligés de la suivre. C’est qu’on évoque ici des désavantages des produits numériques. Il faut rester prudent.

« Leur utilisation reste complexe, ce qui les réserve aux enseignants habitués à l’informatique et à l’aise dans la gestion de leur classe », regrette-t-elle. D’où un réel besoin de formations adaptées.

La syndicaliste spécialisée en numérique demande des formations continues au numérique. Elle est dans son rôle. Mais il y a plusieurs centaines de milliers d’enseignants à former. Est-ce bien réaliste ? Ne faudrait-il pas plutôt produire des ergonomies moins complexes ?

Améliorer les produits, il semble d’ailleurs que ce soit l’objectif :

Les éditeurs entendent ces remarques : « Nous apprenons en marchant. Chaque rentrée comporte son lot d’améliorations, souvent fondées sur des recherches en sciences cognitives ». Les catalogues se sont d’ailleurs enrichis : près de 1.000 titres sont proposés en 2012, du simple « manuel numérisé » au « manuel multimédia enrichi » qui peut être modifié par l’enseignant. En parallèle, de plus en plus de professeurs s’organisent en collectifs, pour construire leurs propres ressources numériques, gratuites et open-sources.

Mais ne serait-il pas plus sain de ne se lancer dans l’aventure que lorsque les produits seront au point, lorsqu’une ergonomie standard se sera imposée ?

Pour vous, contribuable, rien ne presse. Pour les équipementiers, c’est le contraire : c’est lorsque le produit est tout frais qu’on a le plus de chance de le vendre cher, et de constituer une clientèle captive. La dernière phrase sonne d’ailleurs comme une menace pour les éditeurs de contenu : les équipementiers peuvent parfaitement travailler avec le gratuit et l’open-source. Donc tremblez, éditeurs, si vous ne passez pas au manuel numérique.

> Un besoin d’équipement pour lever « la peur de la panne »

La nécessité d’utiliser les nouvelles technologies à l’école ne fait plus débat : 94% des collégiens, 89% des lycéens et 85% des parents pensent qu’elles sont nécessaires et que leur impact est positif.

Si les collégiens, les lycéens et les parents sont d’accord, le débat est clos ? Ni les enseignants, ni les bailleurs de fond ne sont invités à donner leur avis ? On touche ici à la principale difficulté que connaît l’éducation en France, qui tient à ce que parce que tout un chacun est passé sur les bancs de l’école, tout un chacun s’estime expert en pédagogie.

C’est d’autant plus étrange que personne ne s’estime dentiste après s’être fait poser un plombage, ni chirurgien après un passage sur le billard. Il ne viendrait à personne l’idée qu’on puisse rembourser un médicament sur la base d’une enquête d’opinion : on ne se demande pas si 94% des cancéreux ont jugé positivement l’impact du Probitairban pour décider de son remboursement par la sécurité sociale.

Manifestement, les techniques de l’enseignement obéissent à d’autres lois.

Pour autant, une nette majorité a le sentiment que le matériel disponible est insuffisant. En découle chez les enseignants une réelle « peur de la panne ». « Il s’agit de l’une des populations les plus technophiles, mais le passage à l’échelle est compliqué.

La « peur de la panne », je vous laisse deviner dans quel sens penche ici la connotation.

Il est même dommage d’avoir placé ensuite ce « passage à l’échelle », qui ne veut rien dire, et qu’on aurait plus agréablement remplacé par un « passage à l’acte ». Voyons :

« les enseignants [...], une réelle peur de la panne [...] mais le passage à l’acte est compliqué. »

Notre journaliste a vraiment loupé une belle occasion de soigner sa névrose scolaire.

[...], mais le passage à l’échelle est compliqué. Il faut gérer une classe tonique,

Classe tonique, quelle belle litote !

La France est dans le dernier décile de l’enquête PISA 2009 pour ce qui est de l’ambiance de travail à l’école. C’est sans doute parce que nos classes sont « toniques ».

