L'iFRAP a encore frappé

Plus d'informations
14 Avr 2017 22:04 - 14 Avr 2017 22:05 #18731 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Juil 2017 14:37 - 01 Juil 2017 14:38 #19300 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet L'iFRAP a encore frappé
Un texte de l'iFRAP donné au brevet 2017 en EMC : www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/...344235287597156.aspx

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
07 Fév 2018 20:49 - 05 Nov 2021 22:12 #20482 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
08 Fév 2018 20:56 #20491 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
22 Mar 2018 22:33 #20719 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
24 Mar 2018 23:22 #20727 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet L'iFRAP a encore frappé

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
23 Sep 2018 21:38 - 19 Oct 2019 21:54 #21376 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet L'iFRAP a encore frappé

"La force d'iFRAP du Figaro" (22/09/13).


Cinq ans après exactement, ce billet critiquant la légèreté du "Figaro" mais surtout démontrant la malhonnêteté de l'IFRAP (à propos des personnels de l’Éducation nationale accusés d'être bien trop nombreux en France) est cité dans un billet de "Valeurs actuelles" . Réaction de Laurent Fillion, qui ne donne pas le lien permettant de se faire une idée :

Fichier attaché :


En pratiquant le même genre d'amalgame, faut-il en déduire que Laurent Fillion (Cahiers pédagogiques, UNSA) et ceux qui le retweetent, en plus de lire attentivement "Valeurs actuelles", prennent la défense d'un think-tank ultra-libéral et pensent, comme Agnès Verdier-Molinié, qu'il y a beaucoup trop d'enseignants en France ? :rirej

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
19 Oct 2019 21:53 - 19 Oct 2019 22:12 #22385 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
16 Déc 2019 00:30 - 05 Nov 2021 11:47 #22560 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
28 Juil 2020 22:48 - 30 Oct 2021 18:45 #22944 par Loys

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
30 Oct 2021 18:42 - 06 Nov 2021 16:55 #23642 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet L'iFRAP a encore frappé
208/06/21 : "Évolution de la France dans le classement PISA depuis 2000"




Quelques observations :

[ Cliquer pour agrandir ]

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
15 Jan 2022 17:52 - 15 Jan 2022 18:37 #23753 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet L'iFRAP a encore frappé
Dans le "Figaro Magazine" du 15/01/22, Une sur Agnès Verdier-Molinié : "Quand la France décroche" .



Où l'on découvre que 24/82, c'est "en bas du classement Pisa". Rappelons que les États-Unis ont le même classement...

Pour la dernière phrase ("ce n'est pas une question de moyens") : en part du PIB, les dépenses de la France sont certes supérieures (3,7% contre 3,2% en Europe et 3% en Allemagne ( RSE 2021 C2.1 p. 255 ) mais ces dépenses brutes ne tiennent pas compte de la démographie (et des différences de PIB bien sûr !). En part des dépenses publiques, les dépenses d'éducation en France sont inférieures de 10% à la moyenne européenne et de 20% à la moyenne de l'OCDE en 2018 ( RSE 2021 C4.1 ). La France est - après l'Irlande - le pays de l'UE28 qui compte la plus importante part de 0-17 ans dans sa population : 22% contre 18% dans l'UE28 et de 16% en Allemagne) ; c'est également le pays qui scolarise le plus les élèves de pré-primaire (100% contre 93% dans l'UE28 en 2017, DEPP "L'Europe et l'éducation en chiffres 2020" 2.1.1 p. 23 & 2.4.3 p. 29)...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
01 Jui 2022 15:39 - 02 Jui 2022 18:59 #23926 par Loys
Réponse de Loys sur le sujet L'iFRAP a encore frappé
Sur le site de l'IFRAP du 24/05/22 : "Crise de recrutement des enseignants : et si la solution, c'était le contrat ?"




Fascinant comme cette "analyse" est totalement inepte.

Le problème n’est pas nouveau. En 2009, 72% des inscrits aux Capes externe se sont présentés au concours contre 57% en 2021. Pour le concours externe des professeurs des écoles (CPRE), ce taux est passé de 57% à 31% de 2009 à 2021.

Mais aucune mention de la mastérisation en 2009, qui décourage les candidatures...

