François Taddei, le CRI et les "enfants chercheurs"

Plus d'informations
09 Sep 2015 02:02 - 09 Sep 2015 16:46 #14608 par N°6
La main à la pâte est partout (enfin, sur les sites liés au ministère) signalée comme une grande réussite.
Elle a conduit à l'EIST, que la réforme du collège veut généraliser.
Cette EIST a été déjà "expérimentée", et est, elle aussi, comment pourrions nous en douter, considérée comme "un grand succès", puisqu'il faut la généraliser.
Toutefois, si l'on se donne la peine de lire l'évaluation de l'EIST (Évaluation de l’effet du dispositif d’enseignement intégré de science et technologie (EIST)) réalisée par le ministère lui même ici , on découvre, après une savante analyse statistique et des remarques pertinentes (tout est possible), à la p. 89, en guise de "conclusions et perspectives", cet aveu:

Les premières analyses de l’effet de l’expérimentation EIST sur les progressions des élèves, observées sur trois temps de mesure, du début de 6e à la fin de 5e,ne font pas ressortir d’effet significatif associé au fait d’avoir bénéficié du dispositif de l’EIST. Cette absence d’effet porte tant sur les progressions en termes d’acquis cognitifs dans le domaine des sciences qu’en termes d’attitudes à l’égard des sciences.

Suivent tout un ensemble de remarques essayant de sauver le soldat EIST, laborieusement, sans y parvenir. Les auteurs semblent fort gênés par leur conclusion. Pour cela, ils font même une remarque assez discutable :" rappelons que les collèges engagés dans l’EIST sont des collèges volontaires, et qu’à ce titre, on pouvait craindre l’apparition d’un effet positif de l’expérimentation qui soit « artefactuel », c’est-à-dire ne traduisant pas les effets du dispositif lui-même mais celui de caractéristiques non observées des collèges, en lien avec leur adhésion à l’EIST. Cet effet n’apparaît pas, ce qui évacue mécaniquement la question de la surestimation de l’effet liée au volontariat."
Il n'y a pas d'effet positif, donc il n'y a pas d'effet du volontariat.
Un esprit mal pensant pourrait oser une remarque différente : l'EIST pourrait avoir un effet légèrement négatif gommé par le léger effet positif dû au volontariat... C'est sans doute pour vérifier cette hypothèse que notre ministère bien aimé entend généraliser l'EIST dès l'année prochaine...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Sep 2015 07:32 - 09 Sep 2015 16:46 #14609 par Loys
Voilà qui est dit...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Sep 2015 16:28 - 09 Sep 2015 16:47 #14612 par Hervé
Merci pour le lien vers ce rapport qui a au moins le mérite de l'honnêteté
J'ajoute à la critique sur l'absence "d'effet volontariat" le passage un peu rapide sur la fonte des effectifs concernés : pourquoi autant d'élèves n'ont pas finalement participé aux évaluations, quid des élèves redoublants dont on nous dit qu'ils n'ont pas été évalués ? Les causes de cette déperdition et les éventuels biais engendrés ne sont pas du tout analysés.
J'ajoute que ce rapport ne semble pas avoir été connu du ministère car on lit sur le site, pourtant mis à jour en août 2015

Entre 2006 et 2010, les évaluations croisées du ministère de l'éducation nationale et de l'Institut national de recherche pédagogique (INRP) ont montré la pertinence de cet enseignement.