« Incivil », « Indiscipliné », « bordélique » auraient été trop ringards, chevènementiste ou politiquement incorrects. Nos classes sont donc toniques.

Pour un peu, le monde entier nous les envie.

http://md0.libe.com/photo/246985/?modified_at=1297857535&ratio_x=03&ratio_y=02&width=476
un dessin tonique paru dans un journal tonique – © Laurent Lolmède, Libération .


Revenons à nos enseignants, constituant une population des plus technophiles, mais qui souffrent collectivement d’une « peur de la panne » :

[..] « Le bug technique arrive, ce n’est pas juste un fantasme », justifie Stéphanie de Vanssay. Selon elle, « un enseignant qui débute, ou qui pense que son autorité est fondée sur son infaillibilité, se retrouve alors dans une situation de fragilité, voire de panique ».

Les pannes existent-elles vraiment ? Le journaliste semble être fondé à en douter. Il prend de nouveau ses distances avec la syndicaliste : par un discret « selon elle », il lui restitue l’entière responsabilité de son argument. Regardez surtout comment la citation est introduite : la syndicaliste se « justifie » ! Elle n’est pas dans la proposition, ni même dans la critique constructive, on nous la montre sur la défensive, elle essaye de protéger les freineurs, les saboteurs. Si je m’écoutais, j’irais même gloser sur l’assonance entre « justifie » et « juste un fantasme », qui montre bien ce que nous devons penser de ses justifications.

Si l’article prend ses distances avec la réalité des pannes (ce qui est « réelle », c’est la peur, pas la panne), la syndicaliste, elle, semble dire que la panne fait partie de la normalité, qu'il faut l'accepter, et que ce qui n'est pas normal, c'est que le prof ne sache pas la gérer. Enseignant en informatique, j'ai la hantise du pépin technique. Je ne pense pas que la panne mette en cause une quelconque "infaillibilité", ni me mette en situation de fragilité. C'est plus simplement qu'une panne est souvent difficile et longue à soigner, et qu'une panne en début de cours, c'est parfois le cours qui saute.

J'enseigne à des adultes, ou presque adultes. Je m'imagine maintenant face à des enfants ou des adolescents, dont l'attention doit être tenue en permanence, dont la sécurité m'aurait été confiée (responsabilité pénale) et que je ne peux donc pas laisser à eux-mêmes le temps de régler la panne. Je m’imagine dans une école élémentaire ou un collège, avec un support informatique réduit à rien ou pas grand-chose. En cas de panne, je fais quoi ? Je mets mes élèves en récréation ?

Solution évidente : l’enseignant doit préparer deux cours, un avec support numérique, et l’autre pour la panne. Et si l’administration lui fournit de l’argile, entre minuit et six heures du matin il pourra faire des briques.

Si les établissements ont vu leurs équipements s’améliorer nettement ces dix dernières années, « le débit reste parfois insuffisant, tandis que la gestion des réseaux locaux et des accès internet est très problématique », précise Jean Bravin. Le plus gros chantier réside dans les 32.000 écoles élémentaires, aux moyens très hétérogènes.

Expérience personnelle : j’ai donné une initiation à Google Earth en maternel, sur un poste antédiluvien, avec une connexion très bas de gamme, dans la pourtant richissime académie de Paris. Un public de 6 élèves, devant qui je devais batailler pour obtenir qu’ils restassent assis entre deux chargements de page. Equiper 32.000 écoles élémentaires est effectivement un « gros chantier ».

Nous avons déjà du mal à offrir à nos lycées et nos universités l’équipement pour enseigner la programmation. Alors équiper les écoles et les collèges pour faire autre chose que de l’informatique, on nage dans le délire économique.

Les enquêtes d’usages, menées en 2010 et 2011 par Savoir Livre, démontrent que les manuels numériques sont finalement utilisés en complémentarité et non en substitution des imprimés.

Etonnez-vous après si cela coûte cher !

Alors, les écoliers français, condamnés ad vitam aeternam au papier ? Pas certain. « La généralisation va dans le sens de l’Histoire. La vitesse de basculement est juste difficile à prévoir. Ce sera davantage une évolution qu’une révolution », conclut Pascale Gélébart.