Les bonnes pistes de l’expérimentation de Marseille

Dans son programme 2022, Emmanuel Macron se déclare en faveur de « plus de liberté pour les établissements dans leur organisation interne, pour le recrutement d’une partie de l’équipe pédagogique ». Une idée déjà développée par le Président puisque depuis mars, 59 écoles marseillaises ont lancé l’expérimentation : les directeurs y ont obtenu des pouvoirs supplémentaires pour lancer et financer des projets (via la validation de devis), coordonner les équipes et composer leur équipe pédagogique.

Comme c'est étonnant : l'approbation d'un institut ultra-libéral à l'action d'Emmanuel Macron.

Au reste, c'est mêler confusément deux questions sans rapport : le recrutement local et le recrutement de contractuels.

L’expérimentation de Marseille propose aussi une alternative au recrutement et autorise les écoles à chercher des profils spécifiques via une commission composée d’un directeur d’école et de deux inspecteurs de l’Education nationale. Les candidats passent donc des entretiens pour s’assurer qu’ils correspondent aux besoins :

Une curieuse idée que celle de "besoins" locaux spécifiques (lequels exactement ?) ou de "profils spécifiques" (lesquels exactement ?) : cette idée n'est jamais développée précisément, et pour cause. Ce n'est qu'un prétexte pour justifier l'abandon des affectations nationales et académiques.

une grande nouveauté dans l’enseignement public où les enseignants titulaires sont, normalement, dispatchés dans les établissements scolaires par le rectorat et en fonction d’un système de points extrêmement rigide : 20 points par année d’ancienneté, 45 points si c’est dans un établissement prioritaire, 100 points par enfant, 150 points pour un pacs ou un mariage (d’où le multiplication des pacs blancs dans le milieu enseignant), etc.

On voit mal en quoi ce système d'affectation est problématique s'il parvient à affecter des professeurs partout sur le territoire national. C'est encore une fois mêler confusément deux questions sans rapport, la pénurie dans le recrutement et la répartition des enseignants.

Un système qui ne favorise pas la mobilité et ne satisfait personne : en 2020-2021, dans le premier degré public, 77% des demandes de mutations ont été refusées, dans le second degré public, 56%. Malgré cela, à Marseille, l’intersyndicale CGT, FO, SNUipp-FSU et SUD, a conseillé aux enseignants d’ignorer l’enquête du rectorat sur leur intérêt pour ce nouveau mode de recrutement. Pour ces détracteurs, le risque est que plus personne ne veuille enseigner dans les établissements prioritaires et les quartiers difficiles. Aujourd’hui, ces établissements comptent sur la répartition faite par les rectorats et qui repose uniquement sur la contrainte. Ainsi, il est attendu que les jeunes enseignants qui disposent le moins de points (mais sont aussi les moins formés) remplissent ces postes.

Prétexter que ce système "ne satisfait personne" est parfaitement hypocrite quand il s'agit d'expliquer que l'affectation ne devrait pas se faire en fonction des vœux des personnels, mais des "besoins"...

Au demeurant, le recrutement local de contractuels (22% des enseignants en 2021) est l'un des éléments qui contribue le plus à la perte de mobilité (nationale et académique) des enseignants...

Devant une telle logique, comment s’étonner de la crise de recrutement qui frappe l’Education nationale : si, pour la rentrée 2022-2023, le ministère parle d’un phénomène conjoncturel (lié à l’obligation de valider un master 2 pour les concours externes, et non plus un master 1), la réalité est que, depuis 2000, le nombre de candidats qui se présentent au Capes du second degré est passé de 40 000 à 15 500.

Il faut rappeler que la gestion dite "déconcentrée" adoptée en 1998 a porté un grave coup à la "mobilité" des enseignants du second degré : depuis cette date, ils mutent dans une académie sans savoir dans quel département et à quel poste ils accéderont.

Le lien logique entre système d'affectation non satisfaisant et crise de recrutement est de toute façon absurde : ce système a toujours existé. Les causes sont donc à chercher ailleurs.