La subtilité réside évidemment dans la date choisie pour affirmer la pertinence... :lol:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Fév 2016 21:24 - 25 Fév 2016 21:25 #15998 par Loys
Dans "EducPros" du 25/02/16 : "Le CRI, un ovni sur la planète sup'"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Mar 2016 21:18 #16269 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Avr 2016 21:32 - 02 Avr 2016 21:42 #16277 par Loys
On apprend donc, ce 31/03/16, que les "savanturiers du numérique" vont recevoir 1 132 000€ pour "développer des instruments et des ressources numériques appropriables par élèves et enseignants (écoles et collèges) et créer un modèle de R&D sur le numérique éducatif généralisable au niveau national et international".
Difficile de faire plus nébuleux...
Rappelons que Ange Ansour et François Taddei se sont par ailleurs engagés en faveur de collège 2016 ! :santa:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Mai 2016 20:59 - 02 Fév 2018 00:29 #16442 par Loys
Un trop bel exemple du modèle des "enfants-chercheurs" tant vanté par Ange Ansour et François Taddei :
Fichier attaché :

Et, peu après, sur ce blog du "Monde" : "L’histoire « aberrante » d’un jeune Québécois qui assure avoir découvert une cité maya" .

Le professeur Stuart s’inquiète de ces phénomènes où la « junk science rencontre Internet » : « Retrouver des formes dans les constellations, c’est un peu le test de Rorschach », explique-t-il, faisant référence à ce test psychologique où l’on demande aux sujets d’interpréter librement des formes à partir de taches symétriques.
« Il y a des sites mayas partout, et des étoiles partout également. La forme carrée est en effet l’œuvre de l’homme, mais c’est un vieux champ de maïs (…). »

Et si on revenait à la bonne vieille recherche scientifique, celle qui vérifie avant d'affirmer quoi que ce soit... :santa:

Edit : cette séquence médiatique est donnée en exemple pour l'éducation aux médias (séquence "Fake news et Fact checking" ). Cf www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...530669131855195.aspx

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Jui 2016 18:37 #16599 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Jui 2016 19:15 - 06 Jui 2016 23:00 #16600 par Loys

"Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose... Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer.” (Antoine de Saint-Exupéry)

On ne parle pas d'enfants, mais d'adultes à qui il s'agit... d'imposer sa volonté. :santa:

Cet article est l’aboutissement d’une expérience pédagogique menée par Amélie Vacher dans sa classe de CE2 en Gironde pendant l’année scolaire 2015-1016, sous le tutorat d’Amélia Legavre et de François Taddei, membre et directeur du Centre de Recherches Interdisciplinaires de Paris. L’idée était d’associer les élèves à la création d’un environnement d’apprentissage favorable dans leur classe et de développer ainsi leur intérêt pour “l’apprendre”.

"pour l'apprentissage" n'était pas assez ambitieux, sans doute.

Depuis, une classe de CE2 en réelle ébullition et des élèves dont la pertinence des questions et des interventions en viennent à m’impressionner.
Une attitude et une confiance qui se sont progressivement construites au fil de l’année à travers un projet très ramifié qui aura utilisé des démarches pédagogiques souvent qualifiées d’ « innovantes »

Pour les éloges, on n'est jamais mieux servi que par soi-même.

...l’apprentissage par le questionnement, par la recherche, par projets, par la pensée design ou « design thinking » (1), par le numérique.

Un sacré pot-pourri pédagogique !

Tout ceci mis en place dans le but de découvrir et donner du sens à une notion interdisciplinaire : l’apprendre.

Il fallait y penser, à cette interdisciplinarité-là. :santa:

Ma première hypothèse est que l’on apprend mieux lorsque l’on se sent bien : à la fois quand on se sent « à l’aise » dans l’espace de la classe et lorsqu’on s’épanouit dans ses relations avec les autres, élèves et enseignant.

L'épanouissement - curieuse notion dans l'espace scolaire : qui peut prétendre rendre heureux ? - devient donc ici utilitaire.

La première étape a donc été d’utiliser une démarche de « design thinking »...

En anglais, c'est toujours plus impressionnant. :doc:

...pour que les enfants définissent les coins de la classe à réaménager : les bureaux ont changé de place plusieurs fois, les enfants ont souhaité ajouter un tapis, des coussins, des jeux et ils ont même proposé d’installer un distributeur de bonbons que nous utilisons pour célébrer les grandes réussites collectives du groupe.

