Nos patientes dissections


Les chausse-trappes d’une évaluation internationale

Dernière livraison de PISA

Pas besoin d’une grande enquête internationale pour mesurer l’ampleur du naufrage de l’école, du primaire jusque dans le supérieur : il suffit d’enseigner. Oui, l’école ne remplit plus la fonction qui est la sienne et la réussite qu’elle offre n’est plus qu’en trompe-l’œil.

Quand ce qui est obsolète redevient d’actualité

Décrets de 1950 : retour vers le passé

Dans l’imaginaire collectif, les années cinquante sont celles des soucoupes volantes. Mais il existe, en particulier dans la sphère médiatique, un autre objet de fantasmes et de passions irrationnelles : les décrets de 1950 portant sur le statut des enseignants. Des discussions à leur sujet sont sur le point de s’ouvrir et ces obscurs décrets sont bien dans la ligne de mire de la « refondation de l’école » actuellement en cours.

Penchons-nous quelques instants sur ces décrets qui ne sont pas sans réserver quelques surprises.

« Gérer les enseignants autrement »

Le fabuleux rapport de la Cour des comptes

Le 22 mai 2013, la Cour des comptes a rendu public un rapport intitulé « Gérer les enseignants autrement ». La presse a fait son miel de ses nombreuses recommandations iconoclastes, mais hélas sans guère lire le rapport lui-même ni porter sur elles un minimum d’esprit critique[1].

Les enseignants au pilori

Les traits de la médiatrice

Le rapport 2013 de la médiatrice de l’Éducation Nationale (« Informer, dialoguer pour apaiser »), Monique Sassier, a été rendu public ce jeudi 30 mai 2013. Ce rapport est notamment consacré au remplacement des enseignants absents et aux procédures disciplinaires dans le secondaire et il a été salué comme il se doit par le Ministre de l’Éducation Nationale, pour des raisons que nous allons nous efforcer d'éclaircir.

Au pas de Coursera, l’université en ligne

Gober les  moocs

Petite start-up deviendra grande. Ce qui n’était qu’un projet académique, Coursera, est devenu en à peine un an un business dynamique, d’envergure mondiale et à la croissance exponentielle, bref un de ces success stories à l’américaine dont la presse enthousiaste, abandonnant toute lucidité ou tout recul critique, s’empare avec gourmandise.

Avec onction de l’Académie des sciences

Un tube d'écran total, avec l'onction de l'Académie

L’Académie des sciences, prenant le pas sur l'Académie de médecine, vient d’émettre un avis de plus d’une centaine de pages, intitulé « L’enfant et les écrans » (17 janvier 2013). Cet avis, pour le moins surprenant, a suscité de nombreuses réactions, étonnées voire enthousiastes dans la presse : le magazine « Écrans » se réjouit ainsi de voir voler en éclats les préjugés contre les écrans car ils y sont pour la première fois présentés sous un jour extrêmement favorable.

Quand l'optimisme numérique devient mortifère

Petite Poussette

Depuis son grand discours, prononcé le 1er mars 2011 devant l’Académie française, et son essai Petite Poucette publié en 2012, la pensée paradoxale de Michel Serres, si bienveillante à l’égard des nouvelles générations et si confiante dans les nouvelles technologies, est devenue pour les activistes du numérique à l’école et les grands groupes technologiques, la caution intellectuelle et morale idéale pour précipiter les élèves dans le tout-numérique, présenté comme le levier magique de la refondation de l’école.