Enseigner l'informatique à l'école

Plus d'informations
30 Mai 2013 22:20 - 30 Mai 2013 22:21 #6087 par Wikibuster
Réponse de Wikibuster sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école

Frist dit: Ah, et puis, regardons le programme d'une vraie école d'informatique moderne, il ne peut y avoir que des choses modernes, l'argument d'autorité :) Le programme de l'école 42 !

Du Java et du C# qu'en deuxième année, toute une première année sans en voir une ligne...

"Perfectionnement en C", pour un débutant n'importe quel langage procédural fait l'affaire vous ne croyez pas ? Ce qui est curieux c'est qu'ils se "perfectionnent" déjà ! :)

Ecrasons l'infâme !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Mai 2013 22:45 #6088 par Frist
Réponse de Frist sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Vous n'êtes pas assez moderne ! :D
Et puis s'il fallait n'importe quel "langage procédural", il ne faudrait pas choisir le C#, www.dotnet-france.com/Documents/IntroCSh...langage%20CSharp.pdf (page 4)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Mai 2013 23:22 - 31 Mai 2013 08:45 #6089 par Wikibuster
Réponse de Wikibuster sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Hé Hé nan ils se gourent, ce n'est pas une bonne idée d'opposer langage objet et procédural, le C# est objet et procédural à la fois.
Je résume pour les lettreux du forum :
Dans un langage non procédural vous écrivez une recette (on dit un "programme" ça fait mieux) éventuellement très longue qui sera réalisée par le cuisto (l'ordinateur) de la première ligne à la dernière dans cet ordre exactement. C'est pénible à lire car au moment de faire la sauce vous expliquez en détail comment faire et ca coupe le fil principal, de plus si vous devez faire la même sauce une seconde fois il faudra recommencer à l'expliquer, c'est horrible.
Dans un programme procédural, vous avez le luxe de pouvoir créer un index qui vous permet d'expliquer comment faire la sauce une fois pour toute, ainsi quand vous écrivez la recette principale, vous dites "faire la sauce machin" quand c'est nécessaire et hop vous passez à la suite. Vous pouvez créer plein d'autres procédures (des sous-recettes en quelque sorte) afin de garder un texte principal aussi court et lisible que possible.
Dans un langage non objet vous pensez "actions", c'est l'exemple de la recette, vous expliquez comment faire les choses et au moment de les faire vous indiquez sur quels ingrédients (on dit les données) vous les faites.
Dans un langage objet vous pensez plutôt ingrédients, c'est juste une autre approche. Avant même de chercher à faire des actions vous décrivez les ingrédients (on dit des "objets" ça fait mieux) aussi minutieusement que nécessaire. Ensuite vous revenez à du procédural et vous expliquez pour chaque objet quelles actions on peut faire dessus. Est-ce mieux de penser aux actions ou aux choses sur lesquelles on agit ? En pratique on passe de l'un à l'autre en fonction de l'inspiration.
Et voilà c'est tout, on voit donc pourquoi un langage objet peut aussi être procédural.

Ecrasons l'infâme !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
31 Mai 2013 10:19 - 31 Mai 2013 12:47 #6102 par Wikibuster
Réponse de Wikibuster sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Je continue, une fois expliqué "procédural" comme dans le post précédent il faut dire que l'idée de "procédural" peut être différente. Un langage procédural donne lieu une exécution très prévisible par le programmeur, en gros une exécution séquentielle des instructions (l'appel aux sous-procédures est commode mais finalement pas si significatif). Cela correspond à ce que peut faire le moteur (le "processeur") de la machine. Il existe d'autres langages dans lesquels on indique ce qu'on veut comme résultat mais on ne connait pas nécessairement les méthodes qui seront utilisées, cela peut être déstabilisant si on n'adhère pas au concept car on perd le contrôle des opérations. Sans avoir besoin de parler de langage hyper moderne (genre intelligence artificielle) le plus connu des langages d'interrogation de base de données, le SQL, n'est pas procédural. On formule ce qu'on recherche d'une manière encore assez précise malgré tout mais on ne sait pas forcément comment le moteur de recherche fera le travail dans le détail. Ça donne lieu a beaucoup d'erreurs difficiles à corriger, même par des gens censés être experts du langage.