Un espace qui ressemble curieusement à une classe de maternelle, donc. Pour le distributeur, le "bonheur" ne tient pas à grand chose, on dirait. :santa:

Dans cette idée, les enfants possèdent également un carnet de réussites sur lequel ils notent, au moment opportun pour eux, leurs réussites qu’elles soient scolaires, citoyennes ou humaines et qu’elles prennent place à l’école comme à la maison. Relu depuis le début, c’est un outil pour apprendre à prendre confiance en soi et dans sa capacité de réussir. Les enfants l’adorent.

Des réussites "citoyennes ou humaines" ? :scratch:
La valorisation ressemble bien aux encouragements prodigués aux élèves de maternelle.

Enfin, nous avons mis en place de nombreux moments de discussion : des débats coopératifs qui régulent les tensions en permettant aux enfants de proposer des solutions, des débats philosophiques autour de l’apprendre (« Qu’est-ce qu’apprendre ? », « Pourquoi apprendre ? », « Comment mieux apprendre ? »…) qui leur ont appris à prendre la parole de manière organisée pour exprimer un point de vue, à réagir aux mots d’un autre, à construire une argumentation.

Un tel apprentissage de la parole est une grande nouveauté, assurément : il manquait en effet "la philosophie".
On observe donc un grand écart entre régression consternante (l'univers des tout-petits) et ambition démesurée (la philosophie).

Cet exercice s’est progressivement mis en place, encourageant les timides à prendre la parole, incitant les plus actifs à attendre leur tour pour s’exprimer… Il a créé un véritable espace d’échanges au sein du groupe et permis aux élèves d’entrer dans la notion complexe de « l’apprendre » en confrontant leurs premières idées.

Et si on réfléchissait à l'intérêt d'apprendre en apprenant, en faisant ? :santa:

Ma deuxième hypothèse est que le questionnement constitue un moteur fondamental pour l’apprentissage.
Le questionnement, inné chez l’enfant, est parfois éludé par les adultes par manque de temps. Par conséquent, nos élèves sont souvent passifs et attendent une transmission du savoir sans aller le chercher.

Le constructivisme, donc.
Par ailleurs rien de plus faux : tout enseignant s'efforce de faire naître chez les élèves des questionnements.

Cette année, j’ai fait le choix inverse : encourager ce questionnement, lui permettre de s’exprimer à tout moment en classe et sans aucune restriction de thème grâce à l’utilisation d’une boîte à questions.

Car la notion de choix, de progression ou d'organisation des apprentissages est désormais obsolète. :santa:

Collecter des questions est une première étape mais l’essentiel se passe ensuite : régulièrement, des questions sont tirées au sort, débattues de manière collective en émettant les premières hypothèses de réponse.
Puis, un travail de recherche documentaire se met en place : sur des livres, sur internet et si aucune réponse n’est trouvée, nous essayons de faire appel à des personnes qualifiées dans le domaine concerné. Ce fut le cas d’Alexandre Lacroix, philosophe, pour répondre à la question « Pourquoi ferme-t-on les yeux quand on fait un bisou sur la bouche ? ». Ces premières recherches ne furent pas faciles. Quand on n’est pas encore un lecteur expert, rechercher, trier et sélectionner l’information dans un livre, utiliser un moteur de recherche sécurisé, avoir un regard critique sur la pertinence des réponses trouvées est un exercice difficile mais important.

C'est vrai que c'est un questionnement ("Pourquoi ferme-t-on les yeux quand on fait un bisou sur la bouche ?") fondamental en CE2. Et la recherche d'information peut se faire sans maîtrise du sens des mots, de la logique, sans culture solide.
Les premiers résultats images de Google sont intéressants :
Fichier attaché :

Afin d’apporter une motivation à ces recherches, nous avons décidé d’en faire un magazine numérique et de les partager avec tous.

Le fait que la question soit posée par un élève ne suffit visiblement pas à donner du sens à l'apprentissage...

