"41.700 lycéens mettent zéro au Bac !" (UNL)

Plus d'informations
05 Juil 2013 11:17 - 05 Juil 2013 11:18 #6755 par Loys
A lire sur le site de l'UNL, ce communiqué du 03/07/13 : "41.700 lycéens mettent zéro au Bac !"

41.700 lycéens mettent zéro au Bac !
Les lycéens refusent une épreuve-sanction qui ne correspond pas à leurs perspectives d’avenir !
Le bac note en une semaine 15 années de scolarité et sanctionne sans prendre en compte les compétences acquises. La pédagogie par la note construit une Ecole à deux vitesses! L’UNL revendique un étalement semestriel des épreuves qui permet le droit à l’erreur ainsi que l’élaboration de sujets mettant en valeur la validation des compétences. L’apprentissage brut est sans intérêt éducatif, les lycéens n’en veulent plus !
Première édition de la Réforme Châtel, ce bac de juin 2013 a été le sujet de nouvelles défaillances. Notamment, des problèmes d’anonymat, faute de cadrage national des épreuves de langues en terminale. En signant la pétition de l’UNL, ces milliers de lycéens expriment leur volonté de changer en profondeur le bac alors même qu’aucun ministre de l’Éducation n’en a eu le courage pour l’instant. L’UNL exige que le Baccalauréat ne soit plus ignoré et abordé au plus vite lors de la refondation du lycée.
Les lycéens s’expriment pour être maîtres de leur orientation!
L’orientation est déterminante pour l’avenir des lycéens. Pour autant, ils la subissent souvent. Le conseil de classe de 3ème décide en fonction du niveau l’avenir des élèves, sans prise en compte de leurs aspirations. L’UNL constate que l’orientation subie est l’une des causes des 150.000 sorties du système éducatif sans aucun diplôme. C’est aux lycéens seuls de choisir leur orientation !
Mais pour permettre aux lycéens de construire un projet d’orientation solide, il faut engager des moyens. Notamment en recrutant plus de conseillers d’orientation. Il y a actuellement un conseiller d’orientation pour 1500 élèves. L’UNL demande 1 conseiller d’orientation pour 500 élèves afin qu’un suivi soit possible tout au long de la scolarité.
Ce sont donc 41.700 lycéens qui, en soutenant les propositions de l’UNL, ont choisi de s’engager pour changer le lycée en changeant le bac et l’orientation. Le bac doit garantir la réussite de tous, c’est en changeant l’École que nous transformerons la société !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Juil 2013 12:15 - 05 Juil 2013 20:58 #6759 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "41.700 lycéens mettent zéro au Bac !" (UNL)

41.700 lycéens mettent zéro au Bac !

C'est beaucoup et peu en même temps : les candidats au Bac sont 664.709 cette année.

Les lycéens refusent une épreuve-sanction qui ne correspond pas à leurs perspectives d’avenir !

C'est vrai qu'avec 84,5% de reçus en 2012 (presque 90% en série générale), c'est une vraie "épreuve sanction". :santa:

Le bac note en une semaine 15 années de scolarité...

Le bac, étalé sur deux ans, est fondé sur les programmes de Première ou de Terminale... Certaines épreuves de langue vivante ont lieu en milieu de Terminale depuis cette année.

...et sanctionne sans prendre en compte les compétences acquises.

Que prend-il donc en compte, alors ? :scratch:

La pédagogie par la note construit une Ecole à deux vitesses!

C'est un autre débat que celui du Bac... :roll:
De toute façon, vu les taux de réussite mirobolants que nous atteignons, difficile de parler de "pédagogie par la note" ou "d'école à deux vitesses". Ou plutôt : il y a bien deux vitesses, mais le Bac ne les fait pas apparaître.
Voir : www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/18-diplome-de-bacotille

L’UNL revendique un étalement semestriel des épreuves qui permet le droit à l’erreur ainsi que l’élaboration de sujets mettant en valeur la validation des compétences.

Concrètement on travaille une discipline jusqu'à l'examen au milieu de l'année et puis ensuite ? :scratch:
Comment fait-on pour les académies ayant des calendriers différents ?
Et comment organise-t-on concrètement "le droit à l'erreur" ? Avec autant de sessions qu'il le faut ?
Bref, tout ceci est bien nébuleux.
Au passage, les options facultatives, les TPE avec les points supplémentaires, les oraux de rattrapage, les jury de délibération qui remontent les notes à partir des dossiers scolaires ne donnent-ils pas déjà un beau "droit à l'erreur" ? Certains élèves obtiennent des moyennes générales au Bac supérieures à 20.. :mrgreen:

L’apprentissage brut est sans intérêt éducatif, les lycéens n’en veulent plus !

De quel "apprentissage brut" s'agit-il ? :scratch:

Première édition de la Réforme Châtel, ce bac de juin 2013 a été le sujet de nouvelles défaillances. Notamment, des problèmes d’anonymat, faute de cadrage national des épreuves de langues en terminale.