Analysons ici les marqueurs d’énonciation qui viennent infuser dans nos cervelles ce que l’article n’a pas réussi à démontrer, mais qui, dans cette conclusion, va construire l’impression que nous retiendrons de tout l’article :
  1. Rester au livre papier est une condamnation, une condamnation à perpétuité - comble de l’horreur, une perpétuité en latin !
  2. Les méthodes traditionnelles sont toutes ici englobées dans cette condamnation du papier. On aurait pu parler d’imprimerie, de livre imprimé, comme ailleurs dans l’article. Mais l’imprimerie a des connotations trop positive : Gutemberg, l’humanisme et la Renaissance. Le papier sent beaucoup plus la poussière d’un vieux grenier, renvoie à des idées d’enfermement, laisse entendre si facilement l’état d’arrestation : Elèves, vos papiers !
  3. Du manuel numérique, on n’attend pas une simple diffusion. Tous les élèves de France devraient en disposer dans les meilleurs délais. On va donc convoquer le sens de l’Histoire, avec sa belle majuscule, et décréter la généralisation, avec sa discrète connotation militaire et sa mobilisation générale.
  4. Le passage au numérique est un basculement : c’est comme un mouvement sous l’action de la pesanteur, auquel il serait vain de s’opposer. Un petit caillou irait rouler, seul un gros rocher bascule. L’impudent qui s’interpose sur sa trajectoire se fera évidemment écraser.

Voici comment, pour les besoins de la cause, faire un article rempli de généralités déconnectées de l’expérience des enseignants et de leurs élèves.
Nous avons vu passé en escadrilles des chiffres venus d’on ne sait où et ne menant nulle part. Un clignement d’œil a suffi pour faire défiler devant nous plus d’un millier de titres. Complexe, ludique, économique, nous avons enfilé les épithètes sans jamais atteindre ce que ces mots recouvrent d’expérience vécue. La grande cohorte des poncifs – les lobbys, les freins, la marche du progrès – à joué pour nous son spectacle de guignol. Pas un exemple concret, pas une seule description d’une mise en situation. Que dirait-on du journaliste qui rendrait compte d’une guerre en n’interviewant que les états-majors ?

C’est qu’ici, les arguments ne sont que des faire-valoir. Ils ne sont pas là pour rendre compte du réel, mais pour donner l’impression d’une analyse intelligente, surplombante, de la question. Le sens est un habillage, une simple opération publicitaire, et le plus important se trouve derrière les mots, dans ces connotations qui toutes pointent dans la même direction : Une critique du manuel numérique n’est pas concevable, ce produit incarne le sens de l’Histoire, ses détracteurs cumulent imbécillité et malfaisance.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2012 16:56 #1280 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
archeboc, mon frère (ou ma sœur) !

Quelle explication de texte magistrale : c'est de la dentelle sémiologique, brodée main. Je me sens tout revigoré, merci.

J'aime beaucoup la notion de "numérique artisanal", je crois que je vais la faire mienne.

Pour parachever, je commenterai le seul titre :

Manuels scolaires : comment faire décoller le numérique ?

L'expression "faire décoller", venue tout droit du monde marketing, inscrit d'emblée cette réflexion dans la seule perspective qui anime cet article, une perspective non pas pédagogique ou républicaine, mais commerciale. Le problème ne porte évidemment pas sur la pertinence du numérique, mais sur la stratégie pour l'imposer.

Pour l'actualité du livre numérique, je renvoie aussi aux critiques formulées par l'inspection générale dans son tout récent rapport de septembre 2012 .

