Denis Colombi - "Notes sur la socialisation des profs" (25/03/12)

Plus d'informations
19 Mai 2012 18:26 #665 par Loys
A lire sur son blog, dans la catégorie "Sociologie de l'actualité et actualité de la sociologie", cet article de Denis Colombi, agrégé de sciences sociales, professeur de sciences économiques et sociales, doctorant en sociologie :



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Mai 2012 19:26 #668 par Loys

Notes sur la socialisation des profs

On voit que mon article n'est qu'un prétexte pour un débat beaucoup plus vaste.

Voici un billet que je voulais écrire depuis longtemps et que je n'ai cessé de repousser à chaque fois que j'en ai eu l'occasion... par paresse, manque de temps ou par pudeur - vous verrez pourquoi. Le succès, que certains appellent "buzz", du "pourrisage du web" d'un certain Loys Bonod, "36 ans, professeur certifié de lettres classiques dans un lycée parisien", me pousse, sinon à boucler toutes les idées, au moins à dire deux mots de ce sujet : la socialisation professionnelle des enseignants. Une socialisation qui, pour un groupe qui se sent menacé par Internet, emprunte de plus en plus cette voie.

J'ai beau relire, cette dernière phrase n'a pas de sens. :shock:

Passons d'abord sur le contenu de la chose : un prof diffuse de fausses informations sur Internet...

Raté, il s'agit d'un faux corrigé principalement, ou de réponses sur des forums de discussion. Rien à voir avec de l'"information". D'ailleurs un commentaire de texte n'a rien à voir avec de l'information. Bref, ça commence mal... :mrgreen:

Amusante au premier abord, l'expérience s'avère plus nauséabonde lorsque l'on prend la peine d'y penser (il m'a moi même fallu un peu de réflexion pour en arriver là).

"Nauséabond" me semble même un peu en dessous de la réalité.

Les réactions négatives ont été assez fournies et bien argumentées

Argumentées, argumentées... Je laisse mes lecteurs juges.

vous en trouverez la plupart ici, mais je vous encourage surtout à lire celle-là. J'en recopie un extrait qui résume ma propre opinion mieux que je ne saurais l'exprimer :

L’école soumet les élèves à des injonctions contradictoires : pensez par vous-même, répétez ce qu’on dit. Prenez des risques, ne vous trompez pas. Apprenez par cœur, ne plagiez jamais. Ces contradictions sont structurelles, inscrites dans les fonctions ambivalentes de l’institution. D’un côté, on impose aux élèves une culture dominante de pure autorité. De l’autre, on leur demande d’entretenir la fiction selon laquelle cette culture est librement choisie, aimée, appréciée comme supérieure par tous. La bonne élève, c’est celle qui a le bon goût de sincèrement aimer Flaubert.

Bref un sociologue qui admire un autre sociologue. J'ai déjà répondu à l'article de Damien Babet.

Jamais les thèses de Bourdieu, honni de certains profs qui ne l'ont pas lu, ne m'auront jamais semblé plus pertinentes : ce que l'on entend juger chez un élève, ce n'est pas l'acquisition simple de savoir qu'un rapport au savoir, rapport de gratuité, rapport d'évidence, rapport de facilité.

En l'occurrence j'ai lu Bourdieu, justement. Et cette assertion me semble complètement fausse : d'abord parce que l'école n'est pas simplement le lieu de l'acquisition "de savoir" mais de bien d'autres choses éminemment précieuses. Ensuite parce que je ne vois aucun de mes collègues juger "le rapport au savoir" de ses élèves. :roll:

Et ce rapport n'est pas enseigné par l'école. Il vient de la famille ou il vient d'ailleurs. Ce que sanctionne l'enseignant, c'est l'anxiété d'élèves qui, face à la dureté des enjeux scolaires - combien sommes-nous à utiliser le spectre du chômage pour essayer de les motiver ?...

M. Colombi peut-être mais pas moi... :shock:

...cherchent un secours extérieur, comme jadis on achetait des corrigés aux copains ou on se plongeait dans les annales et autres inventions du monde de l'édition, ou encore on fouillait les encyclopédies...

