"« Enseigner c’est créer et collaborer », mais qu’apporte de plus le numérique ?" (EducaVox)

Plus d'informations
18 Fév 2013 12:08 #3990 par Loys
Quand on vous dit que le numérique doit se mettre au service des nouvelles pédagogies...

Sur "EducaVox" ce 18/02/13 : "« Enseigner c’est créer et collaborer », mais qu’apporte de plus le numérique ?"



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
18 Fév 2013 12:30 #3991 par Loys

"Si la recherche didactique s’est intéressée aux acteurs de la relation didactique que sont l’élève et l’enseignant, interrogeant les apprentissages des premiers, les pratiques d’enseignement des seconds et les interactions dialectiques entre apprentissages et pratiques, son terrain principal d’étude pour ce faire a été jusqu’ici la salle de classe. Ce qui se joue hors de la classe, tant pour l’élève que pour l’enseignant, a fait l’objet d’une attention plus marginale" observe Michèle ARTIGUE Professeur émérite au Laboratoire de Didactique André Revuz de l’Université Paris 7 Diderot.

Il faut en effet étendre les bienfaits des grands innovations didactiques de ces dernières décennies.

C’est un peu pour combler cet espace d’étude, que Luc TROUCHE Professeur des Universités et directeur de recherche à l’Institut Français de l’Education se penche sur le renouvellement des pratiques pédagogiques qu’impulse l’intégration du numérique. Le changement de référentiel du point de vue des temps et des espaces éducatifs, les nouveaux équilibres entre le travail dans l’école et le travail hors l’école concerne bien entendu autant l’élève que l’enseignant.

Le numérique est la bouée de sauvetage des nouvelles pédagogies (je me répète mais bon...).

Les modèles de ressources pédagogiques doivent en effet être repensés "pour favoriser leur appropriation et leur mutualisation" par les enseignants, confrontés à "l’infobésité" du web.

Les "ressources pédagogiques", ce sont mes cours : et supposer que je dois les mutualiser et m'approprier ceux de quelqu'un d'autre retire toute dignité qui reste à mon travail.

Spécialiste des questions liées à la didactique des mathématiques et aux Technologie de l’Information et de la Communication dans l’Education, Luc TROUCHE a centré depuis cinq ans ses études sur le travail documentaire des enseignants (et en particulier ses aspects collectifs) ainsi que sur les processus de conception de ressources numériques pour l’enseignement et la formation.

La recherche documentaire n'est qu'une partie accessoire (et parfois inutile) de la conception d'un cours.

Invité à la journée du Numérique 64 organisé à Hendaye par le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques, il y a présenté une conférence sur le thèmes des "Ressources vivantes pour et par les enseignants".

"La documentation des professeurs qui est au coeur de l’activité professionnelle des enseignants, en est à la fois le résultat et le moteur", dit-il .

C'est faux... Un professeur de lettres ou un professeurs de mathématiques peut s'appuyer sur ses seules compétences disciplinaires pour concevoir un cours. Cette vision partielle prépare un avenir où les enseignants n'auront plus ces compétences disciplinaires, ainsi que le trahit la dernière maquette des nouveaux concours 2013, où la discipline ne compte plus que pour 1/6 de la note. La "mutualisation" des ressources, aveu d'incompétence, sera alors nécessaire.

Ces ressources, sans cesse renouvelées et réorganisées sur le net, qu’il rassemble, qu’il transforme, qu’il partage, qu’il met en œuvre, qu’il révise, sont d’autant plus vivantes qu’il participe à leur évolution en temps réel.

Une ressource est n'est pas vivante parce qu'elle est trouvée sur Internet. Au contraire...

Les professeurs, devenus enseignants-concepteurs, peuvent se regrouper alors au sein d’associations qui se donnent pour but la production, la médiatisation, la diffusion de ressources pensées pour le professeur, pour la classe, pour l’élève.

Et actant l'incapacité du professeur à les concevoir lui-même

Sésamaths en est l’exemple emblématique avec pour objectifs de promouvoir, " l’utilisation des TICE dans l’enseignement des mathématiques...

Curieux objectif. Ce n'est pas de promouvoir la réussite scolaire en mathématiques ? :twisted:

... le travail coopératif et la co-formation des enseignants,(dans) une philosophie de Service Public"

La co-formation a cet autre avantage qu'elle ne coûte rien.

"C’est le signe avant coureur de la métamorphose du métier d’enseignant"et "cela nécessite l’apparition de nouveaux métiers au service de la conception, de la médiatisation, et de la diffusion des ressources » écrivent Luc TROUCHE et Eric SANCHEZ dans une contribution de l’IFE, ENS de Lyon lors de la concertation sur la Refondation de l’Ecole de la République.

Des gens qui n'enseignant pas, donc.

Qu’est ce qu’enseigner ? interroge le conférencier en préambule qui répond. "Enseigner c’est collaborer et créer"

Eh bien je ne peux pas être plus en désaccord. Enseigner, c'est transmettre par une voie personnelle.

Luc TROUCHE renvoie au nouveau dictionnaire pédagogique de Ferdinand Buisson et à la naissance de l’école publique : "A la racine même de l’acte d’enseignement il y a la collaboration"


Je n'ai pas trouvé cette citation dans le Dictionnaire de Buisson . En revanche, celle ci, à l'article "Conseil des maîtres" :

« L'école est une, quel que soit le nombre de ses maîtres, et tout enseignement est une collaboration : collaboration des maîtres entre eux en vue de la formation intellectuelle et morale de l'enfant ; collaboration des maîtres et des familles. Il n'est pas de conception plus fausse, plus étrangère à nos habitudes d'égalité et de bonne confraternité, que celle qui maintiendrait le directeur et ses adjoints dans un isolement mutuel, le premier concentrant en sa personne toute la vie administrative et pédagogique de l'école, les seconds réduits à une obéissance étroite et bornant leur activité à enseigner suivant des méthodes et des principes acceptés sans discussion et sans foi et imposés d autorité. L'unité ainsi obtenue frapperait par avance l'enseignement de stérilité ; pour être féconde, l'harmonie doit être faite de l'accord de toutes les bonnes volontés s'employant à l’œuvre commune. Nous attendons cette unité et cette harmonie de l'organisation bien comprise du Conseil des maîtres.


Et cette citation elle-même n'est pas de Buisson. C'est une circulaire du 15 janvier 1908 qu'il se contente de citer. Et cette citation elle-même ne parle aucunement de création ni de mutualisation de ressources.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.409 secondes
Propulsé par Kunena