Quelques extraits p. 29 sq :

Le catalogue incite à aller vers des produits déjà connus, ou des manuels dont on utilise par ailleurs la version imprimée. Il contraint parfois à l’acquisition simultanée de la version papier et de la version numérique, car cette dernière n’est compatible qu’avec la plus récente édition imprimée. En outre, seul le niveau du collège (où les manuels sont pris en charge par l’État) propose des manuels numériques pour l’élève. Dans le premier degré et le lycée (où la prise en charge revient aux parents et aux collectivités), seuls les manuels numériques pour l’enseignant sont éligibles au CCR. C’est sans doute sur ce point de l’orientation de l’offre que le dispositif apparaît le plus fragile. Les manuels numériques (dont beaucoup ne sont encore que des manuels numérisés plus ou moins enrichis) représentent 60 % de l’offre ; le multimédia pédagogique 31,6 % ; les dictionnaires et ouvrages de référence 1,8 % ; le soutien scolaire 4,6 %22. Or, à de très rares
exceptions près, les enseignants rencontrés aussi bien dans le premier que dans le second degré situent leurs besoins en matière de ressources numériques hors du champ trop contraint, trop balisé et souvent trop coûteux du manuel numérique. Comme on le verra ci-après (partie 3 du rapport), ils veulent pouvoir construire, articuler et partager avec leurs élèves des ressources diverses puisées à plusieurs sources.

En tout état de cause, la sous-utilisation des crédits disponibles et le retard pris dans l’acquisition des ressources disent bien assez l’incompréhension des communautés éducatives face à un ensemble de propositions difficilement lisibles et dont l’utilité pédagogique n’est pas apparue clairement. À cet égard, les chiffres parlent d’eux-mêmes, car, comme on vient de le voir, à la fin de l’année scolaire, seuls 38 % des crédits disponibles ont été consommés.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Sep 2012 23:16 #1289 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
A lire aussi dans "Le Figaro" : "Le manuel numérique peut mieux faire" (10/09/12)



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Sep 2012 15:43 #1438 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Sep 2012 19:54 #1443 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
L'étude du CSA en elle-même mérite d'être commentée.

Un échantillon plutôt faible (500 parents) et une étude en ligne, ce qui constitue un biais important pour un sondage sur le numérique. Les commanditaires sont Terrafemina... et Orange.

76% des parents interrogés pensent que la familiarisation des jeunes enfants avec tablettes et smartphones est plutôt une bonne chose, et 50% y voient un atout, car cela leur donne accès à des informations et savoirs que n’avaient pas les autres générations.

Car bien sûr les savoirs dans les bibliothèques n'étaient pas accessibles avant, ni dans les épais manuels scolaires des élèves... :twisted:

Où l'on retrouve, comme d'habitude, le nouveau mythe du savoir disponible . Je poserais bien la même question aux parents en en changeant quelque peu les termes. :twisted:

Pas de question sur l'équipement informatique acheté aux enfants (PC, tablette, smartphone etc.). On ne raisonne qu'en terme de foyer, ce qui complique les conclusions que l'on pourrait tirer de cette étude. On aimerait aussi savoir ce qu'il faut entendre par "application éducative" exactement, beaucoup de ces applications s'assimilant à des jeux. Ainsi qu'une quantification des achats (au lieu simplement des types d'applications achetées).

Parmi ces applications achetées pour les plus jeunes, les plus fréquentes semblent être les jeux : 84% des parents concernés par l’acte d’achat déclarent avoir déjà acheté une application « pour jouer ».

Ça, c'est de l'accès à des informations et savoirs. :spider:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Oct 2012 11:48 #1603 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Oct 2012 11:49 #1604 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

« Dans les prochaines années, les manuels scolaires papier devraient être obsolètes », déclare le secrétaire Arne Duncan. En effet, si l'on considère la Corée du Sud, ce pays surpasse les États-Unis en ce qui concerne les résultats scolaires et leurs moyens mis en oeuvre. Ils n'ont pas hésité à adopter l'apprentissage numérique, et se sont d'ailleurs fixés comme objectif de passer entièrement au numérique avec ses manuels scolaires, d'ici 2015.

Suivez le raisonnement : si la Corée le fait, il faut que les États-Unis le fassent. Et sous-entendu pour nous : si les États-Unis le font, il faut que nous le fassions en France. Le numérique est une course.