L’apport interdisciplinaire de son contenu, le travail de groupes et l’utilisation du numérique liés à la recherche des réponses et à la rédaction du magazine nous ont permis de gagner un concours d’innovation pédagogique (2).

Voilà qui est important pour les élèves. :doc:

Ma troisième hypothèse est que la diversité pédagogique et didactique représente une véritable source de motivation.
Comme disent les enfants « Nous, ce qu’on adore, ce sont les projets collaboratifs, surtout s’ils utilisent le numérique ».

Phrase tout à fait spontanée à huit ans. :P

Ils se sont ainsi plongés dans de nombreux projets au cours de l’année : disciplinaires comme la Twictée (3) ou interdisciplinaires comme « animehistoire », un projet québécois de littérature collaborative augmentée dans lequel nous devions à la fois inventer la suite d’un récit et illustrer une autre partie en réalisant un film en réalité augmentée.

Les élèves sont donc chercheurs ET écrivains. :doc:

Les principales difficultés ont ici concerné notre accès au numérique et nos compétences en la matière : seulement deux PC en classe, une classe mobile défaillante, pas de tablettes et une totale découverte des logiciels de montage.
Malgré tout, les enfants restent très demandeurs de l’utilisation du numérique.

Les gadgets et leur nouveauté en classe exercent toujours une grande fascination. A vrai dire, les élèves peuvent facilement être demandeurs de plantes, de sorties ou d'animaux, mais c'est tellement old school.

Au-delà, le projet qui aura le plus marqué les enfants en termes d’engagement restera le dispositif Bâtisseurs de possibles dont la démarche est également issue du design thinking.
Les enfants partent ainsi d’une préoccupation collective (pollution, incivilités, violence...), imaginent des solutions, en choisissent une, testent sa validité puis la mettent en œuvre. Ils sont donc acteurs de la conception à la réalisation du projet.

Quelles belles intentions ! Voilà qui est autrement plus "citoyen" qu'un bête apprentissage de la langue.

Le rôle de l’enseignant est ici de leur permettre d’entraîner leur créativité et leur sens des responsabilités tout en s’effaçant le plus possible. Il aura fallu quatre essais pour que ma classe parvienne à concrétiser un défi : les premières idées qui concernaient une aide aux migrants puis une course aux déchets dans la ville n’ont pas pu aboutir (absence de migrants accueillis dans notre ville, plan vigipirate et restriction des sorties scolaires).

:mrgreen:

Il aura fallu du courage et de la ténacité pour finalement organiser un défi afin de lutter contre la pollution entre le domicile des élèves et l’école en invitant toutes les classes à participer. Côté bilan, 73 enfants auront participé à trois jours d’action ce qui représente environ 200 trajets qui auront permis, à leur niveau, de contribuer à protéger la planète.

Protéger la planète, en toute humilité.
On pourrait aussi étudier comment l'économie numérique et ses objets de consommation génèrent pollution et gaspillage d'énergie. Ou bien le modèle commercial de groupes comme Twitter. :devil:

Enfin, ma quatrième hypothèse est que l’apprentissage par la recherche permet, en s’appuyant sur la pratique de la démarche scientifique, de construire une qualité de raisonnement et une méthodologie d’action utile à l’apprentissage.
Cette partie expérimentale s’est faite dans le cadre des Savanturiers du cerveau avec comme problématique posée par les enfants « Est-ce qu’on apprend mieux dans le plaisir et moins bien dans le déplaisir ? ».
Mes élèves ont donc imaginé, conçu, réalisé puis analysé trois séries d’expériences.

Un questionnement d'adulte soumis à des élèves de huit ans, donc.

