"Quelle démocratisation dans le supérieur ?" (Café Pédagogique)

Plus d'informations
11 Sep 2013 10:18 #7472 par Loys
A lire dans le "Café Pédagogique" du 11/09/13 : "Quelle démocratisation dans le supérieur ?"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Sep 2013 10:35 - 11 Sep 2013 10:38 #7474 par Loys

Quelle démocratisation dans le supérieur ?

Quel sens surtout faut-il donner à cette expression ? L'accès au supérieur doit-il être universel (ce qui se produit de plus en plus avec la massification du Bac et ses 76,7% d'une classe d'âge à l'obtenir en 2012) ? :roll:

Comment concilier démocratisation de l'accès à l'enseignement supérieur et réussite des élèves ?

Il ne s'agit pas seulement de l'accès, mais de la réussite de tous.

Cette question est une préoccupation pour Geneviève Fioraso et Vincent Peillon. L'équation n'est pas simple à résoudre. Et les coups en douce ne sont pas rares... Quelques faits à méditer...
Bacs techno et IUT. " En 2013, 13 500 bacheliers technologiques ont reçu et accepté une proposition en I.U.T., contre 12 000 l'an dernier, alors que le nombre de bacheliers technologiques n'a pas augmenté entre 2012 et 2013. En conséquence, même si les bacheliers généraux demeurent largement majoritaires, la proportion des bacheliers technologiques a déjà augmenté de trois points (de 27 % à 30 %)", a déclaré Geneviève Fioraso devant l'IUT d'Angers le 9 septembre. " Nous devons faire sauter tous les verrous, comme celui de l'orientation des bacheliers professionnels et technologiques. Nous devons repenser et réformer l'ensemble des conditions de la réussite", a ajouté la ministre.

Question : comment est-on parvenu à ce résultat ? :devil:

Démocratisation et sélection ? Mais , pour G. Fioraso, " priorité d'accès ne signifie pas accès de droit généralisé et pour tous, et cette priorité doit être compatible avec le principe de la sélection à l'entrée" des IUT.

Ça paraît simple, comme ça... :mrgreen:

La loi fixe des quotas académiques. La ministre a décrit les conditions nécessaires à cette hausse : " on ne peut recruter plus de bacheliers technologiques que si, en amont, on fait en sorte d'attirer davantage de lycéens de la filière technologique vers les I.U.T., en particulier les filles, grandes absentes de ces filières, et si, en aval, on adapte les approches pédagogiques".

En l'occurrence aucun travail n'a été fourni en amont. L'évolution rapide 2012-2013 s'est donc faite sur les seuls critères idéologiques.

Des MOOC. Dans un entretien à paraitre le 11 septembre dans les quotidiens de l'est (Est républicain, DNA, Le Progrès etc.), G. Fioraso annonce le doublement de l'alternance dans le supérieur. Elle annonce aussi la création d'un fonds mutualisé national pour développer des MOOC.

Les moocs, ou la démocratisation à pas cher. Un peu comme Google et son encyclopédie gratuite, Wikipédia.

Il y a pourtant fort à faire pour assurer la démocratisation des études dans le supérieur. Dans Le Monde, Emmanuel Perrin, président de l'université Lyon 1, explique le traitement particulier de ces lycéens dans son université. " Nous avons une centaine d’étudiants inscrits en licence ou en première année d’études de santé qui ne sont pas du tout préparés... Les étudiants suivent d’abord trois semaines de cours universitaires classiques pour prendre conscience du décalage entre leur formation et les exigences de l’université. Au 1er octobre, nous leur proposons un parcours préparatoire de remise à niveau sur les matières scientifiques mais surtout, avec le service orientation, de maturité de leur projet professionnel en vue de proposer, l’année suivante, aux titulaires d’un bac pro, des places dans les BTS des lycées de la région, les bacs techno poursuivant en licence". L'Université crée ainsi son examen d'entrée, détecte et éjecte sur une année ne donnant aucune ECTS ces lycéens qui n'ont eu d'autre solution que s'inscrire à Lyon 1.

De quel "examen d'entrée" parle François Jarraud ? De quelle sélection parle-t-il puisque ces étudiants se voient "proposer" des alternatives qu'ils peuvent parfaitement refuser. :scratch:
En réalité, le problème est l'accès à l'université de bacheliers professionnels : une aberration. Ce qui fait obstacle à la démocratisation, quand on lit bien François Jarraux, c'est le niveau des étudiants : il faudrait donc pouvoir en faire abstraction... :santa:

Pendant ce temps, les vrais cours universitaires peuvent continuer inchangés, purifiés des éléments indésirables...

Notez le mépris pour les cours de BTS, assimilés à de faux cours. Et surtout le vocabulaire moral et quasi-religieux, lourd de sens, pour désigner le principe de sélection par le niveau, assimilée à une purification. :evil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.198 secondes
Propulsé par Kunena