"Accompagner le doux essaimage des pratiques numériques" (Cahiers pédagogiques)

Plus d'informations
07 Nov 2013 12:00 #8317 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Nov 2013 12:01 #8318 par Loys
Commentaires à venir.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Nov 2013 13:36 - 07 Nov 2013 13:38 #8319 par Loys

« Accompagner le doux essaimage des pratiques numériques »

Qu'il est doux, l'essaimage...

Bertrand Formet est depuis la rentrée formateur et médiateur numérique au CRDP de Besançon. Enseignant en primaire et animateur informatique, son parcours professionnel suit un fil rouge : celui du changement profond et en douceur qu’amène l’entrée du numérique dans la classe.

Et un changement toujours positif, bien sûr. :doc:
Le site de Bertrand Formet : bformet.net/
Bertrand Formet est formateur TICE ou enseignant ? :scratch:

De l’école de Crotenay à l’espace éducation numérique du CRDP de Besançon, le chemin de Bertrand emprunte les voies réelles des potentiels pédagogiques d’une éducation 2.0.

C'est beau l'"éducation 2.0" (ou le sens des formules creuses). :santa:

Lorsque Bertrand Formet a accompagné Amandine Terrier dans la création d’une twittclasse à Crotenay dans le Jura, il ne pensait pas que l’initiative allait ouvrir si grand les fenêtres de la classe mais aussi celles de son propre parcours.

Twitter permet au moins à un formateur Tice d'ouvrir les fenêtres de son parcours.

A l’occasion d’un voyage scolaire à Paris, Amandine crée un compte twitter pour communiquer avec les parents. Les élèves prennent plaisir à écrire, les parents sont enthousiastes.

C'est vrai qu'en voyage il est impossible de communiquer autrement que par un réseau commersocial, d'autant qu'évidemment tous les parents ont nécessairement un compte Twitter. :doc:

Au retour, l’expérience continue et des projets se créent avec d’autres classes en utilisant le réseau social. Cette première incursion dans les publications numériques...

C'est pour "communiquer" ou "publier" : il faudrait savoir. :scratch:

...offre aussi l’occasion aux deux enseignants de tisser des liens avec des collègues éloignés mais avec lesquels la distance s’efface sous l’effet conjugué d’un intérêt, d’une curiosité partagés et des technologies.

C'est vrai que Twitter est une sacrée "technologie". :P

Des contacts se nouent avec des pionniers...

Courageux et innovants : rendez-vous compte, ils ont ouvert un compte Twitter !

...de l’utilisation de Twitter en classe comme Laurence Juin et David Cordina en France, au Québec et ailleurs.
Les twittclasses ont essaimé depuis 4 ans.

Quelle sympathique dénomination. La fascination numérique en fait oublier la nécessaire réserve vis à vis des produits commerciaux. Comme si un professeur qui utilisait un téléphone Samsung ou Nokia appelait sa classe une "samsungclasse" ou une "Nokiaclasse".
Ce qui n'est qu'un moyen de communication (Twitter) devient une fin en soi avec le nom de "Twitclasse".

Bertrand Formet, qui les recense sur le site twittclasses francophones, en dénombre aujourd’hui près de quatre cents. «  Les élèves sont motivés. Ils sont dans la production, la communication, écrivent pour être lus, pour échanger avec des pairs qui vivent ailleurs  ».

C'est vrai, quoi : quand on écrit pour le maître ou la maîtresse, on n'écrit pas pour être lu. Quand à échanger avec ses voisins, c'est beaucoup moins intéressant qu'échanger avec des personnes du bout du monde. :santa:
Je m'étonne du manque d'imagination des formateurs Tice pour défendre les outils numériques : les mêmes arguments vides tournent en boucle.

Le réseau social lui permet aussi d’apprendre, de trouver des réponses à des questions qu’il pose auprès de ses contacts ; «  un réseau de personnes qui se choisissent mutuellement et qui acceptent l’échange et la critique  », précise t-il.

Quel monde merveilleux que Twitter ! On n'y rencontre jamais l'invective ou l'insulte et on peut développer très commodément sa pensée.

Il y lit et observe les idées et projets qui se développent à côté de chez lui ou à l’autre bout du monde et qui nourrissent ses propres réflexions et initiatives.

