La "réforme" du baccalauréat

Plus d'informations
14 Mar 2018 15:39 - 15 Mar 2018 13:38 #20669 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Plus d'informations
21 Jui 2018 08:49 #21106 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
27 Juil 2018 00:01 #21197 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Annonces précipitées : problèmes de calendrier pour la nouvelle année de terminale...

www.letudiant.fr/educpros/actualite/une-...t-de-parcoursup.html

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Sep 2018 21:00 #21385 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Le calendrier des épreuves terminales s'impose au détriment de l'enseignement...

www.letudiant.fr/educpros/actualite/parc...e-au-regime-sec.html

si des doutes subsistaient sur le calendrier du début de la procédure, un projet d’arrêté qu’EducPros s’est procuré semble les dissiper. Ce texte, qui sera étudié en Commission spécialisée des lycées le 26 septembre et en Conseil supérieur de l’éducation le 10 octobre, modifie le calendrier du futur baccalauréat pour le mettre en conformité avec Parcoursup.

Celui-ci devrait donc être aménagé pour permettre la prise en compte de certaines épreuves dans Parcoursup. Les épreuves terminales (les spécialités et la philosophie notamment) seraient organisées au second trimestre. Les épreuves communes de contrôle continu pourront, elles, avoir lieu au cours du troisième trimestre.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Oct 2018 16:54 #21478 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Déc 2018 21:12 #21653 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Jan 2020 20:32 - 23 Jui 2020 15:13 #22660 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
28/01/20 : Chaos des E3C www.lemonde.fr/societe/article/2020/01/2...er_6027485_3224.html





06/03/20 : www.nouvelobs.com/education/20200306.OBS...ur-baccalaureat.html

Gurvan Le Guellec dit: Mais pourquoi les profs tiennent-ils autant à « leur » baccalauréat ?

Le bac ne joue plus aucun rôle dans les trajectoires futures des élèves. Pourtant, la plupart des profs de lycée défendent mordicus ces épreuves. Pour comprendre cette étrangeté, il faut se plonger dans la psychologie enseignante

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Jui 2020 08:54 #22898 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Dans "Le Monde" (abonnés) du 23/06/20 tribune de Laurent Frajerman : "Pourquoi il ne faut pas pérenniser le contrôle continu"



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Juil 2020 17:53 - 28 Jui 2021 20:38 #22917 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Après le fiasco des E3C, la réforme ?

www.lexpress.fr/actualite/societe/reform...-ou-pas_2129808.html

www.lemonde.fr/education/article/2020/07...6044812_1473685.html





Edit du 28/06/21

Confirmation le 28/06/21 : "Baccalauréat: le ministère propose bien la suppression des évaluations communes"

Avec les applaudissements du Sgen-CFDT :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Fév 2021 07:15 - 11 Fév 2021 07:16 #23197 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Un guide #IGÉSR de l'évaluation pour la terminale des voies générale et technologique : eduscol.education.fr/media/5470/download

Dans le contexte sanitaire 2021, il convient :

de préciser le cadre solide au sein duquel le contrôle continu permettra à la fois de garantir la pleine légitimité du baccalauréat comme examen national et la confiance que les établissements d’enseignement supérieur peuvent avoir dans l’évaluation menée par les enseignants dans les lycées.


Bon, au delà du contexte sanitaire (annulation des épreuves communes, des épreuves de spécialités), le contexte est celui... de la réforme du lycée.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Jui 2021 07:37 - 05 Juil 2021 22:53 #23441 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Dans la presse :

www.liberation.fr/societe/education/plus...UUVDFLLKWFFBBQ4KMKI/
www.la-croix.com/Famille/Baccalaureat-co...021-06-28-1201163671
www.lemonde.fr/education/article/2021/06...6086116_1473685.html
Ce message contient des informations confidentielles


blogs.mediapart.fr/claude-lelievre/blog/...-le-controle-continu

Au Sénat le 30/06/21 :

Jean-Michel Blanquer dit: C'est une réforme de régénération du bac. Plus que jamais il aura de la valeur et un caractère national.


www.vousnousils.fr/2021/07/01/grand-oral...t-jm-blanquer-652279

« Bien sûr qu’il y a du contrôle continu depuis toujours dans les établissements, ça fait le bulletin scolaire. Et c’est ce bulletin scolaire qui sert à l’admission dans l’enseignement supérieur », a-t-il expliqué. « En valorisant le contrôle continu, […] nous poussons les établissements à une réflexion plus collective sur l’objectivité de la notation. »

