"Education: "Il faut réformer la réforme"" (L'Express)

Plus d'informations
08 Nov 2013 08:29 - 08 Nov 2013 08:30 #8332 par Loys
A lire dans "L'Express" du 7/11/13 : "Education: "Il faut réformer la réforme"" par Emmanuel Davidenkoff.


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Nov 2013 08:54 - 08 Nov 2013 20:39 #8334 par Loys

Education: "Il faut réformer la réforme"

Toujours mettre une jolie image d'élèves devant un écran plat quand on parle de l'école à venir. Les gens voient l'innovation sous une forme tangible. :doc:

Pour transformer l'école, le vrai enjeu n'est pas tant de trouver des solutions que de réussir à les mettre en oeuvre à grande échelle. Emmanuel Davidenkoff tire les leçons du sommet Wise, le "Davos de l'Education".
La colombienne Vicky Colbert, lauréate du prix Wise 2013, qui se présente comme le "Nobel de l'éducation", l'a martelé dans son discours de remerciement: il n'y a pas grand-chose d'innovant dans la pédagogie des "escuelas nuevas" qu'elle a créées en 1974 et qui ont permis, depuis, de scolariser cinq millions d'enfants pauvres. L'innovation, c'était de réussir à mettre en oeuvre à grande échelle et sur le long terme ces méthodes imaginées voici près d'un siècle par Montessori, Freinet et Dewey, dont elle se réclame.
Cette question de la généralisation de dispositifs pédagogiques alternatifs était au fond le véritable sujet du World Innovation Summit for Education (Wise), dont la cinquième édition s'est déroulée la semaine dernière à Doha (Qatar).

Car la Qatar, pays merveilleusement démocratique, a une autre vocation que le football européen. :doc:
Mais n'y aurait-il pas comme une profonde contradiction entre cette volonté de généraliser et celle de "prendre en compte le contexte local" ? :devil:

On connaît en effet de longue date les ingrédients du cocktail éducatif le plus performant: attention à l'enfant, prise en compte du contexte local, lien entre les enseignements et la vie réelle, implication et le cas échéant formation des parents, empathie, coopération plutôt que compétition, évaluations multiformes plutôt que notation, prise en compte des compétences sociales (soft skills) et pas seulement des compétences scolaires, etc. D'une façon ou d'une autre, on retrouve ces ingrédients dans les principaux courants de l'éducation dite nouvelle.

Merci pour ce résumé du bréviaire des nouvelles pédagogies, dont on constate effectivement les "performances" depuis qu'elles sont appliquées à l’Éducation nationale.

Tout comme on trouve dans l'organisation des systèmes éducatifs, selon diverses combinaisons, les ingrédients qui rendent si difficile la mise en oeuvre des pédagogies centrées sur l'élève (ce qui, soit dit au passage, n'est pas tout à fait pareil que de prétendre mettre "l'élève au centre")...

Car il existe des pédagogies qui ne sont pas centrées sur l'élève. :doc:
Tiens Emmanuel Davidenkoff se désolidariserait-il de "l'élève au centre du système" ? :transpi:

...prégnance des enjeux institutionnels, politiques, scientifiques, des querelles de territoires entre disciplines, le tout compliqué par des réflexes parfois corporatistes...

Eh oui car critiquer la réforme des rythmes scolaires telle qu'elle est appliquée, c'est forcément être "corporatiste".

Passer à la pratique
Le véritable génie de celles et ceux qui parviennent à étendre des dispositifs disruptifs...

Les anglicismes, même mal maîtrisés, sonnent toujours bien dans les nouvelles pédagogies.

...finalement, tient moins à leur habileté pédagogique qu'à leurs compétences en matière de conduite du changement.

Donc finalement l'efficacité scolaire est secondaire.

Raison pour laquelle, à l'échelle mondiale, le changement en éducation est plus souvent porté par des entrepreneurs sociaux que par des acteurs issus du monde de l'éducation - voir à ce propos les pedigrees des précédents récipiendaires du prix Wise, Madhav Chavan, cofondateur de l'ONG indienne Pratham, et Fazle Hasan Abed, fondateur de BRAC(Bangladesh Rural Advancement Committee).

Si l'école pouvait être sans enseignants, ce serait merveilleux.

Les services publics d'éducation sont-ils capables non tant de se réformer que de réformer leur façon de se réformer?

Trop fort !

Question qui mériterait d'être posée lors d'une prochaine édition du Wise qui, s'il veut vraiment devenir un "Davos" de l'éducation comme il l'ambitionne, doit convaincre plus de décideurs politiques de premier rang de faire le voyage, non pour discourir mais pour s'instruire de ce que la société civile peut leur apprendre.

Notez qu'il faut écouter la "société civile" et le "terrain"... mais pas les enseignants qui sont dans les classes. Et qui se doutaient - par exemple - que réveiller de la sieste les élèves de maternelle à 14h30 pour enchaîner avec les activités périscolaires n'était peut-être pas la meilleure des idées pédagogiques... :santa:

La première pierre du changement, telle que la décrivent tous les entrepreneurs sociaux, tenant à la capacité d'écoute des besoins réels exprimés par le terrain, un tel exercice pratique pourrait peut-être constituer la première pierre de nouveaux édifices scolaires plus justes et plus ouverts.

Voilà qui nous avance bien. :santa:
"L'écoute du terrain" est d'ailleurs tout à fait conforme à l'idée de "généralisation" et de "mise en œuvre à grande échelle". :doc:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Nov 2013 10:42 - 08 Nov 2013 10:42 #8335 par Wikibuster
Réponse de Wikibuster sur le sujet "Education: "Il faut réformer la réforme"" (L'Express)
"Eh oui car critiquer la réforme des rythmes scolaires telle qu'elle est appliquée, c'est forcément être "corporatiste"."
Ne vous plaignez pas au moins on ne vous traite pas de... troll ! (pour l'instant) :papy:

Ecrasons l'infâme !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.242 secondes
Propulsé par Kunena