Le but était d’opposer les notions de plaisir et de déplaisir dans leurs situations d’apprentissage scolaire afin de déterminer si le plaisir rendait vraiment plus efficaces (4). L’idée n’était pas tant de produire un savoir scientifique valide étant donné la taille des échantillons et les biais que les enfants ont eux-mêmes repéré (agitation, différence de certains supports, tirage au sort inéquitable) que de permettre aux enfants de s’initier à la démarche scientifique en portant un regard critique sur leurs conditions d’apprentissage.

Dommage : il faut être ambitieux !

A ce jour, ils ont compris qu’ils ne pouvaient pas conclure de manière formelle sur l’influence de la musique, de l’odeur et de la récompense mais en observant les résultats globaux, ils perçoivent qu’une récompense positive peut motiver à être plus efficaces

Le distributeur de bonbons ? Ils le savaient déjà !

... et les résultats individuels de quelques élèves ont montré qu’ils perdaient complètement leurs moyens dans le bruit.

Découverte importante. :doc:
A signaler aux apologistes du "bruit pédagogique".

La conséquence, bien que pouvant difficilement être qualifiée de « scientifique »...

Ce qui compte, c'est de faire comme si.

...aura néanmoins eu des influences en termes d’ambiance de travail, avec, pour exemple, une élève s’exclamant « Moins fort, vous savez bien que je ne peux pas travailler dans le bruit ! » et une classe qui, après avoir éclaté de rire s’est immédiatement tue.

On imagine pas un professeur bienveillant obtenir le même résultat dès le premier jour de classe.

Pour conclure, aujourd’hui, je pense que ce projet d’exploration de l’apprendre entraîne de nombreux effets.
Mes élèves arborent de grands sourires, s’organisent en groupe avec efficacité, osent explorer, se tromper, s’entraînent à recommencer. Ceux-ci définissent qu’apprendre, pour eux, c’est se sentir bien, travailler en groupes, faire des projets, prendre du plaisir, découvrir, chercher, avoir le droit à l’erreur, recommencer et que cela les rend « libres ».

Il faut croire que les collègues n'obtiennent que des regards moroses, avec des classes inefficaces, se sentant mal, ne prenant pas de plaisir, n'ayant pas "le droit" (sic) à l'erreur et ne devenant jamais "libres".
Quoique, si on considère que l'acquisition de certaines compétences (assez peu évoquées dans ce long article) émancipe...

Leurs parents se sont majoritairement abonnés au compte classe (5), le suivent, le commentent régulièrement. Ils s’impliquent également dans nos rencontres de suivi de projet. De leur point de vue, l’école leur ouvre ses portes, ce qu’ils apprécient.

C'est vrai qu'en l'absence de devoirs à la maison, le suivi d'un compte Twitter est finalement une sinécure de "co-éducation".

Ce projet permet d’initier des échanges sur l’apprentissage en établissant un lien école-maison et pourrait aboutir à un partenariat co-éducatif. Dans mon école, cette première vaste exploration de l’apprendre m’aura incitée à présenter le projet à la CARDIE (6) et huit classes devraient participer à un projet Bâtisseurs de possibles l’an prochain.

Quelle chance ont les élèves !

Enfin, pour moi, enseignante, ce projet aura permis de concrétiser une envie d’évolution dans mes pratiques. En permettant à mes élèves de faire des choix en classe, que ce soit au niveau du mobilier, des activités, de l’emploi du temps ou de leurs manières de faire, en constatant la portée de ces essais dans leur engagement, il me serait très difficile de faire marche arrière. Néanmoins, ces changements nécessitent, de mon point de vue, un accompagnement : le tutorat dont j’ai bénéficié, les connaissances qui m’ont été apportées représentent une garantie « confiance » qui permet de prendre des risques vis-à-vis des parents comme de ma hiérarchie.

Comme il est dit dans l'article, le seul risque vis à vis de la hiérarchie est d'obtenir une promotion rapide. :santa:

Pour reprendre une très belle phrase de leur parrain de projet qui donne toute la mesure de ce que les enfants ont appris cette année : « J’aime chercher, j’aime apprendre, j’aime apprendre à chercher et chercher à apprendre ».