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Juil 2021 14:42 - 09 Juil 2021 13:12 #23458 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Dans "Marianne" du 3/07/21 : "Rupture d'égalité ou revalorisation : le contrôle continu menace-t-il le bac ?"





www.franceinter.fr/reforme-du-bac-les-pr...-le-controle-continu






Pour Claire Krepper, du @SE_Unsa, cela va dans la bonne direction, mais nous serons vigilants sur les conditions de mise en œuvre. S'il n’est pas régulé, nous serons dans une dérive.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Juil 2021 10:08 - 11 Juil 2021 14:18 #23464 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Dans "Le Monde" (abonnés) du 11/07/21 : "Baccalauréat : avec la pérennisation du contrôle continu, la crainte d’une surévaluation des notes"





On observe les effets pervers du contrôle continu depuis la mise en place de Parcoursup : une course aux bonnes notes.

Il est remarquable, dans cet article, que P. Mathiot, apporte le problème (le contrôle continu) en même temps que la solution : ne pas en tenir compte ! Et de donner l'exemple avec Sciences-Po Lille qui préfère recruter avec des épreuves nationales.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Juil 2021 00:11 #23477 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Dans "Le Figaro" (abonnés) du 18/07/21 entretien avec Jean-Michel Blanquer : www.lefigaro.fr/actualite-france/blanque...s-inversent-20210718



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
04 Aoû 2021 08:21 - 04 Aoû 2021 08:40 #23486 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Note de service du 28/07/21 sur les modalités d'évaluation : www.education.gouv.fr/bo/21/Hebdo30/MENE2121270N.htm

Avec notamment :
- une commission d'harmonisation comparant les moyennes dans un établissement et les moyenne académiques (ce qui suppose que tous les lycées ont le même niveau) et pouvant s'appuyer sur "des éléments statistiques sur l'établissement d'inscription des candidats au cours des deux dernières sessions du baccalauréat"
- la présentation d'un "projet d'évaluation" pour "élaborer au sein de chaque établissement un cadre réfléchi et organisé" pour garantir "l'égalité entre les candidats".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Sep 2021 21:06 - 27 Sep 2021 21:03 #23582 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Le soutien (presque inattendu) de Philippe Watrelot le 26/09/21, en forme d'énième soutien à la réforme du lycée de Jean-Michel Blanquer :

[ Cliquer pour agrandir ]

Commençons par rappeler le soutien de Philippe Watrelot au passage du baccalauréat, cet examen obsolète, au contrôle continu. L'aberration du contrôle continu apparaissant à présent qu'il doit être mis en place, il fallait bien que ses promoteurs sortent du bois pour défendre la réforme.

Et immédiatement c'est une levée de boucliers contre cette atteinte a la sacro-sainte « liberté pédagogique » chez de nombreux enseignants concernés.

Le "progressisme" condamne par définition toute "levée de bouclier", preuve de conservatisme : pour progresser, il faut embrasser les décisions venues d'en haut.
De fait, se référer, comme Philippe Watrelot, à la liberté pédagogique avec des guillemets en lui accolant l'épithète "sacro-sainte", c'est dire tout ce que l'on pense de cette liberté : le "progressisme" pédagogique, qui prétend atteindre à l'émancipation des élèves, ne souhaite guère celle des enseignants.

A rebours de ceux—ci, pour ma part, je me réjouis de cette « invitation » à la concertation. Je voudrais développer quelques arguments sous la forme d'une interpellation à mes collègues de lycée.

Le plaisir de la distinction. Quant à l'"invitation à la concertation", il s'agit évidemment d'un élément de langage pour un nouveau dispositif imposé d'en haut aux personnels.

Faites l’expérience : expliquez ce projet à des collègues du primaire. Je l’ai fait. Vous n'obtiendrez que de l'incompréhension devant votre indignation.