Ecrasons l'infâme !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Jui 2013 17:55 - 07 Jui 2013 18:24 #6263 par Shane_Fenton
Réponse de Shane_Fenton sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Cet article date de quelques semaines, mais je ne l'ai pas aperçu sur le forum.
A lire sur Le Figaro : "La science informatique bientôt enseignée en primaire" (15/05/13)
[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Jui 2013 18:56 - 07 Jui 2013 18:57 #6266 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
C'est vrai que le primaire manquait de dispersion.
Eh bien, si l'informatique suit les pas glorieux de l'anglais en primaire... :spider:
Pourquoi ne pas admettre que chaque chose doit se faire en son temps ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Jui 2013 19:42 - 20 Nov 2014 13:41 #6595 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
A lire sur "EducaVox" du 27/06/13 : "Éducation au numérique : gare aux obscurantismes !" de Michel Guillou.



A voir aussi ce diaporama de l'INRIA : prepas.org/2013/Info/Luminy/AntoinePetit...oiEnseignerLInfo.pdf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Juil 2013 15:17 #6712 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Juil 2013 15:18 - 21 Juil 2014 16:43 #6714 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Sep 2013 21:09 #7684 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
A lire dans les "cahiers pédagogiques" du 25/09/13 : "Tout nouveau, tout beau ?"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Sep 2013 07:44 - 26 Sep 2013 10:47 #7687 par Wikibuster
Réponse de Wikibuster sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
"Un robot pour enseigner la programmation aux petits"
On pense à la tortue Logo (1982 !) :

www.obsolete-tears.com/logo-et-sa-tortue-dossier-45.html

Ecrasons l'infâme !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Oct 2013 19:50 #8117 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
A lire sur "EducaVox" du 24/10/13 : "Enseigner la programmation aux enfants ?"
Bon le titre de l'article originel est moins hésitant...


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Oct 2013 19:52 - 24 Oct 2013 19:53 #8119 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Bon l'article est de Mathieu Nebra, du "Site du Zéro", converti récemment en mooc.

Sur le Site du Zéro, nous réfléchissons en ce moment à ce que nous pouvons faire pour ce type de public. En fait, c’est même mieux que ça, nous avons déjà commencé à agir suite à une idée de nos développeurs. ;o)

J'ai une petite idée de ce dont il pourrait s'agir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Oct 2013 10:19 #8128 par Wikibuster
Réponse de Wikibuster sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Ils sont complètement ridicules, mais on rejoint une certaine logique puisque de nos jours c'est un informaticien gourou qui pond une idéologie politique du "partage" donc les informaticiens peuvent aussi refaire le système éducatif à leur image tant qu'ils y sont. :papy:

Ecrasons l'infâme !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Déc 2013 13:10 #8802 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
A lire sur "EducaVox" du 12/12/13 : "Enseignement de l’informatique : à propos de culture générale" par Jean-Pierre Archambault ("Professeur agrégé de mathématiques, président de l’EPI (enseignement public et informatique)")


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Déc 2013 14:16 #8927 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
A lire sur "EducaVox" du 20/12/13 : "Pourquoi apprendre à coder ne suffit pas…"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jan 2014 00:13 - 15 Jan 2014 00:15 #9195 par Shane_Fenton
Réponse de Shane_Fenton sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jan 2014 09:53 - 10 Aoû 2014 15:44 #9196 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Merci Shane_Fenton.
Mehdi Lazar est présenté comme "Consultant-Entrepreneur, Los Angeles", ce qui - effectivement - lui donne toute compétence pour réfléchir à l'éducation dans le secondaire.