Avec différence d'échelle et de qualité du secours apporté par le web... Sans compter qu'un commentaire de texte ne nécessite pas de recherche d'information.

Et plutôt que de leur apprendre à chercher de l'information...

Bon je renonce.

...on les enjoints (sic) à se débrouiller seul, alors que c'est justement ça le problème.

On ne leur enjoint pas, on leur apprend progressivement à acquérir cette autonomie.

Oh, bien sûr, Loys Bonod prend la peine de citer "le manque de confiance en soi" dans les raisons qui poussent au plagiat. Mais, outre que l'on peut se demander ce que son expérience fait pour cette confiance en soi, les dessins dont il accompagne son récit sont sans ambiguïtés : c'est la paresse l'explication privilégiée...

M. Colombi pense sans doute que recopier un corrigé trouvé sur le net est susceptible d'apporter confiance en soi aux élèves ? :mrgreen:

Bref. Ce n'est pas tellement de cela dont je voudrais parler.

Ah...

Considérons plutôt la rapidité avec laquelle ce récit a circulé et va sans doute continuer à circuler parmi les enseignants : liké sur Facebook, twitté sur Twitter (j'y ai contribué, comme quoi on devrait prendre la peine de réfléchir avant de diffuser), envoyé par mails, sur les listes de diffusion, sur les forums publics et privés, discuté (ou affiché) en salle des profs, en conseil pédagogique ou en co-voiturage... Jeunes profs comme vieux routards : nous allons être nombreux à lire ce témoignage, et tout autant à devoir nous situer par rapport à lui. Chacun est sommé de se situer : pour ou contre. Et les réactions, y compris celle que vous êtes en train de lire, ont bien pour objectif de situer leurs auteurs dans un espace en conflit, entre progressistes et conservateurs, pédagogues et traditionalistes, etc.

Bref, les Anciens contre les Modernes...

L'opposition est factice : je suis blogueur, webmaster et adepte des nouvelles technologies. Simplement j'émets des réserves, voire des critiques sévères, notamment pour ce qui est de leur introduction prématurée à l'école.

Ce texte n'est pas le seul. Au contraire, depuis que je suis enseignant, soit depuis 2007, j'en ai vu passer plus que je ne saurais le dire : témoignages, récits soi disant sincères, appels à l'aide plus ou moins apocalyptiques, complaintes récurrentes sur le niveau des élèves, la bêtise des parents, l'inconséquence de l'ensemble du système...

Où M. Colombi veut-il en venir ? :shock:

La triste nouvelle du suicide d'une enseignante se voit traduit en quelques jours en tribunes et prises à partie des uns et des autres qui, invariablement, circulent avec toute la rapidité qu'offre ces Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication dans lesquelles certains voient la mort du Savoir et de la Société.

Pas moi, si toutefois on peut porter sur elles un regard critique et sans concession. La béatitude devant internet est une grave irresponsabilité.

Certains en profitant pour se présenter comme les héros de l'humanisme contre ces traîtres laxistes qui ne partagent pas leurs idées...

C'est curieux, mais les défenseurs de Wikipédia ont tendance à se présenter comme des "héros de l'humanisme". :mrgreen:

Un témoignage sur le racisme ordinaire dans un établissement circulera un peu moins vite, peut-être via des réseaux sensiblement différents, mais pourra toujours donner lieu aux mêmes montées en généralité.

Où va cet article ?

Ce sur quoi je veux mettre l'accent, c'est qu'au-delà de ces quelques exemples ponctuels, puisés dans ce que je parviens le plus facilement à retrouver un dimanche après-midi, les enseignants reçoivent beaucoup d'informations de ce type. Elles se présentent généralement sous une forme commune : celle du témoignage ou, pour le dire mieux, de la fable. On y raconte une histoire qui a valeur d'exemple et dont on peut tirer une leçon ou une morale sur la façon dont va le système éducatif. Montée en généralité : c'est le mot. D'une "expérience" auprès d'une soixantaine d'élèves, on tire un jugement aussi définitif que "les élèves au lycée n'ont pas la maturité nécessaire pour tirer un quelconque profit du numérique en lettres".