Ce qui correspond pourtant strictement à ce que demande l'UNL : "l'étalement semestriel"... :lol:

En signant la pétition de l’UNL, ces milliers de lycéens expriment leur volonté de changer en profondeur le bac alors même qu’aucun ministre de l’Éducation n’en a eu le courage pour l’instant.

Entre vouloir "changer en profondeur" et "mettre zéro" il y a comme une nuance, non ?
A vrai dire proposer à nouveau un vrai Bac exigeant, voilà surtout ce qui demanderait du courage...

L’UNL exige que le Baccalauréat ne soit plus ignoré et abordé au plus vite lors de la refondation du lycée.

"L'UNL exige..." :shock:

Les lycéens s’expriment pour être maîtres de leur orientation!

Quel rapport avec le Bac ? :scratch:
L'orientation est connue avant même de passer le Bac. ,Bref un peu confus, comme communiqué.

L’orientation est déterminante pour l’avenir des lycéens.

La Palice n'aurait pas mieux dit. :doc:

Pour autant, ils la subissent souvent. Le conseil de classe de 3ème décide en fonction du niveau l’avenir des élèves, sans prise en compte de leurs aspirations.

Encore une fois, quel rapport avec le Bac ? :scratch:
Le vrai responsable qui "décide" de son avenir, c'est l'élève... Le conseil de classe ne fait que prendre acte de son niveau pour l'orientation l'année suivante. Et bien sûr que les aspirations des élèves sont "prises en compte" en conseil de classe. Mais elles ne peuvent malheureusement pas toujours être respectées.
Sauf à vivre dans un cursus scolaire où le niveau n'est plus pris en compte : en ce cas il faut que l'UNL le proclame clairement. :doc:
D'ailleurs, bien souvent, dans la réalité, les décisions d'orientations sont annulées par le chef d'établissement ou les commissions d'appel. Des taux de passage en seconde générale sont même fixés à l'avance, à la façon soviétique.

L’UNL constate que l’orientation subie est l’une des causes des 150.000 sorties du système éducatif sans aucun diplôme.

Il s'agit plutôt de 120.000, dont certains ne passent de toute façon pas le Bac mais le CAP ou le BEP.

C’est aux lycéens seuls de choisir leur orientation !

Et le niveau, il se choisit aussi ? Et ensuite le métier, et la mutation, et le salaire ? :mrgreen:

Mais pour permettre aux lycéens de construire un projet d’orientation solide, il faut engager des moyens. Notamment en recrutant plus de conseillers d’orientation.

La solution à tous nos problèmes, effectivement. :doc:

Il y a actuellement un conseiller d’orientation pour 1500 élèves. L’UNL demande 1 conseiller d’orientation pour 500 élèves afin qu’un suivi soit possible tout au long de la scolarité.

Il faudrait même un suivi personnalisé. Quand on voit comme les élèves sollicitent peu dans l'année les conseillers d'orientation, cette revendication ne peut que faire sourire.

Ce sont donc 41.700 lycéens qui, en soutenant les propositions de l’UNL, ont choisi de s’engager pour changer le lycée en changeant le bac et l’orientation.

Une consultation visiblement bien confuse dans son sujet comme dans ses objectifs...

Le bac doit garantir la réussite de tous, c’est en changeant l’École que nous transformerons la société !

Tiens, l'UNL plagie le slogan du CRAP ?
En quoi exactement la réussite de tous au Bac (nous y sommes d'ailleurs presque avec 77,5% d'une génération au Bac en 2012) changera-t-elle quoi que ce soit à la société ? :scratch:
Quant au Bac qui doit "garantir la réussite de tous", est-ce la revendication qu'il faut fixer à l'avance le taux de réussite à 100% ? C'est une bonne idée pour revaloriser le Bac que de le donner à tous, en effet.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Juil 2013 12:26 - 05 Juil 2013 13:17 #6760 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "41.700 lycéens mettent zéro au Bac !" (UNL)
Pour autant que j'ai pu le constater, la fameuse consultation pose des questions ouvertes...
La généralisation ("41.700 lycéens mettent zéro au Bac !") suppose donc que 41.700 lycéens ont répondu la même chose... :shock:
En vérité on peut donc craindre que les opinions "des lycéens" ne soient en vérité celles des auteurs du communiqué... :devil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Juil 2013 20:59 - 05 Juil 2013 21:01 #6765 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "41.700 lycéens mettent zéro au Bac !" (UNL)
Et on se dirige vers un nouveau record : "Bac 2013: taux de réussite en hausse avant l'oral de rattrapage (provisoire)" ("VousNousIls" du 05/07/13)
Alors, enfin les 80% d'une classe d'âge au Bac en 2013 ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.272 secondes
Propulsé par Kunena