L'enseignement numérique : une nécessité urgente pour la France !
Mehdi Lazar, 13/01/2014
L'absence de consensus sur le modèle de l'école française passe à la trappe la question pressante de l'enseignement des technologies de l'information et de la communication aux jeunes français.

Très bien mais qu'es-ce concrètement que "l'enseignement numérique" à part une formule vague et creuse ?

Pourtant, il y a urgence !

L'urgence, c'est l'argument ultime pour ne surtout plus réfléchir.

Dans un article récent [1], la fracture numérique entre les élites et une partie des français était mise en exergue.

Cet article nous a bien fait rire s'agissant de sa définition des "élites". Voir le fil dédié.

Evidemment, ces questions peuvent paraître peu importantes aux vues des défis qui attendent notre système éducatif de plus en plus inégalitaire. C'est justement le problème : alors que les débats sur l'éducation en France tournent encore autour de questions idéologique, le manque de consensus autour du modèle que nous souhaitons pour notre école empêche de se concentrer sur des questions pressantes pour nos élèves telles que la place de l'Anglais ou les modalités de l'enseignement des technologies de l'information et de la communication.

L'anglais (sans majuscule) n'a jamais été enseigné aussi tôt. Dès le CP aujourd'hui : il faudrait commencer en maternelle ou renoncer (encore plus) à enseigner le français ?

L'importance des TIC à l'école
C'est cependant une erreur, l'Anglais comme les TICE font désormais partie intégrante du bagage commun que tout élève se doit de maitriser à la fin de la scolarité obligatoire.

Il est certain que les professeurs d'anglais dans le secondaire ont un tout autre objectif. :roll:

Ainsi, l'Anglais est devenue dans le monde une sorte de nouvelle lingua franca...

Quel volontarisme ! :spider:
Bon, compte tenu de ce qu'était la lingua franca, un sabir utilitaire sans descendance, c'est flatteur pour l'anglais. A noter surtout que - par définition - que la lingua franca n'était pas enseignée. :P

...et de sa propagation découle d'importantes implications politiques, économiques et culturelles[2]. En tant qu'individu, maitriser une ou plusieurs langue étrangère...

Ah... il existe autre chose que l'anglais. Il faudrait savoir. :scratch:

...et le numérique, permettra de vivre une vie épanouie et productive.

Finalement la réflexion sur le numérique a quelque chose de simple et d"évident. :santa:

Mais notre pays doit avoir des citoyens capables de communiquer efficacement d'un point de vue technique et langagier.

Communiquer "d'un point de vue langagier", c'est effectivement utile. :lol:
Parler anglais est certes utile pour des techniciens, des chercheurs, des commerçants mais - n'en déplaise à Mehdi Lazar - pas à des "citoyens". :fur

L'emploi des TIC à l'école est donc primordial dans le processus d'acquisition des compétences du XXIe siècle composées des « 4C » : la communication, la collaboration, la pensée critique (critical thinking) et la créativité.

La pensée multi-acronymique est une pédanterie moderne.
Mehdi Lazar,est très fort : en 2013 il sait déjà ce qui sera nécessaire en 2050 ! :cheers:

La maitrise de ces quatre compétences facilite en effet la réussite des élèves à l'université, au travail et en tant que citoyen[3].

Ah bon ? La "créativité" est une compétence citoyenne ? Et la "pensée critique" n'était pas une compétence universitaire jusqu'ici ? Ou la "communication" une compétence professionnelle ?
C'est fou comme le numérisme enfonce des portes ouvertes. :cheers:

Quelle place pour le numérique à l'école ?

On attend de le savoir. :rirej

Dans ce contexte, l'enseignement au numérique piétine. Dans l'article "Un combat contre l'inertie en éducation", M. Girard montre que l'intégration des TIC n'est pas simple à l'école et que "l'intégration des TIC à la pédagogie est un sujet chaud et qui comporte son lot de détracteurs, à commencer par les enseignants eux-mêmes". L'angoisse souvent, le conservatisme parfois prennent le pas sur l'enthousiasme pour de nombreuses raisons.

