"Harry Potter et les zombies à la fac, ou l'overdose «des cours à la con» façon générateur" (Slate)

Plus d'informations
Plus d'informations
19 Oct 2013 01:15 - 19 Oct 2013 01:38 #8028 par Shane_Fenton
Au temps lointain d'avant la démocratisation d'Internet, on appelait ça les "Madonna Studies". On en a même fait des livres, dont The Madonna Connection de Cathy Schwichtenberg. Mais même ce terme a fini par devenir vieux...
Cela dit, si on se destine à être historien ou analyste critique de tel ou tel pan de la culture populaire, on peut se demander s'il est utile ou pas d'avoir une discipline universitaire ad hoc. En ce qui concerne la bande dessinée, l'auteur Harry Morgan a répondu comme suit :

Harry Morgan dit: Il n'y a pas de discipline académique consacrée à la bande dessinée. La recherche sur la bande dessinée ne se fait pas à l'université, mais dans quelques rares revues d'études (souvent faites bénévolement) et dans d'aussi rares institutions savantes du type musée de la BD. Le fait de consacrer sa vie à l'histoire, à l'esthétique ou à la théorie de la BD n'amène aucune reconnaissance d'aucun ordre : même si vous brandissez vos livres ou vos articles, on vous regardera, dans le meilleur des cas, comme un cas intéressant, au pire comme un arriéré. Les livres en question se vendent mal en règle générale. Annoncer dans un dîner en ville qu'on est un spécialiste de Charles Dickens vous vaut une certaine considération ; annoncer qu'on est un spécialiste de Bécassine déclenche l'hilarité. C'est vexant, mais c'est comme cela. Quand on aura fini de se moquer de vous, on vous trouvera « sympa », parce que - voyez comme cela tombe bien - la BD c'est sympa, tout le monde adore cela.
Dans ces conditions, on se demande pourquoi certaines personnes tiennent tant au titre - par la force des choses auto-attribué - de « spécialiste de la bande dessinée ». On a l'impression qu'il y a des gens dont la vie entière ne tient qu'à leur qualité de « spécialiste de la BD » ; si on leur ôte ou si on la met en doute, ils s'étiolent ou font une dépression nerveuse.
(...)
L'article est certainement impeccable en ce qui concerne la sociologie, le déconstructivisme et le reste ; mais vous n'avez aucune garantie en ce qui concerne la BD, parce que même si les articles sont évalués (peer reviewed) avant publication, les gens qui font cet examen ne sont pas compétents en matière de BD. Il y a des travaux de sémiotique dont les auteurs démontrent qu'ils n'ont JAMAIS VU les bandes dont ils prétendent faire la théorie. Ils ne savent littéralement pas A QUOI CELA RESSEMBLE. Ca nes les empêche pas de faire accepter des études de 40 pages dans des « revues d'orientation sémiotique ». Lisez l'article et décidez si l'auteur est compétent en matière de BD. Si ce n'est pas le cas, les fameuses théories ne servent pas à grand chose (on ne peut pas appliquer une théorie à ce qu'on ne connaît pas).

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Oct 2013 10:02 #8045 par Loys

Shane_Fenton dit: Au temps lointain d'avant la démocratisation d'Internet, on appelait ça les "Madonna Studies". On en a même fait des livres, dont The Madonna Connection de Cathy Schwichtenberg. Mais même ce terme a fini par devenir vieux...

C'est le problème de ce genre d'études : par essence elles vieillissent très vite... :mrgreen:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Oct 2013 10:05 - 21 Oct 2013 10:15 #8046 par Loys
Denis Colombi, adepte des cultural studies, n'a pas apprécié l'article : "Assumer son humour à la con" (21/10/13)


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Oct 2013 10:15 #8047 par Loys

Enlevez-le, retirez ce contexte où certaines pratiques sont attribuées aux classes populaires et considérées comme de faible valeur, et il n'y a tout simplement plus lieu de rire. Si vous acceptez l'idée que Games Of Throne fait jeu égal avec Proust ou Zola, alors le titre suivant n'est plus drôle. [...] Le problème est que, quand on fait de l'humour qui s'appuie sur un mépris culturel ou un mépris de classe, on peut se rendre compte qu'on ne fait pas rire les bonnes personnes : par exemple, on peut faire rire les conservateurs qui pensent que seule la culture classique a droit de cité dans l'université, tandis que l'on énervera ceux qui essayent de promouvoir les Cultural Studies en France.