L'expérience est faite. Voici ce qu'un collègue professeur des écoles m'a répondu : "La liberté pédagogique reste importante au primaire surtout concernant l'évaluation. Il y a bien moins d'enjeux dans les évaluations en cm2 qu'en fin de secondaire. Les seules évaluation communes sont les tests de positionnement CP CE1 et en fluence au cycle 3. Ces dispositifs sont imposés et ne sont pas l'œuvre d'un travail d'équipe. Donc le travail en équipe n'est certainement pas plus répandu en primaire qu'au secondaire et certainement moins qu'entre les professeurs d'une même matière. [...] il est classique d'encenser les enseignants du premier degré en les parant de qualités que les enseignants du secondaire n'auraient pas lorsqu'on veut imposer des réformes ou de nouvelles pratiques au secondaire. [...] Alors oui il y a dans les écoles du travail en équipe, l'équipe se compose généralement de moins de 10 enseignants et il s'agit surtout d'entraide, de partage des tâches au besoin avec comme objectif de se faciliter le travail et de partage tout simple de son travail avec ceux qui le veulent bien".

Paradoxalement, les enseignants de l‘école élémentaire s’ils sont seuls dans leur classe toute la journée sont bien plus rompus au travail en équipe que leurs collègues du secondaire.

Ce paradoxe, postulé par Philippe Watrelot, relève essentiellement de la volonté d'opposer premier et second degré.

Et la nécessité de se doter d’un projet d'école et de se coordonner sur l'évaluation n'est pas un vain mot creux destiné a complaire à l’échelon hiérarchique mais une nécessité.

Il n'y a guère que les Philippe Watrelot pour penser qu'un "projet d'école" ou un "projet d'établissement" ait un sens. D'ailleurs, le fait que l'évaluation relève désormais d'un "projet" souligne toute la vacuité du mot. Il est vrai que le mot sonne plus heureusement que "cadre contraignant".

Nous (je m'inclus dedans) dans le second degré sommes de foutus individualistes comparés à nos collègues du premier degré que nous ignorons quand ils ne sont pas l'objet d'un certain mépris...

Une sympathique accusation qui relève, à coup sûr, du mépris pour... les collègues du secondaire, "foutus individualistes" méprisant les collègues du primaire.

Alors, pourquoi ce qui semble normal au primaire ne l'est pas au secondaire et particulièrement au lycée ?

Parce que nous somme de foutus individualistes ! Bien qu'ayant souvent un discours très radical, nous avons un « exercice libéral » du métier enseignant. Gare à celui qui se risquerait à inviter les enseignants à travailler de manière plus collective !

Il s'agit donc bien de soumettre l'enseignant à un cadre collectif non pas seulement pour évaluer le travail des élèves, mais pour "travailler" en général, revendication "progressiste" ancienne : on se souvient, pour prendre un exemple récents, des EPI de collège 2016 dont la vocation était moins de faire travailler en équipe que de réduire les coûts d'enseignement : "Les enseignants ne se saisiraient pas suffisamment de la liberté pédagogique, assure le ministère, qui veut par conséquent leur imposer un «cadre»."

Le caractère libéral du métier d'enseignant (qui n'exclut nullement les échanges avec les collègues) est précisément ce qui lui donne sa grandeur. Mais cette liberté, qui subit coups sur coups dans l'école actuelle, est précisément insupportable à des Philippe Watrelot voulant imposer des méthodes d'enseignement ou d'évaluation (les deux se rejoignant puisque, bien avancée au collège, l'évaluation par compétences par exemple veut imposer l'enseignement par compétences).

Cela serait vu comme une ingérence dans notre liberté pédagogique... Une « liberté » qui est bien trop souvent la liberté de ne pas changer. Il faudrait quand même s'interroger sur cette posture très conservatrice...

Ou sur ce que Philippe Watrelot ne comprend pas dans le mot "liberté".

Il est vrai qu'il ne souhaite pas "conserver le baccalauréat".

Évidemment, la réforme du lycée a été très mal vécue parce qu’elle a percuté de manière assez brutale un ordre établi et des manières de faire sans prendre le temps de la négociation ni même de l'explication. Je partage certaines des critiques qui sont adressées à cette réforme.

Car c'est - dans l'ensemble - une bonne réforme, simplement brutalement appliquée, mal expliquée : voilà comment les réformistes entendent se présenter comme les défenseurs des enseignants tout en étant les défenseurs de la réforme

Mais pourquoi diable Philippe Watrelot tient-il à dénoncer "l'imposture Blanquer" ? Pour mieux faire oublier la sienne, criante aujourd'hui ?