C'est vrai. Je suis étreint par l'angoisse, et non (par définition puisque je n'ai pas de compétence numérique) par la pensée critique.
Sur l'article (indigent) de M. Girard, voir ce fil de discussion.

La place de l'iPad à l'école...

Ah c'est ça "l'enseignement numérique"... :mrgreen:

...de la programmation...

Laquelle ? Car il y a un quart de siècle il fallait se former au Turbo-Pascal pour l'enseigner aux élèves. :santa:

...ou du tableau blanc interactif est à ce titre éclairante.

Encore de "l'enseignement numérique" ?

En ce qui concerne la programmation à l'école, l'article "We Need Coding in Schools, but Where are the Teachers?"[4] met bien en exergue que la grande majorité des étudiants font très bien leur première heure ou deux de programmation, lorsque cela existe, mais quand ils commencent à programmer eux-mêmes ils sont frustrés et ont besoin de l'étayage de l'enseignant.

A aucun moment M. Lazar n'explique pourquoi cet enseignement serait nécessaire ni quelles seraient ses modalités précises (contenu, âge d'apprentissage).

Or très peu de nos enseignants en sont capables pour le moment.

Certains peuvent enseigner le Logo ou le Turbo-Pascal qu'ils ont appris ! :santa:

Pour cela, il faudrait en effet dans les établissements des équipes pouvant mettre en place des projets de cet ordre car la programmation devient dorénavant fondamentale...

On ne saura toujours pas pourquoi... Il faut juste se contenter de le répéter inlassablement.

...et l'école doit créer ce système où tout le monde a une occasion d'y être exposé...

Cette subordonnée n'est pas française et son sens est très obscur. :scratch:

...et pas seulement les quelques-uns qui auraient probablement appris en famille.

Dans mon expérience les élèves qui ont des connaissances informatiques sont des autodidactes. Je le suis moi-même.

Des outils désuets, une utilisation inefficiente
L'exemple du Tableau blanc interactif est aussi éloquent. Une étude récente sur leur intégration dans les écoles québécoises concluait que 86 % des enseignants sont insatisfaits de la performance de cette technologie à cause du manque de préparation à son utilisation efficiente[5].

On équipe et on réfléchit après : vive l'urgence numérique ! :cheers:

Le manque de formation est une constante en éducation, en France comme ailleurs dans le monde, et traduit à la fois la faiblesse de l'engagement des gouvernements dans l'enseignement numérique et au numérique, mais aussi la probable désuétude des outils utilisés par manque d'accompagnement des équipes.

Pas la peine d'incriminer les équipes. La désuétude vient toute seule, malheureusement. :mrgreen:
Un exemple : l'équipement successif en ordinateurs, puis en notebooks, puis en tablettes dans l'Oise...

Cet exemple met encore en évidence au Québec comme en France le déficit d'innovation et de stratégies politiques et le rôle que doivent jouer les concepteurs de la politique éducative quant à la nécessité d'une approche systémique centrée sur la formation aussi bien pédagogique que technologique des professionnels de l'enseignement, accompagnée de réformes politiques et institutionnelles permettant une exploitation efficiente du potentiel éducatif de ces outils [6].

En somme il aurait fallu ou il faudrait que les concepteurs de la politique éducative anticipent par exemple la naissance des tablettes, les prochains standards du web ou l'émergence des réseaux sociaux avant même qu'ils n'existent. :santa:

Pour le moment, les formations sont souvent offertes par les fabricants des TBI...

Et ils n'ont pas besoin de publicité avec des promoteurs comme M. Lazar et d'autres.

...et sont loin d'être exploités à leur pleine capacité.

Peut-être parce que leur intérêt est simplement limité. Mais ferais-je ici preuve de "pensée critique" ?