Quand on pense que certains rétrogrades préfèrent encore fournir une réflexion et un travail personnels...

Des horizons
Ce qu’il apprend, ce qu’il développe au sein de sa classe, il le partage en retour lors de formations ou d’échanges informels. Il intervient ponctuellement pour le CRDP et cette collaboration aboutit progressivement à une proposition de poste. Bertrand Formet accepte ce qui apparaît comme une évolution sans rupture d’un rôle d’accompagnement qu’il exerçait déjà à temps partiel en tant qu’animateur Tice.

Le numérique a au moins cette vertu qu'il permet à certains de ne plus enseigner pour mieux partager leur passion.

Au CRDP, ses activités sont multiples et cette diversité le ravit. Il intervient au sein de «  l’espace éducation numérique  » regroupant la librairie, la médiathèque, une salle de formation et un lieu ouvert où les enseignants peuvent utiliser du matériel mis librement à leur disposition. Des ateliers, des conférences, des projections sont organisés. Bientôt, un atelier dédié aux parents sera testé.
Bertrand Formet anime également des formations pour les premier et second degrés sur les réseaux sociaux, les outils de publication ou encore l’éducation aux médias.

De vraies priorités pour l'école, en effet.

Il accompagne des projets, des découvertes d’outils numériques en classe, suit des expérimentations en collaboration avec l’équipe académique numérique. Il reste ainsi en contact avec les réalités du terrain...

Personne n'en doute mais il est bon de le rappeler quand même. :doc:

...pour lui élément essentiel pour bien exercer son métier.

C'est tellement essentiel, la réalité du terrain, qu'il a préféré le quitter.

«  C’est bien de conseiller mais il faut voir ce qui se passe dans la vraie vie  » souligne t-il. Il découvre de nouveaux horizons en intervenant auprès d’enseignants du second degré ou des membres de conseils de la vie lycéenne avec qui il travaille sur les problématiques de publication sur les réseaux sociaux.

Des "problématiques de publication", ça en jette.

Construire des projets
Les demandes d’accompagnement des enseignants partent souvent d’un prêt de matériel. La découverte dans un premier temps technique fait naître des questions pédagogiques et des projets. Le rôle de Bertrand Formet est alors d’aider à la construction de projets et de le suivre dans sa réalisation en classe. Une professeure souhaitait par exemple comprendre le fonctionnement du tableau interactif pour voir comment avec sa classe de CP elle pouvait l’utiliser pour l’apprentissage des mathématiques. Elle avait l’intuition que l’outil pourrait étayer sa méthode basée sur les manipulations mais ne savait pas l’utiliser.

Voilà une dépense très utile puisqu'elle permet "d'étayer une méthode".

Avec l’aide de Bertrand, elle a conçu des séquences permettant à ses élèves de construire des exercices. Le projet est suivi avec le Pôle Académique de Soutien à l’Innovation et à l’Expérimentation. Ce suivi permet de laisser une trace, de donner à voir ce qui est réalisé pour essaimer, donner des idées à d’autres, partager l’expérience pour que naissent d’autres projets dans d’autres écoles, d’autres classes.

Voilà à quoi sert l'école numérifiée : "laisser des traces"...

Pour Bertrand Formet, ce partage est essentiel.

C'est beau, le partage.

L’envie de se lancer vient souvent de l’écoute de témoignage de collègues qui dans une situation qui ressemble à la sienne ont trouvé dans les outils numériques une réponse pédagogique pour mettre en œuvre de nouvelles pratiques. Ce partage inclut les doutes, les questionnements, les erreurs commises, les solutions trouvées.

Et tout ce qui compte, c'est que les pratiques soient "nouvelles". Le reste...

Ouvrir sa porte
«  Comment un enseignant aujourd’hui peut-il dire à ses élèves qu’il est le seul détenteur du savoir ?

Car bien sûr c'est ce que font tous les enseignants. :doc:

Comment peut-il fermer la porte au monde extérieur ?  » s’interroge Bertrand Formet.