Mon jugement est personnel, comme l'indiquent toutes les précautions oratoires dans la conclusion de mon article. Et mon jugement ne s'appuie pas seulement sur cette expérience, mais sur l'ensemble de mon expérience professionnelle en lettres depuis treize ans. Mais on voit où M. Colombi veut en venir : les professeurs ne sont pas des sociologues, comme lui, ils ne peuvent pas penser le monde.

Le numérique tant critiqué par certains a peut-être moins changé les élèves qu'il n'a changé la socialisation professionnelle des enseignants. Le partage d'expérience a toujours existé, mais pouvait rester très local : salle des profs, IUFM (souvent le contrôle d'un formateur), journées de rassemblement académique (commission du bac, etc.). S'il prenait une ampleur plus large, il devrait passer par des revues ou autres apte à exercer un certain contrôle sur les contenus. La diffusion d'information entre profs est sans doute devenue plus horizontale, et paradoxalement ceux qui sont les plus pressés à dénoncer cette transformation chez les élèves ne sont pas les derniers à l'utiliser à leurs propres fins.

Que faut-il comprendre : que la non-pensée (engluée dans leur expérience particulière, non signifiante et non statistique) des professeurs est bien trop relayée, par les nouveaux modes de diffusion numérique, aux yeux des vrais et seuls penseurs du monde que doivent être les sociologues.

J'ai parlé plus haut de "montée en généralité" : c'est le mot clef. Transformer une histoire locale et personnelle en leçon de portée générale ne se fait pas n'importe comment - et ce n'est pas Luc Boltanski qui me contredira. Dans son article consacrée à "La dénonciation", celui-ci soulignait, en étudiant un corpus de lettres reçues par le Monde, que, pour être acceptées comme légitime, les dénonciations des individus doivent proposer une mise en scène particulière : elles doivent mettre au prise des entités de taille équivalente. A chaque fois, il ne s'agit pas de parler d'une situation personnelle mais de mettre en jeu "les enseignants" comme un groupe homogène - dont on exclura éventuellement des moutons noirs - face, au choix, au Ministère et à sa politique ou à la Société (qui, pour le coup mérite bien une majuscule) et à son mépris.

Et ici l'adversaire est Internet. Si j'avais su que je faisais tout ça... :mrgreen:

Autrement dit, ces messages et témoignages sont loin d'être neutres : ils contribuent à construire les enseignants comme groupe, comme professions. C'est ce que fait finalement notre ami Loys Bonod, en donnant comme ennemi à la fois les élèves et l'Internet.

Heu... Ni l'un ni l'autre. J'aime mes élèves et j'aime internet. En revanche je ne suis pas l'ami de M. Colombi. :?

Et il y a peut-être lieu de s'inquiéter : je voudrais poser comme hypothèse que c'est un autre point commun de ces messages que de mettre en scène les enseignants contre des adversaires qui, peu à peu, rassemblent à peu près tout le monde. Élèves, parents d'élèves, ministère, administrations, Internet, Wikipédia... L'image qui ressort de cette littérature est celle d'une profession encerclée, cernée de toutes part par les ennemis.

Alors que les enseignants sont des bienheureux : affectations difficiles, violence verbale et physique, paupérisation, déconsidération générale, dévalorisation de leur rôle social...

Et cet encerclement, ou du moins le sentiment d'encerclement est le produit direct de la dite littérature : c'est que les enseignants peuvent d'autant plus croire ce genre de chose qu'il y trouver un moyen de "généraliser" leur propres expériences singulières. Il y aurait en tout cas beaucoup à apprendre de la contribution de la circulation numérique de l'information à la socialisation professionnelle des profs. Plutôt que de croire qu'Internet n'affecte que les élèves.

Je conclurais plutôt que cette "socialisation" (quel vocable consternant) par le biais d'internet montre au contraire que les professeurs sont tout sauf opposés au numérique... :roll:

Tout le contraire de ce que veut démontrer M. Colombi, finalement.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.300 secondes
Propulsé par Kunena