Mais alors, que font les États-Unis ? Justement, « le monde change », remarque Arne Duncan, et « ce doit être là que nous devons aller ».

Notez l'habituelle injonction de modernité qui sert de raisonnement. A aucun moment la corrélation entre numérique et résultats scolaires en Corée n'a été établie, mais peu importe.

L'e-manuel, l'avenir de l'apprentissage scolaire

Évidemment, le passage au numérique implique beaucoup qu'une simple numérisation de livres. Cela demande de pouvoir les télécharger sur les ordinateurs, les tablettes et les ereaders, d'assurer les mises à jour, les compatibilités, etc. Les partisans de ce système soutiennent l'importance d'un tel dispositif qui offre aux étudiants une évolution globale et immersive...

Si c'est "globale et immersif", c'est que c'est mieux.

...avec des expériences d'apprentissage en ligne qui les engagent d'une manière que les manuels papier, figés, ne permettent pas.

C'est vrai que les élèves sont limités par les manuels : très vite ils en maîtrisent parfaitement et entièrement les contenus.

Pour ce faire, le district doit d'abord s'assurer que chaque élève dispose soit d'un ordinateur portable soit d'une tablette. Et l'on sait que les budgets ont souvent été diminués.

Ensuite, un étudiant pourra, d'un simple clic, regarder un clip vidéo lui expliquant un nouveau concept d'algèbre, des règles de grammaire, une chronologie historique.

Un "clip vidéo", c'est quand même plus vivant qu'un cours et surtout... ça coûte bien moins cher. On imagine que les élèves vont être émerveillés et n'avoir de cesse de regarder des clips de grammaire !

Le réseautage social, accueilli par les écoles, permettra aux étudiants d'interagir avec les enseignants...

C'est vrai qu'"interagir" dans une classe, c'est ringard. C'est tellement plus simple et personnalisé par "réseautage" à travers un écran : le professeur a le temps de répondre à trente messages de trente élèves, à toute heure de la journée ou de la nuit, chez lui.

...même si l'école n'est pas en horaire d'ouverture.

Quel progrès humain pour les enseignants, à la disposition permanente des élèves ! La concentration et l'attention en cours deviennent inutiles, du coup.

De plus, l'un des avantages souvent mis en avant avec l'utilisation des manuels numériques est l'économie que les écoles peuvent se permettre sur des copies papier, en obtenant du matériel mis à jour, tout en variant les éditeurs selon les chapitrages.

L'économie est encore à prouver, vu le coût du matériel, du réseau, du débit nécessaire pour consulter des e-manuels, de la maintenance, de renouvellement de matériel, des licences souvent limitées à une période donnée pour les e-manuels.

Seulement, tous les districts n'ont pas les moyens nécessaires pour s'engager dans une ère scolaire toute numérique qui reste coûteuse pour équiper chaque élève d'un ereader, fournir un appui technique et payer les mises à jour régulières des logiciels.

Comme quoi les économies de papier sont assez limitées par rapport à l'ensemble des coût du passage au numérique. Sans compter qu'un manuel imprimé est moins susceptible d'être volé, cassé, à court de batterie qu'une tablette. :mrgreen:

Au cours des deux dernières années, au moins 22 États américains ont fait de grands progrès envers les manuels numériques, selon Douglas Levin, directeur exécutif de State Educational Technology Directors Association. Jusqu'à récemment, Douglas Levin a souligné que les États ont eu du mal à travailler ensemble, car chacun possédait ses propres normes scolaires. Cependant, cette charge a été assouplie maintenant que 48 États et le District de Columbia ont adopté des normes de bases communes, avec un ensemble de critères uniformes pour les mathématiques et la lecture. Mais voilà une idée qui ne séduit pas tout le monde.

Selon une experte en lecture, Maryanne Wolf, les effets de la lecture numérique sur l'apprentissage ont des résultats jusqu'à présent mitigés.

C'est peut-être la chose la plus importante à considérer, non ?