Ainsi, sous couvert d’unicité du corps enseignant, le statut camoufle donc de véritables inégalités de traitement. Prenons l’effectif d’enseignants d’un lycée public, en moyenne, on y trouvera :

79 % restant, des enseignants certifiés avec un service statutaire de 18 heures par semaine, touchant un salaire annuel moyen d’environ 30 100 €. Pour cette rémunération, un enseignant homme certifié effectuera, en moyenne, 19,3 heures d’enseignement par semaine.
12 % d’agrégés avec un service statutaire de 15 heures par semaine, pour un salaire annuel moyen d’environ 42 000 €. Pour cette rémunération, un enseignant homme agrégé, effectuera, en moyenne, 16,3 heures d’enseignement par semaine.
9 % d’enseignants non titulaires (des contractuels) pour un salaire annuel moyen d’environ 19 000 €. Pour cette rémunération, un enseignant homme contractuel effectuera, en moyenne, 17,4 heures d’enseignement par semaine.

Quelle belle volonté d'égalité entre les enseignants !

L’État a donc créé des statuts différents pour mieux gérer ses besoins dans une perspective économique (création du corps des certifiés en 1950 par exemple avec la massification du secondaire) et le système est ensuite accusé d'inégalités...

Évidemment, il n'est fait aucune mention de ce que la titularisation ou l'obtention de l'agrégation constituent les seules promotions possibles dans le métier d'enseignant. De telles promotions sont présentées comme absurdes, le concours n'ayant aucune valeur aux yeux de l'iFRAP s'agissant des "compétences" des professeurs :

Cela veut dire que sur le même niveau scolaire, sur la même matière et avec la même ancienneté, on peut trouver 3 enseignants dépendants de 3 grilles salariales différentes, pour des rémunérations variant du simple au double et un temps d’enseignement variant de plus de 100 heures annuelles et cela, sans que leur capacité à gérer une classe, leur pédagogie, leur implication dans la vie de l’établissement ou leurs compétences ne soient prises en compte : l’unique différence étant la validation d’un concours.

Que le système éducatif souffre actuellement de la gestion d’un stock de titulaires non flexible (il est très difficile pour un enseignant du public de changer d’établissement, encore plus d’académie...

Choix du ministère qui place ses besoins académiques avant les vœux des enseignants : la logique de l'iFRAP, donc.

...et il est impossible pour un directeur de se séparer d’un d’enseignant qui ne conviendrait pour l’établissement).

On ne sait toujours pas ce que cette expression ("convenir pour l'établissement") signifie. Mais on voit bien ce qu'elle pourrait signifier : l'assujettissement à l'autorité la plus arbitraire.

Le système a donc opéré une transition avec un recours de plus en plus massif aux contractuels dont les contrats se rapprochent d’un CDD et pour lesquels, il n’existe pas de service obligatoire : ainsi, si c’est le titulaire qui décide s’il veut travailler à temps plein (18h) ou à mi-temps (9h) alors le contractuel peut être embauché par plusieurs établissements pour assurer 3h, 8h, 18h ou 20h de cours.

L'iFRAP est en retard dans l'analyse : la situation de tension est telle que les contractuels sont désormais en position de refuser ce que les titulaires ne peuvent pas refuser...

Il n'existe donc que deux options : l'emploi à vie ou l'emploi de courte durée alors que ce qu'il faudrait développer, c'est un CDI du secteur public.

Quel rapport avec l'analyse qui précède ? En quoi le statut de fonctionnaire est-il problématique ? Rien ne l'a montré ici...

Cela existe déjà ailleurs. En Suède, les enseignants sont recrutés par les directeurs d’établissements, intègrent bien le service public mais sous un contrat de privé équivalent au CDI, et négocient leur salaire en fonction des besoins du marché et des finances de l’établissement.

Finalement, les inégalités entre enseignants ne sont plus un problème... :santa:

En Allemagne, de plus en plus d’enseignants sont employés, conjointement, par les communes et les établissements scolaires, sans avoir le statut de fonctionnaire. En Angleterre, la majorité des enseignants sont recrutés, sur CDI, par les conseils d’administrations des établissements scolaires où ils postulent mais ils disposent d’un statut comparable aux agents des collectivités et sont, légalement, employés par l’une des 152 autorités éducatives locales.

Le CDI c'est la possibilité de rompre le contrat : sans doute une façon de "satisfaire" les enseignants !

Méconnaissance de la question scolaire, problèmes de logique élémentaire et hypocrisie cynique... de l'idéologie, en somme. Faut-il s'en étonner de la part de l'iFRAP ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.333 secondes
Propulsé par Kunena