"aimer chercher à apprendre" ? :scratch:

Sans aucun doute que pour ce groupe avec lequel nous approfondirons l’an prochain les compétences initiées cette année, les élèves continueront à chercher, à apprendre, à apprendre à chercher et à chercher à apprendre !

Comme des universitaires ! :cheers:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Jui 2016 22:38 #16601 par Doublecasquette
Réponse de Doublecasquette sur le sujet François Taddei, le CRI et les "enfants chercheurs"
Tu crois qu'ils ont fait une éducation à la santé pour combattre les mauvaises ondes générées par le distributeur de bonbons ? :spider:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Jui 2016 22:39 #16602 par Doublecasquette
Réponse de Doublecasquette sur le sujet François Taddei, le CRI et les "enfants chercheurs"
« réagir aux mots d’un autre », ça signifie répondre, non ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Aoû 2016 15:12 #16993 par Loys
Sur "France Inter" du 28/08/16, dans "Chercheurs d'avenir" : "Et l’avenir de la recherche en éducation"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
09 Sep 2016 17:32 #17112 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Sep 2016 13:32 #17235 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Sep 2016 14:03 - 29 Sep 2016 00:35 #17237 par Loys

Enfin, la ministre confiera une mission au biologiste François Taddei – militant actif de l’innovation dans l’éducation – afin qu’il propose de nouveaux modes d’organisation et de coordination pour développer et piloter des politiques de recherche et d’innovation dans notre système éducatif.

www.laviemoderne.net/forum/les-nouvelles...tion?start=240#17236

Innovation pédagogique : une mission ministérielle pour François Taddei
Céline Authemayou | Publié le 27.09.2016 à 12H59
François Taddei, directeur du CRI, le centre de recherches interdisciplinairesDirecteur du CRI (Centre de recherches interdisciplinaires) qu'il a cofondé en 2005, François Taddei a été chargé par Najat Vallaud-Belkacem d'une mission dédiée à l'innovation pédagogique, le 26 septembre 2016. L'objectif, selon la ministre : concevoir "un plan stratégique susceptible d'engager un changement d'ère et d'échelle pour la recherche et développement pour l'éducation."
Le biologiste a quelques mois pour "proposer non seulement de nouveaux modes d'organisation et de coordination, mais aussi des actions concrètes prioritaires, puis des perspectives à moyen terme", comme l'indique la lettre de mission envoyée par la ministre.
Un rapport pour mars 2017
François Taddei est invité à réfléchir à une phase de préfiguration du nouveau département de recherche et développement du ministère dans le domaine pédagogique et éducatif, ainsi que de formuler des propositions pour la mise en œuvre des appels à projets dits d'"innovation pédagogique" du PIA 3.
Un premier rapport intermédiaire est attendu pour la fin de l'année. "Ce sera une contribution importante aux grands choix qui doivent guider le cahier des charges des futurs appels à projet du PIA", précise Najat Vallaud-Belkacem. Le rapport consolidé est attendu pour mars 2017.

www.letudiant.fr/educpros/nominations/in...francois-taddei.html

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
03 Oct 2016 16:17 #17295 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
25 Jan 2017 21:20 - 25 Jan 2017 21:27 #18268 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
02 Fév 2017 09:11 - 02 Fév 2017 09:14 #18315 par Loys
Sur le blog "Conso collaborative" (avec la MAIF) du 18/01/17, "François Taddei, le chercheur qui « enseigne l’art de la question »"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Fév 2017 12:39 - 01 Mar 2017 08:25 #18366 par Loys
Nouveau site : apprendredemain.fr/
Sur Twitter : twitter.com/rndapprendre
"Ensemble, préparons la Recherche et le Développement de l'éducation"

Cette consultation a pour objectif de recueillir, débattre et approfondir des propositions permettant d’organiser et coordonner des politiques de recherche et développement dans le domaine de l’éducation et de l’apprentissage tout au long de la vie.
Ce débat public s’inscrit dans le cadre d’une mission confiée par la Ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de l’Enseignement supérieur à François Taddei, directeur du Centre de recherches interdisciplinaires (CRI).
Il s’agit d’améliorer la qualité et l’efficacité de notre système éducatif tout au long de la vie pour faire de la France « une société apprenante ».



Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
26 Fév 2017 14:00 - 26 Fév 2017 14:02 #18468 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
05 Mar 2017 19:26 - 16 Mai 2017 20:48 #18523 par Loys
"95% des jeunes n'aiment pas le système éducatif tel qu'il est, d'après @FrancoisTaddei Il ft les impliquer pour évoluer! @rndapprendre #o21"

Intéressant car le sondage cité ( OpinionWay pour Agefa PME du 15/03/15 ) ne concerne que les 15-29 ans et ne dit nulle part que 95% des jeunes n'aiment pas le système éducatif tel qu'il est : "Ils sont 95% à réclamer une réforme du système" et 50% d'entre eux en ont une image positive.




Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Mar 2017 12:40 - 17 Avr 2017 15:02 #18680 par Loys
Le rapport de François Taddei, Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel : "Vers une société apprenante" (mars 2017)
Qu'y observe-t-on ?
"préparer notre jeunesse et , au-delà, nos concitoyens au monde de demain". La formule est très vague mais le reste, appuyé sur "France Stratégie", est sans équivoque :

Dans un monde où les changements s'accélèrent, il apparaît partout essentiel pour les individus, les organisations et les États d’être en capacité de s’adapter pour évoluer à tous les âges. Un récent rapport de France Stratégie sur les compétences de base des français a montré qu’un nombre important de jeunes français souffraient d’un manque de compétences « génériques » qui puissent soutenir la capacité de mobilité des individus face aux évolutions incertaines de l’emploi. Alors que les emplois les plus recherchés aujourd’hui n’existaient pas il y a quelques années et que l’on prévoit d’importantes mutations du travail, il apparaît à tous urgent de réfléchir aux conditions et aux compétences transversales qui vont permettre aux organisations et aux individus de se préparer à ces changements, que ce soit via la formation initiale ou durant leur parcours professionnel.

Apprendre à apprendre, à interroger et interpréter, plutôt qu’à consommer naïvement les informations disponibles, est sans doute l’enjeu majeur de l’éducation aujourd’hui.

Les enseignants n'y avaient jamais songé ! :santa:

Dans cette perspective, la fonction du maître, du formateur ou de l’éducateur passe du professeur ex cathedra qui transmet un contenu figé de connaissances à celle d’un guide ou d’un mentor qui oriente et accompagne, avec sollicitude et bienveillance, le cheminement de l’apprenant et l’aide à progresser.

Même chose : aider "l'apprenant" à progresser, et avec "bienveillance", les enseignants n'y avaient jamais pensé ! :santa:

On peut ici revenir à l’étymologie d’autorité : du latin auctoritas, « capacité de faire grandir ».

Euh, non... :scratch:

Au lieu de relations verticales dans une pyramide de décideurs, on passe à des réseaux d’acteurs, certains ayant la chance d’être non pas des « supérieurs » mais des points nodaux. Ces « hubs » interagissent avec nombre d’autres acteurs de la société de la connaissance [...]

:P

Cette capacité à faire grandir s’incarne particulièrement dans la figure de Mentor, le sage précepteur de Télémaque, dont Athéna emprunta les traits.

Mentor, ce "point nodal", déjà "hub" de la "société apprenante" à Ithaque. Mais au fait quel rapport entre un précepteur ad usum delphini et un enseignant avec ses classes ? :santa:

De plus, face à l’abondance des données et des traces produites par les apprenants, dès lors que les activités sont enregistrés, l’intelligence artificielle ouvre des possibilités inédites [...]