Méconnaissance des élites françaises en matière de numérique
Par conséquent, l'on assiste à une situation où tout le monde croit éduquer aux nouvelles technologiques car la pénétration de l'outil et de la technologie dans les classes est importante...

N'est-ce pas ce que réclame M. Lazar ?

- comme pour l'iPad ou bientôt le chromebook...

Ah ça change déjà ? :transpi:

...mais leur utilisation efficace est en fait proportionnellement faible dans les pratiques quotidiennes.

Peut-être parce que ces supposés "outils" sont peu utiles, voire contreproductifs, qu'ils sont une source de distraction, de jeu pour les élèves et constituent un frein à la lecture ?

Les pratiques pédagogiques du numérique peu étoffées sont donc largement représentées dans le monde mais restent préoccupantes en France. Dans l'hexagone, elles répondent de plus largement aux méconnaissances des élites françaises en matière de numérique...

M. Lazar est bien méprisant. La plupart des gens, quel que soit leur âge, ont au contraire adopté les usages numériques.

...et comme le remarque Le Monde dans son édition du 26 décembre : cette déconnexion se notamment traduit par « l'usage de l'expression "nouvelles technologies". Ils [les élites] parlent de "plan numérique"...

Ah non : la "stratégie globale pour le numérique" . :doc:

...comme si on planifiait la récolte de blé en URSS, cherchant à contrôler des choses qui ne sont pas contrôlables. »[7].

Voilà en effet un bel aveu ! :mrgreen:
D'où viennent alors les reproches de M. Lazar à l'égard des élites ? :scratch:

Face à cela, des principes forts pour une éducation numérique sont indispensables.
Principes pour une éducation numérique en France
Dans son article de 2013, M. Girard rappelait que :
"La cohorte d'élèves qui fera son entrée au secondaire l'an prochain sera sur le marché du travail autour de 2025, pour s'en retirer vers 2060. Nous devons former ces élèves à employer des outils qui n'existent toujours pas. À tout le moins, nous devons les éduquer à être ouverts au changement, à l'exploitation d'une pléthore d'outils TIC, mais surtout, nous devons leur permettre d'apprendre à trouver le bon outil et à en analyser et critiquer l'information qui s'y trouve. Car au XXIe siècle, la pire attitude que le monde de l'éducation peut adopter face aux défis qui se posent dans la société, c'est l'immobilisme".

Et comment forme-t-on des élèves à "des outils qui n'existent toujours pas", si ce n'est par une solide formation générale ? :roll:
Tous les génies informatiques de notre époque ont reçu une formation générale et universitaire classique : leur "créativité" a-t-elle été entravée pour autant ?

L'immobilisme nous guette donc et l'empêcher nécessite un changement de perspective que la France se doit d'appréhender au plus vite. A ce titre, un groupe de travail s'est réuni à Palo Alto, en Californie, le 14 décembre 2012 afin de proposer un "A Bill of Rights and Principles for Learning in the Digital Age ".
Cette charte qui contient des principes pour un apprentissage de qualité à l'ère numérique a été rédigée par une douzaine de formateurs réunis autour du pionnier des MOOC Sebastian Thrun.

Des grands experts de l'enseignement du secondaire, donc. Et n'ayant aucun intérêt commercial à l'online learning.
Puissent nos grands principes citoyens suivre ce manifeste commercial américain ! :cheers:

Elle propose un ensemble de « droits inaliénables » que les élèves et les enseignants devraient exiger des institutions et des organisations qui offrent des cours en ligne et des outils technologiques[8].

Cette charte ne précise à aucun moment qu'elle s'adresse à des élèves du secondaire... :roll:
Même à l'université les moocs ne parviennent pas à s'imposer : la plupart des étudiants sont des adultes ayant reçu une formation classique et curieux d'étendre leurs connaissance.

Certains de ces principes peuvent être intégrés dans notre système scolaire afin de mieux répondre aux besoins des élèves dans un monde numérique globalisé, interactif et connecté[9].