Outre le caractère très vertical et donc l‘absence de négociations, je déplore aussi le fait que cette réforme transforme le lycée en une vaste antichambre du post-bac, sommant les élèves d'avoir un « projet » dès la fin de la classe de seconde. On devrait avoir le temps de choisir et de se tromper.

Ironique que Philippe Watrelot ironise ici sur le mot "projet".

Sa critique de la réforme - redisons-le : Philippe Watrelot est un opposant - est ici, formulée avec cette réserve, étrange car c'est l'esprit même de la réforme (avec ses "spécialités", le dispositif Parcoursup...) que Philippe Watrelot a soutenue. Le continuum bac-3/+3 est une vieille lune "progressiste". On se souvient quand Marie Duru-Bellat plaidait en 2014 : "L’orientation dans l’enseignement supérieur devrait être mécanique voire autoritaire" .

Mais je ne suis plus l‘opinion dominante (?) lorsqu’on invoque | «égalité républicaine » comme une sorte de mantra pour justifier la défense du baccalauréat « à la française ».

On a bien compris que Philippe Watrelot soutenait la disparition d'un examen national : c'est d'ailleurs le vrai sens de son billet. Le "projet d'évaluation" n'est qu'un épisode de la guerre contre le baccalauréat.

Toutes les études de docimologie montrent que la supposée égalité républicaine ne résiste pas à l’examen des biais de la notation. Le « bac a la française » c’est confier son avenir à sa performance en un seul jour où l'on est soumis a toutes les lubies de votre correcteur. J'ai plein d’exemples a fournir...

Le bac ne se passe pas en "un seul jour", la notation ne se fait pas selon des "lubies" (encore un exemple de mépris pour les collègues) mais à travers des procédures équitables (même sujet, copies et établissements anonymes, consignes de correction et barèmes communs, harmonisation des notes). A croire Philippe Watrelot, le baccalauréat relèverait de la loterie. Il faut croire que seule une caricature peur discréditer le baccalauréat.

Au reste, la réussite miraculeuse au baccalauréat, pilotée par l'institution, augure bien de celle du contrôle continu.

Heureusement, dans sa curieuse logique, "toutes les études de docimologie" ne concerneront miraculeusement pas... le contrôle continu !

Évidemment, on va me rétorquer que le contrôle continu ouvre la porte à toutes les pressions des élèves et de leurs familles. La solution à cette pression réside dans une réponse collective. Pas de bol, c'est ce que refusent les enseignants, au nom de la sacro-sainte « liberté pédagogique » !

Dans la logique de Philippe Watrelot, la conséquence délétère (qu'il reconnaît au passage : il n'est jamais trop tard) d'une réforme délétère devrait donc occasionner un abandon délétère, celui de la liberté pédagogique.

Je suis toujours surpris, en tant que vieux prof et malgré les années et la somme de désillusions qu’elle provoque, par le peu de confiance des enseignants dans la force du collectif.

Dit celui qui vient d'exprimer tout son mépris pour l'évaluation collective au baccalauréat... A noter que "la force du collectif" ne doit surtout pas s'exprimer dans une "levée de boucliers", ou pire un mouvement de grève ou de protestation.

J'en viens a me demander si, malgré les beaux discours, ce défaitisme ne les arrange pas…

On aurait pu penser qu'accepter toutes les réformes relève du "défaitisme"...

Je ne pense pas que l'invitation à se concerter soit la panacée a tous les problèmes. Je sais aussi qu’elle est souvent initiée de la pire des manières par des injonctions verticales de la part de l'inspection ou des chefs d’établissements.

Mais c'est une autre forme de "liberté", après tout !

Rappeler que nous sommes des fonctionnaires ne me vaudra que des invectives. Au delà du statut, je voudrais surtout insister sur la force du collectif. Et si c’était l’occasion de penser notre foutu métier trop individualiste de manière collective ?

Ça vaut le coup d’essayer ?

Jean-Michel Blanquer peut remercier, encore une fois, l'ex-président des "Cahiers pédagogiques".

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Oct 2021 22:56 - 11 Oct 2021 23:22 #23612 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet La "réforme" du baccalauréat
Dans "Le Monde" (abonnés) du 11/10/21 : "Bac 2022 : les lycées se mettent en ordre de marche sur le contrôle continu"





Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.383 secondes
Propulsé par Kunena