Curieux de célébrer la "société apprenante" et dans le même temps l'IA. C'est vrai qu'une certaine école moderne s'évertue à rendre l'intelligence artificielle...

Les apprenants comme leurs formateurs doivent pouvoir disposer de ces traces numériques pour avoir une vision précise de leur progression, analyser et comprendre leurs erreurs et leurs réussites, en tirer profit pour mettre en place des stratégies et des remédiations, construire des réponses à leurs besoins...

Car jusqu'ici les "apprenants" n'avaient rien ! :santa:

...mais aussi nourrir les travaux de recherche

Tous connectés au service de la recherche : riante perspective humaniste !

Le numérique est aussi prometteur de nouvelles manières d’apprendre que l’on voit émerger progressivement et se déployer dans les classes : à la fois plus personnalisées, plus interactives, ludiques et inductives. et développement en éducation.

On cherchera en vain le moindre regard critique sur "le numérique", "catalyseur des évolutions".

1. Construire des organisations apprenantes
Dans une organisation apprenante, tous les membres apprennent les uns des autres, les innovations et les apprentissages des uns facilitant ceux des autres.

Le constructivisme poussé à son point extrême.
Rapport d'un creux sidérant : des éléments de langage ressassés à l'infini, des phrases-types qui ne veulent rien dire, des propositions vides, à l'image de cette carte mentale :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
29 Mar 2017 20:39 - 15 Juil 2020 22:11 #18692 par Loys
Compte -rendu dans "EducPros" du 29/03/17 : www.letudiant.fr/educpros/actualite/pour...ar-le-collectif.html

De façon concomitante et amusante dans le "Café" du 28/03/17 : cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2017...262836215283914.aspx

Extrait :

Quelles méthodes pédagogiques sont efficaces pour enseigner les sciences ? " Les résultats de l’enquête PISA montrent que lorsque les enseignants expliquent et démontrent fréquemment les concepts scientifiques, et discutent des questions des élèves (une méthode d’enseignement appelée communément l’enseignement dirigé par l’enseignant), les élèves obtiennent de meilleurs résultats en sciences, affichent de plus fortes convictions par rapport au bien-fondé de la démarche scientifique (ou convictions épistémiques) et sont plus susceptibles d’envisager exercer une profession scientifique à l’âge adulte. [...] Inversement la démarche d'investigation, fortement promue en France, n'est pas efficace selon l'OCDE. " Aussi surprenant que cela puisse paraître, il n’existe aucun système d’éducation dans lequel les élèves ayant déclaré être fréquemment exposés à l’enseignement fondé sur une démarche d’investigation (qui leur demande d’effectuer des expériences ou des travaux pratiques) obtiennent un score plus élevé en sciences. Après contrôle du statut socioéconomique des élèves et des établissements, une exposition plus importante à l’enseignement fondé sur une démarche d’investigation est corrélée à de moins bons résultats des élèves en sciences dans 56 pays et économies", dit le rapport.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Mai 2017 22:17 #18935 par Loys
François Taddei dans "Acteurs de l'économie" du 5/05/17 : "Invitons les apprenants à coconstruire leurs apprentissages"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
14 Jui 2017 18:22 - 14 Jui 2017 18:39 #19184 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
17 Jui 2017 16:05 - 17 Jui 2017 16:07 #19210 par Loys
Sur le blog de Stéphanie de Vanssay du 15/06/17 : "Des neurosciences en maternelle, même pas peur !"


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Jui 2017 10:39 #19215 par Doublecasquette
Réponse de Doublecasquette sur le sujet François Taddei, le CRI et les "enfants chercheurs"
Heureusement, les dessins nous renseignent : il s'agit d'enfants et même de petits enfants que la maîtresse veut voir à travers son miroir, ô combien déformant, de leurs capacités.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
11 Oct 2017 15:03 #19781 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
06 Nov 2017 23:18 #19957 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
Temps de génération de la page : 0.427 secondes
Propulsé par Kunena