Car ce qui a été pensé pour des étudiants s'appliquent aussi à des élèves du secondaire. :doc:
C'est parti pour un long copié-collé laborieusement traduit.

Les droits essentiels de l'enseignement numérique
Les élèves ont des droits inaliénables quant à l'enseignement numérique. Ils comprennent:
Le droit d'accès
Tout le monde devrait avoir le droit d'apprendre et d'apprendre grâce au numérique : les étudiants traditionnels ou non-traditionnels (formation continue, enseignement à distance, etc.). Ajoutons, que tout le monde doit avoir le droit à un apprentissage numérique de qualité.

Ici "étudiant" = "élève" et "enseignement numérique" = "apprendre et d'apprendre grâce au numérique".

Le droit à la vie privée
La vie privée de l'élève est un droit inaliénable, indépendamment du lieu d'apprentissage (en présentiel ou à distance). Les étudiants ont le droit de savoir comment les données recueillies au sujet de leur participation dans des systèmes numériques seront utilisés par l'organisation et mis à la disposition d'autres organisations.

C'est une bonne question, s'agissant des moocs qui comptent bien exploiter commercialement ces données. :devil:

Le droit de créer un savoir rendu public

Vivement que les élèves "créent des savoirs" ! :santa:

Les apprenants utilisant des outils numériques au niveau mondial contribuent à la connaissance publique ; ils peuvent partagent leurs idées et leur savoir de façon ouverte. Ils ont le droit de posséder leurs propres données personnelles et de conserver la propriété intellectuelle des données liées à leur participation à des cours en ligne ou à des activités en ligne.

Déjà que c'est pas gagné pour les professeurs participant à des moocs... :spider:

Le droit à la transparence financière
Les étudiants ont le droit à l'équité, l'honnêteté et la transparence financière.

C'est important dès le primaire. :doc:

Le droit à la transparence pédagogique
Les étudiants ont le droit de savoir à quoi ils seront formés : quels sont les résultats escomptés d'un programme ou d'une initiative en ligne.
Le droit à une relation pédagogique de qualité
Les étudiants ne sont pas un produit. L'éducation est une question de confiance et apprendre sans but lucratif est le but principal de toute éducation.

Le droit d'avoir des bons enseignants
Tous les élèves ont besoin d'enseignants bien formés : des spécialistes des environnements d'apprentissage numériques qui soient attentifs à leurs besoins et aux objectifs d'apprentissage spécifiques.

Mais tout ceci est révolutionnaire !

Le droit à être des enseignants
Les étudiants ont le droit à la participation engagée dans la construction de leur propre apprentissage.

Il faudra que j'en parle à mes lycéens. :P

Un apprentissage connecté, global et évolutif
Voici les principes vers lesquels un apprentissage numérique devrait tendre :
Une contribution globale
L'apprentissage du numérique et l'apprentissage en ligne devraient être mis en place partout sur ??la planète, pas seulement dans des pays technologiquement favorisés. Ils devraient maximiser les possibilités pour les étudiants de différents pays de collaborer les uns avec les autres.

C'est beau. Et comment on sort de ce conditionnel ?

Fonctions et valeur de l'apprentissage numérique
Ces fonctions sont de permettre aux étudiants de se doter d'outils afin de relever les défis et les exigences de la vie et du travail.

Pas compris... M. Lazar a eu du mal à comprendre et donc à traduire. :rirej

La flexibilité
Les étudiants doivent avoir de nombreuses options pour l'apprentissage en ligne et numérique. Les meilleurs programmes d'apprentissage ne seront pas simplement le reflet des formes existantes de l'enseignement mais un éventail de possibilités d'apprentissage flexibles qui tirent parti des nouveaux outils numériques, des différends styles et des besoins d'apprentissage.