Parce qu'en revanche considérer que tous les sujets se valent dans le domaine culturel, c'est une preuve de progressisme courageux : c'est vouloir conduire ceux qui n'ont pas accès à la culture vers une culture qu'ils connaissent déjà. :doc:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Oct 2013 16:52 - 21 Oct 2013 16:56 #8055 par Typhon
Toute personne qui a un peu fréquenté le système universitaire français ces dernières années sait qu'il ne faut, de toute façon, jamais se fier aux intitulés des cours.
Denis Colombi n'a pas tort de faire remarquer que pas mal de ces intitulés pourraient être ceux de cours sérieux et intéressants.
Pour le reste, bien sûr, sa vision de l'humour, comme d'habitude chez lui, est tout à fait lamentable.
Visiblement, trouver que les intitulés en question prêtent à rire, c'est obligatoirement signe de "mépris culturel".
On ne peut pas trouver ça drôle simplement à cause de leur conformation syntaxique si typique (Je n'ai pas vu de chiasme, c'est dommage. Les chiasmes dans les titres, ça fait toujours bien, disait un de mes professeurs d'histoire), il faut que ce soit du mépris de classe de la part du lecteur.
Mais c'est vrai, l'article d'Anaïs Bordages, qui accompagne le générateur, au lieu du ton décalé, détendu de celui qui fait une aimable farce, exsude plutôt ce que j'appellerais la "condescendance Sciences-Po" (dont elle sort apparemment).
Ceux qui ne voient pas de quoi je parle liront utilement les billets de Maadiar sur la question (attention, c'est quelque peu NSFW) :
maadiarcochon.blogspot.fr/2009/07/je-chi...-les-elites-moi.html
maadiarcochon.blogspot.fr/2009/07/rezou.html
maadiarcochon.blogspot.fr/2009/07/je-cra...ans-la-soupe-iv.html
maadiarcochon.blogspot.fr/2009/07/fin-scp-v.html
Sinon, pour critiquer un cours, je pense qu'il faut voir à qui il s'adresse, qui y assiste et dans quel but.

Loys dit: c'est vouloir conduire ceux qui n'ont pas accès à la culture vers une culture qu'ils connaissent déjà.

Vraiment, les étudiants de Sciences-Po n'ont pas accès à la culture ? Ou d'une manière générale, les gens qui font des études supérieures n'ont pas accès à la culture ?
Typhon

« There are two kinds of fools: one says, "This is old, therefore it is good"; the other says, "This is new, therefore it is better." »
(William R. Inge)
Mon site

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Oct 2013 16:59 - 21 Oct 2013 16:59 #8056 par Loys
Pour vous répondre rapidement, Typhon, la réflexion générale de Denis Colombi ne se limite pas à l'université. D'où ma remarque.

L’école soumet les élèves à des injonctions contradictoires : pensez par vous-même, répétez ce qu’on dit. Prenez des risques, ne vous trompez pas. Apprenez par cœur, ne plagiez jamais. Ces contradictions sont structurelles, inscrites dans les fonctions ambivalentes de l’institution. D’un côté, on impose aux élèves une culture dominante de pure autorité. De l’autre, on leur demande d’entretenir la fiction selon laquelle cette culture est librement choisie, aimée, appréciée comme supérieure par tous. La bonne élève, c’est celle qui a le bon goût de sincèrement aimer Flaubert.

Source : www.laviemoderne.net/forum/les-bourdieus...n-des-profs-25-03-12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Oct 2013 18:57 - 21 Oct 2013 18:58 #8061 par Shane_Fenton
L'auteure répond aux critiques : "A propos des études à la con"
[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
21 Oct 2013 19:53 - 21 Oct 2013 19:54 #8062 par Loys

Enfin, je n’ai jamais établi aucune hiérarchie entre les cultures, et j’accorde autant d’importance à Buffy et Alien qu’à Beauvoir et Coltrane, n’en déplaise à La Marquise.

Le politiquement correct a changé de camp ! :cheers:
PS :
[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Oct 2013 10:41 #8075 par Typhon
Et Buffy a été une série distrayante et regardable, mais littérairement, elle n'est tout simplement pas au niveau de The Twilight Zone, ni de Twin Peaks.

« There are two kinds of fools: one says, "This is old, therefore it is good"; the other says, "This is new, therefore it is better." »
(William R. Inge)
Mon site

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.263 secondes
Propulsé par Kunena