La réforme très spontanée de l'évaluation des élèves

Il faut réformer l’évaluation des élèves en France : c’est la cause évidente de l’échec scolaire (même si notre baccalauréat bat chaque année des records) ! Comment, d’ailleurs, ne s’en est-on pas rendu compte plus tôt ?

Pour cela une solennelle « Conférence nationale sur l’évaluation des élèves » est organisée en 2014-15 et un « jury » a été constitué par le ministère. Sa liste vient d’être rendue publique le 13 octobre 2014. 

Bien sûr, toutes les possibilités sont ouvertes pour réformer l’évaluation, avec cet objectif : proposer « une évalua­tion qui per­met de mieux valo­ri­ser les com­pé­tences des élèves » afin de se mettre « au ser­vice de la réus­site des élèves ».

La composition du jury appelé à réfléchir à cette grave question est néanmoins source de perplexité. Sur les trente membres retenus en effet :

- la moitié n’ont ni expérience de la pratique de l'évaluation ni même expérience professionnelle de l'école : associations, étudiants, lycéens et parents d'élèves. Ces derniers constituent d'ailleurs la part la plus importante du jury (30%).

- plus d'un quart sont des personnels de direction et des cadres de l’Éducation nationale

- moins d'un quart sont des enseignants. Et encore : les enseignants véritablement concernés par une éventuelle réforme de l’évaluation, dans le secondaire donc (puisque le primaire a déjà fait en grande partie sa révolution, avec les résultats spectaculaires que l'on constate), ne représentent que 13% du jury.

Mais ce n’est pas tout : les rares professeurs du secondaire retenus ont eux-mêmes été soigneusement sélectionnés. L’une est ainsi webmestre académique et formatrice TICE, l’autre est un professeur innovant partisan des classes sans note, une dernière promeut publiquement « évaluation positive, classe inversée, tâches complexes, pédagogie, numérique ». Le "Café pédagogique", bien ancré dans le camp des "nouvelles" pédagogies, a d'ailleurs interviewé ou récompensé deux d'entre eux et se félicite de leur choix.

Nul doute qu'avec une telle composition de jury, la conférence risque d’être animée et son issue pleine de suspense !

@loysbonod