Mais non, il faut continuer à parler de "grands progrès envers les manuels numériques"... :twisted:

Maryanne Wolf craint que la lecture sur Internet, en particulier, puisse être une réelle source de distraction pour les étudiants, ce qui pourrait d'emblée annuler les avantages potentiels d'un environnement e-learning lié au Web.

Quelle idée saugrenue !

De plus, il ne s'est pas écoulé assez de temps pour arriver à démontrer les effets complets d'un apprentissage numérique.

Tiens c'est vrai, ça au fait...

Vive le papier, "une valeur sûre"

Ce qui nous ramène, pour beaucoup, au papier. Ou du moins à un passage plus en douceur que ce que promet Arne Duncan. Car, avec une « durabilité qui pourrait durer des milliers d'années », le papier peut conserver les informations sans les ennuis qu'il nous arrive de connaître avec le numérique.

Et qu'on peut peut-être évoquer ici...

« Les manuels papier peuvent être stockés et facilement référencés sur une étagère », confie The New York Times à l'avis bien tranché, « les données sont aussi faciles à récupérer à partir d'un manuel papier. Ils sont faciles à lire et ne nécessitent pas de batterie ni de prise ». Et, « bien que l'iPad et les ereaders ont une clarté d'écran qui s'améliore, l'idée que, à chaque fois qu'une personne lit un livre, un journal ou un magazine dans un proche avenir, cela nécessite une source d'énergie, c'est effrayant ».

S'il n'y avait que ces considérations matérielles encore...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Nov 2012 12:42 #1904 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Nov 2012 17:11 #1958 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
A lire sur "ActuaLitté" : "Les manuels numériques peinent à trouver leur place" (22/11/12).



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Déc 2012 09:07 #2087 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
A lire sur Rue89 cette tribune de Gilles Dowek et Jean-Pierre Archambault : "Pourquoi pas une licence globale pour les manuels scolaires ?"



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Fév 2013 20:37 #3698 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Mar 2013 18:24 #4739 par Frist
Réponse de Frist sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
La raison pour laquelle on aura toujours besoin du papier : http://www.youtube.com/watch?v=FtPjpuhs-jA

Quoique, les jours où on se servira des coquillages, ça sera vraiment la fin du papier :D (cf http://www.youtube.com/watch?v=s9U9Hm5Mn6U )

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Avr 2013 14:12 #5167 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Avr 2013 08:14 #5412 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
31 Mai 2013 21:31 #6107 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Jui 2013 18:28 - 12 Jui 2013 18:28 #6335 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Juil 2013 14:46 - 19 Juil 2013 14:47 #6875 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
Il est temps d'abandonner les demi-mesures ! :doc:
A lire dans "VousNousIls" du 19/06/13 : "Des manuels scolaires sous forme de SMS aux Philippines"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Juil 2013 16:50 - 19 Juil 2013 16:51 #6877 par Euler
Réponse de Euler sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
Alors là, les bras m'en tombent :o. Je comprends que nécessité fasse loi et qu'on veuille éviter aux enfants des scolioses, mais enfin, n'y a-t-il pas moyen de réduire le nombre de manuels à emporter chaque jour ? Ou de mettre des roulettes aux cartables, ou je ne sais quoi encore ?
Quand même, sacré tour de force que de mettre un manuel scolaire en SMS. :shock: Par simple curiosité, j'aimerais bien voir ce que ça donne concrètement. Évidemment impossible pour plein de matières (illustrations, cartes, graphiques,schémas, symboles scientifiques, etc.) mais cette information ne doit concerner j'imagine que des enfants en école élémentaire.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Aoû 2013 09:13 #7102 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
A lire dans le "Café Pédagogique" du 18/08/13 : "Tablettes contre manuels : Qu'en penser ?"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Aoû 2013 18:47 - 21 Aoû 2013 18:48 #7138 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2013 19:10 #7542 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Sep 2013 19:10 #7543 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Oct 2013 15:42 #8006 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Manuels numériques ou imprimés

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 5.997 secondes
Propulsé par Kunena