"L'absentéisme" des enseignants

Plus d'informations
31 Mai 2013 18:20 - 14 Jui 2020 11:38 #6103 par Loys
Déjà en 1997 Claude Allègre dénonçait 12% d'absentéistes. cf "Le Monde" (abonnés) du 6/09/97 : "M. Allègre déclenche un tollé syndical en dénonçant l'absentéisme enseignant"


Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.


Et en 2013, rebelote avec la médiatrice de l'Education nationale. Vous pouvez commenter ici l'article "D'un trait de médiatrice" (31/05/13) ou signaler les coquilles. ;)
Dernière édition: 14 Jui 2020 11:38 par Loys.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2013 10:34 #6112 par Typhon
Réponse de Typhon sur le sujet "D'un trait de médiatrice"
Elle a raison la madame.
Vous les profs, vous êtes d'une naïveté confondante et indécrottable : vous vous imaginez que vous êtes là pour enseigner des choses.
Mais en cette conjoncture difficile, il faut quand même qu'on vous le dise : vous êtes là pour faire de la garderie.
Typhon

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2013 11:06 #6114 par Claire
Réponse de Claire sur le sujet "D'un trait de médiatrice"
Stupéfaite de cette proposition qu'un professeur en congé maladie puisse "par exemple remplacer ses remplacer ses cours à son retour, tandis qu’un collègue a pris de l’avance dans sa discipline en son absence et p(uisse) lui «rétrocéder» un temps de cours", ce qui revient tout de même à supprimer le congé maladie pour lui substituer un possible déplacement d'horaires. Je ne sais comment cette "pratique usuelle dans l'enseignement privé" s'accommode du droit du travail.
Sachant que plusieurs de ces congés ont aussi pour origine l'état d'épuisement des enseignants, et que (peut-être?) celui qui vient d'être arrêté n'est pas dans le meilleur état pour assurer davantage d'heures au retour, on peut prévoir les conséquences de cette solution sur la santé et donc, à terme, la présence des enseignants. Mais il est certain qu'elle convient très bien aux congés de complaisance dont il faut alors supposer qu'ils sont le motif principal de ces absences...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2013 15:24 #6115 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet "D'un trait de médiatrice"
Deux critiques :
- Il est dangereux de comparer l'absentéisme des enseignants à celui des élèves, car ils sont d'un même ordre de grandeur (et c'est matériellement normal) alors que 1- l'absence d'un élève ne perturbe que lui (au premier ordre), mais celle d'un enseignant perturbe toute la classe, et que 2- l'enseignant perçoit un traitement, et non l'élève.
- Par ailleurs, l'article ne met pas assez en lumière ce que signifie "annualisation du temps de travail" : éviter de payer ce qui passe aujourd'hui en heure sup. Economie pour l'Etat, perte de pouvoir d'achat des enseignants. Si sur ces remplacements disparaît la carotte des heures sup, on ne pourra plus compter sur le volontariat : les remplacements internes deviendront obligatoires, avec tout ce que cela implique de subordination de l'enseignant à sa hiérarchie en dehors de ses heures de service. Ainsi, en partant de la seule annualisation, ce sont en cascade toutes les conditions de travail des enseignants qui sont impactées.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2013 15:37 - 01 Jui 2013 19:29 #6116 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "D'un trait de médiatrice"

archeboc écrit: Il est dangereux de comparer l'absentéisme des enseignants à celui des élèves, car ils sont d'un même ordre de grandeur (et c'est matériellement normal) alors que 1- l'absence d'un élève ne perturbe que lui (au premier ordre), mais celle d'un enseignant perturbe toute la classe, et que 2- l'enseignant perçoit un traitement, et non l'élève.

Vous avez raison mais il ne s'agit pas de comparer l'absentéisme des uns et des autres, ce qui n'aurait pas de sens effectivement et que je me garde bien de faire. Je ne parle pas du taux d'absentéisme mais du pourcentage d'heures perdues pour mettre en perspective la revendication d'un "droit aux cours" en regard de l'absentéisme (important) des élèves.
Pour l'annualisation, rassurez-vous, je travaille depuis quelques jours sur le rapport de la Cour des comptes et je compte bien rappeler tout ce que vous dites. :devil:
Dernière édition: 01 Jui 2013 19:29 par Loys.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2013 15:40 #6117 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet "D'un trait de médiatrice"
@Claire : ce que vous dites est très juste.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2013 23:53 #6119 par archeboc
Réponse de archeboc sur le sujet "D'un trait de médiatrice"

Loys écrit:

archeboc écrit: Il est dangereux de comparer l'absentéisme des enseignants à celui des élèves, car ils sont d'un même ordre de grandeur (et c'est matériellement normal) alors que 1- l'absence d'un élève ne perturbe que lui (au premier ordre), mais celle d'un enseignant perturbe toute la classe, et que 2- l'enseignant perçoit un traitement, et non l'élève.

Vous avez raison mais il ne s'agit pas de comparer l'absentéisme des uns et des autres, ce qui n'aurait pas de sens effectivement et que je me garde bien de faire. Je ne parle pas du taux d'absentéisme mais du pourcentage d'heures perdues pour mettre en perspective la revendication d'un "droit aux cours" en regard de l'absentéisme (important) des élèves.

Au temps pour moi. D'un autre côté, les élèves dont les parents sont râleurs ne sont peut-être pas ceux qui plombent les statistiques de l'absentéisme. En tout cas, cela fait tomber mon argument "1". Et pour le "2", on pourrait m'objecter que l'obligation d'assiduité des élèves est la contre-partie morale de la gratuité des études. Mais qui s'en soucie aujourd'hui ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Fév 2014 18:38 #9516 par Loys
A lire sur "VousNousIls" du 07/02/14 : "Absentéisme: les élèves ratent 5.4% d'heures de cours par an" .

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Mai 2014 21:11 #10583 par Loys
Une brève dans "Le Figaro" : "Profs absents: 100.000h perdues dans le 34" (20/05/14)

Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
20 Mai 2014 21:16 - 20 Mai 2014 21:57 #10584 par Loys
Avec ce titre on passe donc allégrement d'un problème de non-remplacement à un problème d''absentéisme... Un professeur en congé maternité est donc compté comme un "prof absent". Merci "Le Figaro", bien dans la lignée de l'iFRAP ! :cheers:
Dernière édition: 20 Mai 2014 21:57 par Loys.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Propulsé par Kunena