L'apprentissage hybride
L'apprentissage par et au numérique devrait être connecté au monde réel et avoir des applications sur de séries de problèmes du monde réel. Il devrait combiner enseignement présentiel et en ligne.
La persistance
L'apprentissage numérique est émergent, il nécessite une poursuite tout au long de la vie par l'apprenant qui devrait en avoir la possibilité technique.

En français ça s'appelle la formation continue...

L'innovation
L'innovation technique et pédagogique devrait être caractéristiques des meilleurs environnements d'apprentissage. Une grande variété d'approches pédagogiques, d'outils d'apprentissage, de méthodes et pratiques devrait soutenir des modes d'apprentissage variés des élèves. L'apprentissage devrait être flexible, dynamique et individualisée.

Et efficace, éventuellement.

L'évaluation formative
Les élèves devraient avoir la possibilité de réviser et de réapprendre jusqu'à ce qu'ils atteignent le niveau de maîtrise qu'ils désirent dans un sujet ou une compétence donné. En termes pédagogiques, cela signifie un enseignement individualisé et de nombreux feed-back (évaluation formative) plutôt qu'une évaluation de fin de formation (évaluation sommative).

Bonne idée. Mais pourquoi diable les moocs continuent-ils de proposer des certifications, payantes de surcroît ?

L'expérimentation
L'expérimentation devrait être une composante importante de l'apprentissage numérique.

Ça tombe bien : la programmation informatique, c'est surtout apprendre à corriger des erreurs. :transpi:

Curiosité
L'éducation au numérique devrait inspirer l'inattendu, l'expérimentation, et le questionnement. Cela permet de travailler de nouvelles compétences indispensables au XXIe siècle: expérimenter et être capable d'embrasser le changement.

Embrassons, embrassons ! Car le changement, c'est toujours dans le bon sens ! :doc:

Cette version simplifiée du « « Bill of Rights and Principles for Learning in the Digital Age » peut être adaptée à notre politique d'éducation au numérique en France.

Merci, M. Lazar pour cette contribution décisive.

Elle a l'intérêt de poser les grands défis et les grands objectifs d'un enseignement numérique de qualité pour notre pays. Force est de constater que nous n'y sommes pas encore. Le débat est ouvert.

Merci M. Lazar : grâce à vous la France va enfin pouvoir se poser de vraies questions.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Jan 2014 11:16 - 25 Avr 2014 15:56 #9297 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Jan 2014 14:28 #9385 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
A lire dans "L'Express" du 24/01/14 : "Faut-il rendre l'enseignement du code informatique obligatoire dès le primaire ?" par Raphaële Karayan.


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Jan 2014 14:28 #9386 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Fév 2014 14:04 #9455 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Fév 2014 11:21 - 06 Fév 2014 11:21 #9487 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
A lire dans "EducaVox" du 05/02/14 : "Apprendre à exercer sa liberté d’expression ou apprendre à coder ?" par Michel Guillou.


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Fév 2014 19:35 #9555 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Fév 2014 19:36 #9556 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
A lire sur "EducaVox" du 12/02/14 : "La science informatique a pleinement sa place dans les enseignements primaire et secondaire" par Jacques Baudé, président d’honneur de l’association Enseignement Public et Informatique (EPI)


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Fév 2014 23:08 - 12 Fév 2014 23:53 #9560 par Shane_Fenton
Réponse de Shane_Fenton sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Voici l'avis de Michel Guillou sur le sujet.
Edit: Damned, je me suis fait griller ! :oops:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
12 Fév 2014 23:17 #9561 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Je l'ai vu avant toi (voir supra) ! :mrgreen:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
13 Fév 2014 07:36 #9562 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école

Pour Hollande, il faut "developper le numérique". Et donc faciliter l'apprentissage du "codage"

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Fév 2014 10:46 #9738 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
A lire dans "VousNousIls" du 28/02/14 : "Les lycéens sont analphabètes en informatique !"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Mar 2014 10:34 #9884 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet Enseigner l'informatique à l'école
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.295 secondes
Propulsé par Kunena