Parce que le monde intérieur de la classe est déjà un monde plein d'apprentissages possibles ? Parce qu'il y a plus dans un seul dictionnaire pour enfants que tout ce que peut apprendre Twitter ? Parce que l'élève doit faire confiance à son professeur ? Parce que le monde des livres est de plus inconnu par ces élèves happés de plus en plus par les écrans ? Parce que précisément en fermant cette porte qu'ils connaissent déjà trop bien on leur en ouvre d'autres ?

Le savoir est accessible facilement pour peu que l’on sache trier l’information et construire ses propres savoirs.

Même des lycéens manquent de la maturité nécessaire pour faire ce tri, alors des élèves de primaire... Une telle affirmation dans la bouche d'un "formateur" est tout simplement sidérante. La savoir n'est en réalité accessible que pour celui qui sait déjà. La distance critique, l'autonomie de pensée, la capacité de raisonnement naissent lentement de l'acquisition progressive d'une culture et d'une logique.

Le rôle de l’enseignant est de plus en plus là. Il est aussi de faire appel à des compétences externes, des professionnels pour les faire intervenir sur des questions précises. «  Il faut accepter que d’autres maîtrisent mieux certains sujets  ».

Résumons : les élèves n'auraient plus besoin d'enseignants, mais les enseignants auraient besoin de formateurs plus qualifiés qu'eux. :santa:

Lorsqu’il était enseignant, il avait ainsi organisé une rencontre par visio-conférence avec Carol-Ann O’Hare de Wikimédia afin qu’elle réponde aux questions des élèves qui construisaient alors la page wikipedia de leur village.

A voir ici : www.laviemoderne.net/forum/wikipedia/577...-o-hare-ludomag#6061

L’idée était qu’ils interrogent la personne la plus qualifiée pour leur répondre.

Il y a donc des gens qualifiés pour contribuer à Wikipédia. Voilà qui va à l'encontre même de l'esprit de l'encyclopédie collaborative ! :transpi:

Bertrand était là pour les aider à préparer leurs questions, veiller au bon déroulement de l’interview et exploiter par la suite les réponses obtenues. Car pour lui, le numérique n’apporte pas uniquement des outils, il amène à voir et vivre différemment le métier d’enseignant.

Et on le remercie vivement de sa profonde réflexion. Il a effectivement trouvé le moyen de "vivre différemment le métier d’enseignant".

Cette idée, il la partage de plus en plus largement, constatant l’évolution en quelques années des points de vue sur les réseaux sociaux à l’école et dans la vie de tous les jours. Les hashtags fleurissent sur le petit écran, les journaux ont investi le transmédia prolongeant les écrits sur le papier par des images, du son en ligne accessibles sur les tablettes et les ordinateurs. Alors forcément, ces hashtags intriguent de plus en plus d’enseignants qui préfèrent apprivoiser le numérique, se l’approprier, envisager et construire des usages pédagogiques.

Et surtout ne pas porter sur eux le moindre regard critique. :shock:

Enseigner ou non avec le numérique ? Pour Bertrand Formet, la question ne se pose plus.

On l'a bien compris. En même temps se poser la question, c'est se poser la question de son statut de formateur pour enseigner avec le numérique. :transpi:

Désormais, il accompagne la naissance et la diffusion de projets, observe dans les classes les chemins ouverts.

Un lyrisme nébuleux, un peu répétitif à ce stade de l'article.

Raconter, expliquer, écouter et toujours apprendre, avec son sourire communicatif, il se réjouit de voir les pratiques à l’école doucement évoluer par essaimage.

Et les résultats concrets de ces pratiques ?

Et, parce que l’histoire est partie de là, il garde un œil attentif sur la twittclasse de Crotenay et s’enthousiasme encore de tous les projets qui ouvrent les fenêtres d’une classe du Jura sur le monde entier.

Alors qu'un livre, ça n'ouvre sur rien et en plus ça demande un effort.

«  Accompagner les élèves à devenir des citoyens numériques  »...

Dès six ans, bien sûr. Et rien de mieux pour devenir un "citoyen numérique" que d'utiliser un réseau commercial américain, où l'anonymat est majoritaire et qui se situe hors de la loi française.

Bertrand Formet inscrit par ses pratiques une nouvelle compétence à afficher dans le portfolio des enseignants, une compétence qui s’acquiert par la construction de projets et le partage.

Ça ne veut rien dire mais c'est beau.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.085 secondes
